Navigation – Plan du site
Lectures

Le Houérou Fabienne, 2012, Périples au Maghreb : Voyageurs pluriels de l’Empire à la postcolonie (XIXe- XXIe siècle), L’Harmattan, Paris, 323 p.

Azzedine Kinzi

Texte intégral

1L’ouvrage Périples au Maghreb : Voyageurs pluriels de l’Empire à la postcolonie est une tentative de compréhension du Maghreb contemporain, lequel vit en lien historique continu avec l’Europe, dans une dialectique de proximité et d’éloignement. Il associe plusieurs dimensions, sociologique, historique, culturelle, voire émotionnelle, dans un effort de saisissement global du voyage entendu dans sa forme générique et multiforme. La relation entre l’Occident et le Maghreb (ou l’Afrique du Nord) est ainsi appréhendée à travers le médium des « mobilités » qui sont déclinées en migrations, mais également en tour-operators, périples culturels, cultuels et sportifs. Des trajets traduisant le lien profond et durable, en dépit des « ruptures » postcoloniales, entre les deux rives de la Méditerranée, mais également entre anciens colonisateurs et anciens colonisés. Il s’agit ici d’un ouvrage transdisciplinaire qui ose le syncrétisme en sciences sociales en épluchant la notion de « mobilité » dans un contexte temporel colonial et postcolonial, et qui interroge la réalité de cette césure. La conclusion le rappelle de manière directe et interrogative. Est-ce que toute l’histoire du Maghreb après 1960 ne serait que postcoloniale ? Quel est l’intérêt de cette coupure chronologique ? A-t-elle une pertinence scientifique ? Autant de questions qui traversent le débat dans le domaine des sciences humaines et auxquels les différents articles se gardent bien de répondre par une voix unanime et homogène.

2F. Le Houérou replace le projet de ce livre dans le droit-fil d’une réflexion consacrée aux mouvements migratoires Nord/Sud et Sud/Sud (2004, 2005 et 2007). L’ouvrage se rapporte, mutatis mutandis, à « une interrogation intellectuelle » sur le mouvement dans une conception élargie qui brise les frontières disciplinaires.

3Les contributions interrogent le caractère constructif d’une subjectivité partagée, susceptible d’étayer l’existence d’un microclimat mental méditerranéen. Les textes présentés se basent sur des ethnographies fines et des terrains menés en France, en Algérie, en Tunisie et au Maroc. C’est ce qui donne à cet ouvrage sa vivacité et son ancrage dans une réalité empirique qui s’interdit un dogmatisme de position. Les articles évoquent des parcours singuliers et des démarches intellectuelles, parfois aux antipodes. Celles de Jean Robert Henry et d’André Martel sont des expériences singulièrement différentes dans leurs sensibilités. Mais tous puisent dans leur propre mémoire (Geneviève Flagas, Gisèle Seimandi) ou dans celle de leurs enquêtés (Kamel Chachoua, Idir Hachi, Mohammed Benhlal) la spécificité de la découverte géographique et sociale. Il est encore et toujours question de la confrontation avec cet Autre mystérieux que l’on tente de comprendre. Les ouvrages sur les énigmes de l’altérité ont encore de beaux jours devant eux.… La découverte de l’Autre est au cœur de tous ces textes. La découverte, au xixe siècle, d’une France magnifiée ou indéchiffrable (notamment ses femmes) par des intellectuels algériens, la découverte d’un pays aux « monstres d’acier », celle de somptueuses falaises dans le Haut-Atlas marocain pour des géographes, ou celle de l’arabité pour de jeunes professeurs nouvellement affectés. Il est encore question de redécouverte de son propre passé pour des pieds-noirs en vacances, la redécouverte de soi dans les centres de thalassothérapie, et autres centres de ressourcement postmodernes pour touristes, la redécouverte de sa propre langue (le dialecte des femmes) pour contrer la mondialisation marchande. La circulation ici englobe les hommes, les femmes, les mots, la religion, les arts et les idées. Ainsi, les périples sont à la fois des voyages dans l’histoire, de l’histoire, à travers l’histoire, voyages des émotions, des idées, des savoirs et des savoir-vivre. Ce qui nous a paru le plus original est d’associer des chercheurs de toutes les générations. Des plus confirmés comme André Martel (ce livre lui rend hommage comme doyen des auteurs) jusqu’aux plus jeunes doctorants, tels Simona Silvestri, Idir Hachi et Belkacem Ayache. L’ouvrage fait état d’une pluralité d’expériences et de parcours que nous pourrions résumer comme suit :

4Le voyage sportif est exploré par Driss Abassi à travers les jeux méditerranéens de 1976 à Alger qui représentent, au-delà des rencontres des peuples du bassin de la Méditerranée, « un enjeu politique majeur ».

5Le voyage des vacanciers, où il est question de voyage touristique au sens large du terme. Baptiste Buob pose la problématique de la circulation de l’argent du tourisme et les moyens de sa captation dans la médina de Fès au Maroc.

6Le voyage mémoriel, celui de pieds-noirs à la recherche nostalgique du passé « supposé perdu », raconté par Belkacem Ayache, Gisèle Seimandi et Geneviève Falgas.

7Voyage patrimonial de la visite des greniers collectifs en Haut Atlas marocain, dans une perspective de préservation et de promotion du patrimoine culturel (Jean Paul Cheylan).

8Voyage sous forme de pèlerinage, à connotation religieuse, avec l’itinéraire singulier d’un imam égyptien (un maître soufi) en migration postcoloniale en Italie (Paola Abenante).

9Voyage initiatique et expérience personnelle, à la recherche du savoir, mené sur les différents territoires maghrébins (Algérie, Tunisie et Maroc) par de jeunes Européens (Français) confrontés à l’altérité (Andre Martel, Jean Robert Henry).

10Voyage thérapeutique des curistes en Tunisie, qui effectuent ces déplacements depuis les années 90. L’expérience curiste pose la question des hiérarchies de circulation de classes et de « métissages culturels » (Fabienne Le Houérou).

11Voyage intellectuel et scientifique incarné par des notables algériens en visite en France au xixe siècle (Idir Hachi) et par la visite de jeunes officiers marocains en métropole pendant la période coloniale, caractérisé par l’auteur de « voyage publicitaire » (Mohammed Benhlal).

12L’exil est également exploré par Kamel Chachoua comme un voyage en-dehors de soi, avec l’expérience de la violence analysée comme une chaîne, un enchaînement, mais également une mécanique d’enfermement. Ce dépaysement est aussi une « expérience corporelle », décrite minutieusement par Paola Abenante. Les conversions sont enfin des voyages spirituels, des trajets mentaux qui évoquent la réalité d’un monde postcolonial forcément hybride à Bruxelles (Johan Leman).

13Du point de vue épistémologique, le livre Périples au Maghreb…permet de questionner certains concepts, comme dans l’article de Colette Zytnicki : « Qu’est-ce qu’être touriste dans l’Algérie coloniale (1840-1909) ? ». Le terme de tourisme ne traduit-il pas un anachronisme ? Le mot tour vient de l’anglais et n’apparaît qu’au xxe siècle. Quelle est donc la pertinence d’utiliser ce concept pour le xixe siècle ? Ce questionnement historique en toile de fond des exposés de sociologie, d’anthropologie, de géographie ou encore de linguistique, nous rappelle l’importance de la chronologie comme niveau élémentaire de réflexion sur l’évolution du Maghreb contemporain. Autrement dit, on ne peut rien appréhender de l’évolution des sociétés maghrébines (mais également européennes) en faisant l’impasse d’un questionnement récurrent sur la colonisation. Une colonisation caractérisant historiquement le rapport Nord/Sud du bassin méditerranéen, en tant qu’aire de contacts et de chocs culturels et civilisationnels. Aussi cette « jonction historique » entre la période coloniale et postcoloniale, entre les populations européennes et les populations magrébines, nous paraît-elle heuristique. Plus qu’une coupure, ce trait d’union entre les deux rives de la Méditerranée souligne un continuum du Mare Nostrum. Il semble bien que toute la problématique tourne autour de cette « durabilité » et de ce « temps long » qui trace son sillon en dépit des stupeurs et tremblements d’une histoire immédiate, contextuelle et contingente. En dépit des ambigüités relationnelles entre « eux « et « nous », c’est le mythe de la Méditerranée comme « unité braudélienne » qui est questionné. Tant cette Méditerranée, à plusieurs échelles, est également émotive, illogique, faisant exister - dans le temps - l’insensé paradoxe d’un lointain si proche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azzedine Kinzi, « Le Houérou Fabienne, 2012, Périples au Maghreb : Voyageurs pluriels de l’Empire à la postcolonie (XIXe- XXIe siècle), L’Harmattan, Paris, 323 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 05 juillet 2013, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8147

Haut de page

Auteur

Azzedine Kinzi

Anthropologue, université de Tizi Ouzou, Algérie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page