Navigation – Plan du site
Lectures

Bruce Travis, La Taifa de Denia et la Méditerranée au XIe siècle, Toulouse, Méridiennes, 2013, 385 p.

Dominique Valérian

Texte intégral

1En s’intéressant à l’histoire de la taifa de Denia, Travis Bruce n’était pas sur un terrain totalement vierge. Plusieurs chercheurs espagnols s’étaient déjà penchés sur cet émirat issu de la dislocation du califat omeyyade d’al-Andalus, et notamment Rafael Azuar Ruiz (1989). Son travail, issu d’une thèse soutenue en 2009 à l’université de Toulouse sous la direction de Philippe Sénac, renouvelle en grande partie ces approches traditionnelles en changeant le cadre et les échelles d’analyse. Sans négliger la configuration politique compliquée des taifas andalouses, il interprète l’histoire de l’émirat de Denia dans un double contexte ibérique et méditerranéen, s’inscrivant en cela dans le renouvellement récent des études sur la présence musulmane et les ports musulmans en Méditerranée (Picard, sous presse). Ce qu’il explore, c’est une expérience à la fois unique par son ampleur, mais aussi partagée par d’autres villes du monde musulman occidental au XIe siècle, à savoir l’insertion de Denia dans des réseaux d’échanges à l’échelle de la Méditerranée et fortement marqués par l’essor du transport maritime.

2La durée de vie de cet émirat est relativement courte, et couvre les règnes de l’émir Mujāhid al-ʿĀmirī (400-436/1010-1044) et de son fils ʻAlī (436-468/1044-1076), jusqu’à sa conquête et son annexion par la taifa de Saragosse en 1076. Et ce n’est pas le moindre mérite de TB que d’avoir su mobiliser toutes les sources disponibles, à la fois textuelles (arabes pour l’essentiel), documentaires (lettres de la Geniza, archives latines) et matérielles (numismatique, céramiques, un peu d’archéologie urbaine et rurale). Une présentation synthétique de ces sources aurait cependant été utile en début de volume, non seulement par respect des conventions académiques, mais aussi parce que leurs lacunes ou les orientations qu’elles induisent conditionnent assez largement la réflexion, notamment sur « l’échec » de l’expérience méditerranéenne des émirs de Denia.

3TB rappelle tout d’abord les prémices de l’ouverture méditerranéenne de la côte orientale d’al-Andalus, au ixe et surtout au xe siècle lorsque les califes de Cordoue développent une politique navale plus cohérente et ambitieuse, reprenant à leur compte des réseaux formés progressivement par des bariyyūn autour de quelques pôles comme Péchina, le Fraxinet ou les Baléares, mais aussi un réseau de ribās littoraux. Cela lui permet d’inscrire la politique des émirs de Denia dans une tradition politique dans laquelle la mer est à la fois source de richesses (par le commerce ou la course principalement) mais aussi de légitimité (par le djihad). La fondation de l’émirat ‘āmirīde l’oriente cependant plus résolument vers la mer, avec la fondation d’une capitale en position littorale, sur un site qui était semble-t-il resté inoccupé depuis l’abandon de la ville romaine. Jusque-là périphérie peu développée et mal intégrée aux réseaux d’échanges, doté d’un hinterland assez ingrat, le littoral de Denia connaît alors un développement remarquable. Ce n’est certes pas la seule taifa méditerranéenne : Valence, Tortose, Murcie ou Almeria deviennent également des capitales d’émirats, et s’appuient parfois sur une tradition maritime plus ancienne. Mais c’est à Denia que l’articulation entre construction politique ibérique et projection méditerranéenne a été le plus poussée. « Point de rencontre entre al-Andalus et la Méditerranée » (p. 25), Denia s’impose comme un pôle d’impulsion dans des réseaux d’échanges à la fois terrestres et maritimes, pensés et construits en fonction d’un projet politique précis, que TB qualifie de « califat maritime » (p. 148) ou de « thalassocratie ». Ce concept de réseau est au cœur de la réflexion de TB – et sans doute aurait-il gagné à être défini de manière plus théorique. Il permet de donner une intelligibilité à la construction politique et territoriale des émirs de Denia. La réflexion menée (p. 85-86) sur la « territorialité éclatée [sur terre et sur mer] et en évolution constante » de la taifa est à cet égard particulièrement intéressante, car elle permet d’éclairer les logiques à l’œuvre dans la politique des émirs. Le territoire contrôlé est alors celui sur lequel s’exerce une fiscalité mais aussi celui qui permet aux réseaux d’échanges de fonctionner et d’être maîtrisés. La politique des émirs est en grande partie guidée par le contrôle et la domination de ces réseaux, et donc par des logiques qui sont avant tout commerciales et économiques. La mise en défense du territoire répond aussi à la nécessité de sécuriser les routes reliant le port à son hinterland et à des réseaux terrestres plus lointains, mais aussi de garantir la levée des taxes. L’organisation du territoire et du peuplement aussi, qui voit un mouvement de colonisation agraire le long des axes de circulation et dans la zone littorale, montrant une restructuration de l’espace en fonction du nouveau pôle d’impulsion que constitue Denia et de la commercialisation des produits du sol, dans une interaction pensée entre le port et son hinterland. La politique navale, surtout, est mise au service de cette ambition méditerranéenne. L’arsenal de Denia, les ressources de l’émirat, mais aussi les initiatives privées de marins ou de marchands participent à cet effort de conquête d’un espace maritime. Privilégiant dans un premier temps une activité de rapine qui apporte à la fois du butin et une légitimité au titre du djihad maritime, les émirs construisent en même temps les instruments d’un contrôle de l’espace maritime qui passe par une mise en valeur du littoral et surtout la conquête des îles – les Baléares à un jour seulement de navigation et, pour un temps, la Sardaigne. Cette maîtrise de la « route des îles » permet dans un second temps d’adopter une politique moins belliqueuse qui met l’accent sur les échanges commerciaux, au sein du monde musulman mais aussi avec les chrétiens.

  • 1 Voir en particulier Amara, 2002.

4TB montre ainsi que la diplomatie déployée par les émirs de Denia s’explique en grande partie par des enjeux commerciaux : « La conquête du territoire se fit en fonction des grands axes de communication et la diplomatie emprunta souvent les mêmes chemins que les marchandises » (p. 89). Cela vaut pour les relations avec les taifas voisines, que TB analyse successivement, en commençant par les principautés maritimes du Sharq al-Andalus (Tortose, Valence, Tudmir et Almeria), puis celles de l’intérieur (Séville, Tolède, Badajoz et enfin Saragosse qui finit par annexer Denia). Il montre que ces relations, compliquées, visent en partie à garantir l’acheminement des marchandises jusqu’au port de Denia, et que ce n’est qu’après l’échec en Sardaigne que les ʿĀmirīdes, par un mouvement de balancier entre visées méditerranéennes et visées ibériques, se replient sur une politique plus centrée sur la Péninsule. Leur ouverture sur la mer et les routes du grand commerce les amène à nouer des relations avec les autres puissances musulmanes de la région, notamment au Maghreb. Les conclusions qu’il tire pourraient cependant être questionnées. Outre qu’il est difficile d’affirmer que les Hammadides « ne semblent pas avoir eu une vocation pour la mer, et [qu’]ils ne cherchèrent pas à exploiter activement les échanges maritimes » (p. 196), ou encore que « ni la Qalʿa, ni Bougie n’étaient renommées en tant que foyer intellectuel ou religieux » (p. 197)1, l’absence du Maghreb occidental dans les réseaux d’échanges de Denia pose problème. On ne peut pas dire que « [n]aturellement, à cause de la proximité géographique et des circuits maritimes », ce sont les espaces zirides et hammadides qui ont été privilégiés (p. 196), puisqu’ils sont plus éloignés de Denia que Ceuta ou Oran. Il faut plutôt supposer que ces ports du Maghreb occidental s’inséraient alors dans d’autres réseaux, dont Denia était semble-t-il exclue, pour des raisons qui restent à expliquer et qui sont peut-être à mettre en relation avec la poussée almoravide, ou avec le dynamisme propre des ports de la zone du Détroit de Gibraltar. Le lien avec les Zirides est sans doute plus fort, en raison de la position stratégique de l’Ifriqiya orientale sur les routes maritimes en direction de l’Orient, mais aussi des richesses propres de la région. Mais les témoignages archéologiques (céramiques) que TB mobilise montrent aussi l’existence de liens avec l’espace hammadide, qui n’est certainement pas aussi passif que le pense TB. Enfin les relations avec l’Orient, ou plus précisément l’Égypte, sont attestées par les lettres de la Geniza, qui montrent en particulier l’investissement personnel des émirs dans ce commerce et la volonté de s’adapter à la centralité nouvelle de l’Égypte dans l’espace commercial méditerranéen depuis les Fatimides.

5Denia développe en outre une politique complexe vis-à-vis des puissances chrétiennes méditerranéennes, en partie héritée là encore des derniers Omeyyades (avec Amalfi et la Toscane), qui associe relations violentes, notamment par la piraterie, et échanges commerciaux. TB l’analyse plus précisément avec Barcelone et Pise, pour lesquelles nous disposons de quelques données (les bacini de Pise informent plus cependant sur des relations avec la région du Sharq al-Andalus qu’avec Denia spécifiquement, et il conviendrait d’être plus prudent sur leur interprétation). Les documents commerciaux sont malheureusement, pour cette période, particulièrement rares, mais ceux qui éclairent les relations diplomatiques, un peu plus nombreux, montrent bien des logiques où les échanges jouent un rôle important.

6Comme toujours dans les cas de villes ayant connu un destin aussi brillant qu’éphémère, l’historien s’interroge autant, sinon plus, sur les causes de leur chute que sur celles de leur réussite. Dès l’introduction TB s’interroge, et pose déjà des éléments d’explication : « Le califat méditerranéen de Mujāhid connut l’échec face aux réponses navales de Pise et de Gênes » (p. 18). La défaite en Sardaigne face aux deux communes italiennes alliées apparaît en effet comme un tournant dans l’histoire de la taifa de Denia : elle ouvre une période de repli sur les affaires ibériques, dans lesquelles Denia manque d’atouts face à d’autres taifas plus puissantes, et surtout entraîne un recul des recettes liées à la course et à la piraterie, mais aussi au commerce, obligeant les émirs à exercer une pression fiscale plus lourde, et donc un contrôle plus étroit sur le territoire. Enfin cet échec du djihad maritime affaiblit la légitimité des ʿĀmirīdes, dans un contexte andalou de forte compétition idéologique et politique. En somme la fin d’un « djihad state » à l’échelle d’une taifa, qui entraîne des restructurations qui lui sont finalement fatales.

7TB avance d’autres arguments conjoncturels à cet « échec » : la réorganisation des réseaux au sein de l’Islam méditerranéen au profit de l’Égypte et de l’Orient provoque, comme elle le fait aussi pour le Maghreb oriental, un détournement de certains flux commerciaux jusqu’alors centrés sur la Méditerranée occidentale, et les efforts des émirs de Denia pour s’adapter à cette nouvelle configuration s’avèrent insuffisants. De même l’irruption des Almoravides en al-Andalus, quelques années après la chute de l’émirat de Denia, provoque là encore une réorganisation des réseaux à l’échelle de la Péninsule, dont n’a pas su tirer profit le port : « L’éclat de Denia avait été intrinsèquement lié à une spécificité politique et une fois fondue dans un ensemble plus large, la dynamique qui avait sous-tendu la taifa, qui faisait d’elle un couloir obligé entre la péninsule et la Méditerranée, s’atténua. » (p. 247)

8Ces causes conjoncturelles ont joué un rôle incontestable, mais elles ne doivent pas empêcher de s’interroger sur des causes plus structurelles, dans le contexte du xie siècle que TB qualifie justement de « contexte chronologique de transition » (p. 148). Il note en particulier « la similitude de Denia et de Barcelone, dans leur choix d’exploiter leurs ressources maritimes […]. Leurs politiques furent ainsi toutes les deux marquées par le besoin de développer et de protéger leurs intérêts maritimes à côté des jeux de pouvoirs à l’intérieur du pays » (p. 168). Mais on pourrait étendre la comparaison à d’autres ports, dans le monde chrétien comme dans le monde musulman occidental, qui deviennent des pôles politiques et économiques : Gênes et Pise bien sûr, qui viennent à bout de la puissance navale de Denia, mais aussi au Maghreb des ports comme Ceuta, Tunis (ou d’autres villes maritimes d’Ifriqiya qui prennent leur autonomie dans le contexte de la tourmente hilalienne), Mahdia ou Bougie. Tous ces ports ont en commun d’affirmer leur puissance politique et économique dans le contexte du xie siècle, à un moment de fort développement du commerce maritime. Rien ne permet de dire, au début du siècle, que les uns sont plus puissants que les autres, ou disposent de meilleurs atouts, et pourtant à la fin du xie siècle le mouvement de bascule des centres de gravité du sud vers le nord de la Méditerranée est bien enclenché, et l’échec du « califat maritime » de Denia en est une des manifestations, parmi d’autres. Ce n’est sans doute pas une tempête (p. 155) qui a sonné le glas de l’émirat, mais un problème plus structurel et durable. TB consacre un chapitre très fouillé aux instruments d’une politique méditerranéenne (p. 87-144), dans lequel il décrit les efforts de construction navale, la politique monétaire, les infrastructures portuaires, et les hommes qui sont les acteurs de cette projection méditerranéenne. Il montre le rôle des bariyyūn, ces gens de mer qui ont très tôt assuré le succès de la présence andalouse en Méditerranée, dans la piraterie comme dans le commerce. Il évoque la participation des minorités religieuses, juives et chrétiennes (s’arrêtant notamment sur la présence d’une communauté chrétienne dans la ville, sous la protection de l’évêque de Barcelone), ou encore celle des kuttāb et des ‘ulamā’. Enfin il montre que les émirs, comme d’autres souverains musulmans à la même époque, participent activement aux affaires commerciales et maritimes (p. 97-98). Mais il manque un groupe d’acteurs majeur, qui est le milieu marchand, il est vrai presque totalement absent des sources disponibles et donc particulièrement difficile à étudier. Il y a pourtant là sans doute une clé importante de compréhension du succès brillant mais éphémère de la construction territoriale de Mujāhid et de son fils, et plus globalement du retournement des rapports de force en Méditerranée occidentale qui s’opèrent au cours de ce xie siècle, et qu’illustre le destin de ce « califat maritime » de Denia, remarquablement décrit par Travis Bruce.

Haut de page

Bibliographie

Amara A., 2002, Pouvoir, économie et société dans le Maghreb hammadide (395/1004-547/1152), thèse de l’Université Paris 1, sous la direction de Françoise Micheau, Paris.

Azuar Ruiz Rafael, 1989, Denia islámica : arqueología y poblamiento, Alicante.

Picard Christophe, sous presse, La mer des califes. La Méditerranée des musulmans aux premiers siècles de l’Islam, VIIe-XIIe siècle, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Amara, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Bruce Travis, La Taifa de Denia et la Méditerranée au XIe siècle, Toulouse, Méridiennes, 2013, 385 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8430

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Université Lumière-Lyon 2, UMR 5648 CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page