Navigation – Plan du site
Lectures

Barraud Emilie, L’adoption entre France et Maghreb. De terre et de sang, Éditions Non Lieu, Paris, 2013, 305 p.

Amandine Feuchot

Texte intégral

1Lorsque l’on referme l'ouvrage d'Emilie Barraud et que l'on s'est soi-même quelque peu intéressé à son objet de recherche (Feuchot, 2007), on ne peut que constater l’importance du travail qu'elle a réalisé. Si Agnès Fine, dans sa préface, le qualifie d’« ouvrage pionnier », c'est bien parce qu'en réalisant un état des lieux de la question de l'adoption entre la France et les pays du Maghreb, il ouvre de nombreuses perspectives de recherches nouvelles sur cet objet particulièrement complexe.

2C'est en trois temps que l'auteure nous accompagne à la découverte de ce système de parenté élective, qui fait se rencontrer la kafala maghrébine et l'adoption internationale européenne et plus particulièrement française. Qu'est-ce que la kafala tout d'abord, ce système de recueil légal d'un enfant, institué au Maroc et en Algérie où l'adoption, telle qu'elle est définie et comprise en France, est interdite (la Tunisie quant à elle autorise l'adoption depuis 1958) ? Quels sont ses fondements et ses rôles moraux, juridiques et sociaux ? Qu'en est-il ensuite du modèle français des adoptions simples et plénières, de son inscription dans le cadre de l'adoption internationale, et du conflit de lois auquel font face les parents kafil (recueillant un enfant en kafala) à qui la France refuse la transformation de l'acte de kafala en adoption ? En quoi, enfin, la kafala et l'émigration-immigration sont-elles fortement et sensiblement liées ? À travers l'étude des cadres juridiques internationaux et ceux des pays concernés, grâce à de nombreux entretiens avec des professionnels des deux rives et avec des familles vivant en France (quelques-unes en Belgique) ayant fait le choix et vécu un parcours d'adoptant en recueillant un enfant en Algérie ou au Maroc par le biais de la kafala, Emilie Barraud nous révèle avant tout la complexité d'un objet non (ou très peu) étudié jusqu'ici.

3D’emblée, avant même l'introduction de l'ouvrage, le lecteur est plongé dans un extrait du journal d'une adoptante, dédié à son fils, dans lequel elle témoigne de la douleur qu'a représenté pour elle le choix du nouveau-né dans la pouponnière (au vu des conditions de prise en charge des enfants), puis la sortie illégale de l'enfant du territoire algérien, sans visa pour la France. Le cadre est posé. Nous avons affaire à un sujet complexe et lourdement chargé d'affect, dans lequel les douleurs, les inquiétudes et les accommodements avec la loi des parents ou futurs parents constituent des difficultés pour le chercheur autant que des révélateurs des enjeux qui se trament.

4Cette étude relate la rencontre de deux systèmes différents d'organisation de la famille, reflétés par deux modèles de parenté élective. Se mêlent ici la morale, le religieux, l'éthique, le droit, la politique et l'économie, en même temps que se confrontent les « sentiments » des parents (futurs parents) qui révèlent des constructions sociales différenciées de la famille. En Algérie comme au Maroc, la légalité de la kafala comme l'illégalité de l'adoption, ainsi que leur inscription dans la loi (code la famille algérien de 1984 et loi marocaine de 1993), sont légitimées par le Coran et l'histoire personnelle du Prophète. En France, on fait appel au respect de « l’intérêt de l'enfant », tel qu’énoncé dans les textes internationaux, pour légitimer l'interdiction de transformer la kafala en adoption simple ou plénière, au nom du respect de la loi d'origine de l'enfant, compris comme le respect de « ses origines ». On retrouve ici le compromis français entre le jus soli et le jus sanguini au fondement de la législation sur la nationalité. Les acteurs qui interviennent dans ces processus sont multiples et nombreux : les enfants « abandonnés », « placés », « confiés » et leurs mères « biologiques », les familles adoptantes, kafilates, souvent sans enfants, les institutions, associations, administrations, juristes, élu-es, d'un bord ou de l'autre de la Méditerranée ou des deux. Là encore on perçoit la complexité de cet objet dont l'étude renvoie à de nombreuses problématiques.

5Tout d'abord, aborder la kafala c'est parler de deux problèmes spécifiques dans les pays du Maghreb : l'abandon des enfants nés hors mariage et la stérilité. Ces deux situations qui font problèmes, sont révélatrices du modèle officiel de la famille : hétérosexuelle, dans le cadre du mariage, et productrice d'enfants. Ainsi, la stérilité du couple comme la grossesse hors mariage excluent les individus concernés de la sexualité normative, à savoir autorisée dans le seul cadre du mariage et productrice d'une descendance. Dès lors, c’est le modèle familial qui est remis en cause, l'équilibre de la société qui est menacé. Dans le cadre familial contemporain au Maghreb, deux réponses acceptables (normativement parlant) se présentent alors : l'abandon de l'enfant né hors mariage et le recueil légal d'un enfant, ou kafala, par le couple stérile.

6Dans le même temps, parler des adoptants français au Maghreb, c'est mettre au jour le modèle mononucléaire, urbain, privatisé, de la famille française (européenne), où le principe de « désir d’enfant » tente de trouver réponse avant tout à travers la reproduction biologique, par le développement de la procréation médicalement assistée. Celle-ci est devenue prioritaire sur l'adoption, qui n'intervient souvent qu'après que toutes les tentatives médicales ont échoué. Ainsi, s'il est un point commun entre ces deux modèles familiaux officiels et dominants, point commun que nous révèlent ces modèles de parentés « sociales » exceptionnels que sont la kafala et l'adoption, c'est le primat du lien du sang, du biologique dans la construction de la famille, sur le lien social.

7L'auteure consacre ensuite un long chapitre au cadre légal de l'adoption internationale et aux conflits de lois et de normes qu'il produit, notamment lorsqu'il rencontre la kafala. Nous pouvons certes questionner la nécessité, dans ce travail, d'avoir (re)fait le débat des juristes par rapport aux lois et jurisprudences en la matière, et partant regretter qu’il n’ait pas été consacré plus de temps à ce que traduisent et portent ces conflits, en termes d'organisation sociale et symbolique des sociétés concernées. Mais il reste que ce qu’Emilie Barraud met au jour en termes de bricolage et de transgression des parents avec la loi (jusqu'à l'illégalité de l'entrée sur le territoire du makfoul sans visa), et avec les cadres sociaux et religieux parfois, est révélateur de la négociation sans cesse renouvelée entre les individus et la norme. Ici se révèle la façon dont une pratique sociale entre en conflit, pour ne pas dire en collision, avec des règles légalement définies. On peut y lire aussi les enjeux sociologiques et historiques qui se trament derrière des conflits de lois entre États différents. Que révèle en effet la contradiction de la loi française de 2001 qui, d'un côté, prohibe l'adoption d'un enfant dont le pays de naissance interdit l'adoption au nom de son « intérêt supérieur », c’est-à-dire du respect de ses origines, et d'un autre côté autorise l'adoption plénière, à savoir l'effacement légal et administratif de sa filiation d'origine au profit de sa filiation adoptive, lorsque le pays de naissance de l'enfant l'autorise ? Que révèle cette persistance à interdire la reconnaissance de la kafala en adoption en France ? Quelle lecture anthropologique peut-on faire de ce cadre légal et des conflits de loi dont est porteuse l'adoption internationale vis-à-vis de la kafala ? Confronter ces systèmes de parentés, c'est mettre au jour la domination du modèle occidental, mondialisé, d'adoption plénière. Sur ce point, il aurait été intéressant que l'auteure aille plus loin encore dans son analyse de la question de la kafala dans son cadre national (Algérie, Maroc). Ce que nous a, en effet, laissé entrevoir notre court travail en Algérie à ce sujet, c’est le désir pour les acteurs de la kafala (parents, militants associatifs) de faire évoluer celle-ci vers le modèle de l'adoption plénière, c’est-à-dire vers un vécu de la kafala non comme un simple recueil d'enfant, mais bien comme l'intégration à la famille d'un enfant, au même titre que s'il était du sang des parents (ce que produit l'adoption plénière en substituant la filiation adoptive à la filiation d'origine). C'est notamment ce que révèle le combat mené au Maroc comme en Algérie par des familles kafilates et « la société civile » pour obtenir la concordance des noms patronymiques entre le makfoul et ses kafil, ou encore la bataille menée par certains parents pour obtenir l'inscription de leur makfoul dans leur livret de famille.

8Enfin, cet ouvrage nous révèle que parler de l'adoption « entre France et Maghreb », c'est travailler sur la question migratoire. Dans ce domaine, beaucoup reste à explorer, mais des jalons sont posés. D'une part, ce n'est pas un hasard, ni une simple nécessité légale (être musulman pour recueillir en kafala au Maroc, être Algérien pour l'Algérie), qui font que les couples français qui ont recourt à la kafala comme moyen d'adoption, sont « issus » de l'immigration (enfants d'immigrés, couples « mixtes »), généralement porteurs d'une double nationalité, française et marocaine ou algérienne. C'est bien plus que cela. Comme nous le dit l'auteure, des « enfants illégitimes », tels que les qualifiait Abdelmalek Sayad, adoptent des enfants « illégitimes », les premiers par la terre (en tant qu'enfants d'émigrés-immigrés), les seconds par le sang (en tant qu'enfants nés hors mariage). Nombreux sont également les enfants algériens et marocains accueillis en France chez un membre de leur famille (grands-parents, oncle, tante,...) dans le cadre de la kafala. Ici se révèlent des solidarités familiales aux motifs multiples : apporter une aide à un ascendant vieillissant, offrir une descendance à un couple qui en est privé, assurer un avenir en migration à un enfant...

9D'autre part, il est appliqué à ces enfants la même grille de lecture juridique (nous pourrions dire « étatique ») qu'aux adultes immigrés. L'impossibilité de la transcription de la kafala en adoption les place en effet dans un statut d'émigrés-immigrés, à savoir qu'ils conservent leur nationalité de naissance et qu'ils rentrent ensuite dans le cadre des procédures de naturalisation, auxquelles sont soumis les étrangers désireux d'obtenir la nationalité française. Emilie Barraud constate que la France veut éviter de faire de ces enfants des « naturels », en ne leur reconnaissant pas la possibilité de l'adoption. Elle semble même aller plus loin en tentant de dissuader d'adopter au Maghreb, par ce refus de l'adoption d’une part, mais aussi par la quasi impossibilité d'obtenir un visa d'entrée sur le territoire pour l'enfant. Ainsi, au nom de ce refus d’octroi du visa, les Conseils généraux ne délivrent pas d'agrément d'adoption si le projet des futurs parents se situe en Algérie ou au Maroc. Dans le même temps, les autorités algériennes et marocaines tendent, de plus en plus, à exiger cet agrément pour autoriser la kafala. Avec ou sans agrément, lorsque les parents obtiennent la kafala, ils font souvent rentrer l'enfant sur le territoire français sans visa. Du statut de makful, ces enfants passent à celui d'immigré clandestin, d'enfant sans papiers, dés leur arrivée en France. Une quête de papiers s'engage alors pour les parents (sécurité sociale, prestations familiales,...) avec l'espoir d'aboutir un jour à la naturalisation de leur enfant. À terme, ces enfants seront à leur tour des doubles nationaux, situation bien particulière et différente de tous les autres cas de figures d'adoption internationale.

10Ce modèle d'adoption se joue donc à la fois ici et là-bas et nourrit, de par le cadre légal et le parcours spécifique des parents, la construction d'un statut « d'issus de l'immigration » pour ces enfants, aussi bien dans leur vécu et leur double appartenance, revendiquée par leurs parents, que dans le regard social et de l'État. Emilie Barraud les qualifie ainsi « d'abandonnés-émigrés/immigrés-adoptés ». Elle pose alors la question de l'avenir de ces enfants, des constructions sociologiques et symboliques dont ils sont et seront les objets. Seront-ils porteurs du double stigmate de « l'immigré » (ici) et du fruit de la faute sexuelle (là-bas) ? Comment se posera pour eux la question de « l'appartenance » ?

11Si Emilie Barraud nous décrit les cadres de l'adoption internationale et de la kafala au Maroc et en Algérie, tout l'enjeu de son étude se situe au point de rencontre entre ces deux systèmes, ces deux organisations. C'est pourquoi, c'est bien autour de la question migratoire que se joue tout l’intérêt de « l’adoption entre France et Maghreb »: enjeu « de terre et de sang ». Il s'agit à présent de se saisir de ce travail dense et d'explorer les nombreuses pistes de recherches nouvelles qu'il nous ouvre.

Haut de page

Bibliographie

FEUCHOT Amandine, 2007, Enfance abandonnée et kafala en Algérie, Essai d'ethnologie d'une ONG algérienne, mémoire de Master II, Université d'Aix-Marseille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Feuchot, « Barraud Emilie, L’adoption entre France et Maghreb. De terre et de sang, Éditions Non Lieu, Paris, 2013, 305 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8425

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page