Navigation – Plan du site
Lectures

Collins John, Global Palestine, Londres, Hurst & Company, 2011.

Aude Signoles

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, John Collins, qui enseigne les « Global studies » et la politique comparée à l’Université St-Lawrence de New York, entend sortir la Palestine de l’exceptionnalisme dans lequel les études en sciences sociales l’ont longtemps abandonnée, en partant du double questionnement suivant : qu’y a-t-il de global dans la lutte que mènent, localement, les populations des Territoires occupés par l’État d’Israël en 1967 ? Et qu’y- a-t-il de spécifiquement palestinien dans le monde qui nous entoure ?

2Partant de là, il livre un essai percutant qui invite à une réflexion salutaire sur les liens entre mondialisation des sociétés, néo-libéralisme, logiques sécuritaires d’un côté, et transnationalisation des formes de lutte contre des États coloniaux de l’autre. Le décentrement du regard s’inscrit dans la lignée des travaux publiés ces dernières années sur la Palestine contemporaine, qui font de celle-ci un laboratoire de processus plus globaux observés ailleurs. L’auteur se situe aussi dans le prolongement des études post-coloniales, tant il rejette le vocabulaire et les lectures dominantes de « l’Occident » et reprend à son compte les représentations et discours des acteurs « dominés ». C’est ainsi qu’il qualifie, d’emblée, la situation palestinienne de « coloniale » et qu’il délégitime l’usage du terme de « conflit territorial » couramment employé pour nommer celle-ci.

3L’ouvrage, structuré en six chapitres, s’arrête plus précisément sur quatre processus socio-politiques caractéristiques de la Palestine contemporaine, qui s’interconnectent et s’entretiennent mutuellement, tout en ayant des ramifications au-delà du terrain palestinien. L’intérêt est d’interroger les interdépendances et circularités entre ces processus et ceux du même type observés dans d’autres situations coloniales. Ces quatre processus font, chacun, l’objet d’un chapitre – aux titres plus ou moins évocateurs : « colonisation », « sécuritisation », « accélération » et « occupation ».

4Ainsi, le premier processus sur lequel s’arrête John Collins est la colonisation israélienne des Territoires palestiniens. Son constat de départ est simple : en près de cinquante ans, celle-ci a conduit au confinement croissant des populations dans des espaces de plus en plus réduits. Mais, au-delà, il souligne ce qui constitue, à ses yeux, la spécificité du fait colonial en Palestine – à savoir qu’il s’agit d’une colonisation de peuplement qui ne se limite pas au contrôle militaire d’un territoire afin d’en exploiter les ressources naturelles et humaines, mais qui entend aussi conquérir l’espace afin d’y organiser sa présence (et donc aussi celle de l’Autre). C’est pourquoi la colonisation israélienne est allée de pair avec la perte de pans entiers du territoire national palestinien. Derrière l’émiettement du territoire, plusieurs rhétoriques légitimatrices sont à l’œuvre côté israélien, comme la nécessaire mise en valeur de terres supposées vierges, la lutte contre la « barbarie » et la poursuite d’une « mission civilisatrice » en tant que « peuple élu ». Or, fait remarquer J. Collins, ces rhétoriques ont accompagné d’autres projets de peuplement en d’autres temps et d’autres lieux, et autorisent ainsi à comparer les processus de territorialisation/déterritorialisation à l’œuvre dans les Territoires palestiniens occupés par l’État d’Israël avec ceux observés, dans le passé, en Australie, en Amérique du Nord ou dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

5La deuxième tendance de fond mise en exergue par l’auteur renvoie à la diffusion d’un discours sécuritaire qui fait de l’Autre (palestinien) un problème d’ordre public, ce qui légitime à la fois la militarisation de la société, la violence d’État et l’état de guerre permanent en Israël. Pour J. Collins, ce processus qu’il nomme « sécuritisation » – en reprenant à son compte l’approche constructiviste de la sécurité en théorie des relations internationales et les travaux de l’École de Copenhague – a accompagné la montée en puissance des mouvements de libération nationale dans les années 1960-70, mais aussi le déploiement de stratégies d’alliances entre hégémons dans la lutte contre le « terrorisme ».

6Le troisième processus décrit par l’auteur renvoie aux modalités israéliennes de contrôle des populations palestiniennes, qui font appel à des technologies de plus en plus sophistiquées. Ici, c’est l’image d’Israël en tant qu’État sûr, doté d’une expertise en matière de contrôle des flux de populations « dangereuses », que l’auteur souligne en particulier et qu’il relie aux dispositifs de surveillance à distance retrouvés ailleurs, comme dans les maquiladoras ou les camps de réfugiés des pays du Sud. Ce type de modalité de contrôle a pour effet de rendre invisible le processus de déterritorialisation et de cantonnement auquel les populations dominées sont soumises et de gommer, du même coup, la violence d’État – pourtant souvent à l’origine du passage à la violence des colonisés.

7Enfin, le dernier processus mis en exergue par John Collins renvoie à l’émergence de nouvelles formes de lutte contre l’exercice de la domination coloniale, qui se développent à l’international et qui contribuent à la constitution de réseaux de solidarité transnationale. L’auteur défend en particulier l’idée qu’au fur et à mesure que la perspective d’un État palestinien s’éloigne, les revendications palestiniennes que relaient les réseaux de soutien internationaux mettent de plus en plus l’accent sur la nécessité de protéger les droits humains et la dignité des individus dans les Territoires palestiniens – ce que J. Collins appelle self-sovereignty. Résister conduit donc à revendiquer un droit à l’existence, ce qui, pour l’auteur, rapproche les Palestiniens des populations indigènes. On touche là sans doute l’un des aspects les plus percutants de l’ouvrage, puisque l’auteur nous invite à penser la relation entre ce qu’il appelle la « guerre du milieu » menée par l’État d’Israël dans les Territoires palestiniens et le développement de nouvelles formes de résistance anti-colons. Par « guerre du milieu », l’auteur vise les destructions perpétuées à l’encontre des écosystèmes et milieux naturels en Palestine (arrachage d’oliviers, détournement des eaux, pollution des nappes phréatiques par les colons qui y déversent leurs déchets), mais aussi la tendance à s’en prendre à la sécurité physique des populations et à ce qui assure la reproduction des générations futures (destruction des maisons, atteintes portées à la liberté de circulation des femmes enceintes, etc.). Il est néanmoins dommage que l’auteur n’ait pas (re)situé ces formes de militance dans une perspective historique, car la stratégie de résistance qui cherche à soutenir la présence des populations sur place (manifestations contre le Mur, protection des paysans lors de la récolte des olives, observation des checkpoints) de façon à éviter leur expulsion progressive et leur confinement dans des espaces de plus en plus étroits, n’est pas véritablement nouvelle ; elle rappelle largement les logiques du sumud – ou du Tenir bon – pratiqué dans les années 1970 dans les Territoires occupés. La différence essentielle provient du fait que, dans le passé, la résistance par le biais d’actes du quotidien et notamment, par le fait même d’habiter, était rattachée à la poursuite d’objectifs de libération nationale, alors qu’elle est dorénavant corrélée à la défense de droits individuels basiques (droit de s’alimenter, de s’abreuver, ou encore de se mouvoir).

8Au final, l’ouvrage encourage à des comparaisons heuristiques qui aident à penser la Palestine au-delà des frontières du Moyen-Orient et à la resituer dans des questionnements disciplinaires de sciences sociales (territorialisation/déterritorialisation du politique, sécuritisation des enjeux sociétaux et transformation des formes de protestation des sociétés civiles).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Signoles, « Collins John, Global Palestine, Londres, Hurst & Company, 2011.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8159

Haut de page

Auteur

Aude Signoles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page