Navigation – Plan du site
Etude libre

Du témoignage : à propos de quelques portraits d’Abd el-Kader en Oriental

Testimony based on different portraits of Abd el-Kader in Oriental clothes
François Pouillon
p. 199-228

Résumés

Comment maintenir l’exigence de la critique historique face à la pression idéologique que constitue l’élaboration d’une mémoire nationale ? Cette question, analysée au cours de plusieurs articles sur la construction de l’image d’Abd el-Kader dans l’Algérie contemporaine, se conclut ici avec le corpus portant sur la période de l’exil de l’émir en Orient. Le leader a-t-il abandonné le costume algérien pour s’acculturer aux manières vestimentaires de la région ? Voici une question qui conduit l’historiographie algérienne à mettre en cause les témoignages de visiteurs et même des documents photographiques. S’agissant alors d’analyser un détail en apparence indifférent, la couleur des yeux de l’émir, on note que les informations ne sont pas seulement diverses mais contradictoires : comment, dans une documentation lacunaire, disparate et parfois polémique, ne pas céder au relativisme et parvenir malgré tout à administrer la preuve ?

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Bruno Étienne (1937-2009)

Notes de l’auteur

Merci à Guy Barthélemy, Hachmi Karoui, Claire Nicholas et Jean-Claude Vatin pour les relectures qu’ils ont faites de ce texte – merci aussi aux relecteurs anonymes de la REMMM pour leurs remarques positives et les documents complémentaires qu’ils m’ont fournis

Texte intégral

1Abd el-Kader a quitté la France, où il était assigné à résidence depuis près de cinq ans, le 21 décembre 1852. À partir de là, une nouvelle phase de sa vie commence, en Turquie d’abord, puis en Syrie où il va rester jusqu’à sa mort, en 1883. Hors trois séjours en France, en 1855, 1865 et 1867 qui ne totalisent pas six mois, il va donc rester en Orient plus de trois décennies, à Damas essentiellement, où, si l’on soustrait les trois années passées à Brousse, auxquelles il convient d’ajouter seize mois auprès des Lieux saints et les nombreux passages en Égypte, il séjourne environ un quart de siècle. Au total, si l’on prend en compte le long pèlerinage qu’il effectue avec son père, l’émir a passé près de la moitié de sa vie hors d’Algérie. C’est pourtant la période algérienne qui est la mieux documentée, et qui a fait l’objet, de son vivant d’abord, et jusqu’à aujourd’hui, des plus importantes études. Pour le reste, la vie de l’émir semble s’être limitée à quelques éclats : ses visites en France ; son intervention lors des pogroms antichrétiens de Damas en 1860 ; son apparition près du chantier du canal de Suez. Le personnage a par ailleurs fait l’objet de polémiques érudites qui procèdent de quelques incertitudes de sa biographie : l’investiture d’un « Royaume arabe » pour lequel il aurait été pressenti, son adhésion à la franc-maçonnerie, sa condamnation de l’insurrection de Kabylie. Hors cela, une vie assez paisible : celle d’un pensionné de l’État – il en est tant d’autres – soumis cependant à un régime de surveillance, parfois encombrant, de la part des consuls de France.

  • 1 Une exception récente in Haddad (2010).
  • 2 Elle n’a pas même fait l’objet d’un inventaire sérieux. Cf. notre édition des Dialogues sur l’hippo (...)
  • 3 Cf. son édition des Écrits spirituels (Abd el-Kader, 1982). Sur ce point, les travaux de Bruno Etie (...)

2Les historiens ne semblent guère s’être intéressés à cette période1. Pourtant l’intense correspondance que l’émir entretient avec de nombreuses personnalités tant européennes que musulmanes nous apporterait, malgré son caractère un peu convenu, d’intéressantes indications sur l’évolution de sa pensée politique et religieuse. Cette correspondance ne sera certainement pas publiée2 : à cause de son caractère trop divers précisément, et trop déférent. Malgré un retour, après les travaux pionniers de Michel Chodkiewicz3, sur la dimension proprement spirituelle du personnage, qui montre un réel approfondissement. Pour ce qui est de la dimension politique, de sa réflexion sur un monde dont il s’informe par des visites – de Paris et Londres à La Mecque, en passant par Istanbul –, et d’innombrables consultations, ses évolutions réelles au cours de cette période demeurent inétudiés. On dispose cependant d’un certain nombre de documents iconographiques qui, à notre connaissance, n’ont pas été vraiment analysés. Ils sont susceptibles de nous éclairer sur le nouveau rapport au monde qu’il construisit alors.

Faux témoignages ?

3À la veille des événements de 1988, qui allaient faire adopter un cours nouveau à la vie de l’Algérie indépendante, un important intellectuel algérien, Mohamed-Chérif Sahli (1906-1989), ressortait en brochure une série d’articles publiés dans la presse nationale. Le recueil était intitulé : L’Émir Abdelkader. Mythes français et réalités algériennes (1988). Celui qui avait appelé à « décoloniser l’histoire » (1965) concluait ainsi une vie de travaux historiographiques destinés à remettre sur ses pieds l’histoire nationale. L’entreprise critique était globale, puisqu’elle entendait rectifier fondamentalement l’image de l’émir construite par l’histoire coloniale, assez bien résumée par le sous-titre du livre qui reste la meilleure monographie publiée sur lui : Du fanatisme musulman au patriotisme français  (Général Azan, 1925). La statue de celui qui était devenu entre temps le héros fondateur de l’Algérie algérienne devait subir quelques ravalements. Sahli s’y livrait avec conviction, reprenant par des études circonstanciées l’ensemble des dossiers controversés entre les historiens des deux bords. Il le faisait avec un indiscutable souci documentaire, mais avec la conviction de déjouer un complot en désinformation : celui d’avoir cherché à faire croire que, après ses années de lutte contre la pénétration française, l’émir algérien s’était finalement rallié à l’entreprise coloniale.

4Il appelait ainsi à une histoire idéologique, sur le modèle sans doute de l’histoire des manuels français de l’époque de l’impérialisme républicain, où chaque personnage devait pouvoir incarner une leçon morale ou civique. Dans cette logique où les grands hommes étaient essentiellement porteurs de paradigmes, il ne s’agissait pas de soulever des questions par des analyses allant chercher trop dans le détail. Si des débats persistaient, à propos des « excès » de la Révolution française par exemple, ou de l’absolutisme de Napoléon, la cause de chacun était entendue : des scories demeuraient à titre de dommages collatéraux, mais le tout donnait sens aux parties. Cette histoire globalisante qui caractérise l’ère de la construction nationale peut être facilement prise en défaut. Elle laisse voir du coup les procédés de construction, et montre comment l’idéologie en vient à retravailler l’histoire.

  • 4 Merci à Bernard Traimond de me l’avoir fait découvrir à travers son ouvrage sur « la critique des s (...)

5C’est cette démarche, telle qu’elle a été mise en œuvre à propos de l’Algérie, et singulièrement, des images d’Abd el-Kader pendant son séjour en Orient, que nous tenterons d’analyser. Au sujet de ces images, nous adopterons une démarche critique, et même un tantinet hypercritique puisqu’elle s’attache non pas aux grands traits mais au détail, à l’indice, au symptôme. Cette technique du décryptage historiographique, mise au point par les enquêtes d’un célèbre détective anglais, a trouvé, on le sait, une consécration épistémologique avec l’œuvre de Carlo Ginzburg. On peut invoquer aussi à ce sujet un auteur comme Norton Cru4, tant pour son action ravageuse sur les grands récits que construit si volontiers l’historiographe, que pour son insistance sur la résistance résiduelle que les faits opposent à l’intervention enveloppante de l’idéologie.

  • 5 Il y aurait mieux à faire à s’interroger sur les sources de l’horreur que suscite la franc-maçonner (...)

6Le cas d’Abd el-Kader est doublement intéressant à ce sujet. D’une part, on dispose sur lui d’une documentation relativement rare, et en tout cas si disparate que cela laisse une large place à l’inférence ; d’autre part il est chargé d’investissements idéologiques si fort qu’il n’est même pas question parfois d’essayer de débattre sur des points de sa carrière, pourtant proprement indiscutables ; ainsi de la lettre de l’émir condamnant l’insurrection de Kabylie ou même de la question de son appartenance à la franc-maçonnerie5 : il a fallu toute la foi maçonnique de Bruno Étienne pour s’y risquer. Dans ces cas-là les arguments opposés à l’évidence des documents consistent à affirmer que l’on a affaire à des faux. On est un peu dans ces registres extrêmes comme dans un match de football entre la France et l’Algérie : des éléments extérieurs envahissent le terrain.

  • 6 Nous cédons ici à ce néologisme – Bruno Étienne, regardant un programme de colloques où une collègu (...)
  • 7 Olympe Audouard parlait de musulmans qui se précipitent pour « baiser le pan de sa robe » - Jamais, (...)

7Nous ne reprendrons donc pas ici l’ensemble de l’ouvrage de Sahli, mais seulement un de ses détours, précisément parce qu’il paraît plus anodin que les autres. Il s’agit du Chapitre 2 intitulé « Les fantasmes d’une romancière » et qui revient sur le témoignage d’une certaine Olympe Audouard (1830-1890), auteure6 d’une relation de voyage en Orient, Les Mystères de l’Égypte dévoilés (1865), témoignage dont on peut dire qu’il n’est pas vraiment resté dans les annales. C’est au point que l’on s’étonne que Sahli ait jugé utile de le passer au crible, comme il le fait, pour ce qui concerne le récit de sa rencontre avec l’émir, et non pas tant pour le récuser sur l’essentiel, puisqu’il contient un portrait qui est, comme c’est souvent le cas avec l’émir (Bernasconi, 1971), globalement favorable, mais sur des détails : ses proclamations de fidélité à l’Empereur, qui sont rapportées par tant d’autres, ou les démonstrations de piété dont il était l’objet de la part du petit peuple égyptien, qui offensent la lecture moderniste (c’est-à-dire réformiste) que donne Sahli de la religion de l’émir (1953)7. Curieusement, il s’en prend surtout à une notation vestimentaire fournie par Olympe Audouard. C’est pourtant de façon tout à fait incidente, et sans tirer à conséquence que la romancière avait écrit :

8« Sa démarche est noble et fière, et sa figure belle encore, quoique le costume syrien lui aille moins bien que le costume algérien » (d’après Sahli 1988 : 43 [nous soulignons. F.P.])

9Sous cette remarque anodine, on ne saurait voir aucune intention de nuire : tout juste une surprise, ou plutôt une déception. C’est cependant une émotion beaucoup plus grande que cela va provoquer chez lui :

  • 8 Sahli, 1988 : 42-43 renvoie ici à Lortet, 1884 : 603.

10« Abdelkader en costume syrien, proteste-t-il, cela est contraire à des témoignages plus sérieux soulignant sa fidélité au costume algérien »8

11Et d’enchaîner que cela fait partie des « traits de ce récit qui amènent à se demander si la rencontre avec l’émir n’est pas un produit de l’imagination de l’auteur » - d’où le titre du chapitre : « Les fantasmes d’une romancière ». Et de conclure :

12« Lorsqu’elle fait son portrait, elle se contente de notations vagues, sèches et abstraites comme si elle ne l’avait jamais rencontré » (ibid. [nous soulignons. F.P.]).

13Pourquoi diable aurait-elle « fantasmé » cette rencontre ? Abd el-Kader constituait sans doute une visite obligée pour les voyageurs faisant une escale à Damas. Mais on ne voit pas pourquoi notre voyageuse aurait placé cet épisode au Caire, où il ne se rendait que rarement. Quand bien même elle aurait conçu cette fiction, elle l’aurait composée en suivant au contraire les traits d’un portrait convenu, c’est-à-dire en costume algérien, sous lesquels on avait coutume de le représenter.

14Nous avons analysé ailleurs (Pouillon, 2004) à propos de l’émir, la question de ces portraits-robots faits a posteriori, ou à partir de notations indirectes. Ils sont remarquablement ressemblants… entre eux, et ils convergent en particulier sur ce qui tient à la tenue de l’émir : un turban tendu d’une corde ; deux burnous, un blanc et un noir, posés l’un sur l’autre - le costume classique d’un soufi algérien. La notation discordante avec l’icône construite communément à propos de l’émir, et l'étonnement même qu'elle manifeste, seraient plutôt ici un gage d’authenticité.

  • 9 Ce nom ne constituait pas un emblème d’identité, mais un terme distinctif qui s’imposait lors de l’ (...)

15C’est donc ici la récusation par Sahli du témoignage d’Olympe Audouard qui doit retenir notre attention. Nous trouvons le modèle d’une telle analyse dans un travail récent d’Omar Carlier (2008) qui montre l’intérêt qu’il y a à faire des analyses fines du vêtement des leaders « historiques » des nations émergentes du Sud. L’enjeu est d’importance car c’est l’image globale du personnage qui est alors en cause. Le « costume oriental » de l’émir constituait à l’évidence pour Sahli un redoutable indice d’acculturation : il laissait à penser qu’Abd el-Kader Al-Djezaïri9 aurait pris ainsi une dimension autre que nationale, et même étroitement nationale algérienne. Les témoignages et les documents iconographiques dont nous disposons sur le long séjour oriental de l’émir méritent donc d’être examinés de plus près. Ils montrent indiscutablement qu’il avait finalement adopté quelque peu les modes vestimentaires en usage entre Damas et La Mecque.

Tenues d’Orient

  • 10 Nous en avons fait l’inventaire et l’étude (Pouillon 2004, 2007, 2008b) regardant essentiellement l (...)

16Invention vulgarisée à partir du milieu du siècle, la photographie connaît une diffusion très rapide en Orient, non seulement pour en diffuser les images – il ne s’agit d’abord que de paysages ou de monuments, les temps de pose ne permettant pas la saisie de scènes animées – qu’en raison de l’immense succès local des portraits posés, sur quoi prospèrent de nombreuses officines photographiques installées dans les grandes cités de la Méditerranée méridionale. Abd el-Kader lui-même s’est très complaisamment prêté au regard du photographe, et cela pas seulement lors de ses visites en France10. Il existe de la sorte au moins cinq clichés de l’émir dont on peut sérieusement considérer qu’ils sont liés à son séjour en Orient, qu’ils aient été pris effectivement en Orient ou par un photographe oriental. Leur examen montre que l’émir était loin de s’astreindre à l’uniforme, et même qu’il jouait assez librement de la gamme des costumes en usage à cette époque dans les mondes de l’Islam méditerranéen. Chacun mérite qu’on s’y arrête pour une brève analyse.

Agrandir

Ph. 1 - Viguen, Hovsep et Kevork Abdullah, Abd el-Kader à Istanbul, 1865.

  • 11 Merci à Edhem Eldem de nous en avoir fourni la source.
  • 12 On y voit la même table avec les livres empilés, et toute une galerie de personnages orientaux, ain (...)

17Le plus célèbre est indiscutablement cette photographie montrant l’émir assis, la main posée sur une table à côté d’une pile de livres. Le cliché (Photo 1) est signé des frères Abdullah11, propriétaires d’un important studio actif à Istanbul dans la seconde moitié du XIXe siècle : convertis à l’islam, les photographes de Péra sont les fournisseurs attitrés des Sultans, et le portrait d’Abd el-Kader a donc un peu quelque chose d’officiel. De quand date-t-il exactement ? Probablement de 1865, lors de l’escale que l’émir fait à Istanbul pour rendre visite au Sultan avant de repartir pour Paris - cela est confirmé par un second cliché récemment apparu (Photo 2 et 2bis), manifestement pris lors de la même séance et qui inscrit définitivement cette scène en Orient12. Plutôt que le mystique, dont le regard serait tout entier tourné vers l’intérieur, l’émir se présente ici comme l’homme du « Royaume arabe » (Ageron, 1970) : grande prestance et assurance dans le regard. Il arbore ici pour la première fois la batterie de décorations qu’il a reçues de toutes les nations d’Europe, suite à l’attitude héroïque qui fut la sienne lors des pogroms antichrétiens de Damas, en juillet 1860. Et ce sera le vêtement réglementaire pour ses séjours à Paris que retiennent tant de photographes : burnous blanc ; haïk blanc de laine rayée qui passe sur la tête pour couvrir une chéchia posée sur une calotte ; un chèche blanc serre ce couvre-chef.

Agrandir
Agrandir

Ph. 2 (recto) et 2 bis (verso) - Viguen, Hovsep et Kevork Abdullah, Abd el-Kader et sa suite à Istanbul, 1865 (courtoisie Photo Verdeau)

Image 4.jpg

Ph. 3 - Simon Agopian, Portrait de l’émir Abd el-Kader (d’après le cliché du studio Abdullah), 1906, musée du Grand Orient de France, Paris. Reproduit ici en couverture de l’ouvrage de B. Étienne, 2008.

Agrandir

Ph. 4 - Reproduction de la photographie des frères Abdullah avec une dédicace d’Abd el-Kader, coll. Zoummeroff, Archives nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence

  • 13 Simon Agopian, Portrait de l’émir Abd el Kader (Musée de la Franc-maçonnerie, Grand Orient de Franc (...)
  • 14 Un échantillon figure dans la collection Zoummeroff aux Archives d’Outre Mer, à Aix-en-Provence. Il (...)
  • 15 Des décomptes généalogiques réalisés par John Kiser (2008), on compte aujourd’hui, réparties entre (...)
  • 16 Située dans la vallée du wadi Barada, cette maison patricienne qui tombait en ruine a été récemment (...)
  • 17 Merci à Boutros al-Maari de nous avoir communiqué une reproduction de ce document.

18Nous avons analysé ailleurs (Pouillon, 2008) les problèmes que soulève, pour les Algériens d’aujourd’hui, le fait que l’âme de la résistance nationale à la colonisation se présente, comme c’est le cas ici, arborant une plaque de Grand-croix de la Légion d’honneur. Pour leur consolation, c’est bien le costume algérien, avec le double burnous et le chèche noué, qu’il revêt encore ici, malgré un long séjour - treize, peut-être quinze ans - en Orient. On a donc bien là un témoignage de l’entêtement vestimentaire postulé par Sahli. Pourtant cette photo reste en Algérie d’usage limité, pas seulement à cause des décorations - il est toujours possible d’en faire une reproduction centrée sur le visage -, mais surtout parce que le cliché est clairement associé à la question de l’appartenance de l’émir à la franc-maçonnerie : il a servi de modèle pour un tableau qui figure en bonne place dans le local du Grand Orient à Paris (Photo 3)13. À la vérité cela ne prouve rien, car le tableau a été réalisé en 1906, quatre décennies après le cliché, mais qu’il lui soit fait ainsi tant de gloire est en soi déjà suspect. On notera que l’émir n’avait quant à lui aucune difficulté à reprendre à son compte ce cliché, qu’il put offrir dédicacé à des visiteurs de passage (Photo 4)14. Il a été reproduit et largement repris dans sa descendance15. On en retrouve plusieurs versions anciennes, dont une colorisée, dans la collection du petit musée créé dans la maison « de campagne » que l’émir possédait à Doummar, dans les faubourgs de Damas16. Il semble même qu’en Orient, elle constituait une sorte de portrait officiel : elle trônait en grand format dans la maison de Saïd al-Jazaïri, petit-fils de l’émir qui devait, en sept-oct. 1918, après l’évacuation des Turcs, participer au gouvernement de Damas17. C’est l’image même qui fut portée en tête du cortège qui, au printemps 1965, accompagna la dépouille de l’émir en partance pour l’Algérie (Photo 5).

Agrandir

Ph. 5 - Damas, 1965. Cortège accompagnant la dépouille de l’émir Abd el-Kader lors de son « retour des cendres » vers Alger

Agrandir

Ph. 6 - Francis Bedford, Abd el-Kader à Damas, après 1862

  • 18 Il en rapportait pas moins de 172 clichés, répartis en 2 albums.
  • 19 « entre le 29 avril et le 2 mai [1862] » (Hage, 2000 : 33).

19La première photo de l’émir en Orient a cependant été prise un peu plus tôt – trois ans auparavant, cinq tout au plus (Photo 6). Elle est à vrai dire assez surprenante mais son légendage est indiscutable. Elle est l’œuvre de Francis Bedford (1816-1894), un photographe anglais fort sérieux : après s’être fait connaître comme paysagiste, il avait été recruté par la famille royale anglaise pour faire des inventaires photographiques des collections de la couronne. Il est sollicité en 1862 pour accompagner le Prince de Galles dans un voyage en Terre Sainte18, dont l’itinéraire s’élargit finalement à l’Égypte, et à Damas pour accompagner la délégation venue remettre à l’émir les insignes de diverses décorations, dont la fameuse légion d’honneur (Hage, 2000 : 138). Le portrait qu’il nous en donne diffère sensiblement de l’image habituelle : par l’apparence physique que l’on trouve à cet homme, coutumier des macérations ascétiques, et qui arbore ici un embonpoint de notable oriental et - comment dire ? - de "bonnes joues" qu'on ne lui connaît pas ailleurs. La photographie peut pourtant être datée avec précision, du printemps 186219. Le plus surprenant dans ce cliché, c’est la tenue de l’émir. Sous le keffieh à croisillons rouge et blanc de La Mecque, roulé serré en turban autour de sa tête, il porte la classique ‘abaya des notables d’Arabie. Allons-nous la récuser, pour la même raison que Sahli ?

  • 20 Merci à Sylvain Cornac de m'avoir permis de préciser ce point : Poujoulat se fonde essentiellement (...)

20Cette image est cependant confirmée par le témoignage écrit de Baptistin Poujoulat (Cf. Bouyerdène, 2008b : 123-124). Cet historien parti en Terre Sainte pour se documenter sur les croisades connaît bien la région et ses usages – il en tire une fameuse Correspondance d’Orient avec Joseph-François Michaud (1830-1831). Arrivé à Damas pendant les émeutes, il souhaite se faire le chroniqueur de l’événement20, dans un ouvrage d’actualité cette fois, La Vérité sur la Syrie (1861). Ayant joint à son tour une délégation venue apporter à l’émir quelques décorations, il fait un portrait à peu près contemporain de la photographie de Bedford. Il donne une description précise du vêtement de l’émir qui correspond assez bien à ce que l’on voit sur la photographie

« J’avais le plus grand désir de voir Abd-el-Kader. Je me le figurai d’avance magnifiquement drapé dans son burnous blanc ; je l’ai trouvé, à mon grand désappointement, vêtu à la manière des cheiks ou des ulémas de Damas, tarbouche rouge orné d’un gland de soie bleue, entouré d’un turban blanc bigarré dont le bout flotte sur l’épaule gauche ; longue robe de soie rayée, serrée à la ceinture par un foulard de même couleur ; bas blancs et babouches jaunes. Mais ce costume, quoique moins pittoresque que celui des Arabes africains, n’enlève rien à Abd el-Kader de sa dignité grave, de parfaite distinction » (Lettre du 30 nov. 1860, in Poujoulat, 1986 : 359 - d’après Bouyerdène, 2008 : 122 [nous soulignons. F.P.]).

  • 21 Ahmed Bouyerdène qui a eu la charité de ne pas reprocher à Sahli sa contestation abusive (mais il r (...)

21On voit donc Poujoulat manifester vis-à-vis du vêtement le même étonnement qu’Olympe Audouard dont le témoignage est ici confirmé point pour point. Et cela est d’autant plus flagrant qu’il affronte là non une icône, mais sa déception21.

  • 22 On peut y rajouter encore celui du Dr Lortet (1884 : 603-605), cité par Sahli (1988 : 42) et ceux d (...)

22Pour reprendre ces questions de façon plus méthodique, on dispose désormais de l’ouvrage d’Ahmed Bouyerdène, Abd el-Kader par ses contemporains : Fragments d’un portrait (2008b) qui propose un florilège assez impressionnant des témoignages directs disponibles sur l’émir. L’auteur ne s’est pas contenté, comme tant d’autres, de reprendre les descriptions de Bellemare et de Berbrugger, ou encore celles de Léon Roches et de Churchill, qui sont supposés l’avoir approché de près. On trouve cette fois pas moins de trente-cinq récits, soigneusement présentés et cités. Sans parvenir à un inventaire exhaustif des témoignages publiés22, il rend possible une recherche en série, qui permet d’observer des effets de mise en icône à partir des traits qui reviennent avec le plus de régularité, ce qui n’exclut pas, comme on l’a vu, que les traits aberrants, considérés systématiquement comme suspects, renvoient avec quelque probabilité à des observations réelles.

23Dans la riche série de témoignages ainsi rassemblés, les visiteurs ne sont pas toujours très précis. Certains, et il faut bien sûr se méfier de ce type d’écarts, paraissent même carrément fantaisistes. C’est le cas de celui d’un médecin allemand, Ludwig August Frankl (1810-1894), parti en Palestine en 1857 pour enquêter sur les communautés juives, qui note que l’émir était vêtu « d’un manteau [léger] de couleur verte [et qu’] un tissu blanc à bande dorée était autour de sa tête » (d’après Bouyerdène, 2008b : 118). Ceci apporte une variante vestimentaire suspecte : le pieux soufi était connu pour réprouver le port de vêtements brodés d’or.

24Côté femmes, où l’on peut escompter une attention plus soutenue aux questions vestimentaires, nous avons le témoignage d’Isabel Burton, l’épouse du fameux voyageur de La Mecque. Réalisant en 1869 son premier séjour en Orient, pour accompagner à Damas son globe-trotter de mari qui prend là ses fonctions consulaires, elle relate une visite à l’émir, que Bouyerdène date de l’été 1870 : « Il s’habillait toujours en turban et burnous d’un blanc immaculé, sans aucune parure » - ce qui renvoie au contraire au costume algérien. Mais elle ajoute un trait qui contredit tout ce qui s’écrit du rapport de l’émir au port d’ornements précieux : ses bras, dit-elle, étaient « ornés de bijoux qui étaient superbes » (d’après Bouyerdène, 2008b : 130). Émanant d’une femme encore, une description qui croise celle-ci, par Lady Blunt, l’exploratrice d’Arabie, suite à une visite à Damas en 1881, ce qui en fait le témoignage le plus tardif de notre série : « Il était vêtu d’une robe de toile, à l’exemple des mollahs, avec un turban blanc qui lui tombe très bas sur le front, à la mode d’Algérie. » (Blunt, 1882 : 27-28) – des « mollahs » à la « mode d’Algérie »… les catégories vestimentaires utilisées nous laissent un peu perplexes. Elle ajoute : « Il ne porte jamais, que je sache, le caftan des nomades ». On verra qu’il ne faut jurer de rien.

Image 8.jpg

Ph. 7 – Gustave Le Gray, Abd el-Kader à Damas, après 1862

  • 23 Par exemple dans les illustrations de la Lettre aux Français (Abd el-Kader, 1977, cahier photo).
  • 24 Parti précipitamment de Paris pour des raisons mal élucidées – il y laisse femme et enfants, et l’a (...)
  • 25 Dans ce registre sigillographique, un autre élément susceptible de soulever la perplexité des lecte (...)

25Malgré certaines disparates, ces descriptions se trouvent pourtant confirmées, et de façon éclatante, par un document photographique. Il est généralement attribué à Le Gray23, l’un des plus grands photographes de ce temps (1820-1884), qui séjourne en effet en Orient depuis 186024. C’est une malencontreuse chute de cheval qui l’a empêché de se joindre à l’expédition où figurait Francis Bedford évoquée ci-dessus. Mais il avait dès 1852 rencontré l’émir à Blois, réalisant sur lui, dès après sa libération, la première photo pour laquelle il ait accepté de poser (Pouillon & Magendie, 2008). On a donc toutes les raisons de penser qu’il ait voulu rapidement joindre Damas pour réaliser ce cliché. L’émir est pris de face, en simple soutane « à l’orientale ». C’est une photo d’intérieur et il n’y a pas lieu de porter un manteau quelconque - on ne sait donc pas quelle identité il aurait revêtue publiquement. Mais le trait remarquable ici, le punctum, pour reprendre le vocabulaire de Roland Barthes (1980), c’est l’impressionnante chevalière qu’il porte à l’auriculaire de la main droite (Photo 7). Il s’agit là encore d’une excentricité vestimentaire, normalement interdite au soufi, mais peut-être n’est-ce qu’un cachet25, qui ne comporte donc ni or ni argent.

Agrandir

Ph. 8 - Philippe-Jacques Potteau, Photographies d’Abd el-Kader à Paris, 1865

  • 26 Fonds Zoumeroff, AOM, Aix-en-Provence. L’original figure dans les collections du Muséum. Cf. Blanch (...)

26Pour ce qui regarde la bimbeloterie justement, on notera que, pour l’émir, ces costumes orientaux ne vont pas avec le port des décorations. Celles-ci étaient exclusivement associées au costume algérien qui constituait manifestement pour lui une sorte de grand uniforme. C’est comme s’il avait joué à mettre la postérité nationale dans l’embarras ! Et on ne peut même pas dire que ce costume était sa tenue officielle pour ses séjours en Europe, car on dispose encore d’une autre photographie où il arbore le costume oriental, et celle-ci est formellement localisée de Paris. Connue pour avoir été assez largement diffusée en format « carte de visite » (Mégnin, 2007), elle est signée de Philippe-Jacques Potteau (1807-1876) (Photo 8), photographe attitré des collections du Muséum d'histoire naturelle de Paris. C’est dans ce cadre que, à partir de 1861, dans un atelier installé à proximité du Jardin des Plantes, il s’attache méthodiquement à enregistrer avec art et science les portraits des visiteurs venus des antipodes, notamment les membres de légations (cf. Maresca, 1996 : 164 ; Jehel, 1995 : 35-44) : selon la méthode anthropométrique, de face et de profil, et avec le souci d’inventorier des "types". Malgré l’ambition plastique évidente et l’admirable rendu de la lumière, il n’est pas indifférent de rappeler que ces clichés s’inscrivent dans un projet scientifique. Et cela nous fournit déjà une date de cliché, car la carte de visite comporte cette fois à son verso une fiche particulièrement précise (Photo 9)26 : 1865, date en effet d’un déplacement en grande pompe à Paris, le premier après les événements de Damas. Au cours de ce séjour, c’est en grand uniforme, avec ses haïks et burnous algériens sur lesquels il accroche sa batterie de décorations, qu’il va poser pour les plus grands photographes parisiens : Carjat, Delton, Disderi. Cette fois pourtant, il se présente en « négligé » : sans burnous, avec une simple soutane et un turban léger. On dirait que le photographe s’est déplacé à son lieu de résidence. Nous reviendrons sur ce cliché et son légendage.

Agrandir

Ph. 9 – Légendage de la photographie de Philippe-Jacques Potteau (Paris, 1865) au verso de sa reproduction en carte de visite. Collection Zoummeroff, Archives nationales d’Outre-mer, Aix-en-Provence

27Des variations vestimentaires qui apparaissent dans cette série de photographies et de descriptions disponibles sur la période orientale, il ressort que la tentative de Sahli d’enfermer son héros dans le costume algérien est désespérée, et qu’il n’est pas possible de récuser comme des « fantasmes » tout ce qui ne s’y conformerait pas : nous disposons de documents multiples, circonstanciés et confirmés par des textes, qui montrent que l’émir a fait preuve d’un certain opportunisme vestimentaire, cherchant plutôt à s’adapter, comme tout un chacun en somme, aux conventions du milieu social dans lequel il se trouve. Un tel mimétisme ne tire d’ailleurs pas nécessairement à conséquence : il est tout à fait naturel dans le cadre du voyage, répondant au principe de discrétion plutôt que véritablement d’acculturation. Du côté des observateurs occidentaux, un excès d’attention a longtemps été porté aux pratiques vestimentaires des indigènes : l’abandon du turban ou de la chéchia, du burnous et du sarwel arabe ont été considérés comme des indices de modernisation, voire d’acculturation. Le voile féminin, sous ses différentes formules a été plus encore marqué comme un gradient de traditionalisme ou de « libération ». Il a fallu attendre longtemps pour se rendre compte, de part et d’autre d’ailleurs, que de ce changement des apparences, ne s’ensuivait pas, loin s’en faut, une conversion. Les réformistes musulmans ont montré les premiers que l’adoption d’indices d’une modernité occidentale, comme le complet veston ou le renoncement au cheich, ne conduisait en rien à céder sur l’essentiel.

28Comme le fera plus tard De Gaulle, alternant tout au long de sa carrière l’uniforme de général de brigade et le costume rayé (Colas, 1991-92), l’émir sait adapter ses manières vestimentaires. Est-ce à dire qu’il abjure son algérianité ? Un peu quand même, mais certainement pas son islam. C’est le vaste champ des costumes d’un faqîh musulman d’Occident et d’Orient qu’il adopte successivement au cours de ses pérégrinations, de ses présentations. On en a la confirmation dans un ultime cliché pris à l’automne 1869, à la veille de l’inauguration du canal de Suez. Il s’agit de l’image la plus tardive dont on dispose sur l’émir (Photo 10). Ce cliché est assez connu pour avoir été publié en Algérie, en annexe d’un ouvrage de Boualem Bessaïh (1997) étudiant les vies parallèles de l’émir et de l’imam Chamil (1797-1871), âme de la résistance caucasienne à la colonisation russe. On en connaît le contexte et les circonstances précises : après une lutte acharnée contre l’armée coloniale, le leader tchétchène avait comme Abd el-Kader cessé les combats et se trouvait depuis 1859, assigné à résidence dans différentes villes de l’empire. Il souhaitait néanmoins ardemment réaliser le pèlerinage à La Mecque. La tradition veut que, fort de son aura internationale, et aussi de l’appui de l’empereur Napoléon III, c’est Abd el-Kader qui aurait obtenu du Tsar cette autorisation de se rendre aux Lieux saints. Ce voyage dont il ne devait pas revenir eut lieu en 1869, l’année même de l’inauguration du canal, et c’est très logiquement lors de son passage à Suez que les deux chefs historiques purent se rencontrer.

Agrandir

Ph. 10 - Photographe inconnu, Abd el-Kader et des fonctionnaires du canal de Suez à Port-Saïd, accueillant l’imam Chamil en route pour La Mecque, 1869

  • 27 Bessaïh (1997) lit un « 1863 », qui le laisse bien perplexe (p. 318-319) : on doit évidemment lire (...)
  • 28 Merci à Nathalie Montel pour cette identification. Le portrait de l’ingénieur Laroche figure dans s (...)
  • 29 Mimétisme pur, semble-t-il, car les notations manuscrites qui figurent au verso d’une autre version (...)
  • 30 Merci à Hachmi Karoui qui a effectué pour moi cette recherche calendaire.

29La photographie comporte la mention manuscrite de cette date27, et montre les deux hommes accueillis dans la maison rustique d’un des fonctionnaires du canal, l’ingénieur Félix Laroche, responsable de la division de Port-Saïd, formellement reconnaissable à la gauche de l’émir28. À sa droite un notable égyptien qui ressemble à s’y méprendre au Khédive en personne29, des touristes et commerçants divers. Assis juste devant Abd el-Kader, Chamil est accompagné de sa garde tchétchène. À voir la façon dont ce monde est vêtu, on n’est certainement pas dans la touffeur de l’été égyptien. Cette année-là, le ḥajj se plaçait au mois d’avril30 et il est donc probable que Chamil soit passé là au tout début de l’année 1869, bien avant les cérémonies d’inauguration qui devaient prendre place, comme on sait, le 17 novembre. L’émir serait donc venu là spécialement pour le saluer.

30Cette photographie nous apporte une information supplémentaire : un démenti formel à l’assertion de lady Blunt qui affirme que l’émir « ne porte jamais le caftan des nomades » (Blunt, 1882 : 28 ; Bouyerdène, 2008b : 133) : Abd el-Kader est vêtu d’un de ces manteaux en laine retournée que les bédouins du Bilâd al-Shâm portent lors de leurs pérégrinations d’hiver. On voit donc la grande variété de tenues que l’émir était susceptible d’endosser selon le lieu, le contexte, le milieu et… la température. Mais, comme on l’a vu, le burnous, associé aux décorations, était spécialement réservé aux représentations extérieures en Occident. Cette image quasi « officielle » va finir par constituer le schéma vestimentaire sous lequel on s’attend à le voir, une sorte d’icône. Celle-ci s’interpose en quelque sorte pour les observateurs entre eux et l’image qu'ils ont effectivement sous les yeux. Si elle n’est pas conforme à cette attente, elle est du coup frappée d’étrangeté.

Les yeux noirs

31Comment vérifier la véracité d’un témoignage ? Tout témoin unique peut être mis en cause et, dans le monde du voyage au xixe siècle, l’exclusivité ne fut pas toujours bien portée. C’est la supercherie qui était régulièrement soupçonnée, parfois avec raison. À l’inverse des scoops de nos modernes journalistes d’investigation, ces éclats un peu extraordinaires – « J’ai découvert les sources du Nil » (Burton), « j’ai retrouvé Livingstone » (Stanley), « j’ai traversé le désert d’Arabie » (Palgrave), etc. - durent, en leurs temps, être mieux argumentés.

32On a en Algérie, avec Léon Roches, l’un de ces témoignages d’exception. Bien que la colonie soit familière, ceux qui réussirent à passer dans la société indigène, à s’y acculturer et même à s’y faire, comme on dit, « adopter », exercèrent une fascination durable. Isabelle Eberhardt, dès avant sa mort romanesque, Étienne Nasreddine Dinet parce qu’il était passé dans l’Islam lui aussi, furent célébrés par la société coloniale (Pouillon 1997a). En sens inverse, le général Youssouf, célèbre transfuge, fut l’objet de nombreuses évocations imaginaires, comme, à l’inverse la perte au désert du père de Foucauld (Casajus, 2009). Jacques Berque, pour républicain qu’il était, dit avoir rêvé un instant de passer derrière le miroir (Pouillon, 1997b). Aujourd’hui, le poids historiographique du périple des saint-simoniens en Algérie ou en Égypte opère encore sur les chercheurs les plus sérieux (Levallois, 2001 ; Marçot, 2012). Mais parmi les gloires coloniales dans ce registre, il en est une qui dépassa toutes les autres, c’est celle de Léon Roches (1809-1900).

  • 31 Il persiste et signe au détour d’un compte-rendu donné aux Annales ESC en 1961, (p. 388, n. 5) : «  (...)
  • 32 Merci à Patrick Beillevaire de nous avoir documenté sur la carrière japonaise de Roches.

33Si ce personnage a acquis une telle popularité, c’est qu’il a raconté, et avec talent, avoir basculé dans l’islam pour les beaux yeux d’une indigène. Cette bouffée romanesque devait avec lui être poussée plus loin que de coutume. Il est notamment attesté qu’il stationna plus d’un an au camp d’Abd el-Kader, dans une fonction de secrétaire interprète. Le sens de ce séjour, la réalité de bien d'autres qu’il rapporte dans un récit autobiographique tardif (1884-85), ont été sévèrement mis en cause par un des meilleurs historiens de l’Algérie, Marcel Émerit (1947), dans un article qui contribua à faire que Roches n’a plus aujourd’hui l’immense aura historique qui a été la sienne31. Il est intéressant d’analyser les arguments que l’historien avance pour discréditer globalement le témoignage de Roches. Ils sont de divers ordres. Le plus important, caractéristique d’un certain positivisme historien, est l’absence dans les archives de correspondances confirmant la nature et les missions dont il dit avoir été investi, ou du moins les imprécisions manifestes, en particulier pour ce qui concerne la chronologie, au regard de ce qui est attesté. Mais Émerit recourt aussi à un autre argument, symétrique et inverse : la ressemblance excessive avec des documents qu’il est dès lors suspecté d’avoir recopié. Cette double face du soupçon suffit à remettre globalement en cause le témoignage, ainsi relégué au rang de fable plaisante. Parce qu’il n’est pas absolument fiable, il sera donc intégralement récusé, et on passera par profits et pertes les parties historiquement attestées de sa carrière, comme sa présence auprès d’Abd el-Kader, sa mission au Maroc, son poste en Tunisie et même le long séjour qu’il effectua au Japon, de 1863 à 1870, comme consul puis comme ambassadeur32.

  • 33 L’argument figurait déjà dans un ouvrage d’Étienne Dinet sur le pèlerinage (1930).

34S’agissant de simples imprécisions, il est difficile de lui appliquer ce jugement global : Roches écrit à la fin de sa vie sur les injonctions de son entourage, évoquant des événements qui sont censés se dérouler au moins quarante ans plus tôt, et la froide rigueur des dates lui échappe alors un peu. Sans doute en a-t-il le souvenir, mais il est naturel à cet âge qu’une certaine affabulation enjolive les événements et la part qu’y prend le témoin. Cela ne suffit pas à effacer le substrat et à discréditer l’ensemble. C’est pourtant ce que fait Émerit qui l’accuse d’avoir tout simplement démarqué, pour son périple supposé à La Mecque, l’ouvrage du grand voyageur d’Arabie Jean-Louis Burckhardt (1835)33. En toute rigueur, il faudrait ici inverser les choses et, plutôt que de pointer des erreurs, examiner avec soin comment il a pu raconter des choses exactes que l'on ne saurait trouver dans la documentation disponible. Mais cela engagerait des enquêtes beaucoup plus longues.

35Malgré une tendance manifeste à affabuler et une certaine faconde méridionale, le récit de Léon Roches comporte nombre de choses avérées. Sa présence auprès d’Abd el-Kader pendant la période du traité de la Tafna est attestée par un autre témoin : le capitaine Eugène Daumas, qui stationna lui aussi durablement au camp de l’émir avec le titre de consul. Dans une lettre du 31 décembre 1837 celui-ci interroge sa hiérarchie à propos de l’arrivée d’un « être assez extraordinaire » qui, s’étant fait musulman, sous le nom arabe de « Omar », a rejoint l’émir (Daumas, 1912 : 51-52). Il demande quelle attitude avoir à son endroit et continuera à le faire, tout au cours de la période de son séjour, signalant la proximité de Roches avec son maître, et même l’ascendant qu’il exerce sur lui. Pour avoir été un de ceux qui l’ont durablement fréquenté, Roches devrait donc bien pouvoir figurer parmi les témoins sérieux sur l’émir, au même titre que ses interprètes - ou gardes-chiourmes -, comme Daumas à Toulon, ou Boissonnet à Amboise. Or il semble être à l’origine d’une tradition fautive que la photographie allait démentir.

36Tous ceux qui ont croisé l’émir en retiennent quelques traits saillants qui reviennent comme des litanies. On l’a vu pour le costume algérien. Mais il a d’autre part les traits du visage : cette barbe noire qu’il garde jusqu’à la fin au point que l’on en vient à dire qu’il la teint. Et puis des éléments évoqués par analogie comme la figure d’un moine du Moyen Age, ou, plus surprenant, la figure apaisée d’un Christ. Reviennent tout aussi régulièrement des considérations sur son regard. Le florilège rassemblé par Bouyerdène nous permet pourtant d’observer à cet égard de curieuses divergences. Elles portent notamment sur la couleur des yeux de l’émir.

  • 34 On la trouve signalée par Patrick O’Quin, qui le croise après l’arrivée à Pau en 1848 (in Bouyerdèn (...)

37Il est naturel qu’un témoignage central, pour ainsi dire primaire, ait été celui de Léon Roches, un homme qui avait eu l’occasion d’approcher l’émir à une époque où celui-ci était pratiquement hors d’atteinte. Il figure dans le texte autobiographique, publié en 1883 seulement, c’est-à-dire un an après la mort de l’émir, mais inséré comme une sorte d’archive, reprise d’une lettre datée du « 16 décembre 1837 ». Roches y relate son arrivée solennelle à la tente de l’émir, dans le tumulte environnant, puis le silence se faisant aussitôt alors qu’il se trouve en présence de « ce champion de l’islamisme ». D’emblée, c'est son regard qui l’arrête : « de beaux yeux bleus », écrit-il. Reprenant sa description, c’est à nouveau par le regard qu’il commence avec « les grands yeux bleus qui [l]’ont fasciné ». Suivent nombre de détails assez précis, notamment une notation qu’il ne sera pas le seul à faire, d’un petit tatouage entre les yeux34. C’est dire qu’il l’a approché de plus près que quiconque... Viennent ensuite les descriptions classiques du costume algérien :

« Quelques tours d’une petite corde en poils de chameaux fixent autour de sa tête un haïk de laine fine et blanche ; une chemise en coton et par-dessus une chemise en laine de même couleur, le haïk, qui après avoir fait le tour de la tête enveloppe le corps, et un burnous blanc recouvert d’un burnous brun, voilà tout son costume. » (in Bouyerdène, 2008b : 73-74)

38Publiée en 1883, comme on l’a dit, cette lettre a certainement circulé avant, car elle est à l’origine de deux portraits de l’émir, plus ou moins imaginaires, qui vont installer la conviction que celui-ci avait les yeux bleus (Photo 11).

Agrandir

Ph. 11 – Marie-Eléonore Godefroid (d'après un dessin de Léon Roches), Portrait d’Abd el-Kader, Paris, Musée de l’Armée

  • 35 Merci à Jean-Louis Marçot de m’avoir fourni la version originale de ce document qui a été repris en (...)
  • 36 Parmi les portraits « réellement dessiné[s] d’après nature » on ne trouve pas celui du capitaine Al (...)

39Parmi les visiteurs sérieux de l’époque de la Tafna, il y a Adrien Berbrugger (1801-1869), pionnier d’une vie intellectuelle dans la colonie, parmi les éléments fondateurs de la Société historique algérienne. Il rapporte de son Voyage au camp d’Abd-el-Kader, de décembre 1837, une description précise de l’émir et considérée alors comme assez exclusive35. S’il s’insurge conte les caricatures qui sont faites du leader, il va donner de lui une image toute morale et dans des termes quasi-identiques à ceux de Roches : l’évocation notamment de ces « belles têtes de moines dont le type nous a été légué par le Moyen Age ». La première version de ce voyage, publié ensuite dans la Revue des Deux Mondes insiste sur ses yeux, « fort beaux du reste », mais dont il ne précise pas la couleur. Reprenant ce texte dans un recueil de ses écrits36, Berbrugger, comme pour aller au-devant de son illustration, complète : « Ses yeux sont bleus et fort beaux » (1843, d’après Beaugé, 1998 : 32).

40Récapitulons sur ce point de détail au moyen de la collection de textes réunie par Bouyerdène. Si tous les témoignages ébauchant quelque description font état de la qualité, de l’intensité de ce regard, tous ne donnent pas d’information sur la couleur des yeux. Reste cependant une dizaine de notations. On est surpris de constater que les plus grandes divergences existent entre les différents témoins. Parmi les contemporains des visites de Roches et de Berbrugger, le général Bugeaud, témoin de poids puisqu’il réalise enfin, pour la signature du traité de la Tafna, sa seule entrevue directe avec Abd el-Kader. Il ne doit pas manquer de le regarder avec attention. Il écrit alors : « Ses yeux et sa barbe sont châtain foncé » (d’après Azan, 1925 : 95 ; Bouyerdène, 2008b : 76). Parmi les autres membres de la délégation participant à cette rencontre historique, Amédée de Murat va déclarer au contraire qu’il a « yeux bleus » (d’après Aouli et al., 1994 : 210 ; in Bouyerdène, 2008b : 80), tandis que le Docteur Bonnafont les dit « petit et bruns » - il est vrai qu’il précise qu’il les tient « constamment à demi-fermés » (d’après Bouyerdène, 2008b : 81). Mais il ne s’agit là que de rencontres furtives, fortement chargées d’émotion, et les récits en sont donnés pour la plupart a posteriori. On trouve les mêmes variations des témoignages suite à une expédition ultérieure organisée pour négocier un échange de prisonniers : si l’abbé Suchet se contente d’affirmer que « ses yeux s’animent et étincellent » (d’après Bouyerdène 2008b : 85), Toussaint du Manoir précise qu’ils sont « d’un gris-vert extrêmement clair » (Émerit, 1955 : 131 ; Bouyerdène, 2008b : 86). Quant au colonel Scott, agent de la perfide Albion venu trafiquer des armes avec l’émir, il va affirmer que « ses yeux sont d’un bleu clair » - il est vrai qu’il lui trouve aussi « un teint blond » (d’après Bouyerdène, 2008b : 89) : l’émir des Arabes a des petits airs anglais... Rien à voir avec ce que va affirmer le duc d'Aumale qui, pour avoir manqué Abd el-Kader en 1843 lors de la prise de sa smala, ne va pas considérer de façon distraite celui qui se constitue prisonnier auprès de lui, en cette triste veille noël 1847. Or il est formel : comme sa barbe, « ses yeux sont noirs » (d’après Bouyerdène 2008b : 90).

  • 37 Irlandais d’origine et Béarnais d’adoption, il est « avocat, député et trésorier-payeur général des (...)
  • 38 Félix Mornand : « Ses yeux doux, immenses, humides à force d’éclat, impossible à oublier » (Bouyerd (...)
  • 39 À quoi il répondit, à la manière d’Oscar Wilde, qu’il ne voulait pas « être influencé » (d’après Bo (...)

41On pourrait attribuer cette valse-hésitation à l’émotion extrême qui entoure ces rencontres et ce regard fascinant où chacun cherche à scruter des intentions. Il n’en sera plus de même quand l’émir sera emmené prisonnier en France. Celui qui l’accueille et passe alors plusieurs mois dans sa compagnie, le général Daumas, devrait être pour nous un témoin indiscutable : il est totalement dépourvu de fantaisie ! Dans une lettre familière, il écrit qu’il a les yeux très grands « d’un beau fauve foncé » (d’après Perras & Dubern, 1913 : 350 ; Bouyerdène, 2008b : 94). On devrait en rester là, d'autant que cela est confirmé par la note de Patrick O’Quin (1821-1878), homme politique opérant dans la région de Pau, qui parle à son sujet de « grand yeux bruns »37 ; ainsi que par le témoignage d’Alfred du Plessis, notable de Blois, qui aurait accueilli chez lui l’émir dès avant son élargissement (d’après Bouyerdène, 2008b : 103) et par un officier britannique, Lord Vane Londonderry, qui fait à peu près à la même période une visite à Amboise, et parle de ses « yeux noirs des plus expressifs » (d’après Bouyerdène, 2008b : 105). D’autres se contenteront de noter les dimensions morales de ce regard38, mais on aura garde de retenir dans notre florilège une note furtive du journaliste Charles Moncelet (1825-1888) qui, apercevant l’émir lors de son passage à Bordeaux, écrit qu’il a les yeux « d’un gris bleuâtre » : chroniqueur gastronomique et critique théâtral, il acquit une certaine notoriété quand il fut établi qu’il faisait la critique de pièces de théâtre qu’il n’avait pas vues39.

42Pour ce qui concerne la période du séjour à Damas, où les relations avec l’illustre exilé sont relativement pacifiées, on continue cependant à trouver la même disparate. Sans tomber dans l’extravagance des yeux bleus, Ludwig August Frankl lui trouve « des yeux gris qui pétillaient » (Bouyerdène, 2008b : 119). Il est sur ce point confirmé par un témoin de choix, le propre petit-fils de l’émir, le futur émir Khaled, qui n’avait que huit ans à la mort de son grand-père, mais qui invoque un document écrit dont il donne traduction à Marie d’Aire, la nièce du baron Boissonnet (1900 : 249 - d’après Bouyerdène, 2008b : 133-135). Baptistin Poujoulat dont on a déjà invoqué le témoignage à propos du costume « oriental », parle quant à lui de « ses yeux noirs étincelants » (1861 : 427-428 ; d’après Bouyerdène 2008b : 123). Et Churchill, l’agent anglais dont les Algériens font grand cas, son texte ayant été traduit pour faire office de biographie officielle de l’émir, il va parler, comme Daumas, « de ses grands yeux brillants, couleur noisette » (Churchill : 49 ; Bouyerdène, 2008b : 126). Comme Daumas d’ailleurs, il a eu le loisir d’observer l’émir au cours des nombreux entretiens qu’il a eus avec lui au cours de l’hiver 1859-1860. Mais n’est-il pas établi également, et par le témoignage de Daumas lui-même, que Roches lui aussi a été, quelque vingt ans plus tôt, parmi les familiers de l’émir ?

43De cette incertitude, seule la photographie pourra nous sortir : œil mécanique, elle ne se laisse pas éblouir par un regard et se contente d’enregistrer. Si les premières photographies pourraient laisser la place à quelque incertitude, les portraits plus rapprochés vont nous donner rapidement une précision assez grande : les clichés de Carjat, celui des frères Abdullah sont peu ambigus : ses yeux sont de couleur sombre. Mais c’est la photo-carte de Philippe-Jacques Potteau, évoquée plus haut, parce qu’elle est précisément légendée, qui va nous apporter une confirmation décisive. On a évoqué le texte placé au verso ; il est sans ambiguïté :

« L’émir Abd-el-Kader (57 ans). Né à Mascara, Province d’Oran, Algérie. Cheveux noirs mais se rasant la tête tous les deux jours ; Yeux bruns, barbe noire avec quelques poils gris. (...) Photographié à Paris en 1865 » (supra, photo 9, p. 212).

44« Yeux bruns ». Pourquoi nous arrêter définitivement à ce témoignage, corroboré mais aussi contredit par un certain nombre d’autres ? C’est qu’il s’appuie sur une autorité pour ainsi dire anthropométrique. Les pièces d’identité en ce temps de préhistoire du passeport biométrique, ne comportaient pas encore d’empreintes digitales ni même de photographie. Elles s’attachaient cependant à relever méthodiquement quelques éléments significatifs du visage, retenus comme tels en tout cas par l’anthropologie physique, qui était, à cette époque, une science reine : les cheveux, le nez, le système pileux, la couleur de la peau et… celle des yeux. N’oublions pas que Potteau avait entrepris une collection méthodique de types : il n’aurait certainement pas manqué de signaler, le cas échéant, que l’émir avait les yeux bleus.

  • 40 Voir à ce sujet les travaux de Gilles Boëtsch et Jean-Noël Ferrié sur l’histoire de l’anthropologie (...)

45Écartons tout de suite une hypothèse : c’est que ce trait physique ait pu être utilisé pour illustrer quelque thèse généalogique comme il en circule en ce temps à propos des relations inter-méditerranéennes. On a signalé depuis longtemps l’usage qui a pu être fait de ce type de Kabyles « blonds » que l’on trouve effectivement dans les villages de la montagne. De là à en faire des descendants des invasions nordiques, voire des cousins de « nos » Auvergnats, auxquels ils ressemblent par tant d’autres traits moraux, il n’y a qu’un pas qui est fréquemment franchi40.

  • 41 C’est suite à une malencontreuse erreur de correcteur que, lors de l’édition d’un timbre dédié à l’ (...)

46À quoi cela sert-il alors d’imputer des yeux bleus à Abd el-Kader ? Serait-ce confirmer sa dimension christique, à une époque où une peinture « saint-sulpicienne » fait du Christ un blondinet pas très viril, plutôt qu’un Palestinien ardemment brûlé par le soleil idéologique qui frappe la région ? Le recueil de témoignages de Bouyerdène nous permet de trancher complètement sur cette hypothèse : pas une seule fois, les origines arabes de l’émir ne sont mises en doute41 ; pas une seule fois, on ne voit sourdre une lecture de ses traits physiques dans un cadre idéologique ; pas une seule fois, il n’est fait un usage politique de cette couleur des yeux, quand bien même on déclarerait qu’ils sont bleus. Le type de lecture « politique », à quoi se livre intensivement Beaugé (1998), est donc ici inopérant.

47On peut même affirmer qu’il y a une telle variation d’appréciation autour de ce trait physique, précisément parce qu’il n’est pas chargé politiquement. Il s’agit donc d’un détail jugé passablement indifférent. Considéré comme un trait assez peu pertinent, il laisse le champ à une observation désinvolte, distraite, avec une large marge d’appréciation. La couleur des cheveux ou de la barbe peut varier du noir au brun foncé, d'autant que l’on signale souvent qu’il se teint la barbe. Mais seule une coquette ou un coiffeur professionnel saura ne pas confondre des nuances dans la teinte des cheveux, là où le commun des mortels ne distinguera que des teintes fondamentales : le noir, le brun, le blond ou le roux. De même pour les yeux : un homme distinguera difficilement dans son souvenir la couleur des yeux. On a vu en particulier que ce qui dominait pour l’émir, c’était l’intensité du regard. « Brillant », sans doute, mais il sera difficile de voir dans le reflet de cet œil s’il est noir, brun, noisette ou vert. À moins qu’ils ne distinguent la couleur bleue (dont on sait qu’elle est un trait récessif) et à souligner sa singularité, les témoignages entretiennent une confusion certaine en la matière.

48Expertise fin

  • 42 Cf. Bimler & Kirkland 2002, Ellis & Ficek 2001, Huribet & Ling 2007. Ce serait même un des seuls tr (...)

49C’est sans doute moins le résultat de la biologie que d’une éducation des sens : il est établi que, statistiquement, les femmes savent mieux percevoir les nuances différentes de couleurs42. On est donc tenté de rechercher sur ce point le témoignage d’une femme et de revenir au texte d’Olympe Audouard dont nous étions partis. Malheureusement, il ne dit rien à ce sujet. Pas ici, du moins.

  • 43 Cf. « L’effet de Réel » de Barthes (1968). Rappelons que Sahli lui reprochait de se limiter à des « (...)

50Nous avons remarqué que Bouyerdène, dans la notice qu’il donne sur ce texte, n’évoquait pas la récusation qu’en donne Sahli. Charitablement, il ne s’attache pas à en contester, comme nous l’avons fait, les arguments. Il lui oppose seulement que cette femme qui cherche la « vraie vérité » apporte un portrait « des plus complets » (2008b : 129). Le luxe de détail est évidemment un titre de sérieux43. Mais il y a l’irruption du détail aberrant, ou plutôt choquant, et c’est comme une mouche dans le lait : toute la vraisemblance qui s’effondre. Pour Sahli, on l’a vu, c’était le costume syrien qui semblait viser à mettre en cause l’identité algérienne de l’émir. Bouyerdène qui n’a pas vu là quelque chose d’odieux va toutefois trouver une autre raison de mettre en doute le témoignage d’Olympe Audouard, mais il s’agit d’un autre texte plus tardif, Voyage à travers mes souvenirs (1884). Dans cet ouvrage autobiographique, elle revient en effet sur sa rencontre avec l’émir, à quoi elle rajoute des péripéties, celle d’une marche dans le désert bouleversé par le terrible khamsin. Elle n’avait pas manqué de noter qu’Abd el-Kader avait toujours fait montre de la plus exquise courtoisie, manifestant à son égard des politesses qui lui semblaient exceptionnelles chez les Arabes. Est-ce le fait des circonstances un peu dramatiques de ce périple ? Elle note qu’Abd el-Kader se livre au point de s’adresser à elle en français, alors même qu’il avait affecté de l’ignorer.

« Je lui demandais, raconte-t-elle d’abord, s’il ne comprenait pas le français ; il eut cet air étonné du Parisien à qui l’on parle chinois : l’interprète lui traduisit ma demande, puis me traduisit la réponse de l’émir, qui était celle-ci : il ne comprenait pas un mot de français » (Audouard 1884 : 221)

51Mais le groupe s’embarque dans un bateau à Ismaïlia. La conversation devient familière, l’émir se risque à quelques galanteries, qui culminent quand il l’aide à descendre :

« Eh bien, madame, lance-t-il, cette traversée ne vous a-t-elle point trop fatiguée ? »
(…) Lorsque l’émir est venu à Paris, continue-t-elle, il a joué la même comédie : l’on parlait devant lui, on faisait toutes sortes de réflexion ; il restait calme et impassible » (ibid. : 222-223).

52Cette fois, c’est l’accusation de duplicité qui semble choquer particulièrement Bouyerdène : « Elle dit de l’émir qu’il sait le français et le dissimule délibérément ! » Et d’enchaîner, à son tour sur une récusation globale de ses paroles : « Elle lui prête un dialogue peu vraisemblable et qui est digne d’un conte orientalisant » (2008b : 129). Voilà notre voyageuse renvoyée aux « fantasmes d’une romancière » de Sahli.

53Que dire alors sur cette question de la langue ? Il est exact que l’émir a, de toute sa carrière, utilisé des interprètes. Sa méconnaissance du français fut en particulier soulignée quand on le sollicita, lors d’une visite à Paris, pour présider une remise de prix du concours général. On voit même à ce sujet une caricature plaisante d’une presse d’habitude plus respectueuse. Pourtant, est-il pensable qu’un homme comme l’émir, qui était en contact régulier avec les Français depuis 1832, et se soucie même, comme on l’a vu avec Léon Roches, de se faire traduire leur presse, un homme dont on sait la curiosité, l’ouverture culturelle, les amitiés durables et les relations quotidiennes qu’il a entretenues, pendant de longues périodes, avec des francophones, soit resté totalement fermé à la connaissance de la langue ?

54L’ouvrage de Bouyerdène rapporte même quelques témoignages allant dans ce sens. Alfred Du Plessis, par exemple, va déclarer : « Abd-el-Kader sait et emploie quelques mots français, ceux de la politesse usuelle en particulier » (2008b : 103). Plus précis, Frankl montre l’usage politique qu’il pouvait faire de cette ignorance affectée :

« L’émir parlait le français couramment, écrit-il, mais il utilisa l’arabe car, comme j’en fus informé, il souhaitait me recevoir solennellement. Le fait de discuter par le biais d’un interprète n’est pas si désagréable quand la conversation commence à s’étendre. Cela ne perturbe pas la quiétude du Musulman, il a le temps d’observer les effets de ce qu’il vient de dire sur les traits de son invité. » (2008b : 118).

55À l’appui de cela une note du Dr Lortet, pris à témoin par Sahli pour dire que l’émir ne quittait pas son burnous, va encore déclarer : « Il parle et comprend le français, mais il ne veut pas employer notre langue et prie le drogman du consulat de servir d’interprète. » (1884 : 603 ; Sahli, 1988 : 129)

56Encore une fois, on trouve donc chez nos collègues chercheurs algériens une tendance à chercher une icône plus qu’une image, et un personnage figé dans ces codes. L’icône fait office de vérité, avec un certain nombre d’attributs qui étayent sa vraisemblance. Dans ce cas, c’est le détail qui est tout. Le reste n’est qu’impression d’ensemble.

57« Lorsque l’essentiel du texte est un tissu d’invraisemblances, précise Sahli, on est fondé à conclure qu'il s’agit d’un faux » (1988 : 48).

  • 44 On traite comme cela facilement les documents attestant l’adhésion de l’émir à la franc-maçonnerie. (...)

58Un document qui n’est pas conforme au concept est donc nécessairement un faux44. L’essentiel est de mettre entre parenthèses un certain nombre de détails gênants. Cela renvoie à une considération plus générale que le regretté Bruno Étienne – Allah yerhamho –, aurait résumé en ces termes : « Nos frères arabes sont spiritualistes ! »

59Revenons au fait : quelle était la couleur des yeux d’Abd el-Kader ? Avouons donc que cette multiplicité de témoignages, très largement contradictoires, nous laisse dans un grand embarras. Car que signifient ces variantes ? Nous avons vu que l’hypothèse d’une fiction ou d’une stratégie de lecture politique ne tient pas. L’argument qui consiste à récuser purement et simplement un témoignage, en le désignant comme un faux, est efficace politiquement, mais seulement à court terme – il ne permet pas de se débarrasser du document (ou du témoin) encombrant et, au regard de l’histoire, il ne tient pas. Sans doute y a-t-il des observateurs plus ou moins précis. L’aventurier Léon Roches appartiendrait évidemment à cette deuxième catégorie : Marcel Émerit a eu beau jeu de montrer qu’il n’avait pas vraiment la mémoire des dates, qu’il avait tendance à enjoliver. Il souligne aussi qu’aucun document ne prouvait qu’il ait été investi des missions, ni réalisé tous les voyages dont il se vantait. C’est donc bien assez pour dire qu’il n’est pas un témoin fiable. Ce n’est pas suffisant pour dire qu’il ment ou invente délibérément : dans ce cas, c’est l’accusation qui devrait établir, par des documents contradictoires, qu’il a menti, et le mettre ainsi en faute. Les fanfarons peuplent l’histoire - et il arrive même qu’ils la fassent ! Leurs témoignages ne sont pas toujours des faux caractérisés. C’est un péché véniel en tout cas que de ne pas bien se souvenir ou d’avoir tendance à enjoliver un souvenir lointain.

60On a vu quelle imprécision règne dans la manière de rapporter la couleur des yeux. On peut retenir que, parfois, c’est une sorte de couleur morale. Il est sûr que l’émir avait un regard particulièrement intense. Après cela, qu’il fût brun, noisette ou noir… Ce n’est pas une question sur laquelle un homme s’arrêtera. Une femme, comme nous avons vu, pourrait être plus compétente en la matière. Mais par malheur le récit d’Olympe Audouard ne comporte pas de notation sur la couleur des yeux.

  • 45 « Il ressort de plusieurs passages coraniques qu’en règle générale les témoins doivent être « honor (...)
  • 46 On trouvera une importante réflexion sur ce point dans Jouhaud et al. 2009.

61En somme, c’est moins la cohérence de l’information qui doit faire office de preuve que le rapport du témoin à cette information. Ne renvoie-t-on pas ici à cette règle assez générale en Islam qui veut que l’on ne peut considérer comme vrai que ce qui est rapporté par un témoin fiable ? L’Islam a une conception un peu restrictive du témoin fiable : ce doit être un homme, un adulte identifié et sain d’esprit, et, autant que possible, un musulman accompli45. Nous aurons quant à nous une vision un peu plus large du témoin sérieux. Reprenons dans cette perspective l’inventaire de ceux qui rapportent sur la question des yeux d’Abd el-Kader. En la matière il y a des observateurs manifestement désinvoltes ou assez peu compétents. Léon Roches est de ces observateurs peu précis en tant de choses que, sans l’accuser même de mensonges, ou d’invention pure, on peut bien parler de divagation. On peut au moins ne pas le retenir comme témoin en premier rang. Son témoignage, en un temps où l’émir était hors de portée, eut un écho considérable : il influença de la sorte quelques portraits imaginaires ou, disons, quelques portraits robots. Pour la suite, le succès de sa publication, qui a un caractère de récit romancé, eut la force du littéraire : celle d’emporter l'adhésion des lecteurs sans vraiment pouvoir être invoqué comme preuve46. S’il est établi qu’il a séjourné longuement auprès de l’émir, il a été contredit par des témoins qui ont eux aussi fréquenté longuement l’émir : en premier lieu Daumas, ou Churchill. Ce dernier parce que c’est un espion, l’autre parce qu’il a la tête près du bonnet, autant de raisons d’être un observateur sérieux. Viennent ensuite les photographies. On est à l’époque héroïque et les premières ne sont prises qu’en plan général. Mais à partir de 1860, et a fortiori 1865, les focales se rapprochent. On peut enfin distinguer un œil sombre d’un œil clair, autrement dit bleu. Mais quand la photographie est accompagnée d’un commentaire anthropométrique, venant d’un homme soucieux d’inventorier des « types », alors la qualification ne fait pas de doute. Le témoignage de Philippe-Jacques Potteau prime donc ici sur tous les autres.

62On a dit pouvoir tenir à part le témoignage d’une femme, en l’occurrence Olympe Audouard qui se trouva prise avec lui dans l’aventure d’avoir à affronter le terrible khamsîn - une femme qui n’était pas insensible à son charme, alors que lui-même se montrait assez galant : de quoi laisser un souvenir assez vif...

« L'émir était pensif et triste, se souvient-elle. Peut-être se rappelait-il son Algérie aimée. (…) Son œil noir velouté semblait plonger au loin, tout au loin » (1884 : 228 [nous soulignons. F. P.])

63Il est intéressant qu’Ahmed Bouyerdène remette en cause la véracité de ce témoignage, cela bien qu’il ait validé le précédent de la même Olympe Audouard… que Sahli récusait gravement. Bouyerdène est un chercheur scrupuleux dont la probité ne saurait être suspectée. Malgré ses convictions soufies, il n’est pas inscrit comme Sahli dans un espace politique qui lui impose d’oblitérer sans discussion certains pans de la réalité. Pourtant, on notera que, comme pour Sahli, ce qui lui paraît insupportable, c’est qu’on laisse croire que l’émir aurait connu une certaine acculturation. Signe des temps, c’est cette fois l’intégrité de la langue et non plus la rectitude du costume qui devient en la matière le marqueur principal - maintenant qu’il n’est plus séant de parler de la pureté de la race, c’est la pureté de la langue qui est désormais brandie. Le point final est que la figure d’Abd el-Kader, ci-devant « héros des deux rives » (2003) se referme sur une icône, celle de l’identité algérienne. Exclusivement. Et sans doute inexorablement.

Haut de page

Bibliographie

Abd el-Kader, 1977, Lettre aux Français, Paris, Phébus (tr. René Khawam).

— 2002, Le Livre des Haltes [Kitâb al-Mawâqif], Leiden, Boston et Köln, Brill, 3 vol. (tr. Michel Lagarde). 

— 1982, extraits du Livre des Haltes in Écrits spirituels, Paris, Seuil (tr. Michel Chodkiewicz).

— 2008a, Le Livre des Haltes, Paris, Dervy  (tr. Abdallah Penot, préface de Bruno Étienne).

— 2008b, Dialogues [avec le général Daumas] sur l'hippologie arabe. Les chevaux du Sahara et les murs du désert, Arles, Actes Sud (édition et présentation par François Pouillon, avant-propos de Bruno Étienne).

Ageron Charles-Robert, 1970, « Abd el-Kader, souverain d'un royaume arabe d'Orient », ROMM. Repris in Genèse de l’Algérie algérienne, Paris, Bouchène, 2005, p. 41-54.

Aire Marie d’-, 1900, Abd-el-Kader.Quelques documents nouveaux, lus et approuvés par l’officier en mission auprès de l’émir, Amiens, Yvert et Tellier.

Aouli Smaïl, Redjala Ramdane & Zoummerof Philippe, 1994, Abd el-Kader, Paris, Fayard.

Audouard Olympe, 1865, Les Mystères de l’Égypte dévoilés, Paris, Dentu.

— 1884 Voyage à travers mes souvenirs. Ceux que j’ai connus, ce que j’ai vu, Paris, Dentu.

Azan Général Paul, 1925, L’émir Abd el Kader (1808-1883). Du fanatisme musulman au patriotisme français, Paris, Hachette.

Barthes Roland, 1968, « L’effet de réel », Communications 11, p. 84-89. Repris in Barthes et al., Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982, p. 81-90.

— 1980, La Chambre claire. Note sur le photographie, Paris, Gallimard/Le Seuil.

Beaugé Gilbert, 1998, « Abdel le saint homme : sur quelques portraits d’Abdelkader », in Paul Mironneau & Claude Menges, À propos d’Abdelkader, Pau, Éd. du Pin à Crochets.

Berbrugger Adrien, « Voyage au camp d’Abd-el-Kader », Revue des Deux Mondes, 15 août 1838 ; repris in Algérie 1830-1962. Les trésors retrouvés de la Revue des Deux Mondes, (Préface de Bruno Étienne), Paris, Maisonneuve et Larose, 1999, p. 55-88.

— 1843 L’Algérie historique, pittoresque et monumentale ou recueil de vues, costumes et portraits faits d’après nature…, Paris, J. Delahaye, 3 vol. in folio.

Bernasconi Dominique, 1971, « Mythologie d’Abd el-Kader dans l’iconographie française au XIXe siècle », Gazette des Beaux-Arts t. LXXVII, p. 51-62.

Bessaïh Boualem, 1997, De l'Émir Abdelkader à l'Imam Chamyl, Alger, Éd. Dahlab.

Bimler David L. & Kirkland John, 2002, « Sex differences in color vision and the salience of color-space axes », Journal of Vision, vol. 2, n° 10.

Blanchard Pascal et al., 2003, Le Paris arabe, Paris, La Découverte.

Blunt Lady Ann, 1882, Voyage en Arabie, Paris, Hachette.

Bouyerdène Ahmed, 2008a, Abd el-Kader : l'harmonie des contraires, Paris, Seuil.

— 2008b, Abd el-Kader par ses contemporains : Fragments d’un portrait, Paris, Ibis Press.

Brunschvig Robert, 1976, « Le système de la preuve en droit musulman », Études d'islamologie, T. II : Droit musulman, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 201-218 ; initialement publié dans Recueils de la Société Jean Bodin, 1964, T. XVIII, Bruxelles, p. 169-186.

Burckhardt Jean-Louis, 1835, Voyages en Arabie, contenant la description des parties du Hedjaz, regardées comme sacrées par les Musulmans…, Paris, 3 t.

Carlier Omar & Nollez-Goldbach Raphaëlle (dir.), 2008, Le corps du leader. Construction et représentation dans les pays du Sud, Paris, L'Harmattan.

Carlier Omar, 2008, « Messali et son look. Du jeune Turc citadin au za’im rural, un corps physique et politique construit à rebours », in Omar Carlier & Raphaëlle Nollez-Goldbach (dir.), p. 263-299.

Casajus Dominique, 2009, Charles de Foucauld. Moine et savant, Paris, CNRS Éditions.

Champion Renée, 2002, Représentation des femmes dans les récits de voyageuses d’expression française en Orient au xixe siècle (1848-1911), thèse Université Paris VII.

Charles-Roux Jules, 1901, L’Isthme et le canal de Suez, Paris, Hachette.

Churchill Colonel Charles-Henry-Spenser, 1971, La vie d’Abdel Kader, Alger, SNED (tr. Michel Habart ; 1re éd. 1867).

Colas Dominique, 1991-1992, « Portrait de la République en Charles de Gaulle », in De Gaulle en son siècle, Paris, Plon/La Documentation française, vol. 1.

Cru Norton, 1930, Du témoignage, Gallimard ; réed. Allia, 1990.

Daumas Eugène, 1866, Les chevaux du Sahara et les moeurs du désert, Paris, Michel Lévy (1re éd. 1851) ; repris in Abd el-Kader & Daumas, Dialogues sur l’hippologie arabe... supra. 2008.

— 1912, Correspondance du Capitaine Daumas, Consul à Mascara (1837-1839), Alger/Paris, Jourdan/Geuthner.

Delaplanche Abbé M., 1876, Voyage en Égypte, en Palestine, en Syrie, à Smyrne et à Constantinople, Paris/Lille, J. Lefort.

De Vogüé Vicomte Eugène-Melchior, 1922, Syrie, Palestine, Mont Athos. Voyage au pays du passé, Paris, Plon.

Dinet Étienne (El Hadj Nacir ed-Dine) et Ben Ibrahim El Hadj Sliman, 1930, Le Pèlerinage à la maison sacrée d'Allah, Paris, Hachette.

Ellis Lee & Ficek Christopher, 2001, « Color preference according to gender and sexual orientation », Personality and Individual Difference 31, p. 1375-1379

Émerit Marcel, 1947, « La légende de Léon Roches », Revue Africaine 91, p. 81-105.

— 1955, « Toustain Du Manoir au pays d’Abd-el-Kader... [Journal de mon voyage d’Alger à Ghériz, près de Mascara, juin 1841] », Revue Africaine 99, p. 113-152.

— 1961, Compte-rendu de l’ouvrage de Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie (1861-1881), Annales ESC, vol. 16, n°2, p. 386-391.

Étienne Bruno, 1994, Abdelkader, isthmes des isthmes, Paris, Hachette

— 2003, Abd el-Kader le magnanime [en coll. Avec F. Pouillon], Paris, Gallimard/Institut du Monde Arabe (coll. “Découvertes-Gallimard”).

— 2008, Abdelkader et la franc-maçonnerie, Paris, Dervy.

Geoffroy Eric, 2010, « Métaphysique et modernité chez Abd el-Kader : la photographie comme théophanie », in Abd el-Kader. Un spirituel dans la modernité, Paris, Alboulaq (En ligne http://ifpo.revues.org/1837)

Haddad Miloud, 2010, « Sur les pas d’Abd el-Kader : La hijra des Algériens en Syrie au xixe siècle », in Abd el-Kader. Un spirituel dans la modernité, Paris, Alboulaq.

Hage Badr El-, 2000, Des photographes à Damas, 1840-1918, Paris, Marval.

Huribert Anya C. & Ling Yazu, 2007, « Biological components of sex differences in color preference », Current Biology, 17 (16).

Jehel Pierre-Jérôme, 1995, Photographie et anthropologie en France au XIXe siècle, Mémoire de DEA, Université Paris VIII-Saint-Denis.

Jouhaud Christian, Ribard Dinah & Schapira Nicolas, 2009, Histoire, littérature, témoignage, Paris, Gallimard (« Folio-Histoire »).

Kiser John, 2008, Commander of the Faihful. The Life and Times of Emir Abd el-Kader, New York, Monkfish Book.

Levallois Michel, 2001, Ismaÿl Urbain, une autre conquête de l’Algérie, Paris, Maisonneuve et Larose.

Lycklama à Niejeholt Chevalier T. M., 1875, Voyage en Russie, au Caucase et en Perse, dans la Mésopotamie, le Kurdistan, la Syrie, la Palestine et la Turquie, exécuté pendant les années 1865, 1866, 1867, 1868, Paris/Amsterdam, Arthus Bertrand/C.-L. Van Langenhuysen, 4 t.

Lortet Dr Louis Charles Émile, 1884, La Syrie d’aujourd’hui. Voyages dans la Phénicie, le Liban et la Judée (1875-1880), Paris, Hachette.

Marçot Jean-Louis, 2012, Comment est née l’Algérie française ? 1830-1850, La belle utopie, Paris, La Différence.

Maresca Sylvain, 1996, La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

Mégnin Michel, 2007, La Photocarte en Algérie au xixe siècle, Paris/Alger, Non Lieu/Edif 200.

Michaud Joseph-François, Poujoulat Baptistin, 1830-1831, Correspondance d’Orient, Paris, Ducollet.

Montel Nathalie, 1998, Chantier du canal de Suez (1859-1869), Paris, Ed. In Forma/Presses des Ponts et Chaussées

Perras Capitaine Maurice & Boislandry Dubern E., 1913, « Abdelkader en exil d’après des documents inédits », Paris, Alcan [extrait de la Revue des Sciences Politiques, n° 2 & 3]

Peters Rudolph, art. « Shâhid », Encyclopédie de l’Islam, vol. 9, p. 213-214.

Pouillon François, 1997a, Les Deux vies d’Étienne Dinet, peintre en Islam : l’Algérie et l’héritage colonial, Paris, Balland.

— 1997b, « L’hôtesse arabe (Hodna 1932) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM) 1-2, p. 45-66.

— 2004, « Abd el-Kader, icône de la nation algérienne », in Anny Dayan Rosenman & Lucette Valensi (dir.), La guerre d’Algérie dans la mémoire et l’imaginaire, Paris, Bouchène, p. 87-102.

— 2008 (avec Jacques Magendie), « Le fonds photographique sur Abdelkader et son exploitation post-coloniale », in Mémoire et images d’Abd el-Kader (1807 (?) -1883), Société des amis du château de Pau, n° spécial, 154, p. 37-48.

— 2008a, « Les images de l’émir Abdelkader : de l'Algérie coloniale à l'Algérie algérienne », in Carlier & Nollez-Goldbach (dir.), p. 163-170.

— 2008b, « Images d’Abd el-Kader : pièces pour un bicentenaire », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS édition, p. 27-43.

Poujoulat Baptistin, 1861, La vérité sur la Syrie et l’expédition française, Paris, Gaume frère et Duprey ; réed. Beyrouth, Dar Lahad Khater, 1986.

Prochasson Christophe, 2008, 14-18. Retours d’expériences, Paris, Taillandier.

Roches Léon, 1884-5, Trente-deux ans à travers l’Islam (1832-1864), Paris, Firmin-Didot, 2 vol.

Sahli Mohamed-Cherif, 1953, Abdelkader, Chevalier de la foi, Alger, En-Nahdha ; réed. Alger, ANEP, 2007.

— 1965, Décoloniser l'histoire : introduction à l'histoire du Maghreb, Paris, Maspero ; réed. Alger, Enap, 1986 (préface de Mostefa Lacheraf) ; réed. Alger, ANEP, 2007.

— 1988, L’Émir Abdelkader. Mythes français et réalités algériennes, Alger, Entreprise Algérienne de Presse.

Traimond Bernard, 2000, Vérités en quête d’auteurs : essai sur la critique des sources en anthropologie, Bordeaux, William Blake and Co.

Un héros des deux rives : Abd el-Kader, l’homme et la légende, 2003 [catalogue d’exposition], Paris, Hôtel Soubise, Centre des Archives nationales.

Volait Mercedes, 2009, Fous du Caire : Excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte (1867-1914), Montpellier, L'archange Minotaure.

Haut de page

Notes

1 Une exception récente in Haddad (2010).

2 Elle n’a pas même fait l’objet d’un inventaire sérieux. Cf. notre édition des Dialogues sur l’hippologie arabe, avec le général Daumas (Abd el-Kader, 2008b).

3 Cf. son édition des Écrits spirituels (Abd el-Kader, 1982). Sur ce point, les travaux de Bruno Etienne (1994) ont indiscutablement marqué un tournant. Voir pour la suite, parmi les contributions qui se détachent du lot, le travail très scrupuleux de Michel Lagarde pour l’édition de l’ouvrage Le livre des Haltes, (Abd el-Kader, 2002) et la monographie récente d’Ahmed Bouyerdène (2008a).

4 Merci à Bernard Traimond de me l’avoir fait découvrir à travers son ouvrage sur « la critique des sources en anthropologie » (2000) ; et à Christophe Prochasson de m’avoir communiqué son ouvrage sur « 14-18 » (2008), où il traite largement de la grandeur (et des limites) de cette démarche.

5 Il y aurait mieux à faire à s’interroger sur les sources de l’horreur que suscite la franc-maçonnerie, récurrence de certains discours de la droite française antisémite – autre héritage de l’ère coloniale.

6 Nous cédons ici à ce néologisme – Bruno Étienne, regardant un programme de colloques où une collègue avait écrit sous son nom « professeure » nous dit en catimini : « Il y a des fautes d’orthographe dans ce programme ! » Il s’impose, pour ce cas d’espèce, s’agissant d’une féministe déclarée, qui a publié en 1866 un ouvrage intitulé : Guerre aux hommes. Sur ce personnage peu connu, voir Champion, 2002 : 161-167 (et la fiche biographique en annexe de l’ouvrage).

7 Olympe Audouard parlait de musulmans qui se précipitent pour « baiser le pan de sa robe » - Jamais, s’insurge Sahli, l’émir n’aurait admis « une telle pratique », qui « frise l’idolâtrie » (1988 : 42). La pratique était pourtant commune et attestée dès la période algérienne, par exemple par Daumas : « Souvent l’Émir était arrêté par des gens de tous les âges et de toutes les conditions qui venaient lui baiser la main » et lui déposer quelque menue monnaie « pour acquitter ce que les Musulmans appellent la ziyara ou visite à un marabout ou à un homme saint » (« Entretien de M. Daumas avec l’Émir Abd el-Kader » [19 octobre 1839], Daumas, 1912 : 551-552)

8 Sahli, 1988 : 42-43 renvoie ici à Lortet, 1884 : 603.

9 Ce nom ne constituait pas un emblème d’identité, mais un terme distinctif qui s’imposait lors de l’insertion en milieu allogène, et il ne lui a été appliqué, ainsi qu’à ses enfants, qu’après l’exil damascène de 1855. Il semble évident que nous avons affaire ici à une pratique commune en matière d’anthroponymie, qui consiste à ne donner à un individu une appellation d’origine que lorsqu’il s’installe dans une terre qui n’est pas la sienne.

10 Nous en avons fait l’inventaire et l’étude (Pouillon 2004, 2007, 2008b) regardant essentiellement leur dimension politique, laissant délibérément de côté leur dimension spirituelle : avouons sur ce point à notre collègue Geoffroy que son texte sur « la photographie comme théophanie » (2010) nous a laissé perplexe.

11 Merci à Edhem Eldem de nous en avoir fourni la source.

12 On y voit la même table avec les livres empilés, et toute une galerie de personnages orientaux, ainsi que les compagnons de l’émir et l’interprète qui figurent sur le célèbre cliché Delton de 1865.

13 Simon Agopian, Portrait de l’émir Abd el Kader (Musée de la Franc-maçonnerie, Grand Orient de France, rue Cadet, Paris).

14 Un échantillon figure dans la collection Zoummeroff aux Archives d’Outre Mer, à Aix-en-Provence. Il faut savoir gré à Eric Geoffroy d’avoir repéré (2010 : 161) que l’inscription passablement énigmatique qui figure sur cette photo était extraite du Kitâb al-Mawâqif.

15 Des décomptes généalogiques réalisés par John Kiser (2008), on compte aujourd’hui, réparties entre le Moyen-Orient, l’Algérie, l’Europe et l’Amérique, plus de 2 500 personnes qui se considèrent comme descendants d’Abd el-Kader - en vérité, de Mahieddine, son père, et des fils de celui-ci.

16 Située dans la vallée du wadi Barada, cette maison patricienne qui tombait en ruine a été récemment restaurée, avec l’aide de la Communauté européenne, pour devenir un centre pour le Développement durable (Regional Centre for Sustainable Local Development – The Abdelkader House, Raweh Str., Dummar, Damascus <http://www.mam-sy.org/?p_id=150s>).

17 Merci à Boutros al-Maari de nous avoir communiqué une reproduction de ce document.

18 Il en rapportait pas moins de 172 clichés, répartis en 2 albums.

19 « entre le 29 avril et le 2 mai [1862] » (Hage, 2000 : 33).

20 Merci à Sylvain Cornac de m'avoir permis de préciser ce point : Poujoulat se fonde essentiellement sur les récits traumatiques des Chrétiens, avec le souci évident de sensibiliser l'opinion sur leur sort. Les horreurs qu'il rapporte sont malheureusement choses communes dans les situations de pogroms - il signale cependant que, « miracle du ciel » ou magie de la cornette, les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul ont été épargnées : « Pas une seule n'a été outragée » (Poujoulat 1986 : 42).

21 Ahmed Bouyerdène qui a eu la charité de ne pas reprocher à Sahli sa contestation abusive (mais il reviendra, comme on verra, à la charge), ne met pas en doute le changement de tenue signalé ici.

22 On peut y rajouter encore celui du Dr Lortet (1884 : 603-605), cité par Sahli (1988 : 42) et ceux du Père Delaplanche (1876 : 228-231), du Viconte de Vogüé (1922 : 84-85), ainsi que celui du baron voyageur hollandais Lycklama à Nijeholt (1875 , t. 4 : 556-558) dont les textes nous ont été communiqués par l’un des lecteurs anonymes de la REMMM – bien que ces extraits ne comportent pas de notations précises sur les traits physiques ou vestimentaires que nous analysons ici, qu’il soit vivement remercié de son obligeance.

23 Par exemple dans les illustrations de la Lettre aux Français (Abd el-Kader, 1977, cahier photo).

24 Parti précipitamment de Paris pour des raisons mal élucidées – il y laisse femme et enfants, et l’amorce d’une belle carrière –, il se joint à l’expédition du duc de Luynes. Il devait ne plus jamais retourner en France et mourir au Caire dans un certain dénuement. Cf. Volait 2009.

25 Dans ce registre sigillographique, un autre élément susceptible de soulever la perplexité des lecteurs d’aujourd’hui : le symbole de l’étoile de David – du sceau de Salomon -, qui appartient à de nombreuses traditions mystiques mais qui est aujourd’hui irrémédiablement associé au drapeau de l’État d’Israël.

26 Fonds Zoumeroff, AOM, Aix-en-Provence. L’original figure dans les collections du Muséum. Cf. Blanchard et al., 2003 : 28.

27 Bessaïh (1997) lit un « 1863 », qui le laisse bien perplexe (p. 318-319) : on doit évidemment lire un « 9 » mal fermé plutôt qu’un 3.

28 Merci à Nathalie Montel pour cette identification. Le portrait de l’ingénieur Laroche figure dans son ouvrage (1998 : 95 ; repris de Jules Charles-Roux 1901, t. 1 : 295).

29 Mimétisme pur, semble-t-il, car les notations manuscrites qui figurent au verso d’une autre version de ce cliché (collection Pierre Marc Richard – merci à Mercedes Volait de nous avoir communiqué cette information) désignent un sieur Neroli « agent général de la Cie »

30 Merci à Hachmi Karoui qui a effectué pour moi cette recherche calendaire.

31 Il persiste et signe au détour d’un compte-rendu donné aux Annales ESC en 1961, (p. 388, n. 5) : « Personne, écrit-il, n’a encore contredit les conclusions de mon article ».

32 Merci à Patrick Beillevaire de nous avoir documenté sur la carrière japonaise de Roches.

33 L’argument figurait déjà dans un ouvrage d’Étienne Dinet sur le pèlerinage (1930).

34 On la trouve signalée par Patrick O’Quin, qui le croise après l’arrivée à Pau en 1848 (in Bouyerdène, 2008b : 96) et par Alfred Du Plessis qui l’a visité longuement à Blois (ibid. : 103). Il cite « un léger tatouage bleu, à la manière de la tribu des Hachem, à laquelle il appartient : c’est une ligne perpendiculaire au nez » - mais, précise-t-il, « elle se voit peu ».

35 Merci à Jean-Louis Marçot de m’avoir fourni la version originale de ce document qui a été repris ensuite comme article. Il y est notamment question ici de cet « Omar » qui, fuyant les siens pour « échapper à des embarras pécuniaires » (p. 54), - ce qui est nettement moins romantique que l’abracadabrantesque histoire d’amour qui serait la cause de son transfuge - a été converti (et circoncis) et reste auprès de l’émir qui « l’emploie comme secrétaire et interprète, et s’instruit avec lui des affaires d’Europe ».

36 Parmi les portraits « réellement dessiné[s] d’après nature » on ne trouve pas celui du capitaine Alexandre Genet (1799-1850), annoncé par Berbrugger (1889 : 49 ; 1999 : 83).

37 Irlandais d’origine et Béarnais d’adoption, il est « avocat, député et trésorier-payeur général des Basses-Pyrénées » - autant de raisons de prendre ses paroles avec prudence -, mais il est le rédacteur du très sérieux Mémorial des Pyrénées – la note est dans la livraison du 1er mai 1848 (d’après Bouyerdène, 2008b : 96-97).

38 Félix Mornand : « Ses yeux doux, immenses, humides à force d’éclat, impossible à oublier » (Bouyerdène, 2008b : 109) ou Horace de Vieil Castel : « doux et mélancoliques » - il précise cependant qu’ils sont couleur « olive foncé » (Bouyerdène, 2008b : 115).

39 À quoi il répondit, à la manière d’Oscar Wilde, qu’il ne voulait pas « être influencé » (d’après Bouyerdène, 2008b : 98).

40 Voir à ce sujet les travaux de Gilles Boëtsch et Jean-Noël Ferrié sur l’histoire de l’anthropologie biologique en Afrique du nord.

41 C’est suite à une malencontreuse erreur de correcteur que, lors de l’édition d’un timbre dédié à l’émir, on s’est laissé aller à dire qu’il était « d’origine chrétienne » et non pas « chérifienne ». Cf. Pouillon 2008 : 41-42.

42 Cf. Bimler & Kirkland 2002, Ellis & Ficek 2001, Huribet & Ling 2007. Ce serait même un des seuls traits psychologiques mesurables par lesquels la différence statistique entre homme et femme est significative.

43 Cf. « L’effet de Réel » de Barthes (1968). Rappelons que Sahli lui reprochait de se limiter à des « notations vagues, sèches et abstraites » (1988 : 43).

44 On traite comme cela facilement les documents attestant l’adhésion de l’émir à la franc-maçonnerie. Cf. Étienne, 2008 : 8-9.

45 « Il ressort de plusieurs passages coraniques qu’en règle générale les témoins doivent être « honorables », de préférence ou obligatoirement musulmans, et au nombre de deux comme la Bible le voulait déjà. À défaut de deux hommes, en matière de biens, un homme et deux femmes suffisent » (Brunschvig, 1976, t. 2 : 203). Sur ce point également voir l’article « Shâhid » de l’Encyclopédie de l’Islam.

46 On trouvera une importante réflexion sur ce point dans Jouhaud et al. 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Pouillon, « Du témoignage : à propos de quelques portraits d’Abd el-Kader en Oriental », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 13 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7892

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page