Navigation – Plan du site
Lectures

Gonzalez-Quijano Yves, Arabités numériques, le printemps du web arabe, Paris, Sindbad, 2012, 187p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Ce petit ouvrage paru en 2012 revient dans un style alerte sur le rôle qu’ont joué les réseaux sociaux comme catalyseurs de la révolte et de la mobilisation pendant le « Printemps arabe » de 2011. L’auteur est un spécialiste des médias arabes qu’il ausculte depuis des années et dont il livre de nombreuses analyses à travers son blog Culture et politiques arabes (http// :cpa.hypothèses.org). Un des grands mérites de cet ouvrage est de dépasser l’actualité immédiate pour fournir un panorama synthétique mais très bien informé de l’évolution du paysage médiatique arabe sur plusieurs décennies. Comme le dit l’auteur, les sociétés arabes n’étaient pas un désert numérique et n’ont pas découvert subitement facebook, l’internet et les nouvelles technologies au printemps 2011, même si ces événements auront évidemment boosté le succès des réseaux sociaux dans cette partie du monde. Les nouvelles technologies ont pénétré les sociétés arabes dès les années 1990 via les TV satellitaires, puis la mise en place d’internet et sa généralisation à partir des années 2000. Il y a donc eu, comme dans le reste du monde, un processus d’évolution technique considérable qui s’est inévitablement accompagné d’une évolution sociale et culturelle complexe, longtemps sous-estimée par de nombreux observateurs. Y. Gonzalez-Quijano déconstruit de nombreuses idées toutes faites et relativise des représentations souvent caricaturales. Il rappelle qu’avant 2011, la « Toile arabe » était souvent associée à la montée de l’intégrisme islamique, au terrorisme international, avant d’être subitement présentée au printemps 2011 comme le lieu d’expression de la société civile et de la démocratie. Se démarquant tout autant de positions marquées par un optimisme angélique vis-à-vis des potentialités émancipatrices des réseaux sociaux que de positions pessimistes concernant l’échec des révolutions arabes ou bien les théories du complot, Y. Gonzalez-Quijano met en avant l’ampleur des transformations en cours. Il fournit des données quantitatives précises sur le développement du numérique et sur l’implication des États dans le développement de ces nouvelles technologies. Tout autoritaires qu’ils soient, la plupart des pays arabes ont considérablement investi dans les TICS ; l’arabisation de l’internet est devenue un enjeu économique majeur dans les années 2000. À noter que cette arabisation d’internet, ou ces « arabités numériques » comme dit l’auteur, ont des implications linguistiques majeures. Elles participent à la diffusion de l’arabe sous toutes ses formes mais aussi au plurilinguisme (on s’exprime beaucoup en anglais ou en français sur le web arabe), au mélange des langues, à de nouvelles formes d’écriture et de graphie. Il y a donc bien eu émergence de nouvelles cultures, de nouvelles pratiques en partie liées à cette évolution numérique et dont l’un des aspects essentiels est une remise en cause de l’ordre établi et des sources d’autorité. Rappelons que depuis une quinzaine d’années de très nombreuses études se sont intéressées à cette corrélation entre changements médiatiques et émergence d’un « espace public » dans les sociétés arabes. Tout au long des années 2000 on a pu ainsi voir comment contestation sociale et nouvelles formes d’expressions se conjuguaient sur le web, en particulier sur les blogs, et la part active qu’une nouvelle génération de jeunes urbains a jouée dans ce phénomène. L’apport des nouvelles technologies comme potentiels outils de libération se fait principalement dans les domaines de la mobilisation, de la coordination et de la documentation, avec cette potentialité inédite de pouvoir se faire connaître internationalement très rapidement. Mais Y. Gonzalez-Quijano consacre un chapitre à une vision beaucoup plus pessimiste des conséquences du développement du numérique qui pointe les enjeux géostratégiques de la cyberpolitique au niveau mondial et le risque d’une contestation numérique « affadie » et neutralisée, qui se résume à une adhésion minimale (je clique « j’aime ») sans coût personnel et sans réel engagement de terrain. L’échec ou l’essoufflement de plusieurs mouvements de contestation (Bahreïn, Maroc), la guerre en Syrie, semblent conforter ces tenants pessimistes et critiques des potentialités du cyberactivisme. Mais il serait réducteur de limiter l’analyse de l’impact des nouvelles technologies aux seuls événements politiques lorsqu’on voit l’ampleur des questions sociales discutées sur la Toile. Pour finir, Y. Gonzalez-Quijano établit un parallèle entre la nahda de la fin du XIXe siècle, en partie stimulée par la diffusion de l’imprimerie, et cette nouvelle « renaissance culturelle arabe » portée par le numérique. Dans les deux cas, non seulement des innovations techniques majeures accompagnent des transformations socio-culturelles tout aussi majeures, mais elles participeraient également à construire une identité et un imaginaire « arabe » que l’auteur préfère prudemment mettre au pluriel en parlant de « nouvelles arabités numériques ». Pluriel, car ces phénomènes en gestation prennent des formes très variées et que ces arabités ne se reconnaissent plus dans un type unique érigé en norme.

2On ne saura globalement qu’être d’accord avec la plupart des analyses et des démonstrations apportées par Y. Gonzalez-Quijano : les sociétés dites « arabes » évoluent rapidement, et quelles que soient les directions politiques prises, ces évolutions apparaissent comme inéluctables et complexes et la révolution numérique a été tout à la fois un facteur et un amplificateur de ces évolutions. Reste de nombreuses questions concernant cette/ces fameuses arabités. Le parallèle avec la nahda est théoriquement séduisant et a été invoqué dans de nombreux endroits. Mais il me semble qu’il est aujourd’hui très difficile de savoir si la Toile va participer/accompagner un renouveau d’une certaine appartenance à un ensemble commun aux contours plus ou moins flous (c’est vrai que le Printemps arabe a montré que tous les peuples des pays dits arabes se sentaient particulièrement touchés et concernés par les événements de Tunisie et d’Égypte) ou va contribuer à renforcer des régionalismes et localismes et des identifications plus locales ou universalistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Gonzalez-Quijano Yves, Arabités numériques, le printemps du web arabe, Paris, Sindbad, 2012, 187p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/8155

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

CNRS/IREMAM-Université Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page