Navigation – Plan du site
Lectures

Bontemps Véronique et Signoles Aude, Vivre sous occupation. Quotidiens palestiniens, Paris, éd. Gingko, 2012, 125 p.

Arnaud Garcette

Texte intégral

1À partir de récits et de témoignages, ce livre évoque l’impact des dispositifs d’occupation israéliens sur la vie quotidienne des Palestiniens dans les Territoires occupés.

2L’ouvrage s’organise davantage autour d’une suite de réflexions que de parties à proprement parler. L’introduction du livre porte sur les contradictions et les ambiguïtés des Accords d’Oslo. Signés en 1993, ces négociations devaient ouvrir la voie à la création d’un État palestinien qui s’avère pourtant, vingt ans après, toujours hypothétique. S’ensuivent deux chapitres, l’un sur les « mobilités contrariées » (p 21) en territoires fragmentés, l’autre sur l’économie exsangue de la Palestine. Chacun est ponctué d’entretiens menés entre 1999 et 2011 avec différentes personnes judicieusement sélectionnées pour la diversité de situations et de point de vues que leur récits illustrent : ingénieur au département des permis de construire de Bethléem, chauffeur de camion, responsable d’une société de taxi, conseiller municipal ou encore directeur des programmes d’une ONG. Des chroniques viennent s’y ajouter, sous la forme d’extraits d’un journal de bord rédigé par Véronique Bontemps durant son terrain, au plein cœur de la seconde Intifada. L’ouvrage se termine par une réflexion sur les conditions dans lesquelles s’effectue tout travail de recherche sur ce type de « terrain miné ».

3Les entretiens avec les Palestiniens sont introduits et longuement commentés par les auteures au fil du texte, de manière à présenter l’origine, le contexte, et la portée qu’elles confèrent à ces rencontres. On ne peut que se réjouir de ce choix qui donne au lecteur l’impression de suivre les auteures à la rencontre de leurs enquêtés. L’ensemble est accompagné de photos, de cartes et d’un lexique des termes clés, venant étayer ou compléter leurs propos. Cette approche très pédagogique facilite et enrichit la compréhension grâce à des explications intelligemment vulgarisées, contribuant à faire de ce petit ouvrage (une grosse centaine de pages) une bonne entrée en matière pour les non-spécialistes de la question palestinienne.

4Les auteures ont entrepris dans ce livre une double démarche. La première vise à rendre la parole aux Palestiniens, sans réduire celle-ci aux discours de ses élites, des institutions, voire des observateurs étrangers. Pour changer d’angle de vue, les auteures privilégient une approche « par le bas » qui rend compte des doutes de la population, de ses contrariétés et de ses aspirations, tiraillée entre un passé qui lui est nié, un présent confiné et un avenir qui s’enlise. Ce livre nous offre une plongée dans le quotidien palestinien, dans cette « routine de crise » (p. 25) qui reste trop souvent dans l’angle mort des chercheurs : cette immersion tranche en effet avec une des tendances du « marché de la recherche » qui consiste à occulter les réajustements de la vie de tous les jours au profit de l’actualité événementielle (Conte et Botiveau, 2005). Les auteures, quant à elles, s’intéressent justement à ces insignifiances du quotidien - ou considérées comme telles -, jusqu’aux plus dérisoires en apparence. Cette échelle d’observation fait alors apparaître en filigrane toutes ces techniques qui « font résistance » (p. 73), ou qui du moins permettent de s’adapter : la patience, la ruse, les contournements, le recours aux wasta (pistons) ou à l’intermédiation… mais rarement le renoncement. Ces entretiens, effectués pour certains il y a plus de 15 ans, n’ont pourtant rien perdu de leur actualité. Ils viennent rappeler l’enlisement du conflit, et suggèrent ainsi la permanence d’une situation qui était annoncée comme temporaire.

5La seconde démarche consiste à ajouter aux témoignages de Palestiniens celui des chercheuses elles-mêmes. Celles-ci donnent ici une lecture ou relecture critique de leur terrain de recherche respectif, démarche dont on ne peut que regretter la rareté dans les milieux académiques français travaillant sur la Palestine. À la différence de la distance généralement préconisée entre le chercheur et son objet de recherche, la démarche privilégie ici un ton personnel plus engagé. En cela, ce livre s’inscrit dans le prolongement des réflexions développées par Christine Pirinoli (2004), Vincent Romani (2007) ou encore Cédric Parizot (2011), qui ont si bien questionné les conditions pratiques, académiques et relationnelles dans lesquelles ils ont produit leurs recherches au sein des Territoires palestiniens occupés.

6Si l’ouvrage fait preuve de rigueur académique, la forme et le ton employés témoignent quant à eux d’une plus grande liberté (compassion, opinion personnelle…). C’est d’ailleurs pour sortir du carcan universitaire et de son formalisme parfois réducteur que les auteures ont entrepris, non sans raison, l’écriture de ce livre. Véronique Bontemps introduit ainsi ses « chroniques de Naplouse » :

« dans ce contexte d’occupation, j’ai éprouvé une grande frustration face aux obligations de l’écriture académique qui m’imposait de m’en tenir "à mon sujet" et de n’évoquer la dureté de l’occupation que lorsque "cela était nécessaire". Dans ma thèse, je m’interdisais les touches trop personnelles car je craignais que mon texte ne soit emprunt de pathos, ou encore que l’on me soupçonne de chercher à mettre inutilement en scène mes émotions. Celles-ci n’auraient d’ailleurs pas été à leur place. C’est pourquoi les quelques textes que j’ai alors écrits m’ont permis de respirer, à travers une forme d’écriture qui m’autorisait à transmettre autre chose que la seule connaissance scientifique » (p. 101-102).

7Concis et précis, ce livre offrira donc un regard éclairant à tous ceux qui souhaitent comprendre davantage les paradoxes de la situation palestinienne, et à tous ceux qui s’interrogent sur les difficultés à en étudier les tenants et les aboutissants.

Haut de page

Bibliographie

Botiveau B. et Conte E., 2005, « Après Gaza ? Introduction », Études rurales 1-2, n° 173-174, p. 11-38.

Parizot C., 2012, « Moving Fieldwork : Ethnographic Experiences in the Israeli-Palestinian space », in Haim Hazan et Esther Hertzog (eds.), The Anthropologist as Nomad. Serendipity in Ethnographic Work, Surrey, Ashgate, p. 123-137.

Pirinoli C., 2004, « L’anthropologie palestinienne entre science et politique : l’impossible neutralité du chercheur », Anthropologie et Sociétés, vol. 28, n° 3, p. 165-185.

Romani V., 2007/1, « Enquêter dans les Territoires palestiniens. Comprendre un quotidien au-delà de la violence immédiate », Revue française de science politique, vol. 57, p. 27-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Garcette, « Bontemps Véronique et Signoles Aude, Vivre sous occupation. Quotidiens palestiniens, Paris, éd. Gingko, 2012, 125 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 08 avril 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7960

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page