Navigation – Plan du site
Lectures

Khalidi Walid, 1948 : la première guerre israélo-arabe, Actes Sud, 2013, 168 p.

Abaher El Sakka

Texte intégral

1Cet ouvrage, publié en arabe en 1999 sous le titre Khamsûna ‘âman ‘alâ harb 1948 ûlâ al-hurûb al-sahyûniyya al-‘arabiyya par la maison d’édition Dar an-Nahar de Beyrouth, traduit de l’arabe par Farouk Mardam-Bey, vient d’être réédité par Actes Sud où il fait suite à l’ouvrage du même auteur, Nakba 1947-1948 (voir le compte-rendu de B. Botiveau dans ce numéro). Il s’agit d’un ouvrage de petit format, de 160 pages, destiné au grand public. L’historien Walid Khalidi, originaire d’une grande famille de notables de Jérusalem, est très connu pour ses travaux écrits en arabe ainsi qu’en anglais sur l’histoire du conflit israélo-palestinien, comprenant le célèbre ouvrage de photographies historiques Avant leur diaspora. Une histoire des Palestiniens par la photographie, 1876-1948.

2Avant d’aborder l’histoire de la guerre, l’historien explore le contexte historique, social et économique des deux côtés : d’une part des Palestiniens sous la colonisation britannique, d’autre part des nouveaux immigrés sionistes. Il expose ainsi la configuration sociale et politique du contexte de l’époque, et présente une sociologie des acteurs des deux bords. Puis l’ouvrage retrace l’histoire de la guerre qui a conduit à la création de l’État d’Israël en 1948, et le début de la Nakba (la « catastrophe » en arabe), terme communément utilisé par les Palestiniens et les Arabes pour désigner cet événement, que les Israéliens appellent la guerre d’indépendance. Cet événement marquant a entraîné la défaite des armées arabes et la perte de la Palestine. L’auteur réalise une lecture critique sur les deux récits respectifs des vainqueurs et des vaincus, en particulier sur leurs mythes fondateurs en analysant les auteurs et les sources clés des deux camps. Khalidi s’arrête en détail sur les événements marquants de la guerre, sur la confrontation des deux armées et sur les différentes déclarations des parties engagées. Il appuie ses recherches sur des archives sionistes, arabes, palestiniennes et internationales (notamment françaises et anglaises) et dresse un tableau précis des affrontements sur le terrain et du déséquilibre des deux forces armées mais aussi de leur support logistique, tout en montrant la supériorité de l’ensemble des forces israéliennes (comprenant l’armée régulière, les milices et l’appui provenant du soutien de la Grande-Bretagne, considérée par de nombreux historiens et sociologues comme la machine de judaïsation de la Palestine durant sa colonisation – son « mandat »).

3Avec l’appui de supports cartographiques et sur la base d’une analyse fine de la configuration politique et sociale des nouveaux États arabes indépendants de l’ère postcoloniale, de leurs fragilités et de leurs rapports de force, l’auteur expose ensuite un panorama des différents courants patriotiques émergeants dans les nouveaux pays arabes voisins de la Palestine d’après-guerre, ainsi que des rapports inter-arabes et internationaux. Il développe un tableau rigoureux des forces arabes en dressant une lecture critique de leurs institutions, d’une façon systématique pour les forces syriennes, égyptiennes, libanaises, irakiennes et transjordaniennes. Dans le même temps, il cherche à les comparer avec les forces israéliennes – comprenant notamment les brigades juives et les milices – en s’arrêtant sur le déroulement des combats, au moyen d’une grille de lecture détaillée des opérations semaine par semaine, mais aussi par l’examen des conséquences des différents cessez-le-feu pendant et après la guerre, explorant les combats sur les différents fronts nord, est et sud.

4L’historien poursuit en étudiant les différents traités et accords de cessez-le-feu entre Israël et les nouveaux États arabes, les négociations d’armistice israélo-égyptiennes, libanaises et syriennes, et les différentes attitudes des Irakiens et des Transjordaniens. Enfin, Khalidi pousse son analyse jusqu’au déroulement des chutes des villes palestiniennes qui tombèrent les unes après les autres.

5La force de cet ouvrage réside dans l’analyse des conceptions contradictoires des deux parties et de leurs récits ; ainsi à la page 91 où il réévalue le mythe fondateur d’Israël en tant que nation agressée par la nation arabe. De la même manière, il décrit les fragilités des nouveaux leaders arabes, en insistant sur l’absence de coordination militaire entre les différentes parties arabes et les autres acteurs présents sur le théâtre des combats. Les remarques de Khalidi se poursuivent sur la scène interne palestinienne en proposant une lecture critique du rôle des leaders palestiniens de l’époque et de leur système de notabilité, ainsi que de leurs rapports de force et de leurs conflits. Il en vient à critiquer ouvertement Hajj Amin Al-Husseini, le grand mufti de Jérusalem, notamment à la page 111 où il parle d’une « comédie macabre » pour désigner le gouvernement de toute la Palestine et les différentes positions arabes vis-à-vis de cette dernière. L’auteur nous explique qu’Israël a acquis sa légitimité par la force et avec le soutien et l’assistance sans failles de gouvernements du monde dominant, américain, britannique et européens. Dans la continuité de sa lecture critique, l’historien analyse enfin les différents congrès arabes et leurs conséquences sur le plan politique et social dans les pays arabes, ainsi que le champ argumentatif avancé par les différents courants de l’époque.

6L’ouvrage porte une lourde accusation contre les gouvernements arabes et leur responsabilité dans la défaite face à Israël. Contrairement à certains historiens, Khalidi montre qu’il ne s’agit pas d’une guerre de quelques jours mais expose la continuité de cette guerre depuis sa préparation en amont, durant les combats, mais également après le cessez-le-feu, ce qui explique l’issue de la guerre qui vit Israël sortir en vainqueur. Enfin, le travail de Walid Khalidi s’inscrit dans la filiation des récents travaux historiographiques de certains historiens palestiniens, mais aussi internationaux, visant à la reconstruction d’objets historiques et à la déconstruction des mythes fondateurs de ce conflit qui dure depuis un siècle. L’approche de Khalidi fait ainsi écho à d’autres travaux qui ont cherché à proposer une nouvelle réflexion sur les tenants du mythe du vainqueur, en prenant appui par exemple sur l’exode des Palestiniens, et plus encore sur l’expulsion de leurs terres que ces derniers subirent en 1948, poussant le lecteur à corriger la lecture culturaliste répandue par de nombreux penseurs sionistes, arabes et internationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abaher El Sakka, « Khalidi Walid, 1948 : la première guerre israélo-arabe, Actes Sud, 2013, 168 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8564

Haut de page

Auteur

Abaher El Sakka

Université de Beir Zeit, Palestine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page