Navigation – Plan du site
Lectures

Parlar Dal Emel (éd.), La politique turque en question - Entre imperfections et adaptations, Paris, L’Harmattan, 2012, 252 p.

Laurent Mallet

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif part de l’hypothèse selon laquelle l’interpénétration et l’interdépendance des enjeux de politique intérieure et de politique extérieure auraient connu un «accroissement considérable» depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP en 2002. L’objet du livre est donc d'interroger cette «zone grise» de la politique turque autour d’enjeux domestiques comprenant une dimension externe, définissant ainsi un espace « intermestique », contraction d’international et de domestique que l’on doit à William Wallace.

2Emel Parlar Dal décrit cette interpénétration en soulignant combien les importantes réformes domestiques du début de la décennie ont eu une incidence sur l’évolution de la politique étrangère turque, autorisant la définition d’un nouveau «rôle national» porté par le discours civilisationnel de l’AKP au pouvoir. Forts d’une éclatante réussite politique et économico-sociale, les anciens islamistes de l’AKP, qui s’identifient eux-mêmes comme « démocrates conservateurs », présentent de fait au monde musulman un « modèle turc » fait de démocratie à l’occidentale et d’attachement aux valeurs musulmanes.

3Après le milieu des années 2000 et l’emprise croissante de l’AKP sur les rouages de l’État, la situation évolue, la politique proactive de l’AKP en matière de politique étrangère prenant progressivement le pas sur les affaires domestiques, qui ne connaissent plus guère d’évolutions positives.

4La question du processus de démocratisation des années 2000 est au cœur de plusieurs contributions. Gérard Groc souligne les avancées concrètes de l’AKP au pouvoir en matière démocratique, tout en s’interrogeant sur la nature du retour d’une répression d’État dans les années qui ont suivi. Rükiye Tinas, dans une contribution consacrée au post-islamisme, montre comment c’est l’État kémaliste qui a, au cours des années 1970-90, amené les islamistes turcs, d’interdiction en interdiction, a développer un mouvement « post-islamiste » capable de dépasser l’affrontement avec le régime (et d’en éviter la censure).

5En filigrane, c’est la question de la réalité de l’esprit démocratique de l’AKP qui surgit de nombre des contributions de cet ouvrage. Emel Parlar Dal comme Gérard Groc notent à la fois les progrès démocratiques accomplis après 2002 comme le raidissement progressif du pouvoir après 2007, c’est-à-dire à mesure que s’estompait le pouvoir des gardiens du kémalisme que sont les militaires. Cette chronologie laisse ouverte la question de « l’agenda caché » de l’AKP, c’est-à-dire la suspicion d’une duplicité des cadres de ce parti qui auraient joué le jeu de la démocratie uniquement pour contourner, avec succès, les blocages du système kémaliste.

6Mais ce processus de démocratisation, et c’est sans doute là que le concept de «zone grise» est le plus intéressant, a suscité et suscite encore des contre-courants inattendus. C’est ce que montre Ümit Yazmaci dans un article consacré à la crispation anti-européenne d’intellectuels kémalistes de gauche au début des années 2000. Après avoir insisté sur l’aveuglement des Européens (pour qui les Turcs ne peuvent qu’être pour l’intégration de leur pays à l’Union européenne et avoir la démocratie occidentale comme modèle), l’auteur montre comment les réformes démocratiques liées au processus d’intégration à l’Union ont été associées à la volonté de l’AKP au pouvoir d’en finir avec l’ordre kémaliste. Reprenant en partie les thèmes conspirationistes classiques de l’extrême droite, cette partie influente de la gauche républicaine a vu dans le projet d’adhésion à l’Europe, mais aussi dans la démocratisation elle-même, dans ce qu’elle a de plus concret (respect des minorités, liberté d’expression..), un moyen utilisé par leurs ennemis pour affaiblir la République de Turquie en vue de son démantèlement futur. Ainsi, les avancées des droits des Kurdes ou de la liberté de la presse ont été aussi perçues comme une « dékémalisation » porteuse de troubles identitaires et ont redonné de la vigueur à la traditionnelle suspicion des Turcs envers les Occidentaux. La question des droits de l’homme, de la liberté d’opinion, ou encore le respect des minorités apparaissent comme des curseurs déplacés par les acteurs politiques afin de se positionner sur la scène nationale comme vis-à-vis de « l’étranger », mais ne semblent pas avoir de valeur intrinsèque.

7Jean Marcou participe de cette perspective en proposant une analyse de la reconnaissance, en 2009-2011, par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan de la responsabilité de l’État turc dans les massacres du Dersim en 1937. L’auteur montre comment cet acte mémoriel répondait avant tout à des considérations tactiques de la part du gouvernement. Alors que l’opposition kémaliste s’engonçait dans un « point de vue officiel » passéiste et intenable, l’AKP de R. T. Erdogan faisait preuve de pragmatisme vis-à-vis de l’électorat kurdo-alévi. Ce pragmatisme du gouvernement, c’est aussi ce que souligne Jean-Paul Burdy dans un article consacré aux chiites jafaris, dans lequel il montre comment l’attitude du pouvoir envers cette minorité musulmane est liée à la realpolitik moyen-orientale. De même, les contributions de Suna Gülfer Ihlamur-Öner sur les relations avec le Patriarcat œcuménique de Constantinople, de Cuma Çiçek sur la question kurde ou encore de Ali Kemal Dogan sur la nature de « l’ouverture alévie » de 2009 soulignent la prégnance de la tactique politique plus que de la réelle volonté de modifier les relations entre l’État et les minorités.

8À l’inverse, Varoujan Sirapian peint une société et des dirigeants turcs aveuglés par l’ultra-nationalisme dans une contribution portant sur la question de la reconnaissance du génocide des Arméniens. Point de pragmatisme ici, les tentatives des rares progressistes turcs de changer les choses ne pouvant modifier la culture politique globale des autorités comme de la population, hostile à toute repentance. Il aurait été toutefois intéressant de porter l’analyse - particulièrement intermestique - sur les raisons socio-historiques du déni turc, qui ne peut être résumé à un seul prurit nationaliste.

9Par la diversité des sujets étudiés, cet ouvrage offre un intéressant panorama des enjeux de la politique turque à la veille du soulèvement de Taksim en mai-juin 2013. La nature de cette révolte, comme les réactions du pouvoir, offrent matière à réflexion dans le prolongement des interrogations qui traversent l’ouvrage, notamment sur la possibilité d’un authentique rapport à la démocratie de la part de responsables revendiquant l’islam comme inspiration première. Nous devons tout d’abord interroger le présupposé à la question démocratique selon lequel l’expression démocratique est nécessairement porteuse d’avancées... démocratiques. Par ailleurs, des manquements à la démocratie dans un pays musulman ne relèvent pas nécessairement d’une islamisation. Ainsi la dérive autoritaire de R. T. Erdogan, qui a débuté bien avant 2013, apparaît moins programmatique que comme une conséquence d’un pouvoir sans contrepoids, trop personnel et depuis trop longtemps installé, en somme plutôt une « poutinisation » qu’une islamisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mallet, « Parlar Dal Emel (éd.), La politique turque en question - Entre imperfections et adaptations, Paris, L’Harmattan, 2012, 252 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://remmm.revues.org/8612

Haut de page

Auteur

Laurent Mallet

Université de Galatasaray, Turquie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page