Navigation – Plan du site
Première partie – Guerre et terre en Afghanistan

Remerciements

Fariba Adelkhah

Texte intégral

1L’idée de ce numéro spécial « Guerre et terre en Afghanistan » est né d’une constatation banale, que relayait la presse : les conflits fonciers n’ont cessé de se généraliser depuis le renversement de Zaher shah, le coup d'État des communistes, en 1978, et l'occupation russe de 1979 à 1989. Une question revenait constamment, très « agrairement correcte » : n'était-ce pas l'échec de la réforme agraire, et le vide politique crée par la destruction des autorités traditionnelles, qui avaient fait chavirer le pays dans une crise dont il n'est toujours pas sorti, trente ans plus tard?

2La réponse s’est vite imposée d’elle-même : certes pas ! En 1978-1979, les sardar, les grands propriétaires terriens - les « féodaux », pour reprendre le terme en usage dans la littérature afghane, notamment dans les colonnes de la revue Ariana, à la fin des années 1970 - ne voulaient plus de la terre, ils voulaient même s'en débarrasser, et les bénéficiaires des distributions n'en voulaient pas plus si leur sardar ne donnait pas son accord. Quant aux gens sans terre, ils n'avaient pas les moyens de cultiver celles qu'on leur donnait. L'explication de la guerre par l'échec de la réforme agraire ne permettait pas non plus de comprendre la férocité de la bataille de Kaboul entre les qumandan, après le départ des Soviétiques. Et la dénonciation des talibas n'était pas d'une plus grande utilité lorsqu’il s’agissait de savoir pourquoi les régions dont ils sont absents connaissent elles aussi la violence au sein des familles ou entre ces dernières.

3De ces perplexités est né le projet de notre recherche collective « Guerre et terre en Afghanistan », qui a reçu la double adhésion de la REMMM, en vue de la publication d'un numéro spécial, et du Bureau scientifique permanent de Sciences Po, qui a accepté de financer la recherche. Au fur et à mesure que cette dernière progressait, il est apparu utile, à la REMMM et à moi-même, d’organiser un colloque international qui nous permettrait de débattre des versions préliminaires des articles et de les enrichir. Outre le soutien de Sciences Po pour le tenir au Centre d’études et de recherches internationales, les 29 et 30 novembre 2012, nous avons reçu le concours financier et organisationnel du Fonds d'analyse des sociétés politiques (FASOPO) et de la Direction de la recherche de l'Agence française de développement ; de la Direction de la Prospective du ministère des Affaires étrangères ; des services culturels et de la chancellerie de l’Ambassade de France en Afghanistan, qui ont appuyé une réunion préparatoire à Kaboul le 23 mai 2012. Sans le concours de ces institutions, nous n'aurions pas pu tenir ce colloque. Je les en remercie donc chaleureusement, au nom de tous les contributeurs de ce numéro. Mais je voudrais également exprimer ma gratitude aux équipes administratives du CERI et du FASOPO, qui ont pris en charge l’organisation matérielle du colloque des 29 et 30 novembre ; à tous ces Afghans, universitaires, étudiants, commerçants, paysans et autres, qui m'ont accueillie depuis quatre ans lors de mes missions de terrain ; aux institutions afghanes qui m'ont soutenue tout au long de mes recherches et qui ont collaboré à la journée d’étude du 23 mai, à Kaboul, à savoir les universités privées Kateb, Ibn-e sina et Mashal et, bien sûr, notre partenaire privilégiée l'université de Gawharshad . Je souhaiterais remercier plus précisément le Dr Bakhtiyari, directeur de Kateb, le Dr Gharji, directeur de Gawharshad et Ahmad Shah Ahmadzai, le président de l'Institut Mashal, qui m'ont laissé ouverte la bibliothèque de leurs institutions respectives. Hozeh Elimieh Kaboul, Haj javad Salehi, le fils de l'ayatollah Salehi (l'une des trois autorités religieuses du pays) n'a pas compté le temps qu'il a passé avec moi pour m'introduire auprès des gens susceptibles de m'aider. Yama Torabi, le directeur de Iwa (Integrity Watch Afghanistan) m'a également apporté une aide précieuse. Des autorités politiques, telles que le Dr Sima Samar (le président de la Commission des droits de l'homme), l'ingénieur Yousaf Pachtoune, conseiller auprès du président de la République aux affaires de l'eau, de l'électricité, de l'énergie et du logement, et l'ingénieur Ahmad Shah Ahmadzai (qui fut Premier ministre de Rabbani), le président du Parti national de l'autorité islamique (iqtidar-i islami) ont tenu à faciliter mes travaux, et je leur en suis grandement redevable.

4J'aurai également une pensée particulière pour l'ingénieur Saheb yasin Safar, le fondateur de l'administration du Cadastre, qui m'a épaulée dès les premiers pas de ma recherche, pour Guilda Chahverdi, le directeur de l'IFA, à Kaboul, et pour l'ambassadeur de France Bernard Bajolet, ainsi que pour ses conseillers. En outre, le projet franco-afghan de coopération RSS (Renforcement des systèmes de sécurité), lancé en 2010 pour une période de trois ans, a financé la réunion préparatoire du 23 mai, à Kaboul, et la traduction en dari de ce même numéro 133 de la REMMM Rowena Dickins Morrison, postdoctorante de l’Australian National University en résidence au Centre d’études européennes de Sciences Po, a commenté et mis en forme les articles en anglais de celui-ci avec une célérité et une compétence dont chacun de ses contributeurs lui est reconnaissant. Et je sais gré à Alessandro Monsutti, à Nicolas Miszak, à Danielle Rouvier et à Catherine Miller de toute l’attention qu’ils et elles ont portée à la préparation de ce numéro.

5Last but not the least, mon ami Subhanall et mon assistant Kazem Vahedi, étudiant en sciences politiques de l'université de Gawharshad, m'ont ouvert les portes de leur pays, et notamment de certaines de ses provinces, avec une grande générosité.

6A tous, du fond du coeur, un grand merci, der der manana et yak jahan sapas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fariba Adelkhah, « Remerciements », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 14 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7975

Haut de page

Auteur

Fariba Adelkhah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page