Navigation – Plan du site
I. Territoires et frontières

Les cinémas arabes en tournée et en tournage festivalier

Arab cinema on tour and festival film making
Gemma Ventura-Mustienes
p. 41-55

Résumés

Au cours des deux dernières décennies, les festivals de cinéma arabe se sont multipliés partout dans le monde, à l'intérieur et à l'extérieur des frontières du monde arabe. Leurs fonctions et leurs actions sont complexes. D'un côté, ils cherchent à diffuser le cinéma arabe, à faire connaître les sociétés qu'il dépeint et où il est créé. De l'autre, ils agissent sur l'imaginaire des sociétés réceptrices mais aussi, en retour, sur les créations cinématographiques elles-mêmes. Afin d’illustrer ce sujet, l'étude se fonde sur un échantillon de festivals sélectionnés en fonction de leur longévité et de leur situation géographique. Tous les festivals mentionnés ont donc existé pendant au moins cinq ans ou ont lieu depuis 2009 sur les cinq continents. La mission et le format de la première édition de ces festivals ont servi de base à cette analyse, ce qui permet d'établir un lien entre ces événements cinématographiques et les contextes politiques, sociaux et culturels dans lesquels ils s'inscrivent.

Haut de page

Texte intégral

1La distribution des films, dans un monde polarisé où un certain type de production s’impose à d’autres, est parfois limitée et difficile. Dans ce contexte, les festivals, très variés, qui se tiennent partout dans le monde jouent un rôle majeur. Les œuvres programmées bénéficient en effet d’une vitrine qui contribue à leur promotion ou, tout au moins, à leur diffusion. En grand essor depuis quelques années, les films créés dans les pays arabes ou dont la thématique est liée au monde arabe peinent cependant à apparaître sur les écrans des circuits officiels.

  • 1 Afin de faciliter la lecture, les noms des festivals dans leur langue originale (que ce soit frança (...)

2Ces films sont donc projetés dans des circuits alternatifs. Le lien entre diffusion et festival n'est pas anodin : plusieurs organisateurs de festivals de cinémas arabes sont également des entreprises de diffusion (c'est le cas des sociétés de distribution Aflam à Marseille, ou de AFD à Seattle) ou ont décidé d’en créer une pour remédier à un manque (comme dans le cas de la Mostra de Cinema Àrab i Mediterrani1). Ces circuits alternatifs sont généralement limités dans leur programmation et dans le temps (projection d'un certain nombre de films pendant une période donnée) et isolés sur le plan géographique (des villes ou de petits groupes de villes accueillent, isolément, les projections). Les festivals qui ont lieu dans des pays arabes (Âyâm Beyrût as-Sinema’iya, Abu Dhabi Film Festival, pour n'en citer que quelques-uns) visent à promouvoir le cinéma arabe, du moins dans certaines de leurs sections, et décernent des prix aux films sélectionnés. En revanche, dans les festivals (ou muestras) qui ont lieu ailleurs dans le monde, la logique compétitive n’est pas aussi marquée. Le but est avant tout de faire découvrir aux spectateurs des réalités et des expressions artistiques qui ont cours dans les pays arabes.

3Dans cet article, nous centrerons notre analyse sur cette seconde catégorie de festival, vue en tant que carrefour culturel complexe qui permet la rencontre de différentes sociétés et visions du monde. Les films arabes sont en tournée dans des festivals d’origine non arabe, ils y transmettent quelque chose d’inhérent à la société d’où ils sont issus. Pour reprendre les mots d’Edgar Morin,

«Tout film, même s'il est un film d'art, ou d'évasion, même s'il traite du rêve ou de la magie, doit être traité comme une chose [dont les caractéristiques] sont capables de nous éclairer sur les zones d'ombre de nos sociétés, zones qui constituent ce qu'en d'autres mots on appelle les représentations, l'imaginaire, l'onirisme ou l'affectivité collective ». (Morin, 1956)

4Dans un film se cache donc une réalité vécue par la collectivité. Et les films modèlent sans doute l’image que les spectateurs occidentaux se font du monde arabe. Le sociologue Pierre Sorlin s’appuie sur le concept de « visible » pour exprimer sa conception du rapport entre le spectateur et le film : « Le visible se trouve à la croisée des horizons de ce que produisent ceux qui fabriquent les films et des attentes explicites ou implicites de ceux qui les regardent » (Sorlin, 1977 : 240). Il décrit ainsi un lien entre le film et le spectateur qui naît d’une acceptation de la part de ce dernier de la logique du réalisateur, ne fût-ce que pendant la durée de la projection :

« Chacun sait que nous ne voyons pas le monde extérieur “comme il est”, nous percevons les êtres et les objets à travers nos habitudes, nos attentes, notre mentalité, c'est-à-dire à travers les manières propres à notre milieu de structurer l'essentiel (ce qui est essentiel pour nous) par rapport à l'accessoire. Le “visible” d'une époque est ce que les fabricants d'images cherchent à capter pour le transmettre, et ce que les spectateurs acceptent sans étonnement. » (Sorlin, 1977 : 68)

5Afin de mesurer l’influence de ces festivals et de saisir la façon dont ils agissent, nous analyserons les initiatives qui en sont à l’origine, leurs buts, ainsi que leurs cadres géographique, thématique et institutionnel, mais aussi la façon dont ils peuvent contribuer à façonner l’imaginaire collectif de la société de réception.

6Mais on peut également questionner ces manifestations sous un autre angle : les films seraient-ils aussi en tournage dans les festivals non arabes ? Leur action a priori unidirectionnelle pourrait-elle donner lieu en réalité à un échange bidirectionnel ? En effet, les réalisateurs arabes dont les films sont projetés dans des festivals de pays non arabes peuvent se voir influencés par cette ouverture et par ce contact avec un nouveau public. Ils s’engageraient dès lors vers une création cinématographique répondant à la demande du public étranger, perpétuant une certaine image que l’étranger (ou l’Occident) a du monde arabe, et reproduisant par là une nouvelle forme de l’orientalisme décrit par Edward Saïd.

Méthodologie

7Plutôt que d’effectuer un passage en revue exhaustif des festivals de cinéma arabe dans le monde et dans l'histoire, nous nous attacherons à analyser un échantillon élaboré selon des critères temporels et géographiques. Les festivals sont éphémères et informels. Dans les deux dernières décennies, des milliers de festivals se sont tenus partout dans le monde. Toutefois, certains ont eu une courte durée de vie, ce qui rend leur étude difficile aujourd’hui. Nous nous sommes donc focalisés sur les festivals qui se sont prolongés dans le temps, ou sur les plus récents, étant donné qu’il existe plus d’informations à leur sujet. En outre, cette étude s’inscrit dans un vaste cadre géographique puisque les cinq continents y sont représentés (voir tableaux 1 et 2). Afin d'obtenir des informations fiables concernant chaque festival, nous avons eu recours à plusieurs sources d'information. Tout d’abord, les sites web officiels des festivals ont fourni des données qui ont servi de base à notre analyse. Ensuite, des questionnaires ont été distribués via Internet aux comités organisateurs, ce qui a permis d’obtenir des réponses plus ciblées, personnelles et concrètes. Enfin, lorsque les conditions le permettaient, des entretiens ont été menés.

Des initiatives de diplomatie culturelle de la société civile

8Les festivals de cinéma arabe ont connu une première phase d’essor dans les années 1980. À cette époque, à la suite d’une série de vagues migratoires, on observe une forte présence de populations arabes dans les sociétés occidentales, notamment en France, aux États-Unis, au Canada ou en Australie. C’est le moment où, en France, plusieurs mouvements sociaux – tels que « SOS-Racisme », campagnes anti-racistes, etc. – voient le jour dans le but d’améliorer le « vivre ensemble » au sein de la société française davantage perçue comme hétérogène. Plus tard, les années 1990 voient le déclenchement de la première Guerre du Golfe, lors de laquelle l’Irak se trouve confronté à des pays occidentaux. C’est dans ce contexte qu’apparaissent, en France, le Festival du film arabe de Fameck, en 1990, et la Biennale des cinémas arabes, à Paris, en 1992. Aux États-Unis, le Seattle Arab and Iranian Film Festival est inauguré en 1990 et l’Arab Film Festival, en 1997. Au Canada, plus précisément à Montréal, le Festival du Film Libanais voit le jour en 1998.

9Une deuxième vague de création de festivals a lieu entre 2003 et 2011, notamment dans des pays qui, traditionnellement, ont moins de relations avec les pays arabes, comme la Suède (Malmö Arab Film Festival en 2011), la Belgique (Festival du Film Arabe de Bruxelles en 2006), l'Allemagne (Alfilm en 2009), le Brésil (Mostra Mundo Árabe de Cinema en 2006) ou l'Argentine (Latinarab International Film Festival en 2011). Parallèlement, d’autres pays, considérés comme plus proches des pays arabes sur le plan géographique et culturel, entrent en contact avec leurs populations immigrées. C’est le cas de l'Espagne (Festival Internacional de Cine Euroárabe Amal en 2003) ou l'Italie (Film Middle East Now en 2010). Les communautés d'origine arabe encouragent quant à elles la création de nouveaux liens avec leurs cultures d’origine au moment où plusieurs événements mondiaux et géostratégiques (attentats du 11 septembre 2001, question des ressources énergétiques, émergence de la thématique du terrorisme international) conduisent à repenser ces liens.

10Les associations qui assurent la promotion des festivals cinématographiques sur le monde arabe sont, en général, non gouvernementales et reçoivent des subventions publiques ou des donations privées. La société civile, entendue comme le « processus à travers lequel les individus » autonomes de l’État et émancipés « discutent, luttent ou se mettent d’accord entre eux et avec les centres d’autorité politique et économique » (Kaldor, 2003 : 588), est le principal acteur de la diplomatie culturelle, au dépens des institutions de l'État. Un phénomène transnational se développe, dans lequel les populations entrent en contact à travers les frontières sans nécessairement passer par les relations institutionnelles monopolisées par l'État, ni par des déplacements physiques. La diplomatie culturelle menée depuis les années 1960 par des pays comme les États-Unis, qui vise quant à elle à améliorer leur propre image (Gienow-Hecht et Donfried, 2010 : 14), subit une mutation à partir des années 1990, pour acquérir une nouvelle dimension, plus démocratique et participative. Dans les années 1990, les États manifestent cependant le plus souvent leur monopole de la violence (Castells, 1997) – notamment lors de la Première Guerre du Golfe ou lors de l’offensive de l'Otan en ex-Yougoslavie – tandis que les sociétés civiles se réclament de solutions pacifiques, constructives et de développement. Les festivals sont souvent présentés comme l’une de ces réponses.

Des films en tournée : le façonnement de l’imaginaire dans les festivals

11Les festivals qui existent actuellement dans les pays non arabophones sont très souvent liés à des associations à but non lucratif. La mission du festival est déterminée par la nature même de l'association qui l’organise. En règle générale, on distingue deux grands types d'association : d'une part, des organisations à but social, dont l'objectif principal est de faire connaître d’autres pays et d’œuvrer à leur développement (dans ce cas, le cinéma est un moyen) ; de l'autre, des organisations qui privilégient la dimension artistique (dans ce second cas, le cinéma est une finalité, le rapprochement de deux cultures étant un but secondaire). Les premières visent à créer une passerelle entre deux cultures : montrer la diversité et l'hétérogénéité des mondes arabes ; lutter contre les stéréotypes sur le monde arabe ; créer des liens et des lieux de rencontre entre la communauté d'accueil et la communauté arabe, que ce soit à l'intérieur du pays d'accueil, ou entre le pays organisant le festival et les pays arabes (c’est le cas, entre autres, des festivals qui se déroulent en Espagne, en Argentine, en Australie, en France ou en Suède). Les secondes ont pour objectif de soutenir et de diffuser la création cinématographique d'origine arabe.

Portée géographique

12En fonction de leur portée territoriale, les festivals peuvent être classés en trois catégories : supranationale, nationale ou locale.

13La première catégorie englobe les festivals à dimension régionale, c'est-à-dire les cinémas « arabes » dans leur ensemble, où tous les pays de langue arabe peuvent être représentés. Les pays du Golfe, du Maghreb et du Machreq y sont confondus. À ce sujet, on ne peut s’empêcher de remarquer un paradoxe apparent : le choix d’une étiquette aussi englobante, voire homogénéisante (le « monde arabe ») s’accorde mal à la prétention de certains festivals à éliminer les amalgames et à refléter la pluralité du monde arabe, des « mondes arabes ».

14Ce n’est cependant pas le cas de tous les festivals qui se présentent sous l'étiquette « arabe ». Certains, en effet, choisissent de se pencher sur un pays en particulier ou sur une personnalité du cinéma arabe, en proposant une sélection de films ciblée. La Mostra de cinema àrab i mediterrani de Barcelone, par exemple, invite chaque année un pays arabe d’où provient la moitié des films programmés. Dans un ensemble homogénéisant et indifférencié, la sélection d'un pays peut mettre en valeur sa spécificité et la diversité du groupe. Ces festivals peuvent ainsi réussir à enrayer une transmission réductrice de l'image des cultures arabes.

15Par ailleurs, certains festivals ont coutume de projeter des films provenant de différentes aires géographiques. Ainsi, de 1994 à 2006, la programmation du Seattle Arab and Iranian Film Festival mêlait à la fois des films de culture et de langue arabes et des œuvres iraniennes. Notons ici que l'addition exprimée par la conjonction and (« et ») met en rapport deux communautés très distinctes, ce qui peut générer une certaine confusion : cet intitulé laisserait-il entendre qu’une proximité d’ordre religieux supposerait nécessairement des caractéristiques culturelles communes ?

16Le festival organisé chaque année à Barcelone depuis 2006, quant à lui, associe les adjectifs « méditerranéen » et « arabe », ce qui permet de réunir les pays du Maghreb (en particulier les pays d’Afrique du Nord) et quelques pays du Machreq (ceux voisins de la Méditerranée : la Syrie, le Liban, la Palestine et la Jordanie). Les productions des pays du Golfe et celles de l'Irak sont donc laissées de côté. L’appellation Mostra de cinema àrab i mediterrani est sans doute née d'une volonté des acteurs politiques et de la population, de promouvoir un ensemble – voire une identité – méditerranéenne. Depuis 1995 en effet, Barcelone a tenté de se poser en tant que capitale de la Méditerranée (à travers la mise en place du Partenariat euroméditerranéen), titre à nouveau revendiqué en 2005 à l’occasion d’une nouvelle réunion diplomatique entre les pays participants. Il faut donc pointer ici le lien existant entre la position de la ville accueillant le festival et les caractéristiques de celui-ci, ces événements étant évidemment ancrés dans une société d'accueil.

17Toujours dans la catégorie supranationale, certains festivals définissent leur cadre géographique selon la distinction entre Machreq et Maghreb. Deux exemples peuvent être cités. Le festival italien Film Middle East NOW, centré sur le Machreq (élargi), s’appuie en effet sur la conception anglo-saxonne du terme Middle East, si bien que des films iraniens, israéliens et afghans y sont aussi présentés. On voit que les choix de dénomination peuvent ainsi contribuer à la construction représentations culturelles et territoriales auprès du grand public.

18Quant au festival français Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient, la mention « Moyen-Orient » n’a été ajoutée qu’à l’occasion de sa dernière édition (2012). Auparavant, le cadre de ce festival était limité au Maghreb en raison des liens étroits que la France entretient avec ces pays (notamment l'Algérie, la Tunisie et le Maroc) et qui tiennent non seulement à leur statut d’anciennes colonies, mais aussi aux phénomènes migratoires. Cependant, la programmation de 2012 a été élargie aux films du Moyen-Orient car, selon l’organisateur du festival, les circuits de distribution et les interactions entre les deux groupes territoriaux font qu’il est de plus en plus difficile de limiter le cadre du festival aux pays maghrébins :

« De l'Ouest et de l'Est du monde arabe nous parviennent les échos des luttes, tout comme les réflexions et interrogations desquelles émergent des problématiques communes. Le cinéma s'en fait l'écho, et le Panorama se devait de s'ouvrir à ces nouveaux territoires. » (Éditorial du Panorama 2012)

  • 2 Il existe des festivals consacrés à d’autres pays (l'Irak, la Syrie...). Cependant, ce sont des fes (...)

19Intéressons-nous à présent aux festivals de dimension nationale. Seuls cinq des vingt-deux pays membres de la Ligue arabe font l’objet de festivals spécifiques : l'Égypte, le Liban, le Maroc, la Tunisie et la Palestine2. Les motivations sont variées. En premier lieu, le pouvoir régional et le rôle central de l'Égypte, non seulement au niveau géopolitique mais aussi au niveau cinématographique, ont favorisé la création de festivals de cinéma égyptien à Marseille, à Vancouver, à Hong Kong et à Adis Abeba. En revanche, les festivals consacrés au Liban, au Maroc ou à la Tunisie sont nés d’une volonté de faire connaître la réalité de ces pays aux spectateurs. Le festival marocain aux États-Unis, le festival tunisien à Hollywood et à Paris, ou le festival libanais à Montréal sont tous promus par des associations qui rassemblent des membres de ces communautés vivant dans des pays non arabes. Ces festivals, donc, ont une double fonction : ils permettent de faire découvrir au public la culture de pays lointains, mais ce sont aussi des lieux de rassemblement pour les communautés expatriées.

20Le cas palestinien est à part. Les promoteurs des festivals cinématographiques palestiniens ne sont pas forcément des ressortissants de Palestine, mais des personnes qui entretiennent des rapports étroits avec le pays ou qui l’ont habité. À l’objectif de diffusion qui caractérise les festivals marocains, tunisiens et libanais s’ajoute ici la dimension de l’engagement et de l’activisme. Les festivals de Londres, de Boston ou celui, plus récent, de Madrid sont les plus importants. En effet, entre 30 et 50 films par an ont été projetés, en 2005, 2007 et 2010.

21Enfin, on observe actuellement une nouvelle tendance à caractère intra-national. Les films réalisés par (ou sur) des communautés vivant dans certains pays arabes, telles que les Sahraouis ou les Kurdes, commencent à bénéficier d’une certaine diffusion. Noemí Artal, de l'association Handala à Madrid, est notamment à l’origine d’une initiative de ce type. Hormis quelques cycles ou festivals ponctuels, ces cinémas font l’objet d’une diffusion plutôt marginale et restreinte. Souvent, ces communautés vivent dans des pays dont les gouvernements ne protègent pas les minorités. Aussi, c’est dans les pays occidentaux (en Europe et en Amérique du Nord) que ce cinéma peut espérer gagner en visibilité. Lorsque ces minorités culturelles expriment des exigences d'autonomie politique dans leurs pays respectifs, les sociétés civiles qui le promeuvent s’exposent au risque de se trouver mêlées à des processus conflictuels complexes.

Portée idéologique

22Les critères de sélection des films varient selon le festival, mais en général, ce processus se décline en deux phases. Les organisateurs effectuent un premier passage au crible en ne retenant que les œuvres qui correspondent à l’identité du festival : étant donné que le but des festivals de cinéma arabe, maghrébin ou d'un pays arabe particulier est de donner à voir la production de cette région du monde, les films doivent respecter cette première condition. Cependant, le lien avec le territoire peut être représenté par la nationalité ou l'origine du réalisateur, par la nationalité de l'équipe de production (ou de coproduction) du film, ou même par le sujet traité. Ainsi, certains festivals cherchent un regard propre à la région en se basant sur la nationalité du réalisateur ou sur son origine arabe. Tandis que d'autres acceptent tous les films dont le sujet est lié au monde arabe, indépendamment du principe de nationalité. Les festivals qui résulteront de ces choix seront donc différents. Si les projections sont limitées à des films produits par des pays arabes ou (et surtout) réalisés par des cinéastes arabes ou d'origine arabe, l'image véhiculée auprès du spectateur émane d'un regard interne dont on peut supposer qu’il fait place aux voix des populations arabes. Si d’un autre côté l'origine des films projetés n'est pas prise en considération – pour peu qu'ils traitent d’un sujet lié à la réalité arabe – c’est à partir d’une image extérieure qu’il s’agit d’exprimer une représentation de l'« autre ».

23La seconde phase de sélection est fondée sur la qualité des productions. Les comités de sélection peuvent être formés d’une ou plusieurs personnes, d'origines et de professions différentes (origine arabe, origine du pays d'accueil ; réalisateurs, experts en cinéma, non-spécialistes représentant le public général, etc.).

Portée thématique

24Les films projetés par les festivals contribuent à l’élaboration d’un imaginaire de l'« autre », en l’occurrence d’origine arabe. Dans la mesure où les associations qui organisent ces festivals entendent en général œuvrer à l’amélioration des rapports humains, elles s'intéressent prioritairement à des films engagés traitant de sujets majeurs comme la liberté d'expression, la situation des femmes ou les conflits ayant lieu dans le monde arabe. De fait, les spectateurs peuvent se faire une image partielle et réductrice de l’autre, puisque seuls sont montrés les aspects conflictuels des sociétés arabes. Une telle tendance s’observe dans nombre de festivals de cinéma arabe. Toutefois, l'édition de 2011 du festival allemand AlFilm a pris le contre-pied de cette tendance. Cette année-là, le thème de l’humour a en effet été choisi pour la section « Fokus », qui contenait uniquement des comédies. Ce thème a été privilégié pour « réfuter la soi-disant “controverse des caricatures” qui véhiculait le stéréotype suivant lequel les Arabes n’avaient aucun sens de l’humour » (Matériel de Presse Alfilm 2011). Ce type d’initiatives échappe à la tendance générale (bien que de façon limitée dans l'espace et dans le temps) et peut contribuer à modifier l'éventuelle influence de ces films sur l’imaginaire des communautés arabes (émigrées ou non).

Des films en tournage ?

25L'existence d'un stimulant sous forme de récompense est également un élément important. Étant donné que la plupart des associations organisatrices sont à but non lucratif, les festivals sont dans la grande majorité des cas non-compétitifs, quelle que soit leur portée territoriale : soit aucun prix n'est prévu (comme dans le cadre de la Muestra de cine palestino Handala), soit les prix décernés sont honorifiques et non rémunérés (comme ceux du festival argentin Latin Arab International Film Festival, LAIFF). Les festivals qui ne décernent aucun prix ont avant tout pour but de présenter et de diffuser un certain type de films, d'époques différentes, afin d’offrir une vision d'ensemble aux spectateurs. De leur côté, les associations qui proposent un prix honorifique cherchent à promouvoir les productions arabes et leur donner un label de qualité (comme le prix du Arab Film Festival de Californie, le prix « Outstanding Feature Film », ou les prix du « cerf rouge » au festival suédois de Malmö). D’autres festivals prévoient un prix du public (comme le festival argentin LAIFF), qui vise à conférer une responsabilité aux spectateurs.

26Face à cette tendance dominante, certains festivals encouragent la production de films arabes depuis l'étranger, moyennant des récompenses financières. C’était notamment le choix des organisateurs d’un festival aujourd’hui disparu, la Biennale des cinémas arabes, à Paris. Or, le fait de récompenser une production cinématographique par une somme d’argent selon des critères établis par des jurys occidentaux peut avoir une influence sur la création. De telles pratiques pourraient contribuer à l’expression d’une nouvelle forme d'orientalisme - tel que décrit par Edward Saïd (1979) - dans laquelle les créations artistiques arabes construiraient des images de leurs sociétés et de leurs cultures largement déterminées par le regard de l’Occident. Cette forme de néocolonialisme culturel diffusé par les médias mondialisés aboutirait à une nouvelle relation néo-colonisateurs/néo-colonisés qui rejoint les analyses de Frantz Fanon :

« L’intellectuel colonisé dans le moment même où il s’inquiète de faire œuvre culturelle ne se rend pas compte qu’il utilise des techniques et une langue empruntées à l’occupant. Il se contente de revêtir ces instruments d’un cachet qui se veut national mais qui rappelle étrangement l’exotisme. » (Fanon, 1961 : 212).

27Dès lors que le public visé et le circuit de distribution des films se trouvent dans une autre culture, le point de vue du réalisateur pourrait s’en trouver altéré.

Conclusion

28Les festivals cinématographiques consacrés au monde arabe, dans des contextes et des objectifs différents, sont des événements d’une grande hétérogénéité. Il est indispensable de s’intéresser aux circonstances de leur naissance pour expliquer le tournant qui s’est opéré dans les relations culturelles internationales, dont la dimension transnationale s’affirme depuis les années 1990. La plupart des festivals sont le fruit du dynamisme de diverses associations à but non lucratif, qui sont très souvent formées exclusivement de bénévoles. Ces initiatives permettent une communication transnationale plus accessible et plus efficace que celle des institutions publiques. On assiste donc à une certaine autonomisation de la société civile dans ce domaine. Par ailleurs, ces festivals influencent l’image que les sociétés d’accueil se font des réalités qui apparaissent à l’écran, et ce, de trois façons. Premièrement, du point de vue géographique, les festivals contribuent à construire des dimensions territoriales différentes. Nous avons présenté quatre niveaux possibles : suprarégionale ou arabe ; supranationale, en tant que sous-division dans ce que l’on appelle le « monde arabe » ; nationale ; et, enfin, locale, associée à une demande marquée d'autonomie politique. L'appellation relative à l’origine du cinéma projeté peut également déterminer des formes d’imaginaires chez les spectateurs. Bien que la plupart des festivals étudiés se donnent pour mission de renverser les stéréotypes et les généralisations fallacieuses sur les sociétés arabes, nombre d’entre eux véhiculent un certain nombre d’ambiguïtés : arabe/musulman, sens anglo-saxon/européen du terme « Middle East », Iranien/Arabe, etc. Deuxièmement, du point de vue idéologique, la sélection des films peut déterminer un regard concret. Tous les festivals disposent d'un comité de sélection qui évalue, d'un côté, la qualité des films et, de l'autre, des critères de base établis par les lignes éditoriales de chaque festival : nationalité ou origine du réalisateur, des pays de production, ou tout simplement thématique liée à la réalité arabe. Selon ces critères, certains festivals exprimeront un point de vue exclusivement arabe, tandis que d’autres proposeront une vision des pays arabes émanant de regards multiples. Troisièmement, une portée thématique est étudiée. L'image du monde arabe créée par ces festivals est aussi produite par le type de films projetés. Ceux-ci sont souvent des œuvres engagées, des documentaires à thématique sociale, des récits sur l'Histoire arabe, dont le ton est assez grave. Malgré une bonne volonté indiscutable, ces festivals risquent de généraliser une image de l'Arabe dépeint comme une victime, plongé dans la passivité, et de renforcer une image réductrice de l'« autre ». Soucieux de l'image qu’une telle programmation, ainsi que les médias, suscitent chez les spectateurs, certains organisateurs ont créé des sections qui proposent des films plus légers et détachés, voire des comédies, afin d’élargir la gamme des représentations induites chez le spectateur. Enfin, la remise de prix – rémunérés ou honorifiques – peut présenter un risque. Les prix décernés pourraient aboutir à un conditionnement de la création artistique d'origine arabe, dans la mesure où elle s’adresserait à un public occidental. Filmer le monde arabe tel qu’il est vu par le monde non arabe, et renchérir sur les stéréotypes.

29Sujet passionnant et nouveau, les festivals de cinémas arabes tenus en dehors des frontières politiques et culturelles arabes jouent un rôle non négligeable dans les relations transnationales. Les relations mondiales, traditionnellement envisagées dans le sens Nord-Sud, sont modifiées par ces initiatives qui, souvent, se traduisent par des échanges Sud-Sud (l'Égypte et l'Éthiopie, le monde arabe et l'Amérique latine, etc.). Des études plus approfondies sur la réception, notamment sur le public ciblé et atteint, sur les opinions des spectateurs ou sur les pays les plus représentés, apporteraient plus de connaissances sur l’action de ces initiatives culturelles. Après cette première approche du sujet, ces analyses complèteraient la compréhension de ces outils culturels transformateurs, hétérogènes et complexes.

Haut de page

Bibliographie

Auger Nathalie, Beal Christine et Demougin Francoise (dir.), 2012, Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches, Bern, Lang.

Castells Manuel, 1997, La era de la información. Economía, sociedad y cultura. Vol. 1: La sociedad red, Madrid, Alianza, 3 vol.

Esquenazi Jean-Pierre, 2000, « Le film, un fait social », Réseaux, vol. 18 n°99, p. 13-47.

Fanon Frantz, 1985, Les Damnés de la terre, Paris, La Découverte.

Gienow-Hecht Jessica C.E. et Donfried Mark C. (dir.), 2010, Searching for a cultural diplomacy, New York, Berghahn Books.

Kaldor Mary, 2003, « The idea of global civil society », International Affairs (79)3, Londres, Wiley-Blackwell au nom du Royal Institute of International Affairs, p. 583-593.

Martin Judith N. et Nakayama Thomas K., 2011, Experiencing intercultural communication: an introduction, New York, McGraw-Hill.

Morin Edgar, 1956, Le cinéma ou l’homme imaginaire. Essai d’anthropologie sociologique, Paris, Les Éditions de Minuit.

Said Edward, 1979, Orientalism, New-York, Vintage Books.

Sorlin Pierre, 1977, Sociologie du cinéma, Paris, Aubier Montaigne.

Sweet William, McLean George F., Imamichi Tomonobu, Ural Safak et Akyol O. Faruk (dir.), 2008, The dialogue of cultural traditions : a global perspective, Washington, Council for Research in Values and Philosophy.

Haut de page

Notes

1 Afin de faciliter la lecture, les noms des festivals dans leur langue originale (que ce soit français, anglais ou arabe) sont écrits en italiques.

2 Il existe des festivals consacrés à d’autres pays (l'Irak, la Syrie...). Cependant, ce sont des festivals qui n'ont pas eu la possibilité de s’inscrire dans la durée (Reel Iraq ou Reel Syria).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gemma Ventura-Mustienes, « Les cinémas arabes en tournée et en tournage festivalier », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8201

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page