Navigation – Plan du site

Roggero Caterina, L’Algérie au Maghreb. La guerre de libération et l’unité régionale, Paris, Mimesis, 2013, 171p.

Kamel Chachoua

Notes de la rédaction

En raison de sa longueur ce compte rendu est publié seulement en format électronique

Texte intégral

1Ce livre est le résumé et la traduction d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’université de Milan par Caterina Roggero sous le titre L’Algeria e il Maghreb. La guerra di liberazione e l’unità régionale. Au-delà d’une véritable synthèse des rares travaux publiés, Caterina Roggero approfondit la question traitée en s’appuyant sur le fonds des archives Nationales d’Algérie (fonds GPARA/MAE) et sur celui de Vincennes (la sous série 1h en particulier), ainsi que sur les documents des représentants de la diplomatie française au Maroc et en Tunisie. Elle s’appuie également sur une enquête orale réalisée auprès de quatre membres actifs au sein du GPRA : Abdelhamid Sid Ali, membre du PPA/MTLD (1947-1954), Abdelhamid Mehri, ministre des affaires nord-africaines (1958-1959), Chawki Mostefai, médecin, chef de mission du GPRA à Tunis (1960) et au Maroc (1961-1962), et enfin Mohammed Harbi, qui fut, à l’époque de la guerre d’Algérie, chargé des relations extérieures au sein du GPRA. Trois de ces quatre entretiens ont été réalisés le même jour à Alger, le 9 décembre 2009 (précision apportée p. 162).

2Caterina Roggero aborde ici une question et un objet (la guerre de libération et l’unité régionale) communs aux trois pays du Maghreb, dans un monde et un contexte politique où seule la logique nationale, pour ne pas dire nationaliste, semble audible et compréhensible. Ce livre nous éclaire aussi sur la dimension historique qui a toujours manquée aux débats académiques sur l’union du Maghreb, en même temps qu’il déconstruit certaines idées reçues considérant que le ralentissement du processus politique d’union du Maghreb est essentiellement imputable au conflit autour de la question de l’indépendance du Sahara occidental. Or, et le livre le montre bien, cette cause n’est, in fine, que la conséquence des malentendus et des rancunes politiques hérités de la guerre d’Algérie, et/mais soigneusement archivés dans l’inconscient politique et moral des trois pays, et de l’Algérie en particulier. Le croisement des faits historiques et politiques évoqués dans ce livre nous montre bien que l’Algérie était de toute façon « condamnée » à vivre en conflit territorial avec l’un ou l’autre de ses voisins, voire avec les deux, dès l’indépendance. En effet, si « la guerre des sables » n’avait pas eu lieu en premier (en 1963) à l’ouest avec le Maroc, l’Algérie aurait probablement été confrontée à une seconde guerre (un affrontement militaire entre l’ALN et l’armée tunisienne avait déjà eu lieu à l’été 1961) pour la revendication des gisements d’Edjelé et de Hassi Messaoud à l’est.

3En effet, quand on examine de près la série des événements politiques et militaires bien détaillée par Caterina Roggero, on comprend vite le lien qui relie la question des frontières à celle du pétrole et leur centralité dans les malentendus qui ont structuré les relations entre ces trois pays du Maghreb depuis 1956. En effet, on peut considérer que le jaillissement du pétrole à Edjelé (frontière algéro-tunisienne), en janvier 1956, marque le surgissement du Sahara comme enjeu politique, économique, militaire et territorial, un enjeu qui allait influer sur la durée et la dureté de la guerre de libération algérienne, d’une part, et générer d’autre part des malentendus constants (et constamment évités et refoulés) entre le FLN, Bourguiba et Mohammed V. En fait, on peut considérer l’année 1956 comme celle où tout l’avenir du Maghreb décolonisé se trouve plus ou moins « noué ». C’est en effet en 1956, lors de la proclamation des indépendances du Maroc et de la Tunisie, que le projet commun « du comité de libération du Maghreb arabe », créé en 1948 entre les trois partis politiques maghrébins de l’époque – l’Istiqlal marocain, le Néo-destour tunisien et le MTLD algérien -, est enterré. C’est aussi en 1956 que sont engagés les premiers pourparlers entre le FLN et la France par l’intermédiaire de Nasser et sur la demande de Christian Pineau, ministre français des Affaires étrangères. C’est en 1956 qu’apparaissent, au Maroc et en Tunisie, les premières figures d’oppositions internes, que le FLN et l’Égypte de Jamal Abdel Nasser considèrent, selon l’expression d’un membre du FLN, comme « des aiguillons dans les reins » du Sultan marocain (Mohammed V) et du « combattant suprême » Habib Bourguiba. Enfin, c’est le 22 octobre 1956 qu’a lieu l’arraisonnement de l’avion qui transportait la délégation extérieure du FLN au complet, de Rabat à Tunis où devait se tenir une « conférence de Paix sur l’Algérie ». Un détournement scandaleux et mondialement dénoncé, y compris par le Quai d’Orsay et l’Elysée qui étaient étroitement « associés » à l’ordre du jour de la réunion, en l’occurrence la création d’une fédération nord-africaine. Néanmoins, ce détournement fut aussi, peut-on dire, du pain béni pour le FLN qui voyait son soutien international renforcé, la culpabilité des voisins engagée et le danger d’une implosion au sein du FLN, entre la délégation extérieure et certains membres de l’intérieur, évitée. Lakhdar Ben Tobbal, ancien colonel de la wilaya II, disait à propos de la réunion de Tunis du 22 Octobre 1956, « que nous tremblions devant cette prospective et prions Dieu qu’elle échoue (…) quand à huit heure du soir, Azzedine vint me dire que l’avion avait atterri (i.e. arraisonné) à Alger (…) ; pour nous, ce fut une nuit de fête (…) » (p. 46-47). Mieux encore, ce détournement va donner une visibilité et une légitimité inattendues à la plateforme du congrès de la Soummam tenu le 20 août 1956 (le texte fondateur de la ligne idéologique du FLN). Il faut aussi rappeler que cet événement coïncide, à une semaine près (29-30 octobre 1956), avec l’invasion israélienne de la péninsule égyptienne du Sinaï et l’ultimatum de la France et de la Grande Bretagne (30 octobre 1956) avant leur intervention militaire, suite à la crise du canal de Suez.

4En septembre 1957, de graves incidents éclatent entre L’ALM (Armée de libération marocaine) et l’ALN (Armée de libération algérienne), plus de 90 combattants algériens sont désarmés, des centaines d’autres sont arrêtés et pourchassés en raison des visées d’expansion territoriale du Maroc vers le sud (la Mauritanie, le Rio de Oro) et l’ouest du Sahara algérien (Tindouf, Colomb Béchar, Kenadssa). En Tunisie, Bourguiba demande à ce que les troupes algériennes de l’ALN reculent de 50 km à l’intérieur des frontières avec l’Algérie. Ces agressions marocaines et tunisiennes dureront jusqu’en février 1958, lorsque l’armée française bombarde le village de Sekiet Sidi Youcef en Tunisie puis intervient dix jours plus tard au sud du Maroc pour arrêter les incursions militaires de l’armée marocaine qui voulait annexer la Seguia el-Hamra (actuel Sahara occidental) dans le dessein de réaliser le projet du « Grand Maroc ». Ces deux interventions françaises contre la Tunisie et le Maroc sont un soulagement inespéré pour le FLN qui voit les deux pays se radicaliser et revenir vers le projet d’union maghrébine et à un soutien à son initiative indépendantiste. La tenue et le succès total de la réunion tripartite entre le FLN, Bourguiba et le sultan Mohammed V, le 27 Avril 1958 à Tanger, est sans aucun doute le résultat des rancunes liées aux humiliations que le Maroc et la Tunisie ont subies en février 1958, et qui furent aussi largement exploitées par leurs oppositions respectives. À l’issue de cette réunion, le Maroc et la Tunisie s’alignent sur « la ligne de guerre » du FLN et expriment leur total engagement auprès de l’Algérie jusqu’à l’indépendance. Ce n’est pas tout : ils reprennent et soutiennent l’idée de la constitution d’un gouvernement provisoire du FLN et prennent rendez-vous pour une autre réunion prévue du 17 au 21 juin 1958 à Tunis. Cependant, entre les deux conférences, la situation en Algérie connaît un changement radical avec la journée du 13 mai 1958 qui a précipité le départ de René Coty et l’arrivée de Charles de Gaulle au pouvoir. En effet, le 2 juin, au lendemain de l’investiture de Charles de Gaulle, la France donne un signal positif fort à la Tunisie et au Maroc en annonçant le retrait progressif des militaires français restés dans les deux pays. C’est suite à cette nouvelle donne que les deux pays changeront d’attitude vis-à-vis du FLN, lequel déclarera que « la conférence de Tunis est une trahison pure et simple des Marocains et Tunisiens » (p86). La signature d’un contrat, dix jours après la conférence de Tunis, le 30 juin 1958, entre la France et la Tunisie pour la construction d’un oléoduc venant d’Edjelé jusqu’au port tunisien de Skhira, près de Gabés, avait aggravé le malentendu entre Bourguiba et le FLN qui finit par comprendre les raisons de la « mauvaise foi » qui avait dominé la conférence de Tunis, dix jours auparavant. En réaction, le FLN se tourne vers l’Égypte de Nasser et l’opposition yousséfiste à Bourguiba, alors réfugiée au Caire. Un mois plus tard, le 22 juillet 1958, Bourguiba saisit le journal du FLN El Moudjahid et accuse publiquement l’Égypte, le FLN et l’opposition de Salah Ben Youcef, de vouloir le renverser.

5C’est paradoxalement cette crise entre les trois pays du Maghreb qui précipitera la décision de constitution du gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) par le FLN, le 19 septembre 1958 au Caire. Une nouvelle que Mohammed V et H. Bourguiba n’apprendront qu’à la veille de sa proclamation officielle par les medias internationaux, afin qu’ils ne puissent pas l’amender ou la commenter, pour ne pas dire la critiquer. Habib Bourguiba considérait en effet que la création du GPRA était « une erreur politique et que le FLN n’est pas en mesure d’agir comme un Gouvernement et d’affronter les obligations que cela comporte » (p. 112).

6Ces frictions constantes ont fini par installer un climat de confusion et de méfiance réciproque entre ces trois voisins et semble avoir « entrainé » le FLN au « bon usage » de la langue de bois. À une question concernant la position politique du FLN vis-à-vis de tous ces pays frères, Tawfik El Madani, ancien membre de l’association des ulémas et ministre des affaires culturelles du GPRA, répond : « Neutralité positive vis-à-vis de l’Occident et de l’Orient… coexistence pacifique avec tous les pays » (p112), en ajoutant que « le siège du GPRA se trouve en Algérie, le provisoire au Caire, mais ce dernier, ajoutait-il, peut varier selon les nécessités de la lutte de libération » (p. 113).

7L’année 1958 sera marquée par trois scissions internes à chacun des pays du Maghreb littoral. Le Maroc fait face, en octobre, à la rébellion du Rif (octobre 1958-janvier 1959) tandis que la Tunisie rompt ses relations diplomatiques avec la République Arabe Unie (octobre 1958) et le GPRA, nouvellement installé, fait face à une tentative de coup d’État interne par le colonel Lamouri (Novembre 1958).

8Si, après la constitution du GPRA, les conflits frontaliers (à l’ouest) entre le Maroc et le FLN/ALN sont évités in extremis et renvoyés aux lendemains de l’indépendance de l’Algérie, la Tunisie, quant à elle, se montre impatiente et insiste constamment auprès de Charles de Gaulle pour modifier les frontières et inclure les gisements d’Edjelé et de Hassi Messaoud en Tunisie. Une proposition refusée par de Gaulle qui ne voulait pas compromettre et compliquer l’exploitation pétrolière française du Sahara algérien. Le 7 juillet 1961, Bourguiba opte pour la force et ordonne à son armée d’attaquer la base militaire de Bizerte et d’aller occuper les puits pétroliers d’Edjelé dans le désert algérien. Le GPRA condamne fermement l’initiative de Bourguiba tandis que l’armée française réagit militairement, faisant plus de six cents victimes et près d’un millier de blessés dans les rangs de l’armée et des civils tunisiens. Le 8 juillet 1961, au lendemain de la bataille de Bizerte et d’Edjelé à l’est, le GPRA obtient le renvoi de la question des frontières algéro-marocaines afin de ne pas avoir à lutter sur un double front. Mais dès la fin juillet 1962, dans la semaine même où l’Algérie faisait face à l’éventualité d’une guerre civile suite au conflit de pouvoir entre la direction du GPRA et le conseil national de la révolution algérienne (CNRA), les forces du Makhzen hissent le drapeau chérifien sur le poste de Zegdou et de Saf Saf au sud-ouest algérien. Un an plus tard, en octobre 1963, débutera « la guerre des sables » qui rendra les relations entre le Maroc et l’Algérie quasiment « inconciliables » jusqu’à aujourd’hui.

9Si, comme le soutient Caterina Roggero, les événements frontaliers ont eu un impact évident sur les relations futures entre les trois pays, il est néanmoins certain que la nature « non démocratique » des régimes politiques du Maghreb indépendant a aggravé et maintenu les malentendus intacts, des décennies durant. En effet, comme c’est le camp et le clan de l’état-major général (EMG) de l’ALN (transformé en groupe de Tlemcen en Juillet 1962) qui prend le pouvoir en Algérie après 1962 (jusqu’à ce jour d’ailleurs !), au détriment des wilayas (départements) de l’intérieur, on comprend aisément pourquoi les plaies et les divisions évoquées dans ce livre sont restées, plus de cinquante ans après, toujours ouvertes.

10L’intérêt de l’ouvrage de C. Roggero est malheureusement affaibli par le nombre considérable de fautes d’orthographes et de style qui en rendent parfois la compréhension difficile, voire impossible. Pour n’en retenir que quelques unes : « l’11 Janvier » (p. 62) qui est reproduite une seconde fois (p. 145) « l’11 juillet le gouvernement… », « Les dirigeantes du Maroc et de la Tunisie », « Conclusions » au pluriel dans le sommaire comme en titre de page, « bonnes résultats » (p. 37)… On ne sait comment la maison d’édition (Mimesis) a permis l’impression d’un livre comportant autant d’erreurs. S’il n’était fait mention des remerciements de l’auteur à la relectrice qui « a corrigé la traduction avec patience et précision » (p. 171), on pourrait croire qu’il n’y a eu ni relecture ni épreuves à cette publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, « Roggero Caterina, L’Algérie au Maghreb. La guerre de libération et l’unité régionale, Paris, Mimesis, 2013, 171p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 25 juillet 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/8617

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

IREMAM-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page