Navigation – Plan du site

L’enseignement supérieur aux Émirats Arabes Unis, entre émiratisation et contraintes du marché

Higher Education in the United Arab Émirates, between emiratisation and market constraints
William Gueraiche
p. 183-199

Résumés

Depuis la création de la première université publique en 1977, le gouvernement fédéral émirien a fait de l’enseignement supérieur le principal outil de l’émiratisation (inclusion de cadres émiriens dans la fonction publique et le secteur privé). La multiplication des établissements d’enseignement supérieur privés depuis le milieu des années 1990 n’a pas changé cet objectif mais le ministère de l’enseignement supérieur est devenu progressivement une instance de régulation de l’offre universitaire par l’octroi d’accréditations. Quatre émirats (Abu Dhabi, Doubaï, Sharjah et Ras al Khaïmah) se sont livrés une lutte féroce pour devenir le « hub » de l’enseignement supérieur aux E.A.U. et dans le Golfe. Ils ont essayé d’attirer des noms d’universités prestigieuses pour créer une dynamique. Cette compétition a tourné à l’avantage d’Abu Dhabi qui pourrait bien devenir le centre universitaire des Émirats voire de la région. Elle a aussi eu pour conséquence une redistribution des pouvoirs entre la fédération et les émirats locaux.

Higher Education in the United Arab Émirates, between emiratisation and market constraints

Since the founding of the first public university in 1977, the federal government of the UAE has used higher education as its primary means to achieve the emiratization (nationalization of the civil service and the business sector). The growth of private universities that started in the mid 1990s’ has not changed this objective, but the ministry of higher education and scientific research has become a regulatory body whose mission is to manage the higher education market through accreditation processes. In parallel, there was a fierce competition between four emirates (Abu Dhabi, Dubai, Sharjah and Ras al Khaimah) to become the university hub of the UAE -- and the rest of the Gulf. To fuel their ambitions these emirates attempt to create partnerships with prestigious international universities. The competition has turned out to Abu Dhabi's advantage: the emirate could well become the education capital of the UAE, perhaps of the rest of the region, and has led to a new balance of power between the federal and local governments.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour tous les thèmes concernant la mondialisation de l’enseignement supérieur, je me conformerai da (...)

1À bien des égards, les Émirats Arabes Unis (E.A.U.) semblent être un cas d’école de la mondialisation de l’enseignement supérieur dans les pays du Golfe dont les trois aspects les plus visibles sont la présence d’institutions universitaires transnationales, une forte proportion d’étudiants étrangers dans les universités locales et la formation d’un corps professoral expatrié (Varghese, 2009 : 16-21). La jeune fédération créée le 2 décembre 1971 a en effet dépassé le stade de l’internationalisation c’est-à-dire de l’intégration d’une dimension internationale dans l’enseignement, la recherche et l’administration universitaires (Knight, 2006 : 18 ; Knight cité par Childress, 2010, p. 7 et 10 ; Knight, 2010 : p. 431). Elle rejoint l’Organisation Mondiale du Commerce en avril 1996 et accepte les principes du General Agreement on Trade in Services (G.A.T.S.) qui permet notamment l’ouverture sans restriction du secteur éducatif à la concurrence étrangère (Knight, 2006 : 29-39).

2La révolution universitaire qui agite les États du Golfe (Romani, 2009 : 4) demande à être pensée dans l’originalité du contexte émirien. La présente situation ne naît pas uniquement de la dialectique d’une pénétration étrangère et des efforts fédéraux pour mettre en place une politique universitaire cohérente. La structure fédérale de l’État autorise les émirats locaux à négocier avec des partenaires étrangers, en l’occurrence avec des institutions universitaires principalement anglo-saxonnes. Si l’on retrouve aux E.A.U. des thématiques transnationales comme la massification, la marchandisation de l’enseignement supérieur (Altbach, 2010 : 25-41), certaines présentent une originalité qui résulte de l’emboîtement d’échelles entre les autorités locales (celles des émirats et plus particulièrement ceux d’Abu Dhabi, Doubaï, Sharjah et Ras al Khaïmah), les instances fédérales et des partenaires étrangers.

  • 2 Beaucoup d’articles de qualité très variable et avec des objectifs différents ont été écrits sur l’ (...)
  • 3 C’est pour cette raison que des auteurs aussi sérieux que Christopher Davidson (qui est le meilleur (...)

3Les (rares) travaux qui ont été menés sur l’enseignement supérieur émirien n’ont pas tenu compte de ce jeu à trois mains. Et pour cause, si l’on peut d’ores et déjà faire un bilan d’étape, le phénomène est encore en cours, souvent invisible pour un observateur étranger. À défaut, les chercheurs ont privilégié deux axes, l’un classique, l’autre plus original à petite échelle. Sans grande surprise, les spécialistes des sciences de l’éducation ont réfléchi sur les améliorations possibles du système universitaire (ECSSR, 1999 ; Mercer, 2005 ; Fox, 2007 ; Abdelhakim, 2009 : Kirk, 2010). L’autre axe associe l’enseignement supérieur à la nationalisation de l’économie émirienne (pour reprendre l’expression officielle), autrement dit le remplacement de tout ou partie de la main d’œuvre étrangère de la fonction publique et du secteur privé par des cadres émiriens, politique appelée émiratisation2 (Benjamin, 1999 ; Mograby, 1999 ; Godwin, 2006 ; Abdalla et al., 2008 ). Il est important de noter que les chercheurs sur les E.A.U. sont confrontés à une contradiction. Le pays est très médiatisé depuis le début du xxie siècle, ce qui provoque une abondance de commentaires, alors que l’accès à l’information est somme toute limité. Sur ce dernier point, le gouvernement fédéral n’a cessé de répéter avant la crise de septembre 2008 qu’il souhaitait une plus grande transparence dans la publication des données statistiques par exemple. Or, une certaine défiance persiste à l’égard des chercheurs. Les responsables officiels, quelle que soit leur nationalité d’ailleurs, sont réticents pour communiquer hors de leurs services. De plus, même si cette volonté existe, les moyens techniques et les moyens en personnel ne permettent pas forcément une traduction dans les faits3.

4Avant de réfléchir sur les enjeux de l’enseignement supérieur, il importe d’aller voir de l’autre côté de la ligne de front, pour reprendre une expression d’André Elias Masawi et de Ronald G. Sultanat (Masawi et Sultanat, 2010 : 16), celui des salles de cours, car l’enseignement supérieur, ce sont d’abord des étudiants et des professeurs dont il impératif de brosser, même à gros traits, le portrait. À la différence de l’Égypte ou du Liban, les Émirats Arabes Unis n’ont pas de tradition universitaire au moment de l’indépendance en 1971. Le gouvernement fédéral met alors en place des structures universitaires nouvelles qui sont censées pourvoir le pays en cadres supérieurs. Comment cette politique d’émiratisation a-t-elle évolué avec le développement de l’enseignement privé supérieur à partir du milieu des années 1990 ? Cette dernière période marque aussi le coup d’envoi de la compétition entre les émirats pour attirer des institutions universitaires étrangères provoquant une réorganisation du paysage universitaire pour ne pas dire des pouvoirs entre les émirats.

De l’autre côté de la ligne de front

5Les E.A.U. ont une structure démographique unique au monde. D’après les estimations publiées par le National Bureau of Statistics en mars 2011, la population était de 8,26 millions d’habitants au milieu de l’année précédente4. Les Émiriens étaient 947 997, soit 11,4 % de la population totale. Le sentiment d’être minoritaire dans son propre pays est renforcé par la faible représentation dans le monde du travail (10 %), à mettre en relation avec le pourcentage d’Émiriens diplômés du supérieur (11 %) (Davidson, 2010 : 71).

  • 5 Vir Singh, “Universities withstand Dubai Financial Crisis”, The New York Times 19 septembre 2010.
  • 6 Afshan Ahmed “Subjects cut in overhaul of public schools”, The National, 6 avril 2011.

6Selon les prévisions du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le nombre d’étudiants émiriens devrait passer de 35 000 en 2007 à 50 000 à la fin de la décennie 2010 (UAE, 2007 : 12 et 14). Cette massification s’explique par la structure démographique, la politique d’émiratisation et le fait que les Émiriens considèrent l’accès à l’université comme un droit (Nicks-McCaleb, 2005 : 322). Elle pose un problème de niveau scolaire car la plupart des diplômés du second degré ont besoin d’une année de mise à niveau avant de commencer leur formation supérieure. Warren Fox, directeur de l’enseignement supérieur de la Knowledge and Human Development Authority de l’émirat de Doubaï, en rejette la responsabilité sur les lycées5. Les enseignants du secondaire sont souvent pointés du doigt mais il est aussi légitime d’évoquer des causes sociales plus profondes comme l’absentéisme, le manque de suivi des parents6 ou, dans un autre registre, la langue d’enseignement – exclusivement l’anglais, décision imposée par la fédération dès 1977.

  • 7 Les données sont éclatées pour l’ensemble des E.A.U., impossibles à recouper car elles sont exprimé (...)
  • 8 George Mason Ras al Khaïmah avait un niveau sélectif à 570 ; A.U.D. exige 550 – sachant que beaucou (...)

7Les étudiants doivent avoir une bonne maîtrise de l’anglais à l’entrée du supérieur. Ce n’est pas toujours le cas des Émiriens pas plus que des étudiants étrangers. Bien que l’on connaisse encore très mal ces derniers, ils forment un bataillon important (sur 39 127 étudiants dans l’émirat de Doubaï en 2010, un peu plus de 16 000 (sic) étaient émiriens (Government of Dubai, 2007 : 6 et 8)7) aux origines de plus en plus diversifiée, notamment en provenance du monde musulman non anglophone (Government of Dubai, 2007 : 8 ; AUD, 2011 : 20). Les universités sont libres de placer la barre du T.O.E.F.L. (Test of English as a Foreign Language) où elles le souhaitent8. Comme la plupart des institutions sont à but lucratif, elles tentent d’intégrer le plus grand nombre de candidats ce qui pourrait faire planer une menace sur la qualité des diplômes délivrés. Un compromis sous forme de règle non écrite s’est imposé sur la plupart des campus. La sélection n’est pas aussi rigoureuse qu’elle pourrait l’être à l’entrée mais un étudiant qui intègre l’université n’en sera pas nécessairement diplômé, quitte à mécontenter des étudiants-consommateurs qui ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas « acheter » leurs diplômes.

8Le choix des filières d’enseignement révèle aussi le caractère pragmatique des étudiants et de leurs familles. À la rentrée 2010, 42 % des étudiants de Doubaï sont inscrits dans une école de commerce (Government of Dubai, 2007 : 7). Ces données sont corroborées par l’université américaine de Doubaï. Sur 2 707 étudiants inscrits, 1 413 dépendaient du département de Business Administration, soit 52% (AUD, 2011 : 12). Les étudiants ne cachent pas que des études de commerce sont le meilleur « retour sur investissement » dans l’enseignement supérieur. Empiriquement, on constate que beaucoup de ces étudiants viennent de familles déjà installées dans le monde des affaires ; une formation universitaire facilite alors l’intégration dans l’entreprise familiale (aux Émirats ou ailleurs). En outre, les études de commerce sont un choix de raison. À l’entrée à l’université, rares sont les étudiants qui ont un projet professionnel. Le choix d’une école de commerce correspond ainsi à une prise minimum de risques car une licence de commerce est un diplôme reconnu permettant de trouver un premier travail au sortir de l’université. Cet état d’esprit se retrouve dans les autres disciplines. La formation supérieure est pensée comme le moyen d’accéder rapidement à un emploi bien rémunéré ; le choix de l’université et de la filière s’inscrivent dans cette stratégie personnelle d’accès à l’emploi. Les formations, voire les cours qui ne peuvent être instrumentalisés dans cette démarche de carrière sont négligés.

9Il ne faut pas s’étonner qu’à l’autre bout de la chaîne, les étudiants ne sont pas tentés par la recherche. Le personnel de direction répète à l’envie que les universités privées sont des établissements d’enseignement à but lucratif et non des structures de recherche. Jusqu’à une période récente, les autorités publiques ne l’ont pas soutenu non plus car d’autres priorités avaient été établies. Dans son rapport de 2010, le Conseil éducatif d’Abu Dhabi souligne que la Recherche/Développement représente 0,01% du P.I.B. émirien (2,67% aux États-Unis ; 4,74% en Israël) (A.D.E.C., 2010 : 7). Le gouvernement fédéral a mis en place une Fondation de la Recherche Nationale le 9 mars 2008. Son but est « de soutenir des activités de recherche de classe mondiale, de créer un environnement de recherche compétitif sur le plan international et un système d’innovation aux Émirats Arabes Unis9 ». Mais d’une part cette nouvelle politique de la recherche prendra du temps et d’autre part elle sera principalement mise en œuvre dans l’émirat d’Abu Dhabi qui est le seul émirat à pouvoir investir dans ce domaine (A.D.E.C., 2010 : 8-20).

10En ce qui concerne les enseignants, enfin, comme le remarque très justement Christopher Davidson, l’éducation est un secteur déprécié aux Émirats et rares sont les jeunes adultes qui se destinent à l’enseignement (AUD, 2011 : 26). Le recrutement se fait donc principalement à l’étranger ou parmi les expatriés sur place. À l’instar des autres pays du Golfe, la fédération a bénéficié de la saturation des universités nord-américaines pour attirer un personnel très compétent, souvent jeune, et en quête d’une première expérience, ou alors en fin de carrière. La stagnation des salaires sur plusieurs années aux E.A.U. et a fortiori depuis la crise de 2008-2009 a conduit des professionnels chevronnés sous des cieux financiers plus attrayants comme Qatar ou Koweït (Davidson, 2010 : 73). Il reste beaucoup à faire pour mieux connaître les étudiants et les professeurs des Émirats qui évoluent dans un système qui n’a cessé d’évoluer.

L’État fédéral est-il encore un acteur essentiel du système universitaire ?

11Les universités publiques ont été initialement le bras armé de la fédération pour mener sa politique universitaire. Dans les années 1990, le gouvernement a dû composer avec le développement des établissements privés. La dichotomie public/privé est toutefois à examiner avec circonspection. S’il y a certes des universités publiques et établissements privés, il existe une troisième catégorie que Daniel Kirk appelle semi-publiques. L’université américaine de Sharjah ou l’université de science et de technologie d’Ajman par exemple reçoivent des soutiens – sans plus de précisions – des autorités locales (Kirk, 2010 : 24). Il s’agit en fait de financements directs ou indirects qui prennent des formes différentes (octroi d’un terrain, financement de la construction des locaux, etc.). Dans ces conditions, comment l’État fédéral a-t-il pu maintenir la cohérence du système avec ses objectifs d’émiratisation ?

Les universités publiques

  • 10 Khaleej Time, 1988 , United Arab Émirates University, Al Ain Special Report, 24 mars 1988, p. 5 et (...)
  • 11 “University gets more Foreign Teachers”, Khaleej Time, 15 juillet 1984.
  • 12 “1 500 Students at University Abroad get UAE scholarships”, Khaleej Time, 20 février 1985.

12Quatre principes organisent l’enseignement supérieur après l’indépendance : enseignement gratuit pour les nationaux qualifiés ; université non mixte ; personnel enseignant international de qualité ; enseignement en anglais (UAE, 2007 : 11). Sur cette base, la loi fédérale n°4 de 1976 crée l’université des E.A.U., « arabe et islamique » à Al Ain ville natale des Al Nahyan, famille régnante d’Abu Dhabi. Dans son discours inaugural du 10 novembre 1977, le président Sheikh Zayed Al Nahyan souligne que UAE University porte les espoirs de la nation car l’université est pensée comme la clef de l’émiratisation. 502 étudiants (278 hommes et 194 femmes diplômés en 1981) étudient sous la férule de 54 enseignants10. Le manque de personnels qualifiés s’impose comme un problème structurel dès les premières années. Le Ministère de l’éducation fait alors appel à la solidarité arabe pour attribuer les postes vacants. En 1984 par exemple, 49 professeurs sont recrutés en Égypte, en Iraq ou en Syrie11. Si les résultats sont encourageants pour les premières promotions – le nombre d’étudiants diplômés double pratiquement en trois ans (472 en 1981 ; 803 en 1984) et continue une croissance exponentielle – les attentes des jeunes Émiriens exigeants sont déçues. Tous les ans, deux cents en moyenne partent étudier à l’étranger. Ils forment ainsi en 1985 un contingent deux fois plus nombreux que les étudiants restés sur place12.

13De plus, les formations généralistes ne répondent pas aux besoins locaux, notamment dans l’enseignement technique. Les Hauts Collèges de Technologie qui seraient un compromis entre les lycées techniques et les Instituts Universitaires Techniques français sont créés pour accélérer l’émiratisation. Leur but est de pourvoir en personnel émirien tous les secteurs techniques d’une société en rapide évolution (Al-Jassim, 1997 : 140-141). Comme dans les vocational schools nord-américaines l’accent est donc mis sur l’employabilité des étudiants en fin de cursus. À l’origine quatre (seize aujourd’hui) High Colleges of Technology ouvrent leurs portes dans différentes villes des Émirats. Après une année préparatoire, les étudiants suivent un cycle de trois ans dans quatre filières (commerce, technologie, communication, santé). 18 000 étudiants dont 11 000 femmes ont bénéficié de cette formation.

  • 13 “Nation needs 40 000 Graduates for its Goals”, Gulf News, 17 juin 1994.
  • 14 “Enthusiastic Response to Zayed University”, Émirates News, 1er septembre 1998. Les étudiantes non (...)

14Sheikh Zayed University, créée en 1999, se présente comme un « nouveau modèle pour l’enseignement supérieur aux E.A.U. » (Halloran, 1999 : 323). En juin 1994, une étude préparée par Qassim Ameel Qassim de l’université des E.A.U. soulignait que le pays avait besoin de 40 000 diplômés émiriens pour faire face à l’essor de la fédération dans tous les secteurs d’encadrement – 4 000 médecins, 10 000 ingénieurs, etc.13 alors que les structures en place peinaient à atteindre le quart des besoins. Cette nouvelle université est pensée comme le fer de lance de l’émiratisation. Le président Zayed mise sur les forces vives que représentent les femmes, encore sous-représentées dans l’enseignement supérieur. La réponse des Émiriennes à la première université pour femmes est enthousiaste dès la première année car plus de 2 000 candidates postulent, 440 intègrent le campus d’Abu Dhabi, 832 celui de Doubaï14. Des enseignements supposés être plus féminins sont proposés comme les Sciences de la Famille ou de l’Education. Zayed University s’inscrit dans la continuité de la politique universitaire menée depuis 1977 bien que le soutien fédéral au secteur public semble fléchir à la fin du siècle.

15Si l’on compare l’évolution du P.N.B. émirien et les dépenses fédérales affectées au supérieur, en prenant comme indice 100 en 2001, le premier atteint 253 en 2006 alors que les secondes se stabilisent à 109 la même année. Comme l’explique Warren H. Fox, la priorité est donnée à des investissements structurels, dans les infrastructures et le soutien à la diversification économique (Fox, 2004 : 1-2 ; 6). Les données statistiques masquent la situation critique de l’enseignement public (Mograby, 1999 : 299-301). Sheikh Nahyan Bin Mubarak Al Nahyan, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, met en place à l’automne 2003 un comité de pilotage dont le but est de faire des propositions (UAE, 2007). Les objectifs d’émiratisation sont une nouvelle fois mis en exergue. Après avoir brossé un tableau de la situation actuelle, insistant notamment sur des aides fédérales insuffisantes, le rapport définit trois priorités pour le plan de développement. Tous les élèves émiriens, garçons ou filles, doivent avoir accès à l’enseignement supérieur ; l’enseignement universitaire doit être de qualité (conforme aux normes internationales) ; la formation universitaire doit être en adéquation avec le marché du travail.

  • 15 En 2010, 1 220 Émiriens faisaient leurs études en Grande-Bretagne, ce qui représente une augmentati (...)

16La lecture en creux de ce rapport montre que, précisément, la qualité de l’enseignement des universités publiques est sur la sellette. Conscients des faiblesses internes d’une université gratuite mais qui a la réputation de délivrer des diplômes dont la valeur n’est pas équivalente aux universités privées, les jeunes Émiriens ont le choix entre deux options. Ou bien ils partent étudier à l’étranger, principalement en Grande-Bretagne15 et aux États-Unis, ou bien ils rejoignent le privé. En 2010, dans l’émirat de Doubaï, un étudiant sur trois était émirien. 7 207 « principalement » émiriens (sic) avaient rejoint les trois établissements d’enseignement supérieur fédéraux (Zayed University et deux High Colleges of Technology), ce qui veut dire que 9 000 avaient préféré intégrer des universités privées (Government of Dubai, 2010, 6-8). Ce choix coûteux pour les familles s’explique peut-être par la capacité d’accueil limitée des établissements publics (qui refusent chaque année des milliers de candidats) mais aussi par le fait que la fédération tende à se reposer sur le privé pour limiter ses dépenses.

Encadrer l’offre universitaire

17Les universités privées connaissent un succès immédiat. Leur nombre passe de 5 en 1997 (Abdallah et al., 2008 : 71) à 72 aujourd’hui. Pour maintenir la qualité de l’enseignement et éviter l’implantation d’établissements « voyous » pour reprendre l’expression de Jane Knight (Knight, 2006 : 63), le Ministère de l’enseignement supérieur décide de mettre en place un contrôle de qualité en deux temps. Premièrement, à partir d’août 1999, les établissements transparents sur leurs objectifs, leurs moyens matériels et humains, leurs programmes académiques reçoivent une autorisation d’exercice. Deuxièmement, une commission d’accréditation est instituée en 2007. Les 72 universités accréditées à la rentrée 2010 sont en conformité par rapport aux attentes officielles (c’est-à-dire qu’elles disposent des moyens matériels, humains pour dispenser une éducation de qualité). La licence sanctionne la totalité des activités universitaires. Au terme d’une période de cinq ans, elle est renouvelée par une nouvelle inspection. Si l’université envisage de créer de nouvelles filières, le projet doit recevoir l’agrément des autorités au préalable. Les universités prennent très au sérieux cette procédure (Abdelhakim, 2009).

  • 16 L’accréditation de cinq ans d’A.U.D. arrive à son terme en 2012. Un document qui fera plus de 6 000 (...)
  • 17 New York, New Jersey, Pennsylvania, Delaware, Maryland the District of Columbia

18Pour renforcer ces dispositions, certaines se sont imposé des contraintes supplémentaires en cherchant une accréditation américaine, phénomène transnational puisqu’on le retrouve en Colombie ou au Koweït (Douglas, 2009). Aux États-Unis, on dénombre entre 4 et 5 000 universités ou collèges dont il est difficile d’évaluer le niveau. C’est précisément la tâche que se sont assignée les commissions d’évaluation. L’université américaine de Doubaï a été la première institution dite accréditée aux Émirats en 1995. Dans ses brochures, elle mentionne son accréditation américaine délivrée par la commission universitaire (Commission on Colleges ou C.O.C.) de l’association méridionale universitaire (Southern Association of Colleges and Schools ou S.A.C.S.) – avant l’accréditation du ministère émirien16 (AUD, 2010 : 9). Des accréditations plus spécifiques (pour les études de commerce et dans les sciences de l’ingénieur par exemple) complètent la panoplie. Cette règle non dite a fini par s’imposer comme un label de qualité. Zayed University, université publique, est aussi passée sous les fourches caudines d’une certification par la commission de l’enseignement supérieure des États du nord-est américain17 (Commission on Higher Education of the Middle States Association of Colleges and Schools). La combinaison d’un contrôle public (fédéral) et privé (associations d’accréditation américaine) autorise à penser que toutes les universités fournissent un enseignement de qualité.

  • 18 Joseph George, “Banned Universities Operating from RAK, Émirates Business 24-7, 13 décembre 2010. (...)

19L’ouverture des deux zones franches spécialisées sur l’éducation (Dubai International Academic City ou D.I.A.C. et Knowledge Village) a relancé le débat sur la qualité des universités. En 2006, la D.I.A.C. accueille 13 universités. Comme il s’agit d’une zone franche, les établissements n’ont pas besoin de la licence du ministère émirien. Des étudiants ont acquitté des frais de scolarité élevés et leurs attentes n’ont parfois pas été satisfaites. Les autorités doubaïotes réagissent en mettant en place dès 2008 une commission de contrôle (The University Quality Assurance International Board ou U.Q.A.I.B., émanation de la Knowledge and Human Development Authority Dubai ou K.H.D.A.) pour couper court aux rumeurs qui ne tardent pas à se répandre. Des inspections sont menées en 2009 auprès des institutions qui n’ont pas reçu de licence du ministère émirien. Mohamed Darwish de la K.H.D.A. explique que des franchises ont été ouvertes à Doubaï mais sans réels liens avec les établissements d’origine. C’est pourquoi Medical Science University, Mahatma Ghandi University et International Institute for Management and Technology sont devenus indésirables à Doubaï et se sont installés dans l’émirat voisin de Ras al Khaïmah18.

20Depuis 1977, les attributions du Ministère de l’enseignement supérieur ont changé. Pendant les deux premières décennies de la fédération, ses dirigeants ont considéré que l’augmentation des crédits universitaires était le meilleur moyen d’atteindre les objectifs d’émiratisation ce que l’expérience a démenti. Le Ministère de l’enseignement s’est essentiellement consacré à l’amélioration de l’université publique. Il pense toujours cette dernière comme le principal outil de l’émiratisation mais dans le paysage universitaire il apparaît plus aujourd’hui comme le régulateur du marché de l’enseignement supérieur. À ce stade de la réflexion, deux conclusions s’imposent. Premièrement, les établissements privés sont devenus un partenaire du gouvernement fédéral plus qu’un concurrent des universités publiques. Dans la mesure où le ministère encadre leur activité, les Émirats bénéficient au bout du compte d’une offre de qualité sans avoir à investir dans le supérieur. Deuxièmement, les émirats locaux ont le choix de suivre la fédération dans ses exigences de qualité, à l’instar de Doubaï dans les zones franches, ou d’être plus laxistes comme nous venons de la voir avec Ras al Khaïmah. La coopération entre les différentes instances politiques ne va donc pas de soi comme le montre aussi la compétition pour les institutions universitaires traditionnelles.

Les institutions universitaires traditionnelles : le prix de la renommée

  • 19 David Cohen, “Australian University Closes Campus in EAU in Dispute with Government” in The Chronic (...)

21Les institutions universitaires traditionnelles ou I.Un.T. (traditional higher education institutions) sont des établissements d’enseignement supérieur transnationaux à but lucratif (pour la plupart) ou non. Dans la grande majorité des cas, une université contractualise l’usage de son nom sous forme de franchise (Knight, 2006 : 21-23). Avant la crise de septembre 2008, les émirats locaux ont été en compétition pour devenir le « hub » de l’enseignement supérieur aux E.A.U. voire dans le Golfe. Pour ce faire, ils avaient besoin d’attirer des I.Un.T. au nom mondialement connu. Les modalités de coopération entre les I.Un.T. et les autorités locales sont opaques. C’est à la faveur de la fermeture de certains campus que la presse nationale a partiellement fait la lumière sur des zones d’ombre à l’image de Southern Queenland University en 2005. Cette dernière ouvre ses portes en septembre 2004 pour accueillir 300 étudiants – sans que le président de l’université-mère en ait été informé, semble-t-il. Après le désengagement des partenaires locaux, l’université australienne préfère jeter l’éponge en 200519. Lyon Dubai City a connu un destin comparable. L’université de Lyon 2 avait l’intention d’ouvrir une antenne dans un vaste projet architectural où se seraient croisés les étudiants d’une école hôtelière Paul Bocuse et ceux de l’école de management de la capitale des Gaules.

  • 20 Michigan State University fait partie de la prestigieuse Ivy League d’universités publiques qui riv (...)
  • 21 D’ailleurs, les étudiants inscrits en première et deuxième années se sont vu offrir la possibilité (...)

22En septembre 2005, Michigan State University (M.S.U.) est la première « grande » université américaine à vouloir s’implanter à Doubaï 20. Les réticences sont américaines car en qualité d’université d’État, Michigan State engage l’argent des contribuables américains. Tecom, l’agence doubaïote chargée de la gestion d’Academic City, fait l’avance des dépenses engagées, M.S.U. s’engageant à rembourser sur les frais d’inscription. Après l’ouverture du campus à l’automne 2008, M.S.U. reçoit la licence du ministère émirien en avril 2010. L’aventure semble bien engagée. Elle fait long feu car trois mois plus tard, la presse rapporte que M.S.U. ferme immédiatement ses portes après avoir perdu des millions de dollars. Elle comptait sur un millier d’étudiants après quatre ans d’exercice, objectif irréalisable au regard de la centaine d’undergraduates inscrits trois ans plus tard pour le programme de licence. La crise économique est évoquée, bouc-émissaire facile. Les frais d’inscription sont aussi présentés comme l’un de facteurs de cet échec. Les droits d’inscription annuels pour Heriot-Watt University, elle aussi hébergée par la D.I.A.C., s’élèvent à la rentrée 2010 entre 40 000 et 45 000 dirhams (12 000 $) ; ils sont de 58 000 dirhams (15 800 $) pour M.S.U. 3 000 dollars de différence auraient-ils dissuadé des familles des classes supérieures d’envoyer leurs enfants dans une université renommée ? Ce ne sont pas les programmes, somme toute équivalents (Government of Dubai, 2010 : 7), qui sont en cause. Il est plus juste d’invoquer l’arrêt du financement public et les exigences de M.S.U., soucieuse de fournir un enseignement comparable à celui dispensé dans son campus américain21.

23L’année précédente, c’est dans un émirat voisin de Doubaï que s’est produit l’échec le plus retentissant. Sur son site officiel, George Mason Ras al Khaïmah annonce le 15 juillet 2009 que son campus ferme pour plusieurs raisons dont la principale serait la crise économique mondiale22. Le projet avait pris forme le 28 février 2005. Sheikh Faisal bin Saqr al Qasimi signe en grande pompe un accord avec George Mason University représentée par Long Nguyen et Peter Steams, sous les auspices de Michele Sison, ambassadrice des États-Unis aux Émirats, et de Jason Davis, consul général américain de Doubaï. Les Émiriens s’engagent à fournir les moyens matériels – le campus avec un équipement dernier cri – et les Américains un savoir-faire administratif et un personnel enseignant de haut niveau (dont la moitié venant des États-Unis). 200 étudiants sont prévus pour la première année universitaire 2006-2007, 2 000 dans les dix ans à venir. À la fin de l’exercice 2009, 118 étudiants sont inscrits sur les registres. L’échec est patent pour les autorités de Ras al Khaïmah et à un degré moindre pour l’institution américaine.

24La crise de 2008 qui touche sévèrement la fédération explique-t-elle ces échecs ? Les mésaventures de Michigan State University et de George Mason University font apparaître une trame commune. En 2004-2005, les E.A.U. en général et l’Émirat de Doubaï en particulier connaissent un essor économique spectaculaire. C’est l’endroit du monde « où il faut être ». Ces deux grandes institutions sont intéressées par une franchise dans le Golfe car elles gagnent en termes d’image et le soutien des autorités locales ne leur fait courir aucun risque financier. Dès que les financements locaux se tarissent au début de la crise, des I.U.T se retirent. Les coupes claires budgétaires sont bien la cause de la fermeture et non le faible nombre d’étudiants comme le montre Doubaï : 36 000 étudiants s’inscrivent dans l’émirat en 2008, 38 200 en 2009 et 39 127 en 2010 (Government of Dubai, 2010 : 3). Il n’y a donc pas moins d’étudiants, bien au contraire. Enfin, les deux universités présentent aussi un profil commun : elles ont une réputation à maintenir et ne comptent pas céder sur l’enseignement et les examens qui le sanctionne ; ceux-ci doivent être comparables à ceux des universités-mères aux États-Unis.

Pourquoi attirer des noms prestigieux ?

  • 23 Le premier chapitre de mon prochain livre sur la géopolitique de Doubaï et des Émirats s’intitule « (...)

25Les exemples précédents montrent que les Sheikh de Doubaï et de Ras al Khaïmah (auxquels il faudrait ajouter ceux de Sharjah et d’Abu Dhabi) n’ont pas coordonné leurs efforts, entre eux ou avec le gouvernement fédéral. À l’inverse, ils ont rivalisé pour être dépositaires de franchises prestigieuses. Pourquoi ? On peut avancer deux éléments de réponse. Dans sa théorie géographique de « l’espace et des lois », Roger Brunet définit le concept de gravité. En géographie urbaine, plus une ville est grande, plus une technopole est étendue, plus elles attirent (Brunet, 1990). Le même constat pourrait être fait pour les cités académiques : plus elles sont développées, plus elles génèrent une dynamique qui attire les étudiants voire d’autres universités profitant d’un effet d’entraînement. Du point de vue du marketing ensuite, il est important de cocher sur son tableau de chasse des universités mondialement connues qui servent de locomotive à la cité académique. Ce branding vise à donner une visibilité mondiale à des entités locales dont on fait la promotion sur le modèle de marques commerciales23 (Aronczyk, 2008). Les émirats de Doubaï et d’Abu Dhabi ont su tirer leur épingle de ce jeu mais pour des raisons différentes.

26Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum est passé maître dans l’art du branding comme l’illustre son projet de cité médicale (Health Care City) associé à l’image de Harvard Medical School en 2004. Harvard Medical School Dubai Center (H.M.S.D.C.) n’est pas une faculté de médecine comme on pourrait le penser au premier abord mais une institution de formation des personnels médicaux ou paramédicaux (chercheurs, infirmières, kinésithérapeutes, etc.). Al Ain dispose de la seule faculté de médecine de la fédération. Il aurait été pour le moins téméraire qu’un émirat voisin, qui n’a pas les ressources financières d’Abu Dhabi, rivalise avec la ville natale des Al Nahyan. En outre, la H.M.S.D.C. n’est pas une émanation directe de l’école de médecine de la première université mondiale mais une entreprise différente, Harvard Medical School, qui d’ailleurs prend le nom Partners Harvard Medical School en 2008. Les principaux partenaires de cette dernière sont le Brigham & Women's Hospital et le Massachusetts General Hospital, qui entretiennent aussi des relations privilégiées avec Harvard Medical School (sans en être une émanation directe). Moyennant quoi, d’une part H.M.S.D.C. demeure une structure très sérieuse car intégrée à un réseau de réputation mondiale et, d’autre part, ses locaux trônent dans Health Care City, contribuant peu ou prou à estampiller la cité médicale d’un sceau qui impressionne les clients des établissements voisins. Tout le monde y trouve donc son compte, des patients rassurés et les autorités de l’émirat qui associent Doubaï à la première université mondiale – pour ne pas dire une marque mondiale en utilisant une expression de marketing.

27Abu Dhabi a quant à lui réussi deux coups de maître en attirant la Sorbonne et New York University, la première pour le nom, la seconde pour ses classements (33e aux États-Unis, 10e pour ses études commerciales supérieures).

  • 24 « Étrange micmac autour de la Sorbonne à Abu Dhabi », Le Nouvel Observateur, 29 avril 2009.
  • 25 Pour éviter que des non statutaires du type Attaché Temporaire d’Études et de Recherches ou A.T.E.R (...)
  • 26  « La Sorbonne déserte », Le Canard Enchaîné, 11 août 2010.
  • 27 « La Sorbonne fait son business à Abu Dhabi », Le Nouvel Observateur, 1er février 2011.

28L’université Paris IV passe un accord avec le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche le 19 février 2006. Le conseil d’administration est composé de trois Français et de trois Émiriens qui travaille sous l’égide de l’Abu Dhabi Education Council. Prosaïquement, l’université dépend de l’émirat d’Abu Dhabi qui lui alloue son budget après avoir fourni le site et les locaux. L’accord de 2006 prévoit que les enseignements sont en français, copie conforme de ceux dispensés dans le Quartier latin dans tous les domaines des lettres. Il va sans dire que sans l’assistance respiratoire continue de l’émirat d’accueil, Paris IV-Abu Dhabi serait cliniquement morte. Quels sont donc les enjeux derrière l’accord ? Pour l’émirat d’Abu Dhabi, il s’agit d’une opération de branding qui associe la Sorbonne au développement de l’émirat, à mettre sur le même plan que le Louvre ou d’autres noms prestigieux comme le Guggenheim. Pour garder intacte la magie du nom, l’accord de 2006 prévoit l’exclusivité de la franchise ‘Sorbonne’ au Moyen-Orient. Or, Paris IV n’est pas le seul dépositaire du nom ‘Sorbonne’. Paris I « Panthéon Sorbonne », Paris III « Sorbonne Nouvelle » et Paris V « Unité de formation et de recherche de sciences humaines et sociales Sorbonne » peuvent aussi en revendiquer l’usage. Il était évident que, dès l’origine, cette question empoisonnerait les relations entre les universités parisiennes autrefois réunies avant leur fragmentation en 1970. En avril 2009, Paris I s’est ainsi vu interdire de signer un accord avec le Qatar sur injonction de l’Élysée24. Le dossier est loin d’être clos. Quel est donc l’intérêt pour une institution créée en 1253 d’exporter une antenne dans un État du Golfe non francophone ? Il est financier. La presse parisienne s’est emparée de l’affaire en 2010-2011. Le Canard Enchaîné révèle en août 2010 que les étudiants paient une fortune pour s’inscrire dans l’une des neuf formations. Après les examens finaux annuels, l’administration est bien obligée de faire passer les candidats en année supérieure. En outre, les enseignants (qui, à l’origine, devaient tous être titulaires à Paris IV25) sont remarquablement bien payés pour aller dispenser des cours aux Émirats… et ne sont souvent pas remplacés à Paris26. Le Nouvel Observateur donne des chiffres. Deux semestres de cours intensifs de français coûtent 12 400 euros, un Master en Business est facturé 60 000 euros pour deux ans (soit deux fois plus que les trois années de scolarité à H.E.C.). Paris IV touche une commission de 15 % sur les 582 étudiants inscrits à la rentrée universitaire 2010-2011. À titre de comparaison, un étudiant à Abu Dhabi rapporte autant que vingt étudiants dans le site initial du Quartier latin27.

  • 28 Kathryn Lewis, “NYU Opens its Abu Dhabi Campus”, The National, 8 décembre 2009 et le site officiel (...)

29L’implantation de New York University (N.Y.U.) entre dans la logique de branding mais elle révèle aussi les ambitions de l’émirat pétrolier dans le domaine universitaire. Abu Dhabi s’est engagé à fournir le site et les locaux sur Saadiyat Island. Même si c’est un poncif repris par toutes les structures universitaires de la fédération, N.Y.U. entend mener une politique d’excellence. En premier lieu, la sélection des étudiants a été impitoyable. Pour la rentrée universitaire 2010, sur 9 048 candidatures, 189 ont été retenues, soit 2,1 %, ce qui est quatorze fois moins que les candidats du campus de New York (29,8 %). Pourquoi une telle sélection alors que N.Y.U. sur Saadiyat Island dispose d’une capacité d’accueil de deux mille étudiants ? Des bourses ont été attribuées aux lauréats. Les plus méritants reçoivent une dispense des frais d’inscription (30 000 $ par an), une allocation de 2 000 $ et un billet d’avion annuel pour rendre visite à leur famille. En second lieu, quel est l’intérêt pour Abu Dhabi de soutenir N.Y.U. ? Un tiers des élus est américain, les autres ont été recrutés sur tous les continents. Ils suivent leur cursus sur les mêmes bancs que des Émiriens, sélectionnés dans les universités locales. 16 sont des Sheikh Mohammed Bin Zayed (prince héritier des Al Nahyan) University Scholars28. Même si les exigences demandées aux impétrants ne sont pas comparables, la mixité des promotions favorisera la formation de cadres de haut niveau. Au total, l’offre universitaire de N.Y.U. ou de l’une des 25 universités de l’émirat donne un avantage certain à Abu Dhabi dont la politique universitaire est définie par le Conseil Éducatif d’Abu Dhabi.

  • 29 Olarte Olivia, article cité.

30Le Conseil Éducatif d’Abu Dhabi (Abu Dhabi Education Council ou A.D.E.C.) est devenu de facto la principale structure de planification universitaire aux Émirats. En juillet 2010, un plan stratégique de l’enseignement supérieur à Abu Dhabi (Abu Dhabi Higher Education Strategic Plan) donne les grandes lignes de la politique universitaire pour les vingt années à venir (ADEC, 2010). Certains objectifs reprennent les orientations fédérales comme par exemple l’accréditation de toutes les universités ou l’obligation que 75 % des enseignants du supérieur aient un doctorat. D’autres montrent une évolution : à la fin de la présente décennie, 2 % des Émiriens devront être titulaires d’un doctorat ; 40 % des enseignants du supérieur de l’émirat devraient être des femmes ; des universités devront apparaître en bonne place dans les classements mondiaux des universités. Le coût de cette stratégie devrait atteindre 1, 33 milliard de dollars par an en 201829 – ce qui représente (proportionnellement à la population de cet émirat) un budget qui dépasse celui de l’enseignement supérieur en France – hors budget fédéral bien entendu.

31Par conséquent, la compétition entre les émirats depuis une décennie a un double effet. Chaque gouvernement local s’est battu avec ses armes. Doubaï, imité par la suite par Abu Dhabi, s’est appuyé sur sa stratégie de branding pour attirer quelques noms prestigieux et créer un effet d’entraînement. À l’heure des premiers bilans, son puissant voisin (qui dispose de 90 % des ressources émiriennes en pétrole) semble avoir remporté la bataille de l’enseignement supérieur pour les années à venir. Abu Dhabi a déjà assuré sa domination sur les autres émirats et risque de les distancer plus encore dans un futur proche. Ensuite, cette compétition interne a valorisé l’émirat d’Abu Dhabi au détriment de l’État émirien. Bien que les Al Nahyan monopolisent déjà les principales fonctions fédérales (dont le Ministère de l’enseignement supérieur), le déplacement du pouvoir de décision vers l’A.D.E.C. montre une volonté politique de renforcer le rôle de la capitale par rapport aux autres émirats. On peut donc craindre que dans un avenir proche le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ne remplisse plus ses fonctions en termes d’aménagement du territoire (redistribution des ressources fédérales entre les sept émirats) au profit d’Abu Dhabi.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abdala Ibrahim, Al-Waqfi Mohamed, Harb Nasri, Hijazi Rafiq, June 2008, « A Study of the UAE Higher Education Sector in Light of Dubai’s Strategic Objectives », Journal of Economic and Administrative Sciences, vol. 24 n° 1, p. 71.

Abdelhakim Mohammed N. A., Abdeldayem Marwan M., 2009, « The Role of Chief Knowledge Officer in Higher Education Quality: A Case Study from University of Dubai », European Journal of Scientific Research, vol. 35 n°4, p. 498-511.

Abu Dhabi Educational Council, 2010, Abu Dhabi Higher Education Strategic Plan, Abu Dhabi, 22 p. Accessible en ligne :

http://www.adec.ac.ae/ADEC%20Shared%20Documents/Higher%20Education/Higher%20Ed%20Strategy%20-D-Dec%202010.pdf consulté le 21 mars 2011.

Al-Jassim Sulaiman, 1997, « Prospect of Higher Education in the UAE High Colleges of Technology (Case Studies) », in Ken E. Shaw, Higher Education in the Gulf. Problems and Prospects, Exeter, Exeter University Press, p. 139-149.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Altbach Philip J., 2010, « The realities of mass higher education in a globalized world », in D. Bruce Johnstone, Madeleine d’Ambrosio, Paul Yakoboski (ed.), Higher Education in a Global Society. New York, Northampton MA, Edward Elgar Publishing, p. 25-41.
DOI : 10.4337/9781849805315.00009

Aronczyk Melissa, 2008, « “Living the Brand”: Nationality, Globality and the Identity Strategies of Nation Branding Consultants », International Journal of Communication 2008-2, p. 41-65.

Brunet Roger, Dollfus Olivier, 1999, Mondes Nouveaux, Paris, Belin-Reclus, 480 p.

Childress Lisa K., 2010, The Twenty-first Century University: Developing Faculty Engagement in internationalization, New York, Peter Lang, 174 p.

Davidson Christopher M., 2010, « The Higher Education Sector in the Gulf: History, Pathology and Progress », in Christian Koch, Leif Steinberg (ed.), The European Union and the G.C.C. Challenges and Projects under the Swedish Presidency, Dubai, Gulf Research Center, p. 59-70.

— 2005, The U.A.E. A Study in Survival, London, Lynne Rienner Publisher, 331 p.

Douglas Roger, Hobson Daphne, Pruitt Ralph, Sperandio Jill, 2009, « Does context matter? Importing US educational programs to schools overseas », Compare: A Journal of Comparative and International Education, Volume 39, Issue 6, p. 707-721.

E.C.S.S.R. (Émirate Center for Strategic Studies and Research), 1999, Education and the Arab World. Challenges of the Next Millenium, Abu Dhabi, E.C.S.S.R., 399 p.

Fox Warren H., 2007, « The United Arab Émirates: Policy Choices Shaping the future of the Public Higher Education », Research and Occasional Paper Series, Center for Studies in Higher Education, Berkeley, University of California, 14 p.

Government of Dubai, Knowledge and Human Development Authority, The Higher Education Landscape in Dubai 2010, Dubai, KHDA, 18 p.

Halloran William F., 1999, « Zayed University: A New Model for Higher Education in the UAE », in E.C.S.S.R., p. 323-330.

Kirk Daniel, 2010, The Development of Higher Education in the United Arab Émirates, Abu Dhabi, E.C.S.S.R., 64 p.

Knight Jane, 2006, Higher Education Crossing Borders: A Guide to the Implications of the General Agreement on Trade in Services (GATS) for Cross-border Education, Vancouver-Paris, Commonwealth of Learning-UNESCO, 76 p. Accessible en ligne :

http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001473/147363e.pdf consulté le 26 avril 2011.

Mazawi André E., Sultana Ronald G. (ed.), 2009, World Yearbook of Education 2010. Education and the Arab 'World': Political Projects, Struggles, and Geometries of Power, New York-London, Routledge, 400 p.

Mograby Abdullah, 1999, « Human Development in the UAE: Indicators and Challenges », E.C.S.S.R., p. 279-308.

Nicks-McCaleb, 2005, « The Impact of State Funded Higher Education on Neighbourhood and Community in the United Arab Émirates », International Education Journal, 6 (3), p. 322-334.

Romani Vincent, 2009, The Politics of Higher Education in the Middle East: Problems and Prospects, Waltham: Brandeis University, Middle East Brief n° 36, 7 p. Accessible en ligne :

http://www.brandeis.edu/crown/publications/meb/MEB36.pdf consulté le 26 avril 2011.

The American University in Dubai (A.U.D.), 2010, Undergraduate Catalogue 2010-2011, Dubai: AUD, 327 p.

The American University in Dubai (A.U.D.), 2011, Institutional Fact Book, Dubai: AUD-Institutional Effectiveness Department, 39 p.

U.A.E, Ministry of Higher Education and Scientific Research, Office of Higher Education Policy Planning, 2007, Educating the Next Generation of Émiratis: A Master Plan for UAE Higher Education, Abu Dhabi: Ministry of Higher Education and Scientific Research, 39 p.

Varghese N. V., 2009, Globalization, Economic Crisis and National Strategies for Higher Education Development, Paris, International Institute for Educational Planning-UNESCO, 33 p.

Haut de page

Notes

1 Pour tous les thèmes concernant la mondialisation de l’enseignement supérieur, je me conformerai dans cet article aux définitions données par Jane Knight.

2 Beaucoup d’articles de qualité très variable et avec des objectifs différents ont été écrits sur l’émiratisation mais il reste à en faire une synthèse. Il serait en outre éclairant de pouvoir comparer la situation locale avec les autres pays du Conseil de Coopération du Golfe. L’émiratisation est devenu un problème de société dont les médias se font régulièrement l’écho. En effet, le taux d’inactivité des Émiriens, surtout les plus jeunes, ne cesse d’augmenter. Dans le même temps, les entreprises (mais aussi la fonction publique) continuent de recruter à l’étranger.

3 C’est pour cette raison que des auteurs aussi sérieux que Christopher Davidson (qui est le meilleur spécialiste des Émirats aujourd’hui) appuient souvent leur raisonnement sur des entretiens privés (Davidson, 2005 ; Davidson, 2010). Je tiens en outre à remercier Jennifer Sheldon, directrice du département de Institutional Effectiveness à l’université américaine de Doubaï, qui m’a aidé à collecter toutes les données statistiques disponibles sur les Émirats.

4 http://www.uaestatistics.gov.ae/EnglishHome/tabid/96/default.aspx

5 Vir Singh, “Universities withstand Dubai Financial Crisis”, The New York Times 19 septembre 2010.

6 Afshan Ahmed “Subjects cut in overhaul of public schools”, The National, 6 avril 2011.

7 Les données sont éclatées pour l’ensemble des E.A.U., impossibles à recouper car elles sont exprimées en valeur absolue, en pourcentage, sous forme de graphiques, etc. Le chiffre total de 34 000 étudiants total est avancé pour l’émirat d’Abu Dhabi sans ventilation des données. Olarte Olivia, “Abu Dhabi Unveils High Education Strategic Plan”, Khaleej Time, 11 juin 2010. Les données sont inconnues pour Sharjah et Ras al Khaïmah.

8 George Mason Ras al Khaïmah avait un niveau sélectif à 570 ; A.U.D. exige 550 – sachant que beaucoup d’étudiants ont des problèmes sérieux de langue pour poursuivre leurs études. L’American University of Ras al Kaimah (qui s’est substitué à George Mason voir plus bas) a descendu la barre à 500 ce qui pourrait permettre à 5 000 étudiants d’intégrer prochainement l’université. “New Start for RAK Campus”, The National, 26 mai 2009. Merci à mes collègues du département d’anglais, Ali Alizadeh, Catherine Cook, Jessica Russell et Philip Tabakow de m’avoir fait profiter de leur expérience aux Émirats et dans le Golfe.

9 National Research Foundation Website : http://www.nrf.ae/visionmission.aspx consulté le 16 août 2011.

10 Khaleej Time, 1988 , United Arab Émirates University, Al Ain Special Report, 24 mars 1988, p. 5 et 14.

11 “University gets more Foreign Teachers”, Khaleej Time, 15 juillet 1984.

12 “1 500 Students at University Abroad get UAE scholarships”, Khaleej Time, 20 février 1985.

13 “Nation needs 40 000 Graduates for its Goals”, Gulf News, 17 juin 1994.

14 “Enthusiastic Response to Zayed University”, Émirates News, 1er septembre 1998. Les étudiantes non admises sont intégrées aux H.C.T.

15 En 2010, 1 220 Émiriens faisaient leurs études en Grande-Bretagne, ce qui représente une augmentation de 16% par rapport à l’année précédente, “Rising Number of Middle Eastern Students Seek Higher Education in the UK” Al Bawada, 7 septembre 2010. Le nombre d’étudiants émiriens à l’étranger est inconnu.

16 L’accréditation de cinq ans d’A.U.D. arrive à son terme en 2012. Un document qui fera plus de 6 000 pages est en cours d’élaboration pour son renouvellement.

17 New York, New Jersey, Pennsylvania, Delaware, Maryland the District of Columbia

18 Joseph George, “Banned Universities Operating from RAK, Émirates Business 24-7, 13 décembre 2010. Accessible en ligne

http://www.emirates247.com/news/emirates/banned-universities-operating-from-rak-2010-12-13-1.328759 consulté le 15 mars 2010.

19 David Cohen, “Australian University Closes Campus in EAU in Dispute with Government” in The Chronicle of Higher Education, 16 septembre 2005.

20 Michigan State University fait partie de la prestigieuse Ivy League d’universités publiques qui rivalisent avec les meilleures universités privées – mais à des coûts abordables pour les étudiants.

21 D’ailleurs, les étudiants inscrits en première et deuxième années se sont vu offrir la possibilité d’aller étudier à East Lansing. Melanie Swan, “Michigan State University Shuts most of its Dubai Campus” in The National, 6 juillet 2010.

22 http://rak.gmu.edu/ consulté le 16 mars 2011.

23 Le premier chapitre de mon prochain livre sur la géopolitique de Doubaï et des Émirats s’intitule « Branding Doubaï ».

24 « Étrange micmac autour de la Sorbonne à Abu Dhabi », Le Nouvel Observateur, 29 avril 2009.

25 Pour éviter que des non statutaires du type Attaché Temporaire d’Études et de Recherches ou A.T.E.R. ou Professeurs Agrégés dans l’enseignement supérieur ou PRAG enseignent à Abu Dhabi.

26  « La Sorbonne déserte », Le Canard Enchaîné, 11 août 2010.

27 « La Sorbonne fait son business à Abu Dhabi », Le Nouvel Observateur, 1er février 2011.

28 Kathryn Lewis, “NYU Opens its Abu Dhabi Campus”, The National, 8 décembre 2009 et le site officiel de l’université http://www.nyu.edu/ consulté le 21 mars 2011.

29 Olarte Olivia, article cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Gueraiche, « L’enseignement supérieur aux Émirats Arabes Unis, entre émiratisation et contraintes du marché », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://remmm.revues.org/7672

Haut de page

Auteur

William Gueraiche

Université américaine de Dubaï

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page