Navigation – Plan du site
Lectures

Sot Michel et Barthélemy Dominique (éd.), L’Islam au carrefour des civilisations médiévales, Presses de l’université Paris- Sorbonne, 2012, 232 p.

Hassan Bouali

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un ensemble de conférences données à l’université Paris-Sorbonne Abou Dhabi. La majorité des historiens qui ont participé à cette entreprise enseignent à la Sorbonne. Force est toutefois de constater l’omniprésence d’un historien japonais et d’un autre tunisien. De quoi est-il question dans ce livre ? Le titre, L’Islam au carrefour des civilisations médiévales, démontre aux premiers abords qu’il s’agit de mettre fin au « civilisationnisme » de Fernand Braudel, qui n’envisagea pas, dans sa classique Grammaire des civilisations, une interaction possible entre les civilisations. Pierre Toubert donne ainsi le ton dès l’introduction, en élaborant le catalogue de « ce que l’Occident doit à l’Islam » (p. 11-24).

2L’ouvrage est organisé en trois parties et suit une approche chronologique. La première partie, consacrée à la « conquête musulmane, [aux] chocs et premiers échanges » entre le VIIe et le Xe siècle, témoigne d’une volonté hardie d’inscrire l’Islam au carrefour de plusieurs civilisations.

3Michel Sot souligne d’emblée que l’avènement des Abbassides et des Carolingiens a permis le développement de relations diplomatiques, conditionnées par des intérêts et des adversaires communs. Certaines sources carolingiennes, à l’image des Annales du royaume des Francs ou de la Vie de Charlemagne, écrite par un certain Eginhard, permettent en tous les cas de reconstituer les modalités de ces relations. C’est dans ce contexte d’émulation diplomatique que Charlemagne reçoit des présents de la part du calife, dont le plus fameux est l’éléphant « Abul Abbas ». Pour Michel Sot, les chroniqueurs poursuivaient un but politique en donnant une postérité à cette « entente cordiale » ; en agissant de la sorte, Harūn al-Rashīd, « de qui dépendait presque tout l’Orient » (p. 40) assurait une reconnaissance à la dignité impériale de Charlemagne.

4Tahar Mansouri met en lumière le développement des « premiers échanges entre Byzance et l’Orient musulman » (p. 43-60). Ces relations démontrent ainsi que « le facteur religieux n’a pas toujours été un obstacle » (p. 60) ; en outre, les deux mondes s’accommodent très vite de la présence de l’autre.

  • 1 S’est déroulée en 751 sur les frontières occidentales de la Chine.

5La bataille de Talas1 constitue le point nodal du travail de Flora Blanchon. Née d’une révolte locale, cette bataille vit s’opposer les troupes arabo-turques du général Ziyād b. Ṣāliḥ al-Khuzā’ī aux armées chinoises, défaites à cette occasion. Malgré tout, comme le fait remarquer Flora Blanchon, ce pic de bellicisme n’entraîna pas des conséquences néfastes pour les échanges. Le pragmatisme économique l’emporta effectivement, afin de préserver la route de la soie. L’auteur stigmatise enfin l’idée qui voudrait que les Arabes se soient approprié la technique du papier grâce aux prisonniers chinois de la bataille de Talas. Samarcande, où se trouvaient déjà des artisans chinois, constitue le pôle originel de ce transfert culturel.

6L’enquête suivante du médiéviste et académicien Sho-ichi Sato nous emmène quant à elle au Japon. En étudiant le trésor du shoso-in qui se compose de plusieurs milliers d’objets, l’auteur relève l’importance « des marchandises importées des pays du Proche-Orient » (p. 84). Deux pièces de bois odoriférants attirent particulièrement l’attention de l’auteur. Ces deux pièces sont marquées, en écriture sodgienne, au nom d’un Persan qui, comble du paradoxe, ne s’est jamais rendu au Japon. Comment y sont-elles alors arrivées ? Il semble que cela se soit fait par l’entremise des missions diplomatiques japonaises présentes en Chine. Sho-ichi Sato souligne en outre la fermeture du pays du Soleil Levant aux influences extérieures. Comment comprendre cet état de fait ? Il faut y voir le reflet d’un repli défensif du Japon face au monde extérieur, notamment après l’adoption des « codes de la Chine au milieu du vie siècle » (p 89). On comprend d’autant mieux le silence du trésor du shoso-in, tout comme celui des archives nipponnes, qui ne conservent aucun souvenir de la présence de l’autre, alors même que les diplomates japonais côtoyaient des marins et marchands musulmans en Chine ou en Corée.

7Edith Parlier-Renault clôt cette première partie de l’ouvrage en nous donnant à voir les représentations d’un « grand savant musulman » sur l’Inde (p. 91). Al-Bīrūnī, né en 973, est effectivement l’auteur du Livre de l’Inde, écrit à l’occasion de sa captivité, à la suite de l’annexion du royaume de Khiva par Maḥmūd de Ghazna, qui menait alors des expéditions militaires en Inde, à partir de l’Afghanistan, pour y piller les trésors des temples hindous. Cette œuvre écrite en langue arabe témoigne ainsi d’une volonté de dialoguer avec une autre civilisation, celle de l’Inde hindoue. Al-Bīrūnī donne amplement la parole à l’autre, avec un souci avéré d’objectivité. Il faut toutefois relativiser ce constat. Son intérêt pour l’hindouisme se caractérise ainsi par une volonté de privilégier les aspects qui sont les moins éloignés de l’Islam.

8La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les « affrontements [à] l’ouest et [les] croisades » (xe-xiie siècle). Elle s’ouvre sur les relations entretenues par Byzance et « les grandes puissances musulmanes » (p. 215). Jean-Claude Cheynet, auteur de cette étude, rappelle ainsi que le xe siècle fut marqué par un renouveau byzantin ; en témoigne par exemple la reprise de la Cilicie et de la Syrie du nord sous le règne de Nicéphore II Phocas. Ce renouveau byzantin se confirme d’ailleurs lorsque les Fatimides prennent le pouvoir en Égypte. Les Byzantins résistent ainsi aux nombreux raids menés par la dynastie chiite, désireuse de conquérir la cité d’Antioche ; l’empereur Jean Tzimiskès (969-976) opéra même quelques raids « spectaculaires » (p. 117) jusqu’aux alentours de Damas. Le pragmatisme l’emporta très vite entre les deux empires, qui entreprirent dès lors de nouer des relations cordiales et très symboliques. Jean-Claude Cheynet dresse le même constat quant aux relations que les Byzantins entretinrent avec les Seldjoukides. Après une période particulièrement marquée par les affrontements, le XIIe siècle s’affirme comme un moment d’interpénétration « des influences grecques chez les Seldjoukides et des influences turques à la cour de Byzance » (p. 128).

9Anne-Marie Eddé s’attaque quant à elle à l’image que les auteurs arabes médiévaux dressent des chevaliers francs. La question des affrontements, si omniprésente dans l’historiographie des croisades, ne constitue pas le point focal de l’analyse. Anne-Marie Eddé démontre ainsi qu’il n’existe pas de représentation homogène des Francs, même si des clichés, hérités par exemple de la fameuse théorie des climats de Ptolémée, continuent à façonner le jugement des Arabes ; Mas‘ūdī illustre bien ce cas de figure lorsqu’il présente les Francs, habitants du sixième climat, comme « des populations frustes, sales, inintelligentes et peu fiables » (p. 138). En s’appuyant sur l’exemple de l’auteur chiite et alépin Ibn Abī Tayyi’ (mort en 630/1232-1233), Anne-Marie Eddé souligne que cet auteur calque sur les Francs les valeurs exigées des chevaliers musulmans. Le régent d’Antioche Tancrède et Jocelyn de Courtenay sont ainsi présentés comme des hommes de courage et de parole :

« Dans l’esprit de l’auteur, Tancrède et Jocelyn méritent considération, d’une part parce qu’ils n’ont pas trahi la parole donnée aux Musulmans, et d’autre part parce qu’ils ont l’un et l’autre vaillamment combattu. » (p. 142)

10Cette image positive de l’adversaire n’est pas un apanage des auteurs arabes médiévaux. L’Histoire ecclésiastique du moine normand Orderic Vital, étudiée par Dominique Barthélemy, le démontre à bien des égards. Et l’historien de conclure en ces termes :

« L’Europe médiévale n’a pas une disposition d’esprit purement hostile ou prédatrice à l’égard du monde musulman. Elle n’a pas que des peurs et des préventions, elle a aussi de la curiosité et de l’attrait pour ce qui se passe de l’autre côté de la frontière religieuse. » (p. 170)

11Avec cette conclusion, nous abordons enfin la troisième et dernière partie de l’ouvrage, consacrée aux « dettes de l’Occident » (xiie-xiiie siècles). Yves Sassier amorce le débat en évoquant l’état de la « connaissance et [la] critique de l’Islam chez les intellectuels du xiie siècle ». La méconnaissance de l’Islam en tant qu’objet religieux reste insuffisante en ce début de xiie siècle. Il faut ainsi attendre l’année 1140 pour avoir une première traduction du Coran en latin. C’est dans ce contexte que le moine Abélard porte un regard tolérant sur l’altérité islamique. L’entreprise de Pierre le Vénérable, puissant abbé de Cluny est toute différente. Celui-ci pose les cadres d’une meilleure connaissance de l’Islam, en vue d’une apologétique plus efficace pour réfuter la doctrine islamique.

  • 2 Par « science arabe », Jacques Verger entend les sciences « connues à l’époque médiévale par des te (...)

12Jacques Verger dresse ensuite le bilan du transfert culturel des sciences arabes2. Si cette circulation des sciences arabes s’est effectuée dans un contexte de « révolution scolaire » (p. 190), dont l’objectif ne fut rien moins que la réappropriation des savoirs antiques, celle-ci n’en resta pas moins limitée. Certes, le travail des traducteurs fut d’une grande ampleur, à l’image de celui entrepris par Gérard de Crémone ; il n’en demeure pas moins que ce vaste travail s’est limité à certains domaines. Les traducteurs se sont par ailleurs limités aux ouvrages présents dans la péninsule Ibérique, sans donc prendre en compte les dynamiques des sciences arabes de leur temps. À ce constat mitigé s’ajoute enfin l’opacité des milieux universitaires, qui reçurent les sciences arabes avec beaucoup plus de distance.

13Enfin, Elisabeth Crouzet-Pavant démontre que le géographe vénitien Battista Ramusio, auteur d’une compilation qui intègre le récit de Marco Polo, est l’un des premiers à élaborer un regard occidental de l’Orient, au point de faire croire que 

« les Occidentaux étaient actifs sur les routes de l’Asie, jusqu’à leur faire oublier que c’était à Alexandrie et dans d’autres ports de la Méditerranée que le système occidental méditerranéen se connectait aux autres grands systèmes commerciaux…. » (p. 224).

14Au total, ce livre est un hymne au « dialogue des civilisations », ce qui est une chose souhaitable, dans un contexte marqué par le succès de la théorie du « choc des civilisations », si chère à Samuel Huntington. De ce point de vue, comme le souligne très bien Dominique Barthélemy dans la conclusion, l’université Paris-Sorbonne Abou Dhabi souhaite devenir un « pont entre les civilisations actuelles » (p. 232). C’est pour donner sens à cette ambition louable de Paris-Sorbonne Abou Dhabi, que les auteurs, dont la plupart sont avant tout des spécialistes de l’Occident médiéval, ont pris conscience de la nécessité de bouleverser les pratiques historiographiques traditionnelles, marquées, il faut le dire, par un certain ethnocentrisme. Les réflexions mobilisées dans cet ouvrage mettent par ailleurs à mal la dialectique habituelle Islam/Occident (Tolan, 2003), en inscrivant l’Islam au carrefour de plusieurs civilisations. Ce livre répond ainsi au vœu pieux du grand historien américain Marshall G.S. Hodgson (1998), qui a posé, dans ses différents travaux, les jalons d’une histoire qui place l’Islam dans une perspective globale. On ne peut enfin terminer ce compte rendu sans préciser que cet ouvrage est aussi un beau livre, un livre d’art au demeurant, comportant de nombreux documents iconographiques.

Haut de page

Bibliographie

Braudel Fernand, 1993 (1ère éd. 1963), Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion (collection « Champs »).

Hodgson Marshall G.S. (textes réunis et traduits par Abdesslam Cheddadi), 1998, L’Islam dans l’histoire mondiale, Paris, Actes Sud (collection « Sindbad »).

Testot Laurent (coord.), 2008, Histoire globale. Un autre regard sur le monde, Auxerre, Sciences Humaines Editions.

Tolan John, 2003, Les Sarrasins.L’islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier.

Haut de page

Notes

1 S’est déroulée en 751 sur les frontières occidentales de la Chine.

2 Par « science arabe », Jacques Verger entend les sciences « connues à l’époque médiévale par des textes rédigés en arabe » (p. 186).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Bouali, « Sot Michel et Barthélemy Dominique (éd.), L’Islam au carrefour des civilisations médiévales, Presses de l’université Paris- Sorbonne, 2012, 232 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7957

Haut de page

Auteur

Hassan Bouali

Paris X Nanterre (master 2 d’histoire de l’Islam médiéval)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page