Navigation – Plan du site
Lectures

Desrues Thierry y Hernando de Larramendi Miguel (coord.), Mohamed VI. Política y cambio social en Marruecos, Editorial Almuzara, Jaén, 2011, 344 p.

Irene González González

Texte intégral

1Le Mouvement du 20 Février, qui a surgi dans le sillage du “printemps arabe”, a mis à l’épreuve la capacité d’écoute et de réaction du régime marocain. L’ouvrage collectif coordonné par Thierry Desrues et Miguel Hernando de Larramendi, chercheurs à l’IESA/CSIC et au GRESAM de l’Université de Castille La-Manche, retrace une trajectoire politique qu’inaugure l’intronisation d’un nouveau monarque, Mohamed VI, en 1999, et que clôturent les événements survenus à Agdam Izik en octobre/novembre 2010 prélude du printemps arabe. L’analyse des premières années de règne de Mohamed VI, que mènent les diverses contributions, permet de comprendre certains des défis qui attendaient le régime et les réponses qu’il a privilégiées. Au lieu de dresser le bilan des premières années du règne de Mohamed VI, l’ouvrage aborde deux questions centrales : le projet de société et d’État du monarque à travers ses discours et son action, et la confrontation de ceux-ci avec les forces politiques et sociales en action. Le dixième anniversaire de l’arrivée au trône de Mohamed VI sert de prétexte à une analyse innovante des mécanismes de gouvernance mis en place pendant cette décennie.

2Le livre est organisé en neuf articles rédigés par onze chercheurs basés en Espagne, en France et au Maroc, ayant tous une bonne connaissance du terrain. Une première série d’articles aborde diverses dimensions de la gouvernance impulsée par Mohamed VI, à travers l’analyse de dispositifs démocratiques, consultatifs ou de l’État de droit, tandis qu’une seconde série aborde les transformations de la société marocaine et les mouvements qui la secouent (les mobilisations sociales) ou suscitent la fuite (l’émigration). Bien que la diversité des contributions ne nuise pas à la cohérence de l’ouvrage, on s’étonne de l’absence d’un chapitre abordant l’évolution du champ islamiste marocain, ses transformations et ses redéploiements vis-à-vis du Makhzen et du reste des acteurs politiques et sociaux.

3Le premier article, « La gobernanza de Mohamed VI : legado autoritario, léxico democrático, pedagogía participativa e inserción internacional », dont les auteurs sont les coordinateurs de l’ouvrage, analyse six aspects concrets : l’hybridation des dispositifs autoritaires et démocratiques et la subjugation des seconds par les premiers ; la structuration des dispositifs démocratiques, notamment à travers le multipartisme ; les processus de réforme et leurs modalités d’application ; les mobilisations sociales, la situation de la presse et la question du Sahara ; et, enfin, dans le sillage des implications internationales du conflit du Sahara, les relations avec les États-Unis, la France et l’Espagne. Desrues et Hernando de Larramendi concluent en s’interrogeant sur la capacité à se réinventer de cette gouvernance que le roi qualifie d’« exécutive et citoyenne », question pertinente à la lumière des évènements des mois suivants. Publié avant les mobilisations déclenchées par le Mouvement 20 Février, l’ouvrage n’analyse pas la réponse donnée par le régime marocain au printemps arabe mais offre des pistes pour comprendre les ressources mobilisées pour faire face aux protestations.

4Les processus électoraux de 2002, 2003, 2007 et 2009 sont abordés par Bernabé López García, un des meilleurs spécialistes espagnols du Maroc contemporain. Dans sa contribution intitulée « Una década de elecciones en Marruecos: el desgaste de lo político », il dresse un bilan détaillé des élections tenues au Maroc pendant la première décennie de Mohamed VI. Les taux de participation électorale retiennent particulièrement l’attention du professeur de l’Université Autonome de Madrid. La désaffection électorale est perçue comme le signe d’une perte de crédibilité des dispositifs démocratiques à laquelle le monarque aurait contribué en maintenant les partis dans une position périphérique, reconduisant le contrôle sur le gouvernement et avalisant la création d’un parti – le Parti de l’Authenticité et la Modernité – orchestré par Fouad Ali Himma, un de ses proches.

5La normalisation des rapports du Makhzen avec le Nord du pays en général et le Rif en particulier est analysée par Ángela Suárez Collado dans le chapitre « El regreso de la monarquía al norte de Marruecos. Un decenio de desarrollo económico y reconciliación política ». Suárez Collado revient sur quatre aspects qui marquent la nouvelle manière dont la Monarchie envisage ses relations avec la région du Nord après la montée sur le trône alaouite de Mohamed VI. Au delà des visites répétées du monarque dans la région, qui contrastent avec la rareté des déplacements de Hassan II au cours de son règne, c’est l’impulsion donnée à des projets de développement de macro-infrastructures tels que les ports de Tanger Med I et II et Beni Ansar I et II, la rocade méditerranéenne, l’équipement des stations balnéaires ou des micro-infrastructures concernant l’électrification de zones rurales, qui illustrent la réconciliation avec le Nord – réconciliation que la presse annonçait comme un événement historique dès les premiers mois du règne de Mohamed VI. Le sujet de la mémoire et de la réconciliation est aussi évoqué par Suarez Collado, qui cependant n’analyse pas la question de l’articulation de l’identité et des particularités rifaines dans le cadre du processus de régionalisation.

6Le rôle des conseils consultatifs est abordé par Irene Fernández Molina dans « Los consejos consultivos: gobierno sin representación y diplomacia paralela ». La création de ces conseils n’est pas une innovation du gouvernement de Mohamed VI, puisque ses prédécesseurs Mohamed V et surtout Hassan II eurent recourt à ce type d’institution qui n’est pas sans rappeler le corporatisme ou le devoir de consultation de l’Imam. Fernández Molina analyse avec finesse le mode de fonctionnement de ces modes de gouvernance sans représentation ainsi que les fonctions qu’ils remplissent comme instruments de définition, stabilisation et application de certaines politiques publiques. Le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH), le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (CORCAS) et le Conseil de la Communauté Marocaine à l'Étranger (CCME) sont les cas choisis pour montrer l’utilité de telles institutions, qui permettent de gérer certains dossiers de manière consensuelle et dépolitisée en privilégiant la participation de la société civile et des « experts » au détriment des partis politiques largement discrédités.

7L’évolution des libertés publiques est le thème central de l’article d’Omar Bendourou. Le professeur de l’Université de Rabat revient sur leur cadre juridique et son évolution, qu’il illustre de façon éclairante pour ce qui touche aux libertés d’association, d’opinion, de constitution des partis politiques ou encore de manifestation. Ce chapitre vient compléter la contribution de Laura Feliu, « Equidad y reconciliación : la experiencia marroquí de revisión del pasado », consacrée à l’expérience marocaine dans le domaine de la réparation des violations des droits de l’homme. L’Instance Équité et Réconciliation (IER) est analysée et mise en relation avec la problématique de la justice transitionnelle.

8Quant à Karine Bennafla et Montserrat Emperador Badimón, elles analysent le phénomène des protestations qui traversent le pays en profitant du processus de décompression autoritaire mis en place par le Makhzen. Pour étudier ces mobilisations qui atteignent aussi bien des villes moyennes que des petites, deux exemples ont été choisis, ceux de Sidi Ifni et de Bouarfa, situées à la périphérie sud et est du pays, dans ces marges que la colonisation qualifia de « Maroc inutile ». Les deux cas d’action collective analysés présentent de nombreuses différences au niveau du discours revendicatif, des acteurs et du contenu de la réponse étatique. La configuration socio-culturelle locale, les trajectoires historiques et la position occupée dans le cadre des projets de développement national sont des variables discriminantes. Bien que les revendications soient localisées et axées sur des questions matérielles et pragmatiques, les mobilisations finissent par avoir un impact notamment en termes de production d’élites revendicatives.

9L’article de Thierry Desrues et Juana Moreno Nieto, « Complejidad y pluralidad de la sociedad marroquí: alcance y límites de las transformaciones sociales », apporte un éclairage sur les changements sociétaux en amont des mobilisations sociales. Les auteurs rappellent l’actualité du poids du monde rural qui reste déterminant bien que minoritaire démographiquement. Les transformations liées à la transition démographique et à l’urbanisation sont porteuses de défis pour la cohésion sociale dans un pays qui est traversé par de nombreuses segmentations dont celles relatives aux milieux de résidence (rural/urbain ; quartiers riches/quartiers populaires), aux langues parlées et écrites (arabe littéraire/dârija/tamazigh/français, etc.), à l’éducation, aux générations ou aux relations entre les sexes, ne sont pas des moindres. Ce sont ces clivages et leurs articulations que les auteurs analysent.

10L’ouvrage conclut avec la contribution des professeurs Ana I. Planet et Miguel H. de Larramendi, « Los emigrantes marroquíes en el exterior: la construcción de una ciudadanía en diáspora ». Les auteurs retracent l’évolution et la trajectoire de l’émigration marocaine en Europe et analysent les vicissitudes de sa représentation et participation associative dans la diaspora. Le dispositif institutionnel et les stratégies mis en place par le Makhzen pour gérer, encadrer et contrôler ce collectif sont abordés avec détail. Ils montrent comment l’objectif principal de préserver les liens des Marocains résidant à l’étranger avec leur patrie d’origine a fourni au régime un levier dans ses relations avec les pays européens sans résoudre d’une façon adéquate la question de sa participation et de sa représentation politique. Les réflexions fournies par les auteurs complètent les remarques formulées par Fernandez Molina sur le Conseil de la Communauté Marocaine à l'Étranger (CCME).

11Il s’agit d’un ouvrage choral et polyphonique, aux approches pluridisciplinaires, qui permettra au lecteur francophone de se familiariser avec le regard porté sur le Maroc par une nouvelle génération de spécialistes espagnols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene González González, « Desrues Thierry y Hernando de Larramendi Miguel (coord.), Mohamed VI. Política y cambio social en Marruecos, Editorial Almuzara, Jaén, 2011, 344 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/7746

Haut de page

Auteur

Irene González González

IREMAM/GRESAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page