Navigation – Plan du site
Lectures

Boivin Michel, Le soufisme antinomien dans le sous-continent indien. La’l Shahbâz Qalandar et son héritage, XIIIe- XXe siècles, Paris, Cerf, 2012, 240 p.

Fabrizio Speziale

Texte intégral

1L’étude des soufis antinomiens du sous-continent indien a longtemps suscité un intérêt limité, alors que de nombreuses recherches et publications ont été consacrées aux ordres soufis majeurs et réguliers. La recherche présentée par Michel Boivin dans cet ouvrage constitue une importante contribution à l’étude d’un des personnages les plus représentatifs de cette tendance du soufisme indien à l’époque pré-moghole, ‘Usman Marwandī, plus connu sous le laqab de La’l Shahbâz Qalandar. ‘Usman Marwandī est un soufi renonçant, probablement originaire de la région de Tabriz, qui migre vers le sous continent et s’établit à Sehwan (aujourd’hui au Pakistan), où il meurt vers 1274. L’ouvrage suit une double approche, à la fois historique et anthropologique. La biographie et l’affiliation de ‘Usman Marwandī sont analysées dans leur contexte religieux, tout comme le culte qui s’est développé autour de ce soufi antinomien et de son mausolée. Bien que l’objectif principal de l’ouvrage ne soit pas d’écrire une histoire de la Qalandariyya dans le sous-continent indien, l’étude de l’hagiographie de ‘Usman Marwandī et de son héritage aboutit à d’importantes réflexions sur l’évolution identitaire et sociale des groupes soufis anti-institutionnels au sein de l’espace religieux de l’Asie du sud. L’ouvrage soulève la question centrale du rapport délicat entre le soufi qalandar et l’ordre de la Qalandariyya : comment des soufis errants, qui refusaient toute forme d’institution, purent-ils malgré tout s’organiser dans des institutions structurées comme la tarīqa et la dargāh ? Comment aboutit-on à un tel processus d’institutionnalisation et de normalisation, et quelles en furent les conséquences ? Il s’agit évidemment d’une question importante, touchant l’étude d’autres institutions liées aux ordres soufis antinomiens indiens qui aujourd’hui se présentent plutôt comme des centres qalandarīs, et ce sans les qalandars. Un exemple emblématique en est fourni par le mausolée de Bū ‘Alī Qalandar (m. 1324) à Panipat, auxquels les qalandars et d’autres faqīrs errants se rendent pour les cérémonies de l’urs, soit l’anniversaire de la mort du saint. Comme le souligne l’auteur, ce processus d’institutionnalisation et de normalisation de l’identité qalandar est indissociable de la stratégie à travers laquelle certaines élites locales établirent leur contrôle sur les mausolées des maîtres de l’ordre. Ce qui a donné vie à des lignées de pīrs héréditaires et sédentaires qui marginalisèrent progressivement la composante antinomienne.

2Le premier chapitre (p. 23-46) revient sur l’apparition de la Qalandariyya dans le monde musulman et sur le contexte politique et religieux du Sindh à l’arrivée de ‘Usman Marwandī au xiiie siècle. Le chapitre suivant (p. 47-89) examine la biographie et l’hagiographie de ‘Usman Marwandī. En Asie du sud, les sources biographiques relatives aux soufis antinomiens – tels les qalandars – et à leur enseignement sont bien souvent plus restreintes que celles qui concernent les maîtres des ordres majeurs et réguliers. Comme le démontre très efficacement l’auteur, la construction de l’hagiographie de La’l Shahbāz Qalandar est un processus tardif : ‘Usman Marwandī est un personnage presque oublié par ses contemporains, tandis que les sources portant sur sa vie, et datant de l’époque pré-moghole, sont également très rares. L’auteur montre en outre comment, à partir du siècle dernier, la production de ces textes hagiographiques est liée à la politique du gouvernement pakistanais qui entendait contrôler les institutions soufies. Le troisième chapitre (p. 91-127) analyse de manière critique la question des différentes affiliations de ‘Usman Marwandī : son origine ismaélienne, ses rapports avec les autres ordres soufis – notamment la Suhrawardiyya, qui était présente à Multan – ainsi que les dynamiques d’appropriation de cette figure, y compris par les hindous. Il examine également la question des successeurs de ‘Usman Marwandī et la façon dont ses différents laqabs participent à la construction de sa figure charismatique. Le chapitre suivant (p. 129-165) analyse les ghazals en persan qui lui sont attribués ainsi que la représentation de La’l Shahbāz Qalandar dans la poésie sindhie. L’auteur examine également la représentation de La’l Shahbāz Qalandar dans le chant Damā dam mast qalandar, qui est devenu célèbre en Occident grâce à la version qu’en a donné Nusrat Fateh ‘Alī Khān (m. 1997), ainsi que dans l’iconographie religieuse populaire.

3Le chapitre final et la conclusion (p. 167-205) examinent la normalisation et la fragmentation de la Qalandariyya en Asie du sud, qui aujourd’hui ne constitue pas un ordre centralisé et structuré mais se compose de différents centres et prend diverses formes d’expression régionale. L’auteur s’interroge notamment sur l’héritage de l’identité qalandarī de la Shahbāziyya, et sur le clivage qui sépare les « maîtres de maison » qui se sont disputé la succession de ‘Usman Marwandī et les faqīrs ayant hérité de sa tradition antinomienne. Bien que ces derniers jouent toujours un rôle dans la transmission des rituels de l’ordre, ce sont les premiers qui ont pris le contrôle du mausolée de Sehwan et qui dirigent sa vie religieuse et rituelle. En outre, comme le souligne l’auteur, l’hétéropraxie est devenue un élément très peu présent dans le comportement de ces faqīrs : leur apparence excentrique et le fait qu’ils consomment du bhang ne s’accompagnent que rarement de pratiques transgressives et contraires à la loi religieuse islamique. Le compromis atteint par les deux groupes est bien représenté par la danse extatique du dhammāl. Le dhammāl n’est pas exécuté au mausolée de ‘Usman Marwandī (sauf à certaines occasions), mais près de la dargāh de Bodlo Bahār, un disciple de ‘Usman Marwandī originaire de Sehwan et dont la tombe se trouve dans la même ville, non loin de celle de son maître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Speziale, « Boivin Michel, Le soufisme antinomien dans le sous-continent indien. La’l Shahbâz Qalandar et son héritage, XIIIe- XXe siècles, Paris, Cerf, 2012, 240 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/7942

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page