Navigation – Plan du site
Lectures

Luffin Xavier, 2012, Les Fils d’Antara. Représentations des Africains dans la fiction arabe contemporaine (1914-2011), Bruxelles, Édition Safran, 2012, 179 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Xaffier Luffin a entrepris une intéressante synthèse sur les représentations des Africains dans la fiction arabe en s’appuyant sur un large corpus de 170 romans contemporains écrits en arabe et provenant de nombreux pays incluant outre le Maghreb et le Moyen-Orient, la péninsule Arabique, le Soudan, la Somalie, l’Ethiopie et l’Erythrée. Les thèmes de ces représentations sont organisées en grands chapitres traitant de l’histoire de l’Afrique, de l’esclavage, des communautés africaines autochtones, des immigrés africains dans le monde arabe, des communautés arabes en Afrique, du racisme mais également des questions identitaires, du métissage, de la guerre civile soudanaise, du rôle du colonialisme européen, des préjugés et stéréotypes sexuels, et de la naissance d’une littérature africaine arabophone. Un certain nombre d’auteurs et de romans reviennent donc plusieurs fois, abordés dans les différents thèmes.

2Si l’ouvrage s’attache principalement à la littérature arabe-arabophone contemporaine, il retrace l’histoire de ces représentations dès la période préislamique en revenant sur quelques figures célèbres de la poésie ou des épopées classiques mais également sur les représentations fournies par les géographes et historiens arabes classiques. On apprend ainsi que quelques poètes célèbres de l’ère préislamique étaient d’origine africaine, de même que quelques grands héros des épopées comme la figure emblématique d’Antara, noir de peau et d’origine servile, mais devenu le parangon du héro arabe classique et un topos de la littérature contemporaine. Mais ceci n’empêche pas la présence de nombreux préjugés et stéréotypes concernant les caractères physiques et morales des Africains, régulièrement associés à la servitude et l’esclavage. Les Africains occupent donc une place complexe dans l’imaginaire collectif arabe de l’Antiquité jusqu’à nos jours, du fait qu’il y a toujours eu des contacts via l’esclavage, les migrations et la proximité géographique.

3Un des grands mérites de cet ouvrage est de ne pas se limiter aux auteurs les plus connus et les plus centraux de la littérature arabophone (comme les égyptiens Najib Mahfuz et Sunallah Ibrahim ; le libyen Ibrahim al-Kuni ; le soudanais Tayyib Salih ou le marocain Mohammed Shukri ; etc.) mais de faire découvrir aux lecteurs de nombreux écrivains (hommes et femmes) moins connus hors de leurs frontières, comme dans le cas des écrivains nubiens (Hajjaj Addul, Yahya Mukhtar, Idris Ali, Khalil Qasim), yéménites (Ali al-Muqri, Muhammad Abd al-Wali), saoudien (Yusif al-Muhaymid, Layla al-Juhani, Ahmad Trawri), omanais (Muhammad Id al-Arimi, Jura al-Harithi) et de nombreux écrivains soudanais comme Stila Gayitanu, Hisham Adam ou Khalid Uways. Il est ici impossible de les citer tous.

4On découvre ainsi que si de nombreux écrivains « arabes » continuent de propager certaines images fantasmées de l’Afrique (les forêts luxuriantes, la nudité des habitants, la danse, la magie, etc.), d’autres abordent de façon beaucoup plus lucide et courageuse les tabous de leur propre société concernant le racisme, les fractures communautaires. Telle l’Omanaise Jura al-Harithi abordant la question de l’esclavage moderne dans les pays du Golfe ou le Yéménite Ali al-Muqri plongeant dans l’univers des akhdâm, une caste méprisée de la société yéménite, ou encore la Saoudienne Layla al-Juhani traitant du racisme pesant en autre sur les Takruri, ces anciens pèlerins originaires d’Afrique de l’ouest qui constituent aujourd’hui une composante de la population saoudienne. Les courants migratoires contemporains en provenance d’Afrique qui poussent de nombreux candidats à l’exil et leur séjour prolongé au Maghreb ou au Mashreq dans des conditions souvent très précaires sont également le thème de nombreux romans, particulièrement au Maroc, que ce soit chez des auteurs francophones (non étudiés dans cet ouvrage) ou arabophones comme Ismail al-Uthmani. De nombreux auteurs soudanais évoquent la guerre civile, le racisme qui traverse toute la société soudanaise mais aussi la composante pluri-ethnique et pluri-culturelle du pays (avant la division).

5Comme le conclut X. Luffin, l’Afrique est indiscutablement très présente dans la littérature arabe contemporaine, mais surtout on voit que de nombreux jeunes écrivains et écrivaines jouent un rôle important dans la conscientisation de leur société à l’égard de l’Autre. Leur courage et leur lucidité tranchent avec la relative frilosité de leurs compatriotes universitaires, souvent moins hardis sur ces questions. En ce sens, ces écrivains jouent pleinement leur rôle d’agitateur de conscience.

6X. Luffin aborde pour finir un autre point important : l’apparition d’une littérature africaine d’expression arabe en mentionnant les écrivains nubiens, mais aussi des écrivains sud-soudanais, somaliens, érythréens, tchadiens ou nigérians qui ont choisi l’arabe comme langue d’expression littéraire dans des pays plurilingues où l’arabe est l’une des langues d’instruction dans certaines régions. S’ils écrivent en arabe, ils ancrent leurs romans dans la culture de leur société et introduisent de nombreux mots issus de leur langue d’origine (nubien, tigré, etc.). En ce sens ils participent à faire de la langue arabe une langue littéraire plurielle et universelle.

7Cet ouvrage permet donc de découvrir de nombreux auteurs à travers le prisme de l’africanité. L’auteur n’adopte pas ici une posture de déconstruction (les termes Arabes et Africains sont posés d’emblée comme des évidences et ne sont pas discutés), il ne se réclame d’aucun courant théorique d’analyse littéraire, mais par petites touches aborde des questions importantes : dans quelle mesure une partie des stéréotypes et des fantasmes qui perdurent dans le « regard arabe » coïncident-ils ou non avec ceux des sociétés occidentales ? Il indique que la question de la couleur de la peau reste une valeur fondamentale qui régit en grande partie les hiérarchies sociales, y compris dans des pays comme le Soudan où de nombreuses personnes se revendiquant arabes sont noirs de peau et perçus comme des Africains par d’autres Arabes. Du fait de ce racisme ambiant et prégnant, les rapports entre Arabes et Africains sont donc toujours complexes et insérés dans des rapports de domination. Et c’est le grand mérite de la littérature que d’oser aborder ces questions.

8Le lecteur trouvera à la fin de l’ouvrage la liste des romanciers cités avec le titre de leurs romans en arabe. On regrettera que les traductions françaises ou anglaises disponibles ne soient pas mentionnées, puisque l’ouvrage rédigé en français s’adresse principalement à un public francophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Luffin Xavier, 2012, Les Fils d’Antara. Représentations des Africains dans la fiction arabe contemporaine (1914-2011), Bruxelles, Édition Safran, 2012, 179 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 13 juin 2014, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8603

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

CNRS-IREMAM, Aix en Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page