Navigation – Plan du site
Lectures

Zack Liesbeth & Schippers Arie, Middle Arabic and Mixed Arabic. Diachrony and Synchrony, Leiden-Boston, Brill, 2012, 349 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif restitue une partie des communications présentées lors de la deuxième conférence de l’Association internationale pour l’étude du moyen arabe et des variétés mixtes de l’arabe (AIMA) qui s’est tenue à l’université d’Amsterdam en 2007. La première conférence de l’AIMA, tenue à Louvain en 2004, a donné lieu à une importante publication (Lentin & Grand’Henry, 2008), incluant une bibliographie très exhaustive présentée par J. Lentin. Une troisième conférence a eu lieu en 2010 à Florence ainsi que deux ateliers, l’un au Caire et l’autre à Oslo. Ce volume s’inscrit donc dans une série de publications et est bien pensé comme tel, avec, en particulier, une mise à jour par J. Lentin de la bibliographie présentée dans le premier volume. L’ouvrage inclut quinze articles, sans compter le chapitre supplément bibliographique (22 p.) et une introduction conséquente et programmatique (26 p.) de Johannes den Heijer qui permet au lecteur de mieux cerner les enjeux de ces rencontres.

2Comme ce dernier l’indique, la formation d’AIMA marque la constitution d’une sous-discipline au sein de la linguistique arabe. Cette sous-discipline vise à regrouper l’ensemble des études portant sur les situations de mélange ou de croisement entre l’arabe classique/standard et les parlers vernaculaires, à travers l’histoire et quel que soit le type de support (écrit ou oral). Le champ des études sur le moyen arabe s’est beaucoup développé depuis une trentaine d’années, à la suite des travaux de J. Blau. Le terme moyen arabe renvoie ici non pas à une étape chronologique du développement de l’arabe (entre ancien et nouveau arabe) mais à un registre de langue écrite que l’on retrouve dans de nombreux manuscrits dès les premiers siècles de l’Islam jusqu’aux xviiie-xixe siècles, dont les manuscrits judéo-arabes mais également chrétiens ou musulmans. Ce registre a été le plus souvent étudié dans une approche philologique, en cherchant à authentifier les traces historiques des parlers vernaculaires et en pointant les innovations spécifiques à ce registre. D’un autre côté, de nombreuses études sociolinguistiques, ont porté, dans la lignée des travaux de C. Ferguson, sur le contact arabe standard/arabe dialectal dans la communication orale contemporaine donnant lieu à de nombreux développements sur les concepts de diglossie, pluriglossie, continuum, code-switching, arabe médian, etc. Jusqu’à une date récente, ces deux types de recherches étaient rarement en contact l’une avec l’autre. L’une des ambitions de l’AIMA est de postuler que tous ces types de contact, anciens ou modernes, écrits ou oraux, doivent être conçus comme différentes manifestations d’un même phénomène, ce qui implique donc de croiser les regards et les perspectives pour tenter de comparer les dynamiques. J. den Heijer fait le point sur les acquis de différentes rencontres de l’AIMA et sur les grands thèmes de recherches actuels. Parmi les points importants signalés par l’auteur, on notera la réinterprétation des notions de norme et de standard. Alors que le moyen arabe comme l’arabe médian ont longtemps été interprétés comme des pratiques déviantes par rapport à la norme idéale classique/standard, on constate qu’il peut s’agir d’une pratique intentionnelle et non pas d’un défaut de compétence linguistique. Il n’y a plus un standard unique à toutes les situations de communications mais de nombreux sous-standards en fonction des contextes, des auditoires, des visées identitaires, etc. Concernant le moyen arabe, un autre point important concerne la mise en évidence de circulation de textes et de registres à travers les différentes communautés religieuses. Le moyen arabe, y compris sous sa forme judéo-arabe, n’a pas systématiquement une fonction de marqueur identitaire. Parmi les chantiers programmatiques pour les années à venir, J. den Heijer souligne les objectifs suivants : la constitution de vastes corpus de textes écrits et oraux numérisés permettant des comparaisons à plus grandes échelles, la mise en évidence de permanences à travers les lieux et les périodes, le développement d’une méthode d’édition critique à l’image de ce qui s’est fait en linguistique romane.

3Parmi les quinze articles qui suivent cette introduction et le supplément bibliographique, on constate que treize articles portent sur différents types de manuscrits en moyen arabe (textes religieux ou littéraires principalement). Malgré les vœux de J. den Heijer, les études sur le moyen arabe demeurent donc fortement majoritaires à l’AIMA. Un seul article porte sur la comparaison entre écrit moyen arabe pré-moderne et productions orales en arabe médian contemporain (G. Mejdell) et un autre sur la notion de compétence native chez les locuteurs arabophones contemporains (A. Ibrahim). Ce dernier article apparaissant assez en décalage avec le reste de l’ouvrage ne sera pas traité ici.

4Concernant les articles sur les manuscrits en moyen arabe, six portent sur des textes religieux ou littéraires en judéo-arabe (L. Edzard, B. Hary, R. Hasson Kenat, A. Schippers, Y. Tobi, K. de Vreugd), trois sur des textes arabes chrétiens (J. Grand’Henry, J. den Heijer, P. La Spisa), un sur des textes arabes musulmans (B. Halflants), un sur une grammaire missionnaire du xviiie siècle (O. Zwartjes et M. Woidich) et deux sur des manuscrits d’origine confessionnelle diverse (B.J. Dikken, J. Lentin). Les articles de den Heijer, La Spisa, Lentin, Mejdell, Tobi et Zwartjes & Woidich se caractérisent par une perspective plus synthétique ou prospective, dans l’esprit programmatique de l’AIMA, alors que d’autres articles apparaissent comme plus spécifiques et érudits, certains étant peu accessibles pour les lecteurs ne sachant lire les caractères hébreux. À noter que tous les auteurs ne partagent pas les mêmes points de vue, particulièrement concernant la spécificité du judéo-arabe (en dehors de sa graphie hébraïque). Alors que certains tendent à mettre en avant la spécificité du judéo-arabe (B. Hary), plusieurs autres auteurs insistent sur la circulation inter-communautaire des versions et des traductions. La comparaison entre les différents articles souligne que le terme judéo-arabe recouvre des réalités très différentes selon qu’il s’agit de textes religieux ou de littérature orale. Cette diversité du judéo-arabe est bien mise en évidence par Y. Tobi qui rappelle que les textes médiévaux judéo-arabes relevaient d’un registre élevé et classique et ne représentaient pas l’usage parlé. Pour lui ce registre n’a vécu que du xe au xve siècle. Il distingue ce registre classique de ce qu’il appelle le judéo-arabe dialectal, à la fois vernaculaire oral mais que l’on retrouve à des degrés divers dans de très nombreux textes depuis la période préislamique jusqu’à nos jours. Les dialectes judéo-arabes sont très diversifiés et proches des dialectes locaux.

5B.J. Dikken analyse les différentes versions de la traduction en arabe du Pentateuque par Sa‘adya Gaon, un savant juif égyptien de la fin du ixe siècle. Cette traduction est connue dans de nombreuses versions juives, samaritaines, coptes et musulmanes en caractères hébreux ou arabes. Elle a déjà fait l’objet de plusieurs études (dont celles de Kahle, Blau, etc.) cherchant à trouver quelle serait la version la plus proche de l’original. En comparant toutes ces versions, B.J. Dikken s’interroge sur les raisons qui font que certains manuscrits (les yéménites judéo-arabes) incluent beaucoup moins de traits moyens arabes que d’autres (coptes ou musulmans mais aussi version judéo-arabes plus tardives), plus proches de la norme classique. Comme plusieurs de ses collègues, Dikken constate que les versions les plus tardives sont corrigées par les copistes qui ont tendance à enlever les traits moyens arabes et à les remettre aux normes classiques. L. Edzard étudie à partir d’un texte judéo-arabe irakien portant sur la vie de Joseph, publié à Bagdad en 1924, les nombreuses traces de l’arabe dialectal irakien et la présence de traits spécifiques renvoyant à des variétés dialectales communales (juifs versus musulmans de Bagdad comme dans la variante hemmi vs humma, « ils »). J. Grand’Henry étudie deux versions/traductions de l’homélie 41 de Grégoire de Nazianze, un texte traduit du grec au xe siècle. Une version est plus syro-libanaise, l’autre plus égypto-sinaïtique. Il pointe les différences linguistiques de ces deux versions à plusieurs niveaux, mais considère qu’on ne peut pas parler de deux variétés de moyen arabe mais plutôt d’un moyen arabe oriental avec des variantes et des styles selon les lieux et les périodes. Comme B.J. Dikken, il souligne que les versions les plus récentes sont plus classicisantes (ici la version égypto-sinaïtique qui révise la version syro-libanaise). B. Halflants présente une analyse d’un conte musulman contenu dans le manuscrit Galland, la plus ancienne version connue des Mille et une nuits (xive-xve siècles). Il souligne que le registre écrit est moins « moyen arabe » que certains textes arabes chrétiens et les textes judéo-arabes et attribue cette différence au fait que le rôle identitaire du moyen arabe est moins marqué chez les musulmans que dans les autres confessions. B. Hary fait partie des auteurs qui défendent depuis longtemps le rôle identitaire du judéo-arabe ainsi que sa relative uniformité à travers le monde arabe. Il le désigne comme un « religiolecte » et s’intéresse ici plus particulièrement aux phénomènes de contact, emprunts et mélanges avec l’hébreu, l’araméen, dans le genre littéraire du šarḥ, qui regroupe depuis le xve siècle des traductions de textes sacrés hébreux ou araméens en judéo-arabe. Ces traductions étant elles-mêmes plus ou moins littérales ou interprétatives, B. Hary souligne les nombreuses interférences avec la syntaxe de l’hébreu. R. Hasson Kenat adopte une approche relativement différente puisqu’elle présente un conte d’origine musulmane, l’histoire de Zayd et Kahla qui a été transposé en caractères hébreux en judéo-arabe ainsi qu’en caractères arabes. Sept versions sont ainsi disponibles : deux manuscrits en judéo-arabe et cinq manuscrits en caractères arabes. L’analyse comparée des versions judéo-arabes et arabes montre de nombreuses similarités et indique qu’il s’agit de textes qui étaient récités en public devant des foules relativement nombreuses. A. Schippers étudie la poésie judéo-arabe du Moshe Dar’i, un poète karaite d’origine andalouse né à Alexandrie au xiiie siècle et qui a produit des textes et poésies en hébreu et en moyen arabe. Il fournit des extraits de différents poèmes en moyen arabe et estime que c’est volontairement que l’auteur ne respecte pas totalement les règles de la poésie arabe classique. K. de Vreugd présente une analyse littéraire d’un commentaire du livre de Zaccaria rédigé par un exégète karaïte, Yefet ben ‘Eli de Basra (date de naissance non précisée).

6À partir de l’étude de manuscrits chrétiens du monastère de Deir Mar Musa en Syrie, J. den Heijer propose une première liste de traits communs ou de phénomènes qui semblent récurrents dans l’ensemble des données de moyen arabe recueillies du Maroc au Yémen. Au niveau orthographique ces traits communs concernent la variation ou l’alternance dans le traitement du hamza, des interdentales, de l’absence ou présence de point sur le ta marbuta, etc. Ces traits communs indiquent qu’il y a bien une norme sous-jacente, même si celle-ci est multiforme et complexe. Toujours prudent, l’auteur appelle donc à une réflexion collective sur ces questions. L’article de J. Lentin lui fait écho puisqu’il analyse la notation du vocalisme bref à travers de nombreux manuscrits, en montrant les différents types de choix possibles (matres lectionis, i.e. emploi de voyelles longues, notation de l’absence de voyelles, ségolisation, etc.) et en insitant lui aussi sur la présence d’une norme multiforme. Il montre que les manuscrits en moyen arabe reproduisent des conventions orthographiques anciennes, voir archaïques qui ont disparu dans l’arabe classique, ce qui lui confère un intérêt historique évident. Il souligne que les auteurs n’essaient pas de masquer qu’ils écrivent en moyen arabe et il plaide pour une édition la plus scrupuleuse possible des manuscrits en y respectant l’orthographe originale qui peut apporter beaucoup d’informations historiques. G. Mejdell poursuit également la recherche de régularités et de tendances dans cet « arabe mélangé » en comparant des données contemporaines sur le mixed style égyptien et les travaux de J. Lentin sur des textes syriens ottomans. La comparaison entre ces deux types de données écrites et orales n’est pas évidente, du fait que des variables observables à l’oral seront neutralisées à l’écrit. Parmi les points intéressants qui résultent de cette comparaison, il apparaît que la variété des formes alternatives est plus abondante dans les sources écrites historiques que dans le corpus oral contemporain. Les sources historiques contiennent beaucoup plus de formes innovantes qui sont pour J. Lentin les traits qui caractérisent le moyen arabe comme une variété spécifique. Parmi les régularités que G. Mejdell a observées dans ses propres travaux sur le style mixe oral, certaines se retrouvent dans les sources écrites, avec en particulier un certain ordre hiérarchique dans l’emploi de termes plus ou moins standards (les démonstratifs sont plus souvent standards alors que les pronoms suffixes sont plus dialectaux). G. Mejdell souhaite, avec raison, voir appliquer les principes d’une approche en termes de code-switching à tous les types de données et estime que les nouveaux développements de l’écrit moderne dans les médias électroniques offrent un domaine élargi de recherche. On ne pourra qu’être d’accord avec elle lorsqu’elle estime que l’arabe mixte est appelé à jouer un rôle de plus en plus important dans les années à venir. P. La Spisa livre un article important sur l’ecdotique, i.e. la science de l’édition critique des manuscrits, en se référant aux méthodologies développées en la matière en Europe entre le xixe et le xxe siècle. Celles-ci sont connues sous le nom de lachmannisme et néolachmannisme. Il rappelle que deux types de critique doivent être envisagés : la critique des variantes textuelles et celle de la forme linguistique du texte édité. La critique des variantes textuelles concerne le classement, la sélection des différentes variantes d’un même texte et éventuellement la reconstruction d’un texte initial qui a été perdu, en tenant compte du cadre historique et culturel qui est à la base du texte. Si l’ecdotique s’est imposée en Europe, elle reste peu développée dans le domaine de l’édition des textes et manuscrits arabes médiévaux. La Spisa relève l’existence de deux écoles opposées, l’une qui opte pour une édition fidèle de l’original sans rien y toucher, comme elle a été pratiquée par René Draguet pour les textes syriaques, l’autre défendue par Samir Khalil qui opte pour une intervention permettant de rendre le texte lisible pour un lecteur moderne, en piochant parfois dans différentes variantes de façon relativement arbitraire. À partir de son propre travail sur les traités théologiques de S. Ibn Hassan al-Ghazzi, il propose la mise en application des méthodes de la philologie romane pour les manuscrits arabes médiévaux. Il insiste comme la plupart de ses collègues sur le fait que de nombreux auteurs arabes n’ont pas systématiquement cherché à écrire en arabe classique, mais bien en moyen arabe, et que ce sont des copistes plus tardifs qui ont eu tendance à re-classiciser les textes, en commettant parfois des erreurs d’interprétation. Pour les lecteurs non spécialistes de ce domaine, comme moi-même, ce texte important et très didactique aide à mieux comprendre les enjeux des articles plus spécialistes ou érudits.

7Loin de la période médiévale, O. Zwartjes et M. Woidich nous donnent une analyse très intéressante de la grammaire de l’arabe de Damas publiée par le franciscain espagnol Lucas Caballero en 1709. Comme le soulignent les auteurs, cet ouvrage est important tant pour l’histoire de la linguistique (il éclaire l’approche des linguistes missionnaires pour décrire les langues vernaculaires dans les sociétés diglossiques) que pour la linguistique historique (il permet de comparer cette description du xviiie avec des manuscrits ultérieurs et la situation contemporaine). Les auteurs contextualisent historiquement cette entreprise en rappelant les démarches entreprises par les linguistes missionnaires tout autour du monde. Le manuscrit contient une description dialectale mais également de nombreuses traces de registre littéraire et de formes hybrides. Pour les formes non attestées actuellement dans le parler de Damas, les auteurs se demandent si la transcription utilisée reflète une influence de l’arabe littéraire ou d’une autre variété dialectale, ou un stade pré-moderne de l’arabe de Damas.

8On l’aura constaté, ce volume regroupe des communications assez différentes sur le plan des ambitions et du renouvellement du domaine. Ce qui me parait le plus intéressant est l’idée que sources anciennes et modernes, orales ou écrites, peuvent être analysées avec les méthodes contemporaines issues de la linguistique de contact, ce qui leur redonne à toutes une formidable modernité et participe à une approche historique critique de la langue arabe.

Haut de page

Bibliographie

Lentin Jerôme et Grand’Henri Jacques, 2008, Moyen arabe et variétés mixtes de l'arabe à travers l’histoire, Louvain-La-Neuve, Institut Orientaliste de Louvain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Zack Liesbeth & Schippers Arie, Middle Arabic and Mixed Arabic. Diachrony and Synchrony, Leiden-Boston, Brill, 2012, 349 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/7959

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

IREMAM Aix en Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page