Navigation – Plan du site
Lectures

Chanson-Jabeur Chantal et Maalouf Monneau May (dir.), Conflits et territoires au Moyen-Orient et au Maghreb, Cahier du GREMAMO, No 21, Paris, l’Harmattan, 2012.

Daniel Meier

Texte intégral

1S’il n’est pas rare de voir paraître des publications collectives sur des questions de territoire au Moyen-Orient sous la plume de géographes ou d’autres portant sur des enjeux de conflits chez les politologues, il est moins courant de pouvoir lire sous un même chapeau des contributions mêlant ces deux thèmes dans une acception pluridisciplinaire. Les auteurs rassemblés dans le présent volume mêlent avantageusement des perspectives historiques, anthropologiques, géographiques ou de science politique sur cette relation entre conflits et territoires à partir de différents cas d’étude allant de la question de l’eau au Moyen-Orient en général à des séquences historiques précises de l’histoire du XIXe siècle, comme la genèse de la délimitation frontalière entre la Tunisie et l’Algérie. Ces contributions très diverses mais malheureusement trop peu nombreuses sont organisées suivant une subdivision du volume en trois entrées, comme trois sous-ensembles de conflits – frontaliers, identitaires et urbains – qui sans prétendre à l’exhaustivité fournissent trois orientations dans les questionnements suivis par les auteurs.

2La très brève introduction du volume, signée par les deux co-éditrices, ouvre sa problématique sur le lien existant entre le territoire – dont les bases étatiques sont fragiles dans les régions étudiées – et le sens identitaire dont il est investi a fortiori dans le contexte d’États-nations défaillants. Ainsi l’hypothèse de départ est celle d’un territoire à la fois produit et producteur d’identité, un territoire défini comme une donnée « indépassable » pour ou sur lequel les conflits se déploient. Les précisions théoriques et historiques de Monique Chemillier-Gendreau dans le chapitre initial semblent opportunément fournir des éléments pour un cadre analytique montrant l’héritage colonial des conflits frontaliers actuels et le rôle majeur joué par les grandes puissances dans ce processus niant les droits de certains peuples. Il est toutefois dommage qu’elle écarte la notion d’identité sans dire l’importance d’une réflexion qui, comme l’a montré Brubaker (2001), peut dépasser le terme pour viser le processus d’identification. Un processus sur lequel il semble d’autant plus urgent de se pencher sur la base de certains travaux (p.ex. Picard, 2006 ; Bozarslan, 2008) qui fournissent les outils théoriques pour penser les relations entre espaces, représentations et appartenances au Moyen-Orient.

3Les diverses contributions montrent clairement un cheminement qui part de questions empiriques, avec les frontières physiques, pour ensuite soulever des questions identitaires et revenir enfin à des espaces géographiques en milieux urbains. Force est de noter dans chacune des études proposées l’interpénétration existante entre les dimensions spatiales et leurs aspects symboliques, celle du sens que les acteurs leur confèrent. Ce qui, en retour, ne manque pas de questionner le paradigme « territorialiste » auquel semble s’attacher les coordinatrices du volume et pose questions sur les options théoriques retenues en suggérant la primauté du territoire sur ses représentations. À défaut d’avoir établi cette liaison en amont, chacune des contributions du volume procède à partir d’un outillage conceptuel spécifique, souvent marqué par l’approche disciplinaire et sans grande cohérence générale.

4Le premier axe, portant sur les questions de conflits frontaliers, semble fournir une série d’échelles et terrains d’études avec cinq papiers assez inégaux. On peut souligner l’approche très détaillée proposée par May Maalouf Monneau sur l’enclavement de Jérusalem-Est illustrant à merveille ce lien entre conflit et territoires frontières. En Palestine également, Sossie Andézian a fort bien mis en lumière l’instrumentalisation israélienne d’un lieu saint partagé par les trois monothéismes, la tombe de Rachel, à des fins de construction territoriale nationale. Elle décrit avec précision les étapes d’un processus d’appropriation et de contrôle de l’espace opéré par l’État juif, un système de cloisonnement des lieux par des barrières et murs (la téichopolitique) qui s’observe plus largement à l’échelle des territoires palestiniens. Le second axe composé de deux articles est probablement le plus prometteur en ce qu’il discute à partir de deux recherches de doctorats en cours, des enjeux de définition identitaire qui, ipso facto portent sur des territoires – la Jordanie par rapport à la présence palestinienne et le territoire de mémoire des communautés syriaques dans le Sud-Est de la Turquie. On y voit clairement mis en relations les perceptions de l’autre dans la construction du collectif, national ou communautaire, son rapport à son territoire en tant qu’il est chargé d’une mémoire et d’une histoire que les acteurs (étatiques ou non) peuvent décider de réaffirmer dans des prises de positions qui se traduisent par de nouveaux dispositifs de marginalisation des Jordaniens d’origine palestinienne en Jordanie, ou de nouvelles dynamiques de retours d’exils chez les Syriaques dans une quête identitaire où la terre est réinvestie d’une valeur d’appartenance à un groupe communautaire. La troisième partie du volume, enfin, propose deux textes plus orientés sur des questions d’aménagement du territoire et de ce fait plus techniques. Mais dans chacune de ces deux études, la dimension frontalière revient au devant de la scène afin d’en mesurer, à l’échelle urbaine, la dimension changeante et de ce fait les implications en terme de taxinomie, que celle-ci porte sur une vallée du Nord-Est algérien ou sur un camp palestinien à Amman.

5En somme, la plupart des contributions réussissent à montrer qu’il ne peut y avoir de réflexion sur le territoire sans une réflexion sur les représentations qui lui sont attachées. Tous les enjeux autour des territoires dont il est question dans ce volume sont de part en part des constructions politiques, c’est-à-dire des choix arbitraires opérés par des acteurs sur la base de critères identitaires, qu’ils s’agissent de l’appartenance religieuse, urbaine ou nationale. Ce qui semble montrer l’importance d’une réflexion construite plus en amont dans la publication sur cette articulation théorique, notamment autour des questions de frontières. On peut de la sorte regretter que l’introduction n’ait pas proposé des pistes de références parmi une littérature déjà fournie dans les différents champs disciplinaires que composent aujourd’hui les border studies, une des dernières en date en langue française (Douzet & Giblin, 2013) témoignant bien de l’emprise et des limites du paradigme territorialiste. En aval, une conclusion aurait pu aisément tirer des fils constructifs sous le double plan de l’intérêt d’une démarche interdisciplinaire sur le binôme territoire-identité et de l’importance de développer plus avant les travaux discutant les enjeux de cette problématique au Moyen-Orient au vu de la permanence de conflits identitaires.

Haut de page

Bibliographie

Bozarslan Hamit, 2008, Une histoire de la violence au Moyen-Orient, Paris, La Découverte.

Brubaker Rogers, 2001, « Au-delà de l’identité », Actes de la recherche en sciences sociales, No139, p. 66-85.

Douzet Frédérick, Giblin Béatrice (dir.), 2013, Des frontières indépassables ?, Paris, Armand Colin.

Picard Elizabeth (dir.), 2006, La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « Chanson-Jabeur Chantal et Maalouf Monneau May (dir.), Conflits et territoires au Moyen-Orient et au Maghreb, Cahier du GREMAMO, No 21, Paris, l’Harmattan, 2012. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://remmm.revues.org/8164

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page