Navigation – Plan du site
II.Pouvoir(s)

Al-Ghâlibûn Le Hezbollah et la mise en récit de la « société de la résistance » au Liban

Al-Ghâlibûn, Hezbollah and narrativizing the “society of resistance” in Lebanon
Erminia Chiara Calabrese
p. 171-181

Résumés

Après la libération du Sud Liban en 2000, la prise de conscience par le Hezbollah de l’importance de l’audiovisuel, bien plus que du cinéma, a conduit la direction du parti à placer, plus que jamais, la télévision au centre de son dispositif d’intervention pour influencer l’opinion publique. La télévision devait mobiliser la communauté chiite libanaise pour adhérer à ce que le parti appelle la « société de la résistance ». C’est dans ce contexte qui s’inscrit la réalisation de la série Al-Ghâlibûn [Les Victorieux] qui retrace les premières années de la résistance islamique (1982-1985) contre l’occupant israélien au Liban. Notre article propose une analyse de la dimension symbolique et sociopolitique de la série qui participe à l’entretien des mythes fédérateurs du Hezbollah. Plusieurs thèmes évoqués dans les différents épisodes de la série mettent en scène un choix de vie alternative proposé par le parti où la résistance contre l’occupant israélien devient une mission, une cause.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les référents de l’action du Hezbollah se construisent autour de deux dimensions : une dimension té (...)

1Le 24 mai 2000, lorsque les troupes israéliennes se retirent du Sud Liban après 22 ans d’occupation (Jaber, 1999) le Hezbollah se place sur la scène libanaise comme l’acteur principal, sinon absolu, de la libération du pays. C’est grâce à sa résistance contre l’occupant israélien, plus qu’aux références à la vision du chiisme politique inspiré de l’expérience iranienne, que le mouvement gagne en popularité et en crédibilité au Liban et dans la région1.

  • 2 Le Hezbollah a développé une politique médiatique depuis sa création. Après 2000, ses efforts dans (...)

2Une fois la terre libérée et l’ennemi parti, le Hezbollah investit plus que jamais2 dans la dimension culturelle de son action politique, essentiellement à travers l’audiovisuel et l’iconographie par deux modes d’action simultanés : d’une part, la diffusion de ses normes et de ses codes pour structurer son action collective et mobiliser la communauté chiite libanaise à l’adhésion de ce que les cadres du parti appellent la « société de la résistance » (Mujtama‘ al-muqâwama) ; d’autre part, il travaille à l’« écriture » d’une histoire de la résistance au Liban qui montre son rôle primordial et quasi exclusif dans la libération du Sud en 2000 : « une victoire qui revient d’abord à Dieu, le Très Haut, à la justesse de la voie et de la direction politique et combattive de la résistance islamique ensuite. » (Qassem, 2008 : 18). C’est la télévision, bien plus que le cinéma, qui sera privilégiée dans cette entreprise.

  • 3 Discours de Hasan Nasrallah le 22/09/2006.
  • 4 Le mot propagande peut être défini comme : « La diffusion délibérée et systématique de messages adr (...)

3La guerre de 2006 et l’exaltation de ce que le Hezbollah baptisera « la victoire divine » signeront, aux dires du secrétaire général du parti, Hasan Nasrallah, une nouvelle phase « où le temps des défaites est terminé et le temps des victoires arrivé »3. Fort de sa position sur l’échiquier politique libanais, le Hezbollah tente d’imposer, au moyen d’une propagande4 systématique, son propre récit de l’histoire de la résistance au Liban et ce grâce aux discours d’Hasan Nasrallah diffusés sur cassettes, aux chansons, vidéos, images, DVD et documentaires.

  • 5 Pendant le mois de Ramadan 2012, la chaîne al Manâr a projeté Al-Ghâlibûn 2, la deuxième partie de (...)
  • 6 L’écriture de la série a été supervisée par différents membres du Hezbollah. Entretien avec des res (...)
  • 7 Artiste engagé d’origine palestinienne et star du feuilleton arabe, Basil al-Khatîb, installé à Dam (...)
  • 8 L’association al-Risâlât, créée en 2009 comme organisme au sein de l’Association libanaise pour les (...)
  • 9 Créé en 2004, l’association s’occupe de la production de vidéos, d’affiches, d’expositions et de di (...)
  • 10 Les feuilletons sont devenus une partie intégrante des activités du mois de Ramadan. Selon le quoti (...)

4C’est dans ce contexte que s’inscrit la série Al-Ghâlibûn (Les Victorieux)5 écrite par le syro-palestinien Fathallah Omar6, réalisée par Basil al-Khatîb7, et produite par la télévision du parti, al-Manâr, l’association al-Risalât8 et l’Association libanaise pour les Arts9. La série est projetée pendant le mois de Ramadan 201110.

5À travers l’analyse de certaines scènes de la série, nous montrerons comment Al-Ghâlibûn reflète le système de représentation symbolique du parti, lui permettant d’agir comme régulateur des comportements individuels dans l'espace public et d’exercer indirectement un « contrôle » des comportements jusque dans l'espace privé. Plusieurs thèmes évoqués dans les différents épisodes contribuent à dessiner ce que les cadres et les membres du parti appellent « la société de la résistance » : l’exemplarité des combattants de la résistance islamique, le modèle du martyr, le rôle des femmes pieuses dans leur soutien à la lutte et une nouvelle figure du cheikh, celui du cheikh combattant.

Al-Ghâlibûn : la résistance, une cause

6Définie comme une chronique des premières années de l’occupation israélienne au Liban11, la série Al-Ghâlibûn participe à l’entretien des mythes fédérateurs du Hezbollah par la mise en scène de choix de vie où la résistance contre l’occupant israélien devient une mission, une cause. Mettant en scène la répression arbitraire de l’occupant, l’injustice subie par les Libanais et les Palestiniens qui vivent de ce fait une vie sans dignité (bidûn karâma), la série retrace les premiers gestes d’une « résistance islamique » qui vient tout juste de naître sous l’influence de la révolution iranienne. Avec des figures très standardisées et des reprises de chants déjà présents dans d’autres séries et documentaires produits par le parti, Al-Ghâlibûn s’inscrit dans la tradition historiographique du Hezbollah.

  • 12 Entretien, Beyrouth, 12/9/2011.

7Selon l’un de ses responsables culturels, la série « a l’objectif de faire voir comment la victoire a été remportée sur l’ennemi, comment l’ennemi a été chassé de notre terre et comment la résistance islamique a agi sur le terrain. Tout cela contribue à maintenir vivante la mémoire de la résistance »12. La trame narrative de la série couvre une période de temps qui va de juin 1982, date de la seconde invasion israélienne au Liban à 1985, date qui marque le retrait partiel d’Israël du Liban et la publication de la « lettre ouverte » du Hezbollah qui signera aussi sa fondation officielle.

  • 13 Au lendemain de la seconde invasion israélienne au Liban en juin 1982 dans la Bekaa Nord, deux cler (...)

8Tourné au sud du Liban, dans la région de Nabatiyye, ce feuilleton qui se compose de 35 épisodes est un essai télévisé inédit couvrant les premières années de la fondation du parti. L’histoire est celle d’Ali et de Farès, deux amis d’enfance qui cherchent à travailler pour la Résistance islamique, organisation qui vient juste de naître dans la Bekaa nord13. Après l’invasion israélienne du Liban, alors qu’ils viennent de recevoir une bourse d’études pour étudier en France, les deux jeunes décident de rester dans leur pays et de s’engager dans la lutte. La direction de la Résistance les recrute, mais chacun séparément, et leur demande de garder le silence sur la nature de leur mission. Chacun ignore donc que l’autre travaille aussi pour la Résistance islamique. Leur vie change alors radicalement : Ali devient un combattant de la résistance et Farès, un « infiltré » du Hezbollah dans l’armée israélienne. Dans ce premier niveau d’intrigue, s’insère une histoire d’amour entre Ali et Zeinab d’une part, Farès et Battoul, sœur d’Ali, de l’autre.

  • 14 Al-Safîr, 21/01/2011
  • 15 Al-Safîr, 12/07/2011

9Ahmad Houmani, le directeur de production de la série explique que « l’idée de produire Al-Ghâlibûn était née en 2000. L’objectif était d’écrire un texte qui donnait une idée de la réalité, et l’écrivain Fathallah avait réussi à rendre cette réalité à travers la lecture des œuvres sur la résistance et le témoignage des combattants »14. Al-Ghâlibûn a mobilisé plus de 100 acteurs libanais, y compris des personnes qui avaient passé des années dans les prisons israéliennes et qui, selon le réalisateur Basil al-Khatîb, « ont aidé à travers leurs témoignages à l’écriture du feuilleton »15.

La « société de la résistance » : le combattant, le martyr, les femmes pieuses et le Cheikh combattant

  • 16 Tout au long des épisodes de la série il y a des références explicites a la bataille de Karbala, co (...)
  • 17 Entretien avec Ali Fayyad, Beyrouth, 28/01/2011.

10En définissant une politique générale fondée sur la résistance islamique et la lutte contre l’« ennemi sioniste », le Hezbollah a redessiné au Liban les contours d’une identité chiite qui s’articule autour de la notion de résistance et de ce que les cadres du parti appellent « société de la résistance ». Puisant ses références dans la mémoire collective de la martyrologie chiite16, Al-Ghâlibûn participe à la mise en scène de cette « société de la résistance », une résistance multiforme, qui « dépasse la seule résistance militaire pour toucher chaque aspect de la vie sociale »17. C’est ce caractère holiste qui donne au Hezbollah sa capacité de mobilisation politique, puisque ces structures jouent le rôle d’agences de médiation et de structures de mobilisation pour le mouvement (Harb, 2005 : 27). Comme le dit le vice secrétaire du parti, Naim Qassem, cette société de la résistance s’est matérialisée au cours de la dernière agression israélienne au Liban en 2006 par

« les combattants sur le front, protégés par les femmes qui portaient les douleurs des déplacements, par les enfants qui portaient l’espoir du futur et par les vieux qui cherchaient à les sauvegarder et à voir comme on pouvait les nourrir. […] Ce qu’Israël a trouvé n’est pas un groupe de résistants mais toute une société résistante ». (Qassem, 2008b : 8)

11C’est sur le personnage d’Ali que la production s’est concentrée pour mobiliser l’adhésion à la résistance islamique et diffuser dans le milieu partisan du Hezbollah un « modèle » de combattant. Les séquences de la vie d’Ali montrent son caractère exemplaire, il représente tout au long de la série un modèle (qudwe) de moralité par sa piété. Ali est décrit comme une personne « pieuse, courageuse et au service de la communauté ». C’est lui qui conduira les premières opérations de la résistance islamique, qui préparera la voiture piégée pour l’opération suicide d’Ahmad Qassir, premier martyr du Hezbollah. Et ce sera toujours Ali qui conduira l’évasion de la prison d’Ansâr, définissant la stratégie et creusant avec ses compagnons un tunnel dont il sera le dernier à sortir.

12Puisque l’engagement dans le parti suppose une « occupation totale » (Qassem, 2008 : 86), la vie personnelle d’Ali basculera. Le combattant lié à Zeinab choisira de repousser la date de ses fiançailles jusqu'au départ des Israéliens du Liban, car la mission de la résistance est une priorité dans la vie du jeune homme.

  • 18 Entretien avec des militants du parti (2005-2011) dans le cadre de ma thèse doctorale portant sur l (...)
  • 19 Les sessions culturelles sont essentiellement basées sur le principe de l’Islam chiite ainsi que le (...)

13À travers les parcours d’Ali et de Farés, Al-Ghâlibûn met aussi en scène le processus de recrutement, moins structuré qu’aujourd’hui mais suivant la même logique18, dans une organisation qui vient juste de naître. Ali et Farés sont recrutés après une vérification minutieuse de leur dossier par l’organe sécuritaire de la Résistance islamique permettant de dissiper tout doute d’ordre sécuritaire. Recrutés séparément, ils commencent les sessions militaires et culturelles19 prévues lors de l’engagement dans le parti dans lesquelles le militant se conforme à une ligne idéologique. On peut constater à cette occasion que la socialisation militante mise en place par les agents du parti n’est jamais définitive, elle résulte non pas d’une simple adhésion mais d’une socialisation constante à travers un travail d’encadrement. Ce dernier permet une formation militante qui, dans certains cas, dépasse le seul « champ » politique en sous-entendant aussi un investissement personnel vécu au quotidien par les militants.

14La figure du martyr décrite dans la série est également tirée du répertoire d’action du Hezbollah. Le martyr est une figure centrale dans la production de la culture politique du parti et joue un rôle déterminant dans la construction de l’identité politique du Hezbollah, car reliée au martyre de Husayn, petit-fils du prophète et troisième imam chiite qui, à la mort de son frère Hasan, refusa de reconnaître Yazîd, fils de Mu‘âwiya.

« Menacé, Husayn quitta Médine où il résidait pour se réfugier à la Mecque. Il fut appelé par les habitants de Koufa qui lui demandèrent de les rejoindre pour reconquérir le pouvoir […]. Husayn se mit en marche flanqué de sa famille et de ses compagnons. La troupe fut interceptée par l’armée omeyyade au bord de l’Euphrate, à Karbala. On livra bataille […]. Dans le camp de Husayn beaucoup périrent ; lui-même tomba le dernier » (Mervin, 2008 : 193-194).

  • 20 Venu de l’Iran au Sud Liban en 1960, Mûsâ al-Sadr mobilisera autour de lui la communauté chiite lib (...)
  • 21 L’Achoura commémore le martyre de Husayn, fils de Ali et troisième imam, en 680, à Kerbala. L’événe (...)

15Marchant sur le pas de Mûsâ al-Sadr20 et s’inspirant des slogans de l’ayatollah Khomeyni, le Hezbollah mobilisera les symboles de l’Islam chiite et de l’Achoura21 en faveur de la résistance contre Israël.

  • 22 Au lendemain de la libération de 2000, des panneaux du parti dans la rue proclament 1 742 martyrs p (...)

16Comme le dit le vice secrétaire du parti, Naim Qassem : « Nous avons appris de l’imam Husayn l’amour de Dieu et la passion de la lutte pour la voie de l’Islam » (Qassem, 2008 : 65). « Conscient du sort qui lui était réservé, Husayn aurait choisi de faire face à l’ennemi et de ne pas abdiquer sa foi, seule façon de maintenir vivante la religion telle que l’avait prêchée son grand-père » (Chaib, 2007 : 129). Ainsi dans l’idéologie du Hezbollah, le martyr devient un emblème, « car il est la preuve d’une double fidélité : à l’histoire chiite (le martyre de Husayn à Kerbala) et à la terre ‘amilite (arroser la terre avec le sang pour la fertiliser) » (Lamloum, 2008 : 25). Plusieurs fois Hasan Nasrallah a rappelé que c’est grâce « aux martyrs et à leur sang que la libération de 2000 s’est faite »22. Dans le territoire que le parti contrôle, « les portraits peints des martyrs du Hezbollah sont exhibés le long des avenues principales accompagnées du nom du chahîd (martyr), des versets coraniques ou d’extraits de discours politiques glorifiant le martyre » (Harb, 2004). Al-Ghâlibûn met en scène le martyre d’Ahmad Qassir qui se fait exploser dans sa voiture à l’entrée du quartier général israélien de Tyr faisant 76 morts et 20 blessés, dont l’identité sera relevée en 1985. Avant son opération suicide, Ahmad fera preuve de générosité et de moralité. En se sacrifiant pour la cause, le héros du Hezbollah « déploie une éthique du dévouement à la collectivité et offre une pédagogie de la solidarité » (Centlivres, Fabre, Zonadend, 1999 : 21).

17Le troisième point que l’on peut mettre en avant dans le feuilleton est le rôle des femmes et leurs responsabilités dans la résistance islamique. Selon Lara Deeb, « l’Islam authentique appelle autant les femmes que les hommes au service de leur communauté. […] Pour certaines femmes, le travail au service de la communauté représente une façon appropriée de participer à la résistance islamique, de contribuer à la lutte contre Israël sans porter des armes » (Deeb, 2003 : 358). Ainsi, les deux protagonistes féminins du feuilleton, Zeinab et Battoul, ne pouvant pas combattre par les armes, aideront la résistance dans des tâches administratives et sociales. Aujourd’hui, la majorité des femmes qui travaillent dans la résistance islamique sont engagées comme volontaires ou employées dans les différentes associations de bienfaisance du parti (Harb, 2005). Les associations deviennent la contrepartie féminine du front masculin, avec un rôle volontaire de la femme dans le jihad (Deeb, 2003 : 362).

18Enfin, avec le personnage du cheikh Ragheb Harb, la production met en scène l’apparition d’un nouveau profil de dirigeant islamiste, celui du jeune cheikh affranchi de la solidarité primaire et familiale, et motivé en premier lieu par la lutte contre l’occupation israélienne (Charâra, 1996). Le cheikh Ragheb Harb baptisé « cheikh des martyrs » par le Hezbollah, est assassiné par Israël le 16 février 1984. Il représente « l’idéal type » du cadre du parti, c’est-à-dire un cheikh combattant, dont le chiisme n’est plus soumission passive, mais lutte active (Shaery-Einselhor, 2008 : 112).

Les polémiques au Liban autour d’une « résistance exceptionnelle »23 du parti

  • 23 En référence au discours du Hezbollah.
  • 24 Al-Akhbâr, 09/08/2011.

19Malgré le succès et un coût de production de presque deux millions de dollars24, Al-Ghâlibûn a suscité au Liban beaucoup de polémiques, surtout auprès des militants des partis libanais qui se sont eux aussi engagés dans la résistance contre Israël dans les années 1980, comme le Parti communiste libanais, le Parti national-socialiste syrien et le Mouvement Amal, notamment à cause de la narration falsifiée de certains événements historiques. La série tend en effet à montrer la résistance du Hezbollah comme étant la seule et l’unique force de résistance. Avec le personnage de Nasser, le combattant laïque, qui à la fin de la série rejoindra la résistance islamique car « il la trouve plus forte et plus efficace en vertu de la foi des engagés », la production a voulu personnifier l’exceptionnalité de leur résistance en ignorant sciemment les autres mouvements présents sur le terrain.

  • 25 Al-Arabiyya, 12/08/2011.
  • 26 https://www.facebook.com/alfasikoun?sk=info

20C’est pour cette raison qu’au lendemain de la diffusion de la série, la production du Parti a été accusée d’« avoir falsifié l’histoire en donnant une fausse interprétation des certains événements historiques »25. Le mouvement de protestation a été créé via facebook ou certaines pages, comme celle d’« al-kadhibûn » (les menteurs) qui ont invité à boycotter la série avec le slogan « Préservez l’histoire, boycottez la série Al-Ghâlibûn »26.

  • 27 Al-Arabiyya, 12/08/2011
  • 28 Al-Akhbâr, 09/08/2011
  • 29 Al-Akhbâr, 06/07/2011

21Le critique Basem al-Hakim a révélé que « le feuilleton faisait revivre une période spécifique de l’histoire durant laquelle il y avait plusieurs partis très actifs sur le terrain qui combattaient Israël mais cette pluralité n’était pas montrée »27. Il s’agit par exemple de la représentation de la bataille contre les troupes de Tel Aviv dans la ville de Khalde, aux portes de Beyrouth, qui eu lieu du 9 au 13 juin 1982. Malgré la participation de plusieurs partis libanais et palestiniens, notamment de gauche, la série montre la résistance islamique comme la force majeure, sinon quasi exclusive à conduire la bataille. Un autre exemple est le silence sur le rôle de l’Imam Moussa Sadr dans la mobilisation contre Israël au Sud Liban28. À plusieurs reprises lors des polémiques, les cadres du Hezbollah ont assuré que « l’intention de la série n’était pas d’ignorer les autres mouvements de résistance. Mais Al-Ghâlibûn parle de la résistance islamique. La série ne veut pas écrire une histoire de la résistance. Elle n’est qu’une série, pas un documentaire »29.

  • 30 Al-Safîr, 04/11/2010

22Basil al-Khatîb, le metteur en scène a répondu aux polémiques en affirmant : « Nous ne supprimons aucune forme de résistance nationale, mais l’œuvre parle précisément de la résistance du Hezbollah. L’objectif de cette série est de montrer comment le parti a réussi à obtenir des résultats positifs dans le conflit avec Israël grâce à sa seule résistance »30.

Al-Manâr : canal privilégié de l’activité de propagande du parti

23Depuis sa création, « le Hezbollah a mobilisé de multiples ressources pour construire un espace de significations et d’usages en diversifiant les modes de production, de diffusion et de circulation de son message » (Lamloum, 2008 : 22). La télévision Al-Manâr a depuis sa fondation constitué l’un de leviers centraux pour l’activité de propagande du parti. Fondée en 1991, Al-Manâr s’est imposée « comme l’une des principales scènes de « présentation de soi » du parti, investie comme médiation pour ses diverses ressources de légitimation, selon des temporalités variables et comme support cognitif et scénique de mobilisation […]. Mai 2000 marque l’apogée « de sa perception consensuelle comme “chaîne de la résistance”, en raison de sa couverture exclusive et en continu du retrait israélien du sud du pays » (Lamloum, 2009).

  • 31 An-Nahâr, 18/08/2004
  • 32 Entretien Beyrouth, 23/02/2011

24Les années passant, la politique culturelle du parti devient toujours plus sophistiquée, et en 2004, le huitième congrès du parti débouche sur la création du Centre de planification et d’études culturelles et intellectuelles31. « Investir dans la culture a été un moyen pour le Hezbollah de mettre en évidence les résultats matériels du camp de la résistance islamique, cela a supposé la production de différents films et documentaires de la part du Hezbollah », déclare Hasan Badreddine, directeur du centre Al-Risalât 32.

25Comme l’explique Abdallah Qassir, le directeur de Al-Manâr, le Hezbollah est capable de contribuer à une « résistance médiatique » à travers la télévision. 

  • 33 al-Quds al-arabî, 14/07/2011.

Ce type de lutte vient juste après la résistance militaire, car elle est la seule capable d’écrire l’histoire de la résistance militaire et donc la seule capable de garder en mémoire la réussite de celle qui crée les événements avec le sang des martyrs33.

26Al-Manâr adhère ainsi au rôle que l’ayatollah Khomeyni avait préconisé pour la télévision : celui d’une « université publique » dont le but pédagogique est de guider la population vers une société pure et non corrompue par l’Occident (Chelkowski et Dabashi, 2000 : 262-264). Le Hezbollah a choisi de façon privilégiée la télévision, pour la diffusion de ses séries et documentaires plutôt que le cinéma, car la télévision n’est pas seulement mieux diffusée au sein de son milieu partisan et au Liban en général mais elle est aussi plus facilement accessible à un large public.

Haut de page

Bibliographie

Ajami Fouad, 1986, The Vanished Imam : Musa Al Sadr and the Shia of Lebanon, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Bobbio Norberto, Mattecci Nicola, Pasquino Gianfranco, 2004, Il dizionario di Politica, Torino, UTET Libreria.

Centlivres Pierre, Fabre Daniel et Zonabend Françoise (dir.), 1999, La fabrique des héros, Paris, Ministère de la Culture/Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Coll. « Ethnologie de la France », cahier 12.

Chaib Kinda, 2007, « Le martyr au Liban », in Mermier Franck et Picard Elizabeth (dir.), Liban une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte, p. 127-131.

Charara Waddâh, 1996, Dawlat Hezbollah, Lubnân mujtam‘an islâmiyyan (L’État Hezbollah. Le Liban comme société islamiste), Beyrouth, Dar al-Nahar.

Chelkowski Peter, Dabashi Hamid, 2000, Staging a Revolution. The Art of Persuasion in the Islamic Republic of Iran, London, Booth-Clibborn.

Deeb Lara, 2003, An enchanted modern: gender and public piety among Islamist Shi‘i muslims in Beirut, thèse de doctorat en anthropologie, Emory University.

Gonzales-Quijano Yves, janvier-mars 1987, « Les interpretations d’un rite: célébrations de la ‘Achoura au Liban », Maghreb – Machrek 15, p. 5-28.

Hamzeh Ahmad Nizar, 2004, In the path of Hizbullah, Syracuse, N.Y., Syracuse University Press.

Harb Mona, 2004, « La banlieue du Hezbollah : Images alternatives du Beyrouth d’après guerre », Annales de la Recherche Urbaine  96, p. 53-61.

— 2005, Action publique et système politique pluricommunautaire : les mouvements politiques chiites dans le Liban de l’après guerre, thèse de doctorat, Aix en Provence.

Jaber Munzer, 1999, Al-Mintaqah al-lubnâniyya al-muhtallah (La Zone libanaise occupée), Beyrouth, Institut des études palestiniennes, p. 421-425.

Jorisch A., 2004, « Al-Manar : Hizbollah TV, 24/7 », The Middle East Quarterly, Volume XI, Number 1 (en ligne : http://www.meforum.org/583/al-manar-hizbullah-tv-24-7, consulté le 6/03/2013).

Lamloum Olfa, 2008, « Le Hezbollah au miroir de ses médias », in Mervin Sabrina (dir.), Le Hezbollah : État des lieux, Paris-Beyrouth, Sindbad-Actes Sud/IFPO, p. 21-45.

— avril 2009, Al-Manâr, pilier du dispositif communicationnel du Hezbollah, Confluences Méditerranée 69, p. 61-70.

Mervin Sabrina (dir.), 2008, Le Hezbollah. État des lieux, Paris-Beyrouth, Sindbad-Actes Sud/IFPO.

Mustafa Amin, 2003, Al-Muqâwama fî Lubnân (1948-2000) [La Résistance au Liban (1948-2000)]. Beyrouth, Dar al-Hadi.

Qassem Naim, 2008, Hezbollah : la voie, l’expérience, l’avenir, Beyrouth, Dar al-Hadi.

— 2008b, Mujtama‘ al-muqâwama, irâda al-shahâda wa sinâ‘a al-intisâr, [La société de la résistance, la volonté du martyr et la fabrication de la victoire], Beyrouth, Dar al maaref.

Saad-Ghorayeb Amal, 2002, Hezbollah : politics and religion, London, Pluto Press.

Shaery-Eisenlohr Roschanack, 2008, Shi'ite Lebanon: Transnational Religion and the Making of National Identities (History and Society of the Modern Middle East), New York, Columbia University Press.

Haut de page

Notes

1 Les référents de l’action du Hezbollah se construisent autour de deux dimensions : une dimension téléologique dont la référence est le projet de l’islam chiite politique de l’ayatollah Khomeyni, l’autre, politique, pragmatique et territoriale liée à la lutte contre Israël en tant qu’occupant du territoire libanais. Le Hezbollah adhère en fait à la théorie du wilâyat al-faqîh, appliquée par Khomeyni en Iran. Elle permet aux chiites de gérer leurs affaires religieuses, économiques, politiques et sociales selon les normes islamiques administrées par le marja‘, la référence, en attendant le retour de l’imam disparu. (Hamzeh, 2004).

2 Le Hezbollah a développé une politique médiatique depuis sa création. Après 2000, ses efforts dans ce sens se traduisent par la création de plusieurs centres culturels et associations attachés au parti, notamment en 2004 la création de l’Association libanaise pour les Arts. Entretien avec le responsable de l’association, Beyrouth, 22/04/2007.

3 Discours de Hasan Nasrallah le 22/09/2006.

4 Le mot propagande peut être défini comme : « La diffusion délibérée et systématique de messages adressés à un public donné et qui a pour objectif de créer une image positive ou négative de certains phénomènes et à stimuler certains comportements ». Voir Bobbio, Matteucci, Pasquino, 2004.

5 Pendant le mois de Ramadan 2012, la chaîne al Manâr a projeté Al-Ghâlibûn 2, la deuxième partie de la série qui retrace l’histoire de la résistance du parti de 1985 à 1992. Dans cet article, nous analyserons seulement la première partie d’Al-Ghâlibûn, diffusée pendant le mois de Ramadan 2011 qui couvre la période 1982-1985.

6 L’écriture de la série a été supervisée par différents membres du Hezbollah. Entretien avec des responsables culturels du parti, Beyrouth, 12/09/2011.

7 Artiste engagé d’origine palestinienne et star du feuilleton arabe, Basil al-Khatîb, installé à Damas, travaille pour le cinéma et la télévision avec la production de films et des séries télévisées. Parmi les séries qu’il a réalisées, Ana al Quds [Moi, Jérusalem] en 2010, et ‘A’id ila Haifa, [Retour a Haifa] en 2004.

8 L’association al-Risâlât, créée en 2009 comme organisme au sein de l’Association libanaise pour les Arts, située dans la municipalité de Ghobeiri dans la banlieue sud de Beyrouth s’occupe de la campagne de communication du parti en se chargeant notamment de la production de vidéos, de livres et de films. L’association organise aussi, lors de la célébration des événements politiques ou religieux du parti, des festivals, des concerts et des projections de films. Entretien avec le directeur du centre, Hasan Badreddine, Beyrouth, 23/02/2011.

9 Créé en 2004, l’association s’occupe de la production de vidéos, d’affiches, d’expositions et de différents projets qui « diffusent les valeurs de la société de la résistance ». Entretien avec le responsable de l’association, Beyrouth, 22/04/2007.

10 Les feuilletons sont devenus une partie intégrante des activités du mois de Ramadan. Selon le quotidien libanais Al-Safîr, plus de 90 séries sont produites dans le monde arabe pendant ce mois. La majorité d’entre elles est produite par l’Égypte (budget pour les feuilletons du Ramadan 2010 : 131 millions de dollar) et la Syrie. Al-Safîr, 12/06/2011.

11 Voir le site www.almanar.com.lb

12 Entretien, Beyrouth, 12/9/2011.

13 Au lendemain de la seconde invasion israélienne au Liban en juin 1982 dans la Bekaa Nord, deux clercs, Sobhi Tufeyli et Abbas Moussaoui, forment une organisation militaire appelée « Résistance islamique libanaise ». Celle-ci accorde sa priorité à la lutte contre l’occupant israélien avec un soutien logistique et financier de la République islamique d’Iran qui enverra dans la région des Pasdaran (Gardiens de l’armée de la Révolution). De ce premier noyau font partie les fidèles de Husayn Moussaoui, dissident d’Amal qui fondera Amal islamiyya (Amal islamique). À cela s’ajouteront des groupes actifs dans la capitale tels que le Comité des cadres beyrouthins, l’Union libanaise des étudiants musulmans et d’autres associations. Au cours des mêmes années apparaît l’embryon d’un parti politique qui sera présenté officiellement seulement trois ans après sa naissance, le Hezbollah (Mustafa, 2003).

14 Al-Safîr, 21/01/2011

15 Al-Safîr, 12/07/2011

16 Tout au long des épisodes de la série il y a des références explicites a la bataille de Karbala, comme dans l’épisode 2 à travers les mots du cheikh Ragheb Harb

[www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=26936&frid=18&seccatid=23&cid=18&fromval=1].

17 Entretien avec Ali Fayyad, Beyrouth, 28/01/2011.

18 Entretien avec des militants du parti (2005-2011) dans le cadre de ma thèse doctorale portant sur le militantisme au sein du Hezbollah.

19 Les sessions culturelles sont essentiellement basées sur le principe de l’Islam chiite ainsi que le veut le parti, et plus particulièrement sur le wilaya al-faqih et sur l’histoire du Liban et de la région. Entretien avec un responsable du parti, Beyrouth, 08/10/2008.

20 Venu de l’Iran au Sud Liban en 1960, Mûsâ al-Sadr mobilisera autour de lui la communauté chiite libanaise contre l’élite traditionnelle et l’occupant israélien. Il fonde en 1974 le « Mouvement des déshéritées » qui prend plus tard le nom de Amal (Norton, 1987 ; Ajami 1986).

21 L’Achoura commémore le martyre de Husayn, fils de Ali et troisième imam, en 680, à Kerbala. L’événement est commémoré chaque année à partir des premiers jours du mois de muharram. Les célébrations culminent le 10 de ce mois, jour du martyre de Husayn, et se poursuivent quarante jours après (Mervin, 2008).

22 Au lendemain de la libération de 2000, des panneaux du parti dans la rue proclament 1 742 martyrs parmi les membres du parti.

23 En référence au discours du Hezbollah.

24 Al-Akhbâr, 09/08/2011.

25 Al-Arabiyya, 12/08/2011.

26 https://www.facebook.com/alfasikoun?sk=info

27 Al-Arabiyya, 12/08/2011

28 Al-Akhbâr, 09/08/2011

29 Al-Akhbâr, 06/07/2011

30 Al-Safîr, 04/11/2010

31 An-Nahâr, 18/08/2004

32 Entretien Beyrouth, 23/02/2011

33 al-Quds al-arabî, 14/07/2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erminia Chiara Calabrese, « Al-Ghâlibûn Le Hezbollah et la mise en récit de la « société de la résistance » au Liban », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/8339

Haut de page

Auteur

Erminia Chiara Calabrese

Université Rovira i Virgili, Tarragona, Espagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page