Navigation – Plan du site
Lectures

Khalidi Walid, Nakba, 1947-1948, Beyrouth, Institut des Études palestiniennes, Arles, Actes Sud, 2012, 265 p.

Bernard Botiveau

Texte intégral

1Les six textes de l’historien Walid Khalidi réunis dans cet ouvrage, édité par l’Institut des études palestiniennes et Sindbad, ont d’abord été publiés, à des moments différents, dans les versions en arabe, en anglais et en français de la Revue d’études palestiniennes. Les trois premiers, qui font partie de l’historiographie des événements de la guerre de 1948 et de l’expulsion de quelque 800 000 Palestiniens, datent des années 1959 à 1961, les trois autres sont plus tardifs, l’un d’eux, de 1988, revenant sur le comportement du « camp arabe » à la fin du Mandat britannique. Quant aux deux autres (1993 et 1997), ils portent davantage sur l’interprétation politique de ces événements, l’un étant une relecture des événements qui ont conduit à l’adoption en 1947, par l’Assemblée générale de l’ONU, de la fameuse Résolution 181 décidant le partage de la Palestine ; le second reprenant la réponse de l’auteur aux attaques de l’historien israélien Benny Morris. Trois de ces textes sont assortis d’une introduction postérieure aux accords d’Oslo mais aucun n’a bénéficié d’une présentation particulière pour la présente édition.

2Déjà publiés en français, ces textes étaient dispersés et c’est la première fois qu’ils sont regroupés dans cette langue. On pourrait a priori se demander si le public français, saturé d’écrits souvent approximatifs et polémiques sur l’histoire moyen-orientale, n’aura pas du mal à reconnaître les racines et la logique d’un long conflit qui de « judéo-arabe » est devenu « israélo-palestinien ». On pourrait tout aussi bien faire l’hypothèse inverse dans la mesure où ce livre, en rapprochant des textes produits dans des contextes fort différents, donne un éclairage cohérent à la succession des événements décrits. Pour reprendre les moments forts de la chronologie, les textes de Walid Khalidi ici présentés ont été écrits à trois périodes différentes : une décennie après la nakba, la « catastrophe » de 1948, puis dans la période des négociations allant de Madrid (1991) à Oslo (1993), enfin après le déclenchement en septembre 2000 de la deuxième Intifada.

3Contrairement à ce que l’on pourrait craindre sur des questions aussi conflictuelles, la simple reprise des textes les plus anciens n’est ni répétitive ni « obsessionnelle », elle donne au contraire à voir très concrètement l’une des données centrales de ce conflit à la fois mondial et localisé, à savoir, et contrairement à beaucoup d’idées reçues, l’asymétrie fondamentale affectant autant les luttes anciennes pour le contrôle du territoire que celles régissant la « vérité » historique et le contrôle des interprétations politiques de cette période. Elle suggère précisément la dimension de « situation coloniale » (au sens de Georges Balandier) dans laquelle s’est placée l’interaction entre les historiens israéliens et palestiniens quand il s’agissait de cette interprétation, que l’on considère l’accès aux archives militaires et ordinaires ou le contrôle et la diffusion de la parole des acteurs dans les médias comme dans le monde académique.

4Sur la guerre de 1948, le premier texte reprend la question de savoir « pourquoi les Palestiniens sont partis » : ont-ils suivi des ordres radiodiffusés de leurs leaders et notables, comme le soutenait en son temps la propagande des forces sionistes coordonnées par Ben Gourion et comme le prétend toujours l’État d’Israël, ou se sont-ils enfuis comme souvent les réfugiés devant la peur qu’inspire la force militaire conquérante ? Sur la base des archives officielles livrées au public à l’expiration des délais de rigueur, l’historiographie israélienne avait déjà largement pointé l’asymétrie existant initialement entre les deux camps au profit des forces sionistes et les projets de conquête du territoire par ces dernières. L’évocation du « plan D » ou « plan Dalet » met une nouvelle fois en jeu l’interprétation des faits et d’abord la question de savoir si l’expulsion des Palestiniens avait été préméditée ou si elle avait résulté des hasards de la guerre. Plus propice à un accès du lecteur au sens de ces événements est sans doute le texte saisissant sur la chute de Haïfa où, archives à l’appui, renforcées par son témoignage direct, Khalidi fait revivre douloureusement la prise éclair de la ville, ses populations arabes abasourdies et traumatisées ayant dû en grand nombre tout quitter en moins de quarante-huit heures, sous le regard indifférent, cynique ou impuissant d’une administration britannique qui n’avait pas su ou voulu remplir le Mandat initial délivré par la SDN à la fin de la Première Guerre mondiale. Khalidi pense même que l’état-major anglais à Haïfa, peut-être sans véritable concertation avec le gouvernement de Londres, agissait de concert avec les forces sionistes sur le terrain, Haganah, Irgoun et Groupe Stern, forces de police. Toutes choses qui ne laissent aucune chance au final à l’idée que les Palestiniens auraient pu partir de leur plein gré.

5Les trois textes suivants sont d’inégale valeur. Le plus stimulant est sans conteste celui sur la résolution onusienne de partage de 1947 qui réunit suffisamment d’ingrédients pour comprendre le déroulement de cette guerre, l’incertitude historique de ses acteurs, ses facteurs locaux, régionaux et internationaux. Au-delà des simplifications récurrentes des débats publics et de la division des historiens, Khalidi a réussi dans ce texte daté à évoquer l’ensemble des facteurs qui se croisent dans le lancement et la poursuite de cette guerre. On y comprend mieux l’incapacité de l’ONU, qui succédait à la SDN, à contrôler une situation aussi complexe, on parlerait aujourd’hui de son « impuissance ». On y voit également à l’œuvre les intérêts de l’Amérique de Truman et sa posture protectionniste, faisant pression sur l’Angleterre pour qu’elle accueille en Palestine le plus grand nombre possible de rescapés du génocide juif, le souci de Staline d’éloigner de la région le mandataire colonial, la détermination d’un Ben Gourion sachant utiliser la force organisatrice et les contradictions éventuelles entre les unités militaires et de police et les différentes factions sionistes, la capacité de ces dernières à mobiliser des sources d’armement ainsi que la mise au point qu’elles avaient faites dès les années 1930 de techniques terroristes inédites, qui sidèreront les populations arabes et qui atteindront la Grande-Bretagne elle-même, avec par exemple l’attentat meurtrier de l’hôtel King David le 22 juillet 1946 à Jérusalem, attribué à l’Irgoun. On mesure aussi, face à cette organisation, à quel point les errements, quand ce ne fut pas l’indifférence, des gouvernements arabes de cette époque et l’incurie de la Ligue arabe ont contribué à renforcer l’isolement des Palestiniens et provoqué leur découragement puis finalement leur désespoir.

6L’ « amnésie historique » caractérise pour Khalidi la relation dominante des faits qui se sont produits dans les années qui ont précédé la décision de partage. Si elle s’explique en partie par le régime de vérité imposé par les vainqueurs, elle ne saurait conduire, poursuit l’historien, à considérer que le « compromis » dont les puissances d’après-guerre se sont félicitées ou au moins satisfaites incluait le consentement des populations les premières concernées, à savoir les Arabes de Palestine. L’unilatéralisme international d’alors, sanctionné par l’ONU, était porteur de catastrophes comme les décennies suivantes l’ont amplement démontré.

7Au-delà de ces inquiétudes légitimes, les chercheurs trouveront ample matière à réflexion soit sur leur pratique d’historiens, soit sur l’usage qu’ils font de l’historiographie en tant que non-historiens. On peut cependant regretter que les textes présentés dans ce livre n’aient pas fait l’objet d’une actualisation systématique, puisque leur publication date d’au moins trois périodes différentes et que depuis leur deuxième édition de nombreux écrits sont sortis, surtout avec le déclenchement de la seconde Intifada et la réactualisation de la question du droit au retour. Une introduction de l’éditeur plus explicite que la simple note « technique » qu’il propose n’aurait pas été superflue à cet égard. Un public plus large pourra néanmoins avoir accès à une réalité certes complexe mais sur laquelle les connaissances n’affleurent que lentement, spécialement en France. Par exemple, la nouvelle historiographie israélienne, qui a rouvert dans les années 1980, soit après le délai de rigueur fixé pour l’ouverture des archives israéliennes, le débat sur la naissance du problème des réfugiés palestiniens, n’a pu être connue du public français, hormis les spécialistes, qu’une décennie plus tard, à la faveur des premières traductions de ces débats historiens. La parution de l’ouvrage de Walid Khalidi apportera au public francophone une interprétation moins connue de ces événements et donc contribuera au chantier de leur histoire critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Botiveau, « Khalidi Walid, Nakba, 1947-1948, Beyrouth, Institut des Études palestiniennes, Arles, Actes Sud, 2012, 265 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/8551

Haut de page

Auteur

Bernard Botiveau

Directeur de recherche émérite

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page