Navigation – Plan du site
Lectures

Jelidi Charlotte, Fès, la fabrication d'une ville nouvelle (1912-1956), Lyon, ENS Editions, 2012, 266 p.

Manon Istasse

Texte intégral

1Le segment d'histoire de l'architecture et de l'urbanisme abordé par Charlotte Jelidi, à savoir la période du Protectorat français (1912-1956) au Maroc, est une pierre à l’édifice des travaux réalisés sur les villes nouvelles marocaines, leur construction et leur évolution. Les villes nouvelles sont ces villes construites durant le Protectorat français, suivant la planification urbaine définie par Lyautey et son administration. Ces villes étaient majoritairement destinées aux Occidentaux, comme Fès, ou aux Marocains, comme la cité des Habous à Casablanca.

2Le choix de Fès pour étudier la fabrication d’une ville nouvelle n’est pas anodin. Fès perd son statut de capitale politique du Maroc au début du Protectorat. La ville, désormais excentrée, est située dans une zone non pacifiée : elle est attaquée à deux reprises en 1912 par les soldats marocains et les habitants de la ville, et par les tribus des environs. En conséquence, la Fès nouvelle se construit lentement et attire peu de colons. L’auteure ne manque pas de souligner le rôle qu’ont joué les Marocains dans la fabrication de la ville. Ces Marocains, notamment les élites commerciales, tant juifs que musulmans, y ont été des promoteurs, des acquéreurs et des résidents. Le développement de la Fès nouvelle ne suit pas le modèle idéal de Casablanca et de Rabat : les compromis entre administrateurs et résidents y sont plus fréquents. Enfin, à Fès, les institutions du Protectorat dirigent la ville avec les conseils marocains et juifs de la ville, même si ces derniers ont un rôle réduit dans la prise de décision et servent surtout à rassurer la population locale.

3Jelidi, dès le départ, précise faire l’historiographie non pas des grands personnages de l’urbanisation au Maroc, comme Lyautey, Prost ou Ecochard, mais bien de la nouvelle ville de Fès, de sa planification, de son développement, à travers tant son architecture officielle que son architecture ordinaire. Alors que les exégètes de l'époque faisaient des villes nouvelles l'application réussie d'un modèle urbain moderne et que les critiques des années 1980 dénonçaient la politique d’apartheid et l’idéologie raciale qu’elles incarnaient, l’auteure analyse les « différents mécanismes du processus de fabrication d’une ville nouvelle et les distorsions, nombreuses, entre l’idéal urbain colonial […] et la réalité d’une ville nouvelle, en l’occurrence celle de Fès » (p. 9). Si les prescriptions urbaines et architecturales du Protectorat étaient conçues comme centralisées et inflexibles, force est de constater que des formes architecturales plurielles ont émergé à Fès. Ainsi, plus qu’une histoire lisse des politiques (à comprendre à la fois en tant qu’hommes et en tant que documents et actes) l’auteure veille à mettre en évidence les décalages entre les politiques urbaines et leur application. Par exemple, la pluralité d’architectures à Fès-nouvelle est due à une succession de styles architecturaux relatifs aux goûts des propriétaires et aux politiques esthétiques du Protectorat (chapitre VI).

4Pour effectuer ce travail, l’auteure se base sur les documents (archives, périodiques, documents d’urbanisme, livres, cartes postales, photographies) publiés durant le Protectorat, documents conservés par des institutions publiques ou privées, en France ou au Maroc. L’ouverture de ces archives au Maroc a permis la réalisation de cette investigation. Pourtant, l’auteure signale deux lacunes majeures des archives : elles sont incomplètes et témoignent le plus souvent d’un point de vue, d’une idéologie et de catégories spécifiques, celles du Protectorat. Aussi, l’auteure prône la méthodologie du jeu d’échelle afin de croiser les documents et d’offrir une étude critique du processus d’urbanisation.

5Les doctrines qui sous-tendent la planification, le cadre administratif et normatif sont au cœur de la recherche. Dès 1912, Lyautey organise l’appareil administratif et définit sa doctrine politique de co-gestion avec les autorités chérifiennes et de développement d’une action sociale dont l’urbanisme est un volet non négligeable. Plusieurs services administratifs sont chargés de planifier et de contrôler le développement de la ville nouvelle : le service des Plans de ville, dirigé pendant un temps par Prost, le service d’urbanisme, créé après la Deuxième Guerre mondiale, le service des Beaux Arts (chapitre I). Pourtant, l’auteure met en évidence les décalages entre ces services et leurs politiques, l’application de ces politiques, et l’action des habitants.

6Si le principe de dualité entre la ville nouvelle et la médina est au cœur de la politique urbaine du Protectorat, l’auteure s’attache à montrer que cette séparation n’est pas qu’idéologique mais relève également de contingences locales (chapitre II). La terminologie officielle utilisée par l’administration (ville européenne versus ville indigène, ville nouvelle versus ville ancienne, ville moderne versus ville traditionnelle) est réductrice et sous-tend l’idée que le racial et le religieux, plus que le social, sont à la base de cette séparation. En réalité, la topographie a influencé le choix d’une séparation nette entre les deux villes de Fès. La ville nouvelle s’est développée à proximité du camp militaire français pour des raisons de sécurité. Enfin, l’espace entre les deux villes est un espace de transition où sont situés les services municipaux ainsi que des espaces verts. L’auteure défend l’idée que « [e]uropéenne par sa forme, Fès-nouvelle est cosmopolite dans ses usages » (p. 87) et par les nationalités qui l’habitent.

7Un second décalage existe entre, d’un côté, la volonté des services municipaux de suivre un plan et un programme d’aménagement, et de l’autre, les besoins des populations, auxquels s’ajoutent les contingences locales (chapitre III). La planification urbaine vise à assurer, par le zoning et la création d’espaces verts notamment, une ville nouvelle salubre, esthétique et commode. Pourtant, certaines zones sont mixtes, et certains bâtiments changent d’affectation au cours du temps. La création de parcs et de jardins rencontre des problèmes économiques. Le développement des moyens de transport, et notamment l’emplacement de la gare, entraine des modifications telles que l’élargissement des voies routière ou le changement de la centralité de la ville nouvelle. Plus qu’une remise en question des principes d’urbanisme, il s’agit d’ajustements pour des raisons géographiques, économiques ou encore esthétiques.

8Bien que les services municipaux soient chargés d’appliquer les politiques urbaines, ils peinent à les appliquer à la lettre. Ils encadrent la cession (type de vente) et la valorisation (travaux de voirie) des terrains afin d’orienter le développement urbain et d’éviter la spéculation. Mais les restrictions budgétaires et les actions de spéculation des habitants compliquent la tâche des services municipaux (chapitre IV). Les ordonnances architecturales censées éviter le pastiche arabo-andalou, tout en conservant des éléments architecturaux marocains, ont peine à être appliquées ou sont promulguées a posteriori (chapitre VI). Une législation peu contraignante et des moyens humains et financiers limités encadrent une volonté d’uniformité architecturale. Un style hybride, métissé (arabo-musulman, néo-mauresque, hispano-mauresque, arabisant, orientaliste) est successivement promu afin d’employer à la fois l’artisanat et les artisans marocains, et limité à la faveur d’un style néo-classique et d’une sobriété ornementale entre les années 1925 et 1935.

9Outre les services municipaux, de nombreux autres acteurs participent à l’élaboration du paysage architectural de la Fès nouvelle (chapitre V). L’auteure présente la pluralité des « architectes » de la ville. Des architectes diplômés, travaillant dans le public ou dans le privé, ont vu leur titre et leur profession régularisés en juillet 1941. Avant cela, de nombreux propriétaires privés menaient leur projet eux-mêmes, du dessin des plans à la gestion des travaux, sans toujours avoir les compétences et les connaissances pour respecter les normes esthétiques et hygiénistes. Le Maroc, pays « neuf » au début du xxe siècle, a attiré de nombreux entrepreneurs occidentaux et autres professionnels du bâtiment qui, au départ plus nombreux que les architectes, ont eu un rôle primordial dans la fabrication de Fès-nouvelle.

10Un dernier chapitre (chapitre VII) est dédié à la médina pour souligner les nombreux bouleversements qui y sont survenus du fait de ses relations avec la ville nouvelle : la croissance démographique y a entrainé une crise du logement et le développement de bidonvilles. L’intensification des transports a eu pour conséquence la percée de nouvelles portes dans les remparts. La promotion touristique s’est accompagnée de l’aménagement de vues sur la médina et de la construction d’une route faisant le tour des remparts. Les quartiers où résidaient de nombreux Européens ont rapidement été protégés par des actes législatifs ; ils purent plus facilement faire des changements et modifications architecturales menaçant le bâti traditionnel de la médina.

11L’auteure rend donc compte de la fabrication de Fès-nouvelle, tant dans ses aspects matériels (construction) que dans ses aspects administratifs (plans et documents du Protectorat) et sociaux (implication d’acteurs ayant des idées et intérêts distincts). Elle en souligne les conflits et les oppositions. Les différents services municipaux ne manquaient pas de s’opposer sur certains points, notamment le désir de modernisation de Fès et la volonté de conservation urbaine. L’auteure souligne la volonté des Marocains de construire de manière moderne une ville nouvelle, tant dans les formes architecturales que dans les matériaux. Elle remet ainsi en question nombre d’oppositions binaires apparues durant le Protectorat et associant généralement le Marocain au traditionnel, et l’Occidental au moderne.

12Pour avoir lu la thèse de doctorat de Charlotte Jelidi, je ne peux qu'apprécier le travail effectué dans le cadre de sa publication sous forme de livre. Il manque peut-être à cet ouvrage l’inscription des influences politiques dans un cadre plus large, et une comparaison, même minimale, avec les villes de Rabat, Casablanca ou Marrakech afin de donner une meilleure idée de la spécifié de Fès. Néanmoins, les photographies, figures et plans ne manquent pas d’illustrer intelligemment les propos de l’auteure. L’ouvrage fourmille de nombreux cas précis dont on peut apprécier la reconstruction par le croisement des archives. L’ouvrage vient également combler un trou dans les études sur les villes marocaines, ne prenant comme objet d’étude ni l’influence et l’application des politiques et des idéologies du Protectorat dans la création de villes nouvelles, ni la médina. Ce travail appelle à des enquêtes similaires dans d’autres villes du Maroc afin de comparer les applications des politiques et les contingences locales entrainant leur adaptation, une comparaison à laquelle l’auteure appelle elle-même dans sa conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Istasse, « Jelidi Charlotte, Fès, la fabrication d'une ville nouvelle (1912-1956), Lyon, ENS Editions, 2012, 266 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 05 juillet 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/8145

Haut de page

Auteur

Manon Istasse

Aspirante F.N.R.S., Université Libre de Bruxelles, Laboratoire d'Anthropologie des Mondes Contemporains - Institut de Sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page