Navigation – Plan du site
Lectures

Bonnefoy L., Mermier F. et Poirier M. (dir.), Yémen, le tournant révolutionnaire, Sanaa-Paris, CEFAS-Éditions Karthala, 2012, 368 p.

François Ireton

Notes de la rédaction

En raison de sa longueur ce compte rendu est publié seulement en format électronique

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dont on rend compte ici, Yémen, le tournant révolutionnaire (YTR), est paru en juillet 2012, soit quatre mois seulement après que le soulèvement révolutionnaire ou mouvement contestataire massif yéménite, qui éclata au début de la deuxième quinzaine de janvier 2011, se fut achevé le 27 février 2012 (au moins provisoirement, peut-être), par la remise du pouvoir, par le président ‘Ali ‘Abdallah Saleh qui dirigea d’une main de fer le pays durant 33 ans, aux mains du nouveau président élu - ou plutôt « validé par référendum » puisqu’il était l’unique candidat - ‘Abd Rabbuh Mansûr Hâdî. Ce dernier accédait au pouvoir suite à un processus de négociations de huit mois entre les représentants du parti dominant et ceux de l’opposition, mené sous l’égide du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), initié en avril 2011 et conclu en novembre de la même année. Quatre mois entre la « fin » du processus révolutionnaire et la parution du livre dont le titre donne à penser qu’il vise à le décrire et à en analyser les tenants et les aboutissants, cela constitue à l’évidence un délai fort court pour opérer le travail réflexif nécessaire à l’interprétation de ces évènements, tout aussi « imprévus » que ceux qui éclatèrent, pratiquement aux mêmes dates, en Égypte et en Tunisie. En fait, comme l’écrit dans son avant propos, M. Tuchscherer, directeur, jusqu’en septembre 2013, du Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (CEFAS), dans la collection duquel ce livre paraît, en co-publication avec les éditions Karthala : « Cet ouvrage n’est pas une écriture à chaud du « printemps yéménite ». Sa préparation était déjà bien avancée, lorsqu’en février 2011 un mouvement contestataire sans précédent s’est invité dans le débat. Malheureusement les chercheurs n’ont guère pu en suivre les développements sur le terrain. En effet […] le Yémen leur est devenu inaccessible dès le mois d’avril ».

2Précisons d’emblée que la richesse et la bien normale variété des thèmes abordés dans cet ouvrage collectif qui s’est donné pour mission initiale (et fort utile) une « description du Yémen » de la décennie 2000, ne permet pas de rendre réellement compte du contenu des vingt-huit chapitres et encadrés (au nombre de quatorze dans chacun des deux cas) qui le composent, rédigés par vingt-quatre contributeurs et répartis en trois parties. Six chapitres et sept encadrés forment la première, intitulée « Dynamiques politiques : résiliences, conflits et identités » et se réservent la moitié des 350 pages que compte l’ouvrage (l’on mettra l’accent sur cette partie, au vu des évènements récents qu’a connu le pays).

3Le malentendu que le titre du livre pourrait engendrer (titre sans doute lié à une stratégie éditoriale - d’autres ouvrages parus, sur l’Égypte en particulier, ayant utilisé la même) est levé dès son avant-propos : on n’y trouvera pas le récit détaillé des épisodes de contestation, de mobilisation, de répression et de négociation qui se sont succédés au Yémen durant cette année décisive, ni non plus des analyses et interprétations approfondies de cette fusion de mouvements sociaux et politiques subsumés sous le terme de « révolution ». Ceci bien que le chapitre 6 (« Un peuple en quête de convergence : la révolution yéménite face à un pays fragmenté », par Nabil Subay) en donne une vision synthétique. Des manifestations de protestations contre le régime apparaissent à Sanaa sur le carrefour de l’Université dès le 15 janvier 2012, lendemain du jour de la fuite de Ben ‘Ali, président de la Tunisie ; elles rassemblent d’abord des étudiants, des diplômés chômeurs, des travailleurs et des militants de la société civile, qui ne peuvent rejoindre la place Tahrir (de Sanaa…), bloquée par les forces de police ; les partis d’opposition, d’abord sceptiques et attentistes n’appellent à une manifestation que pour le 3 février, mais c’est le départ de Mubarak, président de l’Égypte, le 11 février, qui marque le début d’une mobilisation massive, à Sanaa et dans d’autres villes du pays, demandant le départ du président yéménite ; le 20, commence l’occupation jour et nuit du carrefour de l’Université, rebaptisé « place du Changement » (sâhat al-taghyîr), dont le rôle réel et symbolique va être celui de la place Tahrir cairote et où se rejoignent nombre de groupes et partis, venus de toutes les régions du pays, s’unissant derrière les slogans des autres « printemps arabes » : « irhal ! » (dégage !) et « al-sha‘b yurîd isqât al-nizâm » (le peuple veut la chute du régime). Cette quasi-unanimité, au moins provisoire, autour de thèmes liés, d’une part, à la vie quotidienne des citoyens (la question des subsistances, de la pauvreté et du sous-équipement, du chômage, des disparités régionales et de la corruption du régime) et, d’autre part, à la contestation des structures politiques elles-mêmes (le jeu constant de division régionale et « tribale » joué par le pouvoir faisant du régime lui-même, et non du factionnalisme régional, « tribal » ou confessionnel, la vraie menace contre l’unité du pays), contraste, écrit l’auteur du chapitre, avec les conflits souvent sanglants, les mobilisations et les revendications isolées, régionales, sans émergence de solidarité nationale et inachevées qui avaient émaillé les 33 ans de pouvoir de l’ancien président. Par contraste, le processus de « fusion » de la place du Changement vit la reconnaissance de la légitimité des revendications pacifiques du mouvement sudiste, qui leur avait jusque-là été déniée tant par le régime que par les partis d’opposition et les « nordistes » en général ; de même le mouvement « houthiste » armé de la région de Saada dans le nord du pays fit savoir qu’il déposait les armes pour lutter dorénavant par des moyens pacifiques, la question des inégalités régionales de développement, en grande partie sous-jacente à ces conflits, étant conçue comme ne pouvant se résoudre que dans le cadre d’un changement de régime instaurant une véritable unité du pays. « Pour la première fois, une solidarité nationale s’établissait envers les victimes de tous les conflits », victimes en fait d’abord des méfaits d’un régime autoritaire. Face à ce mouvement, les partisans du régime restèrent impuissants. La « jeunesse révolutionnaire », initiatrice du mouvement, voulut voir dans le ralliement des partis d’opposition, symbolisé par la manifestation du « vendredi de la dignité » du 18 mars 2011, le « début de la fin » pour le régime de Saleh, au point de faire du vendredi suivant le « vendredi du départ », les milieux politiques nationaux et internationaux pensant que le président annoncerait son abandon du pouvoir le 26 mars. En fait, des négociations avaient déjà été ouvertes entre le régime et les partis d’opposition, qui devaient déboucher sur le processus décrit plus haut. La « jeunesse révolutionnaire », comme de nombreuses mouvances du mouvement de la place du Changement, se sentirent alors flouées, impression qui redoubla lors de l’assassinat manqué de Saleh le 3 juin, qui laissa le pouvoir quasi-vaquant sans que rien ne se passe, alors que l’« après-Saleh » semblait à portée de main. Ce n’est qu’en décembre 2011 qu’une nouvelle forme de protestation massive émergea, après l’accord entre partis dominant et d’opposition de novembre, sous forme d’une « Marche de la vie » (masîrat al-hayât) partie de Taez et arrivée à Sanaa le 24 décembre, culminant là en un meeting d’un million de participants, phénomène totalement inédit au Yémen. L’auteur voit dans ce dernier à la fois la manifestation concrète d’un véritable désir massif d’unité nationale « à la base » et la contestation du double jeu des partis d’opposition et de leur tentative de récupération de ce mouvement réellement populaire et trans-factions. Si une partie des « révolutionnaires » considère que le départ final de Saleh est un « succès minimal » et que la médiation du CCG a permis de sauver ce qui pouvait l’être des idéaux du mouvement, laissant la possibilité d’en amorcer ultérieurement la réalisation, pour la fraction la plus radicale de ces révolutionnaires ce mouvement n’a abouti qu’à un « réaménagement de la structure du pouvoir de Saleh », tout restant à faire pour produire le « basculement tant attendu vers un nouveau Yémen ».

4Le caractère réellement inédit de ce mouvement populaire yéménite, unanimiste et fragile, parallèle et en partie extérieur au « jeu des partis », caractère que souligne amplement l’auteur, se perçoit mieux si l’on tient compte du fait que, comme il l’écrit :

« le peuple yéménite ne constitue pas vraiment un peuple tant son histoire est morcelée et les solidarités nationales absentes ; et son régime n’est pas vraiment un régime tant son pouvoir est réduit et l’État inachevé. En outre […] ce mouvement protestataire pacifique ne pouvait guère avoir de prise dans un Yémen où l’on avait l’habitude d’exprimer les revendications par les armes ».

5On peut considérer les cinq chapitres précédant celui-ci, non pas comme « expliquant » l’irruption du mouvement populaire, mais comme éclairant ce propos sur le peuple et le régime yéménites, par leurs descriptions des différents conflits armés et recompositions politiques qui ont émaillé les années 1990 et 2000.

6Dans le premier chapitre, M. Poirier aborde les « recompositions de la scène politique yéménite » intervenues depuis les élections présidentielles de 2006, avec un bref et utile résumé des épisodes qui se succédèrent depuis la réunification du pays en 1990, marquant l’établissement d’institutions démocratiques et le début d’un multipartisme de courte durée, suivis du référendum sur une nouvelle constitution en 1991 et remis en cause dès 1994 par la guerre entre le Nord et le Sud, liée à la tentative de sécession d’une partie des élites de l’ex-Sud Yémen. L’échec de cette tentative affaiblit le Parti socialiste yéménite (PSY, ex-parti unique sud-yéménite), cependant que le Congrès populaire général (CPG, ex-parti unique nord-yéménite) tendit, au long des scrutins successifs, à monopoliser le pouvoir, d’abord dans le cadre d’une alliance avec le parti Al-Islah, proche des Frères musulmans, puis sans lui à partir de 1997, ce dernier rejoignant, au sein du Forum commun, les partis d’opposition (composés du PSY, des nassériens, du Baath, de l’Union des forces populaires et du parti Al-Haqq, expression politique du renouveau zaydite). Le Forum commun, au sein duquel socialistes du PSY et islamistes d’Al-Islah réussirent à s’entendre, présenta aux élections de 2006 un unique candidat qui obtint 22 % des voix, contre le président sortant, ‘Ali ‘Abdallah Saleh, réélu avec 77 % des voix. 2006 marqua la naissance d’une opposition vraiment crédible d’une part, et du même coup d’un dialogue entre le CPG et le Forum en vue d’une réforme globale des institutions. L’essentiel du chapitre décrit ce dialogue puis la rupture de ce dernier, les impasses électorales et institutionnelles et la déception populaire qui s’en est suivie, puis la montée des protestations qui ont scandé les cinq années 2006-2011, pour finir par la manière dont les partis ont tenté de « négocier la révolution ». Le conflit entre ex-sud et ex-nord Yémen, puis la renaissance d’un « mouvement sudiste » en 2007 font l’objet du deuxième chapitre, rédigé par F. Mermier. La dissidence et la guerre des « houthistes » de la région de Saada, apparues en 2004 dans le nord du Yémen, avec leurs enjeux identitaires et leur « confessionnalisation » sont décrites par S. Dorlian dans le troisième chapitre. Dans le quatrième, L. Bonnefoy aborde les violences dites « jihadistes », chapitre utilement complété par deux encadrés. L’un (le premier de cette première partie) porte sur « les biais de la médiatisation internationale du Yémen », biais propres à une vision du pays entièrement focalisée sur le terrorisme, le jihadisme et l’approche sécuritaire qu’ont développée à son endroit les grandes puissances de la planète et, malheureusement, les médias de ces dernières ; l’autre encadré décrit les « sept familles » de l’islamisme yéménite : frères musulmans modernistes et radicaux, salafismes apolitique, politisé et « jihadiste », soufis et, enfin, partisans du renouveau zaydite (branche de l’islam chiite présente sur les hauts plateau du nord Yémen, dont les Imans ont exercé le pouvoir sur tout ou partie du Yémen pendant près de mille ans jusqu’en 1962). Deux autres encadrés portent, l’un sur les relations de voisinage complexes que le Yémen entretient avec son grand voisin du nord, l’Arabie saoudite, dont l’interventionnisme dans le jeu des forces conflictuelles à l’œuvre au Yémen est constant, et l’autre sur les rapports entre les élites tribales et l’État. Il aurait à ce sujet été souhaitable qu’un anthropologue fasse le point sur les transformations, recompositions et importance actuelle des « identités tribales » au Yémen, ne serait-ce que pour permettre au lecteur de se départir de quelques stéréotypes, que sont venus renforcer les rares « faits divers » yéménites ayant filtré dans la presse internationale et concernant des enlèvements de touristes par de mystérieuses tribus réclamant en rançon… des tracteurs ou des groupes électrogènes – ce qui peut au moins lui mettre la puce à l’oreille sur le fait que « tribalisme » et modernité ou aspiration au développement peuvent faire bon ménage. C’est d’ailleurs une approche anthropologique très bienvenue et où il est aussi question de tribus et de modernité, que développe le cinquième chapitre, de V. Planel, l’un des plus stimulants de l’ouvrage, à propos de la ville de Taez et de la révolution vue des piémonts : « Taez se mue en un laboratoire de la citadinité yéménite, où s’élabore une culture urbaine à la fois tribale et moderne, cultivant le sens du paradoxe et du sous-entendu ». La première partie se clôt sur trois encadrés, complétant le chapitre six et portant sur le champ religieux et la révolution, sur l’initiative du CCG et le processus institutionnel de transition et sur une figure féminine étonnante de la révolution, Tawakkul Karmân qui, à l’âge de 32 ans, a reçu en octobre 2011 le prix Nobel de la Paix.

7Trois très bons chapitres et le même nombre d’encadrés constituent la deuxième partie, « Enjeux sociaux, économiques et géographiques : épreuves et ajustements », consacrée à l’économie yéménite, à la transition urbaine, à la crise de l’eau et aux migrations des yéménites vers l’étranger (dont les Émirats arabes unis). L’excellent chapitre synthétique concernant l’économie « en perpétuel sursis », comme l’écrit son auteur, C. Beaugrand, décrit une situation très préoccupante : baisse de la production et des revenus pétroliers depuis le milieu de la décennie en cours (qui constituent 70 % des recettes de l’État et 90 % des recettes d’exportations), utilisation dès le départ de la rente pétrolière par le régime à des fins clientélistes et non d’investissements productifs (la gestion étatique de la rente pétrolière a favorisé, outre la corruption, les déséquilibres régionaux par une sélectivité spatiale biaisée des investissements productifs), diminution de l’aide internationale liée à la situation perçue comme très instable et à la hantise du terrorisme, importation compensatoire de pétrole raffiné, d’où la hausse des prix de l’ensemble des biens. En 2011, la contraction des activités économiques a été de 5,5 %, accompagnée d’une montée de l’insécurité alimentaire concernant 44 % de la population (soit 10 millions de personnes sur une population totale de 25 millions) et d’un taux de malnutrition de 55 % (l’un des plus élevés du monde). Bien que la population rurale reste majoritaire, vivant tant bien que mal d’une agriculture majoritairement de subsistance et très fragilisée par la surexploitation des sols, le Yémen importe 90 % de sa consommation de blé et 100 % de celle de riz. Le niveau de chômage structurel (bien que très difficile à mesurer) est très élevé et celui de la scolarisation très bas, de même que celui du revenu brut moyen par tête (1 100 US $ en 2009), en petite partie compensé par un système très coûteux de subventions (équivalant à 10 % du PIB) sur certains produits de première nécessité, indispensable au maintien d’un minimum de stabilité sociale – chaque menace de réduction des subventions ayant immédiatement provoqué des émeutes ; le tout fait que le Yémen se classe dernier des pays arabes selon l’Indice de développement du PNUD. L’aide internationale est importante (dont celle, problématique, des pays du CCG dont le Yémen souhaiterait faire partie), mais « en dents de scie » et le Yémen, avec l’aide des Organisations internationales, a créé un « Fonds social de développement », un ensemble de Projets de travaux publics et un Fonds de protection sociale ; récemment, un groupe de « Friends of Yemen » a été mis en place, avec promesse d’injection de plusieurs milliards de US $ dans les années à venir.

8Face à une surpopulation rurale relative et à une production agricole (seuls 3 % du territoire sont cultivables) dont la faiblesse est largement liée aux problèmes d’eau, aggravés par des pompages outranciers dans les nappes (problèmes abordés dans deux encadrés de cette partie, le Yémen ne disposant que de 125 mètres cubes d’eau renouvelable annuellement par habitant, ce qui constitue une des pires situations de stress hydrique de la planète), deux alternatives se sont actualisées dès les années 1970-1980 : l’exode rural et donc l’urbanisation du pays (qui fait l’objet du deuxième chapitre de cette partie, rédigé par R. Stadnicki) et les migrations de travail vers l’étranger (abordée dans le troisième chapitre, de la plume de H. Thiollet), chapitres à la richesse desquels on ne peut rendre justice ici. Urbanisation et émigration vers l’étranger ont d’ailleurs partie liée, car les flux de remises alimentent directement la construction urbaine et le retour de l’étranger des migrants d’origine rurale se traduit souvent par leur établissement en ville. S’agissant de l’urbanisation du pays, un tiers des yéménites sont aujourd’hui des urbains contre un quart à la mi-1990. R. Stadnicki concentre son analyse sur les villes de Sanaa (80 000 habitants en 1970, près de 2 millions aujourd’hui), Aden (qui cherche à retrouver son rôle industriel mis à mal par la réunification), Taez et Hodeïda, ces trois villes dépassant les 600 000 habitants, ainsi que sur la dynamique de Mukalla (sur la côté sud-est, 400 000 habitants, capitale du Hadramaout). S’agissant de ces villes, l’auteur en examine les fonctions urbaines spécifiques et différenciées mais primordialement commerciales (du souk traditionnel au supermarché et au mall), les lourds problèmes d’équipements (accès à l’eau potable en particulier), de mode d’étalement urbain et de statut du bâti (construction dite « informelle » ou « spontanée »), ainsi que le tiraillement entre l’urbanisation de type « ville golfique » et la préservation d’un patrimoine architectural et de formes urbaines anciennes à valoriser. Globalement, l’État yéménite a abandonné toute politique urbaine volontariste et les collectivités locales prennent difficilement le relais, faute de moyens et de compétences.

9Les migrations de travail des Yéménites vers l’étranger (principalement la péninsule Arabique et les pays du Golfe) constituent essentiellement une « émigration pétrolière » et ce depuis les années 1960. On comptait 1,4 million de Yéménites (du Nord et du Sud) en Arabie saoudite en 1990, un million ayant été expulsé en 1991 suite à la prise de position du Yémen lors de la deuxième guerre du Golfe. En 1990, 10 % des Yéménites étaient des émigrés et leur retour au pays déclencha une grave crise économique et sociale. Dès les années 1995-2000 beaucoup repartirent travailler dans la péninsule Arabique. En 2011, on estime à 5 % de la population la proportion d’émigrés, ce qui représente cependant 25 % de la population active et les remises estimées (car les transferts se font très majoritairement de façon informelle) atteignent le milliard et demi de US $ (soit 6,25 % du PNB). Cependant, comme le note fort bien l’auteur, cette émigration pétrolière ne doit pas faire oublier le fait que, d’une part, de longue date les Yéménites ont migré, en particulier les Hadrami, vers l’Asie (Inde, Indonésie, et en particulier Java) et la Corne de l’Afrique, et que, d’autre part, le Yémen actuel accueille de l’ordre d’un demi-million de Soudanais, Égyptiens, Érythréens, Somaliens, Irakiens et Palestiniens en situation « légale ». Par ailleurs, outre les 300 000 déplacés internes liés aux conflits intra-yéménites, dans le contexte de l’obsession sécuritaire prévalant à propos de la région « sud-ouest de la péninsule Arabique - mer Rouge - Corne de l’Afrique », le Yémen se trouve au cœur d’une « diplomatie » migratoire. Celle-ci concerne tout à la fois la répression des trafics – dont les trafics humains – entre le Yémen et l’Arabie saoudite et la révision de la politique libérale d’asile pratiquée à l’égard des réfugiés et immigrés en situation irrégulière venant des différentes zones conflictuelles de la Corne de l’Afrique et en particulier de Somalie (on parle d’un million de réfugiés originaires de ce pays arrivés au Yémen depuis la chute de S. Barre). Les moyens de traversée de la mer Rouge sont aux mains de trafiquants et passeurs en tous genres, et cette présence massive de réfugiés, demandeurs d’asile et « sans papiers » pose de lourds problèmes humanitaires et déclenche souvent des comportement xénophobes de la part de Yéménites vivant eux-mêmes dans des situations très précaires. Le Yémen est donc à la fois terre d’émigration, d’immigrations et de transit. Ce chapitre est suivi d’un encadré complémentaire sur les Yéménites dans les EAU.

10On tentera de rendre compte allusivement des contenus originaux des cinq derniers chapitres et des quatre derniers encadrés, qui composent la troisième et dernière partie intitulée : « Espaces publics, cultures et patrimoines : contraintes et innovations ». J. Dufour y aborde d’abord les « dynamiques linguistiques contemporaines » : de nombreuses variétés dialectales de l’arabe sont parlées dans les différentes régions du Yémen, et il n’y a pas intercompréhension entre toutes, pas plus qu’il n’y a naissance d’une koiné nationale, même par le biais d’une « variété d’arabe [parlée à Sanaa] servant à la communication interdialectale », appelée lahja baydâ (« parler blanc »), qui « est un mode d’expression produit par la soustraction préventive des traits qui, risquant d’être trop particuliers à un dialecte, pourraient empêcher la communication ». À ces dialectes arabes s’ajoutent des langues, sémites également, apparentées entre elles et que l’on nomme « sudarabiques modernes », tel le mehri de la province extrême orientale de Mahra et le soqotri, de l’île de Socotra (située à l’entrée du Golfe d’Aden), sur la situation de laquelle se penche l’auteur. Le genre littéraire de la nouvelle fait l’objet d’une étude de G. Jenvrin. La diffusion de la littérature yéménite est très confidentielle, à l’intérieur même du pays, mais ce genre est en plein renouvellement et se diffuse en partie hors du circuit de l’édition traditionnelle ; de jeunes écrivains ont vu dans « la contestation de 2011 […] une occasion inouïe de s’engager au-delà des cadres de la littérature ». L’auteur cite cinq extraits de nouvelles, traduits par elle, et représentatifs de trois grands courants : le monologue intérieur, le tableau (qui, à l’inverse du courant précédent, jette un « regard froid et détaché qui dénonce les choses dans leur valeur exclusive de chose ») et, enfin, la « transfiguration de la réalité yéménite » qui mêle aux composantes de la nouvelle traditionnelle les techniques des deux courants précédents et d’autres, qu’on peut qualifier d’expérimentales. Il faut souligner par ailleurs (comme le mentionne un encadré sur la poésie yéménite intitulé joliment « Un état de poésie permanent »), que les « grandes figures de la création littéraire se sont mobilisées aux côtés des révolutionnaires ». Les arts plastiques contemporains, et surtout la peinture, sont traités dans le chapitre écrit par A. Alvis-Marino, qui note la trajectoire particulière, durant l’après guerre puis la période socialiste, de la peinture sud-yéménite, successivement « cosmopolite-orientaliste » puis « réaliste-socialiste », mais sans servilité à l’égard de ces genres. La peinture sur toile ne naquit que plus tard au Yémen du Nord, dans les années 1970 ; de nombreux peintres partirent se former à l’étranger (en Égypte, en Iraq) et, rentrés au pays, y peignirent selon des styles forts divers, mais où le réalisme dominait, l’État passant également, comme au Sud, des commandes et offrant postes et bourses par le biais du ministère de la Culture. L’unification vit une tendance des peintres à s’éloigner des sujets politiques et historiques traités de manière conventionnelle, pour rechercher « de nouveaux sujets identitaires tels que le patrimoine culturel ou la calligraphie arabe ». Le ministère de la Culture, très dynamique durant une partie des années 2000 et créant des « maisons de arts », donna la possibilité aux peintres et plasticiens de multiplier les expériences et recherches et de créer un « art contemporain yéménite », aux techniques et supports très divers, mais reconnaissable à ses « emprunts transfigurés » aux éléments culturels et visuels des traditions et réalités yéménites. Sur le plan musical (abordé par S. Mokrani), le prestigieux patrimoine savant (dit « chant de Sanaa », accompagné au luth –‘ûd) reste largement vivant dans la capitale et les autres villes des hauts plateaux, mais les patrimoines musicaux régionaux restent également très vivaces et spécifiques, ceux de Aden et du Hadramaout en particulier (contrairement à la peinture, cette musique savante ne fait l’objet d’aucune aide de l’État et le statut du musicien reste précaire). Ceci n’empêche évidemment pas que d’autres musiques soient maintenant prisées par une partie de la population, aisée en particulier, avec cette spécificité que, quels qu’en soient les styles – y compris les plus « globalisés » – il s’agit de musiques venues d’autres pays arabes, l’Égypte et le Liban principalement. Le mouvement de 2011 a par ailleurs favorisé la naissance ou plutôt la diffusion large et sans censure d’une nouvelle chanson militante, cependant que l’« islamic world music » séduit une autre partie du jeune public.

11L’ouvrage se clôt sur un substantiel chapitre consacré, par P. Chevalier, à la « presse écrire sous tension : répression et pluralisme » et par un encadré sur les nouveaux médias. La presse écrite compte 175 titres vivants ; ce phénomène d’« explosion » des publications a été facilité par une vraie liberté d’expression apparue lors de la réunification, que les années 2000 virent ensuite se restreindre considérablement, y compris sous le prétexte, encouragé par les grandes puissances, de la « lutte contre le terrorisme ». Outre ce problème, que de nombreux journalistes ont courageusement tenté d’affronter en rédigeant des dossiers « explosifs » concernant les sphères du pouvoir et en développant une presse en ligne plus difficile à censurer et qui se consacre aux « vrais problèmes des gens », les difficultés de cette presse restent considérables dans un pays comptant 56 % d’analphabètes : faibles moyens et diffusion restreinte, concurrence des média audio-visuels contrôlés par le pouvoir, puis des chaînes panarabes traitant l’information « à chaud ». Devant les tentatives de durcissement de la censure dans les années 2004-2005 (projet de nouvelle loi sur la presse), le Syndicat yéménite des journalistes (SYJ), fondé en 1990 et subventionné par l’État, tenta de se mobiliser mais son action resta peu efficace, pour cause de dissensions internes. La répression contre la presse s’accentua dans les années 2009-10 jusqu’à provoquer la mort de manifestants s’opposant à la fermeture du journal Al-Ayyâm et la torture de journalistes accusés par le pouvoir de complicité avec des organisations terroristes. Les évènements de 2011 ont vu l’immense majorité des médias écrits, après d’ultimes tentatives d’intimidation de la part du pouvoir, prendre fait et cause pour la révolution et retrouver une vraie liberté d’expression, dans le cadre d’un réel pluralisme. Plus de trente « journaux révolutionnaires » ont paru durant le « printemps yéménite », cependant que les sites internet révolutionnaires se développaient, malgré les tentatives gouvernementales de blocages des fournisseurs d’accès, contournées par les militants ; le nombre d’utilisateurs de Facebook a atteint le demi-million et plus d’une centaine de groupes (comptant jusqu’à 10 000 membres) se sont mis en place. Cet épanouissement peut cependant n’être que provisoire, « la guerre de l’information ressemble à une lutte sans fin, mais les Yéménites restent décidés à exprimer leur opinion par tous les moyen », écrit B. Wiazek, auteur de l’encadré final intitulé « L’émergence de nouveau médias pour l’expression d’une troisième voix ».

12L’ouvrage se clôt par une ample et utile bibliographie de 250 titres environ, en langues anglaise, française et arabe.

13***

  • 1 Publié sous la direction de R. Leveau, F. Mermier et U. Steinbach.
  • 2 On se permet de signaler que les excellentes publications du CEFAS jettent, en langue française, un (...)

14L’avant-propos de M. Tuchscherer indique clairement que cet ouvrage vise à constituer une suite de celui publié par la même maison d’édition en 1999 et intitulé Le Yémen contemporain1 (YC). Or, non seulement ces deux ouvrages se complètent en effet chronologiquement, mais encore donnent-ils au politique, à son évolution, à ses évènements saillants et à ses acteurs institutionnels et partisans la part du lion : dix chapitres du YC y étaient consacrés sur un total de 21. Le présent ouvrage opère un rééquilibrage bienvenu au profit du domaine culturel, totalement absent du YC. Par contre, ce dernier traitait largement de la sphère économique, qui ne fait dans le présent ouvrage l’objet que d’un (fort bon) chapitre très synthétique (contre six dans le YC) et certains aspects socio-anthropologiques, absents du présent ouvrage, y étaient abordés (dont une présentation générale du pays, rédigée par F. Mermier et constituant le premier chapitre, et deux autres sur le rôle des ONG et du planning familial). Les deux ouvrages comportent un chapitre traitant de la croissance et de la transition urbaines du pays, mais, de manière surprenante, les transformations économiques et sociologiques des campagnes n’y sont pas abordées, ni les différents aspects de la démographie du pays, ni l’évolution des structures familiales, de la santé, de l’éducation, de la distribution des revenus, des inégalités et de la pauvreté (on trouve quelques informations sur ces thèmes dans le chapitre « économie » du présent ouvrage). L’exhaustivité est bien sûr impossible, les matériaux empiriques et statistiques permettant d’analyser ces domaines sans doute très insuffisants et peu fiables et la « main-d’œuvre intellectuelle disponible » spécialisée dans ces thèmes fort rare – il n’y a donc aucune critique faite ici aux coordinateurs –, mais constatons que, comme c’est souvent le cas pour les pays arabes en général (« bons à penser politiquement et religieusement » et subsidiairement, selon les cas, économiquement et culturellement), le « social », qui tisse la vie quotidienne des gens et où gît une bonne part des problèmes qui peuvent parfois les mobiliser collectivement et spectaculairement, est de facto sacrifié. S’agissant d’un pays aussi mal connu que le Yémen, ces thèmes mériteraient à eux seuls un autre ouvrage, s’il est réalisable compte tenu des contraintes citées… Ceci dit, ce qui est traité dans le présent ouvrage l’est de manière substantielle et approfondie et le « lecteur soucieux de s’informer sur le Yémen et ses réalités », que cite la quatrième de couverture (et dont fait partie l’auteur de ses lignes, n’ayant aucune connaissance particulière de ce pays) trouvera de fort bonnes descriptions et analyses de l’arrière-plan politique et des contextes et aspects économiques, urbains et culturels du « printemps yéménite » 2.

Haut de page

Notes

1 Publié sous la direction de R. Leveau, F. Mermier et U. Steinbach.

2 On se permet de signaler que les excellentes publications du CEFAS jettent, en langue française, une lumière bienvenue sur beaucoup d’aspects du pays, en particulier les « Chroniques yéménites », comptant 17 numéros parus (de 1993 à 2012), intégralement téléchargeables en lignes à l’adresse http://cy.revues.org/ ; depuis 2013, cette revue a été remplacée par Arabian Humanities. Revue internationale d’archéologie et de sciences sociales sur la péninsule Arabique, revue semestrielle également téléchargeable à la même adresse (deux numéros sont parus en 2013, le premier portant sur les « Transformations dans le genre en péninsule Arabique » et le second sur « Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Ireton, « Bonnefoy L., Mermier F. et Poirier M. (dir.), Yémen, le tournant révolutionnaire, Sanaa-Paris, CEFAS-Éditions Karthala, 2012, 368 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 28 mai 2016. URL : http://remmm.revues.org/8428

Haut de page

Auteur

François Ireton

Centre Jacques Berque, Rabat

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page