Navigation – Plan du site
Lectures

Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine et Jungen Christine (dir.), Portraits. Esquisses anthropographiques, Paris, Éditions PETRA, coll. Anthropologiques, 2011, 207 p.

Sara Scata

Texte intégral

  • 1 Atelier organisé par Jean-Charles Depaule et Josiane Massard-Vincent.
  • 2 Ce type de procédé a déjà fait l’objet, pour quelques-uns des auteurs, de travaux individuels. Voir (...)
  • 3 Adeline Herrou, « Portraits croisés de He, Ran et Zhou, moines au temple Baiyungan de Pékin », p.59 (...)

1L’ouvrage collectif coordonné par Josiane Massard-Vincent, Sylvaine Camelin et Christine Jungen est issu d’une réflexion menée, de 2005 à 2009, au sein du Laboratoire d’anthropologie urbaine (CNRS) et dans le cadre de l’atelier « Portraits arrêtés, portraits en mouvement »1. Le projet qui sous-tend l’ouvrage s’annonce à partir des titre et sous-titre : « Portraits. Esquisses anthropographiques ». L’anthropographie, comme l’explique l’introduction, est « une manière de décrire, et surtout d’écrire l’homme en société » (p.13). Vaste programme, auquel les auteurs s’attachent en mobilisant des outils de mise en récit inspirés des techniques du portrait2 développées en photographie et en peinture. Il s’agit de l’exploration, par un groupe d’auteurs, de la portée métaphorique du lien entre portrait et écriture ethnographique, au-delà de la présence d’une image dans sa matérialité. L’ouvrage est une galerie de huit portraits, dont un triptyque3. À cela s’ajoute une réflexion éclairante de Marc Abélès, dans laquelle l’auteur revient sur la manière dont il a représenté les personnages politiques qui peuplent son ouvrage Jours tranquilles en 89. Les textes sont courts, et, par parti pris, dépouillés « de l’appareillage théorique et explicatif comme du soutien bibliographique habituel […] » (p.15). Chaque portrait est introduit par une courte présentation du parcours de recherche de l’auteur. Écrite à la première personne, elle nous donne une idée de la manière dont l’exercice du portrait s’enchâsse dans l’itinéraire de chaque chercheur et dans sa réflexion. L’écriture du portrait fait émerger la multiplicité de facettes, dimensions, expressions de l’individu que l’ethnologue est capable de saisir au long de la rencontre avec ses interlocuteurs. L’épaisseur, la “chair” que l’ethnologue est capable de sentir et de saisir dans cette rencontre ne trouve pas toujours sa place dans les pratiques “conventionnelles” de l’écriture ethnographique. Il s’agit pour les auteurs de se mettre à l’épreuve dans l’exercice de représenter l’individu comme une personne à part entière, au-delà de l’orientation imposée à l’écriture par un questionnement donné.

2Le but poursuivi étant de rendre l’unicité d’un individu dans l’unicité d’un portrait, j’éviterai d’organiser ma présentation par thème. Je propose plutôt ici une lecture axée sur les trois portraits qui, dans l’ouvrage, « parlent arabe ». La pertinence de ce recoupage pourra se lire ici au travers des affections et intérêts spécifiques du chroniqueur que je suis.

  • 4 Plat à base de riz et de mouton.

3Le portrait tracé par Christine Jungen nous présente Umm Nabil, « Une femme en retrait ». Le texte se dessine autour d’une temporalité spécifique : un vendredi, jour férié en Jordanie. Dans la maison, des préparatifs sont en cours pour accueillir les membres de la famille d’Umm Nabil, conviés pour un repas autour du mansaf4. Umm Nabil est « en retrait » par rapport à ces « lieux performatifs d’exposition de soi, de compétition entre individus, lignages et tribus » (p.89) qui sont les pratiques d’hospitalité en Jordanie. Les protagonistes de ces performances étant principalement les hommes d’un certain statut, « les autres participants à ces séquences forment un public consentant et collaboratif animant l’arrière-fond » (p.89-90). Le portrait d’Umm Nabil prend forme dans cet arrière-plan. Christine Jungen construit son personnage autour du regard de cette « femme en retrait ». À l’ouverture du texte, le lecteur se retrouve littéralement « dans » le regard d’Umm Nabil, immergée dans un épisode du feuilleton «Amour, gloire et beauté». Ensuite, une fois tout le monde installé dans le séjour, nous la voyons faire partie du public rassemblé autour d’Abu Nabil. Son attitude apparaît décalée par rapport à l’ambiance : d’une part, « l’assemblée [est] suspendue aux lèvres de ce dernier [Abu Nabil][…] », (p.94), tandis qu’Umm Nabil a « [ …] le regard vague fixé sur l’horizon, une expression hiératique sur son visage immobile » (p.93). Plus loin, « son regard est figé, ses traits fins ont adopté, sans qu’elle ne s’en rende compte, une expression de sévérité […]. » (p.95). Cette focale, à plusieurs reprises, sur le regard d’Umm Nabil permet à C. Jungen de représenter d’une manière très fine les nuances de l’implication de la femme dans différentes situations. Ainsi, grâce à cette focale, nous pouvons nous rendre compte que si, ce vendredi, dans la réception familiale, l’engagement émotif d’Umm Nabil est flottant, il arrive cependant que son implication et attention augmentent d’intensité. Pour nous montrer ces moments, Jungen sort du temps socialement “fort” du vendredi pour articuler son portrait à d’autres temporalités. Ainsi, elle saisit Umm Nabil dans des instants du quotidien : « […] l’œil rivé sur le téléviseur, ne prêtant aucune attention au va et vient autour d’elle », elle est « concentrée sur les personnages qui occupent l’écran » (p.98). Pendant la semaine, le défilé des feuilletons le long de la journée est le véritable rythme qui scande le temps pour Umm Nabil. À la fin du portrait, à la fin de ce vendredi, « Umm Nabil jette un coup d’œil à l’écran noir du téléviseur, un autre à la pendule » et elle « s’attaque à la vaisselle empilée dans l’évier » (p.99) en attendant le prochain feuilleton.

4Si Christine Jungen s’approprie et travaille la métaphore goffmanienne, Pascale Feghali vise, dans son texte, à « ouvrir » la boîte noire de la métaphore. Pour ce faire, elle intègre à son portrait des réflexions sur l’utilisation, dans son travail en anthropologie visuelle, d’outils concrets de la prise d’image. Pascale Feghali nous soumet matériellement une image, dont elle nous montre trois variations possibles dans la première partie du texte. Ces images sont tirées d’un documentaire de la chercheure sur Abou Youssef, un habitué du jardin de Sanayeh à Beyrouth. Le texte commence autour du « comment » et du « pourquoi du comment » de cette prise d’image, objet de la première partie. L’auteur reconstruit dans son texte la situation de la prise d’image et nous permet de comprendre la relation entre sa manière de filmer et le regard de son interlocuteur. Ensuite, l’auteur mobilise deux autres types de sources. Elle commence par ce qu’elle a pu apprendre sur Abou Youssef lors d’un entretien non filmé. Le personnage devant la caméra aurait donné une « version officielle » de soi, que l’auteur cherche à intégrer par le récit hors camera. Puis elle nous livre ce qu’elle avait pu apprendre d’autres habitués du lieu lorsqu’Abou Youssef avait disparu pendant quelques mois du jardin, et nous montre comment ils avaient brodé autour de cette disparition. Ils présentent à l’anthropologue d’autres versions de l’histoire d’Abou Youssef, qui contredisent, en partie, ce qu’il racontait sur lui-même. Les histoires se cumulent et nous transmettent la sensation qu’il nous est impossible de saisir le personnage. En contrepoint de ce récit instable, l’auteur évoque le « temps arrêté » de l’image cinématographique (p. 135). Si le travail et la réflexion autour de l’image font l’objet d’une description minutieuse et d’une analyse approfondie, le lecteur reste un peu sur sa faim en ce qui concerne le procédé de recueil et la mise en écriture de la parole des gens qui parlent d’Abou Youssef. Cela nous donne l’impression de voir un personnage principal au centre de la scène avec un chœur en arrière plan.

5C’est autour de la restitution d’une parole, à travers une évocation dense du ton de la voix et des gestes, que s’articule le portrait de Sylvaine Camelin, « Mariam : une parole animée ». Le temps du récit est celui des retrouvailles, tout au long d’une semaine, de l’ethnologue avec cette femme qu’elle avait rencontrée au début de son parcours de chercheure. En construisant le récit autour de l’interaction avec son interlocutrice, elle nous donne un aperçu de l’atelier de l’ethnologue. On observe ainsi un travail de composition qui consiste non seulement à raconter une histoire, mais aussi à en saisir la complexité. Elle essaye de faire sentir au lecteur les conditions, émotives entre autres, de son énonciation. Les hésitations de l’auteur entrent aussi dans ce cadre : « Ce soir-là elle se couche sans dîner et je tourne en rond dans l’appartement en me demandant quel est le statut de ce récit » (p. 167). Au fil de celui-ci, nous nous éloignons de l’appartement en Ecosse où Mariam vit depuis 1997, pour nous rendre au Koweït où elle a grandi, puis au Yémen où elle s’est réfugiée avec sa famille lorsqu’a éclaté la guerre du Golfe. L’écriture de S. Camelin non seulement laisse une large place à la parole de Mariam, mais plus encore elle est là pour lui faire de la place.

6Au final, la valeur heuristique du portrait que les coordinateurs de cet ouvrage mettent en exergue nous paraît particulièrement convaincante. Une question demeure, pourtant, qui concerne l’épilogue de l’ouvrage, écrit par Albert Piette : si l’intention est d’affirmer l’importance centrale, en anthropologie, d’une appréhension empirique de l’individu, pourquoi donner l’idée que deux objets distincts existent, l’individu et la société, l’anthropologue se devant de choisir exclusivement le premier ? L’exercice des « Portraits » ne servirait-il pas, plutôt, à dépasser, dans la pratique, une telle dichotomie dont le caractère abstrait et artificiel a déjà été amplement démontré ?

Haut de page

Notes

1 Atelier organisé par Jean-Charles Depaule et Josiane Massard-Vincent.

2 Ce type de procédé a déjà fait l’objet, pour quelques-uns des auteurs, de travaux individuels. Voir notamment Josiane Massard-Vincent, Edie, une vie anglaise. Du Portrait comme ethnographie, Montreuil, Editions Aux lieux d’être, 2008 et “Marcher pour gagner. Une candidate en campagne dans un bourg anglais”, Ethnologie Française, vol. 39, 2009, 733-741.

3 Adeline Herrou, « Portraits croisés de He, Ran et Zhou, moines au temple Baiyungan de Pékin », p.59-84.

4 Plat à base de riz et de mouton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Scata, « Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine et Jungen Christine (dir.), Portraits. Esquisses anthropographiques, Paris, Éditions PETRA, coll. Anthropologiques, 2011, 207 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/7566

Haut de page

Auteur

Sara Scata

doctorante en anthropologie à l'EHESS, rattachée à l'Ifpo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page