Navigation – Plan du site
II. Luttes foncières

La terre du pouvoir, le pouvoir de la terre

Conflits fonciers et jeux politiques en Afghanistan
Landscapes of Power at the Rural-Urban Fringe of Kabul
Nick Miszak et Alessandro Monsutti
p. 151-168

Résumés

Cet article vise à montrer comment la légalité ne s’oppose pas de façon systématique au recours à la violence mais constitue deux manières de gagner et de maintenir l'accès à des ressources qui s’entremêlent et se renforcent mutuellement. À travers l’analyse d’un conflit foncier à la périphérie rurale de la capitale afghane, Kaboul, et l’observation des processus d’appropriation et de redistribution de terres au niveau local, nous mettrons en lumière une géographie du pouvoir qui se déploie à une échelle plus large. Suite à d'importants changements dans les conditions matérielles qui ont conduit à l'expansion de la ville et à la transformation de la frange rurale-urbaine, le pouvoir territorialisé apparaît comme une condition préalable pour contrôler la circulation des personnes, des biens et de l'argent, de l'information et des idées. Ceci nous permet d’ajouter les landscapes et la circulation des terres aux cinq catégories célèbres qui sont distinguées par Appadurai (1999) comme un moyen d'organiser l'étude de la culture du monde et de l'économie.

Haut de page

Texte intégral

1La transformation du monde que l’on appelle de nos jours globalisation fait apparaître une série de tensions entre États et acteurs non étatiques, entre réseaux transnationaux et identités locales, entre déterritorialisation et reterritorialisation, avec des causes et des conséquences à la fois globales et locales. Sommes-nous, comme on le dit souvent, confrontés à la crise ultime de l’État-nation, miné par la montée en puissance d’acteurs aussi divers que les ONG, les réseaux d’intérêts, le marché, les seigneurs de guerre ou le crime organisé ? Critiquant les images stéréotypées de « kleptocratie, néopatrimonialisme, clientèlisme, corruption » attachées aux États postcoloniaux et la thèse de la « criminalisation de la politique » dans ce que l’on appelle désormais « le Sud global », Jean et John Comaroff (2006 : 6-7) considèrent que loin de réduire le niveau de la violence, la libéralisation et la démocratie tendent à l’exacerber. Ils insistent sur la coexistence entre, d’une part, le désordre endémique et la violence brutale et, d’autre part, la référence aux principes du droit.

  • 1 Les ethnoscapes, produits par les mouvements de populations (les réfugiés et les migrants, bien sûr (...)

2Cet article part de cette intuition pour dépasser l’idée que la légalité s’opposerait de façon systématique au recours à la violence. À travers l’analyse d’un conflit foncier à la périphérie rurale de la capitale afghane, Kaboul, qui a trouvé son dénouement en août 2010, nous proposons de montrer comment ces deux aspects de la réalité s’entremêlent et se renforcent mutuellement. Le territoire, l’autorité et le droit sont les éléments clés de toute société, mais leurs relations sont en constante transformation (Sassen, 2006). L’observation de processus d’appropriation et de redistribution de terres au niveau local nous permet de mettre en lumière une géographie du pouvoir qui se déploie à une échelle plus large. Aux cinq catégories bien connues proposées par Appadurai (1999)1 pour étudier la culture et l’économie mondiales, on peut ajouter – sans jeu de mots – les landscapes, la circulation de la terre. En Afghanistan comme ailleurs, la territorialisation du pouvoir apparaît bien comme une condition sine qua non du contrôle des populations, des biens et des capitaux, de l’information et des idées.

Kaboul, une croissance urbaine spectaculaire

  • 2 Interview accordée aux auteurs par le maire de Kaboul, M. Yunus Nawandish, en mars 2012, qui se réf (...)
  • 3 Interview d’un représentant du HCR à Kaboul, en février 2012. Ces chiffres ont été confirmés par le (...)

3Depuis la chute du régime des talibans, fin 2001, la capitale de l’Afghanistan a vu sa population croître de manière spectaculaire, passant de moins d’un million à quatre voire cinq millions d’habitants en une dizaine d’années2. Cette croissance s’explique par le retour volontaire ou forcé de réfugiés en provenance du Pakistan et d’Iran, ainsi que par l’insécurité qui continue à régner dans les campagnes afghanes. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estime qu’environ 70% des habitations à Kaboul sont précaires et n’apparaissent donc pas dans le plan directeur de la municipalité. Le HCR considère en outre qu’entre 60% et 80% des habitants qui vivent dans ces logements informels sont des rapatriés (returnees)3. Bien que de nombreux Afghans vivent dans un état de grande pauvreté, beaucoup d’argent circule en Afghanistan, en raison notamment de la présence de nombreuses organisations d’aide humanitaire et d’aide au développement, du stationnement des forces armées de la coalition internationale, et, last but not least, du trafic de drogue. À Kaboul comme dans le reste du pays, les conditions matérielles se sont profondément transformées. L’énorme augmentation des capitaux en circulation, l’explosion démographique alors que la capacité d’absorption est limitée, et le manque de possibilité d’investir dans l’économie afghane ont entraîné une hausse vertigineuse des prix du foncier.

  • 4 http://www.sigar.mil/pdf/quarterlyreports/2011-10-30low.pdf, consulté le 5 avril 2012.
  • 5 http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2011/02/gha-Afghanistan-2011-major-r (...)

4Le foncier est donc devenu un secteur prioritaire d’investissement et de spéculation ; il s’en est suivi une profonde modification de l’usage de la terre dans les régions périphériques de Kaboul et, en conséquence, de nombreux conflits pour son contrôle. Selon une expression afghane, zar, zan, zamin – l’argent, les femmes et la terre – sont les trois sources traditionnelles du pouvoir. En les contrôlant, on peut instaurer des relations de patronage et des alliances politiques. Elles ont par ailleurs des fonctions politiques et sociales ; elles déterminent l’honneur et la réputation ; elles donnent les moyens de se montrer hospitaliers envers ses partisans politiques ou les personnes en quête d’un conseil ; elles assurent l’autorité et les ressources nécessaires pour régler les conflits ou procurer des emplois. C’est en influençant l’issue des conflits fonciers, la distribution de logements et l’usage de la terre, ou en aidant à faire reconnaître ou au contraire à ne pas faire respecter la propriété, l’accès à la terre ou au logement, que certains entrepreneurs politiques peuvent mener à bien leur stratégie pour consolider et étendre leur influence à Kaboul et ailleurs. La disponibilité des capitaux a également augmenté. Selon le rapport trimestriel présenté en octobre 2011 par l’Inspecteur général pour la Reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR), les États-Unis ont dépensé depuis 2002 72,95 milliards de dollars pour l’aide à la reconstruction de l’Afghanistan4. Cela ne constitue approximativement que le quart du montant total déboursé par les Américains pour l’aide internationale, la sécurité et les opérations militaires, soit 286,4 milliards de dollars. Même en tenant compte du fait que 70% de cette somme ne parviennent pas en Afghanistan mais sont consacrés aux dépenses administratives des diverses organisations internationales et non gouvernementales, l’argent dépensé dans le pays sous une forme ou une autre reste considérable5.

  • 6 1 jerib = 0,2 ha, soit 2 000 m2. Pour la ville, on utilise plutôt comme unité de mesure le biswa, 2 (...)

5Ces capitaux sont pour une large part gérés par les organisations internationales et non gouvernementales. Les effets de la présence de ces dernières sur les prix de l’immobilier sont énormes ; en effet, elles font monter les prix par leur forte demande en matière de bureaux et de logements. À Qala-e Fatullah, un quartier du centre de Kaboul où sont installées de nombreuses organisations étrangères, le prix du jerib variait entre 60 et 80 dollars sous le régime des talibans. Il a atteint 1,2 million de dollars en février 2012, ce qui représente une augmentation de 1900%. À Wazir Akbar Khan, un autre secteur de la ville qui abrite beaucoup de bureaux, le prix du jerib a atteint au début de 2011 le niveau record de 1,8 million de dollars, pour retomber au début de 2012 à 1,2 million, en raison d’une baisse de la demande des organisations et entreprises américaines6. Dans ces deux quartiers, mais aussi ailleurs en ville et province de Kaboul, on a assisté pendant plusieurs années (2009-2011) à la recherche d’investissements lucratifs dans le secteur de la construction en forte expansion : transformation de bâtiments anciens en logements pour les étrangers, qu’il s’agisse des membres d’organisations internationales ou non gouvernementales, et pour les Afghans fortunés ; construction d’immeubles d’habitation ; planification de nouveaux quartiers.

6L’augmentation continue de la population urbaine en raison de l’insécurité qui persiste dans les campagnes afghanes et du retour des réfugiés des pays voisins, ainsi que la rareté dans le centre de Kaboul des logements abordables a entraîné une expansion spectaculaire de la ville. Cette tendance a mené, en conséquence, à de nombreux conflits pour le contrôle des aires périurbaines.

7Nous nous proposons dans cet article d’analyser le conflit occasionné par l’installation de nouveaux arrivants dans un secteur du Nord-Ouest du district de Khak-e Jabbar, dans la province de Kaboul. Ce territoire, essentiellement aride, jusque-là utilisé pour des cultures pluviales à faible rendement ou comme pâturages extensifs, s’est retrouvé valoir de l’or. La pression de la demande de logements et de locaux commerciaux dans la périphérie de la capitale et l’émergence concomitante d’un marché foncier ont conduit à des conflits autour du contrôle de la terre. En examinant les conflits qui opposent les propriétaires traditionnels, les nouveaux entrepreneurs politiques et les populations « sans terre », qui s’efforcent tous de conserver ou prendre le contrôle de ce secteur en devenir des environs de la capitale, nous analyserons la manière dont la question de la terre fait apparaître une « topographie du pouvoir » (Ferguson, 2004). Celle-ci affecte aujourd’hui la vie des Afghans à divers niveaux : à l’intérieur des villages, dans les relations entre les villages et sur la scène politique nationale. À travers les problèmes fonciers, ce sont divers aspects du redécoupage des propriétés, d’une réorganisation des relations sociales et politiques et d’une redistribution des ressources qui se dessinent. Les relations sociales sont marquées par la conflictualité, qu’elle soit liée aux alliances tribales, ethniques et territoriales, ou à d’anciennes affiliations factionnelles. Le recours à la violence n’est jamais très lointain. Il coexiste néanmoins avec un autre aspect, qui ne cesse de venir en contrepoint : le langage de la légalité, qui se réfère au droit de propriété et d’usage, aux sentiments d’appartenance ancienne, mais aussi à l’idée qu’il est juste d’apporter protection aux personnes vulnérables.

L’extension de la périphérie urbaine : la route de Lataband

  • 7 Voir http://afghanistanelectiondata.org/election/2009/filter/600-95-AND/district/111?views-mode=def (...)
  • 8 Voir Kakar, 1979 : 224-225. La route perdit un peu de son importance lorsque l’émir en fit construi (...)

8Khak-e Jabbar est un district à habitat dispersé, situé au Sud-Est de la province de Kaboul, et dont on évalue la population à 16 600 habitants7. La partie Nord du district est traversée par la route de Lataband, qui mène au Col de Lataband situé dans les Monts Karchaka à environ 40 km de Kaboul. Son importance historique est avérée. Au xixe siècle, ce fut une voie militaire et commerciale majeure, protégée par une série de postes militaires (thahans), entre autres à Butkhak et à proximité de Chinarai (Kakar, 1979)8. Depuis le règne de l’émir Dost Mohammad (1826-1863) (Noelle, 1997) et surtout pendant la consolidation de l’État central sous l’émir Abdur Rahman (1880-1901), les dirigeants de Kaboul ont consacré beaucoup d’énergie au développement et à la sécurisation du réseau routier liant la capitale aux principales villes du pays, pour des raisons militaires mais aussi commerciales, étant donné que le trafic avec l’Inde aboutissait à Kaboul en passant par Peshawar et Jalalabad (Kakar, 1979 ; Hanifi, 2011). En outre, le réseau de câbles électriques qui alimentait Kaboul en provenance du Barrage de Sorubi longeait la route de Lataband. Bien que cette région fût peu peuplée, elle présentait depuis longtemps pour le gouvernement afghan l’intérêt d’assurer le transport routier et la fourniture d’électricité pour la capitale.

Agrandir

Figure 1 : Nomades voyageant le long de la route de Lataband © Miszak

9La région de Khak-e Jabbar, concernée par l’expansion urbaine de Kaboul et devenue l’objet d’un conflit entre différentes parties, est limitée à l’ouest par le poste des Douanes qui marque la limite entre les districts de Khak-e Jabbar et de Bagrami situé à 2 km au sud de la prison de Pul-e Charki et à environ 18 km à l’est du centre ville de Kaboul (plus précisément de la mosquée Abdul Rahman). La limite orientale est marquée par le pont de Gazak Pul, près du village de Chinarai, et passe à environ 8 km du poste des Douanes.

  • 9 Décret 62 en date du 21 juillet 2008 concernant la promulgation de la loi sur la gestion des problè (...)

10Il s’agit de plusieurs milliers de jerib d’une terre aride et largement inoccupée. Il n’est pas facile de faire la distinction entre les pâturages, les terres vierges (mawat), qui n’ont jamais été cultivées, et les terres stériles, impropres à tout usage pastoral ou agricole. Ces qualifications ne sont d’ailleurs pas nécessairement exclusives l’une de l’autre9. Certaines zones qui sont classées comme « terres stériles » (environ 37% de la surface totale de l’Afghanistan) peuvent être utilisées comme pâturages pendant une courte période en été. Ce qu’on appelle pâturage semble désigner n’importe quel terrain où poussent certains herbages pouvant servir de fourrage aux animaux (Wily, 2004 : 44). Il est toutefois crucial de souligner que la manière dont la terre est catégorisée implique des droits et obligations différents. En 2004, avant les premières élections présidentielles, une partie de la terre concernée a été déclarée malchar (pâturage) par décret. En conséquence, la construction de maisons violait la législation. Cela signifie également que l’installation éventuelle de nouveaux arrivants sur ces terres ne provoquait pas l’expulsion d’anciens habitants ni la destruction de leurs propriétés.

Agrandir

Figure 2 : Maisons nouvellement construites à la limite du district de Khak-e Jabbar ©Miszak

  • 10 L’Initiative pour une nouvelle Route de la soie (NSRI) qui cherche à stimuler la coopération économ (...)
  • 11 Voir http://www.unicef.org/infobycountry/afghanistan_statistics.html.

11La construction d’habitations le long de la route de Lataband ne s’explique pas par une mise en valeur agricole, puisque l’accès à l’eau reste difficile. Rendre ces terres productives nécessiterait le creusement de puits profonds et donc des investissements coûteux. La convoitise que suscitent ces terres s’appuie en fait sur plusieurs enquêtes gouvernementales récentes qui ont examiné l’option d’y faire passer une voie rapide réservée aux camions, qui sont aujourd’hui source de nombreux embouteillages entre Sorubi et Kaboul. La réfection de la route de Lataband créerait des possibilités économiques inédites. Nombreux sont ceux qui prévoient un développement prochain de la zone lié à toute une série d’activité nouvelless, telles que la construction et l’exploitation de stations d’essence et d’ateliers de réparation de voitures, ou l’ouverture d’hôtels et de restaurants10. En conséquence, le prix du terrain a explosé : un jerib qui n’avait précédemment aucune valeur, vu l’absence totale de demande, peut dès lors atteindre 5 000 à 8 000 dollars, voire 13 000 à 15 000 dollars pour certaines parcelles qui jouxtent directement la route. Si l’on considère qu’en 2010, le revenu national brut est de 970 dollars par habitant en Afghanistan11, on comprend que posséder ces terres représente soudain une richesse considérable. Comme nous le verrons, cela a motivé plusieurs acteurs sociaux à chercher à prendre le contrôle de ces terres dans l’espoir des bénéfices qu’elles assureront dans le futur.

La terre et la constitution de groupes politiques

  • 12 Pour une discussion complète du terme kuchi, de l’évolution de son usage et de ses ambiguïtés, voir (...)

12À partir de 2004, des Pashtouns issus de groupes nomades (que l’on appelle Kuchis12), qui ne résidaient pas de façon stable dans le district, ont lentement mais sûrement commencé à s’établir le long de la route de Lataband. Après les élections présidentielles de 2009, les constructions se sont multipliées. Les Kuchis ont exprimé des revendications sur les terres allant jusqu’à Gazak Pul, près du village de Chinarai (voir carte n°1), en arguant qu’au cours de leurs migrations, ils établissaient traditionnellement leurs campements autour du tombeau de Mullah Mohammad Baba.

Agrandir

Carte réalisée par N. Miczak

Map 1. Area of settlement along the Lataband Road

13En réponse à ces prétentions, les habitants d’appartenances ethniques diverses des villages limitrophes se sont mobilisés. Le conflit s’est intensifié en été 2010 pour essentiellement deux raisons. En premier lieu, la brusque flambée des prix d’une terre jusque-là inutilisée a transformé les enjeux ; la terre est soudain devenue une richesse essentielle et les populations locales étaient bien décidées à ne pas être privées de cette nouvelle ressource. La capacité à mobiliser et redistribuer représente une source du pouvoir politique (Fazel, 1979), les dirigeants des communautés locales ont dès lors dû s’engager dans le conflit pour éviter de se faire évincer au bénéfice de rivaux issus de leur propre groupe ou à celui des entrepreneurs politiques qui avaient pris la tête des Kuchis.

14En second lieu, comme nous le verrons plus loin, les populations locales considéraient que c’étaient à elles et non à des nouveaux venus qu’appartenait le droit de développer ces terres et d’en tirer bénéfice. Néanmoins, elles ne formaient pas une communauté politique unie et leurs intérêts économiques partagés ne se sont pas traduits par une action commune stable et durable (Weber, 1964 : 657). Des facteurs relevant des structures du pouvoir, des liens généalogiques, de l’affiliation et de la solidarité politique sont intervenus pour empêcher la constitution de deux blocs politiques fondés sur une opposition claire entre populations locales et allogènes.

  • 13 Ces groupes tendent à être présentés par les acteurs sociaux dans l’idiome des liens généalogiques, (...)
  • 14 Terme désignant les propriétaires les plus importants ainsi que les chefs des tribus.
  • 15 Voir notamment Centlivres et Centlivre-Demont (1988 : 55) et Conrad Schetter, Ethnicity and the Pol (...)

15Les populations locales consistaient principalement en deux groupes bien distincts13. Le premier est constitué par les habitants du Nord de la région de Khak-e Jabbar/Lataband ainsi que du village de Chinarai à la limite orientale de la zone en conflit. Membres de plusieurs tribus Ghilzai parlant le pachtou, ils ont au cours des dernières décennies reconnu la position éminente occupée par les khans14 Karokhel (Ahmadzai) et les ont acceptés comme les principaux interlocuteurs du gouvernement. Pour faire simple, nous les appellerons les Pachtounes locaux. Le second groupe est formé par les habitants du village de Butkhak, situé immédiatement à l’ouest du poste des Douanes. Ils se désignent eux-mêmes comme Butkhakis et on leur attribue parfois une identité tadjik, parce qu’ils parlent le dari (Centlivres et Centlivres-Demont, 1988)15. Mentionnons néanmoins que certains Kuchis Dawlatzai (Pachtounes) vivent à Butkhak et y possèdent des terrains.

16Parmi les nouveaux venus qui se sont installés dans la région, on peut également distinguer deux groupes, bien que dans la pratique ils ont été étroitement alliés : les Tarakhel et les Musakhel, deux sections de la tribu pachtoune Ahmadzai fameuses pour s’être en grande partie vouées au nomadisme pastoral. Les leaders de ces groupes ont fait preuve d’une grande habileté et ont acquis des richesses considérables pendant la guerre de résistance contre le régime pro-soviétique (de 1978 à 1992). Ils ont été capables de convertir ces richesses en pouvoir politique. Mullah Tarakhel, une figure influente des Tarakhel, a recueilli un grand nombre de suffrages lors des élections à la Wolesi Jirga (Chambre des députés) en 2010, et a dirigé la Commission des affaires kuchi de cette assemblée. Haji Munjai, un personnage éminent parmi les Musakhel, est à la tête du conseil national des Ahmadzai et son frère, Shir Ali, est membre du Parlement.

17Pour comprendre comment cette mobilisation s’est organisée et comment le conflit a été finalement résolu, il faut se reporter aux alliances nouées du temps de la résistance des moudjahiddines contre les Soviétiques et contre le gouvernement du Parti populaire démocratique d’Afghanistan (PPDA), dans les années 1980. Malgré l’instabilité des relations politiques et des alliances durant les guerres afghanes, les Pachtounes locaux (y compris les gens de Chinarai) et les Kuchis se sont ralliés en majorité au Mahaz-e Milli-ye Islami-ye Afghanistan (Front national islamique d’Afghanistan). Ils partagent ainsi ces anciennes affiliations factionnelles, mais également des liens tribaux. En effet, les Kuchis comme les dirigeants des Pachtounes locaux appartiennent à des branches différentes de la vaste tribu ghilzai des Ahmadzai.

18En revanche, une large partie des Butkhakis a été proche de la faction Khalqi du PPDA, qui avait organisé le coup d’État en 1978, et s’était opposée aux moudjahiddines. Les Butkhakis ont profité dans les années 1980 de leurs bonnes relations avec le gouvernement pro-soviétique pour s’approprier certaines terres dans les villages avoisinants comme Gusfandara, peuplé de Pachtounes de la tribu Ghilzai des Katakhel. En outre, pendant les années de guerre, les Butkhakis ont bloqué l’accès des Kuchis à leurs voies traditionnelles de migration qui traversent les pâturages au sud du village de Butkhak.

Revendications légales et politique électorale

  • 16 L’article 2223 du Code civil afghan stipule que les populations locales sont prioritaires et que le (...)

19Malgré des relations hostiles dans les années 1980, les habitants de Butkhak et ceux du village de Chinarai se retrouvaient dans le même camp et partageaient le même langage juridique. Ils considéraient comme légitimes leurs revendications sur une terre non cultivée (kharba) en s’appuyant sur une conception du droit qui donne priorité aux populations locales par rapport aux personnes venant de l’extérieur16.

20Il faut cependant souligner que les différentes provisions de la loi sont souvent contradictoires et nécessitent d’être interprétées et contextualisées. Ainsi, selon l’article 14 de la Constitution afghane de 2004,

  • 17 La Constitution de la République islamique d’Afghanistan a été promulguée le 26 janvier 2004. Pour (...)

21« l‘État définira et soutiendra financièrement des projets de développement de l’agriculture et de l’élevage améliorant les conditions de vie des fermiers et des éleveurs, ainsi que l’installation et les conditions de vie des nomades. L’État adoptera les mesures nécessaires pour le logement et la distribution de biens publics aux citoyens qui le méritent, en accord avec la loi et selon leurs ressources financières »17.

22Cette disposition de la Constitution justifie la revendication générale des Kuchis, qu’ils aient ou non conservé un style de vie nomade. Les Kuchis ont également fondé leurs prétentions concernant les terres qui bordent la route de Lataband par le fait qu’ils y séjournaient chaque année à la fin du printemps, lors de leurs transhumances traditionnelles entre le Nangarhar et le Laghman (où ils résidaient en hiver) et les provinces du Wardak, Parwan et Logar (où se trouvaient leurs pâturages d’été). Finalement, certains interlocuteurs faisaient valoir que d’autres groupes initialement défavorisés, comme les Panjshiris (Tadjiks du Pandshir) et les Hazaras, tous deux originaires de régions montagneuses, avaient bénéficié d’appuis politiques pour s’installer massivement en ville et province de Kaboul.

23Comme le souligne Foley (2005), l’attribution de terres en échange d’un soutien politique a une longue histoire. À cet égard, l’Afghanistan, où le pouvoir politique est étroitement lié à des relations de patronage, ne fait pas exception (Biljert 2009). Sous Zahir Shah (1933-1973), les décrets attribuant des terres à différents khans ou aux notables des différents groupes locaux se sont multipliés. Ce système permettait au pouvoir central de consolider l’allégeance des leaders locaux et à ces derniers de faire reconnaître leur influence et se garantir des ressources. Il s’est transformé après l’établissement en 2001 d’un gouvernement démocratique, où il s’agit de constituer des factions politiques et s’assurer d’un large soutien au moment des élections présidentielles et parlementaires.

24Des considérations de ce type sont intervenues pour que le gouvernement central soutienne les demandes des Kuchis. En effet, les Tarakhel et Musakhel ont appuyé de façon active les campagnes de Hamid Karzai lors des premières et secondes élections présidentielles de 2004 et 2009. La publication du décret déclarant zones de pâturage une partie des terres disputées a d’ailleurs eu lieu juste avant la tenue des premières élections présidentielles. Selon le décret n° 62 mentionné précédemment, « les pâturages doivent rester inoccupés et réservées aux besoins collectifs des villageois (pâture des troupeaux, battage des foins, cimetières, etc.) ». La construction de maisons est donc en contradiction avec la loi sur l’usage des pâturages. Cela a néanmoins eu pour effet de conforter la position des Kuchis en leur assurant l’accès à la zone en question.

25Les opposants des Kuchis, ensemble peu cohérent de populations locales divisées par d’anciennes lignes de fracture, ont perçu l’intervention du gouvernement comme la preuve que leurs voix n’étaient pas écoutées et que les lois relatives au statut de la terre étaient secondaires pour faire valoir leurs revendications face à l’absence d’un état de droit et la prédominance du règne de la violence.

Le rôle de la violence

26La capacité des diverses parties de recourir à la violence est un élément essentiel pour promouvoir leurs revendications respectives sur les terres. Dans de tels conflits, il est nécessaire de pouvoir mobiliser des hommes et de disposer d’armes, mais aussi de bénéficier d’une protection politique pour pouvoir détenir des armes (voire des armes lourdes).

27Entre 2009, date de la seconde élection présidentielle, et 2010, lorsque le nombre d’habitations construites par les Kuchis augmenta, les Pachtounes locaux et les Butkhakis mirent leur conflit en sourdine et nouèrent une alliance de circonstance autour de leur opposition commune à ce qu’ils considéraient comme des revendications illégitimes sur leurs terres de la part de nouveaux venus. Toutefois, malgré leur supériorité numérique par rapport aux Kuchis, les Butkhakis se firent rapidement dépasser. Les Kuchis, beaucoup mieux organisés sur le plan politique et militaire et disposant d’armes lourdes, prirent position dans les montagnes environnantes. Les forces de sécurité nationales intervinrent à l’été 2010 pour empêcher les combats mais ne saisirent aucune arme. Les Butkhakis en déduisirent que les Kuchis disposaient de puissants appuis et admirent de facto leur défaite.

28Il est intéressant de noter que les défenseurs de Chinarai et de Butkhak ont reconnu que l’échec des Butkhakis était dû à la désunion et à la désorganisation de leurs dirigeants. Ayant perdu leur relation privilégiée avec le gouvernement central du PPDA après 1992, étant dans un rapport de force politique et militaire défavorable, les Butkhakis n’ont pas été en position de bénéficier de la distribution des terres.

29L’absence de monopole de la violence par l’État conduisit à des divisions sociales entre ceux qui étaient capables de recourir à la violence, et donc d’imposer leurs vues, et ceux qui ne l’étaient pas et peinaient dès lors à faire valoir leurs droits, vivant même parfois dans la peur pour leurs vies. Les Butkhakis se retrouvaient dans le camp des perdants, alors que d’autres groupes arrivaient à se procurer des armes. En effet, les Kuchis comptaient parmi eux des personnes bénéficiant de relations politiques et capables d’organiser une éventuelle lutte armée avec une grande impunité.

30Les Pachtounes locaux résistèrent aux Kuchis avec plus de succès. À l’été 2010, ils s’emparèrent d’un certain nombre de tracteurs possédés par les Kuchis et prirent position sur les hauteurs, dans les montagnes environnantes, démontrant qu’ils n’abandonneraient pas leurs terres sans recourir à la lutte armée. Certains Pachtounes locaux furent arrêtés par la police nationale afghane à l’instigation des Kuchis. Mais ils s’engagèrent dans des négociations sur la répartition des terres qui conduisirent finalement à un apaisement des tensions. La mobilisation armée prit fin en août 2010. Le fait que du temps du djihad, des liens existaient entre Pachtounes locaux et nomades – les deux groupes étant affiliés à la faction Mahaz-e Milli – les a aidés à éviter l’escalade et trouver un terrain d’entente.

31L’usage potentiel ou réel de la violence est lié à « la possibilité de risquer sa vie et de se faire tuer au nom de quelque chose pour lequel on est prêt à vivre (un processus politique comme acte de sacrifice). Avec ce risque, plus ou moins clairement assumé, le principe de la perte va de pair avec la volonté de dominer cette force inconnue qu’est la mort » (Mbembe, 2006 : 300). L’idée de défendre un bien dont on a hérité, pour lequel ses ancêtres ont combattu et qui assure la reproduction sociale – comme la terre – est assez forte pour obliger les acteurs politiques, dans un souci de responsabilité, à s’engager dans un conflit dont l’issue est toujours incertaine.

La redistribution

32Les Pachtounes locaux et les Kuchis, qui s’étaient confrontés en 2010 mais avaient été alliés au temps de la guerre contre les Soviétiques, finirent par trouver une solution au conflit qui les opposait dans le district de Khak-e Jabbar. Ils s’accordèrent pour se diviser les terres jouxtant la route de Lataband. Quant aux Butkhakis, ils furent exclus de ce processus, malgré le fait qu’ils partageaient les revendications et le langage juridique de leurs voisins pachtounes, avec qui ils avaient d’ailleurs coopéré pendant une courte période.

  • 18 Znoj (1995: 118-131) parle de « transaction de non-liquidation » pour désigner les échanges qui se (...)
  • 19 À la date où nous écrivons, les terres situées à proximité immédiate de la route de Lataband n’ont (...)

33Après que la délimitation de la terre eut mis fin à la confrontation armée entre Pachtounes locaux et Kuchis, en août 2010, la tâche principale des dirigeants politiques fut de redistribuer cette terre entre leurs partisans respectifs. Une série de négociations s’engagèrent, touchant les services et les biens, et impliquant l’obligation de mener d’autres transactions dans l’avenir. Suivant la description classique qu’en ont donnée des anthropologues dans la lignée de Marcel Mauss et de Karl Polanyi, ce type de transactions crée une dette qui doit être remboursée à la faveur d’une autre transaction, initiant ainsi un nouveau cycle de services et de contre-services. C’est à travers ce cycle sans fin de transactions que les relations sociales se nouent et que les corps politiques se créent et se renforcent (Znoj, 1995)18. Dans le cas des Pachtounes locaux, la mobilisation des villageois pour défendre les revendications sur la terre présentées par les khans entraînait en retour une redistribution en faveur des anciens des villages19. Dans la mesure où cette allocation de terres comporte la nécessité de futures transactions, elle conforte les relations politiques entre les khans et les villageois.

34Alors que l’autorité des dirigeants politiques s’exerce dans le partage des terres allouées, elle n’intervient pas dans l’usage qu’en feront les bénéficiaires. Parmi ces derniers, nombreux sont ceux qui n’ont pas investi de ressources directement dans leur terre, par exemple en construisant des maisons, ils ont préféré vendre ce bien nouvellement acquis ou ont acheté des voitures en mettant la terre comme garantie. Ce choix peut s’expliquer dans la mesure où l’aménagement de ces terres pour les rendre propres à l’agriculture aurait nécessité de lourds investissements pour creuser des puits profonds et assurer l’irrigation. À cet égard, la voiture représente un cas typique de double usage d’un bien, à la fois investissement et consommation. Cela reflète aussi un changement du mode de vie et un besoin croissant de mobilité pour accéder aux services et aux marchés. Consciemment ou non, cette marchandisation de la terre conduit à sortir du cycle des obligations sociales du don et du contre-don, du moins partiellement.

35Certaines personnes, parfois proches des familles prééminentes, achètent les terres vendues par des membres de leur tribu afin d’éviter l’arrivée chez eux de trop nombreux étrangers. Cet effort de conserver le contrôle se voit également dans la manière dont les khans inscrivent dans le territoire la continuité de leur présence physique. La limite de démarcation entre les Pachtounes locaux et les Kuchis a été marquée par des fossés creusés par des pelleteuses. Sur la route de Lataband, la frontière est marquée par une chaîne reliant deux poteaux, un obstacle symbolique puisque la chaîne n’est pas levée et que les voitures peuvent passer en ralentissant à peine ; elle rend néanmoins visible la ligne que les Kuchis ne doivent pas franchir. Juste au delà cette démarcation, les khans ont élevé sur une butte un fortin pour marquer leur présence. Sur les murs, le passant peut voir de grandes peintures figurant une douzaine d’hommes tués pendant la guerre contre les Soviétiques et des tags rouges, noirs et verts, les couleurs du drapeau afghan. Marquer sa présence de façon aussi visible signifie l’idée d’une communauté héritière d’un même passé ; c’est une manière d’affirmer son pouvoir au niveau local mais aussi de transposer des querelles locales sur la scène nationale.

Pour élargir le tableau

36Au début de cet article nous avons insisté sur l’économie politique de la terre et souligné l’importance des changements dans les conditions matérielles qui ont conduit à l’expansion géographique de la ville, transformé l’utilisation de sa périphérie rurale, fait de la construction de logements une activité très lucrative et ont déclenché divers processus de territorialisation et de conflit. Il est temps à présent de relier ces luttes locales pour le contrôle de ces terres nouvellement habitées du district de Khak-e Jabbar aux processus politiques plus larges en cours à Kaboul et en Afghanistan. Comment ces questions foncières et leurs résolutions peuvent-elles nous aider à comprendre la stratégie politique poursuivie par le gouvernement central pour consolider et étendre son influence à Kaboul et au-delà ?

37Le soutien politique fourni par le gouvernement central aux Tarakhel et aux Musakhel installés dans la partie Nord du district de Khak-e Jabbar a contraint les habitants de la région soit à renoncer à leurs prétentions, comme dans le cas des Butkhakis, soit à trouver des compromis sur la redistribution des terres, comme dans le cas des Pachtounes locaux. Dans l’Afghanistan contemporain, l’implication du gouvernement central dépend de deux aspects étroitement mêlés qui lient la terre à la politique : la démocratie électorale et les calculs militaires. Les Kuchis, représentés dans le cas concret qui nous occupe par les Tarakhel et les Musakhel, jouent un rôle clé sur ces deux plans au niveau national.

  • 20 Interview des auteurs avec des représentants du UNHCR, Kaboul, février 2012.

38Quiconque survole Kaboul peut remarquer de vastes étendues de terres inoccupées qui ont résisté à l’expansion impressionnante de la ville au cours de ces dix dernières années. Toutefois, ces terres ont été déjà réparties entre divers commandants issus de la résistance et autres entrepreneurs politiques en vue de futurs développements urbanistiques20. Ce processus a démarré dès le lendemain de la prise de Kaboul par les forces du Front uni, le 12 novembre 2001. Forts de leur accès aux armements et du soutien de la coalition militaire internationale, ils ont immédiatement commencé à acquérir des terres et ce processus s’est poursuivi de manière ininterrompue depuis la chute des talibans.

39S’assurer le contrôle de la terre pour consolider une base politique aussi large que possible n’est pas une stratégie nouvelle dans des pays comme l’Afghanistan, où l’allocation de terres est étroitement liée au système du patronage. Les dirigeants de Kaboul ont souvent fait preuve de leur habileté à obtenir ou dispenser des richesses à travers l’octroi de subventions, de terres fertiles ou de fonctions officielles pour gagner le soutien politique de communautés installées à proximité des routes principales (Foley, 2005 et Kakar, 1979). Aujourd’hui les entrepreneurs politiques tentent de s’assurer les voix de groupes d’électeurs vivant à Kaboul, le vote obéissant en partie à des allégeances communautaires, en particulier concernant les Pachtounes, les Tadjiks et les Hazaras qui sont largement représentés dans la capitale et dans ses alentours.

  • 21 www.nytimes.com/2009/08/31/world/asia/31fraud.html?pagewanted=print, consulté le 5 avril 2012.

40L’appréciation la plus claire de la situation – comme nous l’avons vu – est illustrée par les nombreuses interlocuteurs qui relaient l’installation massive dans les abords de Kaboul de Pachtounes, qu’ils soient nomades ou réfugiés en provenance du Pakistan, à une stratégie du président pour construire des blocs électoraux venant contrebalancer le poids politique des Panjshiris et des Hazaras. Cette stratégie politique pouvait s’exprimer dans le langage du droit, qui prévoit dans le cadre de l’article 14 de la Constitution que le gouvernement central a des obligations envers les nomades et d’autres citoyens méritants. Par ce biais, les Kuchis se sont installés en grand nombre dans la périphérie urbaine de Kaboul, par exemple à Bagrami, Deh Sabz et Qarabagh et – comme nous l’avons expliqué dans cet article – dans le district de Khak-e Jabbar. Cela a abouti à une forte augmentation du nombre de Pachtounes dans la province de Kaboul. Ce n’est pas un hasard si les dirigeants des Kuchis Tarakhel et Musakhel ont été parmi les plus fervents partisans du président Karzai dans ses campagnes pour les élections présidentielles en 2004 et en 200921.

41Permettre aux nomades pachtounes de s’installer dans la province de Kaboul répond également à une préoccupation d’ordre militaire, celle de défendre les voies de communication qui mènent à Kaboul dans la perspective du retrait des troupes de l’OTAN prévu pour 2014. Au niveau local, cette stratégie peut néanmoins provoquer des tensions parmi les Pachtounes. L’exemple de Khak-e Jabbar, où les Pachtounes locaux se sont dans un premier temps opposés aux Kuchis, montre que les jeux politiques obéissent à des logiques multiples. On ne peut pas analyser les conflits locaux en recourant à une grille de lecture exclusivement ethnique. Des alliances hétérogènes peuvent se former pour acquérir des ressources ou des terres, mais elles peuvent très rapidement se dissoudre en fonction de changements d’ordre social, politique ou économique.

Les topographies du pouvoir

42Cette question de la possession ou non de la terre à Kaboul, comme celle de savoir qui contrôle l’accès à la terre, est fondamentale pour comprendre les calculs des entrepreneurs politiques. Le pouvoir territorialisé est ici une condition sine qua non pour contrôler la circulation des personnes, des biens et des capitaux, de l’information et des idées, et relie le local au national et au global. En Afghanistan, le paysage (landscape), compris comme une construction sociale, politique et économique, peut être ajouté aux catégories conceptuelles proposées par Appadurai (1999). L’expansion rapide de Kaboul liée au retour volontaire ou forcé de nombreux réfugiés ainsi qu’aux déplacements causés par l’insécurité persistante dans les campagnes (ethnoscapes), l’énorme accroissement des capitaux disponibles dans un contexte d’absorption limitée, qui conduit à une réévaluation de la terre comme objet d’investissement et de spéculation (financescapes), les progrès technologiques concernant l’augmentation du trafic routier et la mobilité permettant de nouvelles installations (technoscapes), le poids des idées sur qui est « local » et qui est « étranger » quand il s’agit de droits de propriété ou d’accès à la terre (ideoscapes), tout cela contribue à l’environnement dans lequel opèrent les entrepreneurs politiques pour s’assurer dans l’avenir richesse, influence politique et autorité morale.

43En vérité la terre possède une valeur hautement stratégique et exprime la topographie du pouvoir. Elle fournit aux dirigeants politiques une base sociale locale et leur permet de s’engager dans des processus de redistribution qui leur sont essentiels pour conforter leurs bases politiques, élargir leur sphère d’influence et définir leurs relations avec leurs concurrents. Le conflit entre propriétaires traditionnels, nouveaux entrepreneurs politiques et populations sans terre dans la province de Kaboul démontre que des considérations stratégiques peuvent passer du niveau du village à la scène politique nationale. Ce conflit montre aussi que mettre en avant la vie nomade et la vulnérabilité de ceux qui n’ont pas de terre peut être une tactique pour s’assurer un accès à la terre et s’opposer aux réclamations des populations sédentaires locales.

44Les stratégies observées pour définir et contrôler la terre peuvent s’appuyer simultanément sur le langage du droit – par lequel on peut établir la légitimité de ses revendications en jouant sur l’interprétation de la disposition constitutionnelle tendant à répondre aux besoins des « citoyens méritants » – et sur l’usage de la violence – en faisant appel aux appuis politiques dont on dispose au parlement ou au gouvernement. Jean Comaroff et John Comaroff (2006) décrivent bien la coexistence du lawfare et du warfare dans ce que l’on nomme aujourd’hui le Sud global. Même dans le contexte afghan, caractérisé par un désordre endémique et l’omniprésence de la violence, la coercition et la prédation n’occupent pas la totalité du champ social. Comme bien d’autres pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, l’Afghanistan n’est pas un État de pur non-droit. Le discours sur la légalité entre dans une dialectique subtile avec un vaste éventail d’options économiques, politiques et militaires et avec des relations sociales fondées sur des alliances tribales, ethniques, territoriales et factionnelles. En ce sens, il apparaît nécessaire d’aborder les conflits fonciers et leur résolution comme un fait social total où s’expriment différentes institutions qui sont toutes au centre des jeux de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai Arjun, 1999 [1st ed. 1990], « Disjuncture and difference in the global cultural economy », in During Simon (dir.), The Cultural Studies Reader, London, New York, Routledge, p. 220-230.

Biljert Martine van, 2009, « Imaginary institutions. State building in Afghanistan », in Doing Good or Doing Better? Development Policies in a Globalizing World, The Hague, WRR/Dutch Scientific Council for Government Policy, p. 157-177.

Centlivres Pierre et Centlivres-Demont Micheline, 1988, Et si on parlait de l’Afghanistan ? Terrains et textes, 1964-1980, Neuchâtel, Institut d’ethnologie, Paris, Maison des sciences de l’homme (notamment p. 55).

Comaroff Jean et Comaroff John L., 2006, « Law and Disorder in the Postcolony: An Introduction », in Comaroff Jean et Comaroff John L. (dir.), Law and Disorder in the Postcolony, Chicago, London, University of Chicago Press.

Fazel Reza G., 1979, « Economic bases of political leadership among pastoral nomads: the Boyr Ahmad Tribe of South-west Iran », in Léons Madeline Barbara et Rothstein Frances (dir.), Westport CT, London, Greenwood Press, p. 33-49.

Ferguson James, 2004, « Power Topographies », in Nugent David et Vincent Joan (dir.), A Companion to the Anthropology of Politics, Malden MA, Oxford, Victoria, Blackwell Publishers: 383-399.

Foley Conor, 2005, A Guide to Property Law in Afghanistan, Oslo/Pakistan/Afghanistan, Norwegian Refugee Council, 2005.

Hanifi Shah Mahmoud, 2011, Connecting Histories in Afghanistan, Stanford, Stanford University Press.

Jacob Jean-Pierre et Le Meur Pierre-Yves, 2010, « Citoyenneté locale, foncier, appartenance et reconnaissance dans les sociétés du Sud », Politique de la terre et de de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, Éditions scientifiques, p. 5-57.

Kakar Hasan, 1979, Government and Society in Afghanistan, Austin, London, University of Texas Press, p. 224-225.

Mbembe Achille, 2006, « On politics as a form of expenditure », in Comaroff Jean et Comaroff John L. (dir.), Law and Disorder in the Postcolony, Chicago, London, University of Chicago Press, p. 299-335.

Noelle Christine, 1997, State and Tribe in Nineteen-Century Afghanistan, London, New York.

Sassen Saskia, 2006, Territory, Authority, Rights: From Medieval to Global Assemblages, Princeton, Oxford, Princeton University Press.

Tapper Richard, 2008, « Who are the Kuchi? Nomad self-identities in Afghanistan », Journal of the Royal Anthropological Institute (N.S.) 14, Royal Anthropological Institute, p. 97-116.

Weber Max, 1964, Wirtschaft und Gesellschaft, Studienausgabe Zweiter Halbband, Köln, Berlin, Kippenheuer und Witsch.

Wily Liz, 2004, Looking for Peace on the Pastures: Rural Land Relations in Afghanistan, Kaboul, Afghanistan Research and Evaluation Unit, Synthesis Paper Series.

Znoj Heinzpeter, 1995, Tausch und Geld in Zentralsumatra. Zur Kritik des Schuldbegriffs in der Wirtschatfsethnologie, Berlin, Reimer Verlag, p. 118-131.

Haut de page

Notes

1 Les ethnoscapes, produits par les mouvements de populations (les réfugiés et les migrants, bien sûr, mais aussi les travailleurs saisonniers et les touristes) ; les technoscapes, constitués par la circulation des technologies ; les financescapes, soit les flux de capitaux et les transactions boursières ; les mediascapes, représentés par les informations et les images, la radio, la télévision, les journaux, le cinéma et les autres medias ; les ideoscapes, liés aux idéologies politiques étatiques et non étatiques (comme la liberté, le bien public, le droit ou la souveraineté).

2 Interview accordée aux auteurs par le maire de Kaboul, M. Yunus Nawandish, en mars 2012, qui se référait à un relevé aérien publié par l’Agence de coopération internationale japonaise (voir par exemple, www.jica.go.jp/usa/english/office/others/newsletter/2010/1006/_07_02.html).

3 Interview d’un représentant du HCR à Kaboul, en février 2012. Ces chiffres ont été confirmés par le maire de Kaboul en mars de la même année.

4 http://www.sigar.mil/pdf/quarterlyreports/2011-10-30low.pdf, consulté le 5 avril 2012.

5 http://www.globalhumanitarianassistance.org/wp-content/uploads/2011/02/gha-Afghanistan-2011-major-resource-flows.pdf, consulté le 5 avril 2012 ; http://dyn.politico.com/printstory.cfm?uuid=8AE1C126-CA49-405D-8AEO-600D641A4AD5, consulté le 5 avril 2012.

6 1 jerib = 0,2 ha, soit 2 000 m2. Pour la ville, on utilise plutôt comme unité de mesure le biswa, 20 biswa équivalant à 1 jerib. Nous avons cependant conservé le jerib pour faciliter la comparaison avec les terrains situés en zone rurale.

7 Voir http://afghanistanelectiondata.org/election/2009/filter/600-95-AND/district/111?views-mode=default, consulté le 5 avril 2012.

8 Voir Kakar, 1979 : 224-225. La route perdit un peu de son importance lorsque l’émir en fit construire une autre traversant le Tangi Gharu (achevée en août 1886, elle ne fut ouverte à la circulation qu’en 1899) en suivant un trajet beaucoup plus direct.

9 Décret 62 en date du 21 juillet 2008 concernant la promulgation de la loi sur la gestion des problèmes de la terre.

10 L’Initiative pour une nouvelle Route de la soie (NSRI) qui cherche à stimuler la coopération économique régionale pourrait renforcer l’importance de l’Afghanistan comme corridor de transport et augmenter le trafic entre pays voisins (voir http://www.auswaertiges-amt.de/EN/AAmt/BM-Reisen/2011/09-VNGV-New York/110922-NewSilkRoad-node.html). En outre, la mine de cuivre d’Ainak est située pour environ 40% sur le territoire de Khak-e Jabbar et le reste dans la province de Logar.

11 Voir http://www.unicef.org/infobycountry/afghanistan_statistics.html.

12 Pour une discussion complète du terme kuchi, de l’évolution de son usage et de ses ambiguïtés, voir Tapper, 2008.

13 Ces groupes tendent à être présentés par les acteurs sociaux dans l’idiome des liens généalogiques, tribaux et ethniques. Il est important de noter toutefois qu’ils se recomposent de façon permanente à travers la redistribution des terres. Les généalogies sont sans cesse réinterprétées en fonction de l’évolution des alliances. Voir aussi Jacob et Le Meur (2010).

14 Terme désignant les propriétaires les plus importants ainsi que les chefs des tribus.

15 Voir notamment Centlivres et Centlivre-Demont (1988 : 55) et Conrad Schetter, Ethnicity and the Political Reconstruction in Afghanistan ; http://www.ag-afghanistan.de/arg/arp/schetter.pdf.

16 L’article 2223 du Code civil afghan stipule que les populations locales sont prioritaires et que les personnes venant de l’extérieur ne peuvent acheter une terre qu’après avoir obtenu leur consentement écrit. L’élaboration de revendications exprime non seulement une certaine conception du droit de propriété et du droit à l’accès aux ressources mais aussi une certaine conception de l’ordre politique. En ce sens, elles sont un aspect important de la constitution de communautés politiques (voir Jacob et Le Meur, 2010).

17 La Constitution de la République islamique d’Afghanistan a été promulguée le 26 janvier 2004. Pour une traduction non officielle en anglais, voir http://www.afghan-web.com/politics/current_constitution.html.

18 Znoj (1995: 118-131) parle de « transaction de non-liquidation » pour désigner les échanges qui se perpétuent dans le futur et impliquent des liens sociaux. Par contraste, les transactions qui ne créent aucune obligation aux parties en présence sont caractéristiques des économies de marché.

19 À la date où nous écrivons, les terres situées à proximité immédiate de la route de Lataband n’ont pas fait l’objet d’une redistribution. Leur valeur est déjà la plus élevée, mais elle pourrait augmenter encore si la chaussée était refaite.

20 Interview des auteurs avec des représentants du UNHCR, Kaboul, février 2012.

21 www.nytimes.com/2009/08/31/world/asia/31fraud.html?pagewanted=print, consulté le 5 avril 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nick Miszak et Alessandro Monsutti, « La terre du pouvoir, le pouvoir de la terre », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8061

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page