Navigation – Plan du site
Lectures

Lafkioui Mena (éd.), African Arabic: Approaches to Dialectology, Berlin/Boston, De Gruyter-Mouton, 2013, (Collection Trends in Linguistics, Studies and Monographs 258), 301 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rassemble neuf contributions portant sur des parlers arabes africains. Le terme arabe africain désigne ici tous les parlers arabes ou à base arabe localisés sur le continent africain, que ceux-ci soient situés au nord ou au sud du Sahara. Ce choix est suffisamment original pour être souligné car il ne reprend pas le découpage traditionnel entre Afrique sub-saharienne (Afrique « noire ») et Afrique du Nord (Afrique « blanche »). Or ces frontières héritées d’une vision coloniale continuent de façonner nos champs disciplinaires et aréaux. Dans le domaine de la linguistique arabe, on constate que les processus de contact linguistique sont presque toujours associés prioritairement aux parlers arabes pensés comme les plus périphériques. Ainsi l’arabe égyptien reflèterait une certaine centralité moyen-orientale arabe et les dialectes arabes égyptiens sont rarement appréhendés dans une approche de contact linguistique et jamais désignés comme des parlers arabes africains. Les parlers arabes de « l’Afrique du Nord » (ou Maghreb) sont perçus comme un peu plus périphériques et spécifiques mais continuent d’être appréhendés comme des dialectes arabes à part entière, même si les phénomènes de contact avec les langues berbères commencent à être de plus en plus étudiés. L’Afrique sub-saharienne plurilingue serait le lieu d’élection des variétés arabes de contact, que celles-ci soient désignées comme des parlers arabes véhiculaires ou des pidgin-créoles à base arabe. On saluera donc l’approche de cet ouvrage qui ne reproduit pas une division disciplinaire entre études dialectales arabisantes et études des pidgin-créoles à base arabe. Pour Mena Lafkioui, toutes ces variétés relèvent d’une « dialectologie arabe africaine ».

2Ceci posé, la plupart des contributions de cet ouvrage s’inscrive dans une tradition de dialectologie descriptive historique et comparée bien établie. L’ouvrage est divisé en deux grandes parties : études grammaticales et études lexicales. Les parlers étudiés sont principalement ceux du Maghreb et ceux du Soudan-Tchad. Pour le Maghreb, deux questions traversent la plupart des articles : l’impact du contact arabe-berbère (amazigh) et la question de la spécificité des parlers arabes maghrébins (North African Arabic) vis-à-vis des parlers orientaux.

3L’impact du contact arabe-berbère est au centre des contributions de Mena Lafkioui et Vermondo Brugnatelli qui sont tous les deux des bons connaisseurs des langues berbères et de l’arabe et qui ont publié en 2008 un ouvrage collectif sur les phénomènes de contact en berbère (Lafkioui et Brugnatelli, 2008). Mena Lafkioui présente un exemple très convaincant de contact syntaxique en revenant sur le traitement de la négation en arabe marocain. Ce trait syntaxique avait déjà fait l’objet d’une étude comparative entre berbère et arabe marocain dans un ouvrage collectif dans lequel M. Lafkioui avait présenté une contribution sur le tarifit, un parler berbère du rif marocain (Chaker et Caubet 1996). Après avoir décrit le fonctionnement général de la négation dans différents parlers maghrébins et au Maroc en insistant sur le développement diachronique et les innovations, elle montre comment le parler arabe de la ville d’Oujda a développé une nouvelle structure héritée du berbère tarifit (ma… bu au lieu de ma… shi) à valeur référentielle fixe. V. Brugnatelli étudie le contact arabo-berbère au niveau lexical en analysant les emprunts arabes dans un ancien manuscrit ibadite écrit en berbère (remontant sans doute au Xe siècle ap. J.-C.). Sans surprise, c’est évidemment le domaine religieux qui présente le plus grand nombre d’emprunts arabes mais de nombreux termes sont encore à l’époque d’origine berbère ou greco-latine. Le manuscrit comporte de nombreuses phrases mixtes et apporte également des éléments intéressants pour l’histoire de la dialectologie arabe maghrébine. Toujours dans le domaine du contact lexical, une contribution originale est celle de Lameen Souag qui s’intéresse à l’influence lexicale des langues subsahariennes ouest africaines (haoussa, kanouri, songhaï) sur les parlers arabes et berbères du Maghreb (incluant Maroc, Algérie, Lybie et également l’oasis de Siwa en Egypte). Un thème négligé alors même que les populations serviles d’origines sub-sahariennes ont fourni un important contingent de population du fait de la traite esclavagiste. Si les termes qui peuvent être affiliés à des langues ouest africaines sont peu nombreux, ils sont néanmoins présents dans quelques domaines lexicaux spécialisés comme les noms d’aliments, de plantes, d’animaux, les idéophones, les insultes et les instruments de musique et de culte liés au rituel des gnawa, et sont parfois généralisés à la société dans son ensemble. Giorgio Banti qui travaille depuis longtemps sur les questions de contact lexicaux en Afrique présente ici une contribution sur la place des emprunts arabes, sudarabiques et sémitiques dans les parlers nord-somali, en s’appuyant sur des données archéologiques, historiques et linguistiques.

4Deux articles s’interrogent sur la spécificité des parlers arabes maghrébins vis-à-vis des parlers arabes orientaux. On les doit à deux grands spécialistes de dialectologie arabe : Catherine Taine-Cheikh et Peter Behnstedt. C. Taine-Cheikh compare le processus de grammaticalisation du verbe ra(a) dans l’ensemble des parlers arabes (quand les données sont disponibles). La grammaticalisation de ra(a) en particule verbale à valeurs modales et expressives est particulièrement développée au Maghreb et a été bien étudiée dans plusieurs travaux antérieurs sur lesquels s’appuient C. Taine-Cheikh pour son analyse comparative. À l’issue de cette comparaison, elle constate des différences de valeurs et d’usages selon les parlers, les régions et les pays et souligne qu’il n’y a donc pas un emploi unifié à l’ensemble des parlers maghrébins. C. Taine-Cheikh relève par ailleurs dans plusieurs parlers orientaux des usages et valeurs très proches de celles développées au Maghreb par des particules issues de dérivés du verbe ra(a) comme ra, ari, tara, etc. À l’issu de cette analyse très bien documentée et minutieuse, C. Taine-Cheikh conclut que la grammaticalisation du verbe « voir » se retrouve dans la plupart des parlers arabe avec des valeurs expressives et présentatives. Ce trait grammatical ne peut donc pas être considéré comme l’indice d’une spécificité des parlers maghrébins. À l’inverse, P. Behnstedt considère qu’il y a bien une spécificité maghrébine au niveau lexical et que c’est bien le lexique qui serait la cause principale des problèmes d’intercompréhension entre le Maghreb et le Mashreq. S’appuyant sur dix-neuf cartes de l’Atlas lexical des parlers arabes (Behnstedt & Woidich 2011 & 2012), il montre que cette distinction lexicale entre Maghreb et Mashreq est liée à trois phénomènes : a) une diversité dialectale arabe très ancienne, les parlers maghrébins n’ayant pas toujours puisé dans le même stock que les parlers orientaux, d’où beaucoup de faux amis ; b) la présence de différentes langues substrat avec des lexèmes d’origine berbère au Maghreb versus des lexèmes d’origine copte, araméenne, sudarabiques etc. au Moyen-Orient ; c) l’influence de différentes langues coloniales avec la présence au Maghreb de très nombreux termes d’origine française et espagnole. Même s’il n’y a pas toujours uniformité entre les différents parlers maghrébins, P. Behnstedt conclu positivement à cette question de la spécificité maghrébine au niveau lexical.

5Trois contributions s’intéressent à des variétés arabes ou à base arabe du Soudan et du Tchad. Xavier Luffin présente une brève description grammaticale de l’arabe de Bongor (Bongor Arabic), variété pidginisée connue depuis la fin du XIXe siècle sous le nom de Tourkou, à travers la description faite en 1930 par un officier français et analysée depuis par deux spécialistes de ces parlers pidgins créoles (Tosco et Owens, 1993). La description, qui se base sur des matériaux plus récents recueillis dans la ville de Bongor, est résolument synchronique et fonctionaliste. On y retrouve les principales caractéristiques de ce type de parler, comparées aux données du Juba-Arabic, du Ki-Nubi et de l’arabe dialectal du Tchad, considéré par l’auteur comme la langue cible. Comme dans les lemma de l’Encyclopedia of Arabic Language and Linguistics, la description est solide et sérieuse mais on regrettera au passage qu’il n’y ait pas une dimension un peu plus diachronique (quels changements par rapport aux matériaux de 1930 ?). L’influence des langues locales n’est pas mentionnée et l’auteur signale que les locuteurs de l’arabe de Bongor peuvent parfois utilisés des formes plus dialectales. Shuichiro Nakao revient sur la question de la définition des traits prosodiques en arabe de Juba, décrit par certains comme des tons, et par d’autres comme des accents à hauteur tonale. Outre une description très détaillée des phénomènes prosodiques, l’auteur fournit une théorie intéressante de la coexistence d’un système accentuel et d’un système tonal. Le premier est dominant en particulier pour les mots d’origines arabes et comme cela avait déjà été signalé dans des études précédentes, la place de l’accent actuel reflète le système accentuel de la langue lexifiante (arabe soudanais). Mais les nombreux mots empruntés aux langues nilo-sahariennes environnantes ne se conforment pas à ce système accentuel et relèvent de ce que l’auteur appelle des mots de type tonal. Un des aspects très innovateur de cet article (à qui on reprochera parfois de présenter des phénomènes qui ont déjà été décrits sans citer les auteurs précédents, sans doute par méconnaissance de ces travaux ?) est de montrer les changements prosodiques qui affectent les parlers argotiques des jeunes citadins, caractérisés par l’émergence d’une morphologie tonale. Or ces parlers argotiques semblent se développer à grande échelle et peuvent donc devenir des vecteurs d’évolutions linguistiques. L’excellente étude de Stefano Manfredi qui ouvre l’ouvrage décrit la situation linguistique de la ville de Kadugli (sud Kordodan, Soudan), ville plurilingue où coexistent à côté de langues niger congo ou nilo-sahariennes plusieurs variétés d’arabe : des variétés dialectales parlées par des locuteurs arabophones natifs ou des variétés véhiculaires parlées par des locuteurs non arabophones natifs. S. Manfredi décrit les principales caractéristiques de ces différentes variétés. À l’inverse des villes du Sud-Soudan (Juba), la pratique de l’arabe véhiculaire ne semble pas déboucher sur un pidgin mais se rapproche plus des usages enregistrés chez des migrants ouest-soudanais à Khartoum (affaiblissement ou perte de la distinction de genre, etc.). Par ailleurs l’influence de l’arabe soudanais du centre nord (Khartoum) est notable chez tous les locuteurs et semble jouer contre la formation d’un dialecte de Kadugli bien identifié et stabilisé. Comme X. Luffin, S. Manfredi ne se penche pas vraiment sur les questions de contact entre arabe et langues non arabes. On constatera que c’est principalement dans le domaine arabo-berbère du Maghreb que les phénomènes de contact y sont le mieux étudiés.

6L’ouvrage regroupe donc neuf contributions intéressantes, sérieuses, très bien documentées et souvent innovantes, écrites par des spécialistes de ces domaines. Ces contributions s’inscrivent toutes dans une démarche de linguistique descriptive et participent à l’ouverture du champ de la linguistique/dialectologie arabe à des domaines longtemps négligés, même si la plupart des articles prolongent des travaux antérieurs. Si l’on revient à la présentation de la quatrième de couverture, on constatera que la formulation concernant un « state of the Art in research on African varieties of Arabic » est un peu exagérée, mais on n’en tiendra pas rigueur à l’éditeur de ce volume, sachant que les emphases liées aux contraintes de la Com’ deviennent de plus en plus fréquentes !

Haut de page

Bibliographie

Behnstedt Peter et Woidich Manfred, 2011, Wortatlas der arabischen Dilaekte. Band 1: Mensch, Natur, Fauna, Flora, Leiden/Boston, Brill.

Behnstedt Peter et Woidich Manfred, 2012. Wortatlas der arabischen Dilaekte. Band 2:Materielle Kultur, Leiden/Boston, Brill.

Chaker Salem et Caubet Dominique, 1996, La négation en berbère et en arabe marocain. Paris, L’Harmattan.

Lafkioui Mena et Brugnatelli Vermondo (ed.), 2008, Berber in Contact. Linguistic and Sociolinguistic Perspectives, Cologne, Köppe.

Tosco Mauro et Owens Jonathan, 1993, « Turku: a descriptive and comparative study », Sprache und Geschichte in Afrika 14, p. 177-267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Lafkioui Mena (éd.), African Arabic: Approaches to Dialectology, Berlin/Boston, De Gruyter-Mouton, 2013, (Collection Trends in Linguistics, Studies and Monographs 258), 301 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/8570

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Iremam-Cnrs, Université Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page