Navigation – Plan du site
Lectures

Kossmann Maarten, The Arabic Influence on Northern Berber, Leiden - Boston, Brill, (collection Studies in Semitic Languages and Linguistics, Vol. 67), 2013, 461 p.

Ana Landgrave Ponce

Texte intégral

1Les études consacrées à l’influence de l’arabe sur les différents parlers berbères sont anciennes et assez nombreuses (Schuchardt, Pellat, Taïfi, Chaker…). La plupart d’entre elles sont très circonscrites (emprunts lexicaux notamment) ou ne portent que sur un parler bien déterminé (touareg, tamazight du Moyen-Atlas, kabyle, etc.). Le principal intérêt de l’ouvrage de Maarten Kossmann est d’être une étude d’ensemble de ce phénomène de contact.

2The Arabic Influence on Northern Berber est une analyse assez complète de l’influence de l’arabe au niveau phonologique, morphologique, lexical et syntaxique sur le Berbère Nord (i.e. les dialectes maghrébins, à l’exclusion du touareg et autres parlers périphériques : Siwa, Zenaga, etc.). La première partie du livre est consacrée à l’histoire des origines communes du berbère et de l’arabe. Elle est suivie d’un tour d’horizon du contexte sociolinguistique où le contact de ces deux langues a eu lieu, et développe ensuite une intéressante section sur l’influence des langues de la période préislamique telles que le punique et le latin sur le berbère, ainsi que de celle issue des premiers contacts entre l’islam et les populations berbérophones. Dans la deuxième partie, qui constitue le noyau du livre, Kossmann élabore une analyse descriptive et diachronique du contact entre l’arabe et le berbère. L’auteur propose, en premier lieu, un aperçu contrastif berbère-arabe afin de mieux expliquer les changements linguistiques issus des situations de contact, qui seront étudiés de façon systématique et bien structurée tout au long de cette section. L’influence de l’arabe sur le lexique, la phonologie, la morphologie et la syntaxe du Berbère Nord est ainsi analysée avec minutie grâce aux nombreux exemples recueillis par l’auteur dans des sources très diverses. La dernière partie est une synthèse des résultats analysés de la section précédente ainsi qu’une caractérisation de l’influence de l’arabe sur le Berbère Nord.

3Quelques conclusions de l’analyse de Kossmann sont à retenir. Les emprunts morphologiques et phonologiques constituent des effets secondaires de l’emprunt lexical. Les phonèmes de l’arabe inexistants dans le système phonologique berbère s’intègrent à ce dernier en même temps que l’emprunt lexical ; tel a été le cas de /q/, /ε/ et /ḥ/. Or, la plupart de ces emprunts s’adaptent à la prononciation du berbère, surtout dans les régions où le système phonémique diffère de façon considérable de l’arabe. La spirantisation des emprunts arabes serait donc une façon de préserver les caractéristiques phonétiques générales de la langue d’accueil. D’autre part, Kossmann souligne l’introduction de consonnes de l’arabe dans le lexique du berbère à connotations expressives. Étant donné que la dérivation expressive est un processus de création lexicale assez productif en berbère, un bon nombre de verbes berbères contiendrait des phonèmes arabes, même s’ils ne font pas partie de la racine du mot.

4Concernant la morphologie, on constate deux processus : des emprunts « intégrés » à la morphologie du berbère, par exemple en kabyle amebus (prisonnier) / tamebust (prisonnière) ou des emprunts « non-intégrés » comme libtida (début) en tachelhit. Toutefois cette catégorisation n’est pas systématique pour toutes les variétés ; c’est le cas du berbère du Moyen-Atlas où on trouve un mélange de deux types d’emprunts morphologiques : le collectif lim (pois chiche) et l’unité talhimzt mais le collectif lbəl (oignon) et l’unité tabəlt.

5La section dédiée aux emprunts lexicaux est sans doute la plus fournie. Kossmann conclut que le berbère est une des langues du monde qui intègre le plus d’emprunts. S’appuyant sur la comparaison de listes de vocabulaire de base, de même que sur ses études précédentes, l’auteur explique que les emprunts se trouvent dans tous les champs sémantiques, et que c’est à partir de ces emprunts que d’autres éléments de l’arabe (phonèmes, emprunts morphologiques) se sont introduits. Une possibilité de saisir la question de la perméabilité élevée aux emprunts de cette langue serait, selon Kossmann, que le berbère les utilise comme un instrument « thérapeutique », c’est-à-dire comme une façon de résoudre les problèmes induits par des situations d’homophonie malheureuses ou bien comme une façon d’aborder les tabous linguistiques.

6Contrairement au lexique, la syntaxe est le champ où l’influence de l’arabe sur le berbère est la plus difficile à établir. Néanmoins Kossmann parvient à en dégager quelques exemples comme l’utilisation des pronoms déictiques pré-nominaux au lieu des déictiques clitiques post-nominaux dans les parlers de Figuig et Zuwara ; l’intégration de nouveaux éléments lexicaux dans le champ des subordonnées, ou la transformation de structures relatives, surtout à l’est du Maghreb où des pronoms résomptifs sont introduits dans les subordonnées relatives non-substantives. Cet usage, présent surtout à Ghomara et à Siwa, converge avec celui de la syntaxe arabe et se distingue du reste des variantes du Berbère Nord, qui n’ont que très rarement recours à cette procédure dans les phrases subordonnées relatives.

7L’analyse sociolinguistique est concentrée sur les données globales du Maghreb. Elle aborde le processus d’arabisation de façon très sommaire et l’explique uniquement comme le résultat de l’implantation en deux étapes successives des dialectes arabes pré-hilaliens et hilaliens. Or, les transformations politiques et démographiques qui ont eu lieu à partir des indépendances au Maghreb sont négligées. Aucune référence n’est faite à la politique d’arabisation agressive menée au nom de l’unité nationale dans l’ensemble des pays maghrébins. On trouve, tout au plus, une timide référence au rôle de la langue arabe comme symbole de l’unité nationale dans ces pays où la présence d’autres langues constituait un élément déstabilisateur. Pourtant, Kossmann ne remet pas en cause la soi-disant « politique coloniale berbère » qui aurait privilégié la population berbérophone sur l’arabophone :

« After independence, Berber lost the little status [c’est nous qui soulignons] it had enjoyed during colonial rule in Morocco and Algeria, and for a long time it became a politically undesirable subject » (p.30).

8Il aurait donc été intéressant d’avoir une explication plus approfondie du processus d’arabisation dans les différentes régions du Maghreb et surtout de l’impact des politiques d’arabisation ainsi que de la récente migration interne et externe des populations berbérophones afin de mieux comprendre pourquoi certaines variétés du berbère, comme par exemple celle de Ghomara, seraient plus perméables aux emprunts que d’autres. Une analyse actualisée des données démo-géographiques et sociolinguistiques aurait été, dans ce sens, assez éclairante.

9D’autre part, l’étude de Kossmann se veut représentative de toutes les variétés du Berbère Nord. Cela comporte, bien entendu, quelques difficultés méthodologiques. Même si l’auteur est conscient des différences internes des variantes du Berbère Nord – l’intercompréhension à l’intérieur d’une même variante n’est pas toujours parfaitement assurée ! –, il choisit son corpus conformément à des critères géographiques. En décidant de traiter le Berbère Nord comme une entité plus ou moins homogène, Kossmann néglige les nombreuses variations internes, qui d’ailleurs pourraient fournir des explications à certains changements.

10Se pose aussi le problème d’une représentation inégale des variétés dans l’analyse. Le corpus est très peu homogène au niveau des formes étudiées, de leur quantité et de leur date. Certaines variantes sont surreprésentées, ce qui fait que, au moins en ce qui concerne les listes du vocabulaire de base, le Berbère Nord est réduit à quelques variétés du nord marocain (Ghomara, Senhadja, tarifit) et du nord-ouest algérien (Beni Iznasen et Beni Snous) au détriment des variétés qui comptent un nombre de locuteurs beaucoup plus important comme par exemple le kabyle.

11Néanmoins, la plus grande difficulté méthodologique se situe au niveau des comparaisons. Est-il possible de comparer la perméabilité aux emprunts des variantes du Berbère Nord en utilisant des sources qui datent du tout début du xxe siècle pour les Beni Snous, tandis que pour d’autres on se réfère à un corpus assez récent, notamment dans le cas du tarifit ? Plus d’un demi-siècle sépare certaines listes de vocabulaire de base du berbère. Il est certain qu’entre les études de Destaing sur le tashelhit (1938) ou mieux encore sur le Beni Snous (1914) et celle de Souag pour Siwa (2010) de nombreuses transformations ont eu lieu, qui ne sont pas prises en compte dans cette étude. Il faudra certainement prendre les statistiques comparatives avec une extrême précaution, néanmoins il est tout à fait possible d’affirmer qu’au moins en ce qui concerne le tarifit, ce travail de Kossmann vient élargir et enrichir les études précédentes sur les variantes du Berbère Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Landgrave Ponce, « Kossmann Maarten, The Arabic Influence on Northern Berber, Leiden - Boston, Brill, (collection Studies in Semitic Languages and Linguistics, Vol. 67), 2013, 461 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8566

Haut de page

Auteur

Ana Landgrave Ponce

Doctorante, AMU-Iremam

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page