Navigation – Plan du site
Lectures

Guillen Fabienne P. et Trabelsi Salah (dir.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velazquez, 2012, 246 p.

Alessandro Stella

Texte intégral

1Les études réunies par Fabienne Plazolles Guillen et Salah Trabelsi trouvent leur place dans le courant historiographique qui depuis trente ans tente de contrebalancer la prépondérance des études sur l’esclavage aux Amériques, au point d’assimiler l’esclavage aux Noirs dans les plantations du Nouveau Monde. Le succès de cette entreprise intellectuelle est loin d’être assuré, du fait que la littérature anglophone dominante refuse obstinément d’intégrer dans sa bibliographie les ouvrages publiés en d’autres langues. Mais ceux qui parlent une langue latine auront la possibilité d’avoir une idée moins tranchée, moins manichéenne, plus nuancée de l’esclavage.

2Les douze études réunies et présentées par les directeurs de l’ouvrage portent tant sur la Méditerranée occidentale qu’orientale, sur le Maghreb et l’Atlantique portugais, comme sur la mer Noire, le Caucase et les steppes russes : une Méditerranée qui n’est donc pas un mare nostrum fermé, mais une mer ouverte à tous ses affluents, du nord au sud, d’ouest en est. La chronologie abordée est aussi vaste, allant des premiers siècles du Moyen Âge au xixe siècle. De toutes ces entrées en la matière, le lecteur pourra se faire une idée assez précise de ce qu’a été l’institution esclavagiste dans différentes sociétés, chrétiennes, musulmanes, nomades ou sédentaires. Apprendre, pour commencer, que l’esclavage en Méditerranée et dans ses mers limitrophes a concerné des millions de personnes, tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne et contemporaine. Que les individus mis en esclavage pouvaient être de différentes ethnies (Grecs, Bulgares, Tatars, Circassiens, Russes, Turcs, Arabes, Berbères, Africains, Espagnols, Anglais, Italiens, Polonais, Lituaniens, Ruthènes et autres peuples slaves), de diverses religions (catholiques, orthodoxes, protestants, musulmans, juifs, polythéistes), de couleurs de peau différentes variant d’une typologie européenne à une arabe, d’une turco-mongole à une russo-slave, d’une africaine de l’ouest à une de l’est, etc. Ce qui dit clairement que l’institution de l’esclavage produit selon la période et la région ses populations passibles de captivité et donc de servitude, et que l’équation esclave égal noir est une aberration totale.

3Sacrifiant à une mode en vigueur depuis une dizaine d’années, l’ouvrage porte le titre d’esclavages au pluriel, alors que la problématique abordée traite finement des différences et similitudes entre captivité et esclavage. Dans l’introduction des directeurs du volume comme dans plusieurs contributions, les auteurs questionnent la thèse avancée par Michel Fontenay (spécialiste des Chevaliers de Malte et de la guerre de course) d’une différence radicale entre le captif et l’esclave. Selon lui le captif est un prisonnier en attente du paiement de la rançon, donc un prisonnier à durée limitée, alors que l’esclave est un prisonnier à vie. Il en fait une théorie selon laquelle le captif aurait une valeur d’échange alors que l’esclave n’aurait qu’une valeur d’usage. Une différence conceptuelle qui supporte sa thèse que l’esclavage en Méditerranée n’aurait rien à voir avec l’horrible esclavage des Noirs aux Amériques, car sur ses rives c’était une tradition séculaire entre chrétiens et musulmans de faire des prisonniers de guerre et d’en demander rançon à l’ennemi, des manières de faire certes brutales mais partagées de part et d’autre de la frontière religieuse, entre gens qui se connaissaient bien, familiers, entre Blancs (cf. l’introduction de F. Guillen et S. Trabelsi). Cette thèse est ancienne, en fait la thèse classique produite par l’historiographie de la course. Or, toutes les contributions à l’ouvrage Les esclavages en Méditerranée, singulièrement et dans l’ensemble, battent en brèche cette thèse aux relents racistes et chauvins.

4L’esclavage en Méditerranée serait-il un esclavage entre Blancs ? S’il est vrai que jusqu’au xve siècle, outre les Sarrazins et les Maures capturés, l’Empire byzantin comme l’Europe occidentale chrétienne tirent leurs esclaves du monde slave (cf. la contribution de Y. Rotman), mais aussi du Caucase et des régions tatares (les Tatars étaient, par ailleurs, désignés comme olivâtres par les Italiens…), dès la conquête du Maghreb les Arabes introduisent, via le tribut des Berbères conquis (cf. la contribution de S. Trabelsi), de très importantes quantités d’esclaves noirs subsahariens non seulement en Afrique du Nord mais aussi dans l’Espagne musulmane, au sud du Portugal et au sud de l’Italie. Sans oublier qu’en Égypte, dans la péninsule Arabique et au Proche-Orient la traite d’esclaves d’Afrique de l’Est était bien antérieure à la naissance de l’Islam. Nous savons aujourd’hui qu’à partir du xve et jusqu’au xviiie siècle la pénétration ibérique sur les côtes africaines a amené des centaines de milliers d’esclaves africains dans le sud de l’Europe (cf. la contribution de A. de Almeida Mendes).

5Il y a bien une différence entre captif « à rançon » et captif « à travail », les uns pouvant espérer une libération par autrui (États, ordres rédempteurs, parents, amis), les autres ne pouvant compter que sur eux-mêmes. En effet, la différence entre captif et captif est celle qui produit l’esclavage : une différence qui tient à la classe et aux liens sociaux. Le marché de la rançon est un marché fondé sur la hiérarchie sociale où un prince, un amiral ou un marchand vaut beaucoup plus qu’un soldat, un pêcheur ou un paysan. Cependant, les chances de rachat ne tiennent pas seulement à la fonction ou à la fortune mais aussi aux réseaux de protection et d’aide (cf. la contribution de D. Herschenzon) : le captif qui n’a pas d’appui familial, qui n’est pas inséré dans un réseau relationnel œuvrant à sa libération, restera plus facilement captif et devra se racheter par lui-même avec son travail d’esclave. L’esclave, en effet, n’est pas seulement un captif mais un individu privé de liens sociaux autres que ceux de son maître. Ainsi ce sont les plus faibles économiquement et socialement qui se retrouvent esclaves.

6Le prix de l’homme (et de la femme, de l’enfant, du vieillard), qu’il soit captif ou esclave, dépend aussi d’autres facteurs (force, habilités, docilité pour les hommes, beauté, endurance, jeunesse pour les femmes), mais il représente tant pour le captif que pour l’esclave une dette envers son propriétaire (cf. Alain Testart, L’esclave, la dette, le pouvoir). Une dette que l’esclave rembourse peu à peu par son travail ; la plupart des affranchissements ne sont pas dus aux libéralités du maître mais au rachat de l’esclave par lui-même.

7Peut-être la contribution majeure de cet ouvrage réside-t-elle dans l’élargissement de l’espace méditerranéen aux côtes de l’Atlantique européen et africain d’une part, à l’Afrique subsaharienne d’autre part, enfin à l’Europe de l’Est. Tous ces espaces se révèlent imbriqués les uns aux autres dans cette économie de l’esclavage, comme sont liés les uns aux autres les acteurs de la captivité et de la traite. Les marchands italiens (Génois, Vénitiens, Florentins) en particulier font figure de pivot des traites esclavagistes. Ils font commerce d’esclaves achetés sur les bords de la mer Noire pendant le Bas Moyen Âge et même après la conquête ottomane de Constantinople, tant vers Alexandrie et d’autres ports de l’Afrique du Nord musulmane, que vers l’Italie et le levant espagnol chrétien (cf. la contribution de A. Stello). Et quand s’ouvrent les routes de la traite atlantique, ils sont parmi les premiers à suivre les changements des flux du commerce de l’homme et à acheminer des esclaves africains vers l’Europe et ensuite vers le Nouveau Monde.

8Les trois contributions (A. Stello, Ch. Witzenrath, A. Stanziani) sur l’Eurasie disent bien que l’espace méditerranéen est indissociable de ces régions orientales, en particulier de la mer Noire. Pendant tout le Moyen Âge et jusqu’au xixe siècle, les guerres entre Russes, Turcs et Mongols-Tatars ont alimenté un marché d’esclaves et de captifs entre eux (selon les inimitiés et les alliances) et vers aussi bien le monde musulman que le monde chrétien. Aux dépens surtout des peuples pris au milieu des belligérants, en particulier les Polonais et Lituaniens d’une part et les peuples du Caucase d’autre part. La renommée des Circassiens (bons soldats) et des Circassiennes (belles femmes) n’a pas arrangé le cruel destin de ce peuple, dont les membres ont été mis en esclavage aussi bien par les Russes, les Tatars, les Turcs et les Arabes que par les Grecs, les Italiens et les Espagnols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Stella, « Guillen Fabienne P. et Trabelsi Salah (dir.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velazquez, 2012, 246 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8434

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page