Navigation – Plan du site
Lectures

Buresi Pascal et El Aalaoui Hicham, Gouverner l’empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux dans l’empire almohade (Maghreb, 1224-1269), Madrid, Casa de Velázquez, 2013 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 60), 549 p. Trad. angl. Travis Bruce, Governing the Empire : Provincial Administration in the Almohad Caliphate (1224-1269. Critical Edition, Translation and Study of Manuscript 4752 of the asaniyya Library in Rabat, Leyde, Brill, 2013 (Studies in the History and Society of the Maghrib, 3).

Dominique Valérian

Texte intégral

  • 1 Cette partie couvre les p. 223-477 du volume.

1L’ouvrage, fruit de l’habilitation à diriger des recherches de Pascal Buresi (PB), repose d’abord sur la réédition et la traduction en français par PB et Hicham El Aalaoui (puis en anglais par Travis Bruce) d’un recueil de lettres de la chancellerie almohade, le Majmūʿ Yaḥyā, conservé dans le manuscrit 4752 de la Bibliothèque Ḥasaniyya de Rabat1. Aḥmad ‘Azzāwī (1995) en avait déjà fait une édition dans les années 1990, dans le cadre de son recueil de lettres almohades, mais en dépit de la grande qualité de cette édition, les auteurs ont jugé utile de reprendre le travail pour deux raisons principales. La première est la nécessité de fournir une édition qui corresponde davantage aux normes et critères de l’édition scientifique actuelle (qualifiée d’« occidentale » p. 85), notamment tels qu’ils ont été définis et mis en œuvre par Frédéric Bauden. La correction systématique du texte par A. ‘Azzāwī en fonction de ce qu’il considérait comme l’arabe classique contribuait en particulier à gommer des spécificités linguistiques (notamment en terme de vocalisation ou de graphie, voire de syntaxe) qui pouvaient pourtant faire sens aux yeux de l’historien. La seconde raison tient à la compilation effectuée par A. ‘Azzāwī, qui diluait les actes du recueil de Yaḥyā dans un ensemble de lettres provenant de sources diverses (chroniques, biographies de lettrés, dictionnaires géographiques, manuels de chancellerie, documents d’archives conservés en Italie, etc.) qui faisait perdre de vue la spécificité et la logique de cette œuvre et rendait difficile sa mise en contexte autant que son étude diplomatique et codicologique. La difficulté de la langue de chancellerie, souvent en prose rimée, et la complexité du vocabulaire administratif rendent d’autant plus méritoire cette édition et surtout cette traduction d’un texte d’une grande richesse. Le manuscrit, daté par le directeur de la bibliothèque Ḥasaniyya du xvie-xviiie siècle, ne porte pas de nom d’auteur, mais le texte a été attribué à un certain Yaḥyā al-Khadhūj, kātib de la fin de l’époque almohade, qui regroupe ici 77 actes de nominations (taqdīms) de fonctionnaires provinciaux de l’empire – gouverneurs, commandants militaires, chefs de tribus arabes, percepteurs d’impôts, juges – correspondant à la période de crise de l’empire almohade, entre 1224 et 1269. L’auteur affirme s’être appuyé sur un recueil anonyme plus ancien, mais aussi sur des documents originaux ou des copies de taqdīms qu’il a pu consulter lui-même, mais qui sont ici dépouillés de toute référence à un contexte donné pour acquérir valeur de modèle. Ses motivations restent cependant obscures, dans un contexte de crise de l’empire almohade, tout autant que ce qui a guidé son choix des actes de nomination rapportés. PB s’attache à donner une étude codicologique du manuscrit, avec notamment des remarques sur l’écriture maghrébine (appuyées sur d’utiles illustrations). Il analyse également la logique du recueil, et la structure des actes, apportant sa contribution à notre connaissance de la diplomatique du monde islamique médiéval.

2Ce travail d’édition et de traduction permet à PB de mener une enquête sur les structures de gouvernement de l’empire almohade, qu’il développe en deux temps. Dans la première partie (« Le territoire impérial : de la conquête au démembrement », p. 19-79), il offre une synthèse de l’histoire politique de l’empire almohade, depuis la prédication d’Ibn Tūmart jusqu’à l’effondrement de l’empire. Il s’appuie pour cela sur les travaux déjà nombreux sur la période, revenant notamment sur la difficile question des débuts du mouvement et de la geste tūmartienne, et montrant le rôle fondateur de ‘Abd al-Mu’min dans la construction de l’empire, dans sa dimension à la fois territoriale, administrative (mise en place de la chancellerie et de l’administration impériale) et idéologique : « ‘Abd al-Mu’min fut le maître d’œuvre et le génie de la construction impériale almohade, le stratège qui en dessina les contours durables » (p. 36). Mais il apporte également des éléments nouveaux pour la dernière période, mal éclairée par les sources narratives traditionnellement mobilisées, et pour laquelle le recueil de Yaḥyā apporte des compléments factuels. Ce bref rappel de l’histoire almohade permet à PB de faire le point sur les structures de gouvernement aux débuts du mouvement, en reprenant assez largement les travaux de ‘Izz al-Dīn Mūsā (1991) qui s’appuyait pour cela principalement sur les sources narratives. Mais il est aussi l’occasion de revenir sur les fondements idéologiques, politiques et religieux du mouvement.

3La deuxième partie s’appuie plus directement sur le texte édité et traduit, et PB propose, après avoir présenté le manuscrit et le texte de Yaḥyā, une étude de l’administration provinciale de l’empire à partir de ce corpus documentaire négligé, ce qui constitue sans doute la partie la plus neuve de l’étude (chapitre VI, « L’administration impériale almohade », p. 121-213). PB montre que ces lettres de chancellerie sont à la frontière de la poésie, du sermon, de l’art oratoire et du discours religieux, pour exprimer un ordre souverain. S’inspirant notamment des travaux de Benoît Grévin sur la rhétorique du pouvoir dans l’Occident latin, il analyse les structures du langage politique tel qu’il est utilisé par les secrétaires de chancellerie (ce qu’il appelle l’« écriture almohade du pouvoir », p. 211) afin de comprendre l’organisation administrative concrète de l’empire. Pour cela il attache une grande importance au sens des mots dans leur contexte, mais aussi aux parties très codifiées des lettres (protocoles initiaux et finaux, des eulogies, des adresses, etc.) qui participent pleinement de cette écriture du pouvoir. Cela lui permet de se livrer à une description minutieuse de l’administration provinciale et à une réflexion sur la nature du pouvoir almohade. Les lettres échangées entre le calife et les provinces font de la chancellerie un instrument de contrôle du territoire, mais aussi un bon indicateur du fonctionnement de cette gestion des provinces. PB se livre à une étude précise et fort utile du vocabulaire utilisé par les secrétaires pour désigner les interlocuteurs du pouvoir califal, rappelant la distinction entre les titres (shaykh, ḥāfiẓ, ṭalaba) et les fonctions (que l’on pourrait rapprocher de ce que l’on trouve à Byzance). Véritable commentaire lexicographique de la traduction des lettres, ce développement permet une description fort utile des diverses fonctions administratives, militaires et judiciaires et donc, en partie, de l’administration provinciale de l’empire almohade, et PB rappelle la complexité – et les flottements parfois – de la terminologie employée pour désigner certaines fonctions, notamment financières et fiscales.

  • 2 D’utiles notes infrapaginales dues à Mehdi Ghouirgate apportent en outre régulièrement des compléme (...)

4Cette description des rouages de l’administration provinciale mène à une réflexion sur l’État impérial almohade, sans doute un peu moins aboutie. Il est difficile d’affirmer que « peu nombreux sont les chercheurs qui se sont aventurés à tenter une réflexion de synthèse sur l’exercice du pouvoir dans les États du Maghreb au Moyen Âge et dans le monde musulman dans son ensemble », sans citer des chercheurs aussi importants que Abdallah Laroui et surtout Mohamed Kably, qui a placé cette question de l’État au cœur de ses questionnements, pour un pouvoir qui succède justement aux Almohades et leur emprunte beaucoup. Les comparaisons, régulièrement annoncées, avec d’autres pouvoirs de l’Occident ou de l’Orient musulman, ne sont pas vraiment menées à bien, ce qui fragilise la réflexion revendiquée sur l’originalité du pouvoir almohade. Il n’en demeure pas moins que le travail de PB apporte des éléments nouveaux à l’étude de l’État impérial almohade. Il montre la revendication, comme chez les Almoravides, d’un héritage à la fois oriental et andalou (par le califat omeyyade de Cordoue) en même temps que l’affirmation d’une originalité profonde et d’un ancrage dans la terre maghrébine et dans les tribus berbères, nouveau peuple élu qui incarne le renouveau de la prophétie2. Il souligne surtout que les califes revendiquent pour eux-mêmes l’interprétation de la Loi divine, écartant par là-même les savants et juristes du processus interprétatif et inversant les rapports d’autorité entre oulémas et califes. Ce changement, majeur dans la pratique et l’idéologie du pouvoir, donne toute leur importance aux décisions souveraines telles qu’elles apparaissent dans les lettres de chancellerie, qui revêtent dès lors une dimension à la fois administrative et législative. Ces lettres, qui règlent les modalités de nomination des fonctionnaires, les relations entre sujets et souverains, la gestion des groupes constitués (notamment les tribus) permettent à PB de dégager les fondements idéologiques de la construction impériale almohade. L’analyse des lettres et notamment celle, très éclairante, du vocabulaire de l’obéissance, montre la nature du pouvoir califal, médiateur entre Dieu et ses sujets, ce qui consolide en même temps que cela légitime la concentration des décisions dans les mains du calife et le renforcement du lien entre l’autorité centrale du prince (la ḥaḍra) et les provinces périphériques, dont rendent compte précisément ces lettres.

  • 3 On peut se demander si ce n’est pas ce caractère « marocain » de l’empire almohade finissant qui ex (...)

5Cela pose la question, centrale, de la réalité qu’éclairent ces lettres du recueil de Yaḥyā : s’agit-il de l’empire almohade ? Ou de ce qu’il en reste dans ses dernières années couvertes par les lettres rassemblées par l’auteur ? PB rappelle plusieurs fois la spécificité de ce contexte de crise qui suit à la fois la défaite de Las Navas de Tolosa et la remise en cause du dogme almohade par le calife al-Ma’mūn : « Tous les actes reproduits dans le manuscrit portent donc sur la période du démembrement progressif de l’empire almohade » (p. 108). Les comparaisons qu’il mène avec la première période de l’empire, et qui justifient la première partie de rappel événementiel, posent cependant un double problème, de source et de contexte. Les sources en effet sont de natures différentes, principalement les chroniques ou les sources narratives en général pour la première période et les taqdīms pour la seconde (ce que souligne d’ailleurs PB, p. 197), et nécessiteraient une analyse comparée des procédés discursifs. Or cela est rendu difficile par le recours fréquent, et parfois systématique, à la littérature secondaire (principalement l’ouvrage de ‘Izz al-Dīn Mūsā) sans faire référence aux chroniques précisément utilisées, dont l’archéologie est, on le sait, assez compliquée pour la période almohade. Il faudrait en outre s’interroger sur le discours produit par les secrétaires de la chancellerie dans un contexte de crise et sur son adaptation (ou pas) à la situation de rétractation de l’empire. Ce qui conduit à la question du contexte éclairé par ces lettres, marqué à la fois par une réduction du territoire impérial aux dimensions d’un royaume principalement marocain et par les menaces constantes auxquelles les califes doivent faire face, venant de prétendants au trône et de forces centrifuges de plus en plus dangereuses. Les lettres ne concernent en effet que les régions du Sūs, de Sijilmassa, Marrakech, Fès, Salé, Tlemcen et indirectement Ceuta, et accompagnent un processus de sédentarisation du pouvoir califal, jusque-là itinérant, dans la capitale, lié à ce repliement sur les premières provinces tenues par les Almohades. Dès lors, les lettres rassemblées par Yaḥyā sont-elles le reflet de cette situation de crise, ou expriment-elles encore le rêve d’un empire désormais disparu ? Cet « empire almohade bureaucratique de la période des taqdīms » (p. 79), à la fois réduit et assiégé, peut-il servir de base à une réflexion sur le gouvernement de l’empire califal sur toute sa durée ? PB le reconnaît d’ailleurs : « Les taqdīms du manuscrit 4752 présentés ici datent de cette époque particulière du régime almohade où celui-ci est entré dans le cadre nettement plus classique d’une souveraineté s’exerçant à partir d’un centre urbain sur un territoire environnant en phase de repli progressif3. » (p. 149) Ils sont alors le reflet de la coexistence d’un discours califal et impérial, en partie déconnecté des réalités du pouvoir des derniers Almohades, avec une pratique de gouvernement plus classique, que l’on peut rapprocher de ce qu’on trouve pour les États post-almohades (jusque dans le retour du malikisme comme école juridique officielle après la répudiation du dogme almohade par al-Ma’mūn).

6L’ouvrage de PB et HEA s’inscrit donc pleinement dans le renouvellement des études sur le Maghreb médiéval en France engagé depuis une vingtaine d’années : par l’apport d’une nouvelle source qui, si elle était déjà connue, bénéficie là d’une nouvelle édition et d’une traduction française et anglaise qui seront fort utiles aux chercheurs, mais aussi par l’étude minutieuse du fonctionnement de la chancellerie almohade, qui offre des éléments de réflexion importants sur l’évolution politique et administrative dans le Maghreb des derniers siècles du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Azzāwī Ahmad, 1995, Rasā’il Muwaḥḥidiyya. Majmū‘a jadīda, Kénitra.

Umar Mūsā ‘Izz al-Dīn, 1991, al-Muwaḥḥidūn fī l-ġarb al-islāmī. Tanẓimātu-hum wa-naẓmu-hum, Beyrouth.

Haut de page

Notes

1 Cette partie couvre les p. 223-477 du volume.

2 D’utiles notes infrapaginales dues à Mehdi Ghouirgate apportent en outre régulièrement des compléments linguistiques berbères, qu’il aurait été intéressant d’intégrer dans une réflexion plus globale sur l'autonomisation partielle du discours politique vis-à-vis de l’Orient.

3 On peut se demander si ce n’est pas ce caractère « marocain » de l’empire almohade finissant qui explique le choix de ces lettres par l’auteur, centré sur cet espace cohérent qui fait alors sens (plus que l'affaiblissement du pouvoir califal, p. 149), et la postérité du texte, jusqu'à sa copie au xvie ou xviie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Buresi Pascal et El Aalaoui Hicham, Gouverner l’empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux dans l’empire almohade (Maghreb, 1224-1269), Madrid, Casa de Velázquez, 2013 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 60), 549 p. Trad. angl. Travis Bruce, Governing the Empire : Provincial Administration in the Almohad Caliphate (1224-1269. Critical Edition, Translation and Study of Manuscript 4752 of the asaniyya Library in Rabat, Leyde, Brill, 2013 (Studies in the History and Society of the Maghrib, 3). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/8424

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Université Lumière-Lyon 2, UMR 5648 CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page