Navigation – Plan du site
Lectures

Hakim Carol, The Origins of the Lebanese National Idea, Berkeley, University of California Press, 2013, 364 p.

Elizabeth Picard

Texte intégral

1La fragmentation de l’espace politique proche-oriental et la création de l’État du Grand Liban au cours de la décennie qui ébranla le Moyen-Orient sont des champs de recherche largement labourés par les historiens. Tant en anglais et en français qu’en arabe et de plus en plus en turc, les publications sont abondantes, les débats serrés et les avancées de l’historiographie remarquables depuis quatre décennies. Une connaissance mieux documentée du complexe XIXe siècle ottoman nous éloigne heureusement des clichés sur les dernières décennies de « l’Homme malade », sur la « Grande révolte arabe » de 1916 et l’émergence du nationalisme arabe, et sur le partage du Moyen-Orient entre Britanniques et Français. Sur le Liban en particulier, des ouvrages comme ceux de Akarlı, Maqdisi ou Zamir, et des thèses comme celles de Hanssen et, tout récemment, de Raymond ont accompagné le débat au Liban lui-même entre Salibi, ses disciples et ses détracteurs, à propos de l’histoire nationale libanaise.

2En reprenant les tropes du choc de la modernité militaire et technique, de l’éveil des intellectuels aux nationalismes, de la formation de nouvelles identités collectives au sein de populations régulées jusqu’ici par le localisme et le lignage, et de l’imposition de nouveaux cadres juridiques et constitutionnels, Carol Hakim suit le chemin classique de l’historiographie libanaise : contacts avec la France (ch. 1) ; instauration en 1842 d’une première autonomie dans les deux cantons de la Montagne après le soulèvement contre l’émir Béchir II Chehab et son protecteur égyptien Mehemet Ali (ch. 2) ; intervention politique et militaire des Européens, en particulier de la France, en réaction aux massacres communautaires de 1860 et établissement d’un gouvernorat (mutasarrifiyya) autonome sur le Mont Liban (ch. 3). Elle se penche sur la place de l’Église sous le nouveau régime juridique, mettant en lumière le rôle du clergé dans la représentation de la communauté maronite comme nation (ch. 4). Mais elle montre aussi la complexité des liens sociaux dans le nouveau cadre de la Mutasarrifiyya à travers l’attraction ambivalente des intellectuels pour l’idée libanaise et pour le syrianisme (ch. 5). Son chapitre 6 explore un thème important qu’Akarlı n’avait fait qu’effleurer : le rôle des élites civiles dans la construction de l’idée nationale. Le chapitre 7 analyse le repli sur des aspirations libanaises après la déception qui suit la révolution des Jeunes-Turcs en 1908. Le huitième et dernier chapitre narre les péripéties des négociations internationales qui aboutirent à la proclamation du Grand Liban par la France en 1920.

3L’apport singulier de l’ouvrage et sa grande réussite résident dans trois caractéristiques : d’abord, une minutieuse attention aux détails qui éloigne de l’écueil de la généralisation hâtive faisant le lit de préconceptions qui ont pourtant la vie dure. Carol Hakim a effectué un dépouillement considérable de sources qui lui a permis de vérifier et de préciser de nombreuses informations. Elle les restitue avec beaucoup de clarté. Deux exemples suffiront, mais on peut dire que toute l’enquête est impressionnante par sa rigueur et sa richesse. Sur l’extension des frontières nationales réclamées par les partisans du Grand Liban aux puissances assemblées à Versailles, elle démontre que leur demande, loin d’être sui generis, reprenait les propositions tracées par les services topographiques du corps expéditionnaire français du général Beaufort en 1860 (p. 83 sq.) À propos de l’enquête King-Crane diligentée dans l’été 1919 par les États-Unis pour tenter de dénouer l’imbroglio des aspirations locales au Levant derrières les appétits européens, elle met en exergue l’opinion dissidente de certains conseillers de la commission qui ne se sont pas laissés convaincre aussi facilement que leurs responsables de l’attachement des populations de la côte et des Chrétiens en particulier à l’égard de l’unité syrienne (p. 246-8).

4Ensuite, l’originalité et l’intérêt de ce livre résident dans la posture résolument sceptique de l’auteur. S’éloignant de schémas de causalités tant matérialistes (la spécificité économique des régions expliquant leur séparation) que symboliques (des essences identitaires distinctes formant le socle de nationalismes rivaux), Carol Hakim explore avec minutie les hasards et les possibles de la conjoncture historique à chaque étape. À l’encontre des jugements définitifs, elle fait valoir les ambiguïtés des positionnements et les incertitudes du moment. Ainsi des pages consacrées à Butros Bustani et aux « multiple, blurry, and shifting national identifications » de l’élite politique et intellectuelle de la Montagne libanaise dans les dernières années de l’Empire ottoman (p. 147-56). Sans vouloir forcer « l’étirement conceptuel » auquel invitent ses analyses, un chercheur qui s’intéresse à la fragmentation du champ politique libanais aujourd’hui sous l’effet de la guerre en Syrie ne peut que s’inscrire dans le modèle d’analyse ouvert et sans préconception de Carol Hakim.

5Enfin, cet ouvrage est particulièrement intéressant pour un public français qui ne parvient pas encore aujourd’hui à brider ses affects et remettre en cause sa bonne conscience lorsqu’il s’agit du Liban, comme en témoigne la thèse de Bouyrat écrite à partir de sources françaises du xixe siècle. Carol Hakim appartient à l’école d’histoire du Moyen-Orient qui a rayonné depuis Oxford à l’inspiration du grand Albert Hourani. Elle est sans complaisance à l’égard de la France dont la responsabilité dans les choix constitutionnels et diplomatiques des élites chrétiennes de la Montagne puis de l’État libanais sous Mandat n’a d’égale que les avantages économiques et symboliques que croyaient en retirer les élites de la République - marchands, militaires et clercs confondus. Si on excepte quelques figures comme celle de François Georges-Picot (et non Georges Picot) qui fut brièvement le premier Haut-commissaire français au Liban, l’hubris et l’aveuglement (self-delusion) de la France ont été parmi les causes principales de la confusion qui régnait au Liban en 1918-20, explique-t-elle (p. 235-8), rejoignant les conclusions de Carla Eddé sur la gestion de Beyrouth dans ces mêmes années. Ici aussi, comment ne pas penser aux prises de position erratiques sur la crise syrienne et son débordement au Liban ?

6La narration est limpide si bien que les épisodes et les rebondissements qui marquent la naissance de l’idée libanaise sont riches d’enseignements et de réflexions. Mais il n’est pas toujours donné de savoir tirer les leçons de l’histoire.

7Akerli Engin, 1993, The Long Peace. Ottoman Lebanon, 1861–1920, Berkeley, University of California Press.

8Bouyrat Yann, 2011, La France et les Maronites du Mont-Liban. Naissance d’une relation privilégiée 1831-1861, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Bordeaux III.

9Eddé Carla, 2009, Beyrouth, Naissance d’une capitale (1918-1924), Paris, Actes Sud. 

10Henssen Jens, 2001, The Effect of Ottoman Rule on Fin de Siècle Beirut. The Province of Beirut, 1888-1914, Ph. D. en Histoire, Université d’Oxford.

11Makdisi Ussama, 2000, Culture of Sectarianism: Community, History and Violence in Nineteenth-Century Ottoman Lebanon, Berkeley, University of California Press.

12Picaudou Nadine, 1992, La décennie qui ébranla le Moyen-Orient, 1914-1923, Éditions Complexe.

13Raymond Candice, 2013, Réécrire l’histoire au Liban. Une génération d’historiens face à la période ottomane, de la fin des années 1960 à nos jours, Thèse de doctorat en Histoire, Paris, EHESS.

14Salibi Kamal, 1988, A House of Many Mansions: the History of Lebanon Reconsidered, Londres, I. B. Tauris.

15Zamir Meier, 1988, The Formation of Modern Lebanon, Ithaca, Cornell University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Hakim Carol, The Origins of the Lebanese National Idea, Berkeley, University of California Press, 2013, 364 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/8550

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Directrice de recherche émérite

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page