Navigation – Plan du site
Lectures

Lamarche Karine, Militer contre son camp ? Des Israéliens engagés aux côtés des Palestiniens, Paris, Presses Universitaires de France, collection "Partage du savoir", 2013, 228 p.

Christophe Traïni

Texte intégral

1Suite au déclenchement de la seconde Intifada en 2000, auquel fait suite deux ans plus tard la construction du mur, les grandes manifestations d’Israéliens se réclamant du camp de la paix se sont largement taries. Elles ont laissé place à un ensemble de micro-mobilisations qui, compte tenu de la défiance croissante de la majorité des Israéliens à l’égard des Palestiniens, témoigne d’une forme d’intensification, voire de radicalisation, de l’engagement visant à protester contre la politique menée dans les territoires. Les militants encore à l’œuvre, en effet, ne s’efforcent plus seulement de faire valoir les mots d’ordre du pacifisme au sein de la société israélienne ; ils se révèlent déterminés à franchir la ligne verte afin de s’engager aux côtés des Palestiniens, quitte à devoir s’opposer à l’armée de leur pays. Ce sont les tenants et aboutissants de cette « double transgression » que Karine Lamarche a placé au cœur d’une enquête remarquable aussi bien du point de vue de la méthode que de la qualité du matériel empirique collecté. Aux observations relevées auprès des manifestants au cours de plusieurs séjours en Israël, entre 2006 et 2010, l’auteure a ajouté de nombreuses interviews parmi lesquels 58 entretiens de type biographique. Sur la base de ce corpus, Karine Lamarche propose une série d’analyses d’autant plus pertinentes que le livre — prix Le Monde de la recherche universitaire en 2012 — offre deux lectures à la fois distinctes et complémentaires. Militer contre son camp ? Des Israéliens engagés aux côtés des Palestiniens présente d’une part une contribution substantielle aux réflexions théoriques relatives aux processus d’engagement, d’autre part un éclairage précieux, pour ainsi dire en creux, des caractéristiques et des évolutions récentes de la société israélienne.

  • 1 On se souvient sans doute que dans la typologie de Max Weber, la relation de communalisation repose (...)

2Les lecteurs intéressés par l’étude des ressorts des engagements militants trouveront dans cet ouvrage un exemple particulièrement abouti et convainquant de l’utilité des approches en termes de « carrière » que les spécialistes du domaine ont empruntées au sociologue américain Howard Becker (1985). Le fait de devoir rendre compte d’un engagement largement considéré comme antipatriotique justifiait pleinement cette analogie entre l’adoption de pratiques jugées déviantes et l’implication croissante dans une lutte rompant avec les normes hégémoniques de la société israélienne. De fait, Karine Lamarche peut décrire l’engagement aux côtés des Palestiniens grâce à un modèle séquentiel qui distingue des phases successives donnant lieu à une intensification des sensibilités protestataires forgées aux étapes précédentes. Elle s’applique surtout à souligner que l’avancement dans la carrière déviante, loin d’être inéluctable, nécessite au contraire un travail et des efforts constants extrêmement coûteux aussi bien physiquement que psychologiquement. La solidarité manifestée avec les Palestiniens se double d’un remaniement profond de la manière d’interagir avec ses concitoyens israéliens et de pouvoir nourrir à leur égard un sentiment de communalisation1. Ici, les extraits d’entretiens s’avèrent cruciaux pour saisir à quel point le ralliement à la cause implique d’accepter une réorganisation profonde de la vie sociale, et notamment des réactions affectives attendues, aussi bien dans la sphère familiale, conjugale, professionnelle ou bien encore militaire (dans la mesure où la majorité des citoyens juifs servent à l’armée non seulement pendant deux à quatre ans au sortir de l’adolescence mais encore un mois par an jusqu’à quarante-cinq ans dans le cadre du service de réserve pour les hommes). Le second mérite de cette analyse des carrières de déviance, constamment indexée sur les données empiriques collectées, réside dans la manière dont elle restitue la diversité des cheminements de ceux qui convergent vers une sociabilité de militants partageant une indignation commune à l’égard du sort que leur pays réserve aux Palestiniens. À l’encontre de toute explication univoque et mécanique, les extraits d’entretiens, ou bien encore les cas personnels mis en exergue, permettent de saisir, à chaque phase de l’engagement, les facteurs hétérogènes qui peuvent jouer en fonction des cas. Ainsi, en ce qui concerne par exemple les valeurs inculquées au sein de la famille durant l’enfance, ou bien encore les expériences à l’origine de la remise en cause du discours dominant, le relevé des régularités ne se fait jamais au détriment des pluralités de formes effectivement observables. Cette démarche a pour principal mérite de proposer une explication des processus d’engagements qui paraît ni univoque ni mécanique. Certes, l’analyse des entretiens biographiques permet de repérer des dispositions préalables et des facteurs qui favorisent l’engagement au côté des Palestiniens. Pour autant, ces dispositions et ces facteurs ne constituent rien d’autres que des potentialités qui demeureraient sans effets si les activités au sein de la sociabilité militante ne contribuaient pas à (re)modeler les attentes à l’égard de soi comme d’autrui : sentiment d’une moralité adéquate, satisfaction d’utiliser son temps pour le bien, fierté de résister à un ordre des choses perçu comme injuste, découverte d’espaces et d’expériences initialement interdits, montées d’adrénaline au cours des actions les plus risquées, solidarité et affection profondes à l’égard des compagnons de lutte et des Palestiniens rencontrés, etc… En d’autres termes, les engagements sont bien rapportés ici à des logiques d’ajustement, et de renforcement réciproque, entre d’une part des dispositions issues d’une socialisation préalable, et d’autre part les conduites valorisées au sein du collectif composé de ceux qui persistent dans la militance.

3Il n’est pourtant pas indispensable que le lecteur se préoccupe de questions théoriques attenantes à l’étude des engagements militants pour qu’il puisse trouver dans l’ouvrage des éléments d’information très pertinents sur la société israélienne. S’il est vrai que l’étude des marges nous éclaire généralement beaucoup sur la manière dont s’édifient les valeurs centrales d’une société, alors il doit être évident que les trajectoires déviantes étudiées ici ont beaucoup à nous apprendre sur les modalités ordinaires de la citoyenneté israélienne. Au fil des chapitres, les transgressions que les militants s’autorisent révèlent, en creux, les contraintes normatives, mais encore le travail d’adhésion et les loyautés que l’État israélien attend de chacun. De ce point de vue, le rapport à l’institution militaire paraît évidemment central. Tant et si bien que, dans un tel contexte, la typologie servant à distinguer l’intensité variable des engagements se cale presque naturellement sur les catégories militaires bien connues des familles israéliennes. Ainsi, fidèle aux métaphores utilisées par les militants eux-mêmes, Karine Lamarche en vient à distinguer les « appelés de l’engagement », les « réservistes », et enfin les « militants de carrière ». Pourtant, par-delà les seules habitudes martiales, d’autres phénomènes complémentaires contribuent également à l’édification d’un ethos et d’une économie émotionnelle nationales auxquels les militants ne peuvent s’opposer sans difficultés : le devoir de mémoire de la Shoa annuellement rappelé à travers une série de cérémonies, la fierté de ne plus jamais apparaître comme un peuple de victimes passives, l’enthousiasme de participer au développement d’un État en perpétuel construction, sans oublier bien sûr l’anxiété diffuse qui résulte d’un état de guerre permanent et de la nécessité de participer à un contrôle sécuritaire de chaque instant. « Tenir ou ne pas tenir… », le titre du sixième et dernier chapitre de l’ouvrage paraît, à ce propos, particulièrement approprié. Bien que consacré au travail nécessaire pour maintenir durablement un engagement protestataire coûteux, et parfois douloureux, il laisse également entrevoir l’inconfort qui peut également résulter d’un accommodement silencieux aux exigences dictées par l’allégeance nationale. En définitive, déviance et loyauté à l’égard des récits dominants semblent présenter de fortes analogies aussi bien du point de vue des efforts constants demandés aux citoyens israéliens que de la possibilité de phases de déprise, de burn out ou d’exit. Par là même, loin de se limiter aux formes de désengagement habituellement examinées par la sociologie des carrières militantes, les tensions et déceptions éprouvées par les militants débouchent parfois sur la conviction de l’impossibilité de vivre paisiblement en Israël, et par conséquent sur l’exil volontaire loin du pays.

Haut de page

Bibliographie

Becker Howard, 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1e éd. 1963.

Weber Max, 1971, Économie et société, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 On se souvient sans doute que dans la typologie de Max Weber, la relation de communalisation repose sur le « sentiment d’appartenir à une même communauté » (Weber, 1971 : 41).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Traïni, « Lamarche Karine, Militer contre son camp ? Des Israéliens engagés aux côtés des Palestiniens, Paris, Presses Universitaires de France, collection "Partage du savoir", 2013, 228 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8571

Haut de page

Auteur

Christophe Traïni

Cherpa, IEP Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page