Navigation – Plan du site

Bonnefoy Laurent et Catusse Myriam (dir.), Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, 2013, 340 p.

Thierry Desrues

Texte intégral

1Depuis le début du siècle, les areas studies des centres de recherche d’Europe et d’Amérique du nord font preuve d’un regain d’intérêt pour les jeunes du monde arabe. La collaboration avec de jeunes chercheurs autochtones de mieux en mieux formés et qui sont basés dans leur pays d’origine permet de suivre « entre pairs » les mutations en cours au sein des sociétés arabes, en évitant les écueils de l’immédiateté et du racolage médiatiques. À titre d’exemple, parmi les publications récentes antérieures au « Printemps arabe », des contributions significatives à la compréhension des jeunes de la région ont été impulsées par Mounia Bennani-Chraïbi et Iman Farag (2007), Linda Herrera et Asef Bayat (2010), ou encore Emma Murphy (2012). Ces références ayant avant tout une vocation académique dans la forme et le contenu, leur lecture – malheureusement – risque d’être réservée à un public spécialisé et donc plutôt restreint.

2L’ouvrage Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, dirigé par les politistes Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse, s’inscrit certes dans le sillage de ces publications, mais reste avant tout un ouvrage destiné au grand public. Le sous-titre de l’introduction, « déconstruire les stéréotypes : portraits croisés de jeunes arabes », annonce la vocation de vulgarisation de l’ouvrage et en résume le contenu. Autant le format du livre, composé de trente-huit récits relativement courts, que la variété des tranches de vie, des localisations et des thèmes abordés, ainsi que la qualité de l’écriture, font que des lecteurs aux attentes différenciées trouveront matière à réfléchir. Ceux-ci prendront un plaisir certain à découvrir ou à imaginer les portraits des jeunes qui sont dressés au fil des pages. Les illustrations en sont d’ailleurs absentes, et c’est tant mieux. Ainsi, libre à chaque lecteur de mener sa propre construction des représentations d’une jeunesse dont l’irréductible hétérogénéité est sauvegardée.

3La plupart des chercheurs impliqués sont eux-mêmes de jeunes adultes ; ils sont donc acceptés plus facilement par les sujets de leurs travaux. De même, près d’un contributeur sur trois est issu des sociétés analysées. L’approche ethnographique, qui s’avère ici particulièrement judicieuse, est ainsi plus aisée.

4Dans la plupart des cas, le regard offert au lecteur est inédit pour tous ceux qui ne fréquentent pas les sociétés du monde arabe. Il le sera aussi pour tous ceux qui y vivent sans voir ou sans savoir regarder les individus qu’ils croisent. Certains seront sans doute surpris et amusés, d’autres seront déroutés, voire contrariés ou outrés, quand bien même les auteurs se gardent de tomber dans le voyeurisme. Évidemment, parmi les études de cas, certaines présentent des transgressions qui font plutôt figure d’exception que d’exemple généralisable. Mais l’exceptionnalité de certaines pratiques n’est qu’apparente dès qu’on compare celles-ci avec des comportements similaires repérés sous d’autres horizons. Ce faisant, ce qui demeure intriguant est le sens que ces pratiques acquièrent pour les jeunes et le reste de la société dans leur contexte local.

  • 1 Une étude récente de la Banque mondiale estime que 49 % des jeunes Marocains ne sont ni à l’école n (...)

5Les chercheurs à l’origine du livre ont choisi une approche par « le temps vide » qui caractérise une partie importante de la vie de la jeunesse et qui contribue à l’identification – la stigmatisation ? – de celle-ci en tant que catégorie sociale (Furlong, 2009). Des rapports récents d’organismes financiers internationaux ont tiré la sonnette d’alarme à propos de la situation d’une partie importante de la jeunesse qui n’est ni scolarisée, ni employée. Certains ont rappelé au passage les dangers associés à l’oisiveté1. De là à convertir la jeunesse en nouvelle classe potentiellement dangereuse, il n’y a qu’un pas qui risque d’être vite franchi. En fait, la perception de la jeunesse semble condamnée à osciller entre l’espoir du renouvellement, de la régénération, et la déception, la décadence et l’apathie. Or les jeunes, tant au sortir de l’adolescence qu’à la veille d’être reconnus dans des rôles d’adultes, sont constamment en prise avec des processus contradictoires d’individuation et d’insertion dans un maillage social qui sont en partie hérités de leur propre socialisation familiale ou scolaire, de leur position dans la structure sociale et économique, – voire tribale – et de leur milieu de résidence. Bien que ces jeunes soient soumis aux flux transnationaux d’information et de consommation, on oublie un peu trop souvent que leurs « temps vides » se consument principalement à la maison, chez des amis ou dans leur voisinage. Les échappées au centre-ville, dans les grands centres commerciaux, à la plage ou dans des espaces inhabités périurbains (friches industrielles, forêts ou déserts) sont plutôt ponctuelles. Pour fuir le contrôle social des parents, des voisins et de tous ceux qui peuvent s’arroger un quelconque droit à porter un jugement sur leurs opinions et comportements, ils bricolent avec les normes dominantes de leur société des pratiques et des langages que les adultes ne comprennent pas toujours ; c’est d’ailleurs ce qui est recherché et ce qui consacre ces derniers dans la catégorie de « non-jeunes ». L’esquive et la fuite semblent privilégiées par les jeunes présentés ici, plutôt que le conflit ouvert avec les familles, la contre-culture ou des comportements antisociaux.

6Dans des pays où la domination masculine se reflète dans la division sexuelle des espaces publics et des loisirs, et bien que celle-ci soit l’objet de variations importantes selon les pays, les groupes d’âges et les milieux sociaux et de résidence, la misère sexuelle apparaît en arrière plan de plusieurs récits. La domination masculine des aînés est contournée ou compensée par des codes et des pratiques que tous les jeunes semblent connaître, mais que les adultes ignorent ou feignent d’ignorer tant que se maintient la conviction que leur propre progéniture n’est pas concernée. La tendance chez les jeunes à vouloir préserver un espace de vie privée qui échappe au regard des proches, à la maison ou en ville, se combine avec une communication et une exposition publique de leur intimité à travers les réseaux sociaux.

7L’ouvrage est organisé en quatre parties. Chacune d’entre elles comporte une introduction des directeurs de l’ouvrage qui permet de resituer la sociologie « impressionniste » des chapitres à venir dans le cadre des questions de fond que soulèvent traditionnellement les sciences sociales consacrées à la jeunesse. Ces avant-propos sont un exercice réussi de synthèse et d’interprétation analytique des descriptions de tranches de vie successives. Et le fait d’avoir réussi cette mise en perspective est un des attraits du livre.

8La première partie présente dix cas de figure emblématiques (étudiant(e)s, supporters de foot, téléspectateurs, ‘teneurs de mur’…) qui incarnent dans les imaginaires collectifs, arabes comme étrangers, ce que sont aujourd’hui les jeunes Arabes et la façon dont ils, et elles, portent le changement social. Certains articles, bien que leur lecture soit digne d’intérêt, semblent cependant datés et correspondre à une jeunesse qui appartient peut-être déjà à une autre génération.

9La deuxième partie interroge de façon plus systématique l’inscription des loisirs dans un rapport ambivalent au temps, fait de nostalgie, de ruptures, de questionnements sur les héritages, de réinvention des traditions et de projections vers l’avenir.

10La troisième partie relève la difficulté de la construction de soi, à travers le temps libre, dans des sociétés soumises à des contraintes variées et évolutives, qu’il s’agisse de la pauvreté, de la répression, de la domination masculine, des déterminismes familiaux ou du poids des institutions politiques et religieuses.

11La quatrième partie se penche enfin sur les liens qu’entretiennent les loisirs avec la prise de parole et l’engagement politique, qu’ils soient éphémères, à l’instar des moments insurrectionnels et révolutionnaires de 2011, ou inscrits dans le long terme. Car ce qui est connu comme le « Printemps arabe » est aussi, et peut-être surtout, une prise de parole de jeunes, ces véritables « cadets sociaux » soumis à l’hégémonie des « vieux » dont la fin annoncée depuis des années semble sans cesse reportée (Fargues, 1996).

12Du point de vue d’une sociologie de la jeunesse, la diversité qui est mise en exergue tout au long des trente-huit chapitres, qui sont autant de coups de projecteur de pays en pays, de villes en campagnes, de milieux populaires en milieux favorisés, permet d’insister sur la banalité des jeunes des pays arabes, quand on les compare à leurs pairs de nombreuses régions du monde, surtout quand on sort de l’Europe occidentale et de ses prolongements en Amérique du Nord et en Océanie (Helve et Holm, 2005 ; Furlong, 2009). Cette banalité est logiquement enracinée dans un contexte local, qui peut s’avérer hors du commun quand on songe aux camps de réfugiés et aux territoires occupés. Ce faisant, les frontières sont souvent brouillées entre l’autochtonie et l’importation. Celles-ci sont soumises à des variations selon qu’on appartienne à une classe sociale ou une autre, qu’on réside à la campagne ou dans une grande ville, qu’on fasse des études supérieures ou qu’on soit dans l’attente d’un emploi. Toutefois, les jeunesses d’un pays et d’une catégorie sociale ne sont jamais monolithiques. En dépit des clivages majeurs, de genre, de provenances géographiques, d’origines sociales ou ethniques, certains traits communs témoignent de changements sociaux que connaissent aujourd’hui tous les jeunes Arabes.

13Finalement, même si les ouvrages collectifs sont par nature soumis aux aléas de l’inégale valeur des contributions, et que les séquelles des conflits en Libye, en Syrie et en Irak appelleront une mise à jour dans un futur proche, le plaidoyer que proposent Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse contre « les relents néo-orientalistes présents dans les médias et de nombreux ouvrages grand public », est riche d’enseignements pour comprendre les sociétés du monde arabe aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi Mounia et Farag Iman, 2007, Jeunesses des sociétés arabes. Par-delà les menaces et les promesses, Paris / Le Caire, Aux lieux d’être / CEDEJ.

Fargues Philippe, 1996, « La demografía de la familia en el Magreb: una clave para comprender la política », in María Angels Roque (ed.), Las culturas del Magreb, Madrid, Ediciones Mundo árabe e islam, AECI, p. 119-130.

Furlong Andy, 2009, Handbook of Youth and Young Adulthood. New perspectives and agendas, Abingdon, Routledge International Handbooks.

Helve Helena et Holm Gunilla (ed), 2005, Contemporary Youth Research, Farnahm, Asgate.

Herrera Linda et Bayat Asef, 2010, Being, Young and Muslim. New Cultural Politics in the Global South and North, Oxford, Oxford University Press.

Kingdom of Morocco. Promoting Youth Opportunities and Participation, June 2012, World Bank, Report n°68731 –MOR.

Mediterranean Politics, 2012, coordonné par Emma C. Murphy, Volume 17, Issue 1.

Haut de page

Notes

1 Une étude récente de la Banque mondiale estime que 49 % des jeunes Marocains ne sont ni à l’école ni au travail. Cf. Kingdom of Morocco, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Desrues, « Bonnefoy Laurent et Catusse Myriam (dir.), Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, 2013, 340 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/8796

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page