Navigation – Plan du site
Lectures

Botte Roger, Esclavages et abolitions en terres d’islam, Bruxelles, André Versaille, 2010, 389 p.

Salah Trabelsi

Texte intégral

1Plus qu’une réflexion sur les esclaves eux-mêmes, ce volume simple et clair se propose de retracer, à partir d’une double lecture anthropologique et historique, les étapes de la longue histoire des abolitions et d’en expliquer l’origine et les significations dans des sociétés fortement influencées par les normes de l’islam. C’est donc à un sujet peu étudié que Roger Botte compte apporter des réponses nouvelles. Pour éclairer cette question, RB s’attache à scruter les visées du discours islamique et les controverses qui ont ponctué les débats sur l’esclavage. Il tente ainsi de décrypter les fondements et la résonance des mesures d’émancipation. En ce sens, il essaie de repérer des similitudes et s’efforce de dégager des schémas explicatifs généralisables à l’échelle du monde arabe. RB a structuré son enquête en six chapitres autonomes suivis d’une annexe lexicale, d’une bibliographie sélective et d’un index fort utile. L’ensemble offre une approche comparée des modalités de suppression de l’esclavage en tant qu’institution et pratique sociale.

2Avant de procéder à un examen des contextes propres aux cinq pays pris en compte, RB porte son regard sur le discours coranique et la Sharî‘a en tant qu’appareil dogmatique et socle normatif « indépassable ». Le premier chapitre donne le cadre général d’une réflexion sur les soubassements de la rhétorique religieuse. Il entreprend d’interroger la portée des normes et leur énonciation dans le texte coranique, fixant d’emblée la Sharî‘a comme un principe de légitimation et un paradigme d’explication. L’ensemble des séquences se trouve agencé de manière à mettre en évidence la césure entre le concept d’abolition et les prescriptions dogmatiques. À partir de quelques exemples, RB établit que ce concept est peu compatible avec les fondements islamiques. Cette incompatibilité expliquerait l’inanité des mesures adoptées ; elle rendrait ainsi compte de l’ampleur du phénomène et de son exceptionnelle longévité.

3C’est à cette hypothèse que l’auteur consacre l’essentiel de sa démonstration. Reliant le discours religieux à ses racines scripturaires, son analyse tend à montrer l’opposition entre l’impératif de liberté et l’exigence de conformité aux dogmes. Ce paradoxe serait donc à l’origine d’infranchissables obstacles qui réduiraient l’horizon d’émancipation à une espérance vaine et illusoire. Une fois ce postulat posé, l’auteur fait remarquer qu’il était impensable « en  terres d’islam », de blâmer l’institution servile. Aussi, au regard de la majorité des musulmans, la légitimité de l’esclavage procèderait-elle du Coran et de la Sharî‘a. Les mesures abolitionnistes seraient donc inopérantes dans une configuration sociale régie par le droit islamique. À la notion d’abolition, RB préfère d’ailleurs substituer celle « d’affranchissement général » car, précise-t-il, « aucune institution du droit musulman ne peut être considérée comme abrogée, même si elle est tombée en désuétude » (p.22). Pour l’auteur, l’idée selon laquelle « traite et esclavage puissent être moralement et religieusement condamnables, ressortissait à une conception totalement étrangère au monde musulman » (p. 28).

4À ce niveau d’analyse, l’auteur fait intervenir un concept complémentaire, celui de jihâd. Esclavage et jihâd sont, explique-t-il, « les deux parties d’un tout » (p. 55). Ce couple notionnel formerait les bases imprescriptibles d’une institution servile fondée sur une hiérarchisation ethnique et raciale des peuples. L’affirmation d’un discours islamique intransigeant révèlerait, précise-t-il, « à quel point l’abrogation, s’agissant de la parole de Dieu, s’avère finalement irréalisable tant en ce qui concerne le jihâd que l’esclavage » (p. 55).

5L’esclavage serait donc une donnée indissociable de l’islam et de ses cadres normatifs. L’approche de l’auteur se polarise autour du statut de l’esclave au regard de la Sharî‘a. Celle-ci, envisagée comme un système clos « de règles irréductibles » (p. 23), condense l’essentiel de sa réflexion. On ne peut reprocher à l’auteur d’avoir fait ce choix, mais on regrettera que les longs processus, complexes et mouvants, qui ont présidé à l’établissement des lois, n’aient pas fait l’objet d’un travail méthodique de déconstruction. On pourrait en dire autant des termes du débat qui ne semblent pas avoir été systématiquement définis.

6RB s’efforce pourtant de dégager une ligne de démarcation entre la sphère de la foi et celle de la loi. Mais à défaut d’une mise en perspective historique du phénomène, il peine à mettre en lumière les dynamiques internes déployées dans le monde arabe tout au long du XIXe siècle. Visiblement, en limitant les contours fluctuants et incertains de la question, cette lecture restreint les perspectives d’intelligibilité. Au final, l’auteur réitère les mêmes déductions : « Or, comme je l’ai déjà dit, l’idée d’une abolition programmée et progressive ne résiste pas aux faits. Historiquement, la suppression graduelle de l’esclavage dans un pays musulman n’a nulle part été réalisée, sinon sous pressions et injonctions externes » (p. 50). Malgré les mises en garde, énoncées dès le début, l’auteur ne parvient pas à se détacher d’une approche culturaliste.

7Au terme de ce chapitre introductif, RB enquête sur un échantillon sélectif. C’est la Tunisie, qui a édicté dès 1846 un décret d’émancipation, qui occupe la première place. Vient ensuite la péninsule Arabique, où l’abolition a été longtemps hésitante, puis le Maroc où l’esclavage est tombé progressivement en désuétude. Ensuite vient la Mauritanie, un exemple marqué par une étonnante durabilité de l’esclavage, enfin le Soudan qui connaît un regain surprenant du commerce de l’homme. À vrai dire, le principal apport du livre réside dans les chapitres consacrés à l’Arabie saoudite et à la Tunisie.

8En se penchant sur l’exemple tunisien, l’auteur met l’accent sur quelques aspects de la vie des esclaves et montre l’importance de leur rôle dans les rouages économiques. Sinon, fait-il remarquer, « comment expliquer surtout que l’affranchissement de 1846 ait provoqué, dans certaines régions, un véritable ébranlement de l’ordre social ? » (p. 85). RB apporte des informations éclairantes sur les cultes confrériques. Il décrit les pratiques de dévotion vouées aux saints noirs et le rôle joué par les ‘arîfa, des intendantes qui jouissaient d’une autorité incontestée. L’auteur évoque également la réaction des grands dignitaires au décret d’abolition, leur acceptation lui paraissant plutôt contrainte. Il remarque en revanche le rôle primordial de la British and Foreign Anti-Slavery Society et ajoute que « force est de constater que, dans l’ensemble, aucun courant d’opinion n’émergea en faveur de l’abolition, ni avant ni après qu’elle fut proclamée. Et Ibn Abî al-Dhiyâf, le premier de ses instigateurs, justifia la mesure, non par une condamnation de principe de l’esclavage, mais par une critique à valeur ‘‘morale’’ » (p. 66). Le débat est sans doute difficile à trancher. D’aucuns objecteraient que les humanistes chrétiens et les libres penseurs avaient aussi, à l’instar de V. Schœlcher, basé leur discours, en Occident, sur le registre de la morale universelle et de l’impératif d’humanité.

9Manifestement, cette grille d’explication ne gomme pas toutes les interrogations. Elle ne rend pas non plus suffisamment compte des logiques locales et des transformations réelles et symboliques opérées dès la fin du XVIIIe siècle. L’on pourrait ainsi se demander pourquoi la Tunisie s’est avérée particulièrement ouverte aux idées de progrès ? Pourquoi la question des esclaves s’y est-elle posée de manière plus cruciale que dans d’autres pays de la région, ou même de pays aussi étrangers aux normes islamiques que le Brésil et les États-Unis ?

10Il est évidemment bien difficile d’examiner tous les facteurs qui ont produit cette loi. Une étude attentive des sources et des Mémoires d’Ibn Abî al-Dhiyâf montre qu’elle est loin d’être un simple décret déclaratif. De manière significative, le début du XIXe siècle a connu une ère nouvelle d’interactions et de débats favorisés par l’essor de l’imprimerie, de la presse, des arts et des traductions. Tunis était devenu le foyer le plus avancé de la renaissance arabe. Une bonne partie des élites tunisiennes était persuadée de la nécessité de « modifier ou de renouveler des conceptions qui paraissaient jusque-là inébranlables. Les structures politiques et économiques, en particulier, parurent pouvoir être orientées dans la voie du progrès. Des vues politiques nouvelles furent développées par Khérédine, Ibn Abî–d-Diyaf et Muhammad Bayram V » (Abdesselem, 1973). Ces conditions endogènes ont incontestablement pesé sur l’initiative du Bey, d’autant plus qu’en vertu de cette loi, les maîtres d’esclaves étaient irrémédiablement privés de leurs droits et de toute sorte d’indemnisation.

11Ce décret n’était sans doute pas exempt d’ambiguïtés. Mais, en dépit de ses carences, il annonçait un tournant décisif. L’ardeur politique et intellectuelle ne faiblit pas. Peu de temps après, une série de réformes administratives et éducatives vient sceller le triomphe d’une élite éclairée. Là encore, la Tunisie fait figure de précurseur. Le 23 avril 1861, elle se dota d’une nouvelle constitution, la première jamais proclamée « en terres d’islam ».

12Dans le troisième chapitre, RB apporte des éclairages sur le lent dépérissement de l’esclavage en Arabie saoudite. Il décrit les étapes de la mise en place de la loi d’émancipation de 1962 et tente d’évaluer le nombre d’esclaves concernés. Il explique comment l’essor de l’industrie pétrolière s’était traduit par un renforcement du travail servile. Les firmes internationales avaient en effet laissé les marchands et les propriétaires enrôler leurs propres esclaves. Finalement, la guerre de Suez et la crise du Yémen finirent par porter un coup fatal à l’institution. Pour se rapprocher de l’Occident, à un moment délicat de l’histoire du royaume, l’émir Faysal n’hésita pas à déclarer l’abolition, mais en prenant bien soin « d’escamoter habilement, précise RB, l’influence incontestable de la pensée juridique occidentale » (p. 94).

13Le quatrième chapitre aborde la situation du Maroc où l’esclavage ne s’est effacé qu’à partir de 1961, sans que sa disparition n’ait été accompagnée par un quelconque règlement. Pourtant, dès le XIXe siècle, d’éminents savants, comme Ahmad b. Khâlid al-Nâsirî, avaient dénoncé ce crime commis « au grand jour depuis une longue suite de générations » (p. 146).

14Les deux derniers chapitres, de portée plus générale, traitent de la Mauritanie et du Soudan. RB analyse la longue série de textes édictés en Mauritanie, qui détient le record, jamais égalé, des abolitions. Il offre un panorama détaillé d’un pays où le statut social de l’individu découle toujours de ses attributs héréditaires. Enfin, l’auteur s’attarde sur la guerre civile au Soudan et met en évidence la violation des droits humains et la résurgence de l’esclavage. Il renvoie dos à dos tous les protagonistes, affirmant que « les accusations d’esclavage servaient également d’armes de guerre » (p. 242).

15D’un point de vue formel et matériel, l’ouvrage, qui se lit agréablement, souffre de certaines faiblesses, notamment d’une défaillance du système de transcription et d’une certaine confusion dans l’usage de certains termes arabes.

16Finalement, l’on ne peut conclure ce bref exposé sans souligner l’intérêt indéniable de ce livre. En croisant l’anthropologie et l’histoire, RB apporte une riche contribution sur un sujet encore inexploré. Il nous propose, à partir d’un échantillon suggestif, une réflexion stimulante sur l’histoire des abolitions dans le monde arabe, sur leurs enjeux et leurs fondements culturels et idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Abdesselem Ahmed, Les Historiens tunisiens des XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles. Essai d’histoire culturelle, Paris, 1973, p. 101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salah Trabelsi, « Botte Roger, Esclavages et abolitions en terres d’islam, Bruxelles, André Versaille, 2010, 389 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7736

Haut de page

Auteur

Salah Trabelsi

Université Lumière Lyon2/GREMMO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page