Navigation – Plan du site
Lectures

Madoeuf Anna et Cattedra Raffaele, Lire les Villes. Panoramas du monde urbain contemporain, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2012, 374 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par deux géographes travaillant sur le monde arabe regroupe des communications s’interrogeant sur les représentations de la ville à partir d’un corpus d’œuvres romanesques contemporaines. Comme le souligne la conclusion de Muriel Rosemberg, il s’agit pour les auteurs de s’interroger sur le rapport entre littérature et sciences sociales et de pointer la porosité entre ces deux univers. Les œuvres littéraires sont ici envisagées comme porteuses d’un savoir ou d’une forme de connaissance. Ici c’est la spatialité, objet d’étude des géographes, qui occupe une place majeure dans le champ littéraire. On y retrouve également les thèmes récurrents du cosmopolitisme, de l’errance, la migration, la fracture.

2La plupart des contributions traitent de la perception d’une ville à travers un roman et un auteur. En dehors des villes du monde musulman (Alexandrie, Beyrouth, Casablanca, Istanbul, Kaboul, Le Caire, Tanger), l’ouvrage aborde également les villes sud américaines (Buenos Aires, Ciudad Juárez), nord américaines (New York, Los Angeles) et européennes (Athènes, Barcelone, Berlin, Dublin, Edimbourg, Londres, Naples, Nice, Paris, Prague) et enfin Tokyo.

3On y retrouve des romanciers bien connus : Ohran Pamuk pour Istanbul ; Sonallah Ibrahim pour le Caire ; Laurence Durell pour Alexandrie ; Le Clézio pour Nice, Milan Kundera pour Prague et Paris, Imre Kertész pour Berlin, Henry Miller et George Séféris pour Athènes, Sean O’Reilly pour Dublin, James Graham Ballard et Ian Sinclair pour Londres, Roberto Saviano pour Naples, Elias Khoury pour Beyrouth, Carlos Ruis Zafón pour Barcelone, Undine Gruenter pour Paris, Daniel Pennac pour Belleville, Franz Kafka et Joseph O’Neill pour New York, Jean-Philippe Toussaint pour Tokyo. Et évidemment plusieurs auteurs célèbres de roman noir comme Ian Rankin pour Edimbourg, James Ellroy pour Los Angeles, Tito Topin pour Casablanca et Manuel Vázquez Montalban pour Barcelone.

4Analysés par des géographes, ces récits urbains racontent chacun une expérience de la ville, plus sociale et réaliste chez certains, plus fantasmagorique et imaginaire chez d’autres, souvent noire mais toujours inépuisable et irréductible. Ils amènent à sentir la ville et son corps, ses odeurs. Une démarche qui reprend La poétique de l’espace de Bachelard, chère à Anna Madoeuf.

5On saluera la qualité d’écriture de l’ensemble des articles, courts, précis, jamais abscons, qui croisent avec finesse récits littéraires et données des sciences sociales. Plusieurs articles soulignent la force de certains topoï littéraires (comme celui du cosmopolitisme) qui contribuent à enfermer des villes dans une vision figée et passéiste (comme dans le cas d’Alexandrie ou de Tanger dans les contributions d’Elena Chiti et de Mokhtar Belarbi).

6Un ouvrage qui se lit donc très agréablement et qui invite à lire ou relire ces écrivains. Quel chercheur en sciences sociales, qu’il soit historien, géographe, sociologue, anthropologue ou même linguiste n’a pas ainsi croisé des romans qui ont inspiré son travail, lui ont donné du sens mais lui ont surtout fait sentir ses propres limites à expliquer et transmettre le réel ? Et l’on se demande par quelle dérive on a pu douter que « les œuvres littéraires soient porteuses d’un savoir ou d’une forme de connaissance ». Muriel Rosemberg rappelle avec raison la position théorique des auteurs de l’Éloge de la créolité : « la connaissance artistique complète la connaissance scientifique pour la rapprocher des complexités du réel », dont l’un des auteurs, Patrick Chamoiseau, a fait une démonstration magistrale dans son roman Texaco qui traite magnifiquement de la question de l’habitat informel. Un roman qui, alors que je travaillais sur ces problématiques au Caire et à Khartoum, m’avait ébloui.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston, 1957, La Poétique de l’espace, Paris, PUF.

Bernabé Jean, Chamoiseau Patrick et Confiant Raphaël, 1989, Éloge de la créolité, Gallimard.

Chamoiseau Patrick, 1992, Texaco, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Madoeuf Anna et Cattedra Raffaele, Lire les Villes. Panoramas du monde urbain contemporain, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2012, 374 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 27 mai 2016. URL : http://remmm.revues.org/8553

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page