Navigation – Plan du site

Burgat François et Paoli Bruno (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte, 2013, 1 carte, 357 p.

Thierry Boissière

Notes de la rédaction

En raison de sa longueur ce compte rendu est publié seulement en format électronique

Texte intégral

1Depuis mars 2011, la Syrie est en proie à un conflit d’une rare violence qui a fait plus de 170 000 morts, des milliers de disparus, des millions de déplacés et de réfugiés. Des centaines de quartiers et des dizaines d’agglomérations ont subi des dommages majeurs, des sites archéologiques, des musées, des quartiers historiques ont été endommagés, pillés, détruits. Ce conflit a par ailleurs des incidences régionales et internationales, affectant les fragiles équilibres proche-orientaux et cristallisant tensions et oppositions (sunnites vs chiites, arabes vs kurdes, Ouest vs Est, etc.). Partie de manifestations pacifiques, la révolte syrienne est devenue, sous les coups de la répression, une révolte armée puis une guerre civile internationalisée. Désormais de nombreux acteurs non syriens (combattants de l’EIIL, Hezbollah, milices irakiennes, conseillers iraniens et russes) interviennent dans un conflit qui semble échapper aux Syriens et les éloigner de leurs attentes initiales. Pas de printemps pour la Syrie est un ouvrage collectif dirigé par François Burgat, politologue, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et Bruno Paoli, linguiste et directeur scientifique à l’Ifpo. Publié à la fin de l’année 2013, il constitue à ce jour un des plus importants efforts d’explication de ce conflit. Réunissant 28 auteurs de différentes disciplines (politologues, économistes, linguistes, anthropologues, géographes, historiens), liés pour la plupart à l’Ifpo, l’ouvrage s’organise en deux parties constituant deux niveaux d’analyse de la crise syrienne : le niveau local et national (« La fabrication de la guerre civile ») et le niveau international et géopolitique (« La crise exportée »).

2Si l’insurrection syrienne a d’abord été interprétée dans la continuité des évènements tunisiens et égyptiens, elle s’en est rapidement distinguée : le régime syrien ne cède pas aux exigences de la rue et aux pressions occidentales et réagit avec une violence et une détermination dont ni Ben Ali, ni Moubarak n’ont osé faire preuve. Le régime justifie cette violence en affirmant qu’il est confronté à une révolte « sunnite » radicale et en partie importée ; il développe parallèlement une stratégie très efficace en exploitant et renforçant les divisions ethniques et confessionnelles de la société syrienne (F. Burgat). Cette confessionnalisation de la protestation aboutit à sa dépolitisation et sa segmentation, le régime se présentant comme seul défenseur des minorités face à la menace sunnite. Enfin, par l’extrême violence de la répression qu’il met en place, il va pousser l’opposition à l’autodéfense puis à la militarisation, contribuant ainsi à transformer une protestation pacifique en confrontation militaire. Le régime a pu s’appuyer sur un appareil de répression et de désinformation d’une redoutable efficacité. W. Glasman rappelle ainsi le rôle central des services de renseignement et de sécurité (moukhabarat) dans la sauvegarde et la stabilité du régime. Colonne vertébrale de l’appareil sécuritaire, dépendant directement de la présidence, ces services sont investis par des membres de la communauté alaouite. Ceux-ci se retrouvent, à divers degrés, dans l’ensemble de l’appareil sécuritaire (Garde républicaine, 4e division, services de sécurité, etc.). Lorsqu’ils n’y sont pas majoritaires, ils y occupent des positions clefs. Face à ce système pyramidal, la révolte armée apparaît divisée : initialement constituée de déserteurs de l’armée syrienne et de civils, organisée en bataillons (katiba) destinés à protéger les manifestations, l’opposition armée syrienne, unifiée dans un premier temps dans l’ASL, connaît une fragmentation et une dérive djihadiste. Le développement de groupes de combattants islamistes, dont un nombre croissant d’étrangers, participe à l’internationalisation du conflit, mais aussi d’une surenchère islamiste pour le financement de ces groupes par les bailleurs de fonds du Golfe. Cette montée en force de l’islam comme mode d’expression protestataire et idéologie de combat s’explique en partie par le fait que la population syrienne est majoritairement sunnite et que ce sont les sunnites qui sont les plus violemment réprimés. F. Burgat et R. Caillet distinguent trois catégories de groupes armés radicaux : ceux proches des Frères musulmans, les salafistes quiétistes et les djihadistes. Si l’agenda des deux premières catégories est national, celui de la dernière participe d’un djihadisme internationaliste qui ne limite pas ses ambitions aux seules frontières de la Syrie : ces groupes, pour certains vraisemblablement manipulés par le régime (EIIL), ont pour objectif l’établissement d’un État religieux transnational. Mais l’internationalisation du conflit passe aussi par la mobilisation d’importantes forces étrangères en faveur du régime : Hezbollah libanais, milices irakiennes et yéménites, Alaouites de Turquie, Pasdarans iraniens, etc. Ces forces jouent un rôle de premier plan dans les avancées et les succès militaires du régime.

3M. Rey insiste cependant également sur l’inscription locale de la contestation et sur l’importance des mobilisations au niveau des quartiers, cadres des solidarités et lieux d’identification, symboles de la résistance au régime. La scène locale, base de l’organisation du mouvement de protestation, constitue un élément d’analyse plus pertinent que la variable confessionnelle. Tout en rappelant que nombre de territoires de la révolte ont longtemps été des bastions du parti Baath, M. Rey souligne qu’il existe des scénarii de la mobilisation différant d’un quartier, d’une ville ou d’une région à l’autre. La dimension religieuse ne doit pas être écartée de l’analyse. T. Pierret détaille la façon dont la scène religieuse a réagi et comment elle s’est recomposée : la réaction des oulémas face au soulèvement de 2011 est le résultat « de positions contrastées, influencées par des trajectoires individuelles particulières et des réalités locales spécifiques ». Rappelant qu’à la veille du soulèvement, « les relations entre le régime et l’élite religieuse sunnite s’étaient (…) tendues », T. Pierret décrit un « clergé » divisé entre une fidélité relative au régime et diverses formes d’opposition, jusqu’aux plus radicales. Pierret rappelle que la bourgeoisie sunnite, si elle a pu un moment suivre certains oulémas critiques, est restée, avec l’aggravation de la situation, fidèle au régime. Les oulémas de l’opposition ont quitté le pays et ont peu de poids dans le mouvement de contestation. Celui-ci, enraciné dans les campagnes et les villes secondaires, échappe à l’élite religieuse traditionnelle et s’inscrit désormais dans l’aire d’influence salafiste.

4Divisée, l’opposition syrienne est pourtant riche d’expressions variées, pour certaines profondément pacifiques, comme celle portée par le « Groupe de non-violence de Daraya » et les enseignements de Jaoudat Said, apôtre de la non-violence et de la pensée de Gandhi (C. Donati). L’opposition souffre cependant d’une absence de leadership politique et de dissensions, notamment sur la stratégie à tenir face au régime (N. Dot-Pouillard). Celui-ci affiche une résilience que rien ne semble réellement menacer. Il s’appuie sur les Alaouites, que B. Paoli présente dans leur dimension historique, sociologique et politique. Il montre combien ils sont associés au régime, souvent à leur corps défendant. La confessionnalisation du conflit, en partie organisée par le régime, a fonctionné comme un puissant réactivant des réflexes communautaires. Même si certains Alaouites ont soutenu et participé aux premières manifestations, la communauté alaouite soutient dans sa majorité le régime, plus par crainte d’une victoire de l’opposition islamiste que par amour pour Bachar al-Assad. Autres acteurs importants, les Kurdes (A. Quesnay, C. Roussel). Représentant 10 % de la population, regroupés dans le nord et le nord-est de la Syrie, ils ont leur propre agenda. Opposés au régime de longue date, ils se sont mobilisés dès le début de la crise en soutien à la révolte de Deraa, et cela en dehors de leurs partis politiques. Le retour du PYD dans la région kurde, aile syrienne du PKK et proche du régime syrien, marque cependant une reprise en main de la mobilisation. Les concessions du régime, le refus de l’opposition syrienne de prendre en compte les revendications des Kurdes, les tensions régionales entre milices kurdes et islamistes, ont provoqué un retour des revendications politiques identitaires, éloignées des enjeux du soulèvement.

5Revenant sur les causes de la crise, S. Aïta en propose une analyse en termes économiques. Il rappelle l’importance du facteur démographique dans la mobilisation de la jeunesse, mais aussi les différents chocs auxquels a dû faire face l’économie syrienne depuis le début des années 2000 : exode rural des populations de Djéziré, libéralisation économique, arrivée des réfugiés irakiens. Les effets négatifs de ces chocs ont été renforcés par le retrait de l’État social et la montée du chômage. Cette situation économique s’est aggravée avec la guerre. La société syrienne, malgré ses capacités de résistance, est désormais, avec ses milliers de victimes et ses millions de déplacés et d’exilés, une société épuisée. Lorsque cette capacité de résistance se maintient toutefois, elle s’exprime dans la vie quotidienne des réseaux familiaux, communautaires, associatifs, militants. Elle s’appuie aussi sur la diversité des modes d’action, comme l’usage de la vidéo (C. Boëx), qui contribue à diffuser l’actualité des mobilisations et des combats, ou encore l’efficacité politique des slogans (F. Burgat, J. Chehayed, B. Paoli, M. Sartori) et l’inventivité des chants révolutionnaires (S. Dubois). Il convient d’ajouter une capacité d’auto-organisation dans les zones libérées où est mis en place un « embryon d’institutions civiles et militaires ». Ainsi, dans la partie d’Alep sous contrôle révolutionnaire, ont été mis en place système judiciaire, administration civile, conseils civils et de districts (G. Dorronsoro, A. Baczko, A. Quesnay). Malgré de faibles moyens, cette organisation gère le ramassage des ordures, l’enseignement, l’entretien de la voirie, etc. Cette dynamique alépine se heurte cependant à d’autres forces, comme les groupes islamistes imposant leur propre administration. Les besoins de la population sont cependant immenses : en plus des millions de réfugiés syriens en Turquie, au Liban, en Irak et en Jordanie, il faut prendre en compte les déplacés de l’intérieur et les populations locales démunies. L. Ruiz de Elvira Carrascal présente les actions et structures qui tentent de répondre à ces besoins : associations, structures financées par la diaspora syrienne et travail humanitaire fourni par les organisations internationales.

6Dans sa dimension régionale et internationale, le conflit présente une réalité complexe que la seconde partie de l’ouvrage traite efficacement. Les répercussions de la crise syrienne sur l’ensemble des pays de la région sont importantes. Le pays le plus exposé est le Liban (V. Geisser), où la « question syrienne » provoque des « lignes de clivage dans tous les milieux sociaux, culturels et communautaires du pays » et devient prétexte à l’expression d’oppositions principalement libanaises. Le poids croissant des réfugiés syriens dans le pays (un quart de la population libanaise) en accroît les difficultés économiques. En Irak (H. Dawod), la crise syrienne ravive les oppositions entre les différentes fractions et révèle les divisions de la société irakienne. En Turquie (J. Marcou), la prise de position de Recep Tayyip Erdogan en faveur de la révolution a eu raison de ses bonnes relations avec le régime syrien. La guerre a désormais des répercussions sur le positionnement international de la Turquie et sur sa politique intérieure, l’afflux massif de réfugiés syriens provoquant de fortes tensions dans le sud du pays. Pas moins complexe est la situation dans laquelle se trouve le mouvement national palestinien (N. Dot-Pouillard) dont les différentes fractions se positionnent selon leur proximité ou leur hostilité à l’égard du régime de Damas et selon les opportunités qu’offre ou non cette crise dans leur combat contre Israël. Autre acteur central dans l’internationalisation de la crise : l’Iran (B. Hourcade) dont la priorité est en réalité moins de soutenir Bachar al-Assad et son régime que d’éviter « l’arrivée au pouvoir à Damas de sunnites radicaux soutenus par les monarchies arabes » et de sauvegarder la domination politique des chiites en Irak. La Jordanie, enfin, connaît un afflux croissant de réfugiés regroupés dans d’immenses camps et constituant un poids de plus en plus difficile à assumer pour l’économie du royaume (J. al-Husseini). Celui-ci tente de maintenir une position équilibrée entre soutien logistique à la rébellion modérée et refus d’un engagement militaire contre le régime de Damas. La crise syrienne divise par ailleurs les opinions publiques internationales, arabes et occidentales, en particulier la gauche anti-israélienne et pro-palestinienne. D’abord favorable à la contestation, celle-ci se divise au fur et à mesure que le conflit syrien est dominé par l’islam radical. La lecture dont fait généralement l’objet ce conflit est déterminée par les différentes situations nationales libanaise, tunisienne ou égyptienne, structurée par une grille d’analyse anti-israélienne et anti-impérialiste (N. Dot-Pouillard) ou encore par des considérations s’inscrivant dans des histoires diasporiques anciennes (J. Herrera). Cette division des opinions publiques n’est finalement que le reflet de l’éclatement de la communauté internationale sur le dossier syrien (A. Gresh), y compris dans le camp de ceux qui soutiennent financièrement la révolution (C. Beaugrand).

7L’exercice n’était pas aisé : proposer l’analyse et la mise en perspective d’un conflit en cours, c’était prendre le risque d’être rapidement dépassé ou démenti par les évènements. L’ouvrage évite ce piège en offrant des textes qui s’inscrivent certes dans un contexte précis, la période allant de 2011 à 2013, mais aussi dans une approche fondamentale. Les cadres de l’analyse sont clairement présentés et ne devraient pas beaucoup changer, même si on peut regretter quelques manques : la quasi-absence de cartes, le peu d’éléments sur les combattants étrangers, sur les forces du régime ou encore sur l’insurrection armée, son organisation et son évolution. On trouve également peu d’éléments sur l’opposition en exil et ses relations avec l’opposition intérieure. La situation militaire, très changeante, est logiquement peu abordée, de même que le récent phénomène djihadiste de type EIIL et ses liens avec l’Irak. On pouvait toutefois espérer une géographie plus précise de la révolte et des différents points d’affrontement. Enfin, « la société syrienne dans la guerre », avec ses réseaux d’entraide, son quotidien, ses stratégies de survie, ses déplacements forcés, n’apparaît qu’en filigrane. L’ouvrage constitue cependant un effort important pour fixer un certain nombre de repères qui font habituellement défaut aux publications consacrées à la crise syrienne, qui se limitent bien souvent à une lecture en surplomb et du seul point de vue des grands enjeux régionaux et internationaux. Pas de printemps pour la Syrie montre que cette crise se déploie d’abord au niveau national, pour ne s’internationaliser que dans un second temps et largement sous l’impulsion du régime. L’ouvrage prend aussi le contrepied de nombre d’analyses obnubilées par le prisme communautaire et peu soucieuses de proposer une approche de terrain de la crise : face à la soudaine prolifération des « syrianologues » et autres « spécialistes » auto-proclamés, n’ayant souvent de la Syrie qu’une expérience lointaine ou épisodique, cette publication réalisée par des chercheurs de terrain, ayant pour la plupart longuement séjourné dans le pays, constitue un précieux apport pour une approche la plus objective possible d’un conflit qui semble malheureusement devoir encore durer longtemps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Boissière, « Burgat François et Paoli Bruno (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte, 2013, 1 carte, 357 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 29 mai 2016. URL : http://remmm.revues.org/8797

Haut de page

Auteur

Thierry Boissière

Université Lumière Lyon 2, Gremmo, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page