Navigation – Plan du site
Lectures

Grévin Benoît (dir.), Maghreb-Italie. Des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne (xiie-milieu xxe siècle), collection de l’École française de Rome, 439, 2010, 497 p.

Alain Messaoudi

Texte intégral

1Issu d’un programme organisé par Benoît Grévin à l’École française de Rome en 2006-2007, cet important volume, qui se présente comme l’expression d’un état de la recherche et non comme une synthèse définitive, regroupe 19 textes (16 rédigés en français, dont l’un traduit de l’espagnol, 3 en italien) précédés d’une introduction générale. Il entend contribuer à une histoire des transferts savants entre l’Europe et le monde arabe, ainsi qu’à une histoire de la construction des savoirs européens sur le monde arabe, dans la longue durée, en se concentrant sur des échanges méconnus, car généralement supposés comme ayant été relativement pauvres : ceux qui relient l’Italie au Maghreb. Réparties en quatre sections chronologiquement ordonnées, les contributions portent sur des cas précis, qui permettent de dégager des figures de passeurs, d’esquisser des réseaux savants, et d’élaborer une réflexion sur l’historiographie de l’Afrique du Nord, à partir des productions italiennes et de leur interprétation du passé médiéval. À travers ce concert de travaux bien documentés, habilement orchestrés par le maître d’œuvre de l’ouvrage, on touche à des questions qui n’intéressent pas seulement les spécialistes de l’histoire de l’Italie et du Maghreb. Les trajectoires et les problèmes qu’ils soulèvent s’inscrivent en effet souvent dans des cadres plus larges, méditerranéen, africain, européen, où interviennent parfois les échanges atlantiques, sans qu’il soit pourtant explicitement question d’histoire connectée ou d’histoire globale.

2Pour la période qui va « Du Moyen Âge à la renaissance. Migrations, échanges économiques, transferts linguistiques », Benoît Grévin propose de partir d’un état de l’historiographie centré sur les échanges politico-économiques, afin de déterminer s’ils n’ont pas eu aussi une dimension savante. Cette section comprend cinq études : Ingrid Houssaye Michienzi souligne l’intérêt que conserve, à la fin du xive et au début du xve siècle, le Maghreb pour les marchands italiens, à travers l’exemple de la compagnie florentine Datini – Dominique Valérian rappelant que le contexte général se caractérise par une reprise des échanges commerciaux dans la seconde moitié du xve siècle. Des commerçants italiens acquièrent lors de leurs séjours au Maghreb une certaine connaissance de l’arabe, comme dans la première moitié du xve siècle le siennois Beltramo Mignanelli, auteur d’une description de la langue et d’une anthologie bilingue des psaumes, qu’analyse Benoît Grévin, qui souligne par ailleurs le rôle de juifs siciliens d’origine maghrébine (dont Guglielmo Raimondo Moncada, converti, qui enseigne l’arabe dans les cours italiennes à la fin du xve siècle, est la principale illustration). L’installation en 1239, dans la Sicile de Frédéric II, d’une communauté juive sans doute originaire du Maroc almohade en crise, fait l’objet d’une intéressante analyse de Giuseppe Mandalà. À la fin du xiiie siècle, l’Ifriqiya est perçue par l’entourage du roi de Sicile Charles d’Anjou comme un espace qui ne doit pas échapper à son contrôle. Gian Luca Borghese le rappelle en montrant que la croisade que conduit en 1270 le roi de France Louis IX, frère de Charles d’Anjou, contre l’émir de Tunis, permet de renforcer la présence des marchands marseillais et siciliens dans la région, et d’inclure celle-ci dans le système sicilien de contrôle des exportations de grains de l’île en Méditerranée centrale et orientale – quand bien même le royaume de Sicile, dont les échanges diplomatiques avec l’Égypte mamelouke sont nombreux entre 1269 et 1277, renforce sa présence en Méditerranée orientale.

3La deuxième section, « De la Renaissance aux Lumières. Conflits, fantasmes et redéfinition, entre guerre de cours, enseignements académiques et utopies », reprend la question des parcours des savants et de leurs réseaux, tout en abordant les questions nouvelles d’un enseignement institutionnalisé de l’arabe et de l’élaboration d’une historiographie de la Sicile musulmane. La reconstitution de la carrière du savant Diego de Urrea par Fernando Rodríguez Mediano et Mercedes García-Arenal permet de mettre en valeur une figure qui diffère en partie des marchands médiévaux ses prédécesseurs : ancien captif, c’est comme eux d’un long séjour au Maghreb qu’il tire sa connaissance de l’arabe ; mais, un siècle après Léon l’Africain, cette connaissance lui permet de répondre aux besoins nouveaux des institutions savantes humanistes : invité en Espagne dans les années 1590 pour enseigner l’arabe à l’université d’Alcala de Henares, authentifier l’invention des « plombs » de Grenade (ces rouleaux gravés en arabe qui avaient été fabriqués pour accréditer l’existence de deux disciples arabophones de saint Jacques, et leur martyre à Grenade) et inventorier des manuscrits à l’Escorial, Urrea est choisi en 1612 pour faire partie des quatre fondateurs du groupe napolitain de l’Accademia dei Lincei. Federico Cresti rend compte de la richesse de la correspondance de la congrégation De propaganda fidei, fondée à Rome en 1622, pour la connaissance du Maghreb aux xviie et xviiie siècle, à travers l’exemple des données portant sur Tunis au cours du premier siècle de son existence. Aurélien Girard dessine un tableau de l’enseignement de l’arabe au xviiie siècle à Rome, où dominent les maronites, entre collèges missionnaires des ordres religieux, collège maronite et université de La Sapienza. Henri Bresc analyse les forgeries de Giuseppe Vella, un abbé d’origine maltaise qui fit passer pour des documents historiques les utopies qu’il composa dans les années 1780 afin de soutenir les réformes mises en œuvre par les vice-rois de Sicile Caracciolo et Caramanico. Le tableau qu’il dessine d’une Sicile musulmane prospère, grâce à une administration sage et tolérante, qui reçoit l’appui des chrétiens siciliens contre les mauvais Grecs, a survécu à la dénonciation de la supercherie. Cette image illusoire d’un temps de richesse agricole et de développement commercial, avalisée par Michele Amari dans sa Storia dei musulmani di Sicilia (1854-1872), reste encore aujourd’hui vivante. Ce dernier monument est d’ailleurs analysé dans la troisième section (« L’Ottocento, de l’éclectisme romantique à l’orientalisme positiviste ») par Annliese Nef, qui met en évidence l’usage qui y est fait d’Ibn Khaldoun. Voyant dans l’islam un facteur d’égalité sociale, Amari juge favorablement le passé musulman de l’île, qui légitime à ses yeux sa place dans le projet républicain d’unité italienne, contre l’absolutisme catholique des Bourbons.

4Dans son introduction à la troisième section, Benoît Grévin affirme la nécessité, pour mieux comprendre le développement d’un orientalisme scientifique en Italie, de l’envisager dans un cadre qui dépasse l’échelle de la péninsule, relais entre les pôles savants de l’Europe du Nord (Paris, Londres, puis les universités d’Allemagne et de Saint-Pétersbourg) et un Maghreb dont les Européens s’ouvrent l’accès, le temps d’un « orientalisme des consulats » éclectique et fractionné qui connaît son apogée entre 1770 et 1830, persistant plus ou moins jusque vers 1860. Il justifie ainsi d’observer ensemble un « quatuor de Berbérie » composé de quatre interprètes aux profils fort différents (Friedrich Gråberg, Adolphe-Noël Desvergers, Michele Amari, Louis de Mas Latrie). Analysant l’œuvre de Desvergers, qui soutient encore au début des années 1860 l’origine orientale des Étrusques, Gilles van Heems l’inscrit dans une historiographie romantique antérieure au tournant philologique. Il indique cependant que, du fait de son intérêt pour la culture matérielle, l’œuvre conserve aujourd’hui un intérêt qu’ont perdu celles d’étruscologues contemporains qui limitaient leur curiosité à une langue qu’ils espéraient décrypter à la manière d’un rébus. Avec Barbara Airò, qui rappelle l’importance des Italiens conseillers de la cour beylicale à Tunis à la fin du xviiie siècle et dans la première moitié du xixe siècle, on retrouve des figures d’Italiens qui tirent profit de leur séjour au Maghreb pour accéder à une connaissance de l’arabe qu’il peuvent mettre à profit à leur retour en Europe : c’est le cas de Luigi Calligaris qui, après avoir dirigé l’école de guerre du Bardo, accède en 1863 à une chaire d’arabe à l’université de Turin.

5Les trois premières contributions de la quatrième et dernière section, consacrée aux xixe et xxe siècles (« Un paradigme médiéval ? Enjeux et construction d’un savoir colonial et postcolonial italien sur le Maghreb »), reviennent sur la place de la référence au Moyen Âge dans les historiographies française et italienne du Maghreb. Dominique Valérian met en regard l’historiographie française et italienne des échanges commerciaux européo-maghrébins à l’époque médiévale. Alors que Louis de Mas Latrie en donne sous le Second Empire une image irénique, les historiens italiens ne cachent pas, au début du xxe siècle, leur caractère conflictuel, insistant sur les efforts de domination politique italienne sur l’est de l’Afrique du Nord. Les uns et les autres reflètent ainsi les divergences des perspectives coloniales modernes de leurs nations. L’enquête de Daniel Rivet sur les références au Moyen Âge dans la production écrite française sur le Maghreb aux xixe et xxe siècles le conduit à distinguer, d’une part des savants (Émile Masqueray, Robert Montagne) pour qui le modèle antique d’une opposition (ou d’une articulation) entre cité et tribu est le principal prisme à travers lequel comprendre la société maghrébine, d’autre part des militaires-administrateurs (comme Eugène Daumas, favorable à une alliance entre les aristocraties indigènes et les autorités française) qui la comparent le plus souvent aux sociétés occidentales médiévales – ce qu’on constate aussi chez les écrivains voyageurs décrivant Marrakech. Daniel Rivet invite à établir une comparaison avec les auteurs britanniques ; la contribution de François Dumasy permet d’en esquisser une avec les Italiens qui, à défaut d’une tradition de production savante sur la Libye, la dessinent à partir de 1911 sous des traits « médiévaux » pour mieux justifier la conquête, à la fois épopée moderne et résurrection d’une antiquité romaine civilisée. Après 1929, l’intégration de traits esthétiques « mauresques » dans l’architecture coloniale italienne cède la place à l’affirmation d’une esthétique impériale rompant avec toute tradition indigène. Les trois autres contributions éclairent certains aspects de la politique arabe de l’Italie. Federico Cresti aborde à travers les figures de David Santillana, d’Ignazo Guidi et de Carlo Alfonso Nallino la question longtemps laissée à l’écart du rapport des orientalistes à la politique impériale italienne. Bruna Bagnato montre comment, au lendemain de la décision de l’ONU en faveur de l’indépendance de la Libye (1949), les élites italiennes ont critiqué les résistances françaises face à un processus d’indépendance de l’Afrique du Nord qu’elles jugeaient inéluctable. Stéphane Mourlane analyse enfin la façon dont les autorités italiennes ont promu une image idéalisée du passé médiéval dans la mise en œuvre d’une politique culturelle méditerranéenne, permettant de réaffirmer leur présence à l’échelle régionale tout en travaillant à l’intégration du Mezzogiorno et en défendant un projet eurafricain, nourri d’une culture chrétienne transgressant la logique bipolaire des blocs communiste et capitaliste.

6Ce livre savant constitue un bon outil pour de futures recherches grâce à une chronologie, à une bibliographie des principaux ouvrages publiés entre 2001 et 2009 (où manque cependant l’ouvrage dirigé par François Pouillon sur Léon l’Africain, Paris, Karthala, 2009) et à six index (on regrettera un nombre excessif de coquilles, malgré le caractère évidemment difficile du travail de correction). Il tient son difficile pari d’une inscription dans la longue durée qui permet de souligner des continuités dans les conditions de la transmission des savoirs et les profils des transmetteurs, par-delà les mutations des formes du savoir et de leurs définitions. Cette échelle permet aussi de mettre en perspective les monuments de l’historiographie de la Sicile et de l’Afrique du nord musulmane, de dégager les ressorts de leur succès, de mesurer l’importance de leur impact, jusqu’à aujourd’hui, et de se rappeler qu’ils ont été élaborés en fonction de logiques extérieures au Maghreb.

7Bien qu’il n’envisage lui-même qu’à peine l’importance des transferts savants du point de vue de l’Afrique du Nord (une question évoquée par Barbara Airò à propos de la constitution d’un État-nation moderne en Tunisie), l’ouvrage invite donc à une réflexion sur l’écriture de l’histoire de l’Afrique du Nord telle qu’on peut la pratiquer aujourd’hui, rappelant l’importance d’une connaissance critique de l’héritage sur lequel elle repose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Grévin Benoît (dir.), Maghreb-Italie. Des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne (xiie-milieu xxe siècle), collection de l’École française de Rome, 439, 2010, 497 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8433

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page