Navigation – Plan du site
Lectures

Piquet Caroline, Les pays du Golfe : de la perle à l’économie de la connaissance : les nouvelles terres du libéralisme, Paris, Armand Colin, 2013, 224 p.

Claire Beaugrand

Texte intégral

1L’ouvrage de Caroline Piquet entend replacer l’histoire des pays du Golfe dans « la longue durée ». En ce sens, la démarche est tout à fait la bienvenue, qui rompt avec l’idée tenace d’États sortis de nulle part par la seule vertu de la manne pétrolière. Le titre, en n’évoquant justement pas le pétrole, semble ainsi suggérer que l’ère de l’or noir n’est, de fait, qu’une étape dans l’histoire de l’économie mondiale et de sa dialectique centre/périphérie, qui s’étend depuis l’époque des Empires maritimes jusqu’à la période actuelle caractérisée par la libéralisation des échanges, la révolution des technologies de l’information et de la communication et la nouvelle visibilité du Golfe dans ces deux processus.

  • 1 C’est bien ce nouveau discours plus que l’orientation libérale qui constitue la véritable césure : (...)

2À une dichotomie tradition/modernité éculée et scientifiquement douteuse, Caroline Piquet préfère une approche qui étudie les évolutions sociales au prisme des mutations de l’économie, pensée à l’échelle mondiale. De fait, la question majeure qui a donné lieu à l’ouvrage, indique l’auteur, est celle « du projet de société replacée dans le contexte de mondialisation » (p. 21-22) : l’intuition sous-jacente est que les choix économiques résolument tournés vers l’extraversion et mettant l’accent sur la formation et l’innovation individuelles1 ne manqueront pas de faire évoluer les sociétés golfiennes –souvent vues comme apathiques du fait du caractère rentier de leur économie. Ainsi le parti pris théorique est-il que le libéralisme entendu comme synonyme de libre échange ne saurait être dissocié de sa composante politique mettant l’accent sur « l’affirmation de l’individu » (p. 17). Pourtant l’auteur, tenant pour réglée la question de la réalité de la diversification économique, évite bien soigneusement d’établir tout lien systématique entre les deux, préférant explorer les heurts et les tensions entre « logiques du projet global-libéral et du modèle régional-conservateur » (p. 20).

3La conclusion du livre détaille ces incertitudes sur la reformulation du pacte social : elle note « la contradiction » des élites qui sont engagées dans la promotion d’une culture, d’une éducation, de médias internationalisés – activités cantonnées dans des zones réservées – et « leur forte méfiance vis-à-vis de l’émergence d’une société civile » (p. 150) et met en garde les dirigeants golfiens comme leurs soutiens occidentaux contres ces « situations schizophréniques » (p. 153). Elle soulève aussi deux points d’importance au regard des liens entre libéralismes économique et politique : d’abord le fait que les nationaux représentent une minorité privilégiée tempère l’impact social des politiques économiques, du fait que ces derniers éprouvent le sentiment d’être à la fois menacés par la majorité d’étrangers tout en étant en reste par rapport aux expatriés qualifiés. Ensuite, la possibilité que le développement du secteur privé permette l’affirmation des classes moyennes. De fait, et sans que ce point soit développé plus avant, c’est bien là un des défis majeurs de la mutation économique : accommoder les revendications des nouveaux venus face au pouvoir captateur de la rente mais aussi face à l’élite économique traditionnelle qui, à l’ombre protectrice de la wikala (monopole d’importations) et au gré des marchés publics, a fait fortune dans les affaires (historiquement, le BTP puis, plus récemment, les télécommunications ou les médias).

  • 2 À plusieurs reprises, le fait d’omettre l’Arabie aboutit à des formulations un peu trompeuses qui f (...)

4Le livre, extrêmement bien documenté, s’organise en trois parties chronologiques. Il ne couvre que cinq états du CCEAG, l’auteur justifiant le choix d’exclure l’Arabie saoudite par la faible exposition du royaume à l’impérialisme britannique (mais davantage à la puissance américaine)2 et son orientation conservatrice.

5La première partie évoque, à grands traits, un passé vieux de plus 1500 ans (« de 600 au xviiie siècle »). Elle se concentre ensuite sur le rôle fondateur de la puissance maritime de l’empire britannique dans l’épanouissement des activités commerciales, notamment le commerce des perles, puis sur ses tentatives pour en garder l’exclusivité, en particulier à l’heure des concessions pétrolières. La seconde partie est consacrée à « la naissance des États pétroliers » de 1945 à 1978, période faste emblématique d’où découlent la plupart des perceptions sur la région qui persistent encore aujourd’hui. Ces perceptions sont justement remises en cause dans une troisième partie, qui s’efforce de faire un bilan des tentatives multiples de diversification économique, de façon somme toute originale, en étudiant le passage de ces petits États à la globalisation et à l’économie dématérialisée « de la connaissance ». L’ouvrage s’achève, de façon fort appréciable, par deux cartes, une chronologie et des annexes composées de textes historiques et contemporains qui auraient cependant été mieux mis en valeur si le texte y avait fait référence.

6Quelques points demeurent néanmoins un peu problématiques. Les sources, pour la période historique comme pour la période actuelle, sont avant tout des sources écrites : dans le premier cas, elles sont traitées avec la rigueur et la distance critique qui siéent à la discipline historique, mais dans le second, elles inscrivent parfois le propos dans la vision programmatique des gouvernements eux-mêmes, la rendant assez optimiste. C’est le cas notamment lorsque l’ouvrage se réfère à des grands projets aux réalisations ou résultats incertains (p. 132-133) ou avance que la crise 2008 a favorisé l’intégration inter-CCG (Conseil de Coopération du Golfe, p. 146).

7Ensuite, l’auteur, qui a enseigné à Abu Dhabi, semble moins familière avec d’autres États, notamment le Koweït, ce qui donne lieu à des inexactitudes factuelles : l’assemblée du Koweït, par exemple, ne compte pas 55 membres (p. 90), mais 50 auxquels il faut ajouter, de droit, une partie des membres du gouvernement ; elle est dissoute inconstitutionnellement (c.à.d. sans nouvelles élections) entre 1976 et 1981 et non entre 1967 et 1975 (p. 109 et 150), le souq al manakh, qui s’effondre en 1982 provoquant une grave crise financière n’est pas « son marché boursier » mais un marché officieux de spéculation (p. 118) ; enfin c’est le Parlement et non le conseil des ministres qui constitutionnellement vote la destitution de l’émir Saad Abdallah (p. 152 et 163).

8Il est dommage aussi qu’il reste quelques coquilles, dans le passage de l’anglais au français, Irakian Petroleum Company (p.56 -98), Koweït Oil Company (p.56), Air Arabica (sic, p.138), dans quelques noms arabes (le nom du père du Sultan Qabous, Saïd Ibn Taimour étant appelé Ibn Saïd Taimour, p.82) ainsi que dans les translitérations : la référence à Madinat Isa, du nom de l’émir bahreïnien (1961-1999), dans la formule « construction d’une cité nouvelle Aïssa » (p.89) sonne de façon étrange à quiconque est familier de l’île.

9En dernière analyse, à l’heure où ces pays et particulièrement le plus visible d’entre eux, le Qatar, sont sous le feu de la critique des médias (qui parfois semblent tout juste découvrir leur existence), cet ouvrage, destiné à un large public, présente l’immense avantage de proposer une réflexion analytique et dépassionnée : elle permet de dé-essentialiser une région vue souvent sous le seul angle, majeur certes mais culturaliste, de l’islam, en la replaçant dans les grandes tendances de l’économie mondiale. Elle montre aussi, ce qui n’est pas toujours accepté de bon gré (p. 138), qu’en dépit des limites manifestes et bien réelles de leurs velléités de diversification, ces pays sont peu à peu parvenus à sortir d’une position économique périphérique, puis subordonnée, pour occuper une position plus centrale. Ils ont développé des échanges nourris avec l’autre pôle de croissance mondiale qu’est l’Asie ; leurs marchés du travail, bien que parmi les moins libéraux, attirent et recrutent aux deux extrêmes du spectre de la mondialisation, depuis les ouvriers du bâtiment népalais jusqu’aux directeurs financiers occidentaux les plus pointus ; leurs intérêts financiers pèsent à l’Ouest, où ils ne se cantonnent d’ailleurs plus.

Haut de page

Notes

1 C’est bien ce nouveau discours plus que l’orientation libérale qui constitue la véritable césure : en 1997, dans The Price of Wealth (Cornwell University Press) Kiren Aziz Chaudry montrait en effet, dans le cas de l’Arabie Saoudite (et du Yémen) que, contrairement aux présupposés, ces deux économies comptaient parmi les plus intégrées à l’économie mondiale et, par conséquent, vulnérables à ses aléas.

2 À plusieurs reprises, le fait d’omettre l’Arabie aboutit à des formulations un peu trompeuses qui font croire que la présence militaire américaine « dans le Golfe » date de la fin des années 1970 quand elle est antérieure (avec la base de Dahran dans les années 1950).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Beaugrand, « Piquet Caroline, Les pays du Golfe : de la perle à l’économie de la connaissance : les nouvelles terres du libéralisme, Paris, Armand Colin, 2013, 224 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 28 mai 2016. URL : http://remmm.revues.org/8575

Haut de page

Auteur

Claire Beaugrand

Institut Français du Proche Orient (Ifpo)Territoires palestiniens

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page