Navigation – Plan du site
Etude libre

La « jeunesse algérienne » en lutte. Du rôle politique conflictuel d'une catégorie sociale hétérogène

Thomas Serres
p. 213-230

Résumés

Cet article est consacré à l'étude de la fonction politique dévolue à la notion de « jeunesse » en Algérie. Il montre qu'un contexte conflictuel implique plusieurs définitions, positives ou négatives, de la catégorie sociale. En effet, en plus d'être une classe d'âge, la « jeunesse » se constitue en génération par l'expérience commune, en l'occurrence en Algérie, une crise continue impliquant à la fois une insécurité persistante, des blocages sociaux et économiques mais aussi une pénurie de loisirs. On y étudie également les similitudes entre les rôles politiques de la « jeunesse » et du « peuple », ce qui se traduit notamment par l'infantilisation de la population par des élites dirigeantes faisant preuve d'un paternalisme souvent perçu comme du mépris. Enfin, cet article explicite le rapport qu'entretient la « jeunesse algérienne » avec la notion d'un préjudice causé par les générations précédentes. Elle se définit ainsi politiquement à partir du rejet d'une crise dont elle est la principale victime et à laquelle il faut mettre fin, et également contre une gérontocratie qui en serait responsable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple l'article de Tony Gabriel, « Les réseaux sociaux, nouvelles armes de la jeunesse é (...)
  • 2 Selon l'Office National des Statistiques, le taux de chômage des jeunes est de 21%, soit le double (...)
  • 3 Toujours selon le dernier recensement de l'ONS datant de 2012.

1À l'heure où les processus révolutionnaires entamés en Égypte et en Tunisie ont permis la mise en scène médiatique d'une jeunesse arabe libérale, connectée et désireuse de s'émanciper de la tutelle vieillissante de régimes kleptocratiques1, l'Algérie paraît quant à elle figée dans l'attente du départ d'un président que seule la maladie semble pouvoir relever de sa fonction. Le péril sécuritaire persiste, comme en a témoigné spectaculairement l'attaque du complexe gazier de Tiguentourine par un commando terroriste au mois de janvier 2013. Ainsi, l'épuisement de la société et la peur d'un retour de la violence des années 1990 concourent à entretenir le désir d'ordre (McDougall, 2007), ce qui explique l'apparente stabilité du pays, conjointement à une exploitation habile de la rente et des divisions de la société par le régime (Chéna, 2011). Pourtant, alors qu'Abdelaziz Bouteflika a de nouveau été hospitalisé au mois d'avril 2013, symbolisant la dégénérescence progressive et inévitable de l'élite dirigeante, le pays connaît une situation de crise persistante et protéiforme, marquée notamment par un fort sentiment d'insécurité, le caractère invivable des espaces urbains, un climat social et économique toujours difficile2, et un profond discrédit des représentants politiques. Le préjudice moral résultant de cette situation critique est désigné par le terme polysémique hogra, qui désigne tout à la fois le mépris ressenti, l'injustice, mais aussi le déni du droit à exister. En conséquence, une contestation protéiforme continue de s'exprimer par le biais d'émeutes, de grèves et d'occupations, ou encore de chants scandés lors des matchs de football. Or ces protestataires, d'origines et de conditions diverses, sont fréquemment présentés comme des jeunes (chebab). Alors que 57% de la population est âgée de moins de trente ans3, nous allons nous intéresser dans cet article au rôle conflictuel qui peut-être dévolu à la « jeunesse algérienne » dans un contexte politique en apparence bloqué et marqué par une crise de longue durée.

2A cet égard, une première difficulté réside dans la définition de la catégorie elle-même, puisqu'elle renvoie à un groupe social aussi large qu'hétérogène, qui plus est défini arbitrairement si on le fonde uniquement sur des critères d'âge. D'emblée, l'imprécision de la notion semble représenter un obstacle à la constitution de la jeunesse comme sujet politique. De fait, dans cette catégorie se retrouvent aussi bien des militants d'opposition, des « voyous » payés par le régime que des émeutiers sans agenda politique explicite. Aussi, plutôt que de chercher de quel côté penche la « jeunesse », il semble plus pertinent de nous intéresser aux différentes fonctions qui lui sont attribuées, aux rôles qu'on lui prête dans le cadre du conflit politique algérien, ainsi qu'aux logiques de ces étiquetages. Précisons que le conflit se traduit par la confrontation entre positions antithétiques au sein de l'entité politique, le potentiel bouleversement des rapports de force, mais aussi la production et la reproduction des groupes qui font la pluralité (Simmel, 1992). En ce sens, la notion de conflit politique nous renvoie également à l'idée de communauté, en tant que réunion des communs mais aussi en tant qu'espace où s'expriment les rapports de force entre ces derniers, notamment autour de l'enjeu central qu'est l'égalité (Rancière, 1998). Dans cette article, la communauté politique que nous considérons est celle de l'État-nation né en 1962, une communauté certes imaginaire car construite (Anderson, 1991), mais dont l'idée est néanmoins socialement partagée et acceptée, notamment du fait de la forte pénétration des discours nationalistes et du souvenir de la colonisation et de la guerre d'indépendance.

  • 4 Les dessins du caricaturiste Ali Dilem (publiées dans Liberté, auparavant au Matin) insistent ainsi (...)

3Nous mobilisons ici le travail de terrain effectué dans le cadre d'une thèse de doctorat portant sur la crise protéiforme que connaît l'Algérie depuis plusieurs décennies. Pendant les entretiens semi-directifs visant à collecter des données qualitatives, nous avons remarqué la référence récurrente au « rôle des jeunes ». Souvent, cette catégorie sociale était associée à des thèmes symptomatiques de l'injustice du système, tels que le gaspillage de la richesse nationale, l'émigration et le suicide4, ou encore le préjudice moral exprimé dans la dénonciation de la hogra. Ainsi, en plus des observations in situ et des sources écrites (principalement des articles de journaux de la presse francophone), nous reproduirons les propos extraits d'entretiens réalisés entre 2010 et 2011 auprès d'enquêtés anonymisés, âgés de moins de trente ans et engagés ou ayant été engagés dans le milieu associatif ou dans le militantisme politique.

4Dans les pages qui suivent, nous commencerons donc par montrer les divisions qui existent au sein de la classe d'âge, et la prudence qu'il convient d'adopter à l'égard d'une catégorie construite. Nous verrons toutefois ensuite que c'est dans l'expérience commune de la crise protéiforme qui touche le pays qu'il faut trouver les premiers éléments distinctifs d'une génération qui est confrontée depuis sa naissance à la pénibilité du quotidien. Compte tenu de ce contexte, la jeunesse est donc amenée à être définie positivement et instrumentalisée, que ce soit pour dénoncer l'immaturité d'un peuple-enfant et mettre en scène le besoin d'ordre, ou pour appeler à un changement radical au nom du préjudice subit par les « jeunes ». Finalement, nous verrons que c'est dans sa définition négative que la jeunesse trouve sa portée conflictuelle. De fait, c'est en opposition à une gérontocratie considérée comme pleine de morgue et responsable de la prédation du bien public, mais aussi à la pénibilité du quotidien, que la « jeunesse » prend tout son sens. Ainsi, si l'imprécision de la notion peut sembler problématique, la logique d’affrontement propre au conflit politique implique d'abord que l'on désigne ce qu'elle n'est pas et ce qu'elle est vouée à combattre.

Une catégorie sociale hétérogène

5William Quandt faisait jadis de la révolte de la « jeunesse » algérienne, alimentée par le discrédit des institutions et des élites dirigeantes, une des causes principales de l'effondrement du système du parti unique (1998 : 151). Il semble pourtant important de procéder de manière circonspecte à l'égard d'une catégorie sociale hétérogène. On trouve en effet au sein de la « jeunesse » nombre de subdivisions liées au genre, à la classe sociale ou encore à l'origine ethnique ou géographique. Il est donc difficile de lui attribuer arbitrairement une fonction politique univoque.

  • 5 La précédente manifestation d'ampleur dans la capitale remontait au “printemps noir” Kabyle de 2001 (...)
  • 6 La Coordination Nationale pour le Changement et le Démocratie créée en février 2011, dans la lignée (...)

6Pour peu que l'on se limite à une définition démographique, par exemple, en associant l'idée de « jeunesse » à la classe d'âge des moins de trente ans, on est bien vite confronté à l'évidente division de celle-ci. On ne peut donc déterminer de prime abord que la « jeunesse » est du côté du changement ou de la contestation, ni même qu'elle a un rôle politique singulier. Tout en prenant en compte l'importance symbolique d'un événement comme la manifestation étudiante du 12 avril 2011, qui a réuni plusieurs milliers de protestataires à Alger pour la première fois depuis dix ans (Baamara, 2013)5, il faut bien admettre que le régime a aussi trouvé au sein de cette classe d'âge certains des contre-manifestants qui se réunissaient pour faire obstacle aux marches de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie (CNCD)6. Il faut donc s’attacher à déconstruire l'idée d'une « jeunesse algérienne » afin de montrer ce qui rend problématique le fait de lui attribuer un rôle politique, quel qu'il soit.

7Considérons en premier lieu l'existence d'une division d'une importance majeure comme le genre. Il paraît difficile de négliger une telle fracture au sein de la classe d'âge sous prétexte de lui fixer une fonction émancipatrice globale. Même les mouvements nationalistes qui luttaient pour l'indépendance ne s’étaient pas affranchis en leur temps des représentations normatives du rôle dévolu aux différents sexes (McClintock, 1995). En Algérie, les relations inter-genre sont marquées par la conjonction du conservatisme social et des mutations démographiques, économiques et culturelles. La dynamique qui oppose jeunes hommes et jeunes femmes est renforcée par l'ascension des secondes qui se sont insérées dans l'université et le marché du travail, et sont devenues de fait des concurrentes potentielles. Dans ce contexte, les tensions au sein de la classe d'âge sont exacerbées par la rareté des opportunités. Il n'est pas rare d'entendre de jeunes hommes défendre l'idée qu'il faut contrôler les filles pour éviter qu'elles ne fassent « n'importe quoi ». A l'inverse, certaines jeunes femmes particulièrement engagées dans ce conflit tiennent à leur tour un discours dénigrant leur homologues masculins, présentés comme « fainéants » ou « obsédés », à l'image de Fouzia qui m'expliquait :

  • 7 Le réseau Wassila est une coalition d'associations spécialisées dans le domaine de l'information et (...)

 Pour une femme, être obligée de demander la permission à son père ou à son frère pour sortir, c'est une humiliation. A force d'être contrôlées, on n’a pas l'impression d'être considérées comme des adultes [...] Il faut voir comment les gars sont à mon âge. Ils parlent beaucoup, ils méprisent les femmes parce qu'ils en ont peur, et en même temps ils ne pensent qu'à ça. Ils ne font rien, ils sont fainéants. Pendant ce temps, les filles travaillent, elles font des études. Fouzia, étudiante, anciennement membre du réseau Wassila7, Alger, automne 2011

  • 8 Sur la question de l'exode sécuritaire durant les années 1990 et plus généralement de la crise urba (...)
  • 9 Littéralement les « muristes », ceux qui tiennent le mur, c'est-à-dire qui sont dans la rue et ne f (...)

8De fait, les clivages qui parcourent une classe d'âge sont du même ordre que ceux qui parcourent la société. On ne peut les ignorer et considérer la « jeunesse » comme une catégorie cohérente dont les membres recevraient en partage des aspirations communes. Les différences en terme de classe sociale et d'origine géographique produisent également des lignes de fractures au sein de la « jeunesse ». En raison d'un d'exode rural soutenu depuis plusieurs décennies (Kateb, 2003) et accentué au cours des années 1990 par la conjoncture sécuritaire8, l'opposition entre les anciens habitants des villes et les nouveaux venus est particulièrement marquée. De même, d’un point de vue économique, un gouffre sépare les hittistes9, ces sous-prolétaires passant leur journée dans la rue en raison de leur oisiveté forcée, des tchi-tchis, les enfants de la bourgeoisie algéroise. Ces deux archétypes sont symptomatiques des disparités économiques et culturelles très fortes qui sont apparues en Algérie au cours des trois dernières décennies. Entre autres preuves de ces divisions au sein de la classe d'âge étendue qui nous intéresse, les travaux de Leila Tounsi ont pu mettre en lumière la manière dont le « parler » des jeunes des quartiers populaires avait intégré ces différences d'ordre sociologique pour mieux se distinguer d'autres classes sociales (1997).

9Ces clivages sociaux ne sont pas sans induire de fortes divergences du point de vue du rapport de la « jeunesse » à la contestation. Ainsi, au passage d'un cortège de manifestants autonomistes célébrant les dix ans du « printemps noir » Kabyle, en 2011, un jeune gardien de parking de la cité des Genêts, à Tizi Ouzou, pouvait expliquer à l'auteur que la majorité des protestataires étaient des bergers montagnards incultes ou des étudiants aux mœurs dissolues profitant des largesses de leurs parents. Alors qu'il gagnait sa vie en gardant des places de parking en bas d'une barre d'immeuble avec deux de ses amis et professait son apolitisme, il voyait dans la vie facile des uns et l'arriération des autres l'explication de leur mobilisation. Une autre raison motivait également son rejet d'un discours politique qu'il jugeait hypocrite. En effet, ses amis et lui étaient des arabophones. En conséquence, ils étaient logiquement hostiles aux revendications culturalistes portées par le cortège du Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie (MAK).

10C'est là une difficulté supplémentaire dans la définition d'une « jeunesse » algérienne en tant que sujet du conflit politique. L'édification de l'État-nation à marche forcée au sortir de la guerre d'indépendance a exacerbé en réaction les revendications régionalistes. La catégorie d'âge est, à l'image de la communauté dans son ensemble, divisée en fonction de l'identification - ou non - de chacun sur des critères linguistiques voir ethniques. Le sentiment d'appartenance au groupe kabyle ou mozabite est ainsi potentiellement synonyme d'un exceptionnalisme, lequel est d'ailleurs repris à leur compte par certains chercheurs, par exemple lorsqu'ils étudient la « révolte de la jeunesse kabyle pour une Algérie démocratique » (Lacoste-Dujardin, 2001). Sans reconnaître de caractère essentiel à ces différences, il faut d'ailleurs admettre que les représentations d'un jeune Kabyle sont plus susceptibles d'être influencées par des mouvements contestataires de grande ampleur tels que le boycott scolaire de 1994-1995 ou le printemps noir de 2001.

  • 10 En parlant de guerre civile, nous renvoyons à l'idée d'un affrontement effectivement politique qui (...)

11Il faut remarquer ici que si l'hétérogénéité de la « jeunesse » n'est nullement une spécificité algérienne, la fragmentation du pays est quant à elle remarquable, qu'elle soit due à la colonisation, aux différences culturelles, aux inégalités économiques ou encore aux années de guerre civile10. Cette fragmentation met en danger l'existence même de la communauté nationale, dans la mesure où il s'agit d'un « processus de division ou de différenciation de ce qui, antérieurement, était uni ou homogène » (Rosière, 2008) qui entraine notamment la résurgence des revendications communautaristes régionales et ethniques.

  • 11 « Abdelaziz Belkhadem : "le recours à l'émeute est inacceptable" », Le Soir d'Algérie, 9 janvier 20 (...)

12La diversité des expériences et les divisions internes nous ramènent donc au caractère construit de la notion de « jeunesse », car l'« âge est une donnée biologique socialement manipulée et manipulable » (Bourdieu, 1978). Cette catégorie est donc aisément instrumentalisable à des fins politiques. De fait, en réaction aux émeutes de janvier 2011, le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, n'avait pas manqué d'assimiler les émeutiers à des jeunes supporteurs de football et de critiquer leur immaturité politique11. Ce faisant, il illustrait parfaitement cette tendance des anciens révolutionnaires, une fois confrontés à la défiance populaire, à mettre en scène un peuple-enfant et à justifier les mesures répressives et autoritaires à son encontre (Muller, 2000). Mais au-delà de ces calculs, la « jeunesse » est également construite par l'expérience commune, laquelle peut permettre de poser un pont par-delà les différences que nous venons de relever.

L'expérience commune de la crise

13C'est en effet dans l'expérience commune que se forge la conscience partagée qui fonde la génération, sans que celle-ci soit nécessairement calquée sur la classe d'âge (Devriese, 1989). Cela ne veut certes pas dire que l'expérience sera toujours comprise de la même manière, ni que les réactions à celles-ci seront identiques. De la même manière que la classe d'âge, la génération ne doit pas être considérée de manière uniforme.

14En Algérie, le contexte de crise est cette expérience commune qui a marquée la génération née au tournant des années 1990, notamment du fait de la guerre civile et de la profonde crise de sens qui touche la société dans son ensemble. Par crise nous entendrons la conjonction de phénomènes accidentels et de conflits sous-jacents à la structure sociale qui conduisent à une situation explosive et potentiellement révolutionnaire (Morin, 1968). Si l'on considère qu'une crise est nécessairement épisodique, prendre une période de plus de vingt ans s'avère problématique. Toutefois, la longueur de l'épisode peut aussi faire du processus un état constant à l'échelle d'une vie humaine, en faire une temporalité particulière qui marque une génération qui n'a rien connu d’autre. Il faut comprendre la crise comme un processus sans fin déterminée qui peut donc arriver à se stabiliser ; elle est synonyme d'un double mouvement de mise en péril et de mise à jour du système, un « effectif processus à rythme propre, avec des temps forts et des temps faibles, des hauts et des bas, et qui peut souvent s'étaler sur une longue durée » (Poulantzas, 1976 : 28). L'ordre en crise peut arriver à un équilibre où il est en mesure de se maintenir sans pour autant mettre un terme à l'occurrence continue d'événements qui mettent en évidence ses défaillances et alimentent la contestation. En Algérie, la situation critique a peu à peu été convertie en ressource de durabilité, notamment sous la forme d'un gonflement du dispositif sécuritaire et d'une mise en avant du caractère nécessaire de l'ordre.

15Pour un Algérien âgé d'une vingtaine d'année, la crise devient donc un état quotidien. Elle renvoie à un continuum d'événements dramatiques qui donnent l'impression d'un déséquilibre permanent et s'inscrivent dans une forme de routine souvent vécue comme pathologique. Les événements symptomatiques de la crise (émeute, attentat, scandale politique) se succèdent pour constituer l'expérience commune de la génération.

16C'est sans doute dans son versant sécuritaire que la crise protéiforme qui a touché l'Algérie s'avère particulièrement exceptionnelle. Le soulèvement populaire d'octobre 1988 et sa violente répression ont marqué l'intensification du conflit politique au sein de la communauté. Puis, à partir de 1992, a débuté une guerre civile particulièrement violente, dont les conséquences se font encore sentir actuellement sous la forme d'attentats sporadiques officiellement qualifiés de « terrorisme résiduel ». Ainsi, un individu né en 1985 et fêtant en cette année 2013 ses 28 ans aura connu plus de vingt ans d'état d'urgence, de barrages routiers, d'attentats meurtriers et de ratissages anti-terroristes. Au plus fort de la crise, alors qu'il était âgé d'une dizaine d'année, des villages entiers étaient massacrés à l'arme blanche (Moussaoui, 1998). La population civile vivait alors sous la menace constante de groupes armés non-identifiés (militaires, miliciens, terroristes ou mafieux). Il a grandi dans un contexte d'incertitude, au moment où la désagrégation de la communauté était à son paroxysme (Martinez, 2001). En conséquence, la société a été gagnée par un profond sentiment d'insécurité doublé d'une perte de confiance entre concitoyens (« il n'y a pas de confiance », « les Algériens sont des malades » entend-on encore de manière récurrente).

17La dimension sécuritaire de la crise n’est cependant pas la seule. Elle est indissociable d'une crise économique liée à l'effondrement du cours des hydrocarbures à la fin des années 1980, à la quasi-faillite de l'État puis à la mise en œuvre d'un Plan d'Ajustement Structurel (PAS) sous la pression du FMI et de la Banque Mondiale. Dans un contexte de restructuration et de prédation des entreprises publiques, l'État s'est désengagé des missions profitant directement aux citoyens, en particulier de la santé et de l'éducation (Brahimi El Mili, 2003). Les étudiants sont particulièrement confrontés à la précarité, notamment dans les cités universitaires où l'insalubrité et l'insécurité viennent s'ajouter aux incertitudes de l'avenir et aux frustrations du présent. Plus généralement, les Algériens arrivant sur le marché du travail sont directement touchés par le marasme économique, en dépit de la reprise apparente des années 2000 alimentée par la remontée des cours des hydrocarbures. Si les chiffres officiels montrent un net recul du chômage chez les jeunes depuis 2003 (année record avec un taux historique de 45%), ces statistiques ne montrent pas l'exposition des jeunes diplômés, ni le caractère précaire des emplois créés qui s'apparentent souvent à du chômage déguisé, pas plus que la part conséquente de l'économie informelle dans cette amélioration (Achy, 2010 : 10-12).

  • 12 Pierre Puchot, « Alger capitale de l'ennui », mediapart.fr, 4 mars 2012.

18Les problématiques socio-démographiques complètent les difficultés économiques pour aggraver la crise. On a ainsi constaté une augmentation importante de l'âge de nuptialité féminine, laquelle est passée d'une moyenne de 18 ans en 1965 à environ 30 ans de nos jours. L'Algérie partage avec la Tunisie l'une des moyennes les plus élevées du monde en la matière (Tabutin et Schoumaker, 2005). Si le mariage tardif des femmes est une conséquence de leur meilleur accès à l'éducation et au monde du travail, il est dans le même temps le symptôme de la difficulté d'accéder aux conditions matérielles de l'indépendance. La saturation des marchés de l'emploi et du logement diffère la fondation du foyer, et avec elle la soustraction au contrôle parental. De ce fait, l'âge de mariage tardif n'est pas seulement synonyme d'une égalisation des rapports sociaux entre hommes et femmes, il traduit également le blocage des jeunes au sortir de leurs études, un blocage aux conséquences économiques, mais qui s'étend dans ce cas à la vie privée. On voit ici de quelle manière les changements affectant une institution sociale viennent sanctionner une longue liste de problématiques (insuffisance de la formation, impossibilité d'accéder à un emploi, un logement, un véhicule). Conjointement à la menace sécuritaire et aux difficultés économiques, mais aussi à la pénurie de loisirs et d'activités culturelles12, cette situation n'est pas sans alimenter un sentiment partagé de malaise et d'étouffement.

La « jeunesse », un sous-peuple ?

  • 13 Littéralement ceux qui brûlent les frontières, c'est-à-dire ceux qui émigrent clandestinement vers (...)

19Compte tenu du contexte de crise, des définitions positives de la « jeunesse algérienne » (ce qu’elle est censée être) se font jour dans les discours politiques, souvent à des fins instrumentales. Cela se traduit notamment chez les défenseurs du système par la mise en avant d'une image particulièrement dépréciative du groupe social. Leurs propos volontiers paternalistes et méprisant contribuent largement au sentiment de hogra évoqué plus haut. Dans certains cas, les signes du malaise se trouvent assimilés à une forme d'immaturité. Par exemple, un enseignant en grève de la ville de Ghardaïa, par ailleurs sympathisant du FLN, pouvait nous expliquer que les jeunes qui émigraient vers la France cherchaient « le libertinage, la pornographie et l'alcool ». Bien souvent, la négation des violences du système passe par la mise en accusation des harragas13. A l'été 2008, le gouvernement a durci les sanctions contre les émigrants illégaux en refusant notamment tout aménagement visant à éviter à ces derniers une peine de prison. Cette criminalisation est symptomatique du déni de la situation critique auquel les jeunes Algériens doivent faire face. Ici encore, les expériences sont différentes, et avec elles les temporalités qui régissent la compréhension de la société et de la crise qui touche cette dernière.

  • 14 Sylvie Kauffmann et Isabelle Mandraud, « L'Algérie défend "l'intégrité territoriale du Mali" », Le (...)
  • 15 Souad Amallou, « Algérie, terre de colère et de protesta : un quota de 16 manifestations par jour » (...)

20De manière générale, le paternalisme des tenants de l'ordre convient à la représentation qu'ils se font de leur rôle tutélaire. Durant la campagne pour les élections législatives de mai 2012, le Premier ministre Ahmed Ouyahia exposait à la presse française sa vision du soulèvement d'octobre 1988 en réduisant celui-ci à une « agitation » responsable du chaos de la décennie noire14. A l'automne 2012, le ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia expliquait en présentant les chiffres de la contestation que « [le] peuple est devenu capricieux, impatient et impulsif »15. Ce type de discours ne fait pas que renforcer l'idée de la hogra des dirigeants, il produit également une représentation d'un peuple-enfant, immature et indiscipliné qu'il convient d'encadrer. Ce faisant, les tenants de l'ordre se placent dans une situation où leur position politique - leur inamovibilité - est justifiée non pas par un rapport de force, mais par les caractéristiques de la population. Ils se fixent alors comme but de l'éduquer, par exemple en lui faisant élire des femmes comme lors des dernières élections législatives.

  • 16 Adissia Merzouk, « Campagne de évangélisation: Langues étrangères et visas pour appâter les algérie (...)
  • 17 Liberté, 6 mai 2012.

21Le peuple-enfant tendrait à l'anarchie et à la violence. Dans l'Expression du 27 août 2011, un psychothérapeute décrivait l'immaturité affective supposée des Algériens, et la nécessité pour les « décideurs » de faire appel à des « professionnels » afin de contrôler l'agressivité de la population. Le gonflement du dispositif sécuritaire serait ainsi destiné à l'empêcher de se laisser aller à ses passions et à prévenir une nouvelle guerre civile. A cet égard, le peuple-enfant et la « jeunesse » ont pour point commun d'être des catégories politiquement synonymes d'instabilité. Selon certains quotidiens nationaux, les jeunes Algériens se distinguent par leur faiblesse de caractère et leur impulsivité. Leur crédulité les rend facilement manipulables. En 2010, le quotidien Ennahar accusait les églises de promettre des visas et de donner de fortes sommes d'argent aux jeunes défavorisés16. Pour sa part, le journal Liberté consacrait en 2012 un dossier complet aux « algériens qui battent leurs parents », et présentait un phénomène de société à l'en croire de plus en plus répandu17. La présentation d'une catégorie irresponsable et violente renforce un discours paternaliste selon lequel la jeunesse, comme le peuple, « ne sait pas ce qui est bon pour elle ». Définie dans son essence à partir de cette représentation caricaturale, la « jeunesse » est une catégorie politique de la violence, du chaos, et donc du besoin d'ordre. Elle est, à la manière du peuple-enfant et jadis des colonisés, l'une de ces catégories de dominés qu'il importe de « discipliner, dresser, mater » (Fanon, 2002 : 293).

  • 18 Mohamed Bousri, « Bouteflika répond à ses opposants », Ennahar, 24 février 2011.

22Synonyme de risque, elle est naturellement celle que le régime achète quand le chaos menace. Dans le contexte tendu de l'année 2011, le Président annonçait ainsi une série de gestes économiques en sa faveur, avec notamment la distribution de 242 000 logements. Devant une telle démonstration de paternalisme étatique, le quotidien Ennahar pouvait ainsi affirmer que le Président « est très au courant des aspirations de la jeunesse » et qu'il est « différent des présidents égyptien et tunisien déchus, Hosni Moubarak et Ben Ali, qui n’avaient rien entrepris pour calmer la colère de leurs citoyens »18. Comme pour le peuple-enfant, la « jeunesse » peut être disciplinée par la violence ou par la rétribution.

23Toutefois, en essayant de l'acheter, le régime reconnaît le préjudice fait à cette catégorie et ouvre la voie à une définition positive exactement inverse. Quand, à la suite des émeutes du mois de janvier 2011, plusieurs organisations appellent à prendre « le parti et la défense de la jeunesse algérienne »19, elles choisissent dans le même temps un côté du conflit, un parti avec ce que cela implique de positif. Selon cette perspective, la « jeunesse algérienne » est également synonyme d'un contentieux traduisible en des termes politiques. Ainsi quand le Comité National de Défense des Droits des Chômeurs lance un appel à la mobilisation pour le premier mai 2011, il invoque « l'unité des luttes des travailleurs, des chômeurs et de la jeunesse »20 comme était jadis invoquée l'union du peuple et de l'armée.

24Si dans le discours des défenseurs du système, la « jeunesse » est une catégorie immature dont il faut contrôler les mouvements, elle peut donc à l'inverse renvoyer à la mobilisation combattante. Ici, l'hétérogénéité de la catégorie sociale devient un avantage dans la mesure où elle transcende les divisions préexistantes au sein de la société pour signifier leur réunion au nom des préjudices subis par chacun. Les origines sociales différentes, les questions de genre ou d'origine ethnique continuent bien sûr d'exister, mais le terme « jeunesse » les subsume dans une catégorie du tort dont la fonction est d'exprimer l'expérience commune de la crise. Le terme est doté d'un contenu renvoyant à la nécessaire réparation d'un préjudice total, à la lutte contre la hogra du pouvoir. A la manière du populisme, l'invocation de la jeunesse appelle à la constitution d'un sujet collectif propice à l'action politique, notamment contestataire (Monod, 2009).

25Ainsi, on peut également définir la fonction mobilisatrice de la « jeunesse » par analogie au peuple-classe, qui réunit les composantes de la communauté dans un tout appelé à devenir acteur de l'émancipation. Comme pour le terme « peuple », c'est alors dans le vide et l'imprécision qu'il faut chercher le sens du rôle politique de la « jeunesse », sans pour autant chercher à fixer celui-ci de manière définitive (Laclau, 2005).

Quelques éléments d'une définition négative

26Toutefois, le rôle politique conflictuel dévolu à la « jeunesse algérienne » est d'abord déterminé par rapport à ce qu'elle est appelée à remplacer. L'expérience commune de la crise n'implique pas un engagement généralisé dans le sens de la contestation, et encore moins de la révolution. Dans la mesure où l'accession à la réussite économique conditionne la réalisation des projets futurs (trouver un logement, se marier) et une plus grande liberté à l'égard de la famille, l'insertion demeure pour beaucoup une priorité dictée par une approche pragmatique. Un simple calcul peut amener certains à considérer que « jouer le jeu » demeure le meilleur moyen d'arriver à se libérer des pesanteurs sociales et économiques. Mais ce choix peut aussi s'expliquer par une volonté d'encourager un changement plus global à sa propre échelle. Face aux symptômes de la crise, nombreux sont ceux qui se sentent concernés par la situation du pays et qui cherchent les moyens d'y remédier. Cela se traduit notamment par le foisonnement des associations de jeunes.

27Ainsi, respecter les institutions peut aller de pair avec un travail de fond censé rendre la société plus tolérable. Adel, un membre de l'association des étudiants de Beni Izguen, l'une des villes de la pentapole mozabite de Ghardaïa, se montre particulièrement concerné par l'incurie des pouvoirs publics et la dégradation concomitante de l'environnement de l'oasis. Il justifie néanmoins son respect de l'État en expliquant qu'il existe des moyens de remédier à la crise qui sont plus efficaces qu'une révolution. Pour lui, la priorité absolue doit être l'éducation :

Je ne crois pas que changer le gouvernement algérien change la situation du pays. Les mêmes problèmes recommenceront dès qu'il faudra désigner quelqu'un pour remplacer les anciens qui étaient corrompus. Comme on dit : le Roi est fait de la même matière que son peuple. […] il faut commencer à la base, en éduquant les enfants, et en envoyant les jeunes dans des bons lycées et de bonnes universités. L'un des plus gros problèmes du pays maintenant, c'est l'état de l'enseignement. Adel, membre de l'association des étudiants de Beni Izguen, Ghardaïa, automne 2011.

28Il s'agit là d'un choix pragmatique qui n'est pas étranger au légitimisme traditionnel des mozabites. Cela n'empêche pourtant pas Adel d'entretenir un regard critique à l'égard du régime, d'autant plus qu'il souffre personnellement de la pollution et des désordres urbains qui touchent sa ville. Toutefois, son diagnostic personnel (le manque d'éducation comme étant responsable du mauvais gouvernement) le pousse à privilégier un investissement accru, notamment en organisant des cours de langue et de science pour les jeunes de la pentapole. On le voit, même en considérant l'importance du changement dans une définition négative de la « jeunesse », les alternatives à sa constitution comme sujet révolutionnaire sont nombreuses.

29Pour d'autres qui sont personnellement impliqués dans la contestation, l'engagement combatif de la « jeunesse » est une nécessité. En tant que membre de la Coordination Locale des Étudiants de Tizi Ouzou, Hocine avait participé activement au mouvement contre l'application du système LMD à l'université algérienne. Selon lui, la manifestation du 12 avril 2011 était un événement unique qui prouvait que la mobilisation de la « jeunesse » était la solution aux blocages politiques :

C'était un très grand moment. On a montré qu'on était capable de réussir là où tous les autres ont échoué. Depuis 2001, personne n'avait réussit à mobiliser autant de monde, personne n'avait osé marcher sur Alger. N'importe quel parti politique, n'importe quelle organisation syndicale n'a jamais réussit à mobiliser autant de gens contre ce système. Hocine, membre de la Coordination Locale des Étudiants, Tizi Ouzou, Printemps 2011.

30Dans le même temps, Hocine convenait qu'il évitait de parler politique lors des réunions de la CLE pour se concentrer sur les questions directement liées aux conditions pédagogiques et matérielles dans les universités. Si ses objectifs personnels étaient politiques, il était conscient de la méfiance des autres étudiants à l'égard des tentatives de manipulation. Même au cours d'une mobilisation commune, les motivations des acteurs demeurent extrêmement variées (Dobry, 1988).

31Quoi qu'il en soit, qu'ils choisissent l'insertion ou la contestation, les membres de la classe d'âge se heurtent encore aux violences systémiques. C'est par rapport au préjudice économique et moral commun que la demande de changement est la plus forte. C'est la hogra qu'il faut combattre et dont il faut s'affranchir. C'est donc cette dernière et la situation de crise dans son ensemble qui apparaissent comme les premiers éléments d'une définition négative de la « jeunesse » (ce qu’elle n’est pas). Celle-ci est alors comprise comme la catégorie/classe par laquelle peut advenir un renouveau qui impliquerait aussi bien la redéfinition des structures du système que des rapports sociaux asymétriques et aliénants sur lesquels il repose. Il faut garder à l'esprit la forte pénétration des discours égalitaristes en Algérie depuis l'indépendance. Les inégalités économiques et politiques sont vues comme autant de preuves d'un mépris insupportable des « élites » à l'égard du « peuple ». Or, la classe dirigeante est vieillissante tandis que la population est jeune. Dans ce contexte, le conflit autour de la revendication de l'égalité se nourrit de représentations d'une société où l'âge est déterminant, où les « vieux » ont gaspillés les richesses des hydrocarbures tandis que les jeunes sont réduits à tenir les murs Afin de compléter cette définition négative du rôle politique de la « jeunesse » algérienne, nous allons maintenant nous pencher sur le conflit de génération.

Le conflit de génération

  • 21 Pierre Puchot, « Religion, culture, économie... pas simple de s'aimer en Algérie », mediapart.fr, 8 (...)

32Pour une génération qui a été confrontée depuis sa naissance à un contexte de crise aiguë, dont il résulte une multiplication des violences du système (économiques, sociales, politiques, mais aussi sentimentales21) et une raréfaction des opportunités permettant de s'y soustraire, les générations précédentes sont des coupables tout désignés. La permanence de la situation de crise alimente de facto le contentieux à l'égard des « anciens », qualifiés de « périmés » et, quand ils ont des responsabilités politiques, de « voleurs ». La remise en cause des autorités repose en conséquence sur une double contradiction. D'une part, du point de vue économique, le pays dispose de ressources en hydrocarbures qui devraient lui assurer une prospérité matérielle. D'autre part, du point de vue historique, la révolution algérienne promettait l'égalité et la justice sociale qui était par nature étrangère au système de ségrégation colonial. Pourtant, c'est bien la hogra et la pénurie qui sont l'héritage des individus nés dans les années 1980.

33Dans la bouche de ceux qui doivent désormais trouver une place dans un contexte hostile, la crise trouve son explication dans une forme d'irresponsabilité des générations précédentes. Abdelhakim, venu en France pour poursuivre ses études, expliquait lors de notre entretien son sentiment à l'égard de « la génération d'après l'indépendance ».

En ce qui concerne la génération d'après l'indépendance, ce sont des gens qui n'ont pas connu la guerre. Ils ont vécu l'époque dorée et ils étaient un peu pourris gâtés si je peux dire. Cette génération là, elle a rien foutu et c'est nous qui payons. Il y a une opposition entre nous, jeunes qui sommes allés à l'université et qui avons des conditions difficiles, et nos parents. Abdelhakim, diplômé de l'école polytechnique d'architecture d'Alger, ancien membre d'une association pour la défense du patrimoine algérois, Paris, été 2010.

34La différence de conjoncture divise le monde entre ceux qui ont profité de l'âge d'or et ceux qui n'ont connu que la crise. Ici, l'expérience de vie des différentes classes d'âge diverge parce que la conjoncture s'est considérablement dégradée depuis le début des années 1980. La génération des « parents » a, aux yeux des « enfants », le tort d'avoir cru dans le socialisme spécifique. Dans certains cas, ce conflit s'exprime dans des termes virulents à l'égard de parents « frustrés » et « vaincus » par le système. La croyance dans l'État et dans le Peuple des discours révolutionnaires s'est ainsi progressivement dissipée dans la crise. Devant les échecs passés et les difficultés présentes, on observe une « désincarnation du sujet populaire chez les plus jeunes », lesquels ne voient dans le peuple autrefois mobilisé qu'un « peuple de la défaite » (Tizziani, 2007).

35Le conflit de génération a également une signification politique. Comme l'explique Hamit Bozarslan, cette notion « désigne la discontinuité, potentiellement insurrectionnelle, entre la jeunesse et la génération des parents. » (2011, 95). Cette situation conflictuelle « potentiellement insurrectionnelle » existait déjà entre la « jeunesse » du tournant des années 1990 et les « vieux » de la génération de la Révolution, au point d'alimenter largement les rancœurs à l'origine de la guerre civile (Martinez, 1998). C'est donc d'au moins de trois générations - certes schématiques - dont il faut parler dans le cas algérien : la génération de la Révolution, celle des années du parti unique, et celle née dans la crise. Si l'on considère que plus de la moitié de la population a moins de trente ans, une majorité de celle-ci rentre dans la dernière catégorie. Les dirigeants, en revanche, sont souvent des représentants de la première. La discontinuité générationnelle n'en est que plus marquée. La « jeunesse » est ainsi renforcée dans son rôle politique du fait de la dichotomie qui l'oppose à la classe dirigeante. Elle est socialement construite comme l'antithèse de la gérontocratie qui s'est approprié l'État. C'est cette élite vieillissante que le sociologue Nacer Djabi qualifie de « génération du pouvoir » qui s'opposerait notamment à la troisième génération, celle des « mouvements sociaux et des protestations » (Djabi, 2012). Si pareille présentation n'est pas sans poser les problèmes inhérents à l'hétérogénéité de toute catégorie d'âge, elle a néanmoins le mérite de poser clairement la dimension démographique et générationnelle du conflit politique. De surcroît, elle montre comment deux catégories construites, en l'occurrence la « gérontocratie » et la « jeunesse protestataire », sont néanmoins opérationnelles politiquement, notamment du fait de leur opposition.

36Considérons la fraction de la « génération du pouvoir » qui est tout particulièrement associée aux cercles dirigeants, à savoir la famille révolutionnaire. Cette dernière consiste en un groupe social complexe qui revendique à son profit les outils de décision et les bénéfices de l'exploitation des hydrocarbures au nom du sang versé durant la guerre d'indépendance, mais aussi le contrôle de la destinée d'un peuple-enfant qu'elle entend éveiller à la modernité. C'est cette classe gérontocratique et monopolistique qui est perçue comme arrogante et aveugle aux revendications d'une population plus jeune (Martinez, 2010, 98-99). Pour elle, la participation à la guerre d'indépendance est un argument d'autorité légitimant à la fois des privilèges, un droit à la parole et un droit à l'action. Il faut garder ici à l'esprit les mots d'Omar Carlier pour qui « il n'est guère de société contemporaine […] dont le destin ait été pareillement marqué par la colonisation et la décolonisation, dont l'être et le paraître doivent tant au poids de la guerre. » (1991 : 83).

37Dans ce contexte, le conflit de génération alimente une crise des autorités et se traduit notamment par la mise en cause des figures et des institutions pourtant sacralisées par les discours politiques. A la suite de la répression militaire de 1988 et des exactions de la guerre civile, le mythe de l'Armée Nationale Populaire s'est effondré (Abada, 1994), pour mieux révéler la corruption d'un État-major assimilé à une « mafia de généraux ». L'ancien Chef d'État-major et Ministre de la Défense Khaled Nezzar a récemment été pris à partie par des membres du Mouvement des Jeunes Indépendants pour le Changement (MJIC) au cimetière d'El Alia. Face à l'un des chefs de file des putschistes de 1992, l'un des protestataires n'a pas hésité à qualifier les généraux de menteurs et d'assassins22. A l'image négative des hauts gradés de l'ANP s'ajoute l'affaiblissement de la figure présidentielle. Profitant du retour d'un paix relative et grâce au soutien dont jouissait son projet de réconciliation nationale, Abdelaziz Bouteflika avait pourtant réussit à restaurer cette dernière durant son premier mandat (1999-2004). Mais la corruption de son entourage et les rumeurs qui entourent sa vie personnelle ont sérieusement entamé sa crédibilité. La maladie et la vieillesse du Président soulignent le décalage entre une population jeune, désireuse de s'affranchir du poids du passé, et une classe dirigeante gérontocratique incarnée par ce corps affaibli et néanmoins persistant.

38Finalement, à travers l'invocation récurrente de la « jeunesse », c'est aussi le règne sans fin de la famille révolutionnaire et la trahison des représentants putatifs qui sont dénoncés. A cet égard, la catégorie peut bien être imprécise, dès lors qu'elle désigne par un effet de miroir les cibles du contentieux politique, mais aussi la situation critique à laquelle il est nécessaire de mettre fin.

De la « jeunesse algérienne » et du futur politique du pays

39Il est remarquable de constater que la « jeunesse » partage avec le « peuple » une caractéristique qui en fait une catégorie particulièrement prisée par les discours politiques. En effet, l'imprécision de la notion rend aisée la réification à des fins stratégiques. La polysémie du terme permet de produire aussi bien une argumentation axée sur la peur (« les voyous ») que sur l'espoir (« les jeunes engagés »). Dans le même temps, elle a la faculté de transcender les clivages qui parcourent toute société pour réunir dans la génération des profils sociologiques fort divers ainsi que leurs préjudices respectifs (chômage, marginalité sociale et politique, revendications étudiantes...). Pour cette raison, il n'est guère surprenant de voir que dans une configuration extrêmement conflictuelle comme en Algérie, la « jeunesse » occupe une place centrale. Elle est invoquée par ceux qui appellent au soulèvement contre le régime, et régulièrement courtisée par celui-ci dans le cadre de la redistribution de la rente. A dire vrai, on peut trouver dans ce contexte autant de définitions positives du terme que de stratégies discursives.

40Pour autant, on ne peut se limiter dans le cas algérien à une évocation du rôle pratique de la catégorie « jeunesse ». Sa centralité politique est indissociable du caractère particulièrement vif du conflit de génération et de la contestation des autorités qui en résulte. La mise en cause de l'histoire officielle et de l'indépendance elle-même traduit un moment critique dans la vie politique du pays. Le refus de la génération de 1962 de céder les rênes du pouvoir couplé à la crise protéiforme ont débouché sur une profonde absence de sens qui révèle la confrontation de différentes temporalités, celle du règne sans fin et celle de la crise sans fin. Dans ce contexte, le passage de relais rendu inévitable pour des raisons démographiques s'avère particulièrement propice à une remise en question du système, de ses structures et de ses violences. Plus que jamais, à l'image de la classe ouvrière de la théorie marxiste, la « jeunesse algérienne » se trouve définie par son identité négative (Lefebvre, 1975). La crise, la hogra, le régime restent des éléments déterminants pour nous dire ce qu'elle n'est pas, ce à quoi elle est vouée à mettre un terme. Elle est ainsi synonyme d'une rupture rendue nécessaire du point de vue de la survie même de la communauté.

Haut de page

Bibliographie

Abada Khadija, 1994-1995, « La fin d'un mythe », Les Cahiers de l'Orient.

Achy Lahcen, 2010, « Substituer des emplois précaires à un chômage élevé, Les défis de l'emploi au Maghreb », Carnegie Middle East Center 23.

Anderson Bennedict, 1991, Imagined Communities, Londres et New York, Verso.

Baamara Layla, 2013, « De la sectorisation des mobilisations protestataires en Algérie. Le cas du "mouvement étudiant" », in Amin Allal et Thomas Pierret (ed.), Au coeur des révoltes arabes ; portée des processus révolutionnaires, Paris, Armand Colin.

Bourdieu Pierre, 1984, « La jeunesse n'est qu'un mot », 1978, Entretien avec Anne-Marie Métailié, in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bozarslan Hamit, 2011, Sociologie politique du Moyen-Orient, Paris, La Découverte.

Brahimi El Mili Naoufel, 2003, « Algérie : une économie entre libéralisation et attentes sociales », in Rémy Leveau (dir.), Afrique du Nord, Moyen-Orient, Espace et conflits, Paris, La documentation française.

Carlier Omar, 1991, « Mémoire, mythe et doxa de l'État en Algérie. L'Etoile nord-africaine et la religion du watan », Vingtième Siècle, Revue d'histoire 30.

Chéna Salim, 2011, « L'Algérie dans le "printemps arabe", entre espoir, initiatives et blocages », Confluences Méditerranée 77, p. 105-118.

Devriese Marc, 1989, « Approche sociologique de la génération », Vingtième Siècle, Revue d'histoire 22.

Dilem Ali, 2011, Algérie, mon humour, Alger, Casbah éditions.

Djabi Nacer, 2012, Pourquoi le Printemps algérien a tardé ?, Alger, éditions Chibab.

Dobry Michel, 1988, « La fragilité d'un mouvement auto-limité. Un entretien avec Michel Dobry », Politix 1.

Fanon Franz, 2002 (1961), Les Damnés de la Terre, édition électronique de l'UQAC.

Kateb Kamel, 2003-4, « Population et organisation de l'espace en Algérie », L'Espace Géographique.

Laclau Ernesto, 2005, On populist Reason, Londres, Verso.

Lacoste-Dujardin Camille, 2001/4, « Géographie culturelle et géopolitique en Kabylie, la révolte de la jeunesse kabyle pour une Algérie démocratique », Hérodote 104.

Lefebvre Henri, 1975, « La classe ouvrière est-elle révolutionnaire ? », Sociologie et révolution, Colloque de Cabris, Paris, éditions Anthropos.

Martinez Luis, 1998, La guerre civile en Algérie, Paris, Khartala.

— 2001, « Algérie : les massacres de civils dans la guerre », Revue internationale de politique comparée, vol. 8, n°1.

— 2010, Violence de la rente pétrolière. Algérie - Irak – Lybie, Paris, Presses de Science Po.

McClintock Ann, 1995, Impérial Leather : Race, Gender and Sexuality in the Colonial Context, Londres, Routledge.

McDougall James, 2007, « After the War. Algeria's Transition to Uncertainty », MERIP, n°245.

Monod Jean-Claude, 2009, « La force du populisme : une analyse philosophique », Esprit 351.

Morin Edgar, 1968, « Pour une sociologie de la Crise », Communications 12.

Moussaoui Abderrahmane, 1998, « La violence en Algérie. Des crimes et des châtiments », Cahiers d'études africaines, vol 38, n°150-152.

Muller Christian Alain, 2000-1, « Du "peuple égaré" au "peuple enfant". Le discours politique révolutionnaire à l'épreuve de la révolte populaire de 1793 », Revue d'histoire moderne et contemporaine 47, p. 93-112.

Poulantzas Nicos, 1976, « Les transformations actuelles de l'État, la crise politique et la crise de l'État », La crise de l'État, Paris, Presses universitaires de France.

Quandt William B., 1998, Between Ballots and Bullets, Washington, Brookings Institution Press.

Rancière Jacques, 1998, Aux bords du politique, Paris, éditions La Fabrique.

Rosière Stéphane (dir.), 2008, Dictionnaire de l’espace politique. Géographie politique et géopolitique, Paris, Armand Colin.

Schoumaker Bruno et Tabutin Dominique, 2005, « La Démographie du monde arabe et du Moyen-Orient des années 1950 aux années 2000 », Population 5-6.

Simmel Georg, 1992, Le conflit, Paris, Circé.

Tizziani Ania, janvier-mars 2007, « Du péronisme au populisme : la conquête conceptuelle du « gros animal » populaire », Revue Tiers Monde 189.

Tounsi Leila, 1997, « Aspects des parlers jeunes en Algérie », Langue française 194.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l'article de Tony Gabriel, « Les réseaux sociaux, nouvelles armes de la jeunesse égyptienne », Le Monde, 27 janvier 2011.

2 Selon l'Office National des Statistiques, le taux de chômage des jeunes est de 21%, soit le double de la population active, et l'inflation a atteint 50% sur les dix dernières années.

3 Toujours selon le dernier recensement de l'ONS datant de 2012.

4 Les dessins du caricaturiste Ali Dilem (publiées dans Liberté, auparavant au Matin) insistent ainsi de manière récurrente sur ces phénomènes sociaux que sont le suicide des jeunes (notamment par l'immolation) et l'émigration clandestine en bateau (Dilem, 2012).

5 La précédente manifestation d'ampleur dans la capitale remontait au “printemps noir” Kabyle de 2001. En 2011, les étudiants manifestaient avant tout contre la réforme LMD et pour une amélioration des conditions de vie à l'université. En dépit de cette auto-limitation, cette dernière manifestation avait été l'occasion d'exprimer brièvement des aspirations plus larges et radicales comme la « chute du régime ».

6 La Coordination Nationale pour le Changement et le Démocratie créée en février 2011, dans la lignée des soulèvements tunisiens et égyptiens, réunissait des partis politiques, des associations et des syndicats autonomes. Elle a rapidement périclitée suite à ses divisions et à, la méfiance inspirée par certains de ses membres.

7 Le réseau Wassila est une coalition d'associations spécialisées dans le domaine de l'information et de la défense des femmes et des enfants victimes notamment de violences domestiques (http://www.reseauwassila.com).

8 Sur la question de l'exode sécuritaire durant les années 1990 et plus généralement de la crise urbaine à Alger, voir Allan Popelard et Paul Vanier, « Urbanisme, une autre bataille d'Alger », Le Monde Diplomatique, décembre 2010.

9 Littéralement les « muristes », ceux qui tiennent le mur, c'est-à-dire qui sont dans la rue et ne font rien.

10 En parlant de guerre civile, nous renvoyons à l'idée d'un affrontement effectivement politique qui a déchiré la communauté, lié à la chute des cours du pétrole, à la crise de sens qui a accompagné les échecs de l'État développeur, au refus d'une partie de la coalition dirigeante d'accepter la défaite électorale de 1991 et à la recherche continue de l'affrontement par une partie des membres du FIS. En soi, le bilan humain plaide également en faveur d'un refus des euphémismes officiels, tels que le terme de « tragédie nationale ». De ce point de vue, la notion de guerre civile a le mérite de décrire clairement un épisode de violence soutenue opposant des factions concurrentes.

11 « Abdelaziz Belkhadem : "le recours à l'émeute est inacceptable" », Le Soir d'Algérie, 9 janvier 2011.

12 Pierre Puchot, « Alger capitale de l'ennui », mediapart.fr, 4 mars 2012.

13 Littéralement ceux qui brûlent les frontières, c'est-à-dire ceux qui émigrent clandestinement vers l'Europe.

14 Sylvie Kauffmann et Isabelle Mandraud, « L'Algérie défend "l'intégrité territoriale du Mali" », Le Monde, 6 avril 2012.

15 Souad Amallou, « Algérie, terre de colère et de protesta : un quota de 16 manifestations par jour », dna-algerie.com, 5 Octobre 2012. Disponible à l'adresse : http://www.dna-algerie.com/dna-en-pointilles/algerie-terre-de-colere-et-de-protesta-un-quota-de-16-manifestations-par-jour [consulté le 3 juin 2013].

16 Adissia Merzouk, « Campagne de évangélisation: Langues étrangères et visas pour appâter les algériens », Ennahar, 16 août 2010.

17 Liberté, 6 mai 2012.

18 Mohamed Bousri, « Bouteflika répond à ses opposants », Ennahar, 24 février 2011.

19 Voir la déclaration complète sur le blog du FFS : http://ffs1963.unblog.fr/2011/01/10/declaration-commune-laddh-cla-satef-coordination-des-sections-cnes-snapap/

20 Appel « Pain, travail, Liberté » du CNDDC, 30 mars 2011.

21 Pierre Puchot, « Religion, culture, économie... pas simple de s'aimer en Algérie », mediapart.fr, 8 avril 2012.

22 Voir l'extrait vidéo enregistré le 29/06/2012 à l'adresse suivante : http://www.dailymotion.com/video/xruzhq#.UazHupxGKxs [consulté le 3 juin 2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Serres, « La « jeunesse algérienne » en lutte. Du rôle politique conflictuel d'une catégorie sociale hétérogène », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/8401

Haut de page

Auteur

Thomas Serres

Doctorant en science politique, EHESS-Cetobac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page