Navigation – Plan du site

Beinin Joel et Vairel Frédéric (dir.), Social Movements, Mobilization and Contestation in the Middle East and North Africa, Stanford, Stanford University Press, 2e édition, 2013, 328 p.

Thomas Pierret

Texte intégral

1Publiée en 2011, la première édition de ce volume est le fruit d’un projet mûri depuis 2007 et ambitionnant de renouveler l’étude des phénomènes de contestation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Ce projet a pour point de départ la critique d’un sens commun tendant alors à percevoir les espaces politiques de la région comme écrasés entre des régimes autoritaires inamovibles et une opposition islamiste intrinsèquement portée à la violence. Au-delà de cette critique, Beinin et Vairel prennent leurs distances avec trois biais caractéristiques de la littérature sur la question.

2Premièrement, ils rompent avec une focalisation jugée trop exclusive sur les islamistes en choisissant d’étudier un vaste éventail de mouvements qualitativement très divers. Certes, les islamistes ne sont pas absents du volume puisqu’ils font l’objet de chapitres sur les cas marocain (Vairel), égyptien (Vairel, Roel Meijer), saoudien (Pascal Ménoret) et libanais (Anne Marie Baylouny). Toutefois, ils côtoient dans le livre des intellectuels égyptiens de gauche (Marie Duboc), des défenseurs des droits de l’Homme (Joe Stork), des diplômés-chômeurs marocains (Montserrat Emperador Badimon, dans la 2e édition), des parents de militants kurdes « disparus » par la police turque (Zeyneb Gülu Göker), des irrédentistes turcs originaires de Thrace occidentale et de Chypre (Jeanne Hersant) et des ouvriers égyptiens (Beinin et Duboc).

3Deuxièmement, les travaux réunis dans le volume prennent au sérieux les pratiques et stratégies de ces mouvements même lorsque leur impact sur le système politique est faible voire nul, ce qui est fréquemment le cas durant les années qui précèdent les soulèvements de 2011. Ce parti-pris permet d’échapper aux dérives téléologiques consistant à n’appréhender les mouvements de contestation dans la région qu’au regard de leur potentielle contribution à un hypothétique changement des régimes en place. En vogue après la fin de la Guerre Froide, lorsque l’on croyait le monde arabe sur le point d’emboîter le pas aux démocraties naissantes d’Europe de l’Est et d’Amérique latine, la mise en exergue de la « société civile » comme facteur de « démocratisation » avait en effet retrouvé un certain élan vers 2004-2005 à la faveur de l’éphémère et illusoire (puis rapidement oublié) premier « printemps arabe » qui suivit l’invasion de l’Irak par les troupes américaines.

4Le troisième biais critiqué par Beinin et Vairel est l’idée selon laquelle les mouvements de contestation dans la région témoigneraient d’une spécificité culturelle qui les rendrait réfractaires au cadre conceptuel développé pour analyser des phénomènes similaires en Europe et en Amérique du Nord, c’est-à-dire la théorie (ou plutôt les théories) des mouvements sociaux (TMS). Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord étaient largement restés en dehors de ce champ de recherches en pleine expansion. Les quelques exceptions à la règle, publiées pour l’essentiel après 2000, portaient presque exclusivement sur les mouvements islamistes. En outre, elles recouraient à la TMS pour en démontrer l’applicabilité à leurs études de cas sans utiliser ces dernières pour enrichir la théorie elle-même, ce qui est précisément l’ambition affichée par Beinin et Vairel.

5Le volume, dont le manuscrit a été révisé par deux figures tutélaires de la TMS, Sidney Tarrow et Doug McAdam, rencontre largement l’objectif qui lui a été assigné par ses éditeurs. L’apport le plus évident des cas moyen-orientaux et nord-africains à la TMS réside dans le fait qu’ils permettent d’observer les mouvements sociaux dans des contextes autoritaires contrastant avec les systèmes libéraux européens et nord-américains, théâtres des travaux classiques de la TMS. Par exemple, alors que, s’agissant du contexte, la TMS a traditionnellement expliqué l’émergence des mouvements sociaux par l’existence d’« opportunités » que les contestataires chercheraient à exploiter, l’observation de tels mouvements dans des contextes très répressifs, et donc généralement dénués d’opportunités, met plutôt en exergue l’importance des menaces perçues par un groupe déterminé.

6De même, la répression se traduit par la faiblesse et la rareté des structures organisationnelles formelles, et constitue par conséquent un observatoire idéal du rôle joué par les réseaux informels dans les mouvements sociaux. Les travaux réunis ici soulignent les effets ambivalents de ces réseaux, montrant qu’ils peuvent à la fois assurer la survie d’un mouvement social donné dans un contexte hostile et en limiter l’ampleur ou les ambitions. À côté de l’importance bien connue des réseaux informels dans les dynamiques d’engagement, le volume dévoile également leur rôle dans les processus de désengagement ou de réorientation des trajectoires militantes. Enfin, s’agissant de l’analyse des répertoires d’action collective, la répression induit des dynamiques spécifiques telles que les stratégies d’autolimitation.

7La première édition de ce volume avait été conçue pour étudier des mouvements évoluant dans la relative stabilité autoritaire prévalant dans la région avant 2011. Cette seconde édition entend, en revanche, soumettre les partis-pris théoriques et méthodologiques de l’ouvrage au test des soulèvements révolutionnaires de 2011. Pour ce faire, trois nouveaux chapitres ont été ajoutés, portant respectivement sur la Tunisie (Amin Allal), le Yémen (Laurent Bonnefoy et Marine Poirier) et la Syrie (Reinoud Leenders).

8En introduisant ce nouvel objet, Beinin et Vairel ne proclament pas leur conversion au paradigme de la démocratisation. Ainsi, ils se gardent bien de prétendre que les mouvements étudiés dans la première édition seraient à l’origine des révolutions arabes. Cela ne revient pas nécessairement à nier le rôle des mobilisations antérieures dans la constitution des mouvements de 2011. Les auteurs des chapitres sur la Tunisie et le Yémen dressent ainsi un tableau nuancé où engagements de longue date et conversions de la onzième heure se subsument en un fragile et éphémère unanimisme révolutionnaire. En Syrie, en revanche, les manifestations de mars 2011 émergent dans un espace politique jusqu’alors presque totalement désertifié par la répression étatique.

  • 1 Dans un volume spécifiquement consacré aux événements de 2011, Amin Allal et moi-même avons fait le (...)

9La question des causes des événements de 2011 ne préoccupe guère les éditeurs, lesquels se réclament, à la suite d’auteurs comme Michel Dobry et Frédéric Chazel, d’une perspective processuelle sur les phénomènes révolutionnaires. Il s’agit non pas de déterminer pourquoi les mouvements révolutionnaires se produisent, mais plutôt comment ils se déroulent. Cette posture ne relève pas d’un renoncement à toute ambition explicative au profit d’un programme purement descriptif : au contraire, l’analyse détaillée des « échanges de coups » (Michel Dobry) qui se produisent entre protestataires et autorités durant l’épisode révolutionnaire est fondamentale pour comprendre pourquoi cet épisode prend un caractère révolutionnaire et pourquoi il évolue ensuite dans une direction donnée. Les nouvelles contributions incluses dans la seconde édition du volume montrent ainsi comment des mouvements initialement limités dans leur ampleur et leurs ambitions s’étendent et se radicalisent face aux maladresses du pouvoir (répression excessive et/ou signes de faiblesse)1. Jouent également des éléments de surprise dont il serait vain de chercher l’origine dans les causes « profondes » ou « ultimes » des épisodes concernés.

10Les chapitres du volume consacrés aux soulèvements de 2011 proposent des analyses relativement contrastées des points de vue méthodologique et théorique. Fort d’un travail de terrain mené depuis 2006 dans le bassin minier de Gafsa, Allal colle au plus près des trajectoires révolutionnaires de Tunisiens issus de milieux socialement et politiquement très divers, soulignant par-là la diversité des mécanismes et motivations qui amènent ces individus à rejoindre le mouvement anti-Ben Ali durant l’hiver 2010-2011.

11Dans son chapitre sur la Syrie, Leenders se concentre sur la naissance du soulèvement dans la province de Deraa. L’un des principaux mérites de cette contribution est de nous montrer la naissance d’un mouvement contestataire dans l’environnement politique le plus hostile qui soit, contexte qui implique de créer de toute pièce un répertoire d’action collective en empruntant à la culture locale (notamment clanique), au registre patriotique et aux mots d’ordre (réappropriés et adaptés) des révolutions nord-africaines. L’auteur identifie l’apparente génération spontanée d’un discours protestataire à la mise au grand jour de ce que James Scott appelle les hidden transcripts (« échanges en coulisse », pour reprendre la traduction d’Olivier Fillieule) qui s’opéraient jusque-là au sein du strict espace privé. Leenders montre aussi comment en cadrant discursivement les événements de Deraa comme un événement d’ampleur nationale, les protestataires mettent en échec une propagande officielle qui tente de réduire le mouvement à une émeute locale, pavant dès lors la voie à la diffusion du mouvement à travers le pays.

12Les spécificités du cas yéménite induisent un autre type d’approche dans le chapitre de Bonnefoy et Poirier. Premièrement, plus libéral et plus faible que ses homologues tunisien et syrien, le régime yéménite a été confronté de longue date à de puissantes mobilisations contestataires, au point que les auteurs inscrivent la révolution de 2011 dans un « continuum de crises et de conflits ». Deuxièmement, l’étalement du processus révolutionnaire sur plusieurs mois (contre quelques semaines en Tunisie et en Égypte) et son enlisement ont encouragé les auteurs à une prise de distance vis-à-vis d’une certaine fétichisation de la « rue protestataire » et à un surcroît d’attention à l’égard des contraintes structurelles qui informent le processus révolutionnaire. Il ne s’agit pas ici de revenir à un structuralisme simple où la structure déterminerait l’action mais plutôt, suivant en cela Anthony Giddens, d’étudier la manière dont structures et éléments de nouveautés induits par l’action des protestataires s’influencent mutuellement.

13On peut gager sans grand risque que les études recueillies dans ce volume constitueront des exemples de grande valeur pour de futurs travaux sur les mobilisations protestataires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le mouvement de restauration autoritaire observé à travers la région en 2013, tout particulièrement en Égypte, suggère que l’objet principal de la première édition du volume, à savoir les mouvements sociaux évoluant en contexte hautement répressif, n’a rien perdu de son actualité. Toutefois, à côté de la stabilité autoritaire persistante ou renaissante selon les cas, les révolutions arabes ont aussi conduit à la propagation d’une situation de crise et de conflit chroniques, déjà observée en Irak et au Yémen avant 2011 et présente, depuis lors, en Libye et en Syrie. La spécificité des mouvements sociaux présents dans ces contextes, et en particulier des acteurs miliciens, demeure largement à étudier par les spécialistes de la région. Ici aussi, un détour par les outils conceptuels de la TMS ouvrira sans doute des perspectives extrêmement fécondes.

Haut de page

Bibliographie

Allal Amin et Pierret Thomas (dir.), 2013, Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 Dans un volume spécifiquement consacré aux événements de 2011, Amin Allal et moi-même avons fait le pari qu’une telle approche éclaire également les cas de figure dans lesquels les protestations ont échoué à franchir le seuil de l’insurrection révolutionnaire (Allal et Pierret, 2013). Voir à ce propos les contributions de Sélim Smaoui et Mohamed Wazif sur le Maroc, Layla Baamara sur l’Algérie et Caroline Ronsin sur la Jordanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pierret, « Beinin Joel et Vairel Frédéric (dir.), Social Movements, Mobilization and Contestation in the Middle East and North Africa, Stanford, Stanford University Press, 2e édition, 2013, 328 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/8804

Haut de page

Auteur

Thomas Pierret

Université d’Édimbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page