Navigation – Plan du site
Lectures

Vareilles Guillaume, Les frontières de la Palestine, 1914-1947, Paris, L’Harmattan, 2010, 320 p.

Vincent Lemire

Texte intégral

1La genèse des frontières de la Palestine est assurément une des questions nodales du conflit israélo-palestinien et du conflit israélo-arabe. La thèse de Guillaume Vareilles dont est issu ce livre revêt donc un enjeu historique et politique fondamental. En croisant l’approche géopolitique (qui s’attache aux « idéologies relatives aux territoires », selon la définition de Thierry de Montbrial) et l’approche géohistorique (« démarche intellectuelle hybride » selon Christian Grataloup) l’auteur vise juste : manifestement très à l’aise avec le vocabulaire géographique et avec l’historiographie des frontières, il mobilise une documentation considérable pour donner à son objet tout son relief et toute son épaisseur. Les sources utilisées sont prioritairement diplomatiques et cartographiques, mais elles sont trop succinctement détaillées en fin de volume (une seule page pour les sources primaires) et surtout trop rarement reproduites en illustrations annexes, ce qui s’explique sans doute par des contraintes d’édition. Dans son introduction, l’auteur met en place les concepts pivots de sa réflexion, depuis la notion de « frontières naturelles », de « frontières verticales » (qui relèvent des représentations et des mentalités) et de « frontières horizontales » (qui relèvent d’un bornage effectif du territoire) jusqu’aux notions de « frontières des flux » et de « frontières des stocks », pour distinguer les différentes fonctions économiques et politiques qui s’attachent aux points de passages et aux espaces transfrontaliers. Dans un « chapitre introductif » il parcourt rapidement la période précédant 1914 pour mieux contextualiser son étude, en revenant notamment sur les référents bibliques, sur les analyses d’Herzl et sur la fixation négociée de la frontière méridionale avec l’Égypte britannique (1906), première ligne frontière de Palestine à être tracée de façon presque définitive à l’orée du xxe siècle.

2La première partie du livre couvre les années 1914-1920 ; elle n’est sans doute pas la plus neuve, compte tenu des nombreux ouvrages disponibles sur les accords Sykes-Picot (mai 1916) et leur laborieuse genèse. Les passages consacrés aux controverses idéologiques qui traversent le mouvement Jeune Turc (p. 53-56) et aux revendications précoces du mouvement sioniste (p. 81-83 puis p. 95-100) permettent cependant à l’auteur de souligner les ambiguïtés stratégiques des différentes parties en présence vis-à-vis des enjeux frontaliers. En réfléchissant en conclusion de cette partie sur la question de la « dépolitisation » et de la « repolitisation » des frontières, Guillaume Vareilles revient sur la notion de frontière « impériale » (pertinente pour la période ottomane) et sur l’émergence d’une frontière « étatique » et/ou « nationale », esquissée sous une forme encore balbutiante par la nouvelle autorité mandataire.

3La deuxième partie, qui couvre l’essentiel des années du mandat (1920-1937), est la plus courte (p. 131-183) mais certainement la plus originale : alors qu’on dispose de nombreuses études sur la période précédente (1914-1920) et sur la période suivante (1937-1947), les années « stables » du mandat britannique sont généralement moins travaillées du point de vue de la question des frontières. L’auteur montre pourtant que, loin de se dissiper, la problématique frontalière reste centrale dans les débats politiques, croisant celle des données climatiques, de la nationalité mandataire, des recensements, ou des capacités migratoires… C’est dans l’interconnexion de ces différents enjeux que Guillaume Vareilles se montre le plus convaincant, démontrant ainsi que la question frontalière est à la fois un laboratoire pour les acteurs du conflit et un observatoire idéal pour l’historien. En s’attardant finalement (chapitre 6) sur l’administration quotidienne des frontières, sur la gestion des flux de marchandises et sur les liens entre lignes frontalières et lignes ferroviaires, l’auteur démontre la pertinence d’une approche globale du phénomène frontalier en y intégrant tout autant les données idéologiques que les aspects les plus techniques et les plus concrets.

4La troisième et dernière partie de l’ouvrage couvre les années 1937-1947 et revient sur la genèse des multiples options frontalières envisagées à partir de la Commission Peel (1937), jusqu’au vote par l’ONU du plan de partage en novembre 1947. La matière est bien connue, elle a été maintes fois étudiée, mais cette nouvelle synthèse permet de replacer cette période charnière dans le temps long des positionnements préalables des différentes parties en présence. Les hypothèses successives de cantonisation, de fédération, de partition, voire de transfert de populations, s’entrecroisent à mesure que les rapports de force évoluent et que les stratégies des sionistes et des nationalistes arabes s’affinent en fonction des événements. Le projet de corpus separatum pour Jérusalem et Bethléem est analysé à la fois comme une enclave religieuse (à l’échelle des rapports Orient-Occident) et comme une « exclave politique » à l’échelle de la Palestine. En conclusion, l’auteur revient sur les différentes formes d’élaboration idéologique et culturelle des frontières, en opposant une Palestine considéré comme « espace vital » pour les sionistes et une Palestine définie avant tout par ses frontières naturelles pour les nationalistes arabes.

5Au total, on dispose ici d’une synthèse fort utile, sur un sujet incontournable. Bien sûr, certaines pistes auraient pu être creusées davantage : dans la réflexion sur les frontières « verticales » ou « mentales », les réflexions du sociologue de la mémoire Maurice Halbwachs auraient pu permettre de mieux intégrer la dimension patrimoniale dans les processus de constructions frontalières. Cette problématique est particulièrement déterminante dans la région et Halbwachs (1971) fut un des premiers à travailler précisément sur les logiques de « bornage mémoriel » dans la Terre Sainte des années mandataires. Sur le plan des sources mobilisées, on peut regretter l’absence de tout indice permettant d’approcher ou de cerner les représentations, les usages discursifs, le vocabulaire et les positionnements des habitants des régions frontalières concernées. Bien sûr ces réalités vécues sont extrêmement délicates à documenter, mais la réflexion aurait pu gagner en profondeur si cette question était évoquée et interrogée. Un exemple : page 19 l’auteur écrit que « le terme même de Palestine n’est d’ailleurs plus guère utilisé à la fin du xixe siècle », sans mentionner par exemple la création du journal Falestin à Jaffa en 1911. Toujours sur le plan des sources, compte tenu du sujet, on regrette parfois que la matérialité des documents cartographiques ne soit pas mieux prise en compte (duplications, versions successives, recadrages, couleurs éventuelles, usages des figurés…). Les annexes documentaires sont vraiment trop peu nombreuses, ce qui empêche parfois le lecteur de bien saisir le détail des enjeux évoqués dans le texte. Sur la forme, l’ouvrage souffre d’un travail de finition manifestement trop rapide de la part de l’éditeur : les coquilles sont trop nombreuses, dans la bibliographie notamment et jusque dans les titres parfois (cf. le titre de la « TROSIEME » partie, dans la table des matières et dans le corps de texte). Ces remarques n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage, qui se révèle indispensable pour qui cherche à comprendre les enjeux géostratégiques du Proche-Orient contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Halbwachs Maurice, 1971, Topographie légendaire des évangiles en Terre Sainte. Étude de mémoire collective, Paris, PUF, (1ère édition 1941).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Lemire, « Vareilles Guillaume, Les frontières de la Palestine, 1914-1947, Paris, L’Harmattan, 2010, 320 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7941

Haut de page

Auteur

Vincent Lemire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page