Navigation – Plan du site
Lectures

Weber Stefan, Damascus. Ottoman Modernity and Urban Transformation, 1808-1918, Aarhus, Aarhus University Press, 2009, 2 volumes, 464 + 664 p., 7 planches.

Brigitte Marino

Texte intégral

  • 1 Dans les années 1980, M. Meinecke a, quant à lui, publié plusieurs articles sur le quartier de Ṣāli (...)

1Cet ouvrage monumental en deux volumes est issu d’une thèse de doctorat que Stefan Weber a élaborée alors qu’il était membre du Deutsche Archäologische Institut (DAI), à Damas, et soutenue à l’Université de Berlin en 2001. Comme ses prédécesseurs allemands –d’abord K. Wulzinger et C. Watzinger (1924), puis D. Sack (1989) –, l’auteur apporte une importante contribution à notre connaissance de la ville de Damas1. Il s’interroge sur la modernité ottomane qui a transformé la ville au cours du xixe siècle jusqu’à la fin de la première guerre mondiale en mobilisant non seulement une abondante documentation iconographique (cartes, plans, photographies anciennes et contemporaines) mais aussi, entre autres, les sources administratives ottomanes (salnameh) et les actes consignés dans les registres des tribunaux de Damas.

2Le premier volume de l’ouvrage comprend trois parties d’importance inégale : les protagonistes du changement (p. 29-74), l’histoire architecturale de Damas à la fin de l’époque ottomane (p. 75-416) et les aspects de la transformation, tels qu’ils se manifestent dans le style architectural des bâtiments publics et les décorations murales des maisons (p. 417-456).

3Dans la première partie, l’auteur présente les modalités de la centralisation ottomane qui fut mise en œuvre par le sultan Maḥmūd II (1808-1839) et poursuivie par ses successeurs ; au niveau local, il s’intéresse à cinq individus appartenant à d’importantes familles de Damas (Bārūdī, Yūsuf, ‘Ābid, Mardam Beyk et Quwatlī) et qui, grâce à leurs connections avec le pouvoir ottoman et leurs fonctions dans l’administration urbaine, jouèrent un grand rôle dans le processus de modernisation.

4La partie médiane, la plus importante du volume, est composée de cinq chapitres consacrés, d’une part, aux acteurs du développement urbain et à la croissance de la ville et, d’autre part, à trois témoins du changement : la place Marja, le sūq et les maisons privées.

5La dernière partie montre comment, au xixe siècle, l’identité ottomane se manifeste désormais sur les murs à travers des images représentant un monde lointain qui se fait de plus en plus en proche.

6Le second volume de l’ouvrage consiste en un catalogue établi à partir d’un inventaire architectural réalisé par l’auteur. Il comprend une section sur les bâtiments publics classés par catégories (un peu plus de 400 entrées, p. 21-283) et une section sur les maisons privées classées par numéro cadastral (près de 600 entrées, p. 284-585). L’espace couvert par cet inventaire concerne l’ensemble de la ville pour les bâtiments publics et seulement la ville intra-muros pour les biens à usage résidentiel, les maisons de la ville extra-muros ayant fait l’objet d’un inventaire réalisé dans le cadre du projet « Vieux Damas » de l’Institut français (Ifead/Ifpo).

7Placée dans l’orbite d’Istanbul à partir de 1516, Damas connaît au cours du dernier siècle ottoman, parallèlement à la transformation de ses relations avec la capitale impériale, une profonde restructuration architecturale, urbaine et sociale. L’auteur signale que les réformes du xixe siècle ont été longtemps perçues comme une contrainte imposée par Istanbul sous la pression de l’Europe ; dans le sillage de quelques recherches effectuées au cours des trois dernières décennies, il souligne quant à lui la disposition locale envers la modernité et s’interroge sur la dynamique locale du changement en poursuivant un objectif : comprendre comment les nouvelles idées étaient adoptées et adaptées. Il s’agit d’appréhender la manière dont les acteurs locaux ont façonné leur propre espace urbain.

8L’auteur soutient l’idée que les habitants de Damas sont, au xixe siècle, les véritables constructeurs de leur ville selon des concepts modernes d’origine européenne qui, filtrés par Istanbul avant de parvenir à Damas, sont adaptés aux besoins locaux. À l’encontre des adeptes d’une « history without people » (p. 20, n. 32) qui occulte de nombreuses facettes de l’histoire sociale d’une ville, il déplore à plusieurs reprises le regard exclusif porté sur les gouverneurs comme constructeurs et initiateurs de projets publics et l’absence des acteurs locaux dans les études topographiques et architecturales (p. 21 ; p. 141 ; p. 225, n. 673). Considérant que les changements qui affectent les espaces publics et privés reflètent l’évolution de l’organisation sociale, il cherche quant à lui à mettre en évidence les liens qui unissent l’espace urbain et l’architecture aux divers individus qui en sont les promoteurs. Selon lui, l’architecture est en permanence liée à la société et la modernité qui accompagne le changement culturel est avant tout une question d’expérience personnelle : comment les Damascènes se définissaient-ils et percevaient-ils le monde dans lequel ils vivaient ?

9Directement lié aux réformes administratives des dernières décennies du xixe siècle, l’aménagement de la place Marja est l’une des plus importantes réalisations urbaines que connut Damas à cette époque. Entourée de plusieurs bâtiments officiels, elle constitue un nouveau centre urbain où se croisent quotidiennement les serviteurs de l’État. Sur cette place est aussi construit un nouveau sūq, le Sūq ‘Alī Pacha qui fut détruit dans les années 1940 mais dont nous connaissons désormais la configuration interne grâce à un acte de waqf daté de 1292/1875. Avec plusieurs autres bâtiments aujourd’hui disparus mais qui sont mentionnés dans les archives et qui apparaissent sur des photographies anciennes, il s’intègre dans un secteur commercial comprenant les sūqs aménagés dans la partie occidentale de la ville intra-muros, notamment le Sūq Miḍḥat Pacha et le Sūq Ḥamīdiyya, mais aussi tous les sūqs bâtis autour de la citadelle entre 1880 et 1910 grâce au comblement de son fossé et, vers l’ouest, les sūqs situés à proximité de la mosquée des Omeyyades.

10L’auteur montre que l’ensemble de ce sūq, qu’il appréhende comme une entité englobant des espaces situés dans la vieille ville et dans la ville moderne, comprend des biens à usage commercial ou résidentiel ; il remet ainsi en cause l’idée selon laquelle il existerait une distinction très nette entre les espaces commerciaux et résidentiels dans la « ville islamique », notion qu’il critique d’ailleurs (p. 21). Outre le nouveau style qui est adopté pour les sūqs aménagés dans la vieille ville, il porte son attention sur les centres commerciaux édifiés dans la ville moderne et dont la fonction hôtelière rappelle celles des khāns d’antan. Dans tous les cas, il précise l’identité de leurs promoteurs, qu’il s’agisse de gouverneurs, d’institutions ou d’initiatives individuelles.

11La moitié de l’ouvrage est consacrée aux divers changements structurels et décoratifs qui ont affecté l’architecture domestique à Damas entre le xviiie et le xxe siècle, mais l’auteur se garde d’en élaborer une typologie (p. 230, n. 680). Après avoir observé et photographié les cours de nombreuses maisons, il analyse la décoration de leurs façades en accordant une importance particulière à la sculpture des pierres et met en évidence l’adoption, dans la première moitié du xixe siècle, d’un style baroque qui connaîtra ensuite un déclin pour laisser place à une ornementation plus sobre. La décoration des pièces se caractérise quant à elle par la peinture de décors paysagers sur les murs et, dans la seconde moitié du xixe siècle, leur aménagement sera modifié par l’introduction d’un mobilier de style européen souvent produit sur place.

12Après avoir exploré dans les moindres détails les maisons à cour, l’auteur porte son attention sur un nouveau type de bâtiment qui fait son apparition dans le paysage architectural de Damas à la fin du xixe siècle, le konak, terme qu’il emprunte au vocabulaire turc (p. 331, n. 798). Il emploie ce terme pour désigner à Damas des maisons organisées non pas autour d’une cour mais d’un espace central couvert (sofa/ūfā) qui assure la distribution des pièces. Orientés vers la rue grâce à leurs fenêtres, ces bâtiments se distinguent des façades aveugles des maisons à cour traditionnelles ; ils peuvent être construits ex nihilo ou aménagés sur une structure existante et se présenter sous une forme hybride combinant cour et sofa. Couverts de toits en tuiles équipés d’un pavillon, certains konaks damascènes revêtent une spécificité, non seulement structurelle mais aussi décorative, qui les distingue des konaks stambouliotes. C’est par les appartements et les villas que l’auteur termine sa présentation des nouveaux types de biens à usage résidentiel qui font leur apparition à Damas dans les dernières décennies du xixe siècle.

13La partie sur les maisons privées se clôt par l’histoire de quelques biens appartenant à des individus déjà rencontrés au cours de l’ouvrage (Mishāqa, Quwatlī, Bārūdī, Mardam Bek, Yūsuf) et par une réflexion sur les signes de distinction que constituent l’habitat et le vêtement. L’auteur insiste sur le fait que ces deux marqueurs sont étroitement corrélés et qu’ils sont liés à la carrière des individus concernés ; ces derniers sont en effet soucieux de montrer leur appartenance à la nouvelle élite urbaine en affichant des signes architecturaux et vestimentaires qui correspondent à une nouvelle façon de vivre.

14Dans cet espace urbain dont il met en évidence les nouvelles caractéristiques, l’auteur souligne qu’il n’existe pas de véritable ségrégation spatiale en ce qui concerne l’habitat et il note que la dichotomie entre les espaces privés et publics est beaucoup moins stricte qu’on ne le prétend habituellement : le « bureau » d’un notable est avant tout sa demeure ; elle constitue un lieu de réception non seulement pour les Damascènes mais aussi pour les visiteurs internationaux de haut rang.

15Selon lui, le nouveau mode de vie qui se répand à Damas dans les dernières décennies du xixe siècle ne consiste ni en une européanisation, ni en une imitation d’un style stambouliote (p. 413-415, 462). Progressivement intégrée dans de nouveaux réseaux de communication, Damas se transforme non pas en adoptant de nouveaux modèles mais en adaptant son architecture locale à de nouveaux styles (p. 457). De nouveaux lieux de sociabilité font leur apparition et favorisent l’expression de la vie politique dans des espaces publics. Avec l’ouverture de fenêtres sur les façades des maisons, les rues deviennent aussi, en quelque sorte, des espaces publics, sans toutefois être transformées en de larges avenues. Les intérieurs sont, quant à eux, restructurés et équipés d’un nouveau type de mobilier lié à de nouvelles pratiques domestiques et à un nouveau style vestimentaire.

16Grâce à un travail méthodique qui se caractérise par une grande rigueur, l’auteur a produit un ouvrage dans lequel le lecteur cherche en vain une imperfection. Les portes qu’il a ouvertes au cours de cette enquête suscitent quelques questions qui demeurent actuellement sans réponse, faute de sources. Ainsi, si l’auteur a élargi le cercle des acteurs du changement en prenant en considération quelques membres de l’élite damascène, il signale que l’étude des archives de la municipalité, non découvertes à ce jour, contribuerait sans doute à dévoiler une réalité beaucoup plus complexe (p. 141).

17Dans le prolongement de ses remarques sur la rareté des informations concernant les architectes et les artisans, on peut noter que, comme dans toutes les études sur les transformations urbaines et architecturales, les grands absents de cette enquête sont les travailleurs ; dans l’ouvrage, seuls trois ouvriers juchés sur des échelles et un échafaudage figurent sur une photo prise au moment de la restauration de la mosquée des Omeyyades, vers 1895 (p. 74).

18De même, le déroulement des opérations sur les chantiers de construction reste dans l’ombre. Il en est ainsi, par exemple, des travaux entrepris pour couvrir le cours du Barada (1283/1866) afin d’aménager la place Marja ou combler le fossé méridional de la citadelle (après 1307/1890) afin de mettre en place de nouveaux sūqs ou encore de la reconstruction du quartier chrétien complètement dévasté par les événements de 1860 (voir photo p. 32).

19L’exploitation de nouvelles sources permettra peut-être un jour de dévoiler ces aspects encore inconnus de l’histoire urbaine et architecturale de Damas…

Haut de page

Bibliographie

Sack D., 1989, Damaskus. Entwicklung und Strukturen einer orientalisch-islamischen Stadt, Mainz.

Wulzinger K. et Watzinger C., 1924, Die islamische Stadt, Berlin.

Haut de page

Notes

1 Dans les années 1980, M. Meinecke a, quant à lui, publié plusieurs articles sur le quartier de Ṣāliḥiyya.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « Weber Stefan, Damascus. Ottoman Modernity and Urban Transformation, 1808-1918, Aarhus, Aarhus University Press, 2009, 2 volumes, 464 + 664 p., 7 planches.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7938

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page