Navigation – Plan du site
Obituaire

Daniel Panzac et l’aventure de la Remmm (1984-1999)

Pierre Robert Baduel
p. 315-322

Texte intégral

1Il est, entre maladie incurable et très grand âge, des morts toujours douloureuses mais auxquelles proches et amis sont préparés. Celle de Daniel Panzac est arrivée à la dérobée en ce 7 décembre 2012. Parmi ses nombreux amis, d’autres diront mieux que je ne pourrais m’y exercer la place éminente qu’il tint dans le concert des études ottomanistes de sa génération. Pour ma part, je voudrais ici apporter mon témoignage personnel sur la contribution de Daniel, entre 1984 et 1999, à la rénovation de la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (Romm) qui devait devenir la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (Remmm).

Un héritage délicat

  • 1 La Revue de la Méditerrannée avait été créée à Alger en 1940 par le doyen de la faculté des Lettres (...)
  • 2 Dans la liste des spécialistes de l’aire islamo-méditerranéenne et/ou d’anciens enseignants des éta (...)
  • 3 Le Cena (Centre d’études nord-africaines) hébergé par l’IEP. Le Cena devait devenir le Cram (Centre (...)
  • 4 Avaient été créés successivement : en 1960 la revue géographique Méditerranée sous l’impulsion d’Hi (...)
  • 5 Pierre Boyer (1918-2008), conservateur en chef des archives régionales d’Alger de 1948 à 1962, fut (...)
  • 6 Durant tout son mandat Lucien Golvin fut assisté d’un rédacteur en chef, Marceau Gast (1927-2010), (...)

2Pour comprendre la suite, il faut commencer par décrire l’état de la Romm au moment où nous en prîmes la responsabilité, en janvier 1984. Sa création, qui remontait à 1966, avait été rendue possible grâce au don d’un reliquat de trésorerie que le professeur Lionel Balout et les collaborateurs de la Revue de la Méditerranée adressèrent au professeur Roger Le Tourneau (1907-1971) dans le but de donner une vie nouvelle à l’ancienne revue algéroise1. Le choix de cette dévolution à R. Le Tourneau visa d’abord l’ancien collègue de la Faculté des Lettres d’Alger arrivé à l’université d’Aix-en-Provence en 1957 mais encore, à travers lui, cette université où il avait lancé les études arabes. Au fur et à mesure du recouvrement de leur souveraineté par le Maroc, la Tunisie et l’Algérie, l’université d’Aix-en-Provence avait en effet accueilli de nombreux universitaires précédemment en fonction au Maghreb, voire plus largement dans le monde arabo-musulman méditerranéen2 et jeté les bases d’un véritable pôle national de recherche sur l’« Afrique méditerranéenne » : dès 1958 un centre de documentation et de recherche sur cette aire était créé à l’IEP3 ; des revues traitant de cette aire venaient à s’y multiplier4 ; ajoutant aux ressources de l’université, la ville d’Aix inaugurait en 1966 les Archives d’Outre-Mer qui réunissaient les archives coloniales de l’Algérie, de l’Afrique noire, de Madagascar et de l’Indochine5. C’est dans cette conjoncture historique singulière qu’en 1966 vit le jour, officiellement déclarée en sous-préfecture d’Aix-en-Provence, l’Association pour l’étude des sciences humaines en Afrique du Nord (Aeshan) qui devait détenir le titre de propriété de la nouvelle Revue, la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (Romm), et assurer son administration éditoriale et comptable. À la différence de l’AAN, revue d’institution, la Romm devait demeurer durablement une publication associative bénéficiant seulement d’allocations annuelles – au fur et à mesure du temps déclinantes - des universités d’Aix et du Cnrs, s’autofinançant partiellement sur ses ventes (essentiellement par abonnement) et reposant surtout sur le pur volontariat de ses responsables. Avec l’appui d’un cénacle de personnalités aixoises qui constituaient son Comité scientifique, la Romm connut de 1966 à 1984 trois directeurs : successivement Roger Le Tourneau (1966-1971), Lucien Golvin (1971-1979)6 et André Raymond (1979-1983). A. Raymond, qui avait rejoint l’université d’Aix en 1975, entreprit de relancer la revue : il fit notamment entrer quelques jeunes chercheurs au comité scientifique, mobilisa des collaborations pour coordonner telle ou telle livraison (Jean-Claude Vatin, Jean-Claude Garcin, Jean-Robert Henry), mais, son volontarisme se heurta rapidement aux limites organisationnelles et financières de la revue, dont j’avais une bonne connaissance puisque depuis 1980 j’assurais la fonction de trésorier de l’Aeshan. Fin 1983, la trésorerie issue du don initial de L. Balout ayant été employée jusqu’à épuisement, les ressources financières réduisant comme peau de chagrin à chaque tirage, les retards de publication s’accumulaient, hypothéquant dangereusement le renouvellement des abonnements. Il fallait donc trouver une solution de façon urgente. André Raymond sollicita une aide accrue du GIS (Groupement d’intérêt scientifique) Méditerranée et de son directeur, Jean-Louis Miège. L’insuccès de la démarche l’amena à remettre sa charge de direction de la revue.

  • 7 Valérie Clary, 1994, De l’Occident musulman au Monde musulman. Naissance et évolution d’une revue a (...)

« À l’ordre du jour de l’Assemblée générale du 10 janvier 1984 est inscrite l’élection d’un nouveau président de l’AESHAN. « M. Panzac propose que les responsabilités de la présidence de l’AESHAN et de la direction de la ROMM soient dissociées. […] M. Raymond accepte dans ces conditions de rester président de l’Association ». Pierre Robert Baduel est élu directeur de la ROMM à l’unanimité. Daniel Panzac le remplace au poste de trésorier. »7

  • 8 A. Raymond (1925-2011) avait en 1984 gardé la présidence de l’Aeshan sur mon insistance : à la diff (...)

3C’est dans ce contexte que Daniel Panzac et moi, envoyés en kamikazes sur le front d’une entreprise qui avait sa notoriété mais était désormais en sérieuse difficulté, accédâmes sans gloire à nos responsabilités respectives. Notre capital personnel initial était limité : agrégé d’histoire, Daniel participait activement aux activités du Grepo (Groupe de recherches et d’études sur le Proche-Orient), mais il enseignait encore en collège secondaire, il intègrerait le Cnrs en 1985 et prendrait alors la succession de Robert Mantran à la direction du Grepo ; pour ma part, j’étais un jeune chargé de recherche au Cnrs, qui, au retour d’un long séjour d’enseignement et de recherche en Tunisie (1969-1979), à la très formatrice école du Cresm dirigé alors par Maurice Flory avait pu se familiariser avec le réseau des spécialistes du Maghreb et acquérir une bonne expérience éditoriale. Mis en quelque sorte tous les deux à l’épreuve8, nos chances objectives de succès étaient faibles. Nous ne nous connaissions l’un l’autre que très superficiellement. Nous ne pouvions alors imaginer que la collaboration qui s’engageait durerait près de 15 ans, jusqu’en 1999.

Le contexte national des réformes de la revue

  • 9 Un intérêt pour l’œuvre d’E. W. Said devait m’accompagner tout au long de mon parcours scientifique (...)
  • 10 J. Leca, 1988, « Rapport sur la création d’une revue de sciences sociales sur le monde arabe contem (...)

4De 1984 à 1999, les « études orientalistes » furent traversées en France de multiples questionnements et devaient faire l’objet de profondes réformes structurelles, tandis que la communauté scientifique elle-même s’organisait. En 1978 avait paru aux USA l’ouvrage d’Edward W. Said Orientalism qui se livrait à une critique radicale de l’orientalisme arabisant ; la première traduction de cet ouvrage parut en France en 1980, significativement à l’initiative d’un linguiste non-orientaliste, Tzvetan Todorov9. En 1981 devait paraître le premier d’un longue série de rapports officiels ou associatifs tout au long des années 1980-1990 : Rapport sur les études arabes présenté au premier ministre [Raymond Barre] par Roland Morin et Thérèse Delpech. Dans le cadre de l’Association française des arabisants (Afda) créée en 1973, Jacqueline Chabbi et Bruno Half publiaient en 1982 Dix ans de recherche universitaire française sur le monde arabe et islamique. Au mi-temps des années 1980, les dispositifs aixois de recherche sur le monde arabe et musulman devaient connaître de profondes transformations impulsées par le Département des SHS du Cnrs : la succession de Maurice Flory à la direction du Cresm étant ouverte, au terme de délicates tractations entre Maurice Godelier, alors directeur scientifique du Département, et les personnels du Cresm, A. Raymond en avait été nommé directeur fin 1984 ; en 1985 il fut chargé par M. Godelier d’une mission de restructuration de la recherche aixoise sur le monde arabe et musulman qui devait aboutir en 1986 à la création de l’Iremam qui intégrait en un établissement fédératif différents laboratoires jusqu’alors indépendants, avant deux années plus tard de tous les fondre en un laboratoire unique. En 1986 fut fondée l’Association française pour l’étude du monde arabe et musulman (Afemam), dont A. Raymond fut le premier président : à l’occasion du congrès de cette association qui se tint en juillet 1988, reprenant les conclusions du Rapport Morin/Delpech de 1981 quant à la nécessité d’une « revue de bonne qualité sur le monde arabe contemporain », Jean Leca soumettait à l’assemblée un projet qui permettrait de doter la communauté scientifique d’une grande publication nationale : concluant qu’« il n’existe pas de marché assez vaste pour autoriser la publication simultanée d’une revue intellectuelle et d’une revue documentaire », il lançait un appel à un effacement des différentes revues totalement ou partiellement (comme Peuples méditerranéens dirigée par Paul Vieille) consacrées au monde arabe existant sur le marché au profit de cette revue d’intérêt général10 . La Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée dont la transformation était déjà avancée et qui, en 1988, était devenue la Revue du monde musulman et de la Méditerranée fut fortement invitée à libérer son « marché » au profit de cette entreprise commune. Jean Leca, membre fondateur de l’Afemam et membre de son Conseil d’administration, bénéficiait du plein appui officiel de celui-ci. Fallait-il obtempérer ou relever le défi ?

L’aventure de la fabrique d’une nouvelle formule de la revue

  • 11 « Le 10 janvier 1992, la communauté des orientalistes, avec le soutien de la Société asiatique, org (...)

5C’est dans ce contexte local et national particulièrement complexe que l’équipe responsable de la Romm dut frayer son propre chemin. Pour moi, il ne pouvait être question que les avancées de la rénovation auxquelles Daniel et moi étions déjà parvenus en 1988 débouchassent sur l’impasse qui aurait résulté de la finalisation du projet de Jean Leca, dont il était improbable que la réussite dépendît mécaniquement de la fin d’autres revues. Je savais d’expérience qu’il fallait de multiples autres ingrédients. Il fallait donc relever le défi et pousser les réformes. C’est en fait ce défi que déjà j’avais eu en tête de relever dès 1984. En fait, je n’avais par-devers moi accepté la succession quasi impossible à la direction de la Romm que parce que je pensais pouvoir conquérir des marges de manœuvre pour entreprendre une réforme drastique. Cette réforme devait nécessairement intégrer les questionnements et scientifiques et institutionnels au milieu desquels se débattaient les différents laboratoires « orientalistes », apporter par anticipation11 ses solutions et en montrer la valeur à l’épreuve des réalisations. J’élaborais pragmatiquement les termes de ce projet au cours de l’année 1984, et au fur et à mesure de leur avancement m’en ouvrais à Daniel au cours de longs échanges que nous prîmes alors l’habitude d’avoir pratiquement tous les jours ouvrables. Trésorier, comme mon prédécesseur Gabriel Camps, j’avais été confiné dans cette charge stratégique mais ingrate et invisible. Directeur, j’ai d’emblée associé Daniel à la marche scientifique de la revue, tirant profit de ses lumières, de ses compétences et de sa caution d’historien. Je crois pouvoir dire aujourd’hui avec le recul des années que sans ces échanges constants et confiants avec Daniel je ne pense pas que j’aurais eu la force de porter la rénovation de la revue à laquelle, dans les premières années, nous fûmes bien les seuls à croire.

  • 12 La rédaction en chef de la revue étant sous la direction de L. Golvin assurée par Marceau Gast, l’e (...)
  • 13 L’objectif de cette contemporanéisation était pour moi double : certes l’élargissement disciplinair (...)

6La condition d’une survie matérielle de la Romm étant l’apport de nouveaux moyens financiers, je cherchais un éditeur patenté qui - faisant le pari qu’à terme, rénovée, la revue au moins équilibrerait ses comptes - assurerait (au moins en grande partie) financièrement l’édition et (tout aussi importante) une commercialisation professionnelle (qu’une association était incapable d’atteindre). Démarcher des éditeurs en l’état de la revue était bien téméraire en 1984. Contactées, les Éditions du Cnrs déclinèrent toute idée de prise en charge. Différents laboratoires hébergés par le GIS Méditerranée avaient noué une collaboration avec les Éditions Édisud. À ma prise de direction, j’eus à éditer le thème d’une livraison que Jean-Robert Henry avait proposé à André Raymond, Le Maghreb dans l’imaginaire français. La colonie, le désert, l’exil ; J.-R. Henry, qui depuis longtemps avait noué avec Charlie Chaudoreille, le patron d’Édisud, une relation personnelle, me suggéra que l’association procédât à un tirage complémentaire de ce numéro sous forme de livre qu’Édisud commercialiserait. Charlie Chaudoreille fut satisfait de cet essai. Je le contactai à nouveau et lui présentai un projet de coédition après une année probatoire où je commencerais à mettre en œuvre une refonte complète de la revue. Je lui présentai les éléments de la refonte que j’envisageais : d’abord la conception d’une nouvelle maquette de couverture, qui, pour sa diffusion en librairie, afficherait sous un design flatteur le contenu de la livraison (comportant en 4e de couverture en quelques lignes la substance de la « problématique ») ; pour pouvoir afficher le contenu de la livraison, il fallait mettre un terme à la pratique générale des varia (qui fondée sur les alea des propositions spontanées ne faisait pas une politique éditoriale), procéder à une thématisation de chaque livraison, sur une « problématique » précise, coordonnée chaque fois par un responsable scientifique spécialiste du thème ; la thématisation systématique (et non plus exceptionnelle) de chaque livraison supposait la mise en place d’une politique éditoriale sur le moyen terme et je m’engageais à diversifier ces thématiques de façon à élargir le lectorat de la revue ; je proposais une diversification des disciplines alors que l’histoire dominait largement les articles jusqu’alors publiés12, et une ouverture régulière au contemporain qui avait été refusée au départ de la revue13 ; je proposais enfin une extension du champ géographique de la revue : jusqu’alors la revue avait été confinée dans l’Occident musulman, le Maghreb, je proposais de l’étendre non pas au monde arabe mais au monde musulman ; je conjuguais ainsi dans le projet à la fois une dimension épistémique et un souci d’élargissement commercial du lectorat. Ch. Chaudoreille fut intéressé par l’esprit de ce projet et, l’Aeshan assurant entièrement les frais de fabrication des livraisons de 1985, accepta le principe d’une commercialisation exclusive de celles-ci au-delà des abonnés. Il fallait l’accord du Comité scientifique : bien que bousculé dans ses habitudes, celui-ci accepta après cependant quelques hésitations le projet transitoire pour 1985. L’accord du Comité scientifique fut facilité sûrement par le fait que Daniel Panzac assurait la coordination de la première livraison de la nouvelle formule avec Les Ottomans en Méditerranée. Un contrat d’édition en bonne et due forme étant conclu avec Édisud à partir de 1986, la commercialisation de la revue étant désormais l’affaire de l’éditeur, le trésorier de l’Aeshan se trouvait désormais déchargé de sa tâche la plus lourde, la gestion des abonnements : pour reconnaître la part scientifique qu’il prenait à la transformation de la revue, je proposais à Daniel d’ajouter à la gestion financière de l’association qu’il conserverait, le rôle de directeur-adjoint de la Revue. La refondation de la revue se poursuivit dès lors à un rythme soutenu. Ne demandant jamais à diriger quelque livraison que ce soit, Daniel accepta toujours avec élégance et entrain les propositions que je lui faisais : c’est ainsi qu’il prit toujours sa part dans le rodage des nouvelles formules que nous envisagions. Ayant cherché à produire une fois par an un numéro-livre (c’est à dire une livraison exclusivement consacrée au thème annoncé, ne comportant pas de seconde « partie libre » et notices bibliographiques), qui pourrait intéresser plus facilement des non-abonnés (la série « villes-pays »), Daniel prit en charge Turquie, la croisée des chemins. Ayant conçu de tirer intellectuellement et commercialement aubaine d’événements annoncés (ainsi de commémorations : 1492, indépendance de la Mauritanie, de l’Algérie, …), à l’approche du bicentenaire de 1789 nous avons convenu qu’il coordonne une livraison sur Les Arabes, les Turcs et la Révolution française et le monde arabe ; ayant aussi pensé que c’était le rôle de la revue d’analyser les turbulences politiques (Guerre du Golfe, Balkans, Asie centrale, questions berbère et touarègue, ..), nous nous mimes d’accord pour qu’il coordonne une livraison sur les Balkans qui permettrait de comprendre les difficultés de la région en prenant en compte la longue durée : cela donna Les Balkans à l’époque ottomane.

  • 14 En 1994, V. Clary estimait à 40% la part des articles « contemporains » publiés de 1988-1993. Pour (...)
  • 15 Ainsi pour la livraison hors-série Crise du Golfe, la « logique » des chercheurs (1991).

7L’influence de Daniel Panzac sur la marche de la revue se marqua aussi par l’attrait que, grâce à son éminente place dans le concert des ottomanistes de sa génération, celle-ci acquit pour les études ottomanes : c’est ainsi que Nicolas Vatin coordonna Oral et écrit dans le monde turco-ottoman, François Georgeon L’humour en Orient et Frédéric Hitzel Livres et lectures dans le monde ottoman. La coordination de livraison de la revue, confiée à des personnalités scientifiques non-aixoises dont ces dernières livraisons témoignent fut une des plus fortes transformations que nous opérâmes par rapport à l’ancienne Romm, qui était une publication contrôlée certes par d’éminentes personnalités, mais exclusivement aixoises. Nous avions ainsi, par une série de réformes, transformé une revue aixoise en une revue nationale, voire internationale, puisque dès 1992 je sollicitais Manuela Marín pour coordonner, avec Joseph Pérez, Minorités religieuses dans l’Espagne médiévale. L’ouverture disciplinaire, l’extension à l’ensemble des mondes musulmans, la contemporanéisation pour moitié des livraiso14, la nationalisation et l’internationalisation (débutante) des responsables scientifiques des thèmes, la forte diversification de la nationalité des contributeurs… étaient devenues, au fil des années, une réalité. Sans qu’on ne parvînt jamais à savoir la réalité des comptes, les éditions Édisud durent sûrement trouver un profit suffisant à la manière dont la revue était managée puisqu’à aucun moment leur patron ne manifesta la moindre intention de revenir sur le contrat qui le liait à l’Aeshan et qu’à l’occasion il accepta même un financement exceptionnel15.

8L’effort que nous avions fourni avait donc porté ses fruits, mais, d’une certaine façon, il nous avait tous deux épuisés. Pour ma part, j’envisageais à partir de 1993-1994 de passer la main de la direction qui, telle que je l’exerçais, m’apportait beaucoup intellectuellement mais empiétait trop sur mon temps de chercheur. Daniel ne souhaitant pas prendre la direction à part entière, nous cherchâmes à l’extérieur du Comité scientifique une personnalité capable et intéressée à prendre la responsabilité scientifique du tout ou, à défaut du tout, d’au moins une partie de la revue. Pressentie, Sylvie Denoix, alors chargée de recherche au Cnrs, pouvait innover dans le sens des réformes déjà entreprises, et nous théorisâmes les orientations que pourrait prendre la revue dans les années à venir  dans l’éditorial intitulé « Vers une revue des mondes musulmans ou de la difficulté de nommer ».

9Avec le numéro 48-49 la Revue de l’Occident musulman, qui ne se limitait plus au Maghreb, mais s’ouvrait désormais au Machrek, était en 1988 devenue la Revue du monde musulman et de la Méditerranée. Les réflexions nouvelles sur l’héritage intellectuel sur le monde musulman, revisité dans une posture non essentialiste ouvraient une nouvelle étape, annoncée dans un éditorial intitulé « Vers une revue des mondes musulmans ou de la difficulté de nommer », annonçant une évolution du titre de la publication qui devint, en 1997, la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

  • 16 Mes fonctions m’accaparèrent au point qu’il m’était difficile, sans en pénaliser la bonne marche, d (...)
  • 17 Je me dois de rappeler ici le concours précieux que nous apportèrent la petite équipe administrativ (...)

10Au 1er janvier 1998, je pris la direction du laboratoire du Cnrs, Urbama à Tours16. Mes contacts avec Daniel s’espacèrent avec mon éloignement. La dernière page du livre de notre aventure commune arrivait. Il fut le premier à demander à être relevé de sa fonction de directeur-adjoint et trésorier, je le suivais de peu, fin décembre 1999. Daniel et moi avions le sentiment du « devoir bien accompli » au service de la revue et de la communauté scientifique. Nous avions saisi les transformations en cours au moment où nous fûmes nommés à nos responsabilités respectives, nous les avions accompagnées à notre façon, avec endurance et obstination. Ensemble nous avions en quelque sorte assuré le relais entre deux générations : celle des éminents fondateurs et celle qui venait du futur. Il nous apparut nécessaire de savoir nous retirer à temps, les circonstances nous y invitaient. Pendant près de 15 ans nous avions pratiquement chaque jour ouvrable travaillé ensemble, ensemble échafaudé des plans, ensemble réalisé une transformation totale d’une revue dont l’avenir était plus qu’incertain et qui, quand elle alla mieux, fut l’objet de convoitises maladroites qui tombèrent d’elles-mêmes. Nous aimâmes le travail à la fois intellectuel et technique d’édition de la revue, nous nous engageâmes pleinement à sa défense et illustration17. Et nous partîmes sur la pointe des pieds.

11Nous pûmes mener à bien cette aventure parce que notre collaboration se déroula sans que jamais en 15 ans le moindre dissentiment se produisît entre nous. Cela fut fondamentalement dû à l’heureuse équanimité de caractère de Daniel, à son commerce toujours instructif et à son urbanité constamment joyeuse. J’eus le privilège d’être assez souvent invité chez lui en compagnie de son épouse. Nous étions l’un et l’autre pudiques, nous ne mîmes jamais de mots sur notre relation, mais aujourd’hui qu’il est disparu, il me semble bien que ce fut une rare et authentique amitié.

Haut de page

Bibliographie

Baduel Pierre Robert, Denoix Sylvie, 1995, « Vers une revue des mondes musulmans ou de la difficulté de nommer », Remmm 77-78, p 7-18.

Baduel Pierre Robert, 2005, « Relire Said ? L’Outre-Occident dans l’universalisation des sciences sociales », Alfa. Maghreb et sciences sociales 2005, IRMC/Maisonneuve & Larose, Paris, p. 169-214 ;

—, 2010, « Le moment saïdien des postcolonial studies. Entre critique de l’orientalisme et profession d’humanisme », in Nicolas Bancel et al. (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, La Découverte, Paris, p. 49-61.

Boyer Pierre, 1960, L’évolution de l’Algérie médiane de 1830 à 1956, Adrien-Maisonneuve.

—, 1963, La vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, Hachette 

Denoix Sylvie, 1996,  Biens communs, patrimoines collectifs et gestion communautaire dans les sociétés musulmanes, Remmm 79-80.

—, 2004, « Des culs-de-sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques, ou comment aborder l’aire culturelle du “monde musulman” », Remmm 103-104, p. 7-26.

Georgeon François, 1995, L’humour en Orient, Remmm 77-78.

Henry Jean-Robert, Le Maghreb dans l’imaginaire français. La colonie, le désert, l’exil, Romm 37.

Hitzel Frédéric, 1999, Livres et lectures dans le monde ottoman, Remmm 87-88.

Marín Manuela, Pérez Joseph, 1992, Minorités religieuses dans l’Espagne médiévale, Remmm 63-64.

Panzac Daniel, 1985, Les Ottomans en Méditerranée, Romm 39.

—, 1988, Turquie, la croisée des chemins, Remmm 50.

—, 1989, Les Arabes, les Turcs et la Révolution française et le monde arabe, Remmm 52-53.

—, 1992, Les Balkans à l’époque ottomane, Remmm 66.

Vatin Nicolas, 1995, Oral et écrit dans le monde turco-ottoman, Remmm 75-76.

Haut de page

Notes

1 La Revue de la Méditerrannée avait été créée à Alger en 1940 par le doyen de la faculté des Lettres Jean Alazard (1887-1960), historien de l’art, fondateur et premier conservateur du Musée national des Beaux-Arts d’Alger (1930-1960). À la mort de J. Alazard, L. Balout (1907-1992), préhistorien, devait lui succéder et au décanat et à la direction de la revue, dont la publication devait être interrompue en 1962, tandis que lui-même rejoignait comme professeur des universités le Muséum d’histoire naturelle de Paris.

2 Dans la liste des spécialistes de l’aire islamo-méditerranéenne et/ou d’anciens enseignants des établissements supérieurs « coloniaux » ou nationaux du Maghreb qui rejoignirent (certains temporairement) l’université d’Aix dans les années 1960, on retiendra notamment le nom des historiens Jean-Louis Miège, Lucien Golvin (1908-2002) et Robert Mantran (1918-1999), des spécialistes de langue et littérature arabes André Miquel, Charles Vial et Gilbert Delanoue (1930-2002), du préhistorien Gabriel Camps (1927-2002), des sociologues André Adam (1911-1991), Jean-Paul Trystram, Georges Granai (1923-1981) et René Duchac (1927-2012), du juriste Charles Debbasch…

3 Le Cena (Centre d’études nord-africaines) hébergé par l’IEP. Le Cena devait devenir le Cram (Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne) en 1962 puis le Cresm (Centre de recherche sur les sociétés méditerranéennes) en 1968.

4 Avaient été créés successivement : en 1960 la revue géographique Méditerranée sous l’impulsion d’Hildebert Isnard (1904-1983), spécialiste de géographie nord-africaine arrivé d’Alger à Aix dès 1947 ; en 1961 l’Annuaire de l’Afrique du Nord sous l’impulsion de Maurice Flory et Charles Debbasch (1e parution en 1964).

5 Pierre Boyer (1918-2008), conservateur en chef des archives régionales d’Alger de 1948 à 1962, fut chargé à partir de 1960 du transfert en « métropole » des archives dites de souveraineté et, de retour en France, du projet des AOM dont il devint le premier conservateur-en-chef. Lui-même historien de l’Algérie (L’évolution de l’Algérie médiane de 1830 à 1956, en 1960 ; La vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, en 1963 ; …), il fut des membres fondateurs de la Romm et durablement membre de son Comité scientifique. Pendant de nombreuses années les AOM hébergèrent la Romm.

6 Durant tout son mandat Lucien Golvin fut assisté d’un rédacteur en chef, Marceau Gast (1927-2010), ethnologue du Sahara et lui aussi ancien d’Algérie.

7 Valérie Clary, 1994, De l’Occident musulman au Monde musulman. Naissance et évolution d’une revue aixoise, mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Robert Ilbert, université de Provence, année universitaire 1993-1994, 129 p.

8 A. Raymond (1925-2011) avait en 1984 gardé la présidence de l’Aeshan sur mon insistance : à la différence de mes trois prédécesseurs n’étant ni professeur des universités et ni historien, il me parut souhaitable qu’au moins transitoirement il cautionnât de son autorité le nouveau directeur vis-à-vis des membres du Comité scientifique qui continuaient alors à avoir une voix prépondérante dans la marche de la revue. Il renonça en 1988 à la présidence de l’Aeshan, je devais dès lors cumuler la fonction administrative (légère) de président de l’association et la fonction scientifique et rédactionnelle (lourde) de directeur de la revue. Voir V. Clary, op. cit..

9 Un intérêt pour l’œuvre d’E. W. Said devait m’accompagner tout au long de mon parcours scientifique et constituer un élément cognitif discret (Said étant alors peu prisé dans la communauté orientaliste !) de mon inspiration des réformes de la revue. Au terme d’une longue méditation, j’ai fini par écrire deux textes sur Said  (Baduel, 2005, 2010).

10 J. Leca, 1988, « Rapport sur la création d’une revue de sciences sociales sur le monde arabe contemporain », in Lettre d’information de l’AFEMAM n°3, Aix-en-Provence. Jean Leca devait ultérieurement prendre la direction scientifique de Maghreb-Machrek. Editée avec les moyens de La Documentation française, Maghreb-Machrek devint sous son mandat une publication éminente.

11 « Le 10 janvier 1992, la communauté des orientalistes, avec le soutien de la Société asiatique, organisait un imposant colloque de 450 personnes à l’Institut du monde arabe. Il devait déboucher sur la publication du Livre blanc de l’Orientalisme, édité par la Société asiatique en 1993 » (Lettre du département des SHS du CNRS n°58 d’avril 2000). En fait ce colloque avait été la conséquence de l’inquiétude de la communauté « orientaliste » générée par la décision de suppression de la section 44 du Comité national de la recherche scientifique : Langues et civilisations orientales, prise en 1991 par un Cnrs sensible aux critiques dont l’orientalisme faisait alors couramment l’objet. Répondant aux attaques contre la douteuse scientificité des « area studies », le Cnrs avait proposé aux membres de cette section un rattachement à l’une des sections proprement « disciplinaires ». Par l’effort préalable de « problématisation » du « thème » de ses livraisons réalisé en écho aux critiques saïdiennes, la Romm devenue Remmm avait pour son compte anticipé ces réformes.

12 La rédaction en chef de la revue étant sous la direction de L. Golvin assurée par Marceau Gast, l’ethnologie devait être en second significativement présente dans la suite des livraisons.

13 L’objectif de cette contemporanéisation était pour moi double : certes l’élargissement disciplinaire et donc l’introduction d’une pluridisciplinarité, mais aussi l’élargissement du lectorat et l’apport financier consécutif. Dans mon idée, les numéros contemporains pouvant prendre en compte l’actualité la plus immédiate présentaient l’avantage d’être plus commercialisables dans l’immédiat et aideraient ainsi à « financer » les livraisons plus érudites dont la commercialisation était certes, avec une bonne publicité, potentiellement plus durable mais très limitée au départ.

14 En 1994, V. Clary estimait à 40% la part des articles « contemporains » publiés de 1988-1993. Pour la même période les articles traitant du Maghreb ne correspondaient plus qu’à 20% des contributions.

15 Ainsi pour la livraison hors-série Crise du Golfe, la « logique » des chercheurs (1991).

16 Mes fonctions m’accaparèrent au point qu’il m’était difficile, sans en pénaliser la bonne marche, de continuer à diriger la Remmm. Sylvie Denoix avait pris magistralement en main la revue, elle avait formulé une problématique de thème et mené à bien son édition : Biens communs, patrimoines collectifs et gestion communautaire dans les sociétés musulmanes, elle avait rédigé un éditorial programmatique : « Des culs-de-sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques, ou comment aborder l’aire culturelle du “monde musulman” ». Ces succès m’amenèrent à lui proposer de co-diriger avec moi la revue, en attendant de lui en confier, le moment venu, complètement les rênes.

17 Je me dois de rappeler ici le concours précieux que nous apportèrent la petite équipe administrative et rédactionnelle que nous réussîmes à constituer : aux débuts Jacqueline Quilès (Cnrs), plus tard, au prix de montages administratifs plus ou moins improbables, de contrats pour des collègues travaillant souvent à temps partiel, Madeleine Balestrat et Jany Puccinelli, ainsi que Vivianne Fuglestad Aumeunier (Cnrs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Robert Baduel, « Daniel Panzac et l’aventure de la Remmm (1984-1999) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/8419

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page