Navigation – Plan du site
Lectures

Hour R. el (éd.), Cadíes y cadiazgo en al-Andalus y el Magreb medieval, Madrid, CSIC, Estudios onomástico-biográficos de al-Andalus, 2012, 225 p.

Élise Voguet

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif édité par Rachid el-Hour a été réalisé dans le cadre du projet de recherche « Hagiografías y literatura hagiográfica de al-Ándalus y el Magreb desde la época medieval hasta la actualidad : cuestiones de identidad cultural y religiosa » [L’hagiographie et la littérature hagiographique en al-Andalus et au Maghreb du Moyen âge à nos jours : question d’identité culturelle et religieuse] financé par le Ministère espagnol de l’économie et de la compétitivité pour la période 2011-2014. Il rassemble huit contributions qui se succèdent sans plan, et forme le XVIIIe volume de la série Estudios onomástico-biográficos de al-Andalus [Études onomastico-biographiques d’al-Andalus]. Le thème du livre, tel qu’il est présenté dans l’introduction de Rachid el Hour, est la fonction de juge en Occident musulman, non du point de vue de l’évolution de l’administration judiciaire mais dans la perspective d’étudier le personnage social du cadi. Les sources misent à profit dans ces articles sont au cœur de l’interrogation, les recueils biographiques principalement sollicités permettant d’ouvrir de nouvelles perspectives : étudier l’origine géographique et/ou ethnique des cadis, observer les liens familiaux et/ou de clientèles qui les insèrent dans la société, comprendre la situation socio-économique dans laquelle ils se trouvent ou encore considérer leurs relations avec les autorités politico-religieuses.

2Manuela Marín s’intéresse aux cadis des zones frontières que constituent les marches (supérieure, moyenne et inférieure) à l’époque émirale. Après avoir insisté sur l’importance de cette période de transformation et d’adaptation dans le processus d’islamisation d’al-Andalus, période qui voit l’introduction de nouvelles normes et l’intégration de situations préexistantes, M. Marín souligne l’importance des sources biographiques et des chroniques pour écrire l’histoire des cadis. Elle étudie dans une première partie les cadis de Tolède et de sa région puis ceux de Saragosse et ceux de Mérida et Badajoz. Pour la marche moyenne, elle souligne l’importance de la famille arabe de ‘Abd al-Jabbār b. Muslim al-Bāhilī qui, à partir du VIIIe siècle, se transmit la fonction de cadi sur quatre générations grâce à ses importantes ressources économiques, à son alliance avec le pouvoir omeyyade de Cordoue et à son rôle dans la diffusion du savoir. Au IXe siècle, quelques cadis muwallad font leur apparition mais, dans les moments de crises, l’alliance des Omeyyades de Cordoue et des familles arabes favorise ces dernières. À Saragosse, si le premier cadi était d’origine arabe, les suivants furent tous originaires de la ville. Au IXe siècle, un groupe d’oulémas d’origine muwallad émerge, tirant sa légitimité scientifique du fait que les premiers d’entre eux étudièrent auprès de Saḥnūn. Dans la marche inférieure, des cadis d’origine arabe furent nommés par l’émir omeyyade de Cordoue mais il y eut ensuite une présence croissante de cadis muwallad-s. M. Marín conclut sur l’instrumentalisation de la judicature par le pouvoir politico-militaire comme mécanisme de contrôle.

3La contribution de María Arcas Campoy porte sur le célèbre juriste andalous ‘Abd al-Mālik Ibn Ḥabīb (m. 238/853) (sa formation, son statut officiel, son autorité doctrinale) et ses relations avec le milieu des juristes de son temps. Ce célèbre polygraphe né à Elvira et mort à Cordoue (il porte également la nisba d’al-Qurṭubī) se rattache à l’école de Médine par ses maîtres Muṭarrif et Ibn al-Mājishūn, disciples directs de l’Imām Mālik. Auteur d’une dizaine d’œuvres de droit, il a bénéficié d’un contexte politique particulièrement favorable aux juristes dont l’autorité doctrinale était alors relativement indépendante des autres pouvoirs. C’est l’émir ‘Abd al-Raḥmān II qui le fait venir à Cordoue sur les conseils de Yaḥyā b. Mu‘ammar, le cadi de cette ville, pour donner son avis sur la destitution du grand cadi. Nommé faqīh mushāwar, juriste faisant partie du conseil consultatif en charge de conseiller le grand cadi voire l’émir lui-même, il acquiert une autorité doctrinale que l’on voit s’exprimer à travers plusieurs affaires importantes : destitution du grand cadi Ibrāhīm b. al-‘Abbās qui appartenait à la famille omeyyade, procès contre le neveu de ‘Ajab, la concubine favorite de l’émir al-Ḥakam Ier, procès contre son propre frère Hārūn b. Ḥabīb accusé de blasphème… Ces exemples permettent à M. Arcas Campoy de mettre en valeur la confiance que l’émir plaça en lui y compris sur des questions en marge du domaine juridique et les rapports entre juristes et pouvoirs judiciaires à Cordoue au IXe siècle.

4Maribel Fierro se penche également sur les juges de Cordoue à l’époque suivante, sous le califat de ‘Abd al-Raḥmān III (912-961) insistant sur l’inscription ethnique comme facteur déterminant au choix et à l’élection des cadis et sur l’influence de la politique judiciaire dans un contexte politique qui nécessite de faire face aux menaces tant internes (perte de contrôle d’une grande partie du territoire d’al-Andalus) qu’externes (proclamation du califat fatimide d’Ifriqiya). M. Fierro étudie la formation des juristes (en al-Andalus et lors de voyages d’études) et les filiations doctrinales des cadis en insistant sur l’appui porté par ‘Abd al-Raḥmān III à ces filiations qui ont des connotations politiques importantes à un moment où al-Andalus est désormais l’unique rempart du sunnisme dans l’Occident islamique. Seuls deux des six cadis qui exercèrent la fonction à cette époque furent d’origine arabe : al-Lakhmī et al-Aṣbaḥī, ce que M. Fierro interprète comme un indice clair de profondes transformations sociales : processus de conversion et d’islamisation qui s’accompagne d’un affaiblissement des élites nées de la conquête au profit de clients des Omeyyades (voir Aslam b. ‘Abd al-‘Azīz), des « nouveaux musulmans » (Ibn Baqī) et des Berbères (Ibn Abī ‘Īsā et al-Ballūtī). Elle conclut sur le rôle que tinrent ces cadis dans la construction de la légitimité califale, légitimité basée sur une soumission du calife à la loi et à un partage de l’autorité religieuse avec les oulémas contrairement au califat fatimide.

5L’article d’Alfonso Carmona propose une traduction en espagnol de trois documents de nomination à des charges judiciaires transmis par les recueils biographiques (il reproduit également les éditions arabes existantes) : deux actes de nomination de cadis – celles de Mahdī b. Muslim (VIIIe siècle) et d’Abū Bakr b. al-Salīm (Xe siècle) comme juges de Cordoue et l’acte de nomination d’Abū Bakr b. Abī Jamra (XIIe siècle) comme mushāwar, « conseiller juridique ». Il souligne que ces documents témoignent des changements progressifs de l’administration judiciaire, notant par exemple l’apparition des wukalā’, « avocats », ou l’évolution de la shūra, « conseil au juge », dont les membres, d’abord désignés par les cadis, devinrent une catégorie de serviteurs de l’État directement nommés par le pouvoir politique.

6Juan Martos Quesada s’intéresse aux rapports entre pouvoir politique et pouvoir judiciaire à travers la question des nominations et destitutions de cadis et dresse un portrait plus général de l’institution. Il commence par rappeler que le cadi représente celui qui l’a institué en soulignant que nominations et destitutions dépendent certes de l’autorité centrale mais aussi de toute une série d’autorités régionales, et insiste sur l’opposition entre pouvoir exécutif et judiciaire d’un côté et pouvoir législatif de l’autre, la loi constituant une limite au pouvoir califal. Il insère ensuite son propos dans le contexte d’al-Andalus en retraçant la progressive subordination des oulémas au pouvoir politique. À l’époque émirale les nominations donnaient lieu à des négociations avec le pouvoir pour tenter de limiter le rôle des souverains ; à l’époque omeyyade les cadis étaient majoritairement nommés par le grand cadi qui occupait alors une charge surtout politique ; sous les Almoravides il était plus fréquent que les oulémas suggèrent le candidat à l’émir et sous les Almohades, il y eut parfois des nominations de cadis par des cadis. Juan Martos Quesada examine également la question des ethnies en signalant, comme Maribel Fierro, que s’il y eut quelques cadis d’origine berbère à l’époque califale (surtout dans les zones frontalières) ils furent surtout issus des lignages arabes. En ce qui concerne l’influence de l’école juridique, il souligne l’hégémonie de l’école malikite, signalant pourtant quelques cadis se rattachant aux autres écoles sunnites. La question des destitutions fait l’objet d’une dernière partie. Après avoir rappelé qu’au moment des nominations, il n’y a jamais mention d’une durée du mandat, il examine les causes de destitutions : pour motifs politiques, pour raisons techniques, professionnelles ou pour incapacité. Il conclut en insistant sur la difficulté pour les cadis de concilier les pressions sociales et le pouvoir des gouvernants.

7La contribution de Dolores Serrano-Niza ne concerne pas la judicature mais le fiqh et les quelques femmes considérées comme expertes dans ce domaine et dont les sources biographiques ont conservé le nom. Elle présente d’abord les différentes sources utilisées pour faire l’histoire des femmes en al-Andalus (littérature juridique destinée à organiser tous les aspects de la vie sociale et individuelle des musulmans, recueils de jurisprudence, formulaires notariaux, littérature biographique) et pour étudier le domaine du savoir et de sa transmission dans les espaces domestiques. Car là est bien sûr la limite entre un monde masculin auquel correspond l’espace public et un monde féminin identifié à l’espace privé et au quotidien. La question de l’origine sociale est également centrale car elle détermine dans quelle mesure les femmes ont accès aux « espaces frontière » comme les marchés, les cimetières, les bains publics… Mais c’est bien au sein de l’espace privé que les femmes ont la possibilité d’accéder au savoir, notamment grâce à l’apprentissage par mémorisation qui ne nécessite pas d’être lettré. D. Serrano-Niza donne un certain nombre d’exemples, pris entre le IXe et le XIIe siècle, qui lui permettent de mettre en avant une transmission familiale du savoir par le biais du père, du frère ou du mari, en soulignant cependant qu’il peut y avoir un échange réciproque du savoir entre homme et femme au sein de l’espace domestique. Les cours suivis auprès d’un maître en dehors du cadre domestique et les ijāzat sont des exceptions comme les productions écrites.

8Rachid el-Hour se penche sur la judicature de Jaén à l’époque almoravide en mettant l’accent sur la nature des relations qui ont existé entre les autorités politiques et les fuqahā’ de cette ville. Il commence par rappeler le contexte historique, hérité de l’époque des taïfas, et les changements que les Almoravides ont introduits dans le système administratif d’al-Andalus : Jaén, comme nombre de villes et localités frontalières, fut dotée d’un système militaire avec un qā’id représentant le gouverneur de Grenade pour servir de barrière de protection contre les avancées chrétiennes, et de nouveaux pouvoirs locaux furent soutenus par le régime qui cherchait à réduire les aspirations politiques trop fortes, notamment en veillant à ce que les familles grenadines n’accaparent pas la judicature de la ville. Rachid el Hour examine les différents magistrats évoqués dans les sources biographiques en soulignant le peu d’informations qui sont données à leur propos, à l’exception d’Ibn Juzayy al-Kalbī, jurisconsulte de Grenade nommé cadi de Jaén et dont la famille eut un poids non négligeable dans cette ville. Cette exception est vraiment notable car, sous les Almoravides, les pouvoirs locaux furent insignifiants. La présence d’au moins six jurisconsultes appartenant au conseil consultatif du cadi (shūra) et originaires de Jaén est interprétée par l’auteur comme un indice du fonctionnement régulier de son institution judiciaire. Il conclut en insistant sur le lien à faire entre la position de ville frontière de Jaén et sa nécessaire subordination aux capitales successives (Grenade, Séville et de nouveau Grenade). Les Almoravides ont craint les fuqahā’ surtout à cause du rôle qu’ils avaient joué dans la disparition des taïfas. Ces craintes furent d’ailleurs fondées car à Jaén : le fils d’un cadi nommé par les Almoravides se proclama rā’is de la ville au moment du démembrement de l’empire.

9Enfin, Miguel Ángel Manzano Rodríguez se propose d’analyser les informations fournies dans le Kitāb al-‘Ibar d’Ibn Khaldun à propos de quelques cadis qui ont exercé leur charge sous les dynasties maghrébines des Hafsides, ‘Abdalwadides et Mérinides. Ces informations donnent des renseignements biographiques bien sûr, mais permettent également d’avoir des indications sur les différentes tâches incombant aux juges et surtout d’étudier leurs relations avec les pouvoirs politiques. Il insiste en premier lieu sur le prestige des lignages auxquels se rattachent les cadis puis sur les différents types d’événements dans lesquels on les voit intervenir : rédaction de traités internationaux, correspondances et missions diplomatiques, participation au pèlerinage à La Mecque… Il étudie également les relations que les juges entretiennent avec les autres représentants aux fonctions administratives du makhzan, et leurs interventions à la tête de rébellions ou comme défenseurs de l’ordre.

  • 1

10Si le titre du livre (comme celui du programme auquel il doit son existence) englobe al-Andalus et le Maghreb, force est de constater qu’une seule contribution est dédiée à ce dernier et qu’elle n’utilise pas le même type de source. L’institution judiciaire est particulièrement bien étudiée pour l’Espagne musulmane et les contributions rassemblées ici viennent utilement compléter les connaissances sur la judicature du VIIIe au XIIe siècle. Pour le Maghreb, les études sont beaucoup moins nombreuses. Il est fait mention des travaux de Davis Powers, mais on peut regretter que ne soit pas fait allusion à ceux de Nejmeddine Hentati (2007) sur le malikisme et notamment son article sur les cadis1. Il aurait sans doute également fallut évoquer les réflexions menées sur les autres espaces du monde musulman, spécialement celles de Mathieu Tillier sur l’Irak abbasside.

11En ce qui concerne les sources, il faut saluer la riche bibliographie (15 p.) mentionnant nombre d’éditions de textes et de traductions. On regrette en revanche l’absence d’une bibliographie générale sur le sujet qui aurait constitué un bon outil de travail.

Haut de page

Bibliographie

Hentati N., 2007, « Mais le cadi tranche t-il ? », Islamic law and society, 14/2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Voguet, « Hour R. el (éd.), Cadíes y cadiazgo en al-Andalus y el Magreb medieval, Madrid, CSIC, Estudios onomástico-biográficos de al-Andalus, 2012, 225 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8161

Haut de page

Auteur

Élise Voguet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page