Navigation – Plan du site
Obituaire

Hommages à André Raymond (1925-2011). Un chercheur infatigable

Sylvie Denoix

Texte intégral

1André Raymond était un chercheur infatigable. Il a lancé ou radicalement transformé plusieurs champs de recherche, fondé nombre d’institutions qui les soutiennent, et arpenté le monde pour consulter archives et bibliothèques, écrire livres et articles, donner des conférences et voir ses nombreux amis.

1. Un corpus : les archives, un champ : l’histoire économique et sociale, un objet : les villes du monde arabe à l’époque ottomane

  • 1 Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, publiée à l'Ifead, Damas, en 1973, rééditée à l’ (...)

2Les spécialistes de l’Égypte à l’époque ottomane s’accordent à dire qu’André Raymond a été le premier à travailler de manière systématique sur les archives ottomanes du Caire ; il a ouvert le champ de l'histoire économique et sociale de l'Égypte ottomane avec une thèse d'État qui, après presque un demi-siècle fait toujours autorité1 ; il a œuvré pour que le champ de l’histoire urbaine des villes arabes soit débarrassé de mésinterprétations fâcheuses et considérablement développé leur connaissance.

3Pour son Artisans et commerçants, il pensait d’abord réaliser une recherche sur les corporations du Caire au xviiie siècle. Son directeur de thèse, Claude Cahen, avait, pour l’époque médiévale, porté un regard critique sur cette modalité de l’organisation des métiers. Finalement, André Raymond renonça à ce que le titre de sa thèse portât le terme de « corporation », et lui préféra ceux d’« artisans et commerçants », plus neutres car ne prenant pas position quant à la structuration sociale du milieu concerné. Cela ne signifie pas qu’il considérait que les corporations n’existaient pas à l’époque ottomane au Caire, au contraire. Il en a d’ailleurs donné une liste dans Arabica en 1957 et a écrit un article sur les porteurs d’eau du Caire dans le Bifao en 1958. Il a aussi étudié la biographie du chef des commerçants, le shâhbandar al-tuggâr, Ahmad b. ‘Abd el-Salâm, dans les Annales islamologiques, en 1967. Dans ces articles, il fait la démonstration que les métiers au Caire au xviiie siècle sont bien organisés de la sorte, et décrit les hiérarchies. Ainsi, les porteurs d’eau sont ils, en 1801, 8 corporations, dirigée chacune par un cheikh des métiers.

  • 2 Artisans, p. xi.
  • 3 Idem.
  • 4 « L’œuvre d’André Raymond », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 55-56, 1990, Villes au (...)

4Il considérait qu’une telle étude ne pouvait « prendre toute sa signification qu’en s’insérant dans une recherche sur la structure de l’économie du Caire et sur la société proprement “égyptienne”, replacées dans l’évolution historique de l’Égypte au cours du dernier siècle de la domination ottomane »2. L’analyse s’annonce statistique et la description quantitative, le propos étant de « vérifier si (…) l’étude des structures économiques et sociales peut aider à éclairer, au moins partiellement, le chaos apparent des incidents politiques »3. La primauté donnée à l’analyse économique est un trait qu’il partage avec son directeur de thèse. Claude Cahen, en effet, revendique une lecture marxiste des phénomènes historiques. Il s’agit d’une posture politique accompagnée d’une conception de l’histoire : ce sont les faits économiques qui conduisent le monde. André Raymond a partagé cette posture, qui correspondit pour lui, sur les traces de l’historien Charles-André Julien, à une prise de position anti-colonialiste affirmée durant ses années tunisiennes. Ce point de vue se retrouve dans quelques-uns de ses articles : « Quartiers et mouvements populaires », publié en 1968 et « Une “Révolution” au Caire sous les Mamlouks. La crise de 1123/1711 » ; et aussi dans un ouvrage fort différent, et beaucoup plus tardif (1998) : Égyptiens et Français au Caire au xviiie siècle, ou il dresse, entre autres choses, la topographie des révoltes contre l’occupant. Cela dit, l’auteur s’astreint à une objectivité certaine, puisqu’il note aussi les aspects positifs de l’Expédition d’Égypte. Il avait fait de même dans son ouvrage sur La Tunisie (1961, réed. 1971) montrant, comme l’a développé Albert Hourani 4, tout à la fois les horreurs de la violence colonialiste et les indéniables avancées vers la modernité que la présence française avait apportées au pays occupé.

5Au Caire où il fut membre scientifique de l'Ifao une trop courte année (1955-56) interrompue par les événements de Suez, il commença les travaux pour son opus magna. Paradoxalement, l'essentiel de son œuvre porte, on le sait, sur cette ville, alors qu’il n’y a pas séjourné durablement. Mais il y est venu très souvent, a beaucoup publié dans les revues de l’Ifao (une douzaine d’articles), et a été membre du Conseil scientifique dans les années 1980. Les Artisans et commerçants étudiés par André Raymond étaient ceux du Caire, et la ville aurait pu n’être qu’une toile de fond à son travail, mais l’historien en a fait un vrai objet de recherche. Il a été le fondateur des études urbaines dans le monde arabe. Plus exactement des travaux modernes, ne portant pas sur un objet mythifié : « la ville musulmane ». Avec Mohamed Naciri, il a exprimé sa position dans l’introduction aux actes du colloque de Casablanca qu’ils avaient organisé :

  • 5 Mohamed Naciri, André Raymond (dirs.), Sciences sociales et phénomène urbain dans le monde arabe, C (...)

« Bien des réflexions, individuelles et collectives, élaborées dans la cadre de la “doctrine” qui s’est constituée durant les années 1920 à 1950, méritent un réexamen, d’une part, à la lumière de la critique de la conception “orientaliste” classique dont les thèmes forts sont ceux de l’anarchie urbaine et de la sous-administration urbaine ; et d’autre part à partir des recherches menées depuis trente ans sur l’origine des villes arabes et sur leur gestion à l’époque pré-moderne »5.

  • 6 Ce que démontre Hugh Kennedy dans « City planning from Classical Antiquity to early Islam », in Moh (...)

6En effet, la ville dite « musulmane » avait déjà été étudiée, mais, perçue comme une dégénérescence du modèle antique, ce qui n’a pas de sens, car, au plus tôt de son existence, après la conquête arabe, le fameux modèle antique – qui n’a d’ailleurs été réalisé que dans quelques fondations comme les colonies - n’existait plus dans ses formes premières6. Cette cité idéalisée fut aussi représentée comme un lieu d’expression de l’islam qui l’aurait structurée en zones pures ou impures, alors qu’une approche simplement fonctionnaliste aurait, de toute évidence, été plus appropriée. Ainsi, par exemple, si les tanneries sont rejetées à la périphérie des villes, c’est parce qu’elles produisent des nuisances, non pas parce qu’elles sont impures. Enfin, la ville musulmane a subi un procès d’intention et a été comparée, sur des bases ethnocentriques, aux villes occidentales, notamment sur le plan institutionnel : mais, s’est-on demandé, comment diantre n’ont elles pas eu de bourgeoisie organisatrice de la vie municipale ? Effectivement, ces cités ont développé nombre d’institutions qui ont assuré leur bon fonctionnement (la judicature des cadis, les dotations inaliénables au profit d’édifices d’utilité publique (habus et waqf-s), la surveillance des marchés, ou, au Caire, les porteurs d’eau, corporation qui permet de satisfaire un besoin vital : l’approvisionnement en eau potable…), mais pas celle-là. Et André Raymond est parti en guerre, de manière assez virulente, quasi militante, contre ces topoi persistants.

  • 7 Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985.

« On ne saurait naturellement parler, à propos des villes arabes de cette époque, d’institutions “municipales”, puisque les villes n’avaient ni autonomie, ni les institutions que cette autonomie eût impliquées. Mais ces villes comptaient des “groupements” (tawâ’if) qui jouaient un rôle actif dans la vie urbaine et dont, à ce titre, on ne peut se dispenser d’évoquer ici l’existence. Ces groupements étaient de nature très variée : professionnelles (corporations de métiers), … »7

7Étudier les villes, qui sont, certes, l’expression de phénomènes sociaux, mais sont avant tout des lieux, des espaces, implique de produire une cartographie, et André Raymond en a proposé une, d’abord pour Le Caire, qu’il a mise au point à partir de la carte de la Description de l’Égypte, la première établie scientifiquement par les savants accompagnant Bonaparte lors de l’Expédition d’Égypte en 1798. Sa méthode est simple : il reprend le tracé des rues et localise les principaux monuments, situe la toponymie et place sur les différentes cartes qu’il réalise un grand nombre d’objets : « les métiers de l’alimentation » (souks des moutons ou du poisson, abattoirs, marchés au sucre ou à la luzerne…) ; « les métiers des textiles et des tissus » (teintureries, ateliers de feutrage, souks de coton ou de lin…) ; « les métiers du cuir » (abattoirs, tanneries, cordonneries…) ; « les métiers des métaux et du bois » (forgerons, ferblantiers, travailleurs du cuivre…) ; et, dans son article sur « les porteurs d’eau », les citernes du Caire ; dans un autre, les bains publics. Il localise aussi les « activités à localisation centrale et activités liées à la caste dominante » (toutes les activités ayant trait aux chevaux, aux armes, mais aussi les négoces pour les groupes les plus riches, les souks des parfumeurs, l’orfèvrerie). Cette carte est à l’origine de son « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique au Caire au xviiie siècle », publié dans le Jesho en 1963. En symétrique, André Raymond cartographie aussi les « métiers à localisation périphérique » (fours à chaux, à plâtre, fours de verriers, pour le charbon de bois, les bougies, et toutes les activités polluantes).

8La cartographie a une valeur heuristique : par la localisation de certains phénomènes, on peut ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Ainsi, ces activités polluantes, toujours situées à la périphérie, furent pour le chercheur un indicateur de l’extension de la ville : si elle grandissait, alors, les tanneries, que l’on ne pouvait supporter dans la cité, étaient installées plus loin. Repérer leur situation à une date donnée donnait donc la mesure de l’ampleur de la ville à ce moment-là.

  • 8 Palais et maisons, II Époque ottomane, Paris, éditions du CNRS, 1983, planches xi et xii.

9La portée heuristique de la cartographie, se repère encore dans les travaux d’André Raymond lorsqu’il localise les résidences des artisans et commerçants du Khân al-Khalîlî et ceux de la Ghûriyya. Ainsi l’on voit8 qu’il n’y a pas de polarisation : si les artisans et commençants habitent, pour le tiers d’entre eux à proximité de leur lieu de travail, ceux qui résident loin ne sont pas regroupés dans un quartier donné.

10Pour les autres villes qu’il étudie (Alep, Tunis, Damas, Alger, Constantine...), que ce soit dans la synthèse publiée chez Sindbad, Les grandes villes arabes à l’époque ottomane (1985), ou dans les nombreux articles publiés dans des revues très variées, la méthode est la même : il élabore un fond de carte sur lequel il localise les objets de ses recherches, qui peuvent être des éléments de l’infrastructure urbaine, comme un type d’édifice particulier, mais, aussi, des phénomènes sociaux : les zones de résidence des différents groupes, les activités commerciales et artisanales… Dans ce dernier ouvrage, synthétique et comparatiste, les cartes accompagnent la démarche puisque, en fin d’ouvrage, l’auteur en propose pour sept villes (Alger, Tunis/Tunis et faubourgs, Le Caire, Damas, Alep, Mossoul, Baghdad) ; elles sont présentées, avec le même code graphique. En effet, la connaissance qu’André Raymond a produite sur les différentes villes, le plus souvent « grandes » (Alep, Fès), voire capitales (Le Caire, Damas, Alger, Tunis), mais aussi moyennes (Constantine), lui a permis d’avoir une vision comparatiste : un comparatisme interne aux villes des provinces arabes de l'Empire ottoman.

2. La fondation de cadres institutionnels propices à la recherche

11André Raymond était un professeur, sérieux et joyeux à la fois, qui prenait grand plaisir à exercer son métier. Il aimait transmettre le savoir. À Damas, il fut directeur-adjoint puis directeur de l'Ifead (une des composantes de l'actuel Ifpo) de 1966 à 1975, et il a enseigné à l'université. Il y a initié les étudiants syriens à l'histoire économique et sociale et à l'exploitation des corpus d'archives. Au sein des universités françaises, il a d’abord exercé à Bordeaux (1959-66), puis à Aix-en Provence où il fut professeur d'Histoire dans le département des études arabes de l'université Aix-Marseille I, de 1975 à sa retraite en 1989. Il y a eu de très nombreux doctorants qui sont maintenant chercheurs ou enseignants et a largement participé au développement de l'histoire ottomane.

  • 9 On trouvera l’historique de cette constellation d’institutions, liées à l’histoire de la colonisati (...)

12Cet amour du professorat n’a pas empêché qu’il ait aussi été très impliqué dans la construction des cadres institutionnels de la recherche. En effet, tous ceux qui ont écrit sur André Raymond, d’Albert Hourani à Ghislaine Alleaume, ont souligné son infatigable activité institutionnelle. On sait qu’il a fondé et/ou animé maintes institutions : un institut de recherche, l’Iremam, rassemblant les pièces du puzzle de tout ce qu’Aix-en-Provence comptait de laboratoires dont l’objet était une partie chronologique ou géographique du monde arabe : contemporain ou historique, occidental ou oriental9. Il dirigea l’un d’eux, le Centre de recherche et d’études sur les sociétés méditerranéennes (Cresm) de 1984 à 86, avant d’être chargé d’une mission exploratoire par la direction SHS du Cnrs, dans le but de rassembler les forces éparpillées : outre le Cresm, le Centre de recherche sur l'Orient arabe contemporain (Ceroac) et le Groupe de recherche et d’études sur le Proche-Orient (Grepo). Le débat fut rude : quelle polarité choisir : « Méditerranée » ou « monde arabe » ? Voire, pour intégrer les non Arabes du monde arabe, comme les Berbères, « monde musulman » ? Comme souvent, les partitions intellectuelles recouvrent les différends idéologiques, et André Raymond milita ici pour une institution « monde arabe et musulman ». Ce sera donc l’Iremam, qui sera fondé en 1986, et qu’il dirigera jusqu’en 1989.

13Sur le modèle des grandes associations professionnelles nationales, il fonda en 1987 l’Afemam (Association française des études sur le monde arabe et musulman), dont les congrès annuels ont réuni depuis 1987 toutes les générations de chercheurs, des doctorants aux émérites, travaillant dans toutes les parties du monde musulman, y compris non arabe, et dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Il fut à l’origine, en 1993, de « Mémoires méditerranéennes », autre association dont le but est de rassembler les archives privées des pays du sud de cette mer. Il a occupé la vice-présidence de l’Institut du monde arabe de 1987 à 1990, et fut membre de son conseil d’administration. Son activité institutionnelle et scientifique a aussi longtemps concerné cette revue, la Remmm, qui s’appelait à l’époque la Revue de l’Occident musulman, la Romm. Elle avait été fondée en 1966 par des universitaires rapatriés d’Algérie, Roger Le Tourneau, Gabriel Camps et Lucien Golvin, qui en était le directeur et le président de l’association gestionnaire (l’Association d’études des sciences humaines en Afrique du Nord, Aeshan) lorsqu’André Raymond arriva à Aix-en-Provence. À peine arrivé à Aix, en 1976, André Raymond participe au Comité scientifique de cette revue. À cette époque, les spécialistes du Maghreb y sont : A. Adam, P. Boyer, G. Camps, R. Flory, M. Gast, qui assure le secrétariat de rédaction, L. Golvin, J.-L. Miège, L. Mougin, P. Souville, N. Sraïeb, et ceux du Mashrek : G. Delanoue, J.-Cl. Garcin, R. Mantran, A. Raymond, A. Romanet, Ch. Vial.

14En 1980, il en devient le directeur, ainsi que le président de l’Aeshan. À partir de cette date, non seulement il administre la revue, mais il y publie régulièrement (une dizaine d’articles). Il en est le directeur jusqu’en 1983, date à laquelle il passe le flambeau à Pierre-Robert Baduel, en gardant la présidence de l’association jusqu’en 1988, où elle passera également à P.-R. Baduel. En 1999, à l’occasion du renouvellement des statuts, nous lui avions demandé d’être président d’honneur de l’Aeshan, devenue « Association pour les études en sciences humaines et sociales sur l’Afrique du Nord et les mondes musulmans », ce qu’il accepta avec gentillesse et plaisir.

3. Sortie du bureau : les voyages et les amis

15André Raymond ne se bornait pas à un savoir livresque, il connaissait physiquement toutes les villes qu’il a étudiées ; sa vie professionnelle l'a en effet amené à séjourner, parfois plusieurs années, comme en Syrie, dans de nombreux pays, principalement dans le monde arabe, qu'il a profondément aimé et où il a compté de très nombreux amis.

16Les amitiés du chercheur sont souvent le fruit des rencontres intellectuelles. À Tunis, la plus décisive fut celle de Charles-André Julien, intellectuel engagé dans une analyse critique de la présence coloniale française, et auteur de nombreux ouvrages dont Histoire de l’Afrique du Nord et L’Afrique du Nord en marche. Il séjourna dans la capitale tunisienne comme jeune professeur du secondaire en 1947-51, puis en 1957-59 en tant que coopérant de l’enseignement supérieur. Militant, il y prit le goût de l'histoire sociale et économique. Ses premiers articles, ainsi que le PhD qu'il fit sous la direction d’Albert Hourani au St Anthony's College d'Oxford où il fut fellow en 1951-53, portent sur l'histoire de la Tunisie, ses dernières œuvres aussi. Et cette phrase qu’il écrivit dans l’obituaire consacré à Lucien Golvin, a donc une résonnance particulière :

« Un de ses derniers grands voyages fut pour cette Tunisie où il avait rencontré le monde arabe et dont il avait tant contribué à faire connaître la culture : il y fut accueilli non seulement comme un savant respecté, mais comme un ami de longue date. »

17De ces amitiés profondes et durables André Raymond a parfois tiré des collaborations qui ont donné six livres, dirigés ou écrits avec un ou plusieurs autre(s) auteur(s) : avec Bernard Maury, Jacques Revault et Mona Zakhariya, le volume sur l’époque ottomane des Palais et maisons du Caire ; avec Lucien Golvin et Jean-Louis Paillet les résultats des Fouilles de Bâlis-Meskéné ; avec Mohammed Naciri, la direction du colloque de Casablanca sur les Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe ; avec Daniel Panzac, l’édition de celui sur La France à l'époque des vices-rois (1805-1882) ; avec Mohammed Afifi, l’édition, l’analyse et l’annotation du texte d'Ismaïl al-Khashshâb, Le Dîwân du Caire 1800-1801 ; avec Salma Jayyusi, Renata Hold, et Attilio Petruccioli, la direction d’un livre particulièrement important sur The City in the Islamic World. Cela sans compter les ouvrages qu’il a dirigés en rassemblant une équipe autour de lui comme le “beau livre” sur Le Caire chez Citadelles et Mazenod.

  • 10 British Policy towards Tunis (1830-1881), thèse non publiée, soutenue en 1954.
  • 11 Albert Hourani (1915-1993), Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 68-69, 1993, p. 275-278.

18André Raymond a eu le malheur de voir disparaître de nombreux êtres parmi ceux qu’il chérissait. Lucien Golvin, connu dès les années tunisiennes, puis devenu son collègue dans la section des études arabes de la Faculté des Lettres de l’université de Provence, où il enseigna lui-même dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Son ami Magdi Wahba, qui fut professeur de littérature anglaise à l’université du Caire, homme de grande culture, et aussi producteur d’une œuvre extrêmement variée. Albert Hourany, directeur du PhD10 qu’il fit au St Anthony's College d'Oxford en 1953, son « éveilleur de vocation »11. Michel Seurat dont il a dirigé les travaux et dont la mort infâme l’a particulièrement révolté ce qu’il a exprimé avec virulence, dans un obituaire très courageux (1985). Et d’autres, plus proches encore.

  • 12 Nécrologie de Magdi Wahba, BIFAO 93 (1993), p. 1-5. http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao093_art_01 (...)

19De la lecture des obituaires qu’il a écrits, on retire le sentiment de mieux connaître cet homme, qui se livrait peu, et qui, lorsqu’il parlait, mettait sa main devant sa moustache en un geste qui révélait une pudeur qu’il aurait voulu cacher. Nombre des formules, qu’il emploie pour les autres, s’appliquent à lui avec insistance. De Magdi Wahba, il évoque « la pudeur et la discrétion qui étaient dans sa nature »12. On peut lire aussi :

« L’influence de Magdi Wahba sur ces générations d’étudiants fut considérable. J’ai eu moi-même l’occasion de voir quelle admiration, et quelle affection, il avait su susciter en eux. »

20Ce foisonnement d'activités n'a pas empêché André Raymond d'être attentif aux jeunes et moins jeunes chercheurs, en apportant son aide rigoureuse aux travaux académiques naissants, mais aussi en étant très attentif à trouver pour chacun une place dans le système de la recherche, n'hésitant pas à mettre son énergie au service des uns et des autres.

21André Raymond a été un grand maître.

Bibliographie d’André Raymond

22On trouvera lintégralité des publications dAndré Raymond pour la période 1955-1990 en ligne sur le site de lIremam :

23http://iremam.univ-provence.fr/spip.php?article433

Travaux dAndré Raymond disponibles en ligne en texte intégral

24Les Annales islamologiques, le Bifao et la remmm revues dans lesquelles André Raymond a beaucoup publié, sont disponibles en texte intégral.

25« Les porteurs d'eau du Caire », Bifao 57 (1957), p. 183-202.

26http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao057_art_12.pdf

27« Bibliographie de l'œuvre scientifique de M. Gaston Wiet », Bifao 59 (1959), p. IX-XXIV.

28http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao059_art_01.pdf

29Magdi Wahba (1925-1991), Bifao 93 (1993), p. 1-5.

30http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao093_art_01.pdf

31« Une “révolution” au Caire sous les Mamelouks, la crise de 1123/1711 », Annales islamologiques 6 (1966), p. 95-120

32http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl006_art_03.pdf

33Aḥmad ibn ʿAbd al Salâm. Un Šâh bandar des tuggâr au Caire à la fin du xviiie siècle », Annales islamologiques 7 (1967), p. 91-95

34http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl007_art_04.pdf

35« Les bains publics au Caire à la fin du xviiie siècle », Annales islamologiques 8 (1969), p. 129-150.

36http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl008_art_08.pdf

37« Les constructions de l’émir ʿAbd Al-Raḥmān Katḫudā au Caire », Annales islamologiques 11 (1972), p. 235-251.

38http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl011_art_14.pdf

39« Deux familles de commerçants fâsî au Caire à la fin du xviiie siècle », Romm 15-16 (1973), p. 269-273.

40http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1973_num_15_1_1247

41ʿAbd al-Ṭawāb ʿAbd al-Raḥmān, Raymond André, « La waqfiyya de Muṣṭafā Ǧaʿfar », Annales islamologiques 14 (1978), p. 177-193.

42http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl014_art_08.pdf

43« Les fontaines publiques (sabīl) du Caire à l’époque ottomane (1517-1798) », Annales islamologiques 15 (1979), p. 235-291.

44http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl015_art_10.pdf

45« La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes », Romm 27 (1979), p. 115-134.

46http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1979_num_27_1_1845

47« L’impact de la pénétration européenne sur l’économie de l’Égypte au xviiie siècle », Annales islamologiques 18 (1982), p. 217-235.

48http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl018_art_10.pdf

49« Les caractéristiques d'une ville arabe “moyenne” au xviiie siècle. Le cas de Constantine », Romm 44 (1987), p. 134-147.

50http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1987_num_44_1_2163

51« L’activité architecturale au Caire à l’époque ottomane (1517-1798) », Annales islamologiques 25 (1991), p. 343-362.

52http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl025_art_23.pdf

53« À propos de deux portraits de la Description de l’Égypte : “l’astronome” et “le poète” », Annales islamologiques 35 (2001), p. 385-392.

54http://www.ifao.egnet.net/anisl/AnIsl035_art_13.pdf 

55« Le centre d'Alger en 1830 », Romm 31 (1981), p. 73-84.

56http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1981_num_31_1_1905

57« Michel Seurat », Romm 40, 1985, p. 173.

58http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1985_num_40_1_2102

59« Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis à l'époque ottomane : un “indicateur” de croissance urbaine », Remmm 55 (1990), p. 34-43.

60http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1990_num_55_1_2332

61« Alep à l'époque ottomane (xvie siècle - xviiie siècles) », Remmm 62 (1991), p. 93-109.

62http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1991_num_62_1_1525

63« Albert Hourani (1915-1993) », Remmm 68 (1993), p. 275-278.

64http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1993_num_68_1_2573

65« Lucien Golvin (1908-2002) », Remmm 99-100 |(2002), p. 281-283.

66http://remmm.revues.org/1196

Analyses et hommages du travail d’André Raymond

67Alleaume Ghislaine, « L’historien et le bâtisseur », Avant-propos in Histoire, archéologies, littératures du monde musulman. Mélanges en l’honneur d’André Raymond, réunis par Gh. Alleaume, S. Denoix et M. Tuchscherer, Le Caire, Ifao, 2009.

68Alleaume Gh., Denoix S. et Tuchscherer M. , Histoire, archéologies, littératures du monde musulman. Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le Caire, Ifao, 2009.

69Baduel Pierre-Robert, « Éditorial », Villes au Levant. Hommage à André Raymond, Remmm 55-56, 1990, p. 5-6.

70Denoix Sylvie, « André Raymond, La ville arabe, Alep à l'époque ottomane (xvie-xviiie siècles), Damas, IFEAD, 1998. », Remmm 89-90, juillet 2000, en ligne http://remmm.revues.org/2684

71Hanna Nelly, ‘Abbâs, Ra’ûf, (eds), Society and Economy in Egypt and the Eastern Mediterranean, 1600-1900. Essays in Honor of André Raymond, Cairo, AUC Press, 2005.

72Hourani Albert, « L’œuvre d’André Raymond », Villes au Levant. Hommage à André Raymond, Remmm 55-56, 1990, p. 18-27.

73Kuhayla ‘Ubayda (éd.), Al-Mu‘jam al-misrî fî-l-‘asrayn al-mamlûkî wa-l-‘uthmânî, Le Caire, Conseil supérieur de la culture, 2007.

74Pascual Jean-Paul (éd.), Villes au Levant. Hommage à André Raymond, Remmm 55-56, 1990.

75Marino Brigitte (éd.), Études sur les ville du Proche-Orient arabe, xvie-xixe siècles. Hommage à André Raymond, Damas, Ifpo, 2001.

76Raymond André, « Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle. Vingt ans après », in Marino Brigitte (éd.), Études sur les villes du Proche-Orient arabe, xvie-xixe siècles. Hommage à André Raymond, Damas, Ifpo, 2001, p. 15-33, en ligne http://remmm.revues.org/persee-178994

77Text and Context in Islamic Societies, Sixteenth Giorgio Levi Della Vida Award and Conference, Honoring Josef Van Ess and André Raymond, University of California, Los Angeles, Gustav E. von Grunebaum Center for Near Eastern Studies, April 9-10, 1999

78Temimi Abdeljelil, Mélanges Méditerranéens d’amitié et de reconnaissance à André Raymond, Tunis, 2004.

Haut de page

Notes

1 Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, publiée à l'Ifead, Damas, en 1973, rééditée à l’Ifao en 1999 ; la traduction en arabe par Nasser Ibrahim a été publiée au Caire par le Centre national de traduction du Conseil supérieur pour la culture en 2005.

2 Artisans, p. xi.

3 Idem.

4 « L’œuvre d’André Raymond », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 55-56, 1990, Villes au Levant, p. 18-27.

5 Mohamed Naciri, André Raymond (dirs.), Sciences sociales et phénomène urbain dans le monde arabe, Casablanca, Fondation Ibn Saoud, 1997, p. v.

6 Ce que démontre Hugh Kennedy dans « City planning from Classical Antiquity to early Islam », in Mohamed Naciri, André Raymond (dirs.), Sciences sociales… , p. 23-28.

7 Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985.

8 Palais et maisons, II Époque ottomane, Paris, éditions du CNRS, 1983, planches xi et xii.

9 On trouvera l’historique de cette constellation d’institutions, liées à l’histoire de la colonisation et de la décolonisation, sur le site de l’Iremam : http://iremam.univ-provence.fr/spip.php?rubrique100

10 British Policy towards Tunis (1830-1881), thèse non publiée, soutenue en 1954.

11 Albert Hourani (1915-1993), Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 68-69, 1993, p. 275-278.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1993_num_68_1_2573.

12 Nécrologie de Magdi Wahba, BIFAO 93 (1993), p. 1-5. http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao093_art_01.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix, « Hommages à André Raymond (1925-2011). Un chercheur infatigable », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7945

Haut de page

Auteur

Sylvie Denoix

Ifao, Le Caire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page