Navigation – Plan du site
Lectures

Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski Liliane (dir.), La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain, Karthala, col. Hommes et sociétés, 2009, 468 p.

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1La Tabaski est le nom donné par les musulmans de l’Afrique subsaharienne à l’aïd al-adâ, la fête du sacrifice. Cette fête commémore le sacrifice d’Abraham dans l’ensemble du monde musulman. Familière, cette fête n’a pas bénéficié de toute l’attention qu’elle mérite de la part des anthropologues. A. M. Brisebarre qui étudie le sacrifice, en général, depuis le milieu des années 1980 déjà, a fait du sacrifice Ibrahimien un de ses sujets de prédilection. Les enquêtes qu’elle a pu mener au Maroc, en Mauritanie et au Sénégal font d’A. M. Brisebarre, incontestablement, la spécialiste de cette fête en milieu urbain. Elle a déjà coordonné deux ouvrages collectifs sur la question (Brisebarre, 1998 et 1999). Ce dernier ouvrage, codirigé avec L. Kuczynsky, vient parachever un long programme d’étude de la fête en milieu urbain. Après le Maroc et la Mauritanie, ce troisième ouvrage est entièrement consacré au Sénégal avec une approche pluridisciplinaire. La sociologie, la géographie et l’anthropologie sont mobilisées pour étudier un sacrifice aussi central en islam.

2La tonalité et la dominance du travail demeurent cependant assez proches de la discipline des codirectrices de ce travail : l’anthropologie. A. M. Brisebarre étudie le sacrifice dans la perspective des relations hommes/animaux en milieu urbain et trouve un précieux répondant en L. Kuzinsky, qui aborde les questions du religieux dans une démarche d’anthropologie.

3En anthropologue de l’urbain, L. Kuczynsky a longtemps travaillé sur la question du religieux dans la ville, avec notamment son ouvrage sur les Marabouts en France (2002). Elle opère ici un retour sur une démarche qui continue à privilégier l’anthropologie dans la ville sur les terrains traditionnellement investis à partir des approches culturalistes ou exotisantes.

4Après l’introduction, un premier chapitre signé par A. M. Brisebarre, Virginia Tiziana Bruzzone et Liliane Kuczinski, intitulé « sens et histoire d’une fête musulmane au Sénégal » rappelle les différentes appellations de cette fête connue au Sénégal, comme dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne, par le vocable Tabaski : « Aid el Kebir (Grande fête) ou Aïd el adha (Fête du sacrifice) dans l’aire arabophone, (…) Tfaska chez les Berbères, Kurban Bayramï en Turquie, Eid Zoha au Pakistan » (p. 25). Les auteurs y rappellent également les fondations religieuses de cette fête commémorée chaque 10 du mois de dhû al-ijja, dernier mois de l’année lunaire. En s’appuyant aussi bien sur la littérature et le texte sacré des musulmans, le Coran, que sur les traditions. La fête de la Tabaski est ainsi resituée dans le cadre de l’islam en général ; et au-delà, dans un cadre plus large, celui des cultures antéislamiques.

5Trois chapitres (le second, le troisième et le quatrième), signés collectivement par Brisebarre, Papa Demba Fall et Ndiawar Kane avec la collaboration de Mame Yassine Sarre, sont consacrés d’une part à la dimension sacrificielle de la cérémonie mais aussi aux aspects festifs de la Tabaski en famille à Dakar avec une observation particulièrement focalisée sur Dakar, la capitale du Sénégal. Les différentes sortes de moutons sont présentées selon deux classifications complémentaires. Une classification zootechnique des races et populations ovines qui distingue « les moutons maures à poils longs ou ras, les moutons sahéliens ou peul-peul, les moutons trypanotolérants ou djallonké, les moutons métis. La seconde classification par catégorie d’ovins selon la provenance et le mode d’élevage distingue les moutons des villes (expression forgée à partir de l’expression moutons de case) des moutons de campagne ou encore ceux venant des pays limitrophes. Après avoir documenté et explicité chacune de ces catégories, les auteurs abordent le volet concernant l’acquisition. Le mouton provient en partie des élevages domestiques, pratique très courante notamment dans la région du fleuve Sénégal. Une autre part des moutons sacrifiés a pour origine un don que les parents et les personnes respectées reçoivent à l’occasion de la Tabaski pour le sacrifice. Ce cadeau, même le président peut en bénéficier comme ce fut constaté pour l’année 2002 ; et les auteurs y voient, au-delà de la dimension liée à la corruption, une survivance des anciennes allégeances. Enfin, une autre partie des moutons sacrifiés provient de l’achat. Peuls, Maures et Touaregs se partagent ce commerce. Dans les grandes villes comme Dakar, ce commerce fructueux n’attire pas que les professionnels.

6Le choix du mouton obéit, en milieu urbain, à quelques critères physionomiques comme couleur de la robe, type et longueur du pelage, présence et format des cornes. Les moutons à robe claire et à poils ras sont les mieux appréciés. Légendes et croyances circulent faisant redouter le choix de certaines races ou certaines couleurs de robes. Sur la base d’observations et de récits recueillis, les auteurs nous apprennent que le choix du mouton se fait en fonction d’abord du pouvoir d’achat du sacrifiant ; mais aussi compte tenu de ses convictions religieuses et de ses critères culturels et esthétiques.

7L’essentiel des observations provient des enquêtes menées dans la capitale du Sénégal comme le rappelle le troisième chapitre consacré à la Tabaski en milieu urbain. Le choix se justifie largement quand on sait que c’est à Dakar qu’est immolé le tiers des moutons de la Tabaski sacrifiés dans le pays. Ces moutons viennent essentiellement des pays voisins du nord : de la Mauritanie et du Mali. Toute une organisation est mise en place pour gérer l’événement que les auteurs nous décrivent avec une précision qui finit par en restituer toute l’ambiance. L’administration fixe les points autorisés pour la vente pour éviter que la ville ne se transforme en un grand marché à bestiaux. En vain ! Les moutons finissent toujours par envahir toutes les rues de la capitale. Ils arrivent à la capitale à pied ou dans des wagons mal aménagés ; ce qui cause bon nombre de pertes.

8La Tabaski à Dakar, c’est aussi l’occasion d’une activité intense de métiers officiels (vétérinaires, forces de l’ordre, etc.) et ordinaires (petits gardiens, coiffeurs, couturiers, etc.) à côté d’une effervescence de métiers informels. Certains s’occupent à vendre du foin et des aliments de bétail, d’autres s’improvisent vendeurs d’eau, et d’autres encore laveurs de moutons. Ces derniers s’échinent à toiletter la laine du mouton et à cirer ses cornes pour le rendre plus présentable à l’acheteur et digne d’être sacrifié. Il faut ajouter à ce monde laborieux et remuant les gardiens de jour et de nuit, les rabatteurs (appelés ici coxeurs), les vendeurs de cordes pour attacher les moutons ou pour les tenir en laisse, les porteurs de moutons, les égorgeurs, les ramasseurs et tanneurs de peaux, les restaurateurs occasionnels, les femmes qui cuisinent, les vendeurs de fourneaux, de brochettes, de couteaux et de machettes, etc. Dans cette ambiance frénétique dont est saisie la ville, tout le monde s’active, y compris les mendiants et les pickpockets qui en profitent aussi aux abords des marchés, des gares routières et des foirails.

9Les hommes et les femmes s’activent dans les préparatifs qui vont des achats du mouton en passant par l’acquisition des vêtements, des chaussures, des parures de coiffure. On renouvelle son matériel de cuisine, on fait des provisions de condiments et de boissons. À cette occasion, certains vont jusqu’à équiper et embellir leur maison en changeant les meubles et en refaisant la peinture.

10Avec le quatrième chapitre, les mêmes auteurs nous introduisent au cœur de la fête, nous décryptant le rituel dans toutes ses dimensions, restituant aux hommes, aux femmes et aux enfants, chacun sa place et son rôle. Le lecteur peut suivre le déroulement des préparatifs et partager ainsi les joies des familles privilégiées et les peines de ceux qui ne peuvent honorer ce rituel comme ils le souhaitent.

11Virginia Tiziana Bruzzione nous donne à voir « un autre regard sur la Tabaski à Dakar ». Elle s’intéresse surtout au vécu et aux représentations de la Tabaski dans le monde féminin. Les femmes observent un certain nombre de précautions à l’égard du mouton et de sa chair, faites de privations et d’évitements afin de préserver leur santé et celle de leurs enfants. Certaines parties sont évités tandis que d’autres sont recherchées par la femme pour leur « efficacité symbolique » (sang, tripes, chair bouillie ou grillée, etc.).

12Au-delà de ces représentions, si le sacrifice reste l’apanage de l’homme, la femme demeure très active dans le déroulement de ce rituel. Dès la veille, elle a procédé au grand nettoyage de la maison, parfumé les chambres, brûlé les aromates. Après le sacrifice, elle lave le sol à nouveau à grande eau. C’est encore la femme qui se charge du tannage de la peau du mouton qui fera partir plus tard des biens à usage domestique. Autant d’opérations qui viennent souligner la division sociale de l’espace qui confère à la femme l’aire du dedans, celle de la maison et du privé ; par opposition à l’aire masculine élargie à la rue, au public. Ces opérations soulignent également l’opposition dans les tâches, renforçant par la même la ségrégation sexuée de l’espace. Car, nous dit Virginia Tiziana Bruzzione, « l’homme se charge du sacrifice, la femme des transformations culinaires. Manipuler la viande signifie décider quels morceaux manger, conserver et donner, à qui, quand et comment. La maîtresse de maison dispose donc d’un pouvoir social domestique, familial et extra familial. » (p. 202). 

13Dior Fall a choisi de s’intéresser à Saint Louis du Sénégal, cette ancienne capitale déchue. Depuis, 1959, Dakar, la nouvelle et toujours actuelle capitale, a relégué l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française à un rôle secondaire centré sur l’agriculture et l’élevage, d’où son importance pour la Tabaski. Partant des descriptions littéraires des fastes d’antan, l’auteur tente d’actualiser les données ethnographiques sur la Tabaski dans le Saint Louis d’aujourd’hui. La vocation pastorale de la région, due a sa situation géographique et à son climat, confère une place importante à l’élevage ovin. En parcourant ce chapitre, le lecteur découvre à la fois les pratiques spécifiques à Saint Louis du Sénégal à l’occasion de la préparation du sacrifice et les types de moutons rencontrés (les naars et les touabirs). La sécheresse et la pauvreté poussent la plupart des familles à faire leur propre élevage pour se préparer à la fête du sacrifice. Par une approche sociologique et géographique, l’auteur nous introduit au cœur des pratiques sociales et économiques liées à la Tabaski dans cette région.

14Sada Mamadou Ba aborde la Tabaski sous l’angle du religieux. Il examine son déroulement dans le cadre des confréries et des réalités ethnoculturelles de la ville de Tamba-counda à l’extrême est du Sénégal. Il s’agit essentiellement de la perception peule et du courant local de la confrérie de la Tijaniya dit Gounas Gounas. Agrémenté de belles photos donnant à voir les scènes des divers moments du déroulement de cette fête, l’enquête qui s’est déroulée en 2002, nous décrit une ville qui n’est plus ce qu’elle était. Privée de sa place et de son rôle économique après la fermeture des frontières avec les pays du sud, la Guinée notamment, la ville a périclité. La disparition de l’islam marchand, fédérateur, a laissé place à la résurgence des différences ethnoculturelles. Au-delà des riches données sur l’histoire de la ville et sur la répartition géographique des différences d’approche de l’islam dans la ville, la Tabaski y est décrite avec des apports inattendus comme ces rituels de la veille de Tabaski : le semboudi ou lavage des pieds. Après une description ethnographique serrée du rituel, l’auteur conclut que « l’événement de la Tabaski à Talmba constitue (…) une façon de revivifier l’enracinement culturel peul dans la cité » (p. 258).

15Liliane Kuczinski et Abdou Thiam ont choisi la région du Baol, pays wolof et serer, pour mener une étude exhaustive portant sur l’organisation de la Tabaski, l’économie du charisme et sur les festivités en famille dans les villes. Trois entrées solidement documentées qui nous restituent la richesse de cette région et la diversité des villes qui la constituent : Thiers, Diourbe, Touba ou Banbey. Région marquée par l’empreinte religieuse comme le rappelle la ville de Touba, ville sainte et siège du khalifat de la confrérie des mourides, ou Diourbel, un haut lieu du mouridisme. La région est également marquée par la migration.

16Après la description de la région, les auteurs ne reviennent pas sur ce qui est déjà connu du mouridisme, ni sur les écrits de l’époque coloniale, ni sur ceux plus récents, œuvre des autochtones. Ils préfèrent privilégier un angle assez peu étudié : celui du fonctionnement du charisme dans les trois villes qu’ils ont étudié. Le fonctionnement de ce charisme est examiné en relation avec la fête de la Tabaski ; montrant ainsi concrètement, combien la Tabaski constitue un moment crucial dans l’économie du charisme. À cette occasion la circulation des offrandes et des cadeaux (hadiyât) s’intensifie ; et leur consistance prend de l’ampleur, révélant une économie du don qui construit et entretient les notabilités passées et actuelles. Les mêmes auteurs cosignent le troisième volet de cette étude par l’examen des rythmes festifs dans la ville et du sacrifice dans les familles. C’est l’occasion aussi d’évoquer la Tabaski des chrétiens à Bambey, Diourbel et d’autres villages ou vit une forte minorité chrétienne. Abdou Thiam prolonge l’étude de cette région en abordant la question des Baol-Baol émigrés qui, comme le souligne le titre de son travail, sont absents ; mais bien présents pendant la fête à travers les mandats et les transferts de fonds. Certains choisissent même de retourner au pays à cette occasion.

17Anne-Marie Brisebarre clôt cet ouvrage par un travail en deux volets sur la presse sénégalaise dans son traitement de l’événement par l’écrit et par les représentations graphiques. Cette « revue de presse » montre comment les journalistes comblent le déficit d’études et le manque d’intérêt de la part des chercheurs. Ils analysent les problèmes liés à la Tabaski en passant au crible tous les aspects allant de la sécurité ou de la frénésie dépensière aux événements politiques qui viennent occulter ou différer les dispositifs et l’organisation de l’événement. Le second volet s’intéresse aux caricatures et aux bandes dessinées que publie la presse, un aspect presque jamais abordé et qui pourtant, sous la plume d’Anne-Marie Brisebarre permet des lectures riches et subtiles de la société sénégalaise. Par la diversité des sujets et la richesse des approches et des objets questionnés, ce travail pionnier constituera, sans doute, une référence incontournable pour ceux qui s’intéresseront à la fête de la Tabaski. Au-delà, il sera utile à tous ceux qui dans le champ des études d’anthropologie interrogent le festif en général et ses expressions urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Brisebarre Anne-Marie (dir.), 1998, La fête du mouton. Un sacrifice musulman dans l'espace urbain, Paris, CNRS éditions, col. Méditerranée.

Brisebarre Anne-Marie, Bonte Pierre et Gokalp Altan (dir.), 1999, Sacrifices en islam. Espaces et temps d'un rituel, Paris, CNRS éditions, col. Anthropologie

Kuczynski Liliane, 2002, Les marabouts africains à Paris. Paris, CNRS Éditions, 439 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Brisebarre Anne-Marie et Kuczynski Liliane (dir.), La Tabaski au Sénégal. Une fête musulmane en milieu urbain, Karthala, col. Hommes et sociétés, 2009, 468 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/7569

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page