Navigation – Plan du site
Etudes libres

Arezki L’Bachir Un « bandit d’honneur » en Kabylie au xixe siècle

Arezki L’Bashir, A "Bandit of Honor" in 19th Century Kabylie
Settar Ouatmani

Résumés

Après la répression de l’insurrection de 1871, une forme de contestation de l’ordre colonial gagne du terrain en Kabylie. C’est l’époque de l’émergence du phénomène des « bandits d’honneur ». À la fin du xixe siècle, Arezki L’Bachir est le chef incontesté de tous les « hors-la-loi » qui sillonnaient les forêts de Mizrana, Akfadou et Yakouren, en Kabylie du Djurdjura. Pour diverses raisons, il quitte sa famille et rejoint le maquis. Il met de l’ordre parmi ses partisans et réalise des exploits en combattant ses ennemis. Il devient désormais un ennemi public pour l’administration coloniale qui le considère comme un brigand. Pour une bonne partie de ses coreligionnaires, il incarne l’image du justicier et redresseur des torts. Aimé, il reçoit le soutien nécessaire de la population. Ceci dit, l’autorité en place, gênée par la tournure que prend cette affaire, multiplie les actions en vue de son arrestation. Son aventure prend fin à Ighil M'edjber, prés de Seddouk, le 24 décembre 1893. Cette étude, en s’appuyant généralement sur les sources françaises de l’époque, dresse le portrait d’Arezki L’Bachir, montre la particularité de son parcours et les limites de sa rébellion par rapport au cadre national.

Haut de page

Notes de la rédaction

La parution de cet article sur support papier est prévue pour le numéro 136 (automne 2014)

Texte intégral

1Au cours de nos recherches dans les Archives d'outre-mer, nous avons découvert des documents inédits livrant des informations sur la vie d'Arezki L'Bachir. Il s'agit en fait d'un dossier de plus de 200 pages intitulé « Rapport sur la répression du banditisme présenté par le sous-préfet de Tizi Ouzou au gouverneur général de l'Algérie et au préfet d'Alger (novembre, décembre 1893 et janvier 1894) ». Il contient entre autres l'historique des faits en rapport avec les « bandits d'honneur », entre novembre 1893 et janvier 1894, et les correspondances reçues par le sous-préfet de Tizi Ouzou de ses différents administrateurs, lors de l'opération déclenchée en novembre 1893, en vue de combattre le « banditisme en Kabylie ». Nous avons également exploité d'autres pièces concernant cette affaire, dont un document qui rapporte la première déclaration d'Arezki L'Bachir après son arrestation et qui relate les conditions de son arrivée dans la vallée de la Soummam. Les pages qui suivent s’appuient largement sur ces archives.

2Jusqu’en 1870, l’Algérie était placée sous l’autorité des forces armées. Après la mise en place du régime civil, le pouvoir réel passa dans les mains des colons. L’objectif principal de ce transfert était la réalisation d’une assimilation administrative et politique ; il s’agissait de libérer l’Algérie du « régime du sabre ». Les premières mesures prises à la suite de l’échec de la révolte de 1871 firent entrevoir aux Algériens l’étendue des maux qu’ils allaient devoir endurer sous le régime des colons. Par milliers, des Kabyles étaient internés ou interdits de séjour chez eux ; le principe de la responsabilité collective était appliqué à l’ensemble des villages insurgés ; des terres étaient expropriées pour être offertes à de nouveaux venus sur le sol algérien, les Alsaciens-Lorrains. Ces mesures d’urgence furent prolongées par un arsenal juridique qui rendra la vie dure aux Algériens autochtones. Il suffit de citer à cet égard la loi Warnier de 1873 (renforcée en 1887) qui va déposséder les « indigènes » d’une partie de leurs terres. Le couronnement de cette politique fut le vote en 1881 du « Code de l’indigénat » instaurant une véritable justice d’exception, entièrement confiée à un fonctionnaire, en l’occurrence l’administrateur de la commune mixte (Thenault, 2012 : 159).

3La fin du xixe siècle coïncida, en Kabylie, avec l’essor du banditisme. En règle générale, il faut en chercher les raisons dans les agissements des administrateurs, des gardes forestiers et de chefs locaux (caïds, chefs des douars et amines des villages). Certains évoquent également le rôle qu’auraient pu jouer les Algériens d’origine juive qui, à la suite du décret Crémieux (1870), avaient accédé à un statut proche de celui des colons. Tout indique que le développement du banditisme trouva sa source principale dans l’usage que firent des pouvoirs qui leur étaient dévolus les administrateurs de communes mixtes, ces communes où résidait la majorité de la population autochtone en 1902 (Thenault, 2012 : 159). L’autorité dont ils disposaient sur les Algériens musulmans était sans partage ; ils l’exerçaient avec rigueur. Craints par les chefs de tribus et par l’ensemble de la population, ils abusèrent souvent de leurs pouvoirs sous prétexte de faire régner l’ordre, placés à l’abri de tout contrôle dès lors que les affaires traitées concernaient des « indigènes ». Et rien ne se faisait dans le douar sans que l’administrateur en soit informé par ses représentants autochtones. Dans un régime colonial où la politique de l’État s’appuyait sur la supériorité proclamée d’une race sur une autre, il était rare, comme le rappela Emile Violard, de trouver un administrateur sortant du lot et s’efforçant de suivre au nom de la justice une autre voie que celle tracée d’avance (Violard, 2009 : 58, 59,70, 71).

4En nous penchant sur la saga d’Arezki, nous tenterons de mettre en évidence les traits marquants de sa ligne de conduite et de ses comportements, célébrés par les uns, amis et même ennemis, réprouvés par d’autres, en l’occurrence et évidemment par l’administration. Il convient, dans le même temps, de s’interroger sur les clés de la réussite, durant plusieurs années, de cet homme considéré comme le chef incontesté de tous les mécontents ayant pris le chemin du maquis en Kabylie du Djurdjura, à la fin du xixe siècle. Pourquoi l’impuissance des autorités ? Il n’est pas inutile enfin de rappeler les limites de cette rébellion en termes d’objectifs poursuivis : qu’en était-il au juste de ses motivations ?

Le phénomène des « bandits d’honneur » 

  • 1 Sur Messaoud Ben Zelmat, voir l’étude de Dejeux, 1978 : 35-54 et sur Bouzian el Kalai, le mémoire d (...)

5Le phénomène des « bandits d’honneur » n’est pas propre à l’Algérie. Il est largement répandu dans le domaine méditerranéen, et cela de fort longue date. C’est avec le régime civil de la Troisième République qu’il va croître en Algérie. La presse trouvera d’ailleurs le moyen d’attirer de nombreux lecteurs en fabriquant des récits souvent romancés contant les exploits des « bandits au grand cœur ». Trois d’entre eux se distinguent des autres : Bouzian el Kalai (1838-1876) dans la région de Beni Chougrane, Arezki L’Bachir en Kabylie du Djurdjura et Messaoud Ben Zelmat dans les Aurès, mort en 1921. Ces trois figures sont celles qui ont davantage attiré l’attention, mais elles ne doivent pas faire oublier l’existence d’autres personnages restés plus anonymes mais qui ont aussi porté des coups à l’ordre colonial établi1.

6« Bandit d’honneur » : telle est la formule préférée des journalistes. Les rapports de la gendarmerie et des fonctionnaires de l’administration parlent pour leur part de bandit tout court ou de brigand. Le « bandit d’honneur » est un bandit en quelque sorte atypique : un personnage tenu pour un criminel par les autorités publiques et considéré comme un héros par les siens. Il se présente lui-même sous les traits d’un justicier et d’un redresseur de torts (Dejeux, 1978 : 36, 37). Un chercheur français a rappelé les règles du code du « bandit d’honneur » que se devait de respecter quiconque voulait entrer dans la légende (Sainte-Marie, 1982), prendre pour cible les riches qui recourent au dol et à la tromperie pour s’engraisser, à l’exemple des usuriers ou des représentants de l’administration (agents forestiers, amines, gendarmes, etc.), fort impopulaires pour cause de prévarication ; s’attaquer aux mouchards pour se prémunir contre les risques de délation ; agir de façon à tourner en ridicule l’ennemi, tout en se créant une image de héros adulé par la population ; faire régner l’ordre sur une portion de territoire, quitte même à y protéger ses adversaires, colons ou fonctionnaires, exigence amenant à punir le cas échéant les hors-la-loi isolés, agissant de leur propre chef.

7Tout au long de sa carrière, Arezki L’Bachir respectera ces commandements.

Les voies de la rébellion

  • 2 Selon Abrous (2001) Arezki L-Bachir est né vers 1859 comme l'indique les registres d'état civil. AD (...)
  • 3 Arezki L'Bachir est également accusé d'être l'assassin de l'amine de Yakouren.

8Né à Bou Hini en 1854 (?), village situé près d'Azazga, Arezki L'Bachir exerce dès son jeune âge divers métiers2. En 1879, il travaille au service de Thierry, brigadier forestier, avant de devenir chef de chantier de débâtelage de liège pour le compte de l'administration forestière. On estime qu'à l’époque il « n'eut jamais (…) que de bonnes relations » avec l'administration. C’est à partir de 1887 que sa vie bascule. Lors d’un séjour à Alger, la justice l'accuse d'avoir commis un vol3. Pourtant, de retour à Azazga, il continue d’y exercer ses fonctions de chef de chantier. C'est de là, en tout cas, qu'un jour il s’enfonça dans la forêt pour mener la lutte contre l'administration (A.O.M, 7 G 2).

9D’après les sources françaises, si Arezki L’Bachir est entré en rébellion, c’est principalement pour fuir des poursuites judiciaires. Un combat pour l’honneur ? Une pure invention de la presse selon les autorités.

« Certains reporters, écrit le sous-préfet de Tizi Ouzou, dans l'impossibilité où ils se trouvaient d'approcher Arezki commirent des interviews bâties tout d'une pièce. Ils arrivèrent par ce moyen à servir un Arezki étrange, sorte de gentilhomme dévoyé, qui invite ceux qu'ils volent à de succulentes agapes, qui guident obligeamment les voyageurs en détresse, qui se fait le chevalier servant des Anglaises égarées des forêts de Yakouren. D'après ces messieurs de la presse, c'était un gentil bandit …. qui, si joliment, savait offrir à ses hôtes de rencontre, sous les figues violettes qui pendent pesamment, le tapis moelleux de son burnous étendu » (A.O.M, 7 G 2).

10Cette image du « bandit d'honneur » obligeant, aimable avec ses amis et ses ennemis, est également celle esquissée par Émile Violard, un journaliste qui a enquêté sur le sujet, s’est entretenu avec Arezki L'Bachir en prison et a recueilli auprès de lui le récit de sa lutte contre l'autorité française. Son livre est rempli d'anecdotes illustrant ce portrait et qu'il assure avoir vérifiées sur le terrain. À l’opposé, les administrateurs de l'époque, tout en reconnaissant à Arezki L'Bachir quelques qualités, le présentent généralement comme un brigand « qui rançonnait les villages, prélevait des droits sur les marchés, pillait les voyageurs, se livrait en un mot à toutes sortes d'exactions » (A.O.M, 7 G 2).

11Pour en revenir aux raisons de son départ au maquis, la version qu’en a donnée Arezki L'Bachir est fort différente de celle avancée par les autorités. Voici ce qu'il déclare lors de son procès en 1895 selon Émile Violard qui a assisté aux audiences :

« Si j'ai pris la forêt, à qui la faute ? À l'administration. Mon père était propriétaire de cent cinquante hectares de terres ; il avait des oliviers, des figuiers ; il pouvait faire des céréales. Petit à petit, il a été dépouillé par les Domaines, par les agents forestiers, par les amines alliés aux administrateurs des communes mixtes. À ces gens, il faut sans cesse donner de l'argent, des moutons, des chèvres, des volailles. Mon père et mon grand-père ont toujours refusé : j'ai suivi leur exemple. Alors commença contre notre famille une guerre sourde, acharnée, de la part de ces prévaricateurs…» (Violard, 2009 : 156)

12Dans ce témoignage, Arezki L’Bachir cite, à titre d’exemple, un tort précis causé à sa famille par l’agent forestier. Ce n’est pas un cas isolé. La vie des habitants était suspendue aux mille volontés et oukases du fonctionnaire qui, fort de son pouvoir, interdisait à la population l’exploitation des forêts sous peine de punition. C’est ainsi qu’il était prohibé de « ramasser du bois mort et d’en couper du vert, de faire paître les chèvres, d’arracher de l’alfa… ». Les villageois vivant à proximité des forêts eurent beaucoup à souffrir de la situation qui leur était faite. 10 000 procès-verbaux furent dressés en 1885 à l’encontre d’habitants de la Kabylie et du sud algérien, représentant un total de 1 500 000 francs d’amendes infligées (Violard, 2009 : 70). Quelques-uns n’hésitaient pas de ce fait à franchir le Rubicon en se commuant en insoumis ; d’autres, sans enfreindre ouvertement la légalité, apportèrent par esprit de vengeance leur soutien à tous ceux qui contestaient l’ordre établi.

13Avant la rébellion d'Arezki L'Bachir, les forêts de Mizrana, d’Akfadou et de Yakouren abritaient des « hors la loi » qui avaient quitté leurs villages pour diverses raisons. Chaque jour, ils défiaient les autorités en place. En s’attaquant aux représentants de l'administration, ils s’attiraient la bienveillance de la population. Toutefois, ces jeunes gens, profitant de la situation, n'hésitaient pas, pour régler d’anciens comptes, à s’en prendre à certains de leurs compatriotes.

14L'arrivée dans les lieux d'Arezki L'Bachir changea quelque peu la donne. Sa forte personnalité lui permit d’imposer son autorité et de s’afficher comme un chef incontesté. Ses adversaires l’ont peint comme un homme « doué d'une intelligence peu commune, d'une audace exceptionnelle, » et qui « sut capter l'attention publique ». Sa légende l'a précédé en somme dans la broussaille.

« Son nom à syllabes retentissantes, écrit le sous-préfet de Tizi Ouzou, facile à retenir, répété de bouche en bouche, auréolé d'une légendaire factice, où le terrible le dispute au grotesque, frappa les oreilles d'un journaliste ; la fortune d'Arezki était faite, sa gloire fut aussitôt consacrée » (A.O.M, 7 G 2).

15Au sommet de sa gloire, il est à la tête d’un groupe d'une cinquantaine d’individus selon une estimation du gouverneur général de l'Algérie, Jules Cambon (A.O.M, 7 G 2). Émile Violard avance, pour sa part, le chiffre de trois cents hommes, un chiffre qui englobe l'ensemble des bandes sévissant dans les communes mixtes du Haut Sébaou, d’Azzefoun et de la Soummam (Violard, 2009 : 193). Violard ajoute qu’un temps tous ces groupes se placèrent sous l'autorité d'Arezki L'Bachir. Parmi ses partisans, on trouve des hommes ennemis de l’injustice et qui ont rejoint la broussaille pour combattre le sort réservé par la France à leurs compatriotes. On rencontre aussi des malfaiteurs en tous genres qui n'avaient guère d’autre choix que celui de se ranger sous la bannière d'Arezki L'Bachir. Parmi ses hommes de confiance, il faut mentionner Amar Ou Merai, un homme courageux qui ne tourna jamais le dos à son chef. Au nombre de ses fidèles, on compte également Amara ou el-Djoudi, originaire du village d'Igoufa, ainsi que d'autres restés dans l’anonymat.

16Arezki L'Bachir partageait la forêt avec quatre autres bandes : les Abdoun, les Beni-Flick, les Beni-Haçain et les Djebara. Le groupe des Abdoun était le second en nombre, après celui d'Arezki. Il fit plusieurs fois la une de l'actualité en Kabylie à l’occasion du conflit qui opposa la famille du même nom à celle des Achabo. En 1882, en effet, un membre de la famille Achabo fut victime d’un meurtre. Les siens attribuèrent l’assassinat aux Abdoun. Mohamed ou el Hadj Abdoun et son frère Ahmed ou Essaid Abdoun furent alors arrêtés et condamnés à mort le 24 février 1884 en dépit des preuves de leur innocence. Le Président de la République commua la peine capitale en peine de travaux forcés à perpétuité. Les deux frères se retrouvèrent alors à Cayenne. C'est du bagne de Guyane que s'évada en premier Mohamed el Hadj Abdoun, le chef de la famille, qui parvint à regagner la Kabylie. Il y fut aussitôt arrêté, puis expédié une seconde fois à Cayenne d'où il s'évada derechef pour réussir à nouveau à rejoindre la Kabylie où il prendra le maquis à Yakouren. Ahmed ou Essaid Abdoun, pour sa part, arriva à s’enfuir après son transfert à la Montagne d'Argent, et s’en vint également défier l'autorité française en Kabylie. Son premier objectif fut de se venger des Achabo. Le 16 juin 1889, plusieurs membres de cette famille prirent la route en direction du marché d'Aghrib. En chemin, ils furent attaqués par Ahmed Essaid ou Abdoun et quelques-uns des siens ; deux d’entre les Achabo perdirent la vie dans l’assaut. Ahmed ou Essaid Abdoun fut condamné à mort par contumace le 31 octobre 1890. Il fut rejoint au maquis par des membres de sa famille avec lesquels il forma un groupe autonome (A.O.M, 7 G 2). Il ne cessa de défendre avec passion la réputation des siens, même auprès des autorités françaises. C’est ainsi qu’un jour, il adressa la lettre suivante à l'administrateur de la commune mixte du Haut Sébaou pour se défendre d’être l'instigateur de certains actes commis dans la broussaille :

« J'ai l'honneur de venir vous renseigner sur divers faits qui se passaient à Azzefoun Haut Sébaou. Tous les assassinats ainsi que les vols qui se commirent sur les chemins des marchés ont été commis par les habitants des villages, lesquels nous font passer injustement pour être les auteurs de ces crimes. Nous vous prions de faire des enquêtes à ce sujet pour découvrir la vérité. Les autres déserteurs et moi nous ne réclamons que la paix. Nous ne vivons que de glands, d'herbes et d'oiseaux que nous tuons dans la forêt. Je vous fais connaitre que Si el Hadj el Mahfoud a été assassiné par les frères de Si Said Ahmed ben Mohamed Said et Si Said ou Idir. Moi je n'ai jamais commis ces sortes de délits. Le nommé Mohammed Amokrane el Bachir qui a été tué à Tabarourt, a été assassiné par les déserteurs des Beni Haçain, ses ennemis acharnés (…) Plusieurs individus m'ont offert de l'argent pour tuer leurs ennemis, mais j'ai refusé de le faire, car je crains le père éternel, qui m'a fait un passage pour retourner au pays après avoir été condamné injustement et envoyé en Corse pour une affaire dont je suis innocent (assassinat de Mohammed Sediek) » (A.O.M, 7 G 2).

17Dans cette lettre, on voit Ahmed ou Essaid Abdoun s’exprimer au nom d’un groupe de déserteurs revendiquant la droiture de leurs comportements. Ces jeunes gens refusent d'assumer des actes dont ils se proclament innocents et disent vouloir la paix. En parlant de lui-même, Ahmed ou Essaid Abdoun affirme avoir refusé de tuer pour de l'argent par crainte de Dieu. Il répète enfin que c’est injustement qu’il est accusé d'être l’auteur d'un meurtre. L’image qu’il tient à livrer de lui-même est celle d’un homme intègre et honnête à l’opposé du portrait que dressent de lui les Français, celui d’un pur et simple bandit.

18Il faut enfin mentionner l’existence de groupes moins importants mais connus des autorités françaises qui en détenaient le signalement en raison des actions qu’il leur arrivait de commettre. El Hadj Ali, par exemple, était le chef du groupe des Beni Felick. Il avait pris le chemin de la forêt après avoir tué cinq membres d’une famille française de charbonniers. L'administration le regardait comme un redoutable bandit. Il rançonnait en priorité les gardes forestiers qui le craignaient vivement. Sa mort eut un grand retentissement dans le petit monde de la forêt, surtout parmi les travailleurs employés au débâtelage du liège qui lui payaient fréquemment d'assez grosses redevances (A.O.M, 7 G 2). Arezki ou el Hadj Mohammed Amar commandait, lui, la bande des Beni Haçain, composée de dix membres. À en croire Violard, cette bande avait pour spécialité « de faire les retours de marché » : elle dépouillait ceux qui s’en revenaient avec leurs emplettes au domicile familial (Violard, 2009 : 213). Enfin, les sources françaises citent un dénommé Djebara, un ancien forçat de Cayenne, condamné par le conseil de guerre d'Alger le 18 avril 1879 pour assassinats. Il s'évada de la région d’Alger avant d'être capturé par l'administrateur d'Azzefoun et renvoyé en détention. Il s'en échappa à nouveau en 1882 pour atterrir dans la forêt de Mizrana où il prit la tête d’une petite bande (A.O.M, 7 G 2).

« Le Roi de la forêt »

19Arezki L'Bachir eut pour premier souci de veiller au bon ordre de ses troupes : c’est à ce prix qu’il sut imposer sa loi à la population et défier durablement les autorités. Il exigeait de ses soldats une discipline sans faille ; elle fit ses preuves pendant de longues années. Ils le craignaient et l'estimaient. Lui-même, Arezki, savait les récompenser. Il leur procurait solde et vêtements. Il lui arrivait souvent de solliciter l'appui de la population ; certains lui faisaient alors parvenir des sommes d'argent dans la forêt, au titre de soutien au combat qu'il menait. Parfois, il débarquait en personne dans les villages pour y solliciter des subsides. En voici un témoignage parlant. Un jour, à Bou Hini, au milieu d'une fête, un agent de l'administration vit Arezki sortir un grand foulard rouge dans lequel furent déposés les fruits de sa quête, en l’occurrence près de 3 000 francs (A.O.M, 7 G 2). Le témoin insiste dans le même temps sur l’efficacité de ses directives et la bonne marche du groupe :

« L'agent présent à cette fête, écrit le sous-préfet de Tizi Ouzou, a été frappé de la parfaite organisation de la bande, au commandement d'Arezki. Ses hommes ont tiré des feux de salve avec un ensemble remarquable. Ils sont très disciplinés, leur chef a obtenu qu'ils ne prennent plus d'absinthe, ce qui pour certains d'entre eux, constitue un véritable sacrifice » (A.O.M, 7 G 2).

20Dans presque tous les villages de la commune mixte du Haut Sébaou, Arezki désigna des individus en charge de le représenter et de faire exécuter ses ordres. Quand ses auxiliaires n'étaient pas écoutés, il faisait lui-même des descentes afin d’adresser des avertissements aux réfractaires qui, le plus souvent, faisaient amende honorable et rentraient dans le rang.

21Celui qu'on surnomme « le chef de Sébaou » maîtrisait l’art du défi lancé au pouvoir. C’est ainsi qu’il avait l’habitude d’organiser des fêtes dans les villages, avec ses troupes et d’autres bandes, pour y prendre plaisir tout en bravant ouvertement les autorités. Le 24 septembre 1893, le sous-préfet de Tizi Ouzou apprend qu'Ahmed ou Essaid Abdoun a organisé, quelques jours auparavant, une réjouissance au village d'Agraradj à laquelle un millier de personnes environ ont participé, dont trois Français d'Azazga. Faute d’avoir été informés en temps voulu, les pouvoirs publics ne sont pas intervenus. Cependant, cet évènement les a mis en éveil. (A.O.M, 7 G 2).

22A peu près à la même date, les Français sont informés qu'une fête serait organisée deux jours plus tard à Bou Hini, à l'occasion de la circoncision du fils d'Arezki. Ironie de l’affaire, ce fut grâce à la femme d'Arezki L'Bachir que les autorités furent avisées de la cérémonie. En effet, elle vint le 20 septembre solliciter auprès de l'administrateur de la commune mixte d'Azazga la présence de gendarmes ou de cavaliers afin d’assurer l'ordre durant les réjouissances. Dans la nuit du 26 au 27 septembre, plus de 1 000 personnes se retrouvèrent à Bou Hini autour d’Arezki L'Bachir et d’une trentaine de ses compagnons. Et l'homme le plus recherché de l'époque ne se priva de discuter avec les représentants de l'administration et de faire honneur à la chair. (A.O.M, 7 G 2).

« Arezki s'est montré très déférent envers les représentants de l'autorité, écrit le sous-préfet de Tizi Ouzou, il a selon l'usage payé à l'agent de police les 5 francs qui lui sont dus pour son dérangement, et il a poussé la condescendance jusqu'à lui offrir un poulet rôti. Les bandits sont restés à la fête de trois heures de l'après-midi à minuit. Ils étaient une trentaine environ. Très bien vêtus, tous armés de fusils à percussion centrale et abondamment pourvus de munitions. Ils ont tiré plus de huit cents cartouches et comme l'agent de police s'étonnait de cette prodigalité, ils lui ont répondu : que nous importe, nous avons des munitions autant que nous pouvons en désirer ».(A.O.M, 7 G 2).

23Le comportement d'Arezki L'Bachir démontre son statut de chef, respecté de tous et surtout de ses ennemis. Dans ces moments de fête, il se comporte de belle manière avec l'agent représentant l'administration, En d'autres circonstances, sans doute en aurait-il été autrement.

24Dès qu’on le met au courant de la fête, le sous-préfet de Tizi Ouzou demande des renforts de Draâ el-Mizan et de Fort National et part diriger en personne les opérations. Il arrive à Bou Hini le 27 septembre, à une heure et demie du matin, « après une escalade très mouvementée ». Sitôt parvenu sur les lieux, il constate un rassemblement de 1 200 Kabyles, « accroupis et serrés les uns contre les autres » et écoutant « avec attention les mélopées criardes d'un orchestre indigène ». Arezki L'Bachir et ses amis avaient pris soin de quitter Bou Hini avant l'arrivée des Français. Il ne reste plus alors au sous-préfet qu’à perquisitionner les maisons du village avant de regagner bredouille sa sous-préfecture (A.O.M, 7 G 2).

25Dans sa guerre contre les autorités, Arezki s'en prit aux représentants de l'administration mais tout autant aux personnes entretenant des rapports fréquents avec les pouvoirs en place en raison de leurs fonctions. Gardes champêtres, chefs de douars et amines de villages furent des cibles privilégiées. Les rebelles sillonnaient les villages jour et nuit pour y faire régner leur loi. Longtemps, les administrateurs des communes d'Azzefoun, du Haut Sébaou et de la Soummam furent incapables de trouver la parade et de riposter. D’après les rapports et les documents officiels, les complicités dont jouissait Arezki expliquent largement cette impuissance durable.

26En effet, à la lecture des pièces d’archives, on ne peut qu’être frappé par l'ampleur du soutien apporté par la population au chef du Sébaou. Multiples peuvent en être les raisons ; chacun a les siennes. La réputation d'Arezki y est sûrement pour beaucoup, tissée par toutes les anecdotes, vraies ou fausses, qui circulent à son propos. Il inspire certes de l’admiration ; il fait naître également de la crainte. Nombreux sont aussi sans doute ceux qui souhaitent apporter leur concours à un homme combattant pour plus de justice. Ce soutien prend plusieurs formes : on lui fait don d’argent, on lui fournit des vivres, on lui procure des armes. On l’assiste également en lui signalant les mouvements des agents de l’administration. Si les Français voyaient fréquemment les villageois allumer des feux à leur passage, c’est que ces feux avaient pour but d’informer les « bandits d'honneur » des déplacements ennemis. Dans les lendemains de l'expédition menée en novembre 1893 contre Arezki, les Français visitèrent chaque village susceptible d’avoir accueilli le chef du Sébaou. Il s’agissait d’enquêter sur les soutiens apportés par la population à l'homme le plus recherché de Kabylie à cette époque. Quiconque l’avait hébergé ou lui avait prêté aide, financière ou autre, était placé sur le champ en état d’arrestation. On ne cherchait pas à savoir si ceux qui avaient prêté assistance à Arezki l’avaient fait de leur plein gré ou y avaient été contraints. C’est ainsi qu’un jour, les Français apprirent qu'Arezki L'Bachir et son groupe avaient passé la nuit chez le nommé M'hammed ou Chetta. Arrêté le lendemain, ce dernier fera sur place la déclaration suivante :

« Les bandits Arezki ben Bachir, Said ou Abdoun, Ammar ou Merrai, Ammarou el Hadj, Arezki ou el Hadj (…) ont effectivement passé la nuit du samedi 25 au dimanche 26 novembre dernier chez moi. Ils arrivèrent vers la tombée de la nuit, paraissant descendre du côté de la montagne (Taourirt) après être passés dans le village de Taourirt où ils ne voulurent pas rester, craignant une surprise. Ils nous demandèrent à manger et Arezki bel Bachir me demanda deux cents francs, que je fus obligé d'aller emprunter dans le village de Taourirt n'ayant pas cette somme chez moi. Ils nous disent aussi : nous savons que les Français doivent venir dans les douars avec la troupe et des Kabyles armés. Tous ceux qui feront partie de ces derniers et qui iront avec les mouchards ne retourneront plus chez eux ». (A.O.M, 7 G 2).

27Plus tard, il ajoutera : « Je ne connais pas ces bandits. Ils viennent chez nous par force ».

28La maison de M'Hamed ou Chetta était située au pied du village de Taourirt. Les habitants nièrent être au courant de la présence en nombre des « bandits d’honneur » dans la maison de leur compatriote. L'administrateur remarqua qu'il « leur était facile, en admettant qu'ils n'aient pas d'armes, d'écraser les bandits, en faisant simplement rouler de grosses pierres sur le toit de la maison de M’Hamed ou Chetta ». Avec le temps, les Français durent se résigner à admettre la cruelle vérité : la population, dans sa grande majorité, ne pouvait leur être d'aucun secours dans leur chasse à l’homme.

29Les représentants de l’administration n’en font pas mystère. L’un d’eux s’exprime ainsi :

  • 4 Il s’agit vraisemblablement des chefs des douars.

« Presque tous les gardes champêtres, presque tous les présidents4 qui restèrent en fonction, à peu près tous les amines se firent les complices des bandits. Les administrateurs furent entourés d'un rideau d'espions et les bandits peuvent, aujourd’hui qu’ils sont pris, raconter avec une certaine satisfaction qu'ils étaient mis au courant de ce qui se faisait heure par heure à la commune mixte d'Azazga » (A.O.M, 7 G 2).

30Le réseau d'Arezki allait jusqu’à englober les cavaliers et les chaouchs de la commune mixte du Haut Sébaou qui, pour ne pas risquer leur vie, satisfaisaient les exigences du rebelle recherché. Même certains colons, vivant dans les environs d'Azazga et Yakouren, se révélèrent complices du chef de bande. Violard cite les noms des individus impliqués et rapporte dans le détail les modalités du soutien apporté par ces derniers à Arezki, précisant à cet égard les limites de leur engagement à ses côtés.

31Arezki L'Bachir en vint à décider de coordonner ses actions avec les autres chefs des « bandits d'honneur » en particulier les Abdoun, les Beni Haçain et les Beni-Felick. La coopération entre eux porta rapidement ses fruits, ainsi qu’en témoignent les descentes faites dans certains villages pour châtier ceux qui s’en prenaient à eux et se rendaient coupables de délits à leurs yeux. Le village de Tabarourt, appartenant à la commune mixte d'Azzefoun, en paya le prix par deux fois. Le motif de la première descente, le 3 juillet 1893, semble avoir été la volonté de tirer vengeance du meurtre de Bachir Abdoun, un proche d'Arezki, tué par les soldats de Bochot, administrateur d'Azzefoun. Voici un extrait du récit de l'attaque sous la plume du sous-préfet d'Alger :

« Vers minuit, le 3 juillet, les bandits au nombre d'une quinzaine, dit-on, arrivèrent à Tabarourt et occupèrent une petite place située au sud du village. Plusieurs d'entre eux allèrent à quelques pas de là mettre le feu à la maison d'un nommé Mohammed Said, tirant des coups de fusil sur les habitants qui voulaient fuir l'incendie. Ils tuèrent ainsi Mohamed Said, blessèrent sa fille qui mourut quelques instants après, blessèrent aussi sa femme et son fils. Pendant ce temps, les bandits criblèrent de balles les maisons du village pour empêcher (leurs occupants) de sortir de chez eux... Cinquante-sept douilles de cartouches brûlées ont été trouvées sur le terrain ». (A.O.M, 7 G 2).

32Le village fit l’objet d’un second raid le 13 novembre. C’était, cette fois-ci, parce que trois villageois de Tabarourt, qui avaient livré des informations sur Arezki, refusaient de payer l'amende qu’il leur avait infligée. Le raid fit deux victimes. Terrorisés, les habitants prirent la fuite et se cachèrent partout où ils le pouvaient. (A.O.M, 7 G 2). Cette affaire sonna en fait le glas de la saga d'Arezki L-Bachir. Pour les Français, il n’était que temps de réagir avec vigueur.

La dernière échappée

  • 5 Avant l'expédition de 1893, une tentative avait déjà eu lieu, au printemps 1891. Le secrétaire géné (...)

33Toutes les tentatives menées pour arrêter Arezki L'Bachir avaient jusqu’alors échoué. Ce dernier s’était sorti sans dommage des embuscades qui lui avaient été tendues. La bonne organisation de son groupe, son intelligence et la complicité trouvée tant chez les auxiliaires de l’administration que dans la population lui avaient permis de faire durer le suspense. Mais, face à la recrudescence du banditisme en Kabylie, les autorités françaises décidèrent de frapper un grand coup. En novembre 1893, le sous-préfet de Tizi Ouzou adressa un courrier au gouverneur général de l'Algérie pour lui « soumettre un projet pouvant faciliter une répression énergique et prompte du banditisme » ; le projet fut immédiatement accepté. (A.O.M, 7 G 2). Le gouverneur général préconisa que des renforts militaires fassent route d'Alger pour prêter main forte aux forces armées stationnées dans l'arrondissement de Tizi Ouzou. Il ordonna la mise en place de postes militaires à proximité des villages situés dans les zones de passage fréquent des bandits : les douars d'Ighil Ouzeki, Taaroust, Ighil Ouzekri. Boussaada, Benu Flick (Ighil N'Ait el Hadj), Beni Ghobri, Beni Ghobri (Bou Houni), Beni Idjeur (Tazrourt), Beni Djenad (Agraradj). Dans chaque poste, il y aurait 20 tirailleurs et 10 autochtones soit au total 140 tirailleurs et 70 autochtones. La mission assignée à ces postes dirigés par des administrateurs adjoints était d’exercer une surveillance active sur les populations des villages de chaque douar. Entre ces chefs de poste, les informations circuleraient sans relâche par le truchement d'émissaires. Parallèlement à ce dispositif territorial, une force répressive fut constituée, composée de quatre postes mobiles commandés par des administrateurs connaissant bien la région, et placée sous l’autorité du sous-préfet (A.O.M, 7 G 2). Chaque information parvenant au poste serait suivie d’une intervention menée sans délai5.

34Les dès sont jetés. Dès la fin novembre 1893, les forces françaises étaient présentes sur le terrain. Pendant un mois, une compagnie de zouaves occupa les douars et, sitôt des rebelles signalés, se lançait à leur poursuite. La tactique adoptée vint à bout de l'organisation d'Arezki. Cela d’autant plus que les dénonciations affluaient. Les chaouchs, les gardes forestiers et les amines qui, jusque là, le protégeaient se rangeaient désormais du côté des Français. L'étau se resserrait sur Arezki L'Bachir. En quelques jours, plusieurs de ses proches furent tués ou arrêtés. Le 16 décembre, Ahmed ou Essaid Abdoun et deux de ses compagnons furent capturés dans la forêt, non loin de Tamgout (A.O.M, 7 G 2). Le même jour, ce fut le tour de Mohammed ou Boudjemaa. Bien d'autres captures suivirent. Alors ceux qui avaient survécu à la mort et aux arrestations décidèrent de se séparer. Chacun tenterait sa chance de son côté. Arezki L'Bachir choisit pour sa part de rejoindre la vallée de la Soummam en compagnie de Ali ou el Hadj Ahmed ben Abdeselam. Voici ce qu’il déclara après son arrestation, à propos du périple l’ayant mené à Seddouk :

« Je me suis séparé des miens, nous avons tiré chacun séparément des côtés différents et je suis resté seul pendant quelques jours. Le 18 et le 19, j'ai rencontré dans la broussaille un indigène, qui (…) se cachait et que j'ai pris d'abord pour ennemi. C'était Ali ou el Hadj Ahmed ben Abdeselam qui était depuis quelque temps avec nous et qui avait pris la campagne depuis un moment. Nous sommes restés ensemble. Voyant que le pays nous abandonnait, nous primes la résolution de le quitter le 20 décembre. Nous fûmes aux Beni Idjer le 21 et le 22. Le soir par un temps épouvantable et la neige nous avons franchi les crêtes au-dessus (…) d'Aourir et, contournant ce village, nous sommes venus à bout de force nous réfugier dans un gourbi où l'on conserve de la paille d'hiver, pas très loin du village d'Imeslacene. Nous nous sommes mis en route, nous dissimulant le plus possible. Dès le matin, nous avons passé la Soummam sur le pont de Takreit et prenant un chemin de traverse, nous sommes tombés sans nous en douter, devant le village français de Seddouk. Je me suis caché dans un ravin et j'ai envoyé Ali Ou El Hadj acheter du pain et du tabac. Quand il est revenu, nous avons suivi ensemble l'Oued Seddouk et qui nous a conduit à un village où, à peine assez à la djemaâ, comme des voyageurs ordinaires, nous avons été arrêtés. Pas plus que mon compagnon Ali ou el Hadj nous ne connaissons cette région où je n'étais jamais revenu. Sur d'anciennes indications, j'espérai passer les Beni Abbes, gagner le sud, où, en mendiant de tribu en tribu, nous aurions pu arriver en Tunisie ou en Tripolitaine », (A.O.M, 7 G 2).

  • 6 La où Arezki L-Bachir a échoué, son compagnon, Mohamed el Hadj Abdoun a réussi. Ce dernier arriva à (...)

35Cette déclaration, rapportée par les Français, est éclairante. Elle révèle les raisons pour lesquelles Arezki L'Bachir quitta son refuge dans la forêt de Yakouren et de l'Akfadou : la population, contrairement à son attitude passée, l'avait abandonné à son sort, soumise qu’elle était aux violentes pressions des autorités. On y apprend qu’Arezki L'Bachir cherchait à gagner la Tunisie ou la Tripolitaine, en passant par les Ath Abbas et la route du Sud. En ce qui le concerne, les circonstances en décidèrent autrement6.

36Arezki L-Bachir fut arrêté à Ighil M'edjber, près de Seddouk, le 24 décembre 1893, par le caïd Belkacem ou Slimane. Ce dernier avait appris un beau jour que deux individus s'étaient installés dans ce village. Il se rendit immédiatement sur les lieux et interrogea les deux étrangers : d’où venaient-ils ? Avaient-ils des papiers ? Ali ou el Hadj Ahmed ben Abdeselam déclara être originaire des Beni Flick et présenta un permis de voyage. Les Beni Flick ? Voilà qui éveille la méfiance du caïd. Il fixe alors avec attention le visage d’Arezki après avoir soulevé la toile de sac qui dissimulait une partie de ses traits. Détenant son signalement, au courant donc de l’existence d’une cicatrice et d’un léger tatouage, il identifie Arezki et s’adresse à lui en ces termes : « Tu es Arezki ben Bachir ». Ce dernier reste silencieux. Le caïd répète alors : « Tu es Arezki ben Bachir et je t'arrête ». Il demanda qu'Arezki soit entravé. Curieusement, Arezki L'Bachir ne prononça que ces mots : « Nous sommes dans les mains du Dieu, j'aurais aimé être pris par lui (plutôt) que par un individu de mon pays ». Le « Grand du Sébaou », exténué par sa longue marche et affaibli par la faim qui l’avait tenaillé, n’eut pas d’autre réaction. Le soir même, il était livré à l'administrateur d'Akbou Larebourg (A.O.M, 7 G 2).

37Le célèbre prisonnier est transféré d’abord à la prison de Tizi Ouzou. Puis, pour persuader la population qu’il a bel et bien été capturé, Arezki L'Bachir est conduit à Azazga le 29 décembre 1893. L'administration a convoqué à cet effet les habitants de son village de Bou Hini.

« Je le fais avancer sur le perron de la commune mixte, écrit l'administrateur d'Azazga, je fais former le cercle par les habitants de Bou Hini et je leur présente Arezki L'Bachir, en leur demandant s'ils reconnaissent bien. Tous répondent affirmativement, mais plusieurs détournèrent aussitôt la tête, ne pouvant soutenir le regard de celui qu'ils ont craint et respecté. Je les oblige à le bien regarder en face, et je leur donne l'ordre de regagner au plus vite leur village » (A.O.M, 7 G 2).

38Le lendemain, Arezki L'Bachir est ramené à la prison de Tizi Ouzou. Son procès se déroule aux Assises d'Alger les 1, 2 et 3 février 1895. La cour le condamne à la peine capitale. Il est guillotiné le 14 mai 1895 à Azazga en même temps que 5 autres condamnés à mort (Abrous, 2001 : 71).

Conclusion

39A la fin du xixe siècle, en Kabylie, les « bandits d'honneur » ne prétendaient aucunement bouter les Français hors d'Algérie. Ils ne disposaient pas de la maturité politique permettant de nourrir un tel projet et, au demeurant, ils n’auraient pas eu les moyens de le mettre en œuvre. Ils étaient des hommes arpentant forêts et villages en toute liberté, proclamant de la voix et du geste le caractère insupportable des pratiques de l’administration.

40En 1954, dans les Aurès, Belkacem Grine, ancien « bandit d’honneur », membre du MTLD (Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques) que dirige Messali Hadj, rejoint les rangs du FLN. Peu de temps après le déclenchement de la Révolution algérienne, il tomba les armes à la main (Madaci, 2012 : 37). Mort pour la patrie, il a rang de héros national. A l’époque où il vécut, un tel destin n’était pas à la portée d’Arezki L’Bachir. Il n’existait pas de mouvement nationaliste auquel adhérer. Lui-même ne pouvait épouser la stature de leader. Où aurait-il pu acquérir la formation politique apte à le conduire à adopter une ligne de conduite révolutionnaire ? Son horizon de pensée et d’action est limité à son fief, les forêts de Mizrana, Akfadou et Yakouren ainsi que les villages qui les bordent.

41Arezki L’Bachir a combattu en priorité les oppresseurs locaux. S’il n’épargna pas les fonctionnaires français, c’est qu’il était animé par un refus viscéral de l’ordre injuste qui régnait là où il vivait. C’en était trop ; il en avait assez ! A aucun moment, il n’a pensé à déposer les armes. Et la population était dans l’ensemble favorable à ses actions, ce qui explique qu’il fut longtemps en mesure de déjouer les pièges à lui tendus afin de le capturer. Aux yeux des autorités françaises, il était un bandit ; cela allait de soi. Toutefois il se trouva des Français pour justifier ses actes. Son avocat aux Assises, par exemple, maître Langlois, évoqua des « crimes politiques » qu’il n’aurait pas commis s’il n’avait fait l’objet d’accusations injustes. En somme, pour lui, Arezki fut « un révolté et non un bandit ». Disons plus largement qu’il incarna une forme de résistance à l’injustice de l’ordre colonial.

42Arezki L’Bachir réussit à se forger une image d’homme fort, aimé et respecté. Ses compatriotes le tenaient en estime en raison du combat qu’il menait contre l’autorité en place, de ses actions afin que justice soit rendue à lui et à d’autres, en raison aussi du caractère devenu légendaire du personnage. La complicité de la population contribua largement à ce qu’il persévère dans sa ligne de conduite. Etonnés qu’il puisse tenir si longtemps, ses adversaires lui dressèrent une statue de hors-la-loi à part des autres, au-dessus des autres. Sa célébrité en vint à déranger le fonctionnement des grandes institutions du gouvernement français en Algérie ; ce fut au point que sa capture fut considérée comme une priorité.

43Sous le poids des pressions exercées sur eux, les alliés de fait d’Arezki L’Bachir changèrent de position et rallièrent le camp des autorités françaises ; il s’agissait pour eux de « sauver les meubles ». Arezki L’Bachir se retrouva seul ; sans l’aide d’une famille et sans l’appui de proches, il ne pouvait s’en sortir longtemps. Sa mort apaisa les tensions en Kabylie. Comme on le sait, les représentants de l'administration française ne tirèrent pas les leçons de cette rébellion. Les vexations quotidiennes à l’encontre de la population continuèrent de s’exercer comme dans le passé et le « code de l'indigénat » fut appliqué avec la même rigueur. Cette situation fit naître de nouveaux rebelles qui vinrent contester l'autorité par les méthodes employées naguère par Arezki L'Bachir. Certains ne sont pas sortis de l’anonymat ; d'autres entrèrent à leur tour dans la légende. Il en fut ainsi d’Ahmed Ou Merri qui défia la chronique durant les années 1940.

Haut de page

Bibliographie

Abrous Dahbia , 2001, « Arezki L'Bachir », in Chaker Salem, Hommes et femmes de Kabylie , Aix en Provence, Edisud, volume 1.

Adli Younes, 2001, Arezki L'Bachir, histoire d'honneur, Alger, ouvrage édité à compte d’auteur.

Ageron Charles-Robert, 1968, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, Paris, PUF, 2 tomes (rééd. Bouchène, Saint-Denis, 2005) chapitre « la crise algérienne et la sécurité », p 552 à 564.

Bendeddouche Nadia, 1976, Bouzian el Kalai, Alger, mémoire de l’institut de droit et des Sciences politiques.

Cambon Jules, 1918, Le gouvernement général de l’Algérie (1891 – 1987), Paris, Librairie Champion/Alger, Librairie Jourdan.

Colin Maurice, 1899, Quelques questions algériennes. Études judiciaires, administratives et économiques, Paris, éditions Larose, chapitre « Banditisme et sécurité en Kabylie », p. 21 à 27.

Dejeux Jean, 1978, « Un bandit d’honneur dans l’Aurès de 1917 à 1921 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 26, p. 35-54.

Hogolin, 1896, Le banditisme en Algérie, Mostaganem, impr E Balland.

Lacoste-Dujardin Camille, 1995, « Du banditisme comme faire-valoir de la virilité sacralisée en Kabylie », Actes du colloque de Bastia : « Banditisme et violence sociale dans les sociétés méditerranéennes » (Bastia, 27 au 29 mai 1993), Revue d’études corses, 21e année, n°40-41, p. 59-75.

Larcher Emile, 1902, Trois années d’études algériennes législatives, sociales, pénitentiaires et pénales, Paris, Arthur Rousseau éditeur/Alger, Adolphe Jourdan Editeur.

Madaci Larbi, 2012, Les Tamiseurs de sable. Aurès –Némemcha 1954 – 1959, Alger, éditions ANEP.

Mercier, 1883, L’Algérie et les questions algériennes. Étude historique, statistique et économique et sociale, Paris, Challamel aîné.

Sainte-Marie Alain, 1982, « Réflexion sur le banditisme en Kabylie à la fin du xixe siècle. À propos de la Grande Kabylie (1890 – 1895) », Recherches régionales, 23e, n° 4, p. 44-54.

Thenault Sylvie, 2012, « L’apogée de l’Algérie française et les débuts de l’Algérie algérienne », in Bouchene, Peyroulou, Tengour et Thenault, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, Éditions La Découverte/Alger, Éditions Barzakh.

Violard, 1895/2009, Le banditisme en Kabylie, Paris, éditions Albert Savine (réédité en 2009 avec un autre livre du même auteur sous le titre : Bandits de Kabylie, bandits d'honneur kabyles, au xixe siècle, Alger, livres éditions).

— 1895/1998/2009, Arezki, Abdoun et Cie. Beni-Flick-Haçain et colons, Alger, imprimerie Baldachino-Laronde-Viguier, (réédité en 1998 sous le titre : Arezki, Abdoun et Cie, Hors-la-loi et bandits d’honneur en Kabylie à la fin du xixe siècle, Alger, Echo-Plus, et en 2009 avec un autre livre du même auteur sous le titre : Bandits de Kabylie, bandits d'honneur kabyles, au xixe siècle, Alger, livres éditions).

Fonds d’archives consultés :

Archives d’Outre-mer, Aix en Provence

7 G 2, Affaire Arezki (1889-1893), lettre du préfet d'Alger au gouverneur général de l'Algérie, 13 juillet 1893.

7 G 2, Affaire Arezki (1889-1893), lettre du gouverneur général de l'Algérie au président du conseil, Alger 09 novembre 1893.

7 G 2, Affaire Arezki (1889-1893), Lettre du sous-préfet de Bougie au préfet de Constantine, Kebouche Bougie le 28 décembre 1893 au sujet de l’arrestation d’Arezki L’Bachir.

7 G 2, Affaire Arezki (1889-1893), Rapport sur la répression du banditisme présenté par Monsieur le sous- préfet de Tizi Ouzou au gouverneur général de l'Algérie et au préfet d'Alger (novembre, décembre 1893 et janvier 1894).

7 G 2, Affaire Arezki (1889-1893), traduction officielle d'une lettre de Mohammed el Hadj Abdoun à son fils ainé.

Haut de page

Notes

1 Sur Messaoud Ben Zelmat, voir l’étude de Dejeux, 1978 : 35-54 et sur Bouzian el Kalai, le mémoire de Bendeddouche, 1976.

2 Selon Abrous (2001) Arezki L-Bachir est né vers 1859 comme l'indique les registres d'état civil. ADLI, 2001, qui a fait une enquête de terrain avance la date de 1857.

3 Arezki L'Bachir est également accusé d'être l'assassin de l'amine de Yakouren.

4 Il s’agit vraisemblablement des chefs des douars.

5 Avant l'expédition de 1893, une tentative avait déjà eu lieu, au printemps 1891. Le secrétaire général de la préfecture d'Alger, Génella, dirigea une campagne avec deux pelotons de zouaves et l'aide d'administrateurs, de gendarmes, d'auxiliaires autochtones. La mission échoua après deux mois de campagne (Abrous, 2001 : 70).

6 La où Arezki L-Bachir a échoué, son compagnon, Mohamed el Hadj Abdoun a réussi. Ce dernier arriva à Tripoli d'où il écrivit une lettre à sa famille, une correspondance qui est tombée aux mains des Français. Dans cette lettre, il a écrit notamment : « Oh mes frères et mes amis, si vous demandez de mes nouvelles, sachez que je ne fais que louer Dieu au sujet de ma santé, il ne me manque que de voir vos visages et ceux de mes amis. Si vous vous informez de moi, sachez que je suis à Trables sous l'autorité du sultan, que Dieu donne sa victoire à ses soldats. Ensuite oh mon fils Ahmed ben Mohamed ou el Hadj, moi ton père Mohamed ou el Hadj, je te dis que si tu peux trouver un peu d'argent, envoie le-moi, car j'en ai besoin. Tu adresseras cet argent par la poste qu'il me parviendra en totalité et tu l'adresseras à Tripoli au café el Hadj Amar qui est prés de la maison dite Dar el Frick et près du marché aux grains... » Voir, A.O.M, 7 G 2, L'original écrit en arabe est également disponible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Settar Ouatmani, « Arezki L’Bachir Un « bandit d’honneur » en Kabylie au xixe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/8514

Haut de page

Auteur

Settar Ouatmani

Maître de conférences à l'Université de Béjaia

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page