Navigation – Plan du site
Lectures

Eychenne Mathieu, Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu xiiie-fin xive siècle), Damas, Presses de l’Ifpo, 2013, 605 p.

Clément Onimus

Texte intégral

1L’ouvrage de Mathieu Eychenne reprend la question de la nature des relations sociales dans le sultanat mamelouk en reconnaissant l’importance du rôle des maisons émirales et du jeu des interactions informelles par rapport aux relations institutionnelles. Mais la question centrale de ce livre – à savoir les rapports entre les élites politico-militaire d’une part et civile et religieuse d’autre part – est appréhendée du point de vue des interactions entre individus plutôt que de celui de « la répartition socio-fonctionnelle des rôles de chacun » (p. 23). Eychenne focalise donc son attention sur les « liens, personnels et multiples, familiaux, matrimoniaux, clientélistes, spirituels, intellectuels, amicaux et autres, que les individus, qu’ils soient mamlūk‑s ou civils, entretenaient avec les autres individus » (p. 25).

2L’auteur s’inspire tantôt de la network analysis, tantôt de la microstoria en s’appesantissant sur les carrières de plusieurs personnalités de l’élite civile. Il reprend à Michael Chamberlain (Chamberlain, 1994) l’application à l’Islam médiéval de la modélisation des rapports sociaux selon les termes définis par Pierre Bourdieu mais il use avec une sage parcimonie de ces concepts sans jamais forcer les sources.

3Eychenne commence en préambule par poser le décor lexical en définissant avec précision la signification des termes récurrents dans les sources mameloukes qui désignent ces liens personnels.

4La première partie évoque les formes du lien personnel. Le premier chapitre concerne les liens entre les émirs et les secrétaires qui administrent les bureaux de leurs maisons. Ils gèrent l’iqā‘ de l’émir et en profitent pour en tirer leur rémunération, provoquant les critiques des ‘ulamā’. Par les relations bilatérales qu’ils créent en s’intégrant dans la clientèle de l’émir et en lui offrant leurs services, ils entrent dans son intimité. « Protection, fidélité et indulgence caractérisent la relation personnelle entre l’émir et le secrétaire » (p. 89). La somme de ces liens bilatéraux constitue un réseau de relations.

5Quant aux ‘ulamā’, les émirs cultivent avec eux des rapports étroits en développant des relations de maître à disciple et en les soutenant dans l’obtention de charges ou de prébendes dans les fondations pieuses. Des deux types de ‘ulamā’, les fuqahā’ (juristes) assurent, en retour, la légitimation religieuse de l’autorité des émirs et la médiation avec la population, alors que les fuqarā’ (soufis) intercèdent en leur faveur auprès de Dieu et exercent sur eux une réelle influence. Le clientélisme religieux est ainsi très concret et prend la forme de liens personnels forts entre émirs et ‘ulamā’.

6Se pose alors la question de la « fracture linguistique et culturelle » (p. 133) entre une élite militaire qui parle le turc et une élite civile et religieuse qui parle l’arabe. L’usage du turc est une marque de distinction pour l’élite militaire, mais le bilinguisme est probablement plus fréquent qu’il n’y paraît. Certains émirs maîtrisent l’arabe, et la pratique du turc est un atout valorisé dans les carrières des secrétaires et des ‘ulamā’. Les fils d’émirs ou les transfuges des marches du sultanat sont de véritables « passerelles » linguistiques.

7La deuxième partie traite des pratiques du clientélisme. Le quatrième chapitre est consacré aux juges (ī‑s), à la création pragmatique et circonstancielle des quatre judicatures par Baybars, à l’indépendance des juges dans l’exercice de leurs fonctions – relative puisqu’ils sont rémunérés par les plaignants – et à leur place éminente dans la hiérarchie mamelouke. Deux facteurs essentiels expliquent l’obtention des charges par les ‘ulamā’ de la part du sultan et des émirs dans un cadre clientéliste : la réputation familiale et la recommandation de personnes influentes – auxquelles s’ajoute parfois l’origine ethnique. Dans ce cadre, ils se concurrencent avec acharnement, aussi subissent-ils les conséquences des luttes incessantes entre les émirs.

8Le cinquième chapitre insiste sur l’importance des réseaux familiaux constitués par les secrétaires pour assurer le succès de leur carrière, notamment par des stratégies de reproduction sociale ou un habile jeu matrimonial. Chacun devait se constituer son propre réseau pour assurer une alternance aux offices des membres des différents réseaux. Si les carrières ont ainsi une apparence chaotique, certaines charges restent l’apanage de grandes familles qui alternent les unes avec les autres.

9L’ascension individuelle repose sur d’autres mécanismes, notamment sur la vénalité des charges – qui se développe progressivement après la Peste noire – et sur les détournements des revenus des émirs par les secrétaires. L’enrichissement des administrateurs sur les surplus était admis, mais condamné lorsqu’il devenait excessif. La spoliation de leurs biens faisait alors partie intégrante du système financier.

10La troisième et dernière partie traite de la dynamique des réseaux relationnels dans le cadre des affrontements politiques et économiques. Eychenne insiste, par une série de chapitres micro-historiques, sur les principaux administrateurs, sur le rôle des individus et de leurs réseaux. Il y montre que le sultanat a évolué vers une conception domestique de l’État, absorbé par la maison du sultan (p. 340). En effet, la gestion des ressources financières est progressivement passée du vizirat à l’administration des biens privés du sultan (naar al-khāṣṣ al-sulānī) sous l’effet des liens personnels établis entre les gouvernants et certains secrétaires. L’auteur insiste particulièrement sur l’accaparement des ressources du sultanat par Karīm al-Dīn al-Kabīr, pour qui est créé le naar al-khāṣṣ al-sulānī, et par al-Nashū dont la stratégie vise à anéantir les réseaux concurrents pour s’enrichir et remplir le trésor du sultan. Ces luttes sont définies comme la « concurrence de plusieurs réseaux plus ou moins enchevêtrés les uns dans les autres, dont les solidarités changent en fonction des intérêts convergents ou divergents de leurs membres, au gré du bon vouloir du sultan et des rapports de force » (p. 469).

11Ce livre se distingue par d’excellentes pages (notamment p. 312-314 sur le don et le clientélisme et p. 469 sur les conflits entre réseaux) et montre avec efficacité l’importance des liens personnels dans la société élitaire du sultanat mamelouk, les liens intimes et surtout l’importance du clientélisme. Civils et militaires sont dépendants les uns des autres dans une « relation symbiotique » (p. 493), les militaires ayant besoin des compétences des civils et, en retour, les civils du patronage des militaires.

12Il pèche toutefois par quelques imprécisions et des lacunes bibliographiques. Des références au livre de Julien Loiseau (2010) – concernant l’importance grandissante de la maison du sultan – auraient été appropriées. L’article de Robert Irwin (Irwin, 1986) sur le factionnalisme émiral l’aurait amené à réviser l’idée que les civils en sont exclus (p. 54). L’ouvrage de Mathieu Tillier (Tillier, 2009) lui aurait donné quelques réponses sur la question de la rémunération des ī‑s (p. 225 et 326) et sur le refus de poste (p. 373) comme topos et réalité. L’article de Bernadette Martel-Thoumian (2005) sur la vénalité des charges n’est pas cité, alors qu’il permet de discuter l’affirmation selon laquelle la vénalité des charges émirales se généralise (p. 324). L’article d’Amalia Levanoni (2005) sur al-Nashū est à peine évoqué.

13Certaines affirmations devraient être davantage interrogées, ainsi lorsque Eychenne affirme que les maālim ne jouent qu’exceptionnellement un rôle judiciaire (p. 206). Quant à la terminologie, elle peut être parfois discutée : les termes de « fonctionnaire » ou d’« État » sont d’un usage risqué, surtout quand on parle de « privatisation de l’État » (p. 316) – a-t-il jamais été « public » à cette époque ?

14Le lecteur regrettera surtout l’absence de présentation des sources. Les analyses ne distinguent jamais les sources en fonction de leur nature, de leur auteur, de la période de rédaction. De plus, le corpus de sources, de maisons émirales, d’individus étudiés n’est jamais défini. Aussi s’interroge-t-on sur sa représentativité et sur la possibilité de généraliser les conclusions. Cela a des conséquences sur le rapport aux textes mentionnés. Par exemple, l’auteur rapporte à plusieurs reprises des dialogues cités dans les sources, notamment pour en tirer des conclusions sur la communication et les langues employées, sans prendre en considération le fait que ces dialogues sont probablement une pure invention des auteurs. La mention de la langue employée n’est peut-être qu’un effet de réel dans le processus de littérarisation de l’histoire. De même, Eychenne n’est-il pas influencé par le regard rétrospectif des chroniqueurs ? Par exemple, lorsqu’il rapporte les critiques sur les injustices d’al-Nashū et de ses clients (p. 464) et qu’il considère al-Nashū comme illégitime (p. 471).

15Ces remarques ne doivent toutefois pas ternir tout le mérite de cet ouvrage d’une grande qualité scientifique et qui ouvre le champ d’une étude précise des liens personnels entre les membres des différentes élites du sultanat mamelouk.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chamberlain Michael, 1994, Knowledge and Social Practice in Medieval Damascus, 1190-1350, Cambridge University Press, Cambridge.
DOI : 10.1017/CBO9780511563492

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Irwin Robert, 1986, « Factions in Medieval Egypt », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland 118, n° 2, p. 228-246.
DOI : 10.1017/S0035869X00139917

Levanoni Amalia, 2005, « The al-Nashw Episode: a Case Study of « Moral Economy » », Mamlūk Studies Review 9/1, Chicago, p. 207-220.

Loiseau Julien, 2010, Reconstruire la maison du sultan, 1350-1450. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire, Ifao, Le Caire.

Martel-Thoumian Bernadette, 2005, « The Sale of Office and its Consequences during the Rule of the Last Circassians (872-922/1468-1516) », Mamlūk Studies Review 9/2, Chicago, p. 50-83.

Tillier Mathieu, 2009, Les cadis d’Iraq et l’État abbasside (132/750-334/945), Ifpo, Damas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Onimus, « Eychenne Mathieu, Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu xiiie-fin xive siècle), Damas, Presses de l’Ifpo, 2013, 605 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 29 juin 2016. URL : http://remmm.revues.org/8548

Haut de page

Auteur

Clément Onimus

EPHE, Université de Gand, Institut français du Proche-Orient

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page