Navigation – Plan du site
Lectures

Nef Annliese et Voguet Élise (éd.), La légitimation du pouvoir au Maghreb médiéval. De l’orientalisation à l’émancipation politique, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 127, 2011, 161 p.

Cyrille Aillet

Texte intégral

1Ce deuxième volume issu du Séminaire « Islam médiéval d’Occident » est édité par Annliese Nef et Élise Voguet. Il rassemble sept articles autour de la question cruciale des canaux et des registres de légitimation du pouvoir dans le Maghreb médiéval. En associant des spécialistes reconnus et de jeunes chercheurs, l’ouvrage confirme le renouveau que connaissent les études maghrébines dans le paysage scientifique actuel. La relecture des origines du Maghreb n’en est qu’à ses débuts, mais elle a enregistré des progrès significatifs depuis quelques années. En 2003, la somme d’Yves Modéran (Les Maures et l'Afrique romaine, ive-viie s.) a permis d’articuler Maghreb antique et médiéval, tout en offrant une lecture décapante des généalogies tribales d’Ibn Khaldūn et du mythe berbère, tel que l’idéologie coloniale l’avait instrumentalisé. Plusieurs des auteurs représentés dans ce livre ont œuvré à désenclaver le cas maghrébin en l’insérant dans une approche plus large de l’espace méditerranéen, qu’elle soit économique (Ch. Picard, D. Valérian) ou politique (A. Nef). Par ailleurs, de nouvelles séries de sources sont venues enrichir la réflexion : corpus juridiques (E. Voguet, Ch. Müller), numismatiques (M. El Hadri), productions littéraires jusque-là jugées marginales des Ibadites (V. Prevost)...

2Le recueil coordonné par Annliese Nef et Élise Voguet s’attaque au champ symbolique et idéologique du pouvoir en terre maghrébine, un dossier qui nécessite un sérieux dépoussiérage critique autant qu’un réexamen complet des sources. On ne trouvera pas réunie ici une somme exhaustive sur la question, mais plutôt des pistes de recherche, dont certaines sont extrêmement suggestives. On s’attendrait davantage à une analyse du discours politique, sous toutes ses formes, mais le cadre de réflexion est volontairement bien plus large. La première partie s’articule autour des enjeux de l’orientalisation, que l’on peut définir comme l’ensemble des modalités de réception, de relecture et de réappropriation du modèle oriental dont l’Occident musulman a été le théâtre dans les premiers siècles de l’Islam. Il s’agit là d’une interrogation primordiale, car on a souvent eu tendance à voir dans le Maghreb le parent pauvre, ou le disciple passif, d’un Orient mythifié. Dans le sillage de la décolonisation, Abdallah Laroui ne s’était-il d’ailleurs pas vigoureusement opposé à cette lancinante complainte de la « malchance du Maghreb » ?

3Le positionnement des pouvoirs et des sociétés nord-africaines par rapport au Grand Frère oriental s’est largement exprimé à travers la dichotomie instrumentale entre « Arabes » et « Berbères ». On est loin d’avoir encore mesuré toutes les implications de ce découpage ethnique, qui institue en une ethnie unique un ensemble de populations extrêmement hétérogène. L’article de Christophe Picard permet de réaffirmer le caractère construit et politique d’une telle division sociale, que les géographes de langue arabe déclinent dans leurs descriptions du Maghreb en une série de couples antagonistes qu’Ibn Khaldūn intègrera plus tard dans sa fameuse théorie de l’État : civilisation sédentaire et mouvance bédouine, madīna et bādiya, État et tribu, orientalité et autochtonie.

4De nouvelles avancées pourraient permettre de cerner avec plus de finesse les formes d’appropriation locale du référent islamique et oriental, mais aussi les modes de conciliation entre ce modèle normatif et les pratiques sociales en vigueur dans les espaces considérés. L’article de Christian Müller, qui semble un peu décalé par rapport à la thématique choisie, n’en est pas moins stimulant. À travers l’exemple du contrat de métayage que l’on connaît au Maghreb sous le nom de khammès, et qui est fort répandu jusqu’à nos jours, il examine comment le droit malékite forge les outils conceptuels qui lui permettent de sélectionner et d’absorber des éléments du droit coutumier, tout en les mettant en conformité avec ses principes généraux.

5Le travail de Virginie Prevost offre d’autres perspectives. Il porte sur les stratégies de légitimation qu’emploient les auteurs ibadites pour justifier l’élan des révoltes du milieu du viiie siècle et la création d’imamats autonomes, dont le plus considérable fut l’État rustamide de Tahert (777-909). Le détour par ces textes généralement délaissés par les historiens du Maghreb « orthodoxe » ne peut se réduire à une vision par les marges, qu’elles soient géographiques ou doctrinales. Le corpus ibadite contient en effet de précieux indices sur la diffusion de l’islam parmi les tribus de Tripolitaine et du Maghreb central, sur son exportation vers le Sahara, et sur la formation des premières entités politiques autonomes au Maghreb. C’est une vision alternative de l’histoire qui se dégage de ces écrits, où la primauté des Berbères sur les conquérants déchus est affirmée à coups de hadiths apocryphes.

6La seconde partie du livre poursuit l’enquête en empruntant des directions que l’on attendait davantage. L’analyse de Loïc Bombrun est consacrée aux fascinantes « mémoires » d’al-Baydhaq, le mystérieux compagnon de route du fondateur de la dynastie almohade, le Mahdī Ibn Tūmart. Elle complète le décryptage de la trame d’écriture qui permit aux pouvoirs « berbères » de s’émanciper de la tutelle politique de l’Orient, ou de ses affidés, tout en clamant leur inscription dans un champ symbolique trans-islamique. L’attention est ici concentrée sur le lien que tisse cette source, avec force renvois implicites à la geste muḥammadienne, entre la figure prophétique du Mahdī et celle de son calife ʻAbd al-Mu’min.

7Le travail réalisé par Mohamed El Hadri est tiré d’une thèse doctorale (Les monnaies mérinides dans l’histoire mérinide du Maroc) dont il faut espérer qu’elle sera publiée prochainement. Priorité est donnée au support monétaire, un outil dont personne ne peut ignorer la puissance de signification. Or les pièces mérinides témoignent d’une véritable obsession de la légitimation, qui détermine le choix de légendes où prime une image de piété, volontiers associée aux mots d’ordre de la déferlante soufie du bas Moyen Âge.

8La figure du prince fait l’objet de l’examen d’Annliese Nef, qui aborde la sulfureuse légende de l’émir aghlabide Ibrahim II (875-902). Son règne vit se succéder trois phases bien distinctes : une période de gouvernement « juste et sévère », une longue plongée dans les abîmes de pulsions sanguinaires et voluptueuses apparemment inexplicables, et un intermède de repentance et d’ascétisme. Seule la folie, disait-on d’ordinaire, pouvait nouer les trois facettes de ce prince singulier. Après avoir relevé les contradictions des sources et les avoir relues à la lumière d’une anthropologie historique du pouvoir, A. Nef avance de nouvelles clefs d’interprétation, qui s’inspirent d’ailleurs des travaux récents sur le calife fatimide al-Ḥākim, connu lui aussi pour ses effroyables cruautés. La pression exercée par des modèles rivaux, à savoir le prosélytisme ismaélien et l’ascétisme rigoriste kharijite, aurait selon elle incité l’émir à changer de cap en inscrivant sa politique dans une dimension eschatologique, marquée par un idéal d’ascèse et de djihad. Si elle ne peut totalement dissiper l’odeur de souffre qui enveloppe Ibrahim II, cette lecture ouvre néanmoins des pistes de recherche fructueuses.

9Un court texte de Dominique Valérian conclut cet ouvrage. Il aurait tout aussi bien pu l’introduire, puisqu’il dresse un panorama synthétique de la géographie politique du Maghreb médiéval, mise en relation avec la structuration des espaces physiques et des réseaux de circulation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Aillet, « Nef Annliese et Voguet Élise (éd.), La légitimation du pouvoir au Maghreb médiéval. De l’orientalisation à l’émancipation politique, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 127, 2011, 161 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 05 juillet 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8150

Haut de page

Auteur

Cyrille Aillet

Université Lyon 2, CIHAM-UMR 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page