Navigation – Plan du site
Lectures

Esseesy Mohssen, Grammaticalization of Arabic Prepositions and Subordinators. A Corpus-Based Study, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 59, Brill, 2010, xxiv p. + 390 p.

Catharina Pinon

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans la lignée des études linguistiques basées sur corpus. Il traite de l’émergence et de l’évolution de formes et de constructions linguistiques dans le cadre théorique de la grammaticalisation. Ce terme désigne le phénomène linguistique unidirectionnel marquant l’évolution de mots ou de structures syntaxiques qui changent de statut pour devenir des éléments grammaticaux. L’une des caractéristiques de cette approche est d’opérer un décentrement de l’attitude traditionnelle « technico-grammaticale » pour porter l’attention sur le rôle du locuteur dans l’évolution de la langue et sur la nature des opérations cognitives qui provoquent ces évolutions.

2L’originalité de cette étude provient du fait que, contrairement aux études antérieures, l’auteur ne s’est pas confiné aux prépositions citées dans les grammaires classiques mais a élargi le champ de cette catégorie. Il s’est ainsi intéressé aux prépositions largo sensu, incluant des « verbes locatifs » ou encore des constructions prépositionnelles plus ou moins complexes. L’ensemble des prépositions et subordonnants choisis ont été classés selon des critères formels et sémantiques afin de mesurer leur degré de grammaticalisation. Cette étude panchronique, visant à étudier la nature du changement linguistique et les circonstances le favorisant, se base sur des prépositions et autres subordonnants interphrastiques sélectionnés à partir du corpus électronique Arabic Corpus Tool (ACT).

3Parmi les études portant sur les prépositions arabes, celle-ci est la première à recourir à une large base de données authentiques couvrant une longue période et à reconnaître le continuum s’étendant entre les registres standardisés de l’arabe et le dialectal comme étant fonctionnel pour l’étude de l’évolution des prépositions. M. Esseesy envisage les prépositions arabes comme une classe de strates se prêtant à une modification fonctionnelle et formelle au fil du temps. Il identifie les processus généraux de grammaticalisation des prépositions arabes et les schémas d'évolution qui leur sont propres, revenant à leurs sources lexicales pour aboutir à leurs fonctions de subordonnants les plus grammaticalisées. Étudiant les corrélations entre l’augmentation de la grammaticalisation et la fréquence textuelle, il parvient à mettre en évidence les motifs réels de l'utilisation des prépositions dans le discours. Le recours à des données empiriques représentant différentes périodes historiques permet de mettre à jour des récurrences, d’émettre des généralisations et d’attirer l’attention sur l'émergence ou sur la disparition des formes qui exercent des fonctions prépositionnelles. Cependant, cette étude n’est pas une étude panchronique globale de toutes les prépositions arabes ; elle offre plutôt des descriptions de détail sur la genèse et l’évolution de certaines d’entre elles.

4Concernant l’ancrage théorique, M. Esseesy suit une approche éclectique de la grammaticalisation. Il n’opte pas pour une théorie particulière, mais convoque différents principes en fonction des phénomènes qu’il rencontre. Cette attitude lui permet d’offrir une description du phénomène plus adéquate que s’il s’était restreint à un domaine ou à une théorie de la grammaticalisation. Il définit ainsi différents mécanismes d’extension sémantique (métaphorisation, métonymisation, réinterprétation sémantique, ré-analyse, renforcement pragmatique) puis présente les caractéristiques du processus de grammaticalisation et propose des critères de mesure du phénomène.

5Pour ce qui est des sources, l’auteur exploite le corpus développé par D. Parkinson accessible sur le site http://arabicorpus.byu.edu/. Pour l’arabe classique, la principale source est le Coran, auquel l’auteur a ajouté des exemples tirés des grammaires classiques ou des lexicographies ; le moyen-arabe est représenté par le texte des Mille et une nuits ; l’arabe standard moderne figure à travers un choix d’œuvres littéraires du XIXe - XXe siècle et une sélection de journaux publiés entre 1996 et 2002 ; enfin, un petit corpus de chat en égyptien évoque le dialecte. L’intérêt de recourir à l’Arabic Corpus Tool est de disposer de nombreuses données authentiques accessibles en contexte, couvrant divers états et variétés de la langue, même si ce corpus revêt, tel quel, quelques désavantages dont l’auteur est parfaitement conscient. Le déséquilibre notable entre le poids de chaque variété affecte directement les résultats de la recherche. En effet, le corpus compte environ 85 000 mots pour l’arabe classique, 150 000 pour le dialecte, 404 000 pour la littérature moderne, 558 000 pour le moyen-arabe et plus de 66 millions pour la presse. S’il admet que cette base de données n’est pas suffisante pour prétendre à une analyse diachronique globale, M. Esseesy estime qu’elle permet au linguiste de retracer les grandes étapes de l’évolution des prépositions.

6L’auteur consacre le premier chapitre à dresser un historique du changement linguistique en arabe. Il explique que la vision traditionnelle tendant à produire de l’arabe l’image d’une langue immuable et faisant des dialectes une « corruption » de la langue classique a empêché les chercheurs d’étudier en profondeur ces changements linguistiques. Il critique ensuite la tripartition catégorielle faite par les grammairiens arabes (verbe, nom, préposition), car celle-ci a pour conséquence la production d’une catégorie « fourre-tout » portant l’étiquette de ḥarf au sein de laquelle les critères d’identification ne sont pas clairement définis. Après avoir étudié la liste des prépositions fournie par différents grammairiens arabes, l’auteur tente d’expliciter les critères retenus par ces derniers, pour expliquer pourquoi la catégorisation des particules produite par les grammairiens arabes est inadéquate. Il mentionne des études actuelles qui replacent l’évolution des prépositions arabes dans le contexte plus large du processus de grammaticalisation étendu aux langues sémitiques.

7Le second chapitre traite du processus de grammaticalisation d’un point de vue théorique. La théorie de la grammaticalisation permet d’analyser les prépositions arabes selon une approche empirique et descriptive. L’auteur exploite avantageusement la bibliographie sur le sujet, ne retenant que les phénomènes qui l’intéressent dans le cadre de cette étude.

8Les chapitres 3 à 7 sont des études portant sur les phénomènes de changement linguistique propres à l’arabe. L’auteur traite successivement des prépositions complexes (préposition-nom-préposition, ou PNP) bi-l-nisbati li- / ilâ, ʿalâ / bi-raghmi min, bi-ḥâjatin ilâ / li-, bi-l-naẓari ilâ, bi-l-niyâbati ʿan et bi-taḥrîḍin min ; des prépositions composées (préposition-nom, ou PN) fî athnâ’i, bi-faḍli, min nâḥiyati, ʿan ṭarîqi et bi-sababi ; des prépositions autonomes fawqa, taḥta, amâma, khalfa, fî, ʿalâ et min ; des prépositions li- et bi- qui présentent un fort degré de grammaticalisation et dont l’auteur reconstitue la polysémie et la multifonctionnalité. Le rapprochement a été fait entre certaines prépositions et une origine sémitique ou proto-sémitique. Concernant les complexes PNP, l’auteur constate une forte cohésion sémantique interne en dépit de la taille du syntagme. Il explique le manque d’intérêt des grammairiens arabes sur ces éléments par leur faible fréquence d’emploi. Il estime que ce type de préposition a émergé à partir de calques des langues européennes, formulant l’hypothèse qu’il s’agit de « répliques grammaticales » survenant suite au contact des langues. Les prépositions de type PN ont aussi été négligées dans les grammaires et les recherches linguistiques. Il note pour ces dernières une forte altération du sens du mot d’origine. L’auteur remet aussi en cause la catégorie grammaticale traditionnelle des ẓurûf (« adverbes ») qui, selon lui, ne devraient pas être séparés des autres prépositions, car la différence entre les prépositions (ḥurûf al-jarr) et les ẓurûf (“adverbes”) se mesure davantage dans la capacité à remplir des fonctions prépositionnelles. Concernant les prépositions autonomes, leur évolution semble être la suivante : forme lexicale > forme adverbiale > préposition > clitique. Il prend notamment l’exemple de fawqa : al-fawqu (nom) > min / ilâ fawqi (« adverbe ») / fawqa (préposition) > fawqa (préposition) > faw- (clitique : « ultra- »).

9Le chapitre 8 pose les bases théoriques permettant l’étude du processus d’évolution de la préposition qui aboutit au subordonnant phrastique. Une échelle de grammaticalisation reposant sur des critères sémantiques, formels et relatifs à la fréquence est proposée. Le chapitre 9 est consacré à l’étude de la grammaticalisation de certains subordonnants exprimant des relations de cause ou de concession-condition. L’ouvrage se termine sur un résumé de l’ensemble suivi d’une conclusion.

10L’ouvrage, formellement rigoureux, contient également une table des matières détaillée et la mention des symboles et abréviations utilisés et du système de transcription employé. De nombreux tableaux et schémas illustrent l’exposé ; les exemples numérotés et référencés figurent en transcription littérale, en transcription linguistique et sont traduits en anglais. Des informations plus détaillées portant sur les textes constituant la base de données Arabic Corpus Tool utilisée dans cette étude figurent en annexe sous forme de tableaux. En outre, le lecteur peut se référer à une importante bibliographie et à deux index fort utiles (un index des auteurs et un index thématique).

11Même s’il nous semble percevoir des faiblesses quant au corpus servant de base de données textuelles à cette étude (nature des textes censés représenter les différents états et les différentes variétés de l’arabe, équilibre de l’ensemble), la façon qu’a l’auteur d’aborder la question de la grammaticalisation des prépositions et subordonnants en arabe nous semble pertinente et judicieuse. Sachant s’affranchir de la grammaire arabe traditionnelle lorsque les positions de cette dernière lui semblent inadéquates, il sait aussi convoquer les éléments théoriques adaptés à son objet d’étude, redonnant à la « particule » toute la place qu’elle mérite au sein de l’histoire de l’évolution de la langue arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catharina Pinon, « Esseesy Mohssen, Grammaticalization of Arabic Prepositions and Subordinators. A Corpus-Based Study, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 59, Brill, 2010, xxiv p. + 390 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7572

Haut de page

Auteur

Catharina Pinon

Aix-Marseille Université / IREMAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page