Navigation – Plan du site
Lectures

CÔTE Marc, Signatures sahariennes. Terroirs et territoires vus du ciel, Presses Universitaires de Provence, 2012, 307 p.

Olivier Pliez

Texte intégral

1Alors que le Sahara est sous les feux de l’actualité la plus vive depuis plusieurs années, tour à tour présenté comme espace de transit des migrants clandestins subsahariens en route vers l’Europe, comme espace de trafics multiples ou comme champ d’extension des mouvements islamistes combattants, le livre de Marc Côte tombe à pic pour rappeler que le Sahara a d’autres visages à montrer que ceux d’une zone trouble de la géopolitique contemporaine. Pour cela, il nous livre un ouvrage à l’intersection du beau livre, du manuel de géographie humaine saharienne et de l’atlas. Quiconque chercherait un seul de ces trois aspects dans Signatures sahariennes. Terroirs et territoires vus du ciel, ne pourra que constater des manques, forcément nombreux, car le Sahara est vaste et pluriel et tel n’est pas le but de l’auteur, fin connaisseur du Sahara, puisqu’il l’a découvert à dos de dromadaire en compagnie d’un autre géographe, Paul Sanlaville, en 1955. En revanche, le plus grand nombre aura plaisir à découvrir le plus grand désert du monde tel que les hommes l’aménagent ou le parcourent, en suivant les pas d’un géographe qui, fait rare, appréhende le Sahara dans toute sa vastitude, de l’Atlantique à la mer Rouge à partir des multiples enquêtes de terrain qu’il y a menées.

2L’ouvrage s’organise en cinq chapitres qui relèvent des trois entrées choisies par l’auteur. En ruraliste, Marc Côte part de l’oasis, qui associe sur une étendue terrestre compacte toujours la même « trilogie » : eau, habitat, culture irriguée (ch. 1), avant de décrire les ksour, villages ou petites villes compacts, qui correspondent à la forme d’agglomération dominante (ch. 2). Les unes et les autres forment ce qu’il appelle les signatures des terroirs et des lieux de vie d’antan. Ils les opposent ainsi aux terroirs (ch. 3) et aux lieux de vie (ch. 4) modernes avant de présenter les « autres signatures du temps présent » (ch.5). Chacun de ces chapitres est organisé avec clarté grâce aux qualités de pédagogue de l’auteur ; une fiche introductive définit le mot-clé ou le thème du chapitre (ex. : qu’est-ce qu’une oasis ?) et une fiche conclusive situe et synthétise les principaux éléments (ex. : pourquoi des oasis au Sahara) présentés en sous-chapitres sous forme de typologie spatiale. Ce qui frappe à la lecture de l’ouvrage, c’est la pluralité des formes d’organisation spatiale que M. Côte met en lumière. Celles-ci ne peuvent jamais être réduites à une figure unique, et cela quand bien même on essaierait de retrouver un hypothétique modèle originel. À la diversité des formes fait écho celle des temporalités et l’on perçoit bien dans le ch. 4, consacré aux villes sahariennes, qu’il devient difficile de cloisonner l’ancien du moderne tant les continuités sont déterminantes.

3Le chapitre 5 rompt avec la cohérence propre à chacun des chapitres précédents en soulignant que l’aménagement du Sahara a un coût environnemental autant qu’humain. Car les territoires sont humanisés et, pour le meilleur ou le pire, l’Homme laisse sa trace, durable ou éphémère, au cœur des paysages sahariens. Si on perçoit une certaine nostalgie dans l’utilisation des termes utilisés par Marc Côte, qui se traduit par un fort usage de métaphores et de figures de style, son regard n’est pas pour autant angélique. Ce Sahara là ne peut pas seulement être celui du rêve des itinérances et des vastitudes mais aussi de cicatrices plus profondes. Il évoque alors des « traces et balafres » en un ensemble de sous-chapitres plus hétéroclites qui font écho aux thématiques présentées précédemment. Ce que l’on perçoit alors, ainsi que dans la très brève conclusion qui suit, c’est la nécessité que ressent le géographe de changer d’échelle afin de saisir le Sahara non pas à l’échelle fine de ses agglomérations et de ses terroirs mais aussi à l’échelle des dix États entre lesquels il est partagé à l’heure où la mondialisation laisse aussi son empreinte dans l’ensemble du désert. Des sous-chapitres complémentaires consacrés au tourisme et à l’importance des migrations internes ou internationales l’auraient sans doute utilement illustré. Au rang des petits regrets, il aurait aussi sans doute été utile de cartographier la table des figures et d’étoffer la bibliographie, au moins en y reportant les nombreuses références mentionnées dans le corps du texte.

4Les signatures sahariennes que Marc Côte nous donne à voir se situent dans le droit fil d’une géographie des paysages attentive aux palimpsestes que sont « les territoires et les terroirs vus du ciel ». Il convient toutefois de préciser les intentions de l’auteur tant cette expression est en vogue depuis une quinzaine d’années dans les beaux livres de voyage. Confronté à une situation inédite, celle de la profusion d’images satellitaires grâce auxquelles nous avons pris l’habitude de survoler la surface de la terre en tout confort mais sans toujours pouvoir lui donner sens, le géographe exprime son plaisir à avoir « pu visualiser, zapper, zoomer sur l’espace saharien des heures durant ». En arpenteur passionné et au long cours du Sahara, M. Côte nous livre ainsi une série de croquis qui complètent et interprètent les paysages livrés sous leur forme la plus brute et démontre combien la fine connaissance des terrains peut enrichir cette vision à distance. Son auteur fait ainsi montre du savoir-faire du géographe, capable de communiquer avec un public large en donnant des clés d’appréhension des organisations spatiales du Sahara.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pliez, « CÔTE Marc, Signatures sahariennes. Terroirs et territoires vus du ciel, Presses Universitaires de Provence, 2012, 307 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 22 février 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7952

Haut de page

Auteur

Olivier Pliez

LISST (UMR 5193), Université de Toulouse 2, CNRS - EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page